Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

Le fonds arménien de la Bibliothèque nationale de France

Catalogue nos 1 à 8

Texte intégral

Introduction

« Ce qui paroîtrait plus digne d’être acquis ce sont les manuscrits syriaques et arméniens. Il y en a si peu en Europe que, en ce genre, vous n’avés quasi pas de choix à faire, c’est pour ainsy dire un pays tout neuf, où les moindres découvertes deviendront précieuses. »

Abbé Bignon, lettre à l’abbé Sevin, 30 avril 1729

1Riche de près de trois cent cinquante manuscrits et de plus de 70 % des livres imprimés en arménien au xvie et au xviie siècle, le fonds arménien de la Bibliothèque nationale de France est, en dehors des collections communautaires, l’un des plus importants d’Europe. Constitué en grande partie d’ouvrages à caractère religieux, il comporte également des chroniques, des textes littéraires et scientifiques ainsi que des dictionnaires et des grammaires et reflète l’intérêt ancien de la France dans ce domaine. Les premiers volumes, entrés dans les collections royales sous François Ier, se composent d’un missel traduit du latin et copié en Italie au xive siècle (cat. 1) ainsi que des trois premières éditions imprimées en arménien à Venise autour de 1511 (cat. 2). S’y ajoutent quatre autres manuscrits mentionnés dans le catalogue de Nicolas Clément en 1682 et quelques titres acquis sous le règne de Louis XIV.

Nersès Lambronatsi, Vardan Areweltsi,
Commentaires des Saintes Écritures (détail).
[Constantinople ?], xviie siècle
Papier, 345 f., 29,5 × 21 cm
Provient de la mission Sevin en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 32, f. 3

2C’est à Jean-Baptiste Colbert, ministre de Louis XIV, que l’on doit l’organisation de fructueuses missions en Orient chargées d’acquérir manuscrits, monnaies et médailles pour sa propre bibliothèque ou pour celle du roi. Pendant plusieurs décennies, des émissaires partent, munis de listes de titres rares en diverses langues. Cet intérêt participe d’un mouvement plus vaste d’ouverture sur le monde et de soif de connaissances : on se tourne vers la recherche des textes perdus de l’Antiquité, scientifiques ou religieux, que l’on espère retrouver dans des manuscrits issus du monde hellénistique, arabo-islamique ou de l’Orient chrétien. Par ailleurs, dans le contexte religieux de l’époque où s’affrontent catholiques et protestants, l’élite catholique cherche à légitimer ses conceptions religieuses par la découverte et l’étude des textes en langues orientales considérés comme plus proches du christianisme originel.

3C’est dans cette perspective qu’en 1679, l’orientaliste Antoine Galland (1646-1715), partant pour son troisième voyage en Orient, est chargé par Colbert de se procurer « tous les livres anciens arméniens qui se pourront trouver et surtout les livres d’histoire d’un certain auteur, nommé Moïse, en cette langue, comme aussi les traductions de la Bible arménienne, écrites anciennement, parce que depuis peu on a imprimé la Bible arménienne en Hollande » (cat. 5). Secrétaire du marquis de Nointel, ambassadeur de Louis XIV auprès de la Sublime Porte, Antoine Galland avait aussi eu pour mission, dès 1670, d’obtenir des professions de foi des patriarches des différentes Églises orientales. Ces « attestations », qui affirment la croyance relative à la transsubstantiation, sont destinées à fournir de nouveaux et irréfutables arguments aux théologiens dans le débat janséniste (cat. 3 et 4).

4Sous Louis XV, avec la mission de l’abbé Sevin (1682-1741) et de Michel Fourmont (1682-1741) à Constantinople et dans les provinces turques, d’août 1728 à avril 1730, la collection prend toute son ampleur. Sur près de six cents volumes grecs et orientaux rapportés en France, cent trente-quatre sont arméniens (cat. 6). Dans la correspondance entretenue avec le ministre Maurepas et avec l’abbé Bignon, garde de la Bibliothèque du roi, François Sevin se livre à un récit vivant et détaillé de ses recherches et des difficultés qu’il rencontre. La liste de ces manuscrits est dressée en 1735 par l’abbé de Villefroy (1690-1777), alors seul en France à connaître cette langue ; elle est suivie par celle des cent vingt-huit cotes de manuscrits arméniens destinées à être intégrées dans le premier volume du Catalogus codicum manuscriptorum bibliothecae regiae publié en 1739.

5L’existence du fonds arménien a très vite contribué à l’essor des études arméniennes en France (cat. 8). François Pétis de La Croix (1653-1713) est le premier érudit français à s’y adonner. Fils d’un secrétaire-interprète auprès de l’ambassadeur de France à Constantinople – dont il reprendra ensuite la charge –, il avait appris dès l’enfance plusieurs langues orientales. Envoyé à l’âge de seize ans par Colbert au Levant pour se perfectionner, il entreprend au cours de ses voyages l’apprentissage de l’arménien, de l’éthiopien et du tartare. Auteur de plusieurs dictionnaires, il est le copiste attentif d’une dizaine d’ouvrages imprimés à Rome ou à Amsterdam (cat. 7). Il profite sans doute au cours de ses études de l’aide d’Awetik’ Ewdokiatsi, ancien patriarche arménien de Constantinople et de Jérusalem, que le marquis de Ferriol, ambassadeur de France à Constantinople, avait fait enlever et emprisonner en France jusqu’à sa mort, en 1711. Durant sa détention et jusqu’à la fin de sa vie où il se trouve en résidence surveillée chez Pétis, il entretient une correspondance avec diverses autorités religieuses et recopie bon nombre de textes dont les volumes sont conservés dans la collection.

6Au xixe siècle, se développe une véritable école d’arménisants avec la création en 1798 dans le cadre de l’École spéciale des langues orientales vivantes d’un cours d’arménien, confirmé par la création d’une chaire en 1812. Elle est confiée à Jacques Chahan de Cirbied (1772-1834), auteur de la première grammaire éditée en français. À la même époque, les contacts noués avec la congrégation des mékitharistes, établie dans l’île Saint-Lazare à Venise, contribuent à enrichir la collection : à la demande de l’abbé Bignon sont apportés à Paris de nombreux livres édités en Italie et des textes rarissimes copiés par les savants moines. Le mouvement inverse s’effectue avec la copie de vingt-quatre manuscrits importants de la Bibliothèque pour le collège créé à Paris par la congrégation. Accroissements et études arméniennes vont désormais de pair et le fonds s’enrichit des dons de deux savants arménistes, Antoine-Jean Saint-Martin (1791-1832) et Victor Langlois (1820-1869). Titulaire de la chaire d’Arménie à l’École des langues orientales, Édouard Dulaurier (1807-1881), en contact avec des orientalistes russes, se fait envoyer les copies de vingt-cinq rares manuscrits qui, après sa mort, seront vendus par sa veuve à la Bibliothèque.

7Les accroissements se poursuivent au xxe siècle par dons ou par achats. Le dernier manuscrit entré a été acheté en vente publique en 2005.

Catalogue

1. Traduction du missel romain

8Premier manuscrit arménien entré dans les collections royales, cette traduction du missel* romain pour le rite dominicain, relié superbement quelques années plus tard aux armes d’Henri II, a, selon toute vraisemblance, été rapporté de Venise sous François Ier. Copié à Bologne au xive siècle par le moine Pôlos Arak’eltsi à l’usage des premières communautés catholiques d’Arménie et des monastères arméniens d’Italie, il avait été vu à Venise en 1434 ; il fut présenté à l’évêque Oskan Erewantsi en 1669 après son entrevue avec Louis XIV, comme l’atteste une note au début du livre.

Bologne, 1381
Papier, 248 f., 28 × 19 cm

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 107

2. Saint Livre du vendredi

L’Horoscope et l’Astronomie

9Précieusement relié sous Henri II, ce volume contient les deux premiers livres imprimés en arménien à Venise en 1511. Il porte l’ex-libris de Gian Francesco Torresani d’Asola, helléniste réputé, éditeur et beau-frère d’Alde Manuce. Au début des années 1540, Torresani avait cédé au roi François Ier près de quatre-vingts manuscrits et imprimés grecs ; parmi ceux-ci, quelques imprimés en langues orientales rares, éthiopien et arménien. Il est fort probable que les deux autres volumes, regroupant les trois textes publiés par cette imprimerie en 1512 et 1513 et recouverts de reliures semblables faisaient partie d’un même lot, ce qui met en doute l’attribution habituelle de leur provenance à l’orientaliste Guillaume Postel. Ces ouvrages étaient destinés aux marchands voyageurs arméniens établis depuis le Moyen Âge dans tous les grands ports méditerranéens, que leur vie dangereuse loin de leur terre d’origine poussait à la superstition. L’un est un recueil de prières et de textes magiques pour se protéger des maladies et des accidents ainsi que du vendredi, jour considéré comme funeste. L’autre regroupe des écrits d’astrologie, d’astronomie, des recettes de médecine imprécatoire et quelques informations sur les plantes médicinales.

Venise, impr. D.I.Z.A, [1511]

BNF, Réserve des livres rares, Res. p. V.105 (1-2)
In-8°, 54 f.
In-8°, 192 f.

3. Profession de foi du patriarche Yakob IV

10Sous le règne de Louis XIV, l’élite catholique, plongée dans les querelles dogmatiques, s’attacha à démontrer la continuité des Églises orientales vis-à-vis de l’Église latine et à affirmer leur croyance en la transsubstantiation. Envoyés par le roi à Constantinople, le marquis de Nointel, fervent janséniste, et son secrétaire Antoine Galland obtinrent près d’une quarantaine de professions de foi des différentes communautés, en grec, en arabe, en copte et en arménien. Envoyées à Paris puis confiées à l’abbé Renaudot et à Antoine Arnauld, les attestations figurent traduites à la fin du célèbre ouvrage d’Arnauld, la Perpétuité de la foi, paru en 1674. Léguées à la mort de Renaudot à l’abbaye de Saint-Germain-des-Près, elles ne rejoindront les collections de la Bibliothèque qu’en 1799. S’élevant contre la propagande protestante, cette attestation joliment ornée du catholicos* Yakob IV, donnée à Constantinople, affirme avec force la croyance de l’Église arménienne en la présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie et le changement du pain et du vin en corps et en sang. Sa traduction française, faite en 1742 par un certain Joannes, figure sur un feuillet séparé. Le catholicos, figure du mouvement de libération, œuvrait pour que la France soutienne une éventuelle insurrection dans l’Empire ottoman.

Constantinople, 30 avril 1671
Papier, 58,5 × 44 cm
Rapporté par Antoine Galland en 1672

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 145, f. 7

4. Lettre des notables arméniens à Louis XIV

11Adressée au monarque français, cette lettre signée par les principaux notables de Nor Djugha, faubourg arménien d’Ispahan, est en fait une profession de foi. Contresignée par Raphaël Du Mans, missionnaire capucin qui séjourna plus de cinquante ans à Ispahan, elle témoigne de la bonne volonté affichée par les prélats arméniens d’un rapprochement avec l’Église apostolique romaine. La communauté arménienne au poids économique important chercha à utiliser à son profit l’antagonisme entre les Empires ottoman et safavide. Elle se tourna naturellement vers la France qui, pourtant l’alliée du sultan ottoman, propageait l’image d’une nation protectrice des chrétiens d’Orient face à ce dernier.

Ispahan, 1er décembre 1671
Papier, rouleau de 100 × 36,5 cm
Don en 1709

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 141

5. Bible

12En mai 1669, l’évêque Oskan Erewantsi offrit à Louis XIV cette somptueuse première impression de la Bible en arménien à l’occasion de l’audience que le roi lui avait accordée. Proche du catholicos* Yakob IV, l’évêque à l’initiative de cette édition était l’un des rares prélats arméniens bien introduits dans les milieux lettrés parisiens. En butte aux difficultés financières et à la censure papale, cette grande entreprise éditoriale mit des années à voir le jour. Réalisée à Amsterdam, elle bénéficia de la collaboration du graveur des Elzevier, Christophel Van Dijk, pour la fabrication des magnifiques caractères typographiques, tandis que les nombreux bois gravés, déjà utilisés pour le Tropologion* (cat. 44), étaient l’œuvre de Christofel Van Sichem. Ce précieux exemplaire alliant les traditions ornementales européenne et arménienne porte, collée sur la page de titre, une dédicace latine au roi ; il possède une reliure aux tranches polychromes attribuée au célèbre relieur d’Amsterdam Albert Magnus.

Amsterdam, impr. Surb Etchmiadzine et Surb Sargis Zôrawar, 1666
In-4°, 736 f.

BNF, Réserve des livres rares, A. 2319

6. Nersès Lambronatsi (1153-1198), Vardan Areweltsi (vers 1198-1271)

Commentaires des Saintes Écritures

13En moins de deux ans, la mission Sevin rapporta quelque cent trente-quatre manuscrits arméniens s’échelonnant entre le xe et le xviiie siècle. Les volumes venaient de Constantinople mais aussi d’Arménie ou de Crimée. L’abbé se fit aider pour les traductions des titres par le sieur Paul, auteur d’une Grammaire (cat. 8). La miniature représente le Christ inspirant l’auteur, Nersês de Lambron (1153-1198), en train d’écrire son livre. Né en Cilicie, archevêque de Tarse en 1176, il est à la fois l’un des plus grands écrivains arméniens et l’avocat zélé de l’union des Églises latine et arménienne. Poète et prosateur, on lui doit de nombreux commentaires des livres bibliques ainsi que des traductions patristiques à partir du grec, du copte et du syriaque.

[Constantinople ?], xviie siècle
Papier, 345 f., 29,5 × 21 cm
Provient de la mission Sevin en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 32

7. Dictionnaire français-latin anonyme, annoté en arménien par François Pétis de La Croix (1653-1713)

14Preuves de l’intérêt pour les études arméniennes, pas moins de vingt dictionnaires et grammaires figurent dans la collection de la Bibliothèque. François Pétis de La Croix, secrétaire-interprète en langues orientales et titulaire de la chaire d’arabe au Collège royal, avait appris tardivement l’arménien dont il fut le meilleur spécialiste de son temps. On lui doit d’avoir enrichi plusieurs dictionnaires dont ce monumental Dictionnaire des commançans françois et latins, paru en 1707, auquel il ajouta la traduction des mots en arménien, sans doute aidé par le patriarche Awedik’, alors emprisonné en France. Il avait également augmenté d’un grand nombre de termes le premier dictionnaire arméno-latin, dû à Francisco Rivola – publié en 1621 à Milan puis à Paris en 1633 sur la demande de Richelieu – qui devait donner aux missionnaires jésuites et capucins du Levant quelques rudiments d’arménien. Il est aussi le copiste attentif d’une quinzaine de textes.

Paris, vers 1707-1711
Papier, 697 f., 21 × 13,5 cm
Provient de la bibliothèque Sainte-Geneviève

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 263, f. 367 v°-368

8. [Paul Eremita]

Grammaire abrégée pour apprendre la langue arménienne

15Cette grammaire anonyme écrite en français a en fait été composée à Constantinople en 1730 par un Arménien, Paul Eremita (ou Hérémia), à la sollicitation de l’abbé Sevin, puis envoyée à la Bibliothèque du roi en 1731. Elle prend comme modèle la Grammaire turque du père Olderman, qui avait dirigé Eremita dans ce travail. Son auteur, pensionnaire au collège Louis-le-Grand entre 1713 et 1721, avait appartenu aux Jeunes de langue ou « Arméniens », corps d’élèves orientaux créé par Colbert, qui les destinait à être formés en langues orientales pour ensuite faire office de traducteurs. Une fois revenu en Turquie, Paul Eremita avait été pressenti par Sevin pour travailler à la Bibliothèque du roi qui manquait de spécialiste pour l’arménien mais avait refusé cette charge. Cette grammaire se veut être un manuel pour apprendre rapidement l’arménien et servir aux commerçants ; elle est complétée par un deuxième volume, véritable guide de conversation, donnant une série de dialogues utiles pour la vie quotidienne. L’alphabet est écrit en lettres ornithomorphes et anthropomorphes à l’image des manuscrits.

Constantinople, 1730
Papier, 142 p., 34,5 × 21,5 cm
Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730

BNF, Manuscrits orientaux, arménien 276, p. 22-23

Table des illustrations

Légende Nersès Lambronatsi, Vardan Areweltsi, Commentaires des Saintes Écritures (détail). [Constantinople ?], xviie siècle Papier, 345 f., 29,5 × 21 cm Provient de la mission Sevin en 1730
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Bologne, 1381 Papier, 248 f., 28 × 19 cm
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 107
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Constantinople, 30 avril 1671 Papier, 58,5 × 44 cm Rapporté par Antoine Galland en 1672
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 145, f. 7
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Ispahan, 1er décembre 1671 Papier, rouleau de 100 × 36,5 cm Don en 1709
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Légende Amsterdam, impr. Surb Etchmiadzine et Surb Sargis Zôrawar, 1666 In-4°, 736 f.
Crédits BNF, Réserve des livres rares, A. 2319
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende [Constantinople ?], xviie siècle Papier, 345 f., 29,5 × 21 cm Provient de la mission Sevin en 1730
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Légende Paris, vers 1707-1711 Papier, 697 f., 21 × 13,5 cm Provient de la bibliothèque Sainte-Geneviève
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 263, f. 367 v°-368
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Constantinople, 1730 Papier, 142 p., 34,5 × 21,5 cm Provient de la mission Sevin à Constantinople en 1730
Crédits BNF, Manuscrits orientaux, arménien 276, p. 22-23
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1142/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 416k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540