Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au Siècle des lumières

 | 
Monique Pelletier

L’ingénieur militaire et la description du territoire

Du XVIe au XVIIIe siècle

Texte intégral

1Nous avons terminé la conférence sur le xvie siècle français en constatant que les projets civils d’envergure aboutissent difficilement parce que les structures éditoriales sont fragilisées. Un nouveau souffle va être trouvé au début du siècle suivant grâce aux éditeurs qui exploitent les travaux des ingénieurs militaires, comme Melchior Tavernier (1594-1665) qui est à l’origine du développement de la cartographie française gravée du xviie siècle, ou Christophe Tassin qui, dans un atlas publié en 1634, propose une nouvelle image de la France. Nous allons donc essayer de distinguer les principales étapes de l’histoire de la cartographie militaire du xvie au xviiie siècle en montrant comment le regard sur le territoire a évolué et dans quelles conditions a pu s’effectuer le passage de la carte manuscrite, en principe confidentielle, à la carte imprimée.

Les apports du xvie siècle

  • 1 Bulletins de la Société des antiquaires de Picardie, t. XXXI, 1924-1925, p. 619-728.

2La cartographie militaire, qui s’affirmera au xviie siècle, prend forme au siècle précédent sans qu’elle soit nécessairement l’œuvre d’ingénieurs militaires. Ainsi l’étude de Georges Durand, « Peintres d’Amiens au xvie siècle1 », montre bien le rôle des membres de la communauté des « peintres, entailleurs, brodeurs, verriers et enlumineurs » dans les levés topographiques et dans la confection des plans et des cartes à usage militaire. En 1518, alors que les Impériaux menacent la région, le peintre Andrieu de Moncheaux est chargé par le gouverneur de Picardie et Champagne de faire le relevé des remparts d’Amiens ; deux ans plus tard, on lui demande d’établir un projet de fortification en concertation avec le bailli d’Amiens. Moncheaux est payé par la ville pour avoir « tiré et pourtret en parchemin le signe de la fortresse ». Il multiplie ensuite « pourtraicts » et « figures ». À un autre peintre, Zacharie de Celers, la ville d’Amiens commande en 1546 une carte de Picardie pour que le maire et les échevins puissent mieux suivre les événements militaires. Puis Celers dresse les « portraits » des fortifications voisines – Outreau, le Portel et Corbie – et les porte au roi pour que celui-ci les approuve. Il reçoit le titre de « maistre architecteur », ce qui implique une habileté dans la pratique, soutenue par des connaissances théoriques. Devenu « architecteur et ingénieulx de ladicte ville d’Amiens » en 1555, Celers produit plans et cartes – notamment une « carte de topographie du païs de Picardie » –, qui doivent être fondés sur des mesures précises. Ces quelques exemples montrent que ceux qui sont impliqués dans l’étude et l’amélioration des fortifications passent aisément de la représentation d’un détail à la figuration de l’ensemble du système défensif, du plan à la carte. Ce phénomène peut être observé dans les activités des peintres comme, plus tard, dans celles des ingénieurs militaires qui vont devenir les vrais spécialistes de la description topographique du territoire.

Scipion Vergamo ou Agostino Ramelli ?
La Rochelle, 1573, manuscrit.
Ce magnifique plan est probablement d’origine italienne d’après D. Buisseret.

BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge A 1113

  • 2 D. Buisseret, Ingénieurs et fortifications avant Vauban : lorganisation dun service royal aux XVI(...)
  • 3 Catalogue des actes de François Ier, t. VII, Paris, Imprimerie nationale, 1896, p. 758 et t. VIII, (...)
  • 4 I. Cloulas, Henri II, Paris, Fayard, 1985, p. 455-456.

3Pendant le xvie siècle, comme le montre David Buisseret dans une étude parue en 20022, les rois recrutent les ingénieurs des fortifications en Italie où ont été conçus les nouveaux tracés qui vont progressivement remplacer les constructions médiévales. Les Italiens sont capables de dresser des plans exacts en leur appliquant une échelle constante. Cette production militaire est en principe tenue secrète – comme c’est le cas pour les documents d’Amiens dressés pourtant par des civils – et, pour connaître les desseins de l’ennemi, les États pratiquent volontiers l’espionnage cartographique. François Ier récompense un peintre de Flandre pour lui avoir « fait présent » d’une carte d’Angleterre, et il accueille volontiers un Portugais qui doit s’établir en France après avoir été chercher « sa femme, ses enfants et ses cartes3 ». Dans les années 1550, un ingénieur italien travaille aux fortifications de la haute Somme pour la France, tandis que, non loin de lui, de l’autre côté de la frontière, un ingénieur flamand est employé par les Espagnols. S’étant aventuré jusqu’à La Fère, le Flamand est capturé et avoue que le duc de Savoie l’a chargé de visiter les places fortes de la frontière française et d’en relever les plans. Au même moment, un capitaine français est fait prisonnier à Fontarabie dont il est en train de mesurer et de dessiner les fortifications. On finira par échanger les prisonniers4.

Nicolas de Nicolay, Nouvelle description du pais de Boulonnois, comté de Guines, terre d’Oye et ville de Calais

1558. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge B 8814

  • 5 BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge B 8814.

4Mais toutes les cartes d’intérêt militaire restent-elles manuscrites ? La Nouvelle description du pais de Boulonnois, comté de Guines, terre d’Oye et ville de Calais, gravée sur cuivre en quatre feuilles et dédiée à Henri II en 1558, va rendre célèbre son auteur, Nicolas de Nicolay – dont nous avons déjà parlé dans la conférence sur la Renaissance –, à travers les réductions parues, beaucoup plus tard, dans les atlas d’Abraham Ortelius (1570), Gérard Mercator (1585) et Maurice Bouguereau (1594). On peut confronter ces réductions à l’original5, heureusement conservé, et constater que l’essentiel de l’information est demeuré : toponymie, réseau hydrographique, forêts, figuration réaliste des villes fortes. La carte de 1558 célèbre la reconquête de Calais occupé par les Anglais depuis deux cent dix ans, mais c’est aussi un document qui peut être utile aux militaires ; elle représente notamment les chemins, qui sont en principe absents des cartes civiles de l’époque, et donc des réductions effectuées à partir de 1570. Pour cette carte, on peut ainsi hésiter entre l’objectif militaire qui implique une diffusion restreinte, et la célébration de la victoire qui, au contraire, incite à élargir la diffusion des documents.

L’organisation des fortifications et le développement des cartes

  • 6 Sur les ingénieurs d’Henri IV, voir D. Buisseret, « Les ingénieurs du roi au temps de Henri IV », B (...)

5Le règne d’Henri IV est beaucoup plus riche que les périodes qui l’ont précédé. On sait que le roi et Sully aiment consulter les cartes et, parmi elles, les cartes dressées par les ingénieurs. Dans les Oeconomies royales de Sully, on peut lire à propos du roi : « Les longs discours n’étoient pas à son goût […]. Il aimoit avec passion les cartes chorographiques et tout ce qui étoit des sciences mathématiques. » Le service des fortifications voit le jour en 1604 ; son règlement enjoint aux ingénieurs de toiser et relever les plans des places fortes, programme qui s’imposera encore aux ingénieurs de Louis XIII. Dans chaque grande province frontalière, il y a désormais un ingénieur du roi qui a souvent pour adjoint un « conducteur des desseins » et qui doit soumettre ses projets au gouverneur de la province6.

  • 7 Le Dauphiné et ses confins vus par l’ingénieur d’Henri IV, Jean de Beins, Genève, Droz/Paris, Minar (...)
  • 8 BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge C 23 577.
  • 9 Loc. cit., Ge DD 2987 (1361-1362).
  • 10 Loc. cit., Ge DD 2987 (1363-1365) et Ge B 557.

6Les ingénieurs d’Henri IV ont laissé une production cartographique de qualité, généralement manuscrite, qui est en grande partie conservée dans les collections de la British Library. Certains ont été particulièrement prolifiques, comme François Martelleur, ingénieur du roi en 1606, affecté en Picardie en 1610, « geographe et ingenieur » en 1620, ou comme Jean de Beins (1577-1651), géographe et ingénieur du roi en Dauphiné en 1607. L’ingénieur est certes le technicien des fortifications, qui sait comment construire et perfectionner les ouvrages ; mais la fréquentation du terrain lui apporte la connaissance géographique de la région où sont implantées les fortifications, il acquiert ainsi une vision d’ensemble qui l’aide à résoudre bien des problèmes. La British Library conserve de nombreux plans concernant la Provence qui sont l’œuvre de Martelleur et qui contiennent, pour chaque place, un « pourtraict au naturel » donnant la situation topographique, et plusieurs plans des travaux en cours, signalés en rouge. D’après D. Buisseret, ces documents seraient même antérieurs à 1604. Les travaux cartographiques de Jean de Beins sont beaucoup mieux connus, puisqu’ils ont fait l’objet de reproductions et d’une étude du P. de Dainville7. Ils permettent de suivre les différentes étapes du travail du cartographe, depuis la carte particulière, vue en perspective d’une vallée ou d’une ville, jusqu’à la carte générale, obtenue par le montage de plusieurs cartes particulières. Jean de Beins n’est pas d’origine montagnarde, puisqu’il est le fils d’un bourgeois de Paris. En 1598, après la paix de Vervins, il se fixe en Dauphiné pour devenir le collaborateur de Raymond de Bonnefons, ingénieur pour le roi en Provence et Dauphiné. Les cartes particulières de Jean de Beins sont élaborées à partir de croquis pris sur le vif. Elles sont orientées de telle sorte qu’une ou plusieurs vallées, voies de communication naturelles, puissent être visibles dans leur quasi-totalité. Donnant des informations précises, nécessaires à la marche des armées et à la défense du territoire, elles sont donc tenues secrètes et sont restées manuscrites. Mais de Beins a aussi produit une Carte generalle du Dauphiné8 qui a été gravée sur cuivre et qui est la reproduction fidèle d’une carte manuscrite pour laquelle l’ingénieur a utilisé, pour deux versions différentes, deux techniques de représentation du relief : les hachures à la plume9 qu’il emploie volontiers pour ses cartes particulières, et l’estompage au lavis10, plus rapide. Il est probable que la carte gravée a eu une diffusion volontairement restreinte, d’où peut-être sa rareté, alors que sa réduction intitulée Carte et description générale de Dauphiné, avec les confins des païs et provinces voisines a été abondamment diffusée : elle a connu seize éditions entre 1622 et 1654.

Jean de Beins, Le baillage du Greyzivaudan et Trieves

1619, manuscrit. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge C 23 577

Jean de Beins, Carte generalle du pais de Dauphiné

[1612], manuscrit. BNF, Cartes et Plans, Ge B 557

  • 11 Profils d’Embrun, de Valence, de Romans, de Sisteron et de Serres, pl. XXX, XXXIX, XLIII, XLIV et X (...)

7De Beins utilise toutes les techniques de l’époque qu’il maîtrise à la perfection et dont il connaît les spécificités que reflète la précision des termes employés. Il dresse ainsi des « paysages » qui lui donnent la possibilité de situer les villes dans leur environnement de montagnes, mais aussi des « profils11 », ces vues de villes familières au marin, mais aussi au militaire qui, à partir de l’extérieur de la ville, rend compte de la hauteur relative de ses monuments. De Beins participe aussi, par des documents manuscrits ou imprimés, à la célébration des sièges où se distinguent les ingénieurs des fortifications.

La constitution d’atlas manuscrits sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV

  • 12 BNF, Ms, Mélanges Colbert 61, fol. 21-28. Liste citée par Buisseret, Ingénieurs et fortifications, (...)
  • 13 Voir aussi l’article d’É. d’Orgeix : « Aperçu d’un genre iconographique peu connu : les atlas milit (...)

8Pendant le règne de Louis XIII, les ingénieurs du roi deviennent plus nombreux : de douze sous Henri IV, ils atteignent la cinquantaine, et le volume de leur travail cartographique croît en conséquence. Ce travail est rassemblé dans des atlas manuscrits couvrant la majeure partie des provinces de France, ainsi que plusieurs pays européens. Mazarin en reçoit une trentaine en 164912. Comme le souligne D. Buisseret, si les travaux effectués par les ingénieurs pendant les années 1620-1640 ont été réunis avec le plus grand soin, c’est pour servir au pouvoir royal : destinés à Richelieu, ils sont encore utilisés par Mazarin. Dans un travail en cours, Émilie d’Orgeix13 et Isabelle Warmoes recensent les atlas militaires pour une période qui s’étend de 1604 à 1774. Ces atlas peuvent être fort divers : ils concernent des provinces particulières, ils représentent l’œuvre d’un ingénieur, ou même ils sont constitués par des planches rassemblées par un amateur. Cette riche étude bibliographique souligne l’importance des atlas : « Nés de la volonté étatique de posséder une vision homogène du territoire, les atlas militaires deviennent, à partir du xviie siècle, des outils de travail indispensables à la nouvelle stratégie royale qui fonde sa puissance sur la position des places fortes du royaume. Recueils de fortifications et atlas des environs des places fortes, ils permettent de saisir les fluctuations des priorités étatiques, tant pour le contrôle des frontières que pour la construction et l’entretien des fortifications […]. Les atlas militaires rendent compte […] des obstacles naturels à connaître ou à franchir, des chemins, de la nature des sols, des positions amies et ennemies, et des ouvrages militaires, tout en respectant des critères fixes d’orientation et d’échelle. » Souvent destinés à de hauts personnages, ils peuvent être richement illustrés – les frontispices sont animés par des sujets allégoriques, parfois en grisaille, les cartouches sont ornés et enluminés – et les plans sont levés avec le plus grand soin. Ils combinent toutes les catégories cartographiques : cartes régionales, plans de places fortes et plans d’ouvrages. Les auteurs utilisent différents modes de représentation, qui évoluent avec le temps : vues en perspective ou à vol d’oiseau, profils, plans géométriques, coupes.

  • 14 Voir J. Cornette, Le Roi de guerre : essai sur la souveraineté de la France du Grand Siècle, Paris, (...)
  • 15 Ils forment cinq tomes et ont été réalisés pour les chefs de guerre en plusieurs exemplaires. Cf. C (...)

9Les atlas voient leur rôle confirmé et renforcé sous le règne de Louis XIV : ils figurent les nouvelles fortifications et leur environnement, mais gardent aussi la mémoire des actions glorieuses. Les luxueux recueils intitulés Campagnes de Louis XIV, exécutés probablement après 1678, mêlent vues, textes et cartes. Au même moment, les faits d’armes du Roi-Soleil sont peints par Adam Frans Van der Meulen (1632-1690), entré au service de Louis XIV en 1664. L’artiste accompagne le roi à la guerre et dessine, au jour le jour, le déroulement complet des campagnes ; il est attentif aux techniques militaires : armement, mouvement, position des troupes, détail des opérations, rien ne lui échappe. À partir de croquis pris sur le vif, il construit de grandes compositions qui illustrent les conquêtes royales et la puissance de la France. Le roi de guerre – dont la présence apporte nécessairement la victoire –, ses généraux et ses officiers, figurés sur le devant de la scène, sont glorifiés par les peintres, comme ils le sont par les beaux volumes manuscrits et enluminés, et par les gravures officielles largement diffusées14. Les récits de campagnes forment aussi la base des atlas de l’ingénieur Pennier15 ; moins luxueux que les volumes royaux, mais bien renseignés puisqu’ils figurent les routes, ces recueils sont destinés à la documentation des chefs de guerre.

Pennier, Camps et ordres de marches de l’armée du roy en Flandres. 1693, manuscrit
Pl. 27 : Carte dans laquelle l’infanterie du roy reprend les villages de Neerwinde et de Laer.

BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge CC 4965 (6, 27)

  • 16 Il en existe deux séries, l’une conservée au département des Cartes et Plans de la BNF, l’autre à l (...)
  • 17 A. de Roux, N. Faucherre et G. Monsaingeon, Les Plans en relief des places du roy, Paris, A. Biro, (...)

10Les recueils de plans de places fortes, probablement exécutés par les dessinateurs de Vauban16, témoignent de l’intérêt de Louis XIV pour la rationalisation des défenses du royaume, qu’entreprend l’ingénieur royal après les traités de Nimègue (1678-1679). Ils viennent compléter la collection des plans-reliefs, dont les premiers éléments sont construits sous le règne du Roi-Soleil17. Les modèles les plus anciens concernent les places fortes d’Artois, des Flandres et du Hainaut. Ils ont aidé à prendre des décisions, que celles-ci soient d’ordre stratégique ou diplomatique. En 1697, le roi dispose de cent quatorze plans-reliefs, mais de ce premier ensemble, qui, comme les atlas des places fortes, constitue la mémoire de décisions déjà prises, il ne reste que peu d’éléments et aucun n’est antérieur à 1686. La construction des plans-reliefs accélère la mutation des plans de villes : on passe de la vue en perspective et du profil à un plan géométral détaillé, qui comporte, en plus du dessin des fortifications, le tracé des rues et l’emprise au sol des surfaces bâties.

Carte des rades de Toulon ou sont marquées par lettres les nouvelles batteries pour deffendre le moüillage. Fin xviie siècle, manuscrit
Figure dans l’atlas intitulé : Cartes des environs de plusieurs places fortes.

BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge DD 4586 (6, 15)

De la carte manuscrite à la carte gravée : Tassin, Beaulieu et les autres

  • 18 M. Pastoureau, Les Atlas français, xvie-xviie siècles, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, p. 437- (...)
  • 19 J. Akerman et D. Buisseret, L’État comme patron invisible : étude sur Les cartes générales de toute (...)

11Les cartes generales de toutes les provinces de France, atlas publié en 1634 par Christophe Tassin18, montre l’importance de l’apport des militaires à la cartographie civile. Tassin y met à profit ses relations personnelles – il a été en 1631 commissaire ordinaire des guerres – et sa position de géographe du roi. Pour ce grand atlas de Tassin, J. Akerman et D. Buisseret19 identifient trois sources principales : des documents datant du siècle précédent comme les cartes issues de l’atlas de Bouguereau pour les régions qui n’intéressent pas spécialement les militaires, mais aussi des cartes élaborées pendant le règne d’Henri IV par des ingénieurs des fortifications ou par des maîtres des logis, et enfin des matériaux plus récents provenant des ingénieurs du roi. À la suite de la Carte de France – qui arrive en sixième position dans l’atlas, après une mappemonde et les cartes des continents –, Tassin présente les cartes des provinces périphériques, dont l’importance stratégique est évidente ; il nous fait ainsi accomplir un véritable tour de France, puis il passe aux cartes des pays voisins, préparant à sa manière la consolidation des frontières.

Christophe Tassin, Carte de Normandie. 1634
Figure dans Les cartes generales de toutes les provinces de France.

BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge DD 3479 (18)

12L’édition de 1637 des Cartes générales contient aussi une carte de France en neuf feuilles, comparable à celle de La Guillotière20. Toutefois l’utilisation de la taille-douce a permis d’augmenter le nombre des toponymes et d’en soigner la hiérarchisation. Comme la carte de France de 1634 dont elle est assez proche, cette carte trace les limites entre les provinces. Les petits atlas des Plans et profils de toutes les provinces de France du même Tassin, publiés aussi en 1634, offrent les cartes des gouvernements qui composent les provinces et dont le nombre a été accru au xvie siècle. Par ce découpage administratif de l’espace, Tassin annonce les travaux de Nicolas Sanson.

Pierre Boyer du Parc, hydrographe du roi, Atlas des rivières avec les villes et places qui sont le long
Vers 1630-1640, manuscrit. Vue de Poitiers
Cet atlas reprend, pour la majorité de ses planches, les gravures de Christophe Tassin (d’après E. d’Orgeix).

BNF, Estampes, Id 15

  • 21 F. de Dainville, Cartes anciennes du Languedoc, xvie-xviie siècle, Montpellier, Société languedocie (...)

13La contribution des ingénieurs des fortifications à la cartographie régionale donne également lieu à des publications isolées. Ainsi Jean Cavalier, « géographe du roi », « ingénieur du roi » et « controlleur general des fortifications de Languedoc », dresse, en 1643, la Carte et description générale de Languedoc, au 1/260 000 environ, que les États de la province attendent avec impatience et qui, publiée en six feuilles à Paris chez Jean Boisseau en 1648, sera rééditée en 1671 et en 170321. Ce document servira de base à la cartographie languedocienne jusqu’au milieu du xviiie siècle.

  • 22 Ibid., p. 27-34.
  • 23 À la découverte de la Terre : dix siècles de cartographie, [exposition] 1979, Paris, Bibliothèque n (...)
  • 24 BNF, Cartes et Plans, Ge C 9189.
  • 25 J. Cornette, op. cit., p. 134-135.
  • 26 BNF, Estampes, collection Hennin, no 2517.

14Un autre type de cartes et plans gravés, dont l’objectif est de contribuer à la célébration des événements militaires, n’attend pas le règne de Louis XIV pour s’imposer. Dès le xvie siècle, les graveurs s’intéressent à ce genre de célébration et proposent des vues de sièges ou de batailles. Les ingénieurs militaires comprennent rapidement qu’il s’agit là d’une activité rentable et recommandable, qui leur est aisément accessible. Jean Fabre, collègue de Cavalier en Languedoc22, dresse, en 1622, un superbe plan du siège de Montpellier23, resté manuscrit ; il y montre son habileté en tant que « reporter ». Il fait en outre graver, vers 1626, une carte de la Valteline24, vallée qui met en communication le Milanais et le Tyrol et que Louis XIII a fait restituer aux Grisons. Richelieu encourage les ingénieurs dans cette nouvelle activité qui s’insère dans la propagande officielle : si elle est juste, la guerre ne peut qu’être heureuse, comme le démontrent pamphlets, libelles et gravures affichées après chaque victoire25. Parmi les premiers plans gravés, dressés par les ingénieurs, figure la représentation de la bataille d’Avein – remportée en 1635 – qui a été dessinée par l’ingénieur ordinaire du roi Saint-Clair pour être publiée par Melchior Tavernier, « graveur et imprimeur du roi pour les tailles-douces » ; l’éditeur note dans la dédicace que le sieur Boutard lui a apporté le document avec l’ordre du roi de le graver « pour faire voir à la posterité une action tout a faict genereuse26 ». Dans ce plan, la topographie constitue un élément mineur : elle sert à mettre en valeur le déroulement de l’action militaire, minutieusement décrite dans le texte d’accompagnement.

Saint-Clair, Ordre de la bataille d’Avein [20 mai 1635]
Paris, M. Tavernier, 1635

BNF, Estampes, Qb 1635, coll. Hennin n° 2517

  • 27 M. Pastoureau, Les Atlas français, op. cit., p. 13 sqq. Sur Beaulieu, voir aussi : A. de Roux, « Be (...)
  • 28 A. de Roux, Perpignan, de la place forte à la ville ouverte, vol. 2 : les sources, Perpignan, Archi (...)

15Mais le grand maître de la célébration militaire reste Sébastien de Pontault, sieur de Beaulieu (vers 1612-1674), qui, tout en s’illustrant sur les champs de bataille – il perd son bras droit au siège de Philippsbourg en 1644 – donne à cette spécialité ses lettres de noblesse. Il s’efforce de graver les documents sitôt que les événements ont eu lieu pour devancer des concurrents avides de nouveautés. Il ne parviendra pas cependant à graver tous les plans qu’il a dressés : leur gravure continuera après sa mort et c’est sa nièce, Reine de Beaulieu, qui publiera en 1694 l’atlas des Glorieuses conquestes de Louis le Grand. Le privilège accordé en 1647 par le roi à Sébastien de Beaulieu, commissaire ordinaire et contrôleur de l’artillerie à Arras, mais aussi ingénieur et géographe ordinaire du roi, lui assure l’exclusivité de la publication des sièges victorieux – publication qu’il a commencée en 1642 – et le protège, en principe, de la concurrence des autres ingénieurs et imprimeurs. Beaulieu devient ainsi le « reporter » officiel des rois de France. La qualité des documents qu’il signe, notamment les grandes cartes en plusieurs feuilles, est tout à fait remarquable. Son style et celui de ses collaborateurs ont été influencés par Jacques Callot qui a participé lui-même à ces célébrations militaires : l’un des premiers graveurs de Beaulieu, Collignon, a été l’élève de Callot et l’un des premiers dessinateurs, Stefano Della Bella, dont on trouve notamment le nom au bas du plan de la bataille de Rocroi, a eu le même maître27. L’étude menée par A. de Roux sur le grand plan de Perpignan vante l’exactitude de la partie topographique et montre comment cette œuvre sera maintes fois réutilisée, jusque dans des contrefaçons effectuées en Allemagne et en Italie28.

Sébastien de Pontault, sieur de Beaulieu
Le siège d’Arras levé par la défaite des ennemis, 1654

1655. BNF, Cartes et Plans, Ge A 515

Les entreprises cartographiques de la fin du xviie et de la première moitié du xviiie siècle

  • 29 SHAT, Vincennes, A1 1181, pièce 55. Cité par M.-A. de Villèle, « Les Naudin et la cartographie mili (...)
  • 30 M. A. de Villèle, op. cit.
  • 31 A.N., NN 15. Étudié par C. Lemoine-Isabeau, Cartes inédites du pays de Liège au xviiie siècle, Brux (...)
  • 32 Bibliothèque du ministère de la Guerre, ms. 509 et Bibliothèque du Comité technique du Génie, ms. 9 (...)
  • 33 M. A. de Villèle, op. cit., p. 158.

16La fin du xviie siècle voit la création du dépôt de la Guerre en 1688 : le marquis de Louvois confie à M. de Bellou le « dépost des papiers du ministère de la Guerre pour les faire arranger et faire faire des registres des plus importantes dépêches concernant la guerre, les limites et les autres matières29 ». Les grandes guerres de Louis XIV, longues et coûteuses en hommes, obligent à faire voyager des effectifs nombreux qu’il faut concentrer sur le lieu choisi pour la bataille. Le commandement militaire a donc besoin de cartes qui le renseignent sur la topographie, et de mémoires qui font état des ressources sur lesquelles pourront vivre les armées. Les premiers ingénieurs géographes, appelés d’abord ingénieurs des camps et armées, tentent de répondre à ces exigences. Au lieu de quitter leur service en temps de paix, ils y sont maintenus pour mettre à jour leur documentation et faire, si nécessaire, les réductions des cartes qu’ils ont dressées au cours des campagnes. Marie-Anne de Villèle a récemment étudié les Naudin30, une famille dont l’aîné, Jean-Baptiste, a fait partie de ces premiers spécialistes de la cartographie. Après avoir participé, de 1688 à 1692, aux campagnes sur le Rhin et en Flandre, Jean-Baptiste Naudin profite du temps de paix pour produire un superbe ouvrage de synthèse, le Théâtre de la guerre en Flandres31. Daté de 1700 et comportant des cartes au 1/72 000, cet atlas peut rivaliser avec les beaux volumes de Louis XIV que nous avons évoqués. Il est constitué de cartes topographiques contenant les informations utiles aux militaires, sans faire référence, sauf exception, aux événements qui se sont déroulés en Flandre. Mais c’est à nouveau la guerre, Naudin reprend du service et fournit directement au ministre les plans des attaques pour les mettre sous les yeux du roi. Puis, la paix revenue, il entreprend un Théâtre de la guerre en Allemagne32 ; il y travaille jusqu’en 1726 avec l’intention d’en faire un instrument utile aux futures campagnes, qui sont indispensables si l’on veut reconquérir les places fortes récemment cédées. Naudin ne manque pas de figurer les éléments nécessaires à toute réflexion stratégique : passages utilisés et utilisables, lieux propices au campement et à la bataille. Comme le souligne M.-A. de Villèle : « Cet ouvrage montre […] de façon évidente que les ingénieurs géographes étaient avant tout des militaires capables d’analyser le terrain et de proposer des solutions à leur chef33. » Le début du xviiie siècle voit en outre la création du dépôt des cartes et plans de la Guerre où sont reçus et conservés les matériaux cartographiques en vue de leur utilisation future, soit à Versailles, soit sur le terrain. En 1733, Naudin est chargé de la garde du dépôt et peut ainsi trouver quelque repos.

  • 34 SHAT, Vincennes, J 10 C 1293, et IGN, cartothèque.
  • 35 Cartes au 1/28 800 conservées au SHAT, Vincennes ; réductions au 1/43 300 conservées par la cartoth (...)
  • 36 Archives du Génie, Vincennes.
  • 37 IGN, cartothèque et SHAT, Vincennes, J 10 C 650.

17Le frère cadet de Jean-Baptiste Naudin participe à une première campagne de levés systématiques des provinces frontières, qui sont effectués en principe au 1/28 800. La même échelle est utilisée pour la carte du littoral de l’Atlantique dressée de 1688 à 1724 par Claude Masse34, ou encore pour la carte de la frontière de Flandre réalisée par Naudin cadet en 172335, dont la couverture est plus ample que celle du Théâtre de la guerre en Flandres, et pour la carte de la frontière du Nord, œuvre des Masse père et fils, qui a été levée de 1724 à 173736. Toutefois la carte des Pyrénées de Roussel et La Blottière, terminée en 1730, est à une échelle plus petite, le 1/36 00037. Naudin cadet travaille en Flandre avec un autre ingénieur géographe sorti de l’atelier familial, et la mise au net de ses levés est supervisée par son frère aîné. Son travail est soumis à des conditions diverses : il peut être réalisé pendant les campagnes ou durant des périodes plus calmes, en territoire ami ou en pays ennemi. L’ingénieur soigne particulièrement l’expression de la topographie ; les couleurs, qui rehaussent les cartes manuscrites, lui permettent de faire d’utiles distinctions, par exemple entre les routes facilement accessibles aux armées et les chemins qui ne font que mener d’un village à l’autre.

  • 38 R. Faille et N. Lacrocq, Les Ingénieurs géographes Claude-François et Claude-Félix Masse, La Rochel (...)

18Les travaux d’une autre famille d’ingénieurs, celle des Masse, trouvent leur place à la même époque et sont, en partie, réalisés dans la même région. Mais les Masse ne sont pas des ingénieurs géographes comme les Naudin, ils appartiennent au corps des fortifications. Claude Masse (1651-1737)38 commence sa carrière en même temps que Naudin l’aîné. Celui qui n’est encore que « dessinneur » est chargé par François de Ferry, directeur des fortifications d’Aunis, Saintonge et Guyenne – Masse restera son collaborateur jusqu’en 1701 –, de dresser les cartes des côtes de l’Océan. Claude Masse va s’attacher à réaliser cette entreprise de 1688 à 1723, tout en mettant au point et en dessinant les projets de Ferry pour les fortifications. Il devient ingénieur ordinaire du roi en 1702 (c’est-à-dire ingénieur des fortifications). À la fin de 1721, il envoie au marquis d’Asfeld, membre du conseil de Marine, la Carte generalle de partie des costes du Bas Poitou, pays d’Aunis, Saintonge et partie de Médoc, avec un mémoire de 176 pages. Le conseil se déclare « satisfait » de ces travaux et demande à l’ingénieur de continuer jusqu’à Bordeaux. Le marquis d’Asfeld est nommé directeur général des fortifications en 1718 et Masse, avec ses deux fils, rejoint Lille pour lever la frontière depuis la Meuse jusqu’à la mer du Nord. Les Masse réunissent des informations nombreuses et variées qui leur servent aussi bien à dresser les cartes qu’à rédiger les mémoires, et ils s’efforcent de figurer le paysage dans ses moindres détails. La qualité de leurs travaux rejoint celle des Naudin, même si les objectifs des deux familles d’ingénieurs ne sont pas, du fait de leur appartenance à des corps différents, parfaitement identiques.

Claude Masse, Carte particulière de l’isle de Ré

1702, manuscrit. BNF, Cartes et Plans, Ge A 1390

19La carte des Pyrénées de Roussel et La Blottière voit, quant à elle, la collaboration d’un ingénieur géographe avec un ingénieur des fortifications. Roussel est un personnage important : c’est le premier ingénieur géographe à être nommé ingénieur en chef lorsque le corps est organisé en 1716. Avant de participer aux levés pyrénéens, il a déjà travaillé dans les Alpes. Quant à Jean-François de La Blottière (1673-1739), membre du corps de génie, c’est également un familier des Alpes puisqu’il a accompagné en 1709 le maréchal de Berwick dans une inspection personnelle et minutieuse de la frontière alpine, et qu’il a dressé des cartes de cette région. Les deux ingénieurs travaillent ensemble à la carte des Pyrénées de 1716 à 1730 et produisent les grandes cartes manuscrites au 1/36 000 conservées par la Bibliothèque nationale de France – cartes du maréchal de Berwick – et par la cartothèque de l’Institut géographique national. Au verso de la carte du Roussillon de la Bibliothèque figure cette annotation : « Cette carte des Pyrénées répond bien mal et au but du gouvernement – [connaître la frontière en prévision d’une guerre avec l’Espagne] – et à la réputation de ses auteurs. Elle ne manque pas de détails, mais mal rendus, elle est peu exacte en la comparant avec les Aldules levée depuis. Ce travail des Pyrénées a été fait militairement. C’est un aperçu ou plutôt une reconnaissance qu’un détail motivé. Les montagnes y sont à la cavallière et les chaînes mal rendues. »

Roussel, Carte du pays compris entre les Bauges, Barraux, Montmellian et Chambery

Vers 1709, manuscrit. BNF, Cartes et Plans, Ge A 1073

  • 39 M. Pelletier, « L’Andorre sur la carte de Cassini », dans Atles cartogràfíc de les valls d’Andorra, (...)

20Dans un travail sur l’Andorre39, j’ai comparé la feuille 40 de la Carte de France de Cassini levée par deux bons ingénieurs, avec la partie correspondante de la carte de Roussel-La Blottière dans sa réduction au 1/216 000 gravée en 1730. Ce qui frappe d’emblée sur la feuille 40, c’est que les routes ne sont figurées que sur l’extrême nord de la carte alors que la feuille 6 de la Carte générale des Monts Pyrénées, concernant l’Andorre, donne le tracé de tous les chemins, même lorsqu’ils sont difficilement praticables. Toutefois, l’ingénieur de Cassini, Lengelée, a soigné l’hydrographie, notant avec soin les ponts, apparemment fort nombreux, qui n’apparaissent pas sur la carte de Roussel. Enfin, alors que Roussel et La Blottière ne s’intéressent qu’aux vallées et aux passages, la Carte de France de Cassini figure les sommets de l’Andorre, dont un bon nombre ponctue les frontières avec la France et l’Espagne.

21Le tableau suivant, qui donne les distances entre deux points figurant sur les cartes de Roussel-La Blottière et de Cassini, reconnaît les mérites des ingénieurs de la Carte de France, qui ont utilisé une solide triangulation avec des visées faites, le plus souvent, de montagne à montagne.

Roussel

Éd. au 1/216 000

Cassini

Éd. au 1/86 400

Tarascon – Ax

24 km

17 km

24 km

Ax – L’Hospitalet

14,5 km

10 km

14,5 km

L’Hospitalet – Soldeu

11 km

9,5 km

10,2 km

Soldeu – Andorra la Vella

13 km

13,5 km

15,5 km

El Serrat – Andorra la Vella

12 km

13 km

13,5 km

Ordino – Andorra la Vella

5,5 km

7,5 km

6,5 km

Ordino – Soldeu

11 km

7 km

12,2 km

Encamp – Fontaneda

13 km

10 km

14,6 km

Soldeu – Sant Juliá de Lòria

19 km

20,5 km

22Cette comparaison nous conduit à nous interroger sur le bien-fondé des vives critiques formulées par les ingénieurs militaires à l’encontre de la carte de Cassini. Il est vrai que les travaux militaires vont être révisés durant la seconde moitié du xviiie siècle, et que c’est alors seulement qu’ils deviendront de sérieux concurrents pour la cartographie civile.

La cartographie militaire en temps de paix : la seconde moitié du xviiie siècle

  • 40 E.-F. Choiseul, Mémoires, Paris, Buisson, 1790, p. 120-121.
  • 41 BNF, Cartes et Plans, Ge FF 13 292 ; M. Pelletier, « Un programme pour les ingénieurs militaires », (...)

23Le duc de Choiseul à qui échoit le département de la Guerre à la mort de Belle-Isle, au début de 1761, veut réformer l’armée en donnant aux troupes royales l’instruction qui leur fait défaut et en instaurant « la discipline et le travail obligé40 ». Les grandes lignes des missions confiées aux ingénieurs géographes sont esquissées par le chef de ces ingénieurs, Jean-Baptiste Berthier, le père du maréchal d’Empire, dans un mémoire manuscrit de 176241. Il s’agit d’occuper un corps dont les effectifs sont passés de neuf en 1756 à quarante en 1763, et que la fin de la guerre de Sept Ans va laisser inoccupé. Il s’agit aussi d’organiser le travail des ingénieurs géographes de telle sorte qu’ils puissent résister aux attaques des ingénieurs des fortifications, bien plus nombreux – ils sont quatre cents en 1762 –, mieux formés – l’école du Génie de Mézières a été créée en 1748 –, organisés régionalement, et qui sont toujours de bons cartographes.

24Pendant la durée des conflits, les ingénieurs géographes sont chargés des reconnaissances devant l’ennemi, ils doivent aussi dresser les plans des camps et figurer les itinéraires des colonnes afin de garder la mémoire des marches des armées. Le plus grand nombre reste à l’arrière et lève rapidement les pays qui ont été conquis ou dépassés. Mais, en 1762, Berthier se préoccupe surtout des travaux à effectuer en temps de paix, considérant deux chantiers comme prioritaires : le levé des « colonies de la souveraineté du Roy », et celui des côtes de France, qui viendra compléter les opérations déjà réalisées le long des frontières terrestres.

25Les articles 4, 5 et 6 du texte de Berthier traitent en outre de la gestion des cartes et mémoires par le dépôt de la Guerre. Les ingénieurs réduiront l’échelle des cartes conservées au dépôt pour que les chefs militaires puissent disposer de documents qui soient dans des formats « maniables et portatifs », une opération qui paraît indispensable pour les nouvelles cartes au 1/14 400. Berthier pense que cet exercice est formateur pour les nouvelles recrues. Il faut aussi veiller à la maintenance des collections. Le chef des ingénieurs vient en effet de constater que les manques sont nombreux. Il demande donc que des recherches soient menées dans les bibliothèques et chez les descendants des officiers généraux, et que, si nécessaire, des copies des originaux soient exécutées. Les ministres devront donner des ordres « pour que pareille négligence n’arrive plus et que les dépôts royaux [Guerre et Marine] soient généralement pourvus de tout ce qu’il sera possible d’y rassembler des différentes parties du monde, tant du passé que de l’avenir, et qu’il n’en sorte absolument rien que par leur ordre et aux conditions expresses d’y rentrer en orriginaux pour que l’état général de ce qui sera contenu dans ces dépôts généraux soit toujours rempli ».

  • 42 Voir la thèse de P. Limacher sur Bourcet (Paris, École nationale des chartes, 1963) déposée au dépa (...)

26Avant de voir comment les ingénieurs géographes remplissent leurs missions dans les colonies et sur les côtes de Bretagne, observons comment travaille l’un de leurs concurrents, Pierre-Joseph de Bourcet (1700-1780)42, qui joint à une connaissance inégalée du terrain et de son utilisation, une grande efficacité dans le rendu du relief. Bourcet est un familier du Dauphiné qu’il cartographie : il est né dans la vallée de Pragelas et est mort près de Grenoble. Petit-fils d’un pasteur du Queyras, il suit l’exemple de son père, Daniel-André (vers 1658-1731), « qui a servi partout où Louis XIV a porté ses armes », transmettant à ses fils la connaissance qu’il a acquise du terrain – positions militaires, débouchés, cols et passages alpestres – avec quelques principes « de haute stratégie ». Pierre-Joseph a été élève à l’École d’artillerie de Grenoble où il a appris les mathématiques. Il est nommé ingénieur ordinaire du roi (ingénieur du génie) le 11 février 1729, participe à la reconnaissance de la frontière sud-est en compagnie du maréchal de Maillebois et prend part en 1733-1734 aux sièges de Milan et de Novare. Pendant la guerre de succession d’Autriche, de 1742 à 1749, il est attaché à l’état-major et, à ce titre, il est chargé de guider l’infant d’Espagne à travers les Alpes. Il rédige cartes, plans et mémoires, et envoie des émissaires pour connaître l’état des routes. En 1747, lors de la deuxième occupation du comté de Nice, il est aux côtés du maréchal de Belle-Isle qui est impressionné par ses connaissances. L’année suivante, la paix d’Aix-la-Chapelle restitue la Savoie et le comté de Nice au roi de Sardaigne. Mais avant cette restitution, le ministre de la Guerre, le comte d’Argenson, profite de l’occupation française pour ordonner que soient levés au 1/14 400 le cours du Var et le comté de Nice. À partir de 1749, les travaux sont poursuivis vers le nord ; ils seront arrêtés en 1758 à Saint-Claude, dans le Jura. De 1749 à 1754, ils sont dirigés par Pierre-Joseph de Bourcet qui est ainsi le maître d’œuvre de la Carte géométrique du Haut-Dauphiné et de la frontière ultérieure, accompagnée de neuf mémoires sur le Dauphiné. Les opérations de triangulation précédant les levés sont confiées à un ingénieur géographe, Montannel. Les levés sont effectués à la planchette, « sur le vif », par des ingénieurs plus ou moins nombreux – quatre à neuf suivant les années. La mise au net des minutes au 1/14 400 se fait à Grenoble pendant la saison d’hiver. La carte s’efforce de donner un maximum d’informations, les mémoires décrivant ce qu’elle ne peut représenter.

Levé à la planchette, Illustration extraite de : G. J. de Marinoni, De re ichnographica, Vienne, 1751

BNF, Imprimés, V 7146

27Pour les historiens de la cartographie, les travaux de Bourcet sont particulièrement intéressants parce qu’ils marquent le passage de la représentation du relief en perspective cavalière à une représentation en projection verticale. L’ingénieur a recours au nouveau procédé pour les reliefs moyens, mais figure encore les roches les plus abruptes par un profil aigu et dentelé. Pour dessiner la réduction gravée au 1/86 400 – publiée en 1758 avec un complément en 1763 – à partir des levés effectués au 1/14 400, l’ingénieur géographe Villaret utilise les hachures pour rendre les demi-teintes de l’estompage utilisé sur l’original. L’impression de la carte semble entamer le secret militaire, mais il est fort probable que sa diffusion a été contrôlée par le dépôt de la Guerre.

Pierre-Joseph de Bourcet et Villaret, Carte géométrique du Haut-Dauphiné et du comté de Nice,
1758 et 1763. Feuille 9 (1763)

BNF, Cartes et Plans, Ge DD 2987 (1567)

  • 43 Mémoire particulier sur les frontières du Dauphiné, 1752, Bibliothèque de l’Arsenal. Éd. par H. Duh (...)

28Pendant que progresse ce travail, Bourcet guide la visite du marquis de Paulmy, secrétaire d’État à la Guerre chargé d’inspecter le Dauphiné en compagnie du maréchal de Maillebois. La visite permet de donner des explications orales que viennent étayer mémoires et cartes. L’ingénieur est persuadé de la nécessité de « multiplier » les chemins : « Il est constant qu’en multipliant les chemins qui débouchent sur la frontière on se procure un moyen d’y faire arriver plus de troupes et de subsistances dans le même temps, et il n’est pas moins vrai que la sûreté d’une frontière dépend, le plus souvent, des prompts secours qu’on y porte. » Bourcet pense aussi que les habitants devraient être suffisamment nombreux pour participer utilement à la surveillance des frontières et il propose des mesures particulières pour les retenir dans les zones de montagne43.

  • 44 D. Bégot, M. Pelletier et C. Bousquet-Bressolier, La Martinique de Moreau du Temple, 1770, Paris, É (...)

29Les ingénieurs géographes, de leur côté, travaillent selon les priorités fixées par Berthier : ils lèvent les cartes des colonies et des côtes, comme la carte de la Martinique et celle du littoral breton. Ce ne sont pas des familiers des lieux qu’ils explorent la planchette à la main, alors que ces régions peuvent poser des problèmes particuliers : relief tourmenté de la Martinique, découpage des côtes bretonnes. Pour accomplir correctement des tâches qui se suivent et ne se ressemblent pas, les ingénieurs géographes font preuve de réelles facilités d’adaptation. S’ils connaissent les principes guidant tout bon levé à la planchette, la variété des terrains soumis à leur observation les conduit à inventer de nouveaux symboles cartographiques, proches de la nature qu’ils interprètent pour être aisément compris par les futurs utilisateurs44. En outre, pour connaître la toponymie des régions cartographiées, les ingénieurs ont besoin d’informateurs locaux dont la contribution reflète la qualité des relations entretenues avec les habitants.

  • 45 « Mémoire des ingénieurs de 1765 », SHAT, Vincennes, A 3393, fol. 10.
  • 46 Carte reproduite dans D. Bégot et al., op. cit.

30Entre le 1er septembre et le 10 octobre 1763, huit ingénieurs géographes s’embarquent à Rochefort pour lever les cartes des Antilles françaises. Arrivés le 6 novembre en Martinique, trois d’entre eux, « brevetés en récompense des services qu’ils avoient rendus dans leur partie45 », dressent la grande carte de la Martinique au 1/14 400, dont l’exemplaire manuscrit daté de 1770, conservé au département des Cartes et des Plans de la Bibliothèque nationale de France46, est pourtant signé par le seul Moreau du Temple. Destiné en priorité à la défense de l’île, ce document donne d’intéressantes informations d’ordre économique.

  • 47 Ibid., p. 63-65.

31Loupia et Gense achèvent rapidement leur travail en Martinique puisque, dès 1767, ils sont associés à un autre chantier, celui de la Carte des chasses levée en Île-de-France pour Louis XV. Moreau du Temple est le seul ingénieur qui va rester aux Antilles. Les trois ingénieurs ont un point commun, ils viennent de participer à la campagne d’Allemagne de la guerre de Sept Ans. Or les levés sur le Rhin ont fait l’objet, en 1761, d’une instruction qui est un véritable vade-mecum de l’ingénieur en campagne, fixant l’ordre des opérations : établissement du réseau hydrographique qui constitue la charpente de la carte, observation des particularités naturelles et de leur variabilité, appréciation des modalités de l’intervention humaine, et surtout différenciation des paysages suivant trois critères : nature de la végétation, type des terres labourables, intervention de l’homme (haies, fossés de drainage…). L’instruction s’intéresse aussi à la typologie des lieux habités, à la figuration du relief et à la manière dont les montagnes se commandent, et au réseau des communications, tout ce qui forme les points forts de la carte de Martinique47.

René Moreau du Temple, Carte géométrique et topographique de l’isle Martinique
1770, manuscrit. Partie nord

BNF, Cartes et Plans, SH, pf. 156, div. 2, p. 17

  • 48 SHAT, Vincennes, A 3393, fol. 10.
  • 49 SHAT, Vincennes, « dossiers des ingénieurs géographes », A 28, 1776 et 1788.
  • 50 H. Berthaut, Les Ingénieurs géographes militaires, 1624-1831, t. I, Paris, Service géographique de (...)
  • 51 H. Berthaut, op. cit., t. 1, p. 44 et SHAT, Vincennes, « dossiers des ingénieurs géographes », A 28 (...)
  • 52 SHAT, ibid., 1772 et 1783.
  • 53 SHAT, A 3393, fol 10.

32Ce que le roi désire, c’est une « Carte topographique et géométrique des isles de la Martinique, Ste Lucye, et Marie Galante », pour laquelle chacun des ingénieurs reçoit des instructions. À leur arrivée à Fort Royal, Loupia, Gense et Moreau du Temple « ont présenté les ordres dont ils étoient pourvus à M. de Fennelon [le marquis de Fénelon, gouverneur général de la Martinique] et à M. de Rochemore [Henri de Rochemore, directeur des fortifications] qui ont accordés auxdits ingénieurs toutes les facilités convenables pour remplir leurs commissions48 ». L’aîné des ingénieurs affectés en Martinique est, semble-t-il, Claude Loupia Fontenailles49, né en 1721. Avant de travailler en Allemagne dans les années 1761-1762 comme ingénieur géographe militaire50, il a fait partie des équipes de la Carte de France de Cassini et est ainsi devenu un spécialiste de la triangulation. D’où sa désignation comme géodésien pour la campagne de Martinique, et sa mission en 1771 sur les côtes de Bretagne – où il va rester jusqu’en 1776 – pour accomplir le même type d’activité51. René Moreau du Temple52, quant à lui, est né à Poitiers en 1736. Formé à l’École des ponts et chaussées, il construit plusieurs ouvrages d’art ; puis il entre dans l’armée comme ingénieur. C’est lui qui signe la carte de la Martinique de 1770, un document qui lui a donné une connaissance complète de l’île et qui lui confère une telle renommée qu’on le considère comme indispensable. Il est ainsi amené à prolonger son séjour en Martinique, aide à construire des fortifications, creuse un canal et ouvre des chemins. En 1765, les trois ingénieurs portent sur eux-mêmes l’opinion suivante qu’ils font connaître à Choiseul, preuves à l’appui : « Ces trois personnes sont assurées d’avoir mérité les éloges de toute la colonie sur la manière dont ils ont exécuté leur travail et sur la conduite qu’ils ont tenue dans le pays53. »

  • 54 Archives nationales, CAOM, Aix, Fortifications et colonies, Martinique, pièce 208.
  • 55 Ibid.

33Or leur situation n’est pas vraiment confortable à cause des relations qu’ils entretiennent avec le directeur des fortifications, Henri de Rochemore, auquel ils doivent obéissance, alors qu’ils semblent préférer la tutelle, plus lointaine, de Berthier. Pour mieux contrôler les ingénieurs, Rochemore exige que le travail de cabinet – la mise au net des levés – se fasse sous ses yeux, dans son bureau. Il veut également que les ingénieurs l’aident à réaliser les dessins urgents, réclamés par l’exercice de ses fonctions54. Il finit par demander une lettre à Choiseul pour mettre chacun devant ses responsabilités : « J’ai pris le ton de me faire obéïr mais quand j’aurai une lettre particulière de votre part à ce sujet, j’espère qu’on ira plus vite et que je satisferai à ce que j’ai promis et à tout ce que vous désirés55. »

  • 56 M. Pelletier, « Les ingénieurs géographes sur les côtes de Bretagne, 1771-1785 », dans Études géogr (...)
  • 57 SHAT, Vincennes, Mémoires historiques, 1090-1094.
  • 58 BNF, Cartes et Plans, SH, pf. 43 et SHAT, Vincennes, J 10 C 289.

34La cartographie des côtes et îles bretonnes, conduite par les ingénieurs géographes de 1771 à 1785, suit donc celle de la Martinique56. Pour la rendre vraiment utile, il aurait fallu la compléter par des levés hydrographiques qui n’ont pas été exécutés, pas plus en Bretagne qu’en Martinique. Ces lacunes illustrent le retard pris par l’hydrographie par rapport à la topographie. Mais on a conservé les mémoires57 qui accompagnaient les cartes58 des côtes et qui forment d’intéressants compléments. Les levés ont mobilisé de nombreux ingénieurs – six à douze suivant les années. L’objectif de la carte est de participer à la défense de la Bretagne en donnant une connaissance précise de la topographie du littoral. En effet, les ingénieurs sont d’abord placés sous les ordres de La Rozière, chargé d’élaborer un plan défensif des côtes. Leurs travaux sont dirigés par le plus expérimenté des ingénieurs qui accomplit aussi des levés. Comme pour les autres cartes de la seconde moitié du xviiie siècle, la première opération est celle de la triangulation : des ingénieurs, peu nombreux, déterminent la position des points principaux pour former le canevas géométrique de la carte, qui sera utilisé par les ingénieurs chargés des levés à la planchette. Ces levés sont mis au net au dépôt de la Guerre à Versailles en dehors de la période des campagnes, qui s’étend du 1er mai au 31 octobre. Par rapport à la carte de Cassini levée à peu près à la même époque, les travaux des ingénieurs géographes sont plus complets. Ils intéressent aussi bien les côtes que les îles et les rochers qui les bordent. Ils figurent les routes et les chemins et en décrivent l’état dans les mémoires, mais, comme ils ne concernent qu’une bande côtière, il ne s’agit que d’une représentation très partielle.

Ingénieurs géographes, Entrée de la rivière de Pont-l’Abbé, Après 1779, manuscrit

BNF, Cartes et Plans, SH, pf. 43, div. 3, p. 201 D

35Toute étude historique sur la description du territoire par les militaires ne peut négliger la place importante occupée par les ingénieurs des fortifications, dont le rôle ne faiblit pas malgré la création d’un corps de spécialistes, celui des ingénieurs géographes. La cartographie de la fin du xviie et du début du xviiie siècle met en vedette deux familles, celle des Naudin et celle des Masse, qui appartiennent chacune à l’un de ces deux corps concurrents. Les Naudin, des ingénieurs géographes, pratiquent aussi bien la description topographique que la description historique, et finissent par s’intégrer dans le programme général de la description des frontières au 1/28 800. Ce vaste programme sera suivi d’un second projet encore plus ambitieux, accompli dans la deuxième moitié du xviiie siècle : exécuté au 1/14 400, il repose sur des opérations de triangulation qui permettent de rattacher les unes aux autres les différentes parties du projet. La carte est devenue plus riche et plus précise. Elle est tellement détaillée qu’elle dispense d’une connaissance effective du théâtre des opérations, à condition, bien entendu, qu’on sache l’utiliser : il faut être capable de faire « parler » la carte. Les meilleurs interprètes sont les cartographes eux-mêmes qui ont pu garder en mémoire les utilisations du terrain effectuées au cours d’opérations antérieures. Celui qui réunit la connaissance topographique et la mémoire militaire des zones frontières, est souvent un ingénieur militaire, qu’il soit ingénieur géographe ou ingénieur du génie, et il est volontiers admis comme conseiller en matière de stratégie.

36Cette carte qui donne la connaissance du terrain, on ne veut pas qu’elle tombe aux mains de l’ennemi. On va se méfier des productions gravées, notamment des productions civiles que les militaires ne contrôlent pas, comme la Carte de France de Cassini élaborée dans la seconde moitié du xviiie siècle. Et pourtant le secret qui couvre les productions militaires est relatif puisque quelques-unes ont été gravées. Il est vrai que la gravure tarde parfois et qu’elle est généralement réalisée à une échelle plus petite que celle des levés originaux. Nous manquons d’informations sur la diffusion des cartes gravées d’origine militaire, mais il est probable qu’elle n’a dû s’effectuer qu’auprès de certains utilisateurs, le plus souvent des officiers. Même les manuscrits – exécutés en plusieurs exemplaires – s’attardent parfois dans les collections des responsables ; cette dispersion inquiète Berthier qui voudrait tout garder sous clé. Évidemment, plus les cartes sont exactes et détaillées, plus le secret doit être strictement observé.

Notes

1 Bulletins de la Société des antiquaires de Picardie, t. XXXI, 1924-1925, p. 619-728.

2 D. Buisseret, Ingénieurs et fortifications avant Vauban : lorganisation dun service royal aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, CTHS, 2002.

3 Catalogue des actes de François Ier, t. VII, Paris, Imprimerie nationale, 1896, p. 758 et t. VIII, 1905, p. 189.

4 I. Cloulas, Henri II, Paris, Fayard, 1985, p. 455-456.

5 BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge B 8814.

6 Sur les ingénieurs d’Henri IV, voir D. Buisseret, « Les ingénieurs du roi au temps de Henri IV », Bulletin de la section de géographie du CTHS, lxxvii, 1964, p. 13-84 ; et Ingénieurs et fortifications, avant Vauban, à paraître.

7 Le Dauphiné et ses confins vus par l’ingénieur d’Henri IV, Jean de Beins, Genève, Droz/Paris, Minard, 1968.

8 BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge C 23 577.

9 Loc. cit., Ge DD 2987 (1361-1362).

10 Loc. cit., Ge DD 2987 (1363-1365) et Ge B 557.

11 Profils d’Embrun, de Valence, de Romans, de Sisteron et de Serres, pl. XXX, XXXIX, XLIII, XLIV et XLVII de : F. de Dainville, Le Dauphiné et ses confins, op. cit.

12 BNF, Ms, Mélanges Colbert 61, fol. 21-28. Liste citée par Buisseret, Ingénieurs et fortifications, op. cit.

13 Voir aussi l’article d’É. d’Orgeix : « Aperçu d’un genre iconographique peu connu : les atlas militaires de la première moitié du xviie siècle », dans C. Bousquet-Bressolier (éd.), Le Paysage des cartes, genèse d’une codification, Paris, musée des Plans-reliefs, 1999, p. 29-48.

14 Voir J. Cornette, Le Roi de guerre : essai sur la souveraineté de la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 1993. Sur les Campagnes de Louis XIV, voir M. Pelletier, « La Géographie du roi sous le règne de Louis XIV », dans C. Hofmann et H. Richard (dir.), Les Globes de Louis XIV : étude artistique , historique et matérielle, Paris, BNF, 2012, p.20-24.

15 Ils forment cinq tomes et ont été réalisés pour les chefs de guerre en plusieurs exemplaires. Cf. Cl. Lemoine-Isabeau, Les Militaires et la cartographie des Pays-Bas méridionaux et de la principauté de Liège à la fin du xviie siècle et au xviiie siècle, Bruxelles, Musée royal de l’armée.

16 Il en existe deux séries, l’une conservée au département des Cartes et Plans de la BNF, l’autre à la bibliothèque du Génie (Vincennes).

17 A. de Roux, N. Faucherre et G. Monsaingeon, Les Plans en relief des places du roy, Paris, A. Biro, 1989.

18 M. Pastoureau, Les Atlas français, xvie-xviie siècles, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, p. 437-468.

19 J. Akerman et D. Buisseret, L’État comme patron invisible : étude sur Les cartes générales de toutes les provinces de France par Christophe Tassin : communication présentée à la XIIe conférence internationale d’histoire de la cartographie (Paris, 1987) et restée inédite.

20 Voir la conférence sur la Renaissance, §. 22-26.

21 F. de Dainville, Cartes anciennes du Languedoc, xvie-xviie siècle, Montpellier, Société languedocienne de géographie, 1961, p. 39.

22 Ibid., p. 27-34.

23 À la découverte de la Terre : dix siècles de cartographie, [exposition] 1979, Paris, Bibliothèque nationale, p. 40 ; BNF, Cartes et Plans, Ge DD 4121 (145).

24 BNF, Cartes et Plans, Ge C 9189.

25 J. Cornette, op. cit., p. 134-135.

26 BNF, Estampes, collection Hennin, no 2517.

27 M. Pastoureau, Les Atlas français, op. cit., p. 13 sqq. Sur Beaulieu, voir aussi : A. de Roux, « Beaulieu, ingénieur et géographe, des dessins aux plans gravés », Bulletin du Comité français de cartographie, n° 130, 1991, p. 23-28.

28 A. de Roux, Perpignan, de la place forte à la ville ouverte, vol. 2 : les sources, Perpignan, Archives communales, 1999, p. 41-48.

29 SHAT, Vincennes, A1 1181, pièce 55. Cité par M.-A. de Villèle, « Les Naudin et la cartographie militaire française de 1688 à 1744 », dans C. Bousquet-Bressolier (éd.), L’Œil du cartographe et la représentation géographique du Moyen Âge à nos jours, Paris, Éd. du CTHS, 1995, p. 147-164.

30 M. A. de Villèle, op. cit.

31 A.N., NN 15. Étudié par C. Lemoine-Isabeau, Cartes inédites du pays de Liège au xviiie siècle, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1980.

32 Bibliothèque du ministère de la Guerre, ms. 509 et Bibliothèque du Comité technique du Génie, ms. 995.

33 M. A. de Villèle, op. cit., p. 158.

34 SHAT, Vincennes, J 10 C 1293, et IGN, cartothèque.

35 Cartes au 1/28 800 conservées au SHAT, Vincennes ; réductions au 1/43 300 conservées par la cartothèque de l’IGN.

36 Archives du Génie, Vincennes.

37 IGN, cartothèque et SHAT, Vincennes, J 10 C 650.

38 R. Faille et N. Lacrocq, Les Ingénieurs géographes Claude-François et Claude-Félix Masse, La Rochelle, Rupella, 1979. A. Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires, 1691-1791, Montpellier, 1981, p. 523-525. C. Bousquet-Bressolier, « Le territoire au naturel », dans M. Pelletier (éd.), Couleurs de la Terre, des mappemondes médiévales aux images satellitales, Paris, Seuil/BNF, p. 114-118.

39 M. Pelletier, « L’Andorre sur la carte de Cassini », dans Atles cartogràfíc de les valls d’Andorra, 1692-1976, Andorre-la-Vieille, Arxiu històric nacional, 1999, p. 47-59.

40 E.-F. Choiseul, Mémoires, Paris, Buisson, 1790, p. 120-121.

41 BNF, Cartes et Plans, Ge FF 13 292 ; M. Pelletier, « Un programme pour les ingénieurs militaires », Bulletin du Comité français de cartographie, n° 132, 1992, p. 27-29.

42 Voir la thèse de P. Limacher sur Bourcet (Paris, École nationale des chartes, 1963) déposée au département des Cartes et Plans de la BNF. Voir aussi : M. Pelletier, « Sous le sceau du secret militaire », L’Alpe, 7, 2000, p. 30-34.

43 Mémoire particulier sur les frontières du Dauphiné, 1752, Bibliothèque de l’Arsenal. Éd. par H. Duhamel, Grenoble, 1902 : Voyage d’inspection de la frontière des Alpes en 1752 par le marquis de Paulmy, p. 147 et 187.

44 D. Bégot, M. Pelletier et C. Bousquet-Bressolier, La Martinique de Moreau du Temple, 1770, Paris, Éd. du CTHS, p. 75-85.

45 « Mémoire des ingénieurs de 1765 », SHAT, Vincennes, A 3393, fol. 10.

46 Carte reproduite dans D. Bégot et al., op. cit.

47 Ibid., p. 63-65.

48 SHAT, Vincennes, A 3393, fol. 10.

49 SHAT, Vincennes, « dossiers des ingénieurs géographes », A 28, 1776 et 1788.

50 H. Berthaut, Les Ingénieurs géographes militaires, 1624-1831, t. I, Paris, Service géographique de l’armée, 1902, p. 31 et SHAT, ibid., 1788.

51 H. Berthaut, op. cit., t. 1, p. 44 et SHAT, Vincennes, « dossiers des ingénieurs géographes », A 28, 1788.

52 SHAT, ibid., 1772 et 1783.

53 SHAT, A 3393, fol 10.

54 Archives nationales, CAOM, Aix, Fortifications et colonies, Martinique, pièce 208.

55 Ibid.

56 M. Pelletier, « Les ingénieurs géographes sur les côtes de Bretagne, 1771-1785 », dans Études géographiques sur la Bretagne, 107e congrès national des sociétés savantes, Brest, 1982, Paris, Éd. du CTHS, 1984, p. 39-47. Reproduit dans M. Pelletier, Tours et contours de la Terre, op. cit., p. 113-121.

57 SHAT, Vincennes, Mémoires historiques, 1090-1094.

58 BNF, Cartes et Plans, SH, pf. 43 et SHAT, Vincennes, J 10 C 289.

Table des illustrations

Légende Scipion Vergamo ou Agostino Ramelli ? La Rochelle, 1573, manuscrit. Ce magnifique plan est probablement d’origine italienne d’après D. Buisseret.
Crédits BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge A 1113
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende Nicolas de Nicolay, Nouvelle description du pais de Boulonnois, comté de Guines, terre d’Oye et ville de Calais
Crédits 1558. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge B 8814
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Légende Jean de Beins, Le baillage du Greyzivaudan et Trieves
Crédits 1619, manuscrit. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge C 23 577
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Jean de Beins, Carte generalle du pais de Dauphiné
Crédits [1612], manuscrit. BNF, Cartes et Plans, Ge B 557
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Pennier, Camps et ordres de marches de l’armée du roy en Flandres. 1693, manuscrit Pl. 27 : Carte dans laquelle l’infanterie du roy reprend les villages de Neerwinde et de Laer.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Carte des rades de Toulon ou sont marquées par lettres les nouvelles batteries pour deffendre le moüillage. Fin xviie siècle, manuscrit Figure dans l’atlas intitulé : Cartes des environs de plusieurs places fortes.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Légende Christophe Tassin, Carte de Normandie. 1634 Figure dans Les cartes generales de toutes les provinces de France.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Pierre Boyer du Parc, hydrographe du roi, Atlas des rivières avec les villes et places qui sont le long Vers 1630-1640, manuscrit. Vue de Poitiers Cet atlas reprend, pour la majorité de ses planches, les gravures de Christophe Tassin (d’après E. d’Orgeix).
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Saint-Clair, Ordre de la bataille d’Avein [20 mai 1635] Paris, M. Tavernier, 1635
Crédits BNF, Estampes, Qb 1635, coll. Hennin n° 2517
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Sébastien de Pontault, sieur de Beaulieu Le siège d’Arras levé par la défaite des ennemis, 1654
Crédits 1655. BNF, Cartes et Plans, Ge A 515
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende Claude Masse, Carte particulière de l’isle de Ré
Crédits 1702, manuscrit. BNF, Cartes et Plans, Ge A 1390
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Roussel, Carte du pays compris entre les Bauges, Barraux, Montmellian et Chambery
Crédits Vers 1709, manuscrit. BNF, Cartes et Plans, Ge A 1073
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Levé à la planchette, Illustration extraite de : G. J. de Marinoni, De re ichnographica, Vienne, 1751
Crédits BNF, Imprimés, V 7146
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Pierre-Joseph de Bourcet et Villaret, Carte géométrique du Haut-Dauphiné et du comté de Nice, 1758 et 1763. Feuille 9 (1763)
Crédits BNF, Cartes et Plans, Ge DD 2987 (1567)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende René Moreau du Temple, Carte géométrique et topographique de l’isle Martinique 1770, manuscrit. Partie nord
Crédits BNF, Cartes et Plans, SH, pf. 156, div. 2, p. 17
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Ingénieurs géographes, Entrée de la rivière de Pont-l’Abbé, Après 1779, manuscrit
Crédits BNF, Cartes et Plans, SH, pf. 43, div. 3, p. 201 D
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1064/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 518k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access