Version classiqueVersion mobile

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

La fabrication d’un manuscrit arménien

Catalogue nos 39 à 43

Texte intégral

Introduction

1Bien que cette connaissance ne repose que sur de rares fragments datables des ve-viie siècles, on suppose que les premiers livres arméniens se sont inspirés de modèles grecs et syriaques qui, durant plusieurs décennies, ont constitué le seul accès aux Écritures avant l’invention d’un alphabet permettant leur traduction. Dès l’apparition de l’alphabet en Arménie au ve siècle, il émerge très vite un art du livre spécifiquement arménien et, lorsqu’apparaissent au xvie siècle les premiers imprimés, la tradition du livre manuscrit continue néanmoins à se perpétuer jusqu’au xviiie, voire jusqu’au xixe siècle.

2Délaissant le rouleau de l’Antiquité grecque, le christianisme a adopté le codex composé d’une suite de feuilles pliées en deux et cousues en cahiers, réservant le rouleau, dans un usage très tardif, aux amulettes et aux phylactères (cat. 42 et 43). On écrivit d’abord sur du parchemin puis sur du papier – le parchemin continuant d’être utilisé pour des copies précieuses jusqu’au xviie siècle. Traditionnellement inventé en Chine vers le iie siècle et diffusé à l’ouest par les Arabes, le papier s’était répandu rapidement dans tout le bassin méditerranéen. Des papiers fabriqués exclusivement à base de coton sont attestés dès 960 en Arménie mais, selon des indications trouvées dans des colophons*, on continue à en importer de Tabriz ou de Damas, principaux centres de fabrication du monde islamique. Plus tardivement, on utilise du papier occidental filigrané. Quelle que soit son origine, le papier est encollé par trempage ou au pinceau puis poli et, afin de ne pas absorber l’encre, lissé pour donner une surface brillante.

Tétraévangile (détail).
Khizan, 1335
Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm
Acheté en 1934

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333, f. 124 v°

3Les colophons des manuscrits donnent très souvent de précieux renseignements sur les différents artisans intervenant dans la réalisation d’un livre. Les manuscrits sont habituellement copiés, enluminés et reliés dans des scriptoria situés à l’intérieur des monastères par des moines ou des prêtres, bien que l’existence de scribes laïcs ou même de femmes scribes soit attestée. Les feuilles de parchemin ou de papier sont d’abord préparées puis coupées selon les dimensions choisies. On effectue la réglure en traçant les lignes destinées à recevoir l’écriture avec une pointe sèche à partir de minuscules trous, ou selon la manière orientale, au moyen d’une mistara (cadre de bois sur lequel sont tendus des fils placé sous la page et dont les lignes s’impriment par frottement). Le scribe copie alors son texte avec une encre qu’il a lui-même fabriquée ; la copie peut prendre des mois. Une fois le travail terminé, c’est au tour d’un ou de plusieurs enlumineurs d’intervenir : à l’exception des tables des canons* peintes auparavant afin que le scribe puisse y insérer les chiffres des correspondances d’Eusèbe (cat. 34), l’artiste commence par le décor non figuratif, frontispices, lettres ornementales, décors marginaux, pour finir par les miniatures. On connaît, grâce à des analyses scientifiques, la composition des pigments utilisés : la palette des peintres arméniens, plus vive et plus large, se différencie de celle utilisée par les artistes byzantins ou musulmans des territoires voisins, et des particularités locales peuvent intervenir dans certaines régions comme c’est le cas en Cilicie. Une fois l’illustration terminée, les feuillets, assemblés et cousus, sont préparés pour la reliure.

4Les reliures, dont les exemplaires les plus anciens actuellement conservés remontent au xie siècle, présentent elles aussi des particularités. Contrairement aux traditions moyen-orientales, on soutient le dos avec des nerfs. Les plats, faits de fines planchettes de bois, sont recouverts à l’extérieur de cuir tanné en peau de chèvre ou de veau et, à l’intérieur, de tissu allant du coton le plus grossier au brocard de soie le plus fin pour cacher le bois. Cousues en tête et en fin de volume, des pages de garde protègent le livre aux endroits les plus fragiles. Ces feuillets de parchemin, écrits en erkat’agir* (cat. 10) et prélevés dans de vieux manuscrits usagés, sont pour le codicologue de précieux vestiges d’ouvrages aujourd’hui disparus. La couvrure se termine par un rabat à la fois utilitaire et décoratif, fait d’une pièce de même cuir accrochée au grand côté extérieur du dos et protégeant la tranche qui se ferme grâce à des lanières de cuir fixées à des pitons sur le plat supérieur. Ces reliures sont décorées d’un estampage à froid fait avec des fers ou des plaques de métal. L’un des motifs les plus caractéristiques est, sur le plat supérieur, une croix formée d’entrelacs posée sur un socle à degrés allant de pair avec un motif géométrique sur le plat inférieur, élaboré à partir de carrés ou de triangles insérés dans un cercle (cat. 39). Les reliures les plus précieuses, chefs-d’œuvre d’orfèvrerie, sont ornées de pièces décoratives, croix, plaques en métal ou en argent (cat. 40 et 41) dans lesquelles peuvent s’insérer joyaux et pierres précieuses.

Catalogue

39. Tétraévangile

5Copié au xve siècle par un scribe nommé Sirun dpir, ce volume offre un parfait exemple des reliures arméniennes traditionnelles très présentes dans les collections de la Bibliothèque. C’est sur le plat supérieur que se trouve le motif le plus caractéristique, une croix décorée d’une tresse d’entrelacs posée sur un socle à degrés, tandis que sur le plat inférieur se détache un rectangle rempli de motifs entrelacés dont la signification reste incertaine. De petits trous témoignent de la présence autrefois de clous en métal destinés à faire ressortir le dessin. Un rabat de cuir, lui aussi décoré, protège la tranche. Seules restent les marques des lanières qui servaient à fermer le livre. Les plats, faits de fines planchettes de hêtre, sont recouverts d’un tissu à motifs bleu et blanc. Les colophons* – mais ce n’est pas le cas ici – portaient souvent mention du nom des relieurs, de la date et du lieu d’activité.

Lieu (?), xve siècle
Papier oriental, 242 f., 24,5 × 16,5 cm
Acquis en 1882

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 23

40. Tétraévangile

6« Fut réparé et composé ce saint évangile, producteur de lumière, par la main du scribe Grigor, très pécheur et au doigt chancelant, en l’an de l’ère arménienne 1112 [1663]. » Ainsi écrivait l’homme qui, dans la ville de Césarée, avait restauré ce petit volume copié près de trois siècles auparavant et orné simplement dans les marges de miniatures de Jean Baptiste (f. 11 v°) et de Gabriel (f. 104 v°), ainsi que d’une belle lettrine anthropomorphe marquant le commencement de l’évangile de Matthieu. Sur la toile verte usée par les ans qui recouvre la reliure de cuir, on voit sur le plat supérieur une croix en argent ciselée, et sur le plat inférieur une plaque représentant saint Georges terrassant le dragon. Une soie de couleur saumon tapisse les contreplats.

Lieu (?), 1356
Parchemin, 214 f., 11 × 7,5 cm
Acquis en 1882

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 20

41. Tétraévangile

7On ajoutait souvent aux reliures toutes sortes d’ornements de métal pour les embellir. On a cloué ici, de part et d’autre du traditionnel dessin de la croix, des plaques d’argent ciselées. Dans chaque coin a été gravé le portrait d’un évangéliste et on a placé dans les branches de la croix centrale les symboles qui leur correspondent, homme, lion, aigle et taureau. De gros clous garnissent les espaces vides et l’on distingue de légères traces d’émail de couleur verte. Le manuscrit se distingue par la qualité de ses miniatures. Reprenant des schémas iconographiques et stylistiques propres à la tradition cilicienne du xiiie siècle, les peintures se détachent progressivement de leur influence et témoignent de l’élaboration d’un style propre à la Crimée en train de se dessiner. Deux miniatures plus tardives ont été ajoutées en 1402, dont l’une représente l’acquéreur du volume, le prêtre Ruben. Différant totalement des premières et due probablement au scribe T’uma, auteur du colophon* et des légendes, leur style les rattache à l’école du Vaspurakan et aux élèves du peintre Tserun.

Surkhat’ (Crimée), 1356
Parchemin et papier oriental, 331 f., 20,5 × 13,5 cm
Acquis en 1899

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 17

42. Phylactère

Christ
Adam et Ève
Annonciation
Adoration des mages
Présentation au Temple (?)
Christ et apôtres
Christ en gloire

Lieu (?), 1732
Copiste : [Y]ov[h]an[nês]
Rouleau, papier occidental, 8,7 × 0,08 m
Acquis en 1886-1888

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 99

43. Phylactère

8En Arménie, le livre rouleau (girk’paharan) a été presque exclusivement réservé à la confection d’amulettes comportant des formules magiques et des prières à caractère prophylactique. Long de deux à huit mètres – pouvant aller jusqu’à vingt-cinq mètres –, large de sept à neuf centimètres, il se transportait aisément et se conservait dans la poche ou sous l’oreiller ; de faible coût, il était surtout destiné aux marchands, dont il était le fidèle compagnon de voyage. Des impressions à bon marché dont de très rares exemplaires nous sont parvenus remplacèrent progressivement les rouleaux manuscrits copiés jusqu’au xviiie siècle. Appelés communément kiprianos en raison de la présence de l’Histoire de la conversion de Cyprien le Magicien, ils possèdent de nombreuses vertus talismaniques et magiques : on y trouve confondues des prières de Grégoire de Narek et de divers saints, à côté de prières plus sulfureuses, protections diverses contre le diable et les démons, toutes espèces de maux et maintes histoires édifiantes comme celles de la vierge Justine ou de Photine la Samaritaine. Les dessins qui les illustrent, quoique naïfs, n’en sont pas moins dénués de charme.

Lieu (?), xviiie siècle
Rouleau, papier occidental, 5,95 × 0,082 m
Acquis en 1886

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 102

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search