Version classiqueVersion mobile

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

Des textes profanes

Catalogue nos 23 à 26

Texte intégral

Introduction

1Dans une culture où le livre est essentiellement religieux, livres d’étude et écrits des historiens n’échappent pas à cette orientation : les uns sont utilisés dans la formation des théologiens tandis que les autres, nourris de références scripturaires, exaltent l’histoire nationale.

2Les disciplines profanes sont enseignées dans deux cycles d’étude : le premier, littéraire, le trivium, et le second, scientifique, le quadrivium. Pour le trivium (grammaire, rhétorique et philosophie), on adapte du grec la grammaire de Denys de Thrace, les exercices de Théon ainsi que les commentaires des œuvres de Porphyre et d’Aristote (cat. 23) par Dawit’ Anyaght’ (David l’Invincible). Ces manuels, accompagnés de scolies* sont fréquemment enrichis par les maîtres. Les disciplines du quadrivium (arithmétique, musique, géométrie, astronomie) ont été décrites au viie siècle dans le K’nnicon (Chronicon) du mathématicien Anania Shirakatsi (610-685), où les exposés de chaque science, tirés de traductions et d’adaptations diverses comme la Géographie de Ptolémée ou la Géométrie d’Euclide sont accompagnés de figures et suivis d’applications pratiques.

3La médecine est enseignée à partir d’auteurs grecs ou syriens (Abû Sa’îd, Asclépiade, Galien, Hippocrate, Oribase…) mais aussi d’œuvres originales, comme celles de Mkhit’ar Heratsi et son Réconfort des fièvres, de Grigoris ou d’Amirdovlat’ Amasetsi, écrites entre le xiie et le xve siècles. L’intérêt pour les sciences techniques est grand au royaume de Cilicie ; on fait traduire l’encyclopédie agronomique des Geoponica et, sur l’ordre du roi Hét’um Ier, des traités sur la fonte de l’acier, la fabrication des sabres et sur l’astronomie. Vétérinaire des armées du roi de Cilicie, le Syrien Faradj compose au xiiie siècle, à l’aide d’un traducteur, un manuel dont il reste un manuscrit illustré de planches hippologiques. Ces ouvrages, destinés à des hommes de métier, sont écrits en langue vulgaire.

Lectionnaire (détail).
Lieu (?), xive siècle
Papier oriental, 371 f., 44,5 × 31,2 cm
Acquis en 1882

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 88, f. 367 v°

4L’histoire constitue le genre le plus accompli de la littérature arménienne ancienne. Les chroniqueurs du ve siècle, véritable âge d’or de l’historiographie, narrent l’histoire du pays à partir de la naissance du christianisme. Source majeure pour les campagnes militaires sassanides en Arménie, Eghishê (Elisé) exalte dans son Discours sur la guerre arménienne la résistance arménienne luttant pour sa foi. L’œuvre d’Agathange, se présentant fictivement comme le secrétaire du roi Tiridate (298-330), raconte la conversion des Arméniens par Grégoire l’Illuminateur et leur adoption du christianisme comme religion d’État (cat. 49). P’awstos Buzand (Fauste de Byzance) et Ghazar P’arpetsi font le récit des périodes qui suivent jusqu’en 485. L’œuvre fondamentale reste néanmoins celle du grand Movsês Khorenatsi (Moïse de Khorène) qui réécrit l’histoire de l’Arménie depuis les temps bibliques (cat. 26) ; le moment où il a réellement vécu, probablement entre le ve et le ixe siècle, fait aujourd’hui débat. En butte aux dominations successives, les historiens arméniens fournissent des informations remarquables, non seulement sur leur pays mais aussi sur les États alentour. Sebêos et Ghewond, témoins de la conquête arabe, en décrivent les méthodes d’administration. Au xe siècle, acteurs de la vie politique et religieuse des royaumes indépendants, Yovhannês Draskhanakertsi et T’ovma Arcruni en retracent les événements marquants tandis que le vardapet* Aristakès Lastivertsi livre une chronique fort précise de l’invasion seldjoukide et de ses exactions au siècle suivant. Quant à l’œuvre de Mathieu d’Édesse, elle intéresse l’État de Cilicie et ses rapports avec les croisés. La période mongole voit naître l’œuvre de Kirakos Ganjaketsi qui, fait prisonnier en 1236, décrit les mœurs des envahisseurs et celles de Vardan Areweltsi, Grigor Aknertsi, Héthoum et sa Fleur des hystoires de la Terre d’Orient. Les livres des siècles suivants dépeignent les ravages des guerres, celle de Tamerlan par T’owma Mecop’etsi, les turco-persanes par Arak’el Dôrijetsi. Avec l’Histoire d’Arménie, écrite au xviiie siècle par Mik’ayel Tchamtchian, l’historiographie subit une profonde mutation et entre dans la modernité (cat. 24).

5À la croisée des genres historique et littéraire, la traduction arménienne du Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène faite au ve siècle est l’une des rares œuvres profanes à être illustrée (cat. 25). Sont traduits également bon nombre de livres d’agrément, fables ou contes, comme la Ville d’airain, traduite des Mille et Une Nuits. Beaucoup de ces livres ont été ensuite édités et largement diffusés.

6La poésie est d’abord religieuse. Au xe siècle, apparaît la grande figure de Grigor Narekatsi (Grégoire de Narek), confié très jeune au monastère de Narek, au sud du lac de Van. Son Livre des lamentations, recueil puissant et visionnaire, fut un véritable guide spirituel pour des générations de fidèles qui l’apprenaient par cœur ou le copiaient sur des talismans. Au xiie siècle, après son Jésus Fils unique, la poésie de Nersês Shnorhali (Nersês « le Gracieux ») prend un tournant profane avec ses Énigmes et ses Fables, d’une élégance et d’une vivacité rares. Viennent alors les Fables de Vardan Aygektsi au xiiie siècle, puis un siècle plus tard, les élégies de Frik, où l’auteur dénonce avec vigueur la cruauté des puissants. Dès le xiiie siècle, s’épanouit une poésie lyrique en langue populaire aux accents et aux thèmes variés ; les troubadours (achoug) reprenant des traditions antérieures au christianisme en sont les nouveaux chantres, notamment dans les poèmes érotiques de Nahapet K’utchak et les chants d’amour plus tardifs de Sayat’ Nova (1712-1795).

Catalogue

23. Dawit’ Anyaght

Commentaire des œuvres de Porphyre et du Pseudo-Aristote

7Le philosophe Dawit’ Anyaght’, David l’Invincible (vers 590-660), considéré par la tradition arménienne comme l’élève de Mashtots, est en réalité un disciple de langue grecque du philosophe alexandrin Olympiodore le Jeune (deuxième moitié du vie siècle) dont les commentaires de l’Isagoge de Porphyre et de l’Organon d’Aristote ont été traduits en arménien au début du viie siècle par différents auteurs. Copié par trois scribes différents dont on ignore le nom, le manuscrit, recouvert d’une reliure de cuir traditionnelle doublée d’une soie rouge à rayures, se pare de frontispices, de bandeaux, de lettres ornithomorphes et, dans les marges, de décors géométriques et d’oiseaux ; finement dessinés à l’encre, ils sont rehaussés de rose vif et de bleu, ravivés par un léger pointillé d’argent.

Lieu (?), xve siècle
Papier, 232 f., 18 × 12,5 cm
Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 241, f. 118 v°-119

24. Recueil de textes historiques

8Ce recueil de différents textes historiques débute avec seize feuillets présentant les tables historiques et généalogiques de l’Ancien et du Nouveau Testament dans une mise en page peu habituelle qui court d’un feuillet à l’autre. Des lignes de différentes couleurs relient de petits cercles figurant les filiations, comme sur le feuillet 1 v° qui représente l’organisation de la Bible avec, au centre, la figure divine d’où partent, à gauche l’Ancien Testament en quatre parties, elles-mêmes subdivisées, et à droite le Nouveau Testament et ses différents Livres. Dans la partie centrale, au milieu du texte, apparaissent Adam et Ève. Le copiste Têr Minas a été surpris par la mort alors qu’il achevait ces pages et c’est son élève Step’anos qui continua la copie pour le vardapet* Karapet, la complétant par divers textes historiques.

Église Surb Kirakos d’Hamit’ (Diyarbekir), 1636
Papier oriental, 110 f., 20 × 15 cm
Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 192, f. 1 v°-2

Recueil de textes historiques (détail).
Église Surb Kirakos d’Hamit’ (Diyarbekir), 1636
Papier oriental, 110 f., 20 × 15 cm
Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 192, f. 1 v°-2

25. Pseudo-Callisthène

Roman d’Alexandre

9Le récit fabuleux des exploits réels ou fictifs d’Alexandre le Grand, l’une des rares œuvres profanes abondamment illustrée, connut en Arménie un engouement exceptionnel. Dans l’adaptation qu’il fait du Roman d’Alexandre, Khatshatur Ketsaretsi (vers 1260-1331) ajoute à chacun des cent chapitres des pièces en vers, les kafa. Copié par un scribe nommé T’oros, le manuscrit, riche de cent vingt-cinq miniatures, s’ouvre avec le portrait du conquérant sur son blanc destrier. Incluses dans le texte, les peintures illustrent les faits et gestes du personnage légendaire depuis les événements qui précédèrent sa naissance jusqu’à sa mort. Les deux miniatures exposées montrent comment les chevaux des troupes d’Alexandre font fuir les éléphants de l’armée de Poros, roi des Indes, en se jetant sur eux.

Nord de l’Arménie ou Ispahan, vers 1646
Papier occidental, 207 f., 21 × 14,5 cm
Acquis en 1886

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 291, f. 126 v°-127

26. Movsês Khorenatsi

Histoire d’Arménie et Géographie

10Le plus célèbre des historiens arméniens, Moïse de Khorène, auteur d’une Histoire de l’Arménie allant des origines jusqu’à la mort de Mesrop, aurait vécu selon la tradition arménienne au ve siècle, date remise en cause par la critique occidentale pour qui la rédaction définitive de l’ouvrage ne serait intervenue qu’entre 750 et 800. La Géographie qui suit et qui lui est elle aussi attribuée est en réalité l’œuvre du grand scientifique Anania Shirakatsi. Publiée pour la première fois en 1695 à Amsterdam par Lukas Vanadetsi, l’édition de cette œuvre capitale, quoique basée sur un unique manuscrit, suscita un grand intérêt parmi les savants. Tenant compte des remarques postérieures de l’éditeur, la version bilingue arménien-latin imprimée à Londres en 1736 est ici enrichie des corrections de deux éminents spécialistes. Yovhannês Zôhrabian (1756-1826) a collationné le texte imprimé avec trois manuscrits de la bibliothèque des mékhitaristes* pour l’Histoire, et deux pour la Géographie, il en a consigné les variantes et ajouté différents extraits d’auteurs arméniens sur Moïse de Khorène ; collaborateur actif des érudits parisiens, cet ancien mékhitariste installé à Paris a publié la première édition critique de la Bible en 1805. Antoine-Jean Saint-Martin (1791-1832) a rapporté les variantes du livre I dans les marges et copié un extrait attribué à l’historien ; orientaliste réputé, futur directeur du Journal asiatique, il a publié en 1818-1819 ses Mémoires historiques et géographiques sur l’Arménie en deux volumes, prélude aux nombreux travaux français sur l’historiographie arménienne.

Paris, 1815
Papier occidental, 440 p. – 27 f. manuscrits, 24,5 × 20 cm
Acquis en 1834 à la vente Saint-Martin

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 207

Table des illustrations

Légende Lectionnaire (détail). Lieu (?), xive siècle Papier oriental, 371 f., 44,5 × 31,2 cm Acquis en 1882
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Légende Lieu (?), xve siècle Papier, 232 f., 18 × 12,5 cm Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Église Surb Kirakos d’Hamit’ (Diyarbekir), 1636 Papier oriental, 110 f., 20 × 15 cmProvient de la mission Sevin à Constantinople en 1730
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 192, f. 1 v°-2
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Recueil de textes historiques (détail). Église Surb Kirakos d’Hamit’ (Diyarbekir), 1636 Papier oriental, 110 f., 20 × 15 cm Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Nord de l’Arménie ou Ispahan, vers 1646 Papier occidental, 207 f., 21 × 14,5 cm Acquis en 1886
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 291, f. 126 v°-127
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1154/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search