Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premières gravures italiennes

 | 
Gisèle Lambert

Avant-propos

Jean-Pierre Angremy

Texte intégral

1L’un des fonds les plus prestigieux du Cabinet des estampes est celui qui rassemble les premières gravures du monde occidental, apparues il y a plus de cinq cents ans. Avec deux cents incunables xylographiques et gravures en relief sur métal, neuf cents gravures des écoles du Nord et plus de huit cents gravures italiennes, cet ensemble est le plus considérable qui soit conservé. Il constitue un patrimoine international, irremplaçable par la quantité et la qualité des épreuves, par les nombreuses œuvres uniques et par la variété des tirages.

2Constamment enrichi depuis le xviie siècle, date des premières acquisitions lors de la fondation du Cabinet, il est très représentatif des débuts de l’estampe et de l’évolution de ce procédé de reproduction au xve siècle. Ce moyen d’expression, réservé à une imagerie populaire à l’origine diffusée par la xylographie, s’est imposé avant la fin du siècle comme un art autonome dans les œuvres de Schongauer, de Dürer, de Mantegna, entre autres. Cette production singulière alors par son aspect, son iconographie, sa fonction, son attrait, illustre l’une des facettes du xve siècle européen, siècle charnière où les grands bouleversements politiques, économiques, sociaux et religieux s’accompagnent d’innovations considérables dans le domaine culturel. Avec les nouveaux médias – l’image multiple, obtenue par le procédé de la gravure, et l’imprimerie, apparue avec l’utilisation du caractère mobile – le xve siècle inaugure les temps modernes.

3Le Cabinet des estampes a le privilège de posséder les toutes premières créations de la gravure : les plus anciens burins conservés, œuvres allemandes du Maître des cartes à jouer, datées des environs de 1435 ; la première épreuve sur papier d’un nielle italien, témoin peut-être de l’instant même de l’invention dans l’atelier de l’orfèvre Maso Finiguerra à Florence, en 1452. Autant d’œuvres uniques, émouvantes, essentielles pour imaginer la naissance d’un langage visuel destiné à un vaste public, pour percevoir une relation nouvelle avec l’image devenue objet familier que l’on s’approprie. De ce fonds exceptionnel parvenu jusqu’à nous, une partie a été inventoriée. Dès 1903, Henri Bouchot publiait Les Deux Cents Incunables xylographiques du département des Estampes et, en 1927-1930, Paul-André Lemoisne faisait paraître Les Xylographies du xive et du xve siècle au Cabinet des estampes. Plus récemment, Michèle Hébert rédigeait l’inventaire des estampes de l’Allemagne et des anciens Pays-Bas, Les Gravures des écoles du Nord de 1440 à 1550, paru en 1982-1983. L’école italienne restait à étudier, à reclasser, en s’appuyant sur les récents travaux des historiens, notamment le corpus d’Arthur M. Hind, Early Italian Engravings (1938-1948), les analyses de Jay A. Levenson, Konrad Oberhuber et Jacquelyn L. Sheehan dans le catalogue de l’exposition du fonds de la National Gallery of Art de Washington (1973) et celles de Mark Zucker, dans The Illustrated Bartsch (1980).

4L’inventaire est consacré aux œuvres des graveurs en taille-douce. En effet, les gravures sur bois italiennes du xve siècle, isolées, sont rares et les quelques-unes conservées au Cabinet ont déjà été traitées dans les inventaires des xylographies. Celles du début du xvie siècle ont été cataloguées dans l’œuvre d’un graveur en taille-douce lorsque lui-même avait pratiqué la gravure sur bois ou avait fourni des dessins destinés à être gravés sur bois.

5Parallèlement au reclassement du fonds, la restauration de toutes les estampes et leur remontage à fenêtre dans des bristols, alors qu’elles étaient antérieurement collées dans des recueils, ont été effectués par l’atelier de restauration du département. Les filigranes ont pu être bêtagraphiés ou calqués, ce qui constitue une nouveauté pour un inventaire d’estampes du Cabinet. Comme toutes les gravures, ils ont été reproduits, ajoutant un précieux élément pour l’étude des œuvres.

6Les provenances des gravures ont été recherchées, ce qui a permis de reconstituer l’historique de ce fonds et de retracer en partie l’activité des conservateurs au cours des siècles, leurs liens avec les historiens, les collectionneurs, les marchands, leur intérêt pour le marché de l’art. Leur volonté déterminée d’accroître ce fonds, essentiel pour l’histoire et la connaissance de l’estampe, apparaît clairement.

7Attrayant par la beauté, la variété, l’insolite parfois de ces gravures, cet inventaire, sous forme de livre illustré, permettra facilement à un large public de découvrir la nouvelle culture de la Renaissance, qui s’appuie notamment sur l’image multiple, pour satisfaire, par une grande diffusion, la curiosité de l’époque. Devenues rares au cours des siècles et donc réservées à un cercle restreint, contrairement à leur fonction d’origine, ces estampes retrouvent par leur reproduction dans cet ouvrage leur rôle essentiel.

Auteur

De l’Académie française, président de la Bibliothèque nationale de France

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540