Version classiqueVersion mobile

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

Le livre imprimé

Catalogue nos 44 à 52

Texte intégral

Introduction

1C’est dans un contexte de profonds bouleversements que se dessinent au xvie siècle les débuts de l’édition arménienne liée à la nécessité d’un renouveau culturel et d’une modernisation, ultime sursaut d’un pays au bord de l’abîme. Dévastée par les invasions successives, menacée d’assimilation par les conquérants nomades venus d’Asie centrale, l’Arménie vit alors la période la plus sombre de son histoire, partagée entre les dominations ottomane ou persane. Les élites arméniennes, étroitement liées aux milieux ecclésiastiques, vont se battre pour imposer la typographie, conscientes de l’apport que constitue cette nouvelle technique palliant ainsi à l’absence d’ouvrages dus à la ruine de bon nombre de scriptoria et à la régression tragique du niveau éducatif des clercs.

Grigor Tat’ewatsi (Grégoire de Tathew),
Livre des questions (détail).
Constantinople, impr. Astuacatur Kostandnupôlsetsi, 1729
In-8°, 808 p.

BNF, Réserve des livres rares, Rés. D. 4

2Du fait de l’insécurité qui règne dans le pays et de l’interdiction faite en 1483 par le sultan Bayazid d’imprimer dans l’Empire ottoman, les premières typographies voient le jour, non pas en Arménie, mais en Europe, dans des villes où vivent d’importantes et prospères communautés arméniennes comme Venise, Lvov, Livourne, Marseille ou Amsterdam. Deux brèves tentatives font exception : l’une à Constantinople en 1567-1569, l’autre en Perse, à Nor Djugha, le faubourg d’Ispahan où s’était créé un quartier arménien après la déportation massive des Arméniens de Turquie par Shah Abbas Ier. Mais il faudra attendre le transfert de l’imprimerie de Surb Etchmiadzine d’Amsterdam à Constantinople en 1695 pour qu’avec l’assouplissement de la législation ottomane d’autres ateliers s’installent peu à peu dans cette ville et qu’elle devienne, au xviiie siècle, le centre de la production éditoriale.

3Les éditeurs-imprimeurs d’Europe ont été très tôt confrontés à de nombreuses difficultés dont celle du transport des livres pour l’Orient. Ils trouvèrent auprès des riches négociants arméniens qui les finançaient les circuits d’acheminement vers Smyrne d’où partaient les caravanes pour la Perse et Constantinople, sièges d’importantes colonies arméniennes. Ils durent aussi affronter l’hostilité croissante de l’Église catholique qui s’opposait à leurs publications religieuses les jugeant peu orthodoxes, et qui édita dès la fin du xvie siècle les livres en arménien nécessaires à la propagande religieuse des missionnaires dans l’Empire ottoman et la Perse.

4Dans un premier temps on publia des livres de première nécessité, des livres religieux utiles à la pratique du culte : bibles, psautiers*, bréviaires*, missels*, calendriers, etc. (soit 72 % de la production totale). Les autres ouvrages consistaient essentiellement en éditions destinées à la bourgeoisie commerçante : manuels de commerce, de calcul ou de mesures, dictionnaires, mais aussi ouvrages de superstition ou de divertissement, ainsi que des éditions d’historiographes médiévaux qui contribuaient à la réappropriation du passé national. Les quelque 204 éditions dénombrées durant deux siècles – chiffre sans doute bien inférieur à la réalité – ne connurent jusqu’en 1680 que des tirages limités (entre 500 et 1 000 exemplaires) mais ces tirages augmentèrent ensuite avec le nombre de titres édités. La multiplication d’une partie de ceux-ci, tout particulièrement les impressions d’abécédaires, psautiers, bréviaires et autres livres de piété, visait les couches les moins instruites de la société. Cette production ne reflète qu’imparfaitement la vie intellectuelle de l’époque où les membres supérieurs du clergé tenaient une grande place car la littérature classique comme les auteurs contemporains continuaient à être diffusés sous forme manuscrite.

5Dans sa forme, le livre arménien n’est guère différent des livres européens. Comme les manuscrits auparavant, les ouvrages liturgiques à l’usage du clergé étaient assez volumineux tandis que les livres destinés aux marchands – de petit format – pouvaient se glisser dans la poche. Sur le plan technique, la difficulté majeure à laquelle furent confrontés les imprimeurs est la gravure de poinçons arméniens pour les différentes polices et tailles de caractères. Réalisés en 1660 à Amsterdam par le graveur des Elzevier, les plus achevés sont proches de ceux employés aujourd’hui. Utilisé dans le corps du texte, le bolorgir* est complété par l’erkat’agir* pour les majuscules et par le notrgir* pour les italiques. Le décor joue lui aussi un rôle non négligeable ; l’illustration, plus ou moins abondante selon le type d’ouvrage, est présente dès les premières éditions ; originales ou réemployées, les gravures, essentiellement sur bois et de nature religieuse, sont l’œuvre d’artistes européens comme Christophel Van Sichem (cat. 5). Également à l’initiative de l’imprimerie d’Amsterdam, on ajoute des décors dans la pure tradition des manuscrits arméniens : lettrines à décor floral ou animalier, frontispices et bandeaux, décors de marge.

Panorama des principales éditions par ville entre 1512 et 1800

Venise

6Plaque tournante vers l’Orient et fréquentée dès le xiiie siècle par une nombreuse communauté arménienne, Venise jouissait d’une forte tradition typographique. C’est là que tout naturellement s’installa le premier imprimeur arménien Yakob Melapart, sur lequel on sait peu de chose hormis les cinq titres publiés entre 1511 et 1513 (cat. 2) sous la marque d’imprimeur diza, consistant en ouvrages de superstition, de poésie ou de médecine populaire. Trois autres imprimeurs se succédèrent en 1564, 1585 et 1642, délégués par l’Église arménienne qui négociait alors un rapprochement politique et religieux avec l’Église catholique. Celle-ci avait nommé en 1638 une commission de théologiens chargée de réviser la version arménienne de la Bible afin qu’elle soit conforme à la Vulgate*. Avec le durcissement de la censure romaine, les imprimeurs préférèrent aller s’installer en terre réformée à Amsterdam, mais à la fin du xviie siècle apparut une nouvelle génération plus proche des milieux catholiques.

7Dans les années 1686-1687, deux riches marchands arméniens, Nahapêt Aguletsi et Gaspar Shêhrimanean, fondèrent chacun un nouvel atelier typographique. Durant ses deux ans d’activité, le premier, soucieux de toucher toutes les classes de la société, fit paraître une édition des Psaumes traduits et commentés en langue populaire (cat. 46). Le second publia, grâce au soutien financier de sa famille, de magnifiques impressions, dont un missel (cat. 48) et un lectionnaire (cat. 47). Après un intermède où seuls des éditeurs vénitiens assuraient des impressions en arménien, l’activité éditoriale connut un renouveau exceptionnel avec l’installation en 1717 de la congrégation catholique mékhitariste* sur l’île Saint-Lazare. Initiée par Mkhit’ar Sebastatsi, elle contribua à la diffusion du patrimoine culturel arménien avec la publication jusqu’à la moitié du xixe siècle de plus de 800 titres.

Amsterdam

8C’est à Amsterdam, loin du pouvoir catholique, qu’avec l’aide financière des négociants arméniens y résidant le catholicos* d’Arménie fonda en 1658 l’imprimerie de Surb Etchmiadzine et celle de Surb Sargis Zôravar confiée à l’évêque Oskan Erewantsi. Cet atelier va fonctionner jusqu’en 1718, se transportant successivement à Livourne, Marseille puis à Constantinople ; passant outre l’autorisation de la commission romaine dont les travaux n’aboutissaient pas, il put enfin faire paraître en 1666 la première édition de la Bible arménienne, déclenchant les foudres de l’inquisition catholique (cat. 5), bientôt suivie d’autres éditions prestigieuses (cat. 44). L’atelier, transféré trois ans plus tard à Livourne et toujours en butte avec la censure romaine, revint s’établir à Amsterdam en 1685, dirigé alors par l’archevêque T’ômas Vanandetsi, successeur et ami du précédent. Aidé de ses neveux et de son cousin, ce dernier diversifia l’offre éditoriale et publia jusqu’en 1718 livres d’histoire, de géographie, de commerce et de philosophie, ainsi que le premier planisphère arménien (cat. 52).

Livourne

9Seules deux imprimeries s’installèrent à Livourne au cours du xviie siècle. Fondée en 1642 sur la demande des habitants de Nor Djugha par le théologien Yovhannês Djulayetsi, la première, créée au moment où s’étaient développés de nombreux comptoirs commerciaux arméniens, échappa à la censure catholique pendant plus de deux ans puis s’installa en Perse. La seconde fut celle de Surb Etchmiadzine, transférée d’Amsterdam. Oskan Erewantsi souhaitait en effet réduire ses frais de transport en se rapprochant des ports d’Asie Mineure mais, toujours pourchassé par la censure, il ne put éditer que trois livres en trois ans et partit alors pour Marseille (cat. 45).

Marseille

10Au milieu du xviie siècle, défavorisés par des mesures protectionnistes, les négociants arméniens maîtres du commerce de la soie avaient délaissé le port de Marseille pour celui de Livourne. Colbert, modifiant radicalement cette politique, favorisa leur retour et c’est dans ce contexte qu’Oskan Erewantsi obtint l’autorisation de transporter son imprimerie à Marseille en 1672 après l’audience accordée par Louis XIV, à qui il avait offert un luxueux exemplaire de sa Bible (cat. 5). Son atelier fonctionnera avec des interruptions jusqu’en 1694, date où il sera transféré à Constantinople. Malgré la surveillance des censeurs catholiques quatre titres ont paru jusqu’en 1674, année de la mort de l’évêque. Ensuite l’acharnement de la censure sur ses successeurs et les nombreux procès ont rendu la production d’ouvrages difficile.

Constantinople

11C’est à partir de 1695 que s’amorce un véritable changement : après deux siècles de présence en Europe, les éditions arméniennes quittent peu à peu l’Occident pour s’établir à Constantinople ; la première d’entre elles, celle de Surb Etchmiadzine, précède la création de trois autres ateliers les six années suivantes. Ce sont désormais de véritables artisans-imprimeurs qui les dirigent et non plus des ecclésiastiques comme par le passé. Entre 1696 et 1718, soixante-huit éditions arméniennes paraissent à Constantinople. Venise et Amsterdam continuent encore à produire une trentaine d’ouvrages mais au xviiie siècle, alors que les imprimeries arméniennes se multiplient dans le monde, Constantinople tient de loin la première place avec trois cent soixante-cinq titres sortant de ses presses. La culture religieuse joue toujours un rôle majeur mais on publie aussi, outre les livres destinés à un large public, des textes de théologie pour un public plus savant. Avec l’accroissement de la production, les techniques s’affinent et se différencient de celles des artisans européens : avec Grigor Marzuantsi, on utilise la gravure « sur bois de bout » qui permet un travail plus fin et qui connaîtra un grand succès dans l’Europe romantique.

Catalogue

44. Tropologion

12L’évêque et éditeur Oskan Erevantsi fit graver spécialement des caractères pour cette édition princeps de l’hymnaire* arménien, afin de noter les neumes* et les italiques (en caractères notrgir). Installé à Amsterdam dès 1659, il consacra toute son énergie à la publication de la Bible parue en 1666 dont ce Tropologion* constitue le préliminaire. Destiné aux prêtres séculiers d’Arménie, l’ouvrage, tiré à plusieurs milliers d’exemplaires et régulièrement réédité jusqu’en 1712, est illustré d’une cinquantaine de très belles gravures sur bois. Réalisées en 1646 pour une biblia sacra par le maître hollandais Christophel Van Sichem, elles avaient été acquises par l’imprimeur et régulièrement réutilisées ; en 1706, on les retrouve à Constantinople lors du transfert de l’atelier typographique où elles servirent de modèle au premier graveur arménien. Contrairement aux textes profanes, les livres religieux, psautiers*, tropologion, bibles et bréviaires étaient largement illustrés. Les superbes tranches dorées à l’or fin de ce volume, gravées et peintes en polychromie, montrent sur leurs tranches supérieure et inférieure, la Vierge à l’Enfant et la Crucifixion, et sur la tranche centrale sainte Véronique déployant le saint suaire. Selon Frédéric Macler, ce ne serait pas la représentation de la Vierge mais celle de la reine légendaire Pétronice, femme de l’empereur romain Claude, qui, selon la légende, aurait découvert la vraie Croix.

Oskan Erewantsi et Karapet Andrianatsi (éditeurs)
Amsterdam, imp. Surb Etchmiadzine et Surb Sargis Zorâvar, 1664
In-12, 345 f.
Offert par Oskan Erewantsi à Louis XIV

BNF, Réserve des livres rares, Rés. B. 3602

45. Yovhannês Kostandnupôlsetsi

Calendrier grégorien

13En transférant son imprimerie d’Amsterdam à Livourne, Oscan Erewantsi pensait se rapprocher des circuits commerciaux maritimes et échapper ainsi aux remous suscités par la parution de la Bible à Amsterdam. Mais durant les trois années où son atelier fonctionna, la suspicion des autorités papales n’eut de cesse et seuls parurent trois ouvrages – proches de Rome –, dont ce minuscule calendrier grégorien dont on ne connaît pas d’autre exemplaire à ce jour. Après la réforme du pape Grégoire XIII, le calendrier perpétuel avait rapidement été traduit en langues orientales.

Livourne, imp. Surb Etchmiadzine et Surb Sargis Zorâvar, 1671
In-16, 136 f.

BNF, Réserve des livres rares, Rés. Nains 53

46. Yovhannês Kostandnupôlsetsi

Explication des Psaumes du prophète David

14« Moi, l’humble Nahapet, / Qui suis le fils de Gulnazar, / Par mon humble village d’Agulis, / J’ai composé ces vers… / Pour l’utilité de la nation arménienne / En mémorial indestructible,… / Grâce aux labeurs de Yohannês, vardapet de Constantinople, / Que j’ai supplié par mes prières / D’entreprendre ce travail. / J’ai dépensé beaucoup d’argent / En une période difficile, Jusqu’à ce que j’eusse imprimé ceci… » Alors que l’Église arménienne éprouve de nombreuses difficultés à faire paraître des livres, deux marchands arméniens installés à Venise éditent des ouvrages de prestige. Né en 1629 à Agulis, Nahapet Aguletsi (représenté sur le médaillon de la page 4) fit rapidement fortune grâce au commerce de la soie ; il s’installa à Venise où il rencontra le vardapet* catholique Yovhannês Kostandnupôlsetsi. Formé à Rome, celui-ci avait été en exercice à Marseille avant sa nomination à Venise. Soucieux d’une diffusion auprès de toutes les couches de la société arménienne, l’éditeur, avec le concours du prélat, entreprit l’édition des Psaumes, traduits et commentés pour la première fois en langue populaire. Proche des milieux catholiques, il n’eut pas à souffrir de la censure durant ses activités d’éditeur qui ne durèrent que deux ans et publia trois ouvrages. Recouvert d’une reliure Provinces-Unies du xviie siècle, ce volume est orné de dix gravures illustrant la vie du roi David, auteur présumé des Psaumes.

Venise, Nahapet Aguletsi, 1687
In-4°, 422 f., p. 2

BNF, Réserve des livres rares, Rés. A. 2520

47. Ta’adêos Hamazaspean

Lectionnaire

15Offrant les lectures bibliques pour les offices de chaque jour, cette somptueuse première édition du lectionnaire* arménien fut l’un des trois seuls titres édités par Gaspar Shêhrimanean à Venise durant la petite année où fonctionna son imprimerie. Seule la richesse de ce négociant arménien originaire de Nor Djugha pouvait permettre une telle publication – près de 1 200 pages – encore admirée aujourd’hui. Comme les scribes qui les avaient précédés, les éditeurs confiaient dans les colophons* les nombreuses difficultés qu’ils avaient dû affronter pour pouvoir publier leurs ouvrages. La double page exposée met en lumière la parfaite harmonie existant entre gravures illustratives d’origine européenne et éléments décoratifs dans la plus pure tradition orientale. Œuvre d’un graveur vénitien anonyme, la page de gauche présente, en son centre l’Annonciation ; elle s’entoure d’un encadré gravé sur bois – réutilisé pour les autres pages –, où l’on voit en haut la sainte Trinité, latéralement les apôtres et les évangélistes et dans la partie inférieure, les prophètes de l’Ancien Testament. Sur la page de droite, le frontispice de style arménien reprend en plus petit le motif de l’Annonciation tandis que la première ligne du texte débute par des lettrines anthropomorphes.

Venise, imp. Gaspar Shêhrimanean et Ta’adêos Hamazaspean, 1686
In-folio, 606 f.

BNF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, Rés. B. 47

48. Missel pour le saint Sacrifice

16L’édition du lectionnaire* fut très vite suivie par l’impression d’un superbe missel* destiné lui aussi au clergé arménien. Issu d’une très riche famille convertie au catholicisme par le zèle des missionnaires jésuites d’Ispahan, Gaspar Shêrimanean avait déjà contribué au financement de plusieurs livres arméniens publiés à Amsterdam avant d’ouvrir sa propre typographie. On le retrouve à Paris en 1670 en compagnie de l’évêque Oscan Erewantsi ; reçus en audience par Louis XIV en vue de l’installation d’une imprimerie arménienne en France, nous savons qu’ils avaient consulté, à cette occasion, le missel arménien conservé à la Bibliothèque du roi (cat. 1).

17Cette double première page met en scène une Crucifixion dans la plus pure tradition occidentale face à un frontispice semblable aux manuscrits arméniens.

Venise, imp. Gaspar Shêhrimanean, 1686
In-folio, 20 f.

BNF, Réserve des livres rares, Rés. B. 46, f. A 2 v°

49. Agat’angelos (Agathange)

Livre d’histoire […] relatif à la naissance, la vie et l’apostolat de Surb Grigor Lusaworitch le Grand et au roi des Arméniens Tiridate

18Mélangeant narration historique, apologie du christianisme et hagiographie, l’œuvre d’Agathange, historien qui se présente fictivement comme le secrétaire du roi Tiridate au ive siècle, relate les circonstances de la conversion des Arméniens au christianisme par Grégoire l’Illuminateur et son adoption comme religion d’État. L’ouvrage, traduit les siècles suivants en de nombreuses langues (grec, syriaque, arabe, copte, latin…), retrace sous forme romancée la vie du grand héros national illustré par ce portrait. Avec Grigor Marzuantsi, établi depuis 1694 à Constantinople, l’imprimerie arménienne s’affranchit des artisans européens et assume désormais seule ses besoins pour la fonte des caractères ainsi que pour la gravure. Premier à maîtriser la fonte des poinçons, il met au point – alors que la gravure sur cuivre domine encore le marché occidental – la technique de la « gravure sur bois de bout » qui consiste à graver au burin sur du bois très dur (buis ou poirier) dans le sens vertical des fibres et non plus dans le sens horizontal, permettant ainsi des détails plus précis et une résistance plus grande à la presse, donc une usure moindre des planches. L’éditeur publia quatorze titres entre 1698 et 1734.

Constantinople, impr. Grigor Marzuantsi, 1709
In-8°, 418 p.

BNF, Réserve des livres rares, Rés. H. 3551

50. Grigor Narekatsi (Grégoire de Narek, 945 ou 951-1010)

Livre de prières

19Dû au même imprimeur, ce volume du plus grand poète religieux arménien offre une poignante Crucifixion gravée sur bois debout. Né dans un village des bords du lac de Van, Grégoire de Narek fut confié très jeune au couvent de Narek où il passa le reste de sa vie et dont il reçut le surnom. Poète, exégète et théologien mystique, il doit sa célébrité à ce recueil, connu également sous le titre de Livre des lamentations. L’ouvrage, qui comprend quatre-vingt-quinze prières lyriques en prose, est un véritable guide spirituel que de nombreux fidèles apprennent par cœur, récitent dans toutes les circonstances de la vie ou copient sur des talismans. Une première édition, entreprise à Marseille par Oskan Erewantsi, est restée incomplète du fait de la mort de l’évêque.

Constantinople, imp. Grigor Marzuantsi, 1726
In-8°, 431 p.

BNF, Réserve des livres rares, Rés. B 1591

51. Grigor Tat’ewatsi (Grégoire de Tathew, 1340 ? – 1411 ?)

Livre des questions

20Célèbre savant, théologien et miniaturiste, Grégoire de Tathew fut un farouche opposant des uniteurs* favorables au pape. Écrit en 1389, l’ouvrage consiste en une série de controverses qui réfutent les thèses développées par les missionnaires catholiques ; il fut édité pour la première fois en 1687 à Nor Djugha, aux presses du monastère de Surb P’rkitch. Grigor Marzuantsi essaya en 1720 de le réimprimer mais sa tentative échoua, sans doute à cause de la résistance des autorités catholiques, et c’est finalement Astuacatur Kostandnupôlsetsi qui le sortit quelques années plus tard. L’imprimerie qu’il avait créée en 1699 fut, sous des noms différents, la plus longtemps en activité à Constantinople ; en 1750, son fils en prenait la succession et en 1776, la famille Arapean, véritable dynastie de typographes, prit la tête de l’entreprise jusqu’en 1850. Pourvoyant aux besoins de l’Église, les premiers livres édités à d’importants tirages furent surtout religieux, mais bientôt sortit des presses toute une littérature à la fois didactique et divertissante. Des ouvrages classiques d’auteurs tels que Grégoire de Narek, Dawit’ Anyaght’ ou plus polémiques, comme celui-ci, furent aussi imprimés. Devenu en 1816 directeur des presses du sultan, Pogos Arapean fit paraître le premier journal turc.

Constantinople, impr. Astuacatur Kostandnupôlsetsi, 1729
In-8°, 808 p.

BNF, Réserve des livres rares, Rés. D. 4

52. Ghukas Vanandetsi

Planisphère

21Réalisé à partir d’une plaque gravée sur cuivre par les frères Adrian et Peter Damiaan Schoonebeeck, ce premier planisphère arménien reste dans la pure tradition des cartes hollandaises de l’époque. Il était destiné aux nombreux commerçants arméniens qui parcouraient les routes de l’Europe et de l’Asie et aux étudiants de l’école arméno-latine que la famille Vanandetsi voulait ouvrir en Arménie. Le planisphère s’accompagne d’un petit livret imprimé l’année suivante, Clef de notre récente carte universelle. Prenant la succession d’Oskan Erewantsi, la famille Vanandetsi, après la paralysie provoquée par les autorités catholiques à Marseille, avait réinstallé une presse en Hollande, donnant un nouveau souffle à l’édition arménienne en l’ouvrant sur les sciences, l’histoire et la géographie.

Amsterdam, impr. de la famille Vanandetsi, 1695
Papier, 149,5 × 119 cm

BNF, Cartes et Plans, Ge DD 2987 (103) B

Table des illustrations

Légende Grigor Tat’ewatsi (Grégoire de Tathew), Livre des questions (détail). Constantinople, impr. Astuacatur Kostandnupôlsetsi, 1729 In-8°, 808 p.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Oskan Erewantsi et Karapet Andrianatsi (éditeurs) Amsterdam, imp. Surb Etchmiadzine et Surb Sargis Zorâvar, 1664 In-12, 345 f. Offert par Oskan Erewantsi à Louis XIV
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Venise, Nahapet Aguletsi, 1687 In-4°, 422 f., p. 2
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. A. 2520
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Venise, imp. Gaspar Shêhrimanean et Ta’adêos Hamazaspean, 1686 In-folio, 606 f.
Crédits BNF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, Rés. B. 47
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Venise, imp. Gaspar Shêhrimanean, 1686 In-folio, 20 f.
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. B. 46, f. A 2 v°
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Constantinople, impr. Grigor Marzuantsi, 1709 In-8°, 418 p.
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. H. 3551
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Constantinople, imp. Grigor Marzuantsi, 1726 In-8°, 431 p.
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. B 1591
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Constantinople, impr. Astuacatur Kostandnupôlsetsi, 1729 In-8°, 808 p.
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. D. 4
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Amsterdam, impr. de la famille Vanandetsi, 1695 Papier, 149,5 × 119 cm
Crédits BNF, Cartes et Plans, Ge DD 2987 (103) B
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1158/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search