Version classiqueVersion mobile

Livres d'Arménie

 | 
Annie Vernay-Nouri

Préface

Jean-Noël Jeanneney

Texte intégral

1Partant en 1679 pour son troisième voyage en Orient, l’orientaliste Antoine Galland est chargé par Colbert de rechercher là-bas une moisson de livres arméniens anciens. Il s’agit de rapporter les précieux textes chrétiens qui nourriront le feu des controverses religieuses mais aussi de mieux connaître les grands auteurs, tel l’historien Moïse de Khorène, dont la renommée a déjà franchi les frontières. Un siècle plus tôt, sous François Ier, était entré à la Bibliothèque du roi le premier manuscrit en arménien, traduction d’un missel catholique, bientôt rejoint par les toutes nouvelles éditions imprimées à Venise. Cette curiosité, cet appétit ne vont désormais plus cesser de croître.

2Mêlant livres liturgiques et profanes, manuels de grammaire et dictionnaires, la collection de la Bibliothèque nationale de France, riche aujourd’hui de près de trois cent cinquante manuscrits et de 70 % des éditions imprimées des xvie et xviie siècles, reflète l’intérêt passionné que la France éprouve depuis toujours envers l’Arménie.

3Ravagé par les invasions successives, premier État officiellement converti au christianisme, ce pays à la géographie tourmentée s’est construit tout entier autour d’une langue et d’une religion. Inventée au ve siècle pour la traduction de la Bible, l’écriture est à l’origine d’une culture écrite qui fait la part belle aux textes religieux. Patiemment, durant des siècles, dans les scriptoria, prêtres et moines copient, enluminent et relient des milliers de manuscrits. Évangiles richement décorés de scènes de la vie du Christ, lourds homéliaires et synaxaires, humbles petits psautiers et bréviaires se parent d’ornements raffinés – tables des canons à l’inventivité débridée, figures marginales de sirènes, lettrines aux formes étranges d’hommes ou d’animaux. Pétri des traditions byzantine et occidentale, nourri d’influences orientales, l’art du manuscrit, reconnaissable au premier regard, perdure jusqu’au xviiie siècle et se développe dans divers centres artistiques, telle l’école du Vaspourakan, sur les rives du lac de Van, qui a développé un style particulièrement vivant, tandis que plus tard, parant d’or et de couleurs les textes copiés, les riches négociants de la diaspora arménienne, à Constantinople ou à Ispahan, ont commandité des manuscrits qui perpétuent les traditions de la Cilicie tout en les renouvelant.

4Quant au livre imprimé, c’est en Europe qu’il voit le jour dès 1511, dans des villes comme Marseille, Livourne ou Amsterdam où se sont installées d’importantes communautés de la diaspora, et non pas en Arménie – alors sous domination ottomane –, du fait de l’insécurité qui y règne et de l’interdiction d’imprimer faite en 1483 par le sultan Bayazid. Conjuguant harmonieusement le savoir-faire des grands graveurs européens et la virtuosité des enluminures dans le plus pur style des manuscrits arméniens, elle s’y développera durant deux siècles avant de s’épanouir au xviiie siècle à Constantinople.

5À l’occasion de la célébration de l’année de l’Arménie et suivant le fil conducteur de l’histoire de la collection, la Bibliothèque nationale de France convie à un voyage parmi ces livres trop peu connus du public. Ce catalogue, qui n’aurait pu voir le jour sans le soutien de la Fondation Gulbenkian, en est le reflet chatoyant et fidèle.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search