Version classiqueVersion mobile

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

La religion de l’Arménie

Catalogue nos 18 à 22

Texte intégral

Introduction

1L’Arménie fut la première nation à adopter le christianisme. Selon le récit qui en est fait par l’Agathange, le roi Tiridate IV (vers 298-330), jusqu’alors persécuteur des chrétiens, est converti par l’un de ses serviteurs, Grégoire, connu dès lors sous le nom de l’Illuminateur. En 313 (301 selon la tradition), le roi proclame le christianisme religion d’État. Le pays, largement christianisé grâce à la traduction de la Bible, résiste à la tentative d’imposition du mazdéisme*, puis à la domination musulmane. En 553, les évêques arméniens refusent au synode de Dwin les décisions du concile de Chalcédoine tenu sous l’égide de Byzance en 451, selon lesquelles le Christ aurait deux natures, humaine et divine, réunies en une seule personne mais non confondues. Cette condamnation entraîne à la fois une rupture définitive avec Byzance et l’organisation d’une Église indépendante possédant sa propre hiérarchie.

Tétraévangile (détail).
Khizan, 1335
Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm
Acheté en 1934

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 333.

2L’Église arménienne apostolique (appelée aussi grégorienne) est acéphale. Elle est divisée en quatre entités : deux catholicosats* et deux patriarcats*. Les catholicosats d’Etchmiadzine (Arménie) et d’Antélias (Liban) jouissent d’une autorité spirituelle auprès de toutes les communautés arméniennes. Résidant au Saint-Siège d’Etchmiadzine, le primat de l’Église porte le titre de « patriarche suprême et catholicos* de tous les Arméniens ». Le siège d’Antélias constitue la continuation historique du catholicosat médiéval de Sis, au royaume de Cilicie. Les patriarcats de Jérusalem et de Constantinople sont des Églises locales. L’un remonte aux établissements arméniens des ive et ve siècles en Terre sainte, tandis que l’autre, fondé en 1461, a joué un rôle fondamental dans l’histoire de la communauté arménienne en Turquie pendant plus de trois cent cinquante ans.

3À côté de l’Église apostolique arménienne (près de 92 % des Arméniens), coexistent une Église arménienne catholique – issue en 1742 d’une minorité dont la congrégation des mékhitaristes* est l’expression – et une Église évangélique arménienne, créée en Arménie depuis environ cent cinquante ans.

Catalogue

18. Calendrier perpétuel des fêtes allant de l’an 1002 (1553) à l’an 1475 (2026)

4Copié sur parchemin par Minas et Step’anos, ce calendrier, qui tient dans le creux de la main, n’en est pas moins décoré de minuscules lettrines en forme d’oiseau et de motifs floraux dans les marges signalant les paragraphes. Après quelques considérations sur les jours néfastes de l’année, l’auteur indique les dates où la fête de Pâques arménienne diffère de la grecque. Le calcul des dates des fêtes liturgiques était d’une grande complexité, due d’une part à la mobilité de l’ancien calendrier arménien comportant douze mois de trente jours et un mois supplémentaire de cinq jours, et de l’autre à la nécessité de déterminer la date de Pâques selon les cycles lunaires. Au viie siècle, le mathématicien Anania Shirakatsi dressa des tables de 532 ans à partir du début de l’ère arménienne – fixée traditionnellement en 552 (ici en 553) – qui indiquent les dates des principales fêtes. Au terme des 532 ans, les tables furent prolongées par Yovhânnes Sarkawag (mort en 1129).

Constantinople (?), vers 1552-1553
Parchemin, 79 f., 9 × 6,5 cm
Entré dans les collections après 1908

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 326, f. 57 v°-58

19. Psautier

5Copié par un scribe nommé Vrt’anês pour un certain Petros, ce petit psautier* est divisé selon l’usage en huit canons avec, à la suite, les cantiques et les prières. Il s’ouvre sur une double page de facture naïve mais touchante : la miniature, sur un fond vermillon, vert, bleu et or représente selon l’iconographie médiévale chrétienne habituelle le roi David, traditionnel auteur des Psaumes, son psaltérion sur les genoux. La main, sortant en haut à droite d’un nuage gris symbolise l’inspiration divine. Les instruments pourraient être les ciseaux et outils utilisés pour le réglage de l’instrument. Les bandeaux sur la page en vis-à-vis sont illuminés dans la même harmonie de couleurs. La petitesse du volume n’empêche pas la délicatesse des décors : au détour d’un feuillet, un oiseau à tête de femme rouge, bleu et rose éclaire la sobriété d’une page.

Lieu (?), 1644
Parchemin et papier, 238 f., 9,5 × 7 cm
Don en 1867

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 6, f. Av-1

20. Missel

6Certainement réalisé à Constantinople, ce précieux missel* ayant appartenu à l’archevêque Petros Galatatsi reflète bien la production d’ouvrages de luxe au croisement des influences arménienne, ottomane et occidentale, destinés à des commanditaires fortunés. Ors et couleurs vives des enluminures éclairent les pages soigneusement calligraphiées où se succèdent les miniatures illustrant scènes de la Passion du Christ et rituels de la messe. En début de volume, sous un chatoyant frontispice, une ligne de lettres ornithomorphes commence par une curieuse lettrine formée de deux singes rose et vert jouant de la flûte la tête en bas ; elle fait face en pleine page à l’une des représentations de la sainte Trinité. Celle-ci reprend des symboles iconographiques occidentaux tardifs. Dépeint comme un vieillard à barbe blanche, Dieu le Père est coiffé de la tiare papale surmontée du triangle figurant la Trinité servant d’auréole ; dans ses mains se trouvent deux de ses attributs, le sceptre et le globe représentant le monde. À sa gauche, le Fils, sous les traits d’un jeune homme, est désigné par les plaies de son supplice. Entre les deux, le Saint-Esprit sous la forme d’une colombe.

Constantinople (?), 1729
Papier occidental, 24 f., 27,5 × 20 cm
Acquis en 1847

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 90

21. Ephrem le Syrien

Recueil ascétique

7Les clercs traduisirent une abondante littérature patristique dans laquelle les théologiens syriens représentant l’école exégétique d’Antioche tiennent une place non négligeable. Traduites dès le ve siècle, nombre d’œuvres d’Ephrem de Nisibe (vers 306-373) disparues en syriaque ne sont connues que par leur version arménienne. S’ouvrant sur une peinture représentant l’auteur, ce recueil d’écrits ascétiques, copié par T’adêos et Tiratur pour Sêrovbê, montre l’influence des enseignements d’Ephrem le Syrien dans le monde arménien.

Arménie, xive siècle
Papier oriental, 249 f., 24,5 × 17 cm
Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 122

22. Barthélémy de Bologne

Des six jours de la Création

8Barthélémy de Bologne (mort en 1333), archevêque dominicain de Maragha, fut l’une des grandes figures du milieu « uniteur* » arménien prônant le rapprochement avec l’Occident catholique. C’est à son instigation qu’un ordre des frères uniteurs* arméniens fut installé en 1330 au Nakhidjewan, dont le siège se trouvait au monastère de K’rna, et qui perdura jusqu’au xviiie siècle. Durant les années qui suivirent sa création, des dizaines d’œuvres tirées uniquement de la tradition médiévale latine furent traduites, s’opposant à la littérature arménienne classique basée sur des traditions hellénistiques. Plusieurs ouvrages de l’évêque furent alors adaptés par Yakob K’rnetsi dont celui-ci. Le colophon* du manuscrit, exécuté deux siècles plus tard dans le même monastère, rappelle le nom de ce premier traducteur-copiste. Faisant face à un frontispice enluminé de couleurs vives, une miniature, sans doute inspirée par l’art occidental, évoque le paradis terrestre.

Église Notre-Dame de K’rni (Nakhidjewan), vers 1670-1680
Papier occidental, 89 f., 26 × 18,5 cm
Acquis en 1847

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 149, f. 5 v°-6

Table des illustrations

Légende Tétraévangile (détail). Khizan, 1335 Papier, 280 f., 24,5 × 17,5 cm Acheté en 1934
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Constantinople (?), vers 1552-1553 Parchemin, 79 f., 9 × 6,5 cm Entré dans les collections après 1908
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 326, f. 57 v°-58
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Lieu (?), 1644 Parchemin et papier, 238 f., 9,5 × 7 cm Don en 1867
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 6, f. Av-1
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Légende Église Notre-Dame de K’rni (Nakhidjewan), vers 1670-1680 Papier occidental, 89 f., 26 × 18,5 cm Acquis en 1847
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 149, f. 5 v°-6
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search