Version classiqueVersion mobile

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

L’écriture

Catalogue nos 9 à 12

Texte intégral

Introduction

1L’arménien, langue indo-européenne, n’est écrit qu’à partir du ve siècle. Selon son biographe, l’historien Koriwn (390 ?-447), c’est un moine nommé Mesrop Mashtots qui aurait inventé l’alphabet dans les années 400 pour pallier à l’absence d’écriture. L’Arménie, convertie et officiellement chrétienne depuis déjà plus d’un siècle, devait alors lire les Livres sacrés en grec ou en syriaque. Suivant le récit qui en est fait, le savant moine, avec l’accord du roi et du patriarche, expérimenta vainement un système de notation existant en Syrie puis inventa ses propres caractères alors qu’il se trouvait à Édesse. Il en fit ensuite perfectionner le dessin par un calligraphe grec du nom de Rufin. À son retour en Arménie, il traduisit tous les livres de la Bible.

Tétraévangile (détail).
Île-monastère de Ktuc’ (lac de Van), 1456
Parchemin, 313 f., 20,5 × 15 cm
Acquis en 1899

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 18, f. 30

2Inspiré du grec, l’alphabet est composé de 38 lettres, dont deux rajoutées au xiie siècle. Chaque signe correspond à un phonème distinct. L’arménien s’écrit de gauche à droite (cat. 6 et p. 29).

  • 1 Voir détail au début du chapitre « La miniature ».

3Il existe plusieurs styles d’écriture. Le premier, l’erkat’agir* (cat. 10 et p. 29), littéralement « lettres de fer », majestueux et d’assez grand module, fut utilisé dans les inscriptions épigraphiques de la fin du ve jusqu’au xiie siècle et dans les manuscrits les plus anciens des ixe et xe siècles (cat. 10) ; il est lui-même parfois subdivisé, suivant son caractère plus ou moins anguleux ou arrondi. Puis il fut remplacé par une graphie qui en est dérivée, plus petite et d’exécution plus aisée, le bolorgir* (cat. 11 et p. 29), qui servit de modèle pour les minuscules imprimées, tandis que l’erkat’agir était conservé pour les majuscules. Cette graphie qui permettait la copie de textes beaucoup plus longs dans des volumes plus petits est devenue l’écriture standard pour la copie des textes sacrés pendant de longs siècles. Puis au milieu du xve siècle apparut le notrgir* (cat. 12 et p. 29), « l’écriture de notaire », une minuscule presque cursive, utilisée parfois comme italique par les imprimeurs (cat. 12). L’une des caractéristiques de l’art de l’écriture arménien est l’emploi fréquent dans les textes religieux de lettres enluminées en début de chapitre, à motifs animaux ou végétaux1.

Catalogue

9. Exercices de langue grecque en caractères arméniens

4Ce document exceptionnel, seul papyrus arménien connu, est sans doute antérieur à la conquête arabe de l’Égypte en 640. Il constitue un lien entre la naissance de l’alphabet dont il est proche et les premiers manuscrits conservés datables. Bien qu’écrit en caractères arméniens, son texte est en grec vulgaire et contient de courtes phrases de conversation, de rudimentaires paradigmes verbaux, des listes de mots classés par sujets, de concises histoires concernant le philosophe Diogène ainsi que des maximes et des sentences. On l’a attribué à un commerçant ou à un soldat arménien se trouvant dans les armées byzantines en Égypte. Trouvé à la fin du xixe siècle en Égypte, probablement au Fayoum, le papyrus était entre les mains d’Auguste Carrière, titulaire de la chaire d’arménien à l’École des langues orientales de Paris. Étudié dès 1897 et jusqu’aux années 1930 à partir de photographies, il fut à la base des premières études de paléographie arménienne et fut considéré comme perdu alors qu’il se trouvait dans les collections de la Bibliothèque nationale, probablement dans un lot de papyrus coptes et grecs. Sa graphie particulière, une sorte d’erkat’agir* (voir p. 29), est un précieux outil pour la connaissance des premières écritures.

Égypte, vi-viie siècle
Papyrus, 20 × 26,5 cm
Entré dans les collections entre 1920 et 1934

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 332

10. Lectionnaire liturgique « Mémorial des synaxes »

5Copié par Yovhannês en écriture erkat’agir*, ce lectionnaire* (en arménien djashots), l’une des trois plus anciennes copies conservées de cette version, nous permet de retrouver le détail de l’organisation liturgique chrétienne telle qu’elle était pratiquée à Jérusalem au ve siècle et dont il ne reste plus aucune trace dans les manuscrits en langues grecque, syriaque ou copte. Traduit au début du ve siècle sur un modèle grec, il nous livre les péricopes*, c’est-à-dire les passages bibliques destinés à être lus durant la liturgie de la messe, chaque jour de l’année et pour toutes les fêtes.

Grande Arménie, xe siècle
Parchemin, 155 f., 33 × 28,5 cm
Provient de la mission Sevin, 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 44, f. 1 v°-2

Écriture erkat’agir (détail)

Écriture erkat’agir (détail)

11. Lectionnaire

  • 2 Voir chapitre « La miniature ».
  • 3 Voir chapitre « Des textes profanes ».

6Le bolorgir* (minuscule) règne en maître dans les scriptoria entre le xiiie et le xvie siècle, continuant à être utilisé jusqu’au xixe siècle principalement pour les textes bibliques et littéraires. L’erkat’agir* n’est plus usité que pour les incipit ou les majuscules. Grâce aux nombreux manuscrits du lectionnaire* qui subsistent encore dans le monde (près de 350), on peut suivre les différentes évolutions de la liturgie arménienne dans le calendrier des célébrations et les péricopes*. Cet exemplaire, copié pour le prince Sargis et enluminé par Kirakos, contient une version différente du manuscrit précédent ; il est enluminé de très beaux frontispices et de nombreux décors marginaux monochromes, comme ce bélier dressé sur une corne d’abondance (f. 107 v°2) ou cette construction géométrique dans laquelle s’insèrent des visages humains (f. 367 v°3).

Écriture bolorgir (détail)

Écriture bolorgir (détail)

Lieu (?), xive siècle
Papier oriental, 371 f., 44,5 × 31,2 cm
Acquis en 1882

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 88, f. 107 v°

12. Nersês Lambronatsi

Commentaire sur les douze prophètes

7Ce délicat manuscrit, dont nous ne connaissons ni le nom du scribe ni la date et le lieu d’exécution, a été copié sur deux colonnes en écriture minuscule notrgir* comme c’était l’usage à cette époque tardive. Il reprend l’un des nombreux commentaires religieux de Nersês de Lambron.

Écriture notrgir (détail)

Écriture notrgir (détail)

8Les douze « petits » prophètes de l’Ancien Testament sont représentés sur la miniature d’ouverture, encadrant la Vierge portant l’Enfant Jésus. De rares décors, mais d’une extrême finesse, ponctuent les pages. Au détour des feuillets, on découvre des bouquets de fleurs aux couleurs vives, un oiseau tenant un phylactère dans son bec ou encore une sirène, dont le visage au long cou et l’abondante chevelure renouvellent ce motif iconographique très courant.

Lieu (?), xviiie siècle
Papier occidental, 199 f., 18,5 × 13,5 cm
Acquis en 1882

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 33, f. 15 v°-16

Notes

1 Voir détail au début du chapitre « La miniature ».

2 Voir chapitre « La miniature ».

3 Voir chapitre « Des textes profanes ».

Table des illustrations

Légende Tétraévangile (détail). Île-monastère de Ktuc’ (lac de Van), 1456 Parchemin, 313 f., 20,5 × 15 cm Acquis en 1899
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Égypte, vi-viie siècle Papyrus, 20 × 26,5 cm Entré dans les collections entre 1920 et 1934
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Légende Grande Arménie, xe siècle Parchemin, 155 f., 33 × 28,5 cm Provient de la mission Sevin, 1730
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Écriture erkat’agir (détail)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Écriture bolorgir (détail)
Légende Lieu (?), xive siècle Papier oriental, 371 f., 44,5 × 31,2 cm Acquis en 1882
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Écriture notrgir (détail)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1144/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Lieu (?), xviiie siècle Papier occidental, 199 f., 18,5 × 13,5 cm Acquis en 1882
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search