Version classiqueVersion mobile

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

Iconographie de l’Évangile

Catalogue nos 34 à 38

Texte intégral

Introduction

1Les tétraévangiles (awetaran) qui contiennent les quatre Évangiles dans leur intégralité constituent l’écrasante majorité des manuscrits enluminés. Jouissant d’une place particulière au sein des écrits scripturaires ou liturgiques, l’évangile est le seul livre à être vénéré comme un objet sacré, telle une icône ou une relique. Durant des siècles, des centaines de volumes furent copiés, enluminés et recouverts de précieuses reliures. Ces manuscrits n’étaient pas utilisés quotidiennement : transmis fidèlement de génération en génération ou pieusement offerts à des institutions religieuses, ils assuraient le salut des âmes des riches commanditaires et de leur famille, tout en protégeant leur foyer ; on usait d’exemplaires moins coûteux pour les lectures journalières. L’avènement de l’imprimerie n’apporta guère de changements dans le rapport aux Saintes Écritures : pareillement, dans la liturgie des offices, l’évangile se distinguait des autres ouvrages. Toujours lu par le prêtre ou le diacre, le volume, souvent recouvert de métal précieux ou d’orfèvrerie, suscitait un profond respect, on le prenait avec un voile de soie, jamais à mains nues.

Tétraévangile (détail).
Monastère de la Sainte-Croix et de la Sainte-Lance, Aght’amar, 1430
Papier, 306 f., 27,5 × 20 cm

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 345, f. 7

2Le programme iconographique suivi par les enlumineurs obéissait toujours aux mêmes principes malgré quelques variantes historiques ou stylistiques, fondamentalement peu différent de celui du reste de la chrétienté, il a suivi néanmoins ses propres chemins. On distingue quatre grands types de décors, généralement placés dans l’ordre suivant : table des canons*, miniatures de la vie de Jésus, portraits des évangélistes et, en dernier lieu, de façon non systématique, portrait du commanditaire.

3Que les évangiles contiennent ou non d’autres illustrations, les tables des canons* y sont toujours présentes (cat. 34). Cet ensemble de dix pages, inventé en Palestine au ive siècle par l’évêque grec Eusèbe de Césarée, propose un système d’index qui permet la comparaison des passages concordant dans le récit de chaque évangéliste, le dernier tableau listant ceux qui ne figurent que dans un seul des quatre. La Lettre d’Eusèbe à Carpien – occupant les deux premières pages – explicite leur utilisation. Commun à Byzance et à l’Occident, le décor des tables a pris dans l’art arménien un luxe tout particulier, les artistes y ayant fait preuve d’une inventivité débridée, enrichissant la faune et la flore et les parant des couleurs les plus variées. Les canons sont toujours copiés dans une structure architecturale formée par des arcs retombant sur des colonnes à chapiteaux où s’entremêlent de nombreux motifs végétaux et animaux. Les voûtes qui surplombent les miniatures représentent les dix cieux, c’est-à-dire les dix âges qui nous séparent de Dieu depuis la Création du monde. Le terme khoran qui désigne les tables possède plusieurs sens, renvoyant à l’architecture sacrée. Seuls les théologiens arméniens ont exploré la dimension symbolique des tables et plusieurs traités en interprètent la signification esthétique. Les plus cités sont ceux de Step’anos Siwnetsi, Nersês Shnorhali et Step’anos Dzik’, écrits respectivement aux viie, xiiie et xviie siècles. Espaces ouverts à la contemplation, les tables sont pour ces auteurs une manière symbolique d’accéder à la compréhension des mystères de la Révélation grâce à l’émotion esthétique qu’elles suscitent : c’est au croyant de déchiffrer les symboles contenus dans les éléments décoratifs et les couleurs. Les commentaires nous en livrent de multiples interprétations, parfois contradictoires, dont témoigne l’exemple suivant : emblème de la vanité du peuple élu chez Siwnetsi, le paon est, pour Shnorhali, celui de la pureté angélique.

4Un cycle d’illustrations, absent des traditions byzantine et occidentale, narre les principaux épisodes de la vie du Christ : naissance, mort et Résurrection. Ces miniatures, généralement groupées en tête du volume et placées juste avant ou après les tables, se tiennent avant les Évangiles, confrontant le lecteur à une vision imagée et vivante du texte qui suit. Plus tardivement, certaines scènes, peintes en petit format ont été introduites dans le corps du livre, principalement dans les marges (cat. 33). Nombre et choix des sujets varient d’un manuscrit à l’autre ; au fil des siècles, le cycle s’est enrichi de nouveaux motifs tels les miracles de Jésus, le Jugement dernier ou certaines scènes de l’Ancien Testament (cat. 31, 32, 35, 36, 37).

5Troisième élément visuel, les portraits des évangélistes étaient, dans les manuscrits les plus anciens, groupés sur une même miniature. L’usage, commun à tout le monde chrétien, s’imposa bien vite de les peindre séparément sur la page faisant face au début de chaque évangile. Représenté habituellement en scribe, l’évangéliste se tient debout ou assis devant une table sur laquelle figurent les instruments nécessaires à l’écriture. Jean est pratiquement toujours accompagné de son disciple Prochoros. Sur la page de droite, sous un frontispice richement enluminé, l’incipit, composé de lettres aux formes humaines ou animales, commence par une initiale enluminée au symbole de chaque évangéliste, ange, lion, taureau ou aigle. L’arrière-plan suggère parfois l’une des quatre grandes cités apostoliques dans lesquelles ont travaillé les auteurs : Jérusalem, Alexandrie, Antioche ou Éphèse (cat. 29, 31, 33, 35, 36, 38, 40).

6Le dernier élément – facultatif – est le portrait du commanditaire. Les évangiles ne comportent pas systématiquement une miniature le représentant seul ou en famille, peint en prières ou offrant le livre à Jésus-Christ ou à la Vierge Marie. Ces portraits, dont la composition et l’emplacement varient selon les manuscrits, constituent d’extraordinaires documents sociaux, nous livrant l’apparence de ceux qui faisaient copier ces livres et dont les colophons* nous révèlent les noms avec maints détails (cat. 40).

Catalogue

34. Tétraévangile

7Permettant de retrouver un même passage dans les différents évangiles, les tables des canons*, élaborées par Eusèbe de Césarée au ive siècle, ont été le lieu d’excellence où s’est déployée l’imagination des enlumineurs arméniens. Le décor des dix tables tente de rendre compréhensible les différentes étapes de la Révélation. La première double page montre la sainte Trinité avec les séraphins et les chérubins, tandis que les autres tables évoquent successivement les différents ordres des demeures des anges, le paradis, l’arche de Noé, l’autel d’Abraham, le Saint des Saints, le tabernacle de Moïse, le temple de Salomon et la sainte Église. Plusieurs commentaires, avec parfois des interprétations différentes, explicitent la symbolique des couleurs et des différents éléments animaliers ou floraux. Néanmoins, soucieux d’exprimer leur propre fantaisie, les miniaturistes n’ont pas toujours suivi ces recommandations à la lettre. Réalisé sans doute à Constantinople par un scribe inconnu, cet évangile, caractéristique de la production tardive, reprend des motifs ornementaux des siècles précédents. Venus de la tradition occidentale, les singes portant des cierges allumés représentent l’Église du Christ, tandis que les hérons renvoient traditionnellement aux apôtres, « pêcheurs des hommes » selon le Christ.

Constantinople (?), xvi-xviie siècle
Parchemin, 293 f., 14 × 10 cm
Entré avant 1739

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 21, f. 11 v°-12

35. Tétraévangile

8Copié au célèbre scriptorium du monastère Surb Gamaghiêl, au sud-ouest du lac de Van, ce manuscrit, dû au copiste-miniaturiste Yovhannês, est caractéristique du style du Vaspurakan, et particulièrement de celui des ateliers proches de Khizan. La richesse des fresques et des sculptures de l’église d’Aght’amar, construite sur une île du lac de Van au xe siècle, a sans doute largement inspiré les peintres de la région. Groupées par deux ou en pleine page, les onze miniatures dénotent l’inventivité dont le peintre fait preuve dans l’interprétation des scènes évangéliques organisées en frise. Chaque image est légendée, accentuant ainsi son côté narratif. La Nativité (35 b) est peinte sur trois registres : le registre supérieur représente les anges ; celui du centre, délimité par des contours désignant la crèche, montre Marie allongée entre le bœuf et l’âne, l’Enfant à ses côtés ; celui du bas figure Joseph recevant les Rois mages. Reproduit ici, l’épisode du Baptême (35 a) met en scène Jean Baptiste imposant les mains sur le front de Jésus, immergé jusqu’aux genoux dans l’eau du Jourdain ; en haut à droite, la main de Dieu sortant des nuées semble bénir l’Esprit saint sous la forme d’une colombe bleue fondant sur la tête du Christ, tandis qu’à gauche un ange volant au-dessus d’eux verse l’onction, rappelant ainsi le saint chrême dont le prêtre oint chaque nouveau baptisé. La page en vis-à-vis évoque les miracles de Jésus, thème prédominant dans les manuscrits de Khizan : en haut, la guérison du paralytique, en bas, la résurrection du fils de la veuve (35 c). Le cycle se termine sur un feuillet retraçant la Crucifixion et la Descente aux limbes ; un autre montre les saintes femmes au tombeau (35 d), dans une interprétation originale où l’on voit Jésus, debout sur le sépulcre vide. Les soldats représentés – petits et toujours de profil – aux nez pointus et portant des bonnets à pointes contrastent étrangement avec les autres personnages aux visages ronds et aux pommettes rouges.

35 a

35 a

Khizan, 1335
Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm
Acheté en 1934

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°

35 b

35 b

Khizan, 1335
Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm
Acheté en 1934

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°

35 c

35 c

Khizan, 1335
Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm
Acheté en 1934

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°

Khizan, 1335
Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm
Acheté en 1934

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°

35 e

35 e

Khizan, 1335
Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm
Acheté en 1934

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°

36. Tétraévangile

9Recouvert de la traditionnelle reliure à croix et possédant encore l’une des lanières qui permettait de le fermer, le volume, commandité par Step’anos, copié et peint par Georg k’ahana*, a été réalisé dans le Vaspurakan au cours du xve siècle, témoignant ainsi de la persistance pendant plusieurs siècles d’une école aux caractères bien distincts se différenciant du reste de l’Arménie. Protégées par une légère soie à rayures, les treize miniatures d’une grande vivacité reprennent le cycle traditionnel de la vie du Christ, depuis l’Annonciation jusqu’à la Descente du Saint-Esprit. La double page exposée montre, à gauche, la Résurrection de Jésus et, à droite, l’Ascension. Le tombeau vide de Jésus, où l’on distingue le linceul abandonné, est évoqué par une construction à trois coupoles surmontée d’une sorte de clocheton rappelant l’architecture islamique. L’Ascension, au graphisme très linéaire, est peinte dans une palette réduite mais efficace ; les jaune, rouge, vert et noir forment contraste et soulignent la vigueur du tracé. Comme pour le manuscrit précédent, les portraits des évangélistes suivent un modèle développé deux siècles auparavant dans les scriptoria des rives du lac de Van : l’évangéliste copie son texte sur une tablette suspendue à l’arc polylobé sous lequel il est assis.

Monastère de la Sainte-Croix et de la Sainte-Lance, Aght’amar, 1430
Papier, 306 f., 27,5 × 20 cm

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 345, f. 7

37. Tétraévangile

10Exécuté pour Abdlê Djulayetsi à Nor Djugha, le faubourg arménien d’Ispahan, ce précieux manuscrit encore copié sur parchemin montre l’influence grandissante que commence à exercer Constantinople sur la peinture locale après le traité de paix turco-persan de 1539. Le copiste et peintre Bargham a enluminé seul la totalité du volume : pages initiales des tables de concordance, cycle de miniatures intégrées à l’intérieur du texte, frontispices et décors marginaux d’une grande harmonie de couleurs. Chaque évangile est introduit non pas par le portrait habituel de l’évangéliste mais par une scène de l’Ancien ou du Nouveau Testament. Au nombre de vingt, les miniatures dépeignent pour certaines des épisodes peu fréquents, comme la Vierge allaitant l’Enfant Jésus ou un motif tiré de la Genèse, comme celui de l’hospitalité d’Abraham reproduit ici et rarement traité dans l’iconographie des Évangiles.

11Peintes selon la tradition cilicienne, les miniatures au dessin minutieux ont dû s’adapter au tout petit format du volume. La palette, valorisant des tons de bleu et de gris pour les fonds, est moins vive que dans les modèles ciliciens. Les peintures empruntent des détails de la vie contemporaine comme la grande table autour de laquelle sont réunis les apôtres lors de la Cène.

Nor Djugha (Ispahan), 1639-1644
Parchemin, 251 f., 12 × 10 cm
Donation Smith-Lesouëf

BNF, Manuscrits orientaux, Smith-Lesouëf 252, f. 94 v°

38. Tétraévangile

12Les portraits des quatre évangélistes constituent l’un des éléments visuels les plus importants des évangiles enluminés. Conventionnellement, chaque évangéliste est figuré écrivant ou tenant un livre à la main sur une pleine page verso face au début du texte dont il est l’auteur. Sous le frontispice ornementé, l’incipit se pare habituellement d’une première ligne en lettres ornementales – souvent zoomorphes – suivie de plusieurs autres en larges majuscules.

13Mathieu est peint ici un rotulus à la main ; à l’arrière-plan, des formes architecturales évoquent sans doute Jérusalem, la cité apostolique où il aurait reçu l’inspiration. Sur le feuillet de droite, le texte s’ouvre sur une initiale en forme d’homme (parfois ailé), le symbole associé à l’évangéliste. Au centre du frontispice, une Vierge à l’Enfant renvoie au texte courant.

14Le manuscrit, de facture assez grossière, démontre une certaine standardisation de la production tardive dont Constantinople était le centre. Usant d’une formule iconographique souvent employée à cette époque, ces portraits, que l’on retrouve sous une forme beaucoup plus achevée dans le manuscrit contemporain d’Amasia, sont les héritiers d’anciens modèles byzantins. Particulièrement caractéristique, la miniature représentant Jean et son disciple Prochoros se tenant à l’intérieur d’une sombre caverne à la forme matricielle. Les miniatures, assez frustres, omettent des détails présents dans d’autres manuscrits (cat. 37), et l’on peut voir un livre posé sur une banquette orange, ou des animaux symboliques, le lion aux pieds de Marc, le taureau pour Luc.

Vrigd, 1653
Parchemin et papier oriental, 331 f., 20,5 × 13,5 cm
Acquis en 2005

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 347, f. 14 v°-15

Table des illustrations

Légende Tétraévangile (détail). Monastère de la Sainte-Croix et de la Sainte-Lance, Aght’amar, 1430 Papier, 306 f., 27,5 × 20 cm
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 345, f. 7
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Légende Constantinople (?), xvi-xviie siècle Parchemin, 293 f., 14 × 10 cm Entré avant 1739
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre 35 a
Légende Khizan, 1335 Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm Acheté en 1934
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 35 b
Légende Khizan, 1335 Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm Acheté en 1934
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 35 c
Légende Khizan, 1335 Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm Acheté en 1934
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 35 d
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Khizan, 1335 Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm Acheté en 1934
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre 35 e
Légende Khizan, 1335 Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm Acheté en 1934
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 3 v°
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Monastère de la Sainte-Croix et de la Sainte-Lance, Aght’amar, 1430 Papier, 306 f., 27,5 × 20 cm
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 345, f. 7
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Nor Djugha (Ispahan), 1639-1644 Parchemin, 251 f., 12 × 10 cm Donation Smith-Lesouëf
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Vrigd, 1653 Parchemin et papier oriental, 331 f., 20,5 × 13,5 cm Acquis en 2005
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1164/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search