Version classiqueVersion mobile

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

Des textes religieux

Catalogue nos 13 à 17

Texte intégral

Introduction

1L’arménien devient une langue écrite – le grabar – avec l’invention de l’alphabet par Mesrop Mashtots au début du ve siècle. À côté de cette langue savante se développe, à partir du xe siècle, une langue vulgaire qui connaîtra un usage littéraire plus tardif dans des domaines non religieux. Puis, au xixe siècle, l’arménien se divisera en deux branches : l’arménien oriental parlé en république d’Arménie, et l’occidental, langue de la diaspora. Véritable fondateur de l’identité culturelle, créé pour traduire la Bible et enseigner la foi, la création de l’alphabet favorise l’essor d’une littérature essentiellement religieuse. Mashtots fait traduire par ses disciples – appelés plus tard « les Saints Traducteurs » – un grand nombre de recueils scripturaires et liturgiques, commentaires des Pères de l’Église à partir du grec et du syriaque. Cet intense mouvement de traduction encourage la production d’œuvres originales commentant les textes sacrés.

Tétraévangile (détail).
Nor Djugha (Ispahan), 1639-1644
Parchemin, 251 f., 12 
× 10 cm
Donation Smith-Lesouëf

BNF, Manuscrits orientaux, Smith-Lesouëf 252, f. 165 v°

  • 1 Voir le chapitre « L’écriture ».
  • 2 Voir le chapitre « L’écriture ».

2La première traduction de la Bible, hâtivement faite par Mesrop à partir de versions orales et de textes syriaques et grecs, fut très vite révisée vers 435 par le catholicos* Sahak à l’aide d’exemplaires plus sûrs, sans doute issus de la Septante* – c’est cette version qui nous est parvenue. Le texte biblique, copié alors en erkat’agir*, l’écriture majuscule1, tenait en de nombreux tomes ; au xiie siècle, Nersês de Lambron, adoptant l’écriture minuscule2, le bolorgir*, et utilisant des abréviations pour certains mots, en réduisit la taille à un unique volume. À côté du corpus biblique qui connut plusieurs variations au cours des siècles, circulaient quelques apocryphes*, traduits eux aussi en arménien. Mais à la Bible copiée dans sa totalité, on préféra les Évangiles qui furent durant de longs siècles les livres les plus copiés et enluminés.

3On remplaça très vite les lectures liturgiques faites directement à partir des Écritures par des recueils constitués comprenant des extraits de l’Ancien et du Nouveau Testament. Le djashots (lectionnaire-typicon*) traduit au ve siècle à partir d’un modèle grec utilisé alors à Jérusalem (cat. 10) donne dans l’ordre du calendrier liturgique les péricopes*, passages des Écritures qui doivent être lus pour chaque jour de l’année. Le texte du missel* (pataragamatoyts) fut composé à partir d’anaphores* de différentes origines traduites en arménien (cat. 20). La plus ancienne est attribuée à saint Grégoire l’Illuminateur lui-même. Dans ses tentatives de rapprochement avec l’Église latine, Nersès de Lambron traduisit en 1198 le missel latin (cat. 1). Les différents rites pour l’administration des sacrements du baptême, du mariage, des funérailles ainsi que des autres circonstances de la vie avaient été réunis en 893 par le catholicos Mashtots Elivardetsi dans un rituel commun qui porta alors son nom, mashtots.

4La prédication se faisait à partir des sermons des Pères de l’Église, d’auteurs arméniens et de différents extraits, réunis dans l’homéliaire* festif (tônakan) (cat. 13-14), puis d’autres recueils plus complexes comme le djarentir. Le synaxaire* (yaysmawurk’) fut créé vers 1240 en incluant à l’exemplaire grec utilisé les nombreux saints arméniens (cat. 16) ; il comprenait des récits de la vie des saints pour tous les jours de l’année. Le bréviaire* (jamagirk’) contenait quant à lui la totalité des lectures, hymnes et prières que les religieux devaient répéter à chaque heure du jour et de la nuit. Les moines étaient aussi astreints à chanter le psautier* (saghmosaran) (cat. 19) réparti la semaine sur huit offices de nuit, chaque section se terminant par une antienne* à laquelle on avait attribué un des huit modes musicaux. Les hymnes religieux (sharakan) étaient réunis en hymnaires* (sharaknots) (cat. 17, 27, 28).

5Une grande partie des offices était chantée. À l’origine, la musique liturgique, transmise oralement, n’était pas notée, mais aux viiie et ixe siècles on inventa un système de notation où la musique était indiquée au-dessus du texte à l’aide de neumes* appelés khaz. On ne savait plus les déchiffrer à la fin du xviiie siècle mais, conservés par tradition orale, ils survécurent grâce à de nouveaux systèmes de notation. Par ailleurs, un manuel de chant (khazgirk’) permettait d’enseigner à partir d’un unique verset biblique décliné sur tous les airs possibles. Deux livres distincts coexistaient : le ganjaran consignant les hymnes, et le talaran réunissant odes et mélodies (cat. 15).

6Destinés à la lecture pendant les offices, posés sur un lutrin, les livres liturgiques étaient souvent de grandes dimensions, comme l’homéliaire assez exceptionnel rapporté de Crimée par l’abbé Sevin qui ne pesait pas moins de cent kilos et comptait 1 958 pages (cat. 14). Tout au contraire, les livres d’étude ou de dévotion étaient plus petits, tenant parfois dans le creux de la main.

7Parmi les livres d’étude, les uns se rapportaient directement à l’exégèse biblique, tandis que les autres dépendaient des disciplines profanes jugées nécessaires à l’éducation des théologiens.

8Une floraison d’ouvrages vit le jour à partir du ve siècle, constituée en majeure partie de la littérature patristique, des actes des premiers conciles et des écrits polémiques et apologétiques. Beaucoup sont des traductions du grec et du syriaque dont les originaux ne nous sont pas parvenus et que nous connaissons uniquement par la version arménienne. On possède une abondante littérature patristique des écoles exégétiques d’Antioche et d’Alexandrie, les commentaires de Philon d’Alexandrie, Jean Chrysostome, Cyrille d’Alexandrie, Basile de Césarée, Ephrem le Syrien… (cat. 21). La Cilicie, plus proche géographiquement des Byzantins, du monde latin d’Orient et du monde syriaque, joua un rôle tout particulier sous l’impulsion de Nersês Lambronatsi (Nersês de Lambron), archevêque de Tarse entre 1180 et 1198 et partisan de l’union des Églises grecque et latine, et du catholicos Nersês IV Shnorhali, tous deux grands traducteurs et auteurs (cat. 6, 12).

9Après le refus du concile de Chalcédoine qui divisa l’Orient chrétien, les Arméniens traduisirent vers 555 le florilège patristique de Timothée Aelure qui contenait une réfutation de ce concile. Le catholicos Komitas composa un nouveau florilège, le Sceau de la foi, défendant la position de son Église. Par ailleurs, le catholicos Yovhannês Ojnetsi constitua au viie siècle le premier recueil de droit canonique dont la Bible était le fondement.

Catalogue

13. Homéliaire festif

« Celuy dont il s’agit est intitulé Giarrantir, volume d’une grosseur étonnante, et qui contient l’histoire des roys et des patriarches arméniens, une grande partie de leurs conciles et plusieurs ouvrages des anciens docteurs qui ont fleuri en cette Église. Tant de morceaux considérables rendent ce manuscrit également curieux et intéressant. Il n’est pas douteux que ce ne soit une découverte importante et dont je désespérais presque, à cause de la rareté du manuscrit. Le nôtre est assez défectueux : il y manque quelques pages au commencement et à la fin, mais le mal n’est pas sans remède ; elles seront vraisemblablement supplées par le Giarrantir que doit nous envoyer le consul de Crimée. »

10C’est ainsi que l’abbé Sevin décrit dans une lettre du 18 septembre 1729 ce recueil d’homélies des Pères (tônakan) composé en 1194. Encore copié en erkat’agir* au xiie siècle, il est l’une des plus anciennes versions de la rédaction médiévale témoignant de l’activité intellectuelle qui régnait alors en Arménie occidentale sur le cours supérieur de l’Euphrate. Quelques décors géométriques rompent l’austérité des pages.

Nghkuk (Divrik), 1194
Papier, 599 f., 52,5 × 46,5 cm
Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 110, f. 383 v°

14. Homéliaire-martyrologe

11Exceptionnel est cet autre homéliaire*, rapporté lui aussi par l’abbé Sevin : « Un volume d’une taille prodigieuse, et qu’à peine un homme robuste pourroit lever… long de 2 pieds 5 pouces, large d’un pied 10 pouces et épais d’un pied 2 pouces ; il est écrit sur quatre colonnes et est du double au moins plus gros que celuy d’Angora […]. » De dimensions en effet peu ordinaires, le manuscrit pèse près de cent kilos et compte 1 958 pages ; à son arrivée à la Bibliothèque du roi, il fut partagé en trois énormes volumes non reliés. Le manuscrit, comportant 231 pièces – dont un certain nombre d’homélies et de vies de saints inédites – a été réalisé à Caffa et serait le plus ancien conservé provenant de Crimée, où vivait depuis le xiiie siècle une influente colonie arménienne. Majoritaire au siècle suivant, cette prospère communauté entretenait églises et monastères, dont celui de Sainte-Croix était le plus important. En 1729, agissant pour le compte de Sevin, le consul de Crimée Glavany n’ayant pas réussi à se faire vendre le volume par les moines envoya deux escouades de Tatars pour se l’approprier. Le frontispice monochrome aux multiples entrelacs est représentatif de l’art de Grande Arménie dont le copiste Simêon Baberdtsi était originaire.

Caffa (Crimée), 1307
Papier oriental, 334 f., 69,5 × 46,5 cm
Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 116, f. 276

15. Hymnes

Livre d’odes

12La richesse de sa notation neumatique caractérise ce recueil de cent quarante hymnes et odes. Nommés khaz en arménien, les neumes*, signes placés au-dessus des mots, ne notaient pas la mélodie mais précisaient l’interprétation. Le manuscrit qui provient également du monastère Sainte-Croix de Caffa a été exécuté pour Astuacatur par un copiste nommé Markos ordi Yovhannêsi. Le bleu et le rouge soulignent la précision géométrique des décors dessinés à la plume ; fréquent chez les miniaturistes de Crimée, le motif floral stylisé orne frontispice et décor de marge d’une composition faite d’entrelacs et de feuilles de palmettes.

Caffa (Crimée), 1381
Papier oriental, 378 f., 14 × 10 cm
Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 80, f. 160-161

16. Synaxaire

13Ce synaxaire* (recueil des vies de saints pour chaque jour de l’année) reprend, moins de vingt ans après sa composition, le texte de Grigor Cerents qui avait enrichi les précédentes versions du ménologe* arménien avec des légendes transmises oralement. Comme l’indique le colophon*, le manuscrit, commandité par une riche famille de négociants d’Arménie occidentale, a été copié sous le règne de monarques musulmans, trois ans après le transfert du siège du catholicosat*, de Sis, en Cilicie, au nord de l’Arménie. Minas et Grigor, copiste et enlumineur, ont également réalisé un lectionnaire* (conservé actuellement à la Chester Beatty Library à Dublin). La délicatesse du travail ornemental se reflète dans la double page exposée peinte dans des tons fondus bleu, rouge et rose : comme il est d’usage, les paragraphes s’ornent de lettrines, ici en forme d’animaux et d’oiseaux, face auxquelles s’ajoute un décor marginal, figuratif ou non ; les plus fréquents sont sans doute ceux figurant des sirènes, créatures à corps d’oiseau et au visage féminin, coiffées de couronnes ou de mitres. Deux magnifiques frontispices ainsi que des vignettes de saints complètent l’enluminure.

Forteresse de Sinamut (Kharperd), 1444
Papier oriental, 602 f., 37 × 26,5 cm
Acquis en 1882

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 181, f. 204

Synaxaire (détail)

Synaxaire (détail)

Forteresse de Sinamut (Kharperd), 1444
Papier oriental, 602 f., 37 × 26,5 cm
Acquis en 1882

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 181, f. 204

Synaxaire (détail)

Synaxaire (détail)

Forteresse de Sinamut (Kharperd), 1444
Papier oriental, 602 f., 37 × 26,5 cm
Acquis en 1882

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 181, f. 204

17. Hymnaire

14Plusieurs sortes de recueils musicaux étaient utilisées pendant les offices. Les sharaknots, dont de nombreux exemplaires nous sont parvenus, réunissaient les hymnes non bibliques. Dans la collection de la Bibliothèque nationale de France, deux sont dus à K’ristosatur krawnawor, à la fois copiste, enlumineur et relieur, certainement le peintre le plus productif de son époque en Crimée. Originaire sans doute de Cilicie, il exerçait son art dans le scriptorium de Saint-Anton, situé entre Caffa et Surkhat. Il interprète de manière toute personnelle les traits caractéristiques de l’école cilicienne. Le manuscrit à l’abondante notation neumatique contient une quinzaine de petits portraits marginaux aux visages très expressifs, comme ceux des apôtres Pierre et Paul (f. 38 v°-39) ou de l’archange Gabriel (f. 213 v°).

Monastère Surb Anton, Caffa (Crimée), 1428
Parchemin, 286 f., 14 × 10 cm
Acquisition après 1900

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 323, f. 213 v°

Notes

1 Voir le chapitre « L’écriture ».

2 Voir le chapitre « L’écriture ».

Table des illustrations

Légende Tétraévangile (détail). Nor Djugha (Ispahan), 1639-1644 Parchemin, 251 f., 12 × 10 cm Donation Smith-Lesouëf
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Nghkuk (Divrik), 1194 Papier, 599 f., 52,5 × 46,5 cm Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 110, f. 383 v°
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Caffa (Crimée), 1307 Papier oriental, 334 f., 69,5 × 46,5 cm Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 116, f. 276
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Caffa (Crimée), 1381 Papier oriental, 378 f., 14 × 10 cm Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 80, f. 160-161
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Forteresse de Sinamut (Kharperd), 1444 Papier oriental, 602 f., 37 × 26,5 cm Acquis en 1882
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 181, f. 204
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1146/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Synaxaire (détail)
Légende Forteresse de Sinamut (Kharperd), 1444 Papier oriental, 602 f., 37 × 26,5 cm Acquis en 1882
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 181, f. 204
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1146/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Synaxaire (détail)
Légende Forteresse de Sinamut (Kharperd), 1444 Papier oriental, 602 f., 37 × 26,5 cm Acquis en 1882
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 181, f. 204
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1146/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search