Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au Siècle des lumières

 | 
Monique Pelletier

Les globes dans les collections françaises aux xviie et xviiie siècles

Texte intégral

1Quels globes figuraient dans les collections françaises aux xviie et xviiie siècles ? La question est difficile, mais l’on peut, à partir des collections actuelles, donner les grandes lignes de la politique d’acquisition des particuliers et des institutions, passer ainsi de l’âge d’or hollandais au succès des globes de Coronelli pour terminer avec l’accès, au xviiie siècle, à une production nationale qui était entre les mains des cartographes et des fabricants d’instruments. Car les globes, ce sont à la fois des cartes de la Terre et du Ciel, et des instruments qu’il faut construire. Mais évoquer l’histoire des globes, c’est aussi voir quelle place ils occupaient dans la production cartographique et comment ils se sont adaptés aux besoins des utilisateurs, en remplissant leur double fonction d’aide à l’étude et d’objet de décoration.

  • 1 « Les globes anciens dans les collections françaises au passé et au présent », Revue de la Biblioth (...)

2Les globes anciens antérieurs à 1850 conservés dans les collections publiques françaises (bibliothèques et musées) ont été recensés dans une liste diffusée en 1970 par la Bibliothèque nationale à l’initiative d’Edmond Pognon, conservateur en chef du département des Cartes et Plans, et de Gabrielle Duprat, conservateur en chef honoraire de la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle. Cette liste est complétée par les archives que Mme Duprat a léguées aux Cartes et Plans et qui comprennent les descriptions détaillées des globes, accompagnées souvent de photographies. Comme je l’ai déjà souligné dans un article paru dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France1, il serait intéressant, en vue d’une publication, de mettre à jour ces travaux, notamment les notes sur l’état physique des globes. Cet état ne semble pas s’être vraiment amélioré malgré les efforts de l’atelier de restauration des grands formats de la Bibliothèque nationale de France, dirigé par Alain Roger.

3D’après cette liste et quelques compléments, la répartition des globes dans les musées et bibliothèques est la suivante. Pour le xvie siècle, treize globes sont répertoriés : sept terrestres et six célestes, qui ont été soit peints, soit gravés sur métal. Il faut attendre le xviie siècle pour que des globes imprimés soient plus largement diffusés. Pour cette période, ce sont essentiellement des globes hollandais issus des maisons Blaeu (vingt-trois globes conservés), Hondius (sept globes) et Van Langren (six globes), soit en tout trente-six globes sur les trente-neuf globes publiés pendant un siècle (fin du xvie – fin du xviie siècle). Puis à la fin du xviie et au début du xviiie siècle apparaissent les globes de Coronelli : les deux globes monumentaux qui sont construits pour Louis XIV et les seize tirages des réductions gravées qui en sont issues pour former de grands globes de 108 cm de diamètre. Le xviiie siècle voit une nouvelle poussée de l’édition hollandaise, mais limitée à un seul éditeur : huit globes de Valk figurent dans les collections françaises. C’est pendant la seconde moitié du siècle que s’organise l’édition française sous l’impulsion d’un cartographe, Didier Robert de Vaugondy, et d’un éditeur, Louis-Charles Desnos. On retrouve dans les collections publiques françaises soixante-treize globes édités entre 1751 et 1800 (contre quarante-six globes pour la première moitié du xviiie siècle), dont vingt sont issus de l’œuvre de Didier Robert de Vaugondy et onze de la production mise en vente par Louis-Charles Desnos. Ces statistiques, qui ne prennent en compte que les collections des musées et bibliothèques, indiquent évidemment un nombre de globes bien inférieur à celui des sphères célestes et terrestres dont disposaient les Français sous l’Ancien Régime, mais elles donnent une idée du succès des différentes productions. Les globes sont des objets fragiles, aussi fragiles que les cartes murales qu’ils pouvaient accompagner.

Martin Waldseemüller ?
Globe vert, manuscript
Vers 1506. À l’ouest, le Japon ; au centre, l’Amérique.

BNF, Cartes et Plan,
Ge A 335

  • 2 M. Pelletier, « De l’objet de luxe au produit de consommation courante : l’évolution de l’édition d (...)
  • 3 G. Oestmann, « On the construction of globe gores and the preparation of spheres in the sixteenth c (...)

4C’est la gravure de fuseaux qui a permis de mieux diffuser les globes. On pouvait acheter les planches imprimées contenant les fuseaux, ou les fuseaux collés sur des sphères, ou mieux encore, les sphères avec leurs supports2. Le mode d’élaboration des fuseaux est expliqué au xvie siècle par Henricus Glareanus (1488-1563) dans le De geographia liber unus (Bâle, 1527), mais la méthode proposée ne peut donner que des résultats approximatifs, bien moins précis que ceux obtenus avec la méthode du Français Nicolas Bion (1652-1733) figurant dans l’Usage des globes célestes et terrestres de cet auteur. En fait, on s’est récemment aperçu que le procédé explicité par Bion était déjà en usage au xvie siècle, comme le prouvent le manuscrit du mathématicien Philipp Immser (1526-1570) et l’ouvrage d’Andreas Schöner (1528-1590), le Gnomonice, publié à Nuremberg en 15623. Les plus anciens fuseaux gravés connus sont ceux qu’a construits Martin Waldseemüller pour un petit globe ; ils sont publiés en 1507, en même temps que la célèbre mappemonde représentant le nouveau continent atteint par Colomb et Vespucci, et baptisé America. Les premières décennies du xvie siècle voient la publication des globes de Johannes Schöner, Peter Apian et Gemma Frisius, illustres représentants de la géographie allemande.

Edme Mentelle
Hémisphère céleste qui entoure un globe terrestre en relief. L’ensemble a été commandé par Louis XVI.
1786-1788, manuscrit

Déposé au château de Versailles par la Bibliothèque nationale de France

5Le globe terrestre, qui est toujours en usage, répond bien à la conception que nous avons de la Terre. Le globe céleste, quant à lui, voulait figurer la voûte du ciel. Pour en donner une vision réaliste, il aurait fallu représenter cette voûte à l’intérieur d’une sphère. C’était le cas lorsque le ciel était figuré sur la face interne d’un globe qui contenait une sphère terrestre plus petite. Mais, généralement, la carte du ciel recouvrait la face externe du globe, qui en donnait donc une image inversée, comme si l’observateur était placé au centre d’une sphère transparente. Une fois imprimés, les fuseaux des globes terrestres et célestes étaient collés sur des sphères, le plus souvent en papier mâché, qu’on essayait de rendre le plus parfaites possible. Le collage était une opération délicate : il fallait parfois plusieurs exemplaires d’un même fuseau pour le mener à bien. Il arrivait que l’on réutilisât des sphères déjà recouvertes de fuseaux pour mettre à jour une édition ou pour faire un globe complètement nouveau. Une fois les sphères habillées par les fuseaux, elles étaient munies d’un méridien en cuivre ou en carton, qui venait se fixer sur l’axe du globe et permettait de placer ce dernier sur le support qui lui était destiné. Généralement en bois, ce support était plus ou moins décoré ; il assurait la stabilité du globe lorsqu’on le faisait tourner pour réaliser des calculs simplifiés, par exemple pour déterminer l’heure du lever du soleil, sa hauteur maximale, la durée du crépuscule et du jour en différents endroits et à des dates différentes. Ces opérations sont décrites dans les traités sur l’utilisation des globes.

Le xviie siècle et les globes hollandais

6Si l’on considère l’édition des globes au xviie siècle, on s’aperçoit que les sphères hollandaises possédées par les bibliothèques et les musées français ont été en majorité produites par Willem Blaeu (1571-1638). Les vingt-trois globes conservés qui émanent de ce cartographe-éditeur sont de diamètres différents : 13,5 cm (une paire), 23 cm (une paire), 34 cm (trois paires + deux célestes et un terrestre), 68 cm (cinq paires). Comme les globes servent souvent d’ornements, il semble que les plus grands aient davantage intéressé les amateurs, à moins que leurs qualités esthétiques ne les aient sauvés d’une élimination trop rapide. On connaît bien les activités cartographiques de Willem Blaeu qui, avec son fils Joannes (1596-1673), se pose en concurrent sérieux des Hondius père et fils, Jodocus (1552-1612) et Henricus (1597-1651). Henricus devient l’associé de son beau-frère, Joannes Janssonius (1597-1651), pour continuer l’Atlas de Mercator, dont Jodocus Hondius a acquis les planches en 1604.

Willem Blaeu, globe terrestre de 23 cm de diamètre
1602 (état de 1621 environ), Le Pacifique et son décor.

BNF, Cartes et Plans, Ge A 406

  • 4 Sur Blaeu producteur de globes, voir l’ouvrage de P. Van der Krogt, Globi neerlandici, Utrecht, HES (...)
  • 5 Ibid., p. 176-177.
  • 6 Ibid., p. 509-519.

7Willem Blaeu4 commence par dessiner en 1597 ou 1598 un globe céleste de 34 cm de diamètre après avoir observé les étoiles tout un hiver en compagnie du célèbre astronome danois Tycho Brahé. En 1599, il s’installe à Amsterdam et produit un globe terrestre de 34 cm de diamètre dont il revendique l’originalité des tracés géographiques. Poussé par des nécessités financières, il s’empresse, en 1602, de produire des globes plus petits, de 23 cm de diamètre, où figure l’itinéraire d’Olivier Van Noort, le premier Hollandais à avoir effectué un tour du monde achevé en 1601. En 1606, Willem Blaeu édite des globes encore plus petits – 13,5 cm de diamètre – alors que, par ailleurs, il publie de grandes cartes murales. Cette intense activité lui permet d’obtenir en 1608 un privilège des états généraux. Pour gagner la compétition qui l’oppose à Henricus Hondius, Blaeu entreprend dès 1614 la construction de globes de grande taille (68 cm de diamètre), présentés en 1616 aux mêmes états généraux et qui seront produits pendant presque cent ans, ce qui explique le nombre important d’exemplaires qui nous sont parvenus5. Quatre des cinq paires conservées en France sont postérieures aux années 16406 ; le globe terrestre rend compte, en effet, de découvertes récentes, notamment du voyage effectué en 1642-1643 par Abel Tasman, qui a démontré que l’Australie n’était pas rattachée au continent austral.

  • 7 Ibid., p. 91-100.

8Comme les cartes, les globes posent le problème des mises à jour, que la compétition à laquelle se livrent les éditeurs rend encore plus aigu. À ce propos, les aventures d’un autre concurrent de Jodocus Hondius, Jacob Floris Van Langren, et de son fils, Arnold, sont instructives. Jacob publie, en 1586 et 1589, deux paires de globes de 32,5 et 52,5 cm de diamètre, mais il doit bientôt les réviser et, pour ce faire, il utilise la mappemonde du Hollandais Petrus Plancius. Lassé de devoir faire face à l’âpre concurrence à laquelle se livrent les cartographes d’Amsterdam, il confie sa production à ses deux fils qui se partagent les planches de cuivre et les tirages déjà effectués. L’un d’entre eux, Arnold7, pour fuir ses créanciers, se réfugie dans les Pays-Bas espagnols et, avec les seuls tirages des fuseaux, continue l’œuvre de son père. D’abord il se contente d’y reporter des corrections manuscrites. Puis, les tirages venant à manquer, Arnold grave de nouveaux fuseaux pour remplacer les anciens. Progressivement tous les fuseaux du globe terrestre de 52,5 cm finissent par faire l’objet de nouvelles gravures ; ils forment ainsi les nouveaux globes diffusés en 1630-1632. Ces globes, à leur tour, donnent lieu à des mises à jour manuscrites. Aussi les exemplaires du globe terrestre publié par Arnold Van Langren sont-ils tous différents. En France, les collections publiques conservent un globe terrestre de 32,5 cm de diamètre des années 1601-1605, ainsi que deux paires de 52,5 cm de diamètre et un globe terrestre de même taille des années 1630-1632. L’une des deux paires, qui appartient à la Bibliothèque municipale de Grenoble, vient d’être restaurée par l’atelier des grands formats de la Bibliothèque nationale de France.

Arnold Floris Van Langren, globe terrestre. 1630-1632
Décor de l’inscription sur les productions des pays du monde, destinées à l’Europe

Bibliothèque municipale de Grenoble

  • 8 Ibid., p. 145-149.
  • 9 H. M. Wallis, « The first English globe, a recent discovery », The Geographical Journal, 121, 1955, (...)
  • 10 0. J. A. Welu, « Vermeer : his cartographic sources », The Art Bulletin, 1975, p. 529-547. Voir aus (...)
  • 11 Voir la participation de C. Hofmann et E. Netchine à Le Globe et son image, [exposition, BNF, 1995] (...)

9Les globes des Hondius8, qui doivent affronter la concurrence de ceux qu’éditent Blaeu et Van Langren, sont conservés en sept exemplaires dans les bibliothèques et musées français, parmi lesquels figure une paire de 35 cm de diamètre, datée de 1600. Œuvre du fondateur de la dynastie, Jodocus Hondius, elle a été acquise par la Bibliothèque nationale en 1980. Avant de s’installer à Amsterdam, J. Hondius, qui est un bon graveur, a travaillé à Londres avec Molyneux ; il a ainsi participé à la publication des premiers globes anglais de 1592 ou 1593, qui ont 62 cm de diamètre9 et sont inspirés de l’œuvre de Van Langren. Le globe terrestre de 1600, signé du seul nom de Jodocus Hondius, est dédié à Maurice de Nassau, gouverneur des Provinces Unies, tandis que le globe céleste est adressé aux savants des deux universités néerlandaises de fondation récente : Leyde (créée en 1575) et Franeker (fondée en 1585 ; elle sera supprimée par Napoléon en 1811). Ces globes sont représentés sur trois peintures de Vermeer – Le Géographe (globe terrestre), L’Astronome (globe céleste) et l’Allégorie de la Foi, une jeune femme qui pose le pied sur le globe à l’emplacement de l’Asie qu’il faut convertir (globe terrestre) – et sur deux tableaux du Flamand Christian Luycks10. En effet, les globes symbolisent aussi bien le savoir que la vanité du monde et de sa connaissance ; ils peuvent également évoquer la rédemption du monde par la Foi11.

Jodocus Hondius, globe terrestre

1600. BNF, Cartes et Plans, Ge A 1150

Les grands globes de Coronelli : gravure et diffusion en France

10La construction, en 1681-1683, de grands globes peints – de près de 4 m de diamètre – pour Louis XIV incite le moine vénitien, Vincenzo Coronelli, à en faire des réductions gravées de 108 cm de diamètre, qu’il veut offrir à un large public. Il reste seize globes terrestres et célestes, tous de 108 cm, dans les bibliothèques et musées français (dont neuf sont conservés à Paris) : le terrestre est daté de 1688 et le céleste de 1693 (édition parisienne). Leur acquisition semble s’être étalée dans le temps. Ainsi, le méridien des globes conservés au musée municipal de Coulommiers – qui proviennent du château de Coulommiers – est daté de 1694 et signé « Gatelier », un fabricant d’instruments de mathématique. Le méridien du globe céleste de l’observatoire de l’université de Strasbourg est aussi l’œuvre de « Gattelier », mais il date de 1697. Les méridiens des globes de la Bibliothèque nationale de France sont également de « Gatellier » ; ce sont les derniers à avoir été réalisés, puisqu’ils sont de 1702. Il faut noter que l’observatoire de Paris achète encore en 1783 une paire de globes pour 1 724 livres, ce qui est un prix considérable : à la même époque, les grands globes de Vaugondy coûtent environ 500 livres.

Vincenzo Coronelli, globe terrestre de 4 m de diamètre
1681-1683, inscription sur les perles.

BNF, site Tolbiac, Cartes et Plans, GE A-500 (RES)

  • 12 Bibliothèque Mazarine, A 15 427.
  • 13 Archives nationales, Minutier central, XLIX, 384.
  • 14 M. Milanesi, « Les opinions géographiques du père Coronelli », Bulletin du Comité français de carto (...)

11Avant même qu’ils ne soient imprimés, Coronelli propose ses globes en souscription et édite un formulaire en français12 : le Vénitien s’engage à livrer à Paris, avant deux ans, deux globes enluminés, l’un céleste et l’autre terrestre, montés sur leurs pieds. Il précise qu’il s’agit de globes « qu’on grave actuellement à Paris et à Venise » aux frais de « Messieurs les Académiciens » – les membres de l’Académie des Argonautes fondée par Coronelli en 1684 – « qui ont déjà fourny partie des sommes necessaires ». La somme à verser à la souscription va de seize louis d’or à onze livres dix sols pièce (soit cent quatre-vingt-douze livres) ; les versements successifs des souscripteurs – étalés dans le temps – seront effectués auprès du secrétaire de l’ambassade de Venise, rue de Thorigny dans le Marais. Les deux globes de 108 cm ne sont donc pas gravés ensemble. La gravure du globe terrestre est réalisée dans l’atelier du couvent des Frari (monastère de Coronelli) à Venise, tandis que celle du globe céleste est confiée à Jean-Baptiste Nolin, graveur en taille douce du roi, demeurant rue Saint-Jacques à Paris, suivant les termes du marché du 19 août 168613. Nolin doit reproduire les dessins du peintre Arnould de Vuez – membre de l’Académie royale de peinture –, qui seront fournis par Coronelli et qui formeront vingt-six planches (vingt-quatre demi-fuseaux et deux calottes polaires). Nolin s’engage, dans les quinze mois après la réception des dessins, à graver lui-même les figures, mais il peut avoir recours à des aides pour la gravure des étoiles, des constellations et des ornements. Coronelli, quant à lui, sera tenu de tracer ou de faire tracer toutes les lignes et cercles du globe sur les cuivres, et d’y marquer l’emplacement des étoiles. Les planches de cuivre auraient dû être remises par Nolin à Coronelli. Or elles font actuellement partie des collections de la chalcographie du Musée du Louvre, ce qui laisse supposer qu’elles n’ont pas été livrées à Venise. Ainsi peut-on expliquer le fait que Coronelli a dû faire exécuter une nouvelle gravure du globe céleste dans la cité des Doges14.

12L’Académie des Argonautes, qui soutient la production coronellienne, comprend de nombreux membres parisiens : nobles, hauts fonctionnaires, ecclésiastiques et savants, mais aussi les bibliothèques des abbayes de Saint-Germain-des-Prés, de Saint-Victor et de Sainte-Geneviève. Par ailleurs les déclarations des biens ecclésiastiques rédigées à la suite de leur nationalisation décrétée par l’Assemblée nationale constituante, le 14 novembre 1789, montrent que les globes de Coronelli ont figuré dans les collections de plusieurs couvents parisiens :

  • chez les pénitents de Picpus, deux globes de Coronelli « avec leurs pieds en bois verni et leur chemise de serge verte » ;

  • chez les capucins du Marais, « deux gros globes de Coronelli », dépôt ou don de M. Trudaine, maître des requêtes, qui sont présentement dans la bibliothèque ;

  • au prieuré de Saint-Martin-des-Champs comme au couvent des Petits-Pères, « deux beaux globes de Coronelli » ;

  • au couvent des Grands-Augustins, « deux grands globes, l’un terrestre, l’autre céleste par un minime italien, avec leur support en bois peint et leurs rideaux très mauvais » ;

  • au noviciat des Jacobins.

  • 15 G. Duprat, « Confiscations et répartitions des globes dans les établissements publics à Paris, pend (...)
  • 16 BNF, Ms, Français 22 190.

13Parmi les vingt-deux globes confisqués dans les couvents parisiens figurent six paires de « grands Coronelli15 », soit douze globes. À ces confiscations d’origine religieuse s’ajoutent celles des collèges : le collège Louis-le-Grand remet, en 1794, deux Coronelli que reçoit le dépôt des Petits-Augustins. Il y aussi des Coronelli chez des particuliers : ceux de la collection de Jacques Anisson-Duperron (1749-1793), directeur de l’Imprimerie royale, qui est dispersée en 179416, sont maintenant conservés par la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle. Plus heureuse, la bibliothèque de l’abbaye Sainte-Geneviève va garder ses Coronelli. Les confiscations révolutionnaires auraient dû être regroupées et les globes rejoindre le dépôt de physique et des machines de l’hôtel d’Aiguillon, noyau du Conservatoire des arts et métiers. Cette institution conserve une importante collection de globes, mais les Coronelli en sont absents.

14Coronelli propose aussi des globes de plus petite taille, qui ne figurent pas dans les collections publiques françaises. En 1697, la gamme complète comprend :

  • des globes de trois pieds et demi (108 cm) avec méridien de cuivre, vendus 1 240 livres vénitiennes ;

  • des globes d’un pied et demi (47 cm) avec méridien de cuivre, vendus 155 livres vénitiennes ;

  • des globes de six pouces (16 cm), vendus 31 livres vénitiennes ;

  • des globes de quatre – en réalité trois – pouces (8,5 cm), vendus 24,16 livres vénitiennes ;

  • enfin, des globes de deux pouces (5 cm), vendus 18,12 livres vénitiennes.

  • 17 Voir : I. R. Kejlbo, Rare Globes, Copenhagen, Munksgaard/Rosinante, 1995.

15Les globes de Coronelli viennent clore une période florissante de l’édition cartographique européenne, qu’on pourrait qualifier de « période baroque » et qui est caractérisée par la taille considérable des cartes et des globes, et par l’abondance des cartes et des textes contenus dans les atlas dont certains, formés par les feuilles des cartes murales, atteignent des dimensions inhabituelles. De tels documents exaltent la grandeur des princes qui s’approprient les belles productions. Les grands globes ne sont pas le seul fait de Coronelli. À la demande de la Compagnie des Indes orientales néerlandaise, Joannes Blaeu construit un globe terrestre de plus de quatre mètres de diamètre pour le prince de Makasar qui le reçoit en 1650, tandis qu’une délégation hollandaise obtient, pour le tsar de Russie, un globe plus petit (2,13 m de diamètre) encore conservé à Moscou. Adam Olearius (1603-1671), né en Saxe, réalise, entre 1650 et 1664, une sphère de plus de trois mètres de diamètre, terrestre à l’extérieur et céleste à l’intérieur, pour le duc Frédéric III de Schleswig-Holstein-Gottorp. Erhard Weigel (né en 1625 dans le Palatinat) s’établit à Iéna et se spécialise dans la réalisation de grands globes, notamment de globes célestes ; en 1696, il construit encore une de ces sphères pour le roi de Danemark, Christian V17.

Le xviiie siècle : développement de la cartographie scientifique et d’une production nationale de globes

  • 18 L. Lagarde, « Philippe Buache (1700-1773), cartographe ou géographe ? », dans D. Lecoq et A. Chamba (...)
  • 19 L. Lagarde, « L’information », op. cit., p. 29.

16Comparativement, les réalisations du xviiie siècle sont plus modestes que celles des siècles précédents. Alors que les globes de Coronelli réalisés pour Louis XIV sont enfin exposés au château de Marly, des globes, fondés sur les nouvelles coordonnées géographiques réunies par l’Académie des sciences, sont édités en France. Les premiers globes de la nouvelle cartographie sont l’œuvre de Guillaume Delisle (1675-1726), membre de l’Académie des sciences en 1702 et géographe du roi en 1718. Delisle se distingue de Coronelli qui, pressé par le temps, n’a pas voulu utiliser les données que l’Académie a rendu disponibles. Le géographe du roi ne considère pas ses globes et ses cartes comme des œuvres définitives, mais plutôt comme la base de ses travaux futurs, des cartes plus détaillées, à plus grande échelle, révisées d’après les informations les plus récentes. Les globes qu’il publie – le céleste en 1699 et le terrestre en 1700 – ont 33 cm de diamètre. Les collections publiques françaises ne conservent que deux exemplaires du terrestre et un exemplaire du céleste. Peut-être la diffusion de ces globes a-t-elle été limitée dans le temps. La réduction de moitié parue en 1709 est inconnue en France, mais un exemplaire a été localisé en Allemagne, à Cassel. La production gravée de Delisle a été précédée par un globe terrestre manuscrit que Guillaume et son père, Claude (1644-1720), ont présenté au chancelier Boucherat. Ce globe dessinait, sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, une large échancrure où était localisée la mer de l’Ouest, inventée en 1669 par le missionnaire jésuite Claude Dablon18. Cette mer, qui pourrait communiquer avec la région des Grands Lacs, semble avoir un grand intérêt stratégique, et son hypothétique existence est donc considérée comme un secret d’État19. Guillaume se garde bien de la figurer sur ses globes imprimés et intente même un procès à Jean-Baptiste Nolin (1657-1708) qui a eu l’audace de la dessiner sur une grande mappemonde publiée en 1700. Assez curieusement, Delisle ne semble pas poursuivre Nicolas Bion (1652-1733), « ingénieur du roi pour les instruments de mathématiques », qui représente pourtant la mer de l’Ouest sur ses globes de 1712 (25 cm de diamètre) conservés en deux exemplaires. Il est vrai que Nolin est le graveur de Coronelli, concurrent de Delisle auprès du roi. Jean-Baptiste Delure ne se gêne pas non plus pour copier Delisle sur son globe terrestre de 1707, qui a 21 cm de diamètre, mais qui se limite à reproduire – en le réduisant – le globe gravé de l’académicien.

Guillaume Delisle, globe terrestre

1700. BNF, Cartes et Plans, Ge A 1322

17On note, au début du xviiie siècle, une résurgence de l’édition hollandaise qui a été étouffée par les globes de Coronelli, diffusés dans toute l’Europe. Gerard Valk (1652-1726) plaide pour la production de nouveaux globes, notamment de globes célestes fondés sur l’Uranographie de l’astronome polonais Johannes Hevelius (1611-1687), publiée à Gdansk en 1687. Avec son fils Leonard (1675-1746), Gerard Valk met ses projets à exécution, produisant à partir de 1700 des globes de 31 cm et, à partir de 1715, des sphères de 46 cm, conservés les uns et les autres en France dans des tirages datés en majorité de 1750.

18En effet, il faut attendre la deuxième moitié du xviiie siècle pour que la production française s’organise et se diversifie sur le modèle de l’édition hollandaise du siècle précédent. Les deux noms qui sont attachés au progrès de l’édition française de globes sont ceux du géographe Didier Robert de Vaugondy (1723-1786) et de Louis-Charles Desnos (1725-1805), qui prend le titre d’ingénieur géographe, mais qui est plus un éditeur qu’un géographe.

  • 20 M. S. Pedley, Bel et utile : the Work of the Robert de Vaugondy Family of Mapmakers, Tring, Map Col (...)
  • 21 M. Destombes, « De la chronique à l’histoire : le globe terrestre monumental de Bergevin, 1784-1795 (...)

19Didier Robert de Vaugondy20 est le fils de Gilles Robert Vaugondy, géographe ordinaire du roi, désigné par Pierre Moullart-Sanson comme l’un des héritiers du fonds cartographique des Sanson – Nicolas le père (1600-1667) et Guillaume le fils (1633-1703) –, les grands géographes français du xviie siècle. Didier aide son père à constituer l’Atlas portatif universel et militaire, publié en deux éditions successives en 1748 et 1749 ; l’atlas comprend 209 cartes et vise un large public : étudiants, marchands et militaires. Didier Robert de Vaugondy s’intéresse assez vite à la production de globes, activité dont s’étaient abstenus Nicolas et Guillaume Sanson. Les Vaugondy connaissent des fabricants d’instruments scientifiques. Ils sont voisins, quai de l’Horloge, de Nicolas Bion le fils qui succède à son père en 1733. Par ailleurs, l’oncle de Didier, Jean Vaugondy, qui est émailleur, travaille pour Jean-Baptiste Fortin (1740-1817), un fabricant d’instruments bien connu, qui produit aussi des globes. Le premier document cartographique élaboré par Didier Robert de Vaugondy est une planche de fuseaux destinés à un globe terrestre de 17,5 cm de diamètre, publiée en 1745 et accompagnée d’un petit livre intitulé Abrégé des differens systèmes du monde, de la sphère et des usages des globes, suivant les hypothèses de Ptolemée et Copernic, qui donne la préférence au système de Copernic. En 1750, Didier Robert se sert de ce travail pour présenter un globe au roi et il obtient ainsi le titre de géographe ordinaire. Louis XV lui demande de construire un globe manuscrit bien plus grand, de six pieds (soit près de deux mètres) de diamètre, et des globes de 18 pouces pour la Marine – ce seront les fameux globes gravés de 45,5 cm de diamètre. Ceux-ci, avant d’être publiés, sont soumis à l’agrément de l’Académie des sciences. Une fois cet accord obtenu, Vaugondy présente les globes au roi en novembre ou décembre 1751 avec un exemplaire de l’Usage des globes, et il lui confirme qu’il s’occupe de la réalisation du globe terrestre de six pieds. Pour mener à bien l’entreprise, il va demander qu’un atelier lui soit attribué au Louvre, mais l’équipement de cet atelier, jugé trop dispendieux, fera avorter le projet de construction du grand globe. En 1753, les Vaugondy décident de vendre le globe imprimé de 45,5 cm de diamètre par souscription. Celle-ci est annoncée dans le Journal des sçavans : Didier considère ses globes, « construits par ordre du roi », comme les successeurs de ceux de Delisle (1700), et des sphères de Coronelli dont il critique le manque d’« élégance » et l’inadéquation aux « nouvelles observations de Messieurs de l’Académie royale des sciences ». Lui-même « a employé les plus habiles maîtres pour le dessein et la gravure ; & à l’égard des pieds ou montures, & de la commodité qu’il s’en promettoit pour diriger & orienter ces globes, sans remuer les montures, il se flate que les connoisseurs seront satisfaits de l’invention & de l’exécution. Comme la sculpture, les vernis & les bronzes des pieds seront différens pour le travail & pour le prix, il prie les souscripteurs de lui désigner leur goût dans le cours de cette année. » Les prix varient ainsi entre 460 livres pour les globes « montés simplement » et 1 000 livres lorsque les globes sont présentés sur des pieds richement décorés avec les armes du souscripteur, tels les globes de Mme de Pompadour conservés par le musée de Chartres, ou ceux que Didier Robert de Vaugondy fait porter au ministère des Affaires étrangères où ils sont encore. Le globe céleste a été dessiné et gravé par Gobin, et le terrestre exécuté par Guillaume Delahaye, des graveurs habitués à travailler avec les Vaugondy. Didier Robert écrit un article sur les globes dans le volume VII de l’Encyclopédie ; il y donne des indications précises sur le mode de construction des sphères et sur la pose des fuseaux. Une planche figure l’un de ses globes, muni d’une monture « de luxe ». Avant de mourir, Didier Robert de Vaugondy collabore à la confection d’un grand globe de huit pieds de diamètre, dont la réalisation est coordonnée par Dom Claude Bergevin (1743-1789). L’objectif principal de ce travail, achevé après la mort de Vaugondy, est de figurer les nouvelles découvertes géographiques de Lapérouse et de Cook. Le globe, qui mesure 1,60 m de diamètre, est conservé au château de Versailles21.

20Le Catalogue des ouvrages qui composent le fonds de géographie du sieur Robert de Vaugondy, géographe ordinaire du roi, du feu roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar, associé de l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Nancy, et censeur royal, publié en 1777 et disponible chez le géographe, quai de l’Horloge, près du Pont-Neuf, s’ouvre par une description des globes en vente :

  • les grands globes mis à jour en 1764 et 1773, « montés en méridien de cuivre avec boussole, et sur pieds vernissés et dorés », 480 livres ;

  • des réductions de moitié des précédents : avec méridiens de carton et pieds noirs, 16 livres chaque ; avec méridiens de cuivre et sur pieds dorés avec boussole, 240 livres la paire ;

  • les plus petits, de 17,5 cm de diamètre, mis à jour en 1774, qui se vendent chacun 8 livres « en pieds noirs ».

21Cette liste distingue nettement les globes d’études avec leurs pieds noirs et leurs méridiens de carton, des globes plus décoratifs, mais beaucoup plus coûteux. Quatorze ans plus tôt, dans le catalogue du libraire Julien, qui proposait à la fois des globes de Desnos et de Vaugondy, on trouvait encore l’édition de luxe des grands globes à 1 000 livres la paire, mais aussi des présentations plus simples à 250 ou 350 livres le globe. En 1778, dans le catalogue de Fortin, et en 1788 dans celui de Delamarche, la présentation des grands globes à 480 livres la paire est maintenue. Mais Delamarche propose aussi des globes à 300 livres avec « méridiens de carton, monture simple » car il recherche une clientèle plus large que celle que visait Didier Robert de Vaugondy. Seul le catalogue de Julien annonce un petit globe terrestre de 3 pouces vendu 12 livres « dans une boëte à savonette couverte de chagrin, dans laquelle on a collé les fuseaux du globe céleste, représentant le ciel en concave, tel qu’il paroit à nos yeux ».

Didier Robert de Vaugondy
Globe terrestre, nouvelle édition
1773

BNF, Cartes et Plans, Bibliothèque de la Société de géographie

22Quels globes de Vaugondy conservons-nous dans les collections publiques françaises ? Essentiellement les grands globes de 45,5 cm de diamètre (quatre paires de l’édition de 1751, une paire de 1764 et trois paires de 1773), mais également un exemplaire daté de 1750 du terrestre de 17,5 cm et un tout petit terrestre de 7,4 cm, daté de 1756 et pourvu d’un étui garni intérieurement des fuseaux du céleste. Le nom de Didier Robert de Vaugondy va continuer à paraître sur les globes publiés par Delamarche de 1785 à 1824. En effet, Charles-François Delamarche (1740-1817), qui porte le titre de « géographe », se présente comme le « successeur de MM. Sanson et Robert de Vaugondy, géographes du roi, et de Fortin, ingénieur mécanicien du roi pour les globes et les sphères », comme il a repris le fonds de Fortin et donc indirectement celui des Vaugondy – Jean-Baptiste Fortin ayant lui-même acquis en 1778 le commerce de Didier Robert de Vaugondy qui était alors dans une situation financière difficile. Félix Delamarche succédera à son père en 1817 et s’associera à Charles Dien dont le fils construit également des globes.

  • 22 M. Pastoureau, « Les Hardy – père et fils – et Louis-Charles Desnos, « faiseurs de globes » à Paris (...)

23Le courant représenté par Louis-Charles Desnos (1725-1805) est assez différent. Desnos n’est pas mandaté par le roi, et ses globes, qui existent en quatre tailles (12, 10, 8 et 6 pouces), sont plus petits et moins chers (pas plus de 300 livres). Ils viennent compléter une production éditoriale très diversifiée et assez novatrice dans le domaine de la cartographie. Desnos publie en effet l’Indicateur fidèle, un guide pour les voyageurs, qui connaît plusieurs éditions entre 1764 et 1785 et frappe par la pertinence de ses cartes et l’ingéniosité de sa mise en page. Desnos insiste sur la qualité de l’information géographique qu’il y dispense. Cette qualité scientifique, indispensable dans le contexte de l’époque, est également revendiquée par l’éditeur pour ses globes les plus grands, ceux de 12 et 10 pouces, les plus petits provenant peut-être de l’héritage de Jacques et Nicolas Hardy. D’après le catalogue de Desnos de 1775, le céleste a pris en compte les découvertes astronomiques de l’abbé Nicolas de La Caille (1713-1762) et le terrestre a été approuvé par Joseph-Nicolas Delisle (frère de Guillaume, 1688-1768). M. Pastoureau22 a récemment étudié les relations de Desnos avec les Hardy père et fils, Jacques et Nicolas (mort en 1744), à partir de documents inédits. Nous savons désormais que la veuve de Nicolas s’est remariée avec Louis-Charles Desnos en 1749 et que, dans l’inventaire après décès de Nicolas Hardy rédigé a posteriori, figurent les planches de fuseaux pour des globes de 3, 4, 6, 8 pouces et d’un pied (soit 12 pouces). Dans les Affiches de Paris du 8 juillet 1754, Desnos déclare avoir succédé à Hardy, qui était connu « pour monter parfaitement les globes, les sphères, les planisphères, etc. » ; il indique aussi qu’il a lui-même composé deux nouveaux globes terrestres en association avec Jean-Baptiste Nolin fils (1686-1762). Avec un sens du commerce indéniable, Louis-Charles Desnos présente sa production dans son catalogue : des globes de 12 pouces avec des supports « à la dernière mode », peints de couleurs variées relevées d’or et d’azur, ou avec des montures plus modestes, qui sont néanmoins « très-solides » ; des globes de 10 pouces équipés de pieds à quatre colonnes peintes en noir avec des « fleurs relevées en or ». Il propose même de vendre les globes en feuilles « pour ceux qui veulent les monter eux-mêmes ».

Louis-Charles Desnos, fuseaux d’un globe terrestre

1782. BNF, Cartes et Plans, Ge D 5054

24Que reste-t-il de la production de Desnos, qui ne semble pas avoir attiré les élites comme celle de Didier Robert de Vaugondy ? M. Pastoureau pense même que cette production est allée en déclinant. Parmi les onze globes conservés, les quatre tailles annoncées par Desnos sont représentées, depuis les plus grands (32,4 cm de diamètre, soit 1 pied) qui sont au nombre de cinq (deux paires et un terrestre) jusqu’aux plus petits (16,2 cm de diamètre, soit 6 pouces) qui n’existent qu’en un seul exemplaire. Des globes terrestres qui ont, l’un, 1 pied et, l’autre, 10 pouces de diamètre portent bien le nom de Nolin et correspondent donc à l’annonce faite par Desnos en 1754 ; le premier est daté de 1757 et le second de 1772.

À quoi servaient les globes ?

25Pour conclure, essayons de voir comment les globes ont été utilisés et quelle place ils ont pu tenir dans l’histoire de la cartographie. Comme nous l’avons vu, les globes témoignent des savoirs géographique et astronomique de leurs possesseurs. Ils évoquent aussi l’étendue du pouvoir – politique, religieux ou économique – ou du savoir de ceux à qui ils sont dédiés. Au xviie siècle, plus le personnage est grand, plus grands sont les globes, symboles de la présence de l’Univers au sein des demeures royales. Si Louis XIV, préoccupé par les affaires européennes, ne va pas vers le monde, le monde vient vers lui comme le montrent les peintures de l’escalier des ambassadeurs et comme auraient dû le montrer les grands globes de Coronelli destinés au palais de Versailles. La connaissance du monde est un privilège royal : l’Académie des sciences, créée en 1666 par le Roi-Soleil, se doit d’écrire l’histoire du monde au présent, au passé et au futur. Par ailleurs, il semble bien que le patronage du pouvoir royal ait eu en France une influence sur la diffusion des œuvres cartographiques : on s’empresse d’acheter les réductions gravées des globes de Louis XIV ; Didier Robert de Vaugondy insiste, quant à lui, sur le fait que ses globes ont été exécutés à la suite d’une commande de Louis XV.

  • 23 M. Pelletier, « Le Globe vert et l’œuvre cartographique du Gymnase vosgien », Bulletin du Comité fr (...)

26Mais le globe est aussi un instrument destiné à parfaire la connaissance du Ciel et de la Terre. Le plus ancien globe occidental que nous avons conservé est celui de Martin Behaim, daté de 1492 et antérieur au premier voyage de Colomb. C’est un globe manuscrit, exécuté pour la ville de Nuremberg et visiblement dérivé d’une des mappemondes d’Henricus Martellus. En effet, à la même époque, Martellus, qui a quitté Nuremberg pour Florence, s’efforce de compléter les tracés de Ptolémée en figurant les terres et les mers inconnues du géographe grec sur environ 180 degrés de longitude. Martellus a suivi l’avancée des Portugais le long des côtes d’Afrique, il a lu Marco Polo qui nourrit sa représentation de l’Extrême-Orient. La mappemonde de Martellus et le globe de Behaim suggèrent qu’il est possible d’atteindre l’Orient par une route occidentale et même de réaliser une circumnavigation puisque l’océan Indien, fermé selon Ptolémée, est désormais considéré comme ouvert. Au début du siècle suivant, Martin Waldseemüller (1474-1520) reprend les tracés de Martellus et de Behaim, et les complète par la figuration du Mundus Novus qu’Amerigo Vespucci vient de rendre célèbre. Avant de graver la grande mappemonde de 1507 et, peu après, les fuseaux d’un petit globe, il semble bien avoir construit un globe manuscrit, appelé « Globe vert23 », qui est sans doute un document préparatoire, proche de la mappemonde, alors que le petit globe gravé sert de complément à cette carte du monde en deux dimensions.

27Les premiers globes anglais et hollandais sont liés au dynamisme de l’expansion maritime des pays dont ils sont issus. Ils permettent de mieux visualiser les régions polaires que les mappemondes agrandissent considérablement. De sorte que la recherche de routes vers l’Asie par le nord-est ou le nord-ouest ne peut se faire sans l’aide des globes. Encore au xviiie siècle, la commande passée par Louis XV à Didier Robert de Vaugondy tient compte de l’utilisation des globes à bord des navires de la marine royale pour justifier la taille retenue (45,5 cm de diamètre) : les globes seront lisibles sans être trop encombrants.

  • 24 F. de Dainville, « Les amateurs de globes », Gazette des beaux-arts, janvier 1968, p. 51-64.

28Le globe correspond à une conception « visuelle, concrète, empirique24 » de la science, qui est très appréciée au xviie siècle. Dans l’Institution astronomique de l’usage des globes (Amsterdam, 1642), Blaeu écrit : « Des deux représentations de la terre avec l’eau, celle que l’on fait sur le globe est plus naturelle que celle que l’on fait sur le planisphère ; il s’y trouve la mesme différence qu’il y a entre une figure en relief et une figure en peinture plate. » C’est dans le même esprit que se développent les plans-reliefs des places fortes, mis à la disposition de Louis XIV. Ainsi l’utilisation des globes s’impose-t-elle rapidement pour l’enseignement de la géographie. L’honnête homme doit avoir « appris la sphère supérieure et inférieure », c’est-à-dire connaître les globes céleste et terrestre, affirme, en 1630, Faret dans L’Honneste Homme ou l’Art de plaire à la Cour. Pour remplir cette fonction pédagogique, les éditeurs proposent de petits globes à pieds noirs et à méridiens de carton, bien moins coûteux que les globes de luxe car ce qui fait le prix du globe, ce n’est pas la sphère, mais ce qui l’entoure. Mais les globes des xviie et xviiie siècles sont encore bien différents des globes scolaires qui nous sont familiers. Les nouveaux globes, d’une taille respectable favorisant un usage collectif, seront imprimés en couleurs dans la seconde moitié du xixe siècle, ce qui permettra de mieux distinguer l’hydrographie, le relief et les divisions politiques.

Notes

1 « Les globes anciens dans les collections françaises au passé et au présent », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 1, janvier 1999, p. 56-61.

2 M. Pelletier, « De l’objet de luxe au produit de consommation courante : l’évolution de l’édition des globes en France aux xviiie et xixe siècles », Revue de la Bibliothèque nationale, n° 21, 1986, p. 40-51 ; réimprimé dans M. Pelletier, Tours et contours de la Terre, Paris, Presses de l’École nationale des Ponts et Chaussées, 1999, p. 47-56.

3 G. Oestmann, « On the construction of globe gores and the preparation of spheres in the sixteenth century », Der Globusfreund, 43-44, 1995, p. 121-131.

4 Sur Blaeu producteur de globes, voir l’ouvrage de P. Van der Krogt, Globi neerlandici, Utrecht, HES Publishers, 1993.

5 Ibid., p. 176-177.

6 Ibid., p. 509-519.

7 Ibid., p. 91-100.

8 Ibid., p. 145-149.

9 H. M. Wallis, « The first English globe, a recent discovery », The Geographical Journal, 121, 1955, p. 304-311 ; P. Van der Krogt, Globi neerlandici, op. cit., p. 107 sqq.

10 0. J. A. Welu, « Vermeer : his cartographic sources », The Art Bulletin, 1975, p. 529-547. Voir aussi : D. Woodward (ed.), Art and cartography, Chicago, 1987.

11 Voir la participation de C. Hofmann et E. Netchine à Le Globe et son image, [exposition, BNF, 1995], Paris, BNF, 1995, p. 56-70.

12 Bibliothèque Mazarine, A 15 427.

13 Archives nationales, Minutier central, XLIX, 384.

14 M. Milanesi, « Les opinions géographiques du père Coronelli », Bulletin du Comité français de cartographie, n° 159, mars 1999, p. 48-55, cf. p. 50. Sur les globes de Louis XIV, voir : Les Globes de Louis XIV : étude artistique, historique et matérielle, C. Hofmann et H. Richard (dir.), Paris, BNF, 2012.

15 G. Duprat, « Confiscations et répartitions des globes dans les établissements publics à Paris, pendant la Révolution française », Der Globusfreund, 18-20 mai 1970, p. 40-44.

16 BNF, Ms, Français 22 190.

17 Voir : I. R. Kejlbo, Rare Globes, Copenhagen, Munksgaard/Rosinante, 1995.

18 L. Lagarde, « Philippe Buache (1700-1773), cartographe ou géographe ? », dans D. Lecoq et A. Chambard (éd.), Terres à découvrir, terres à parcourir, Paris, Publications de l’université de Paris 7-Denis Diderot, 1996, p. 146-165, spécialement p. 155 (la mer de l’Ouest) ; L. Lagarde, « L’information cartographique, la réalisation des cartes, leur diffusion et utilisation au début du xviiie siècle : l’exemple de Guillaume Delisle et de ses cartes d’Amérique du Nord », Bulletin du Comité français de cartographie, n° 125, sept. 1990, p. 26-31.

19 L. Lagarde, « L’information », op. cit., p. 29.

20 M. S. Pedley, Bel et utile : the Work of the Robert de Vaugondy Family of Mapmakers, Tring, Map Collector Publications, 1992. Voir particulièrement le chapitre sur les globes de cet excellent ouvrage.

21 M. Destombes, « De la chronique à l’histoire : le globe terrestre monumental de Bergevin, 1784-1795 », Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 27, juin 1977, p. 113-134.

22 M. Pastoureau, « Les Hardy – père et fils – et Louis-Charles Desnos, « faiseurs de globes » à Paris au milieu du xviiie siècle », dans Études sur l’histoire des instruments scientifiques, actes du VIIe Symposium de la Commission sur les instruments scientifiques de l’Académie internationale des sciences (1987), Londres, 1989.

23 M. Pelletier, « Le Globe vert et l’œuvre cartographique du Gymnase vosgien », Bulletin du Comité français de cartographie, n° 163, mars 2000, p. 17-31.

24 F. de Dainville, « Les amateurs de globes », Gazette des beaux-arts, janvier 1968, p. 51-64.

Table des illustrations

Légende Martin Waldseemüller ? Globe vert, manuscript Vers 1506. À l’ouest, le Japon ; au centre, l’Amérique.
Crédits BNF, Cartes et Plan, Ge A 335
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Edme Mentelle Hémisphère céleste qui entoure un globe terrestre en relief. L’ensemble a été commandé par Louis XVI. 1786-1788, manuscrit
Crédits Déposé au château de Versailles par la Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Restauration d’un grand globe gravé de Coronelli par l’atelier des grands formats de la BNF : restauration, puis collage des demi-fuseaux.
Crédits Photo Alain Roger
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Willem Blaeu, globe terrestre de 23 cm de diamètre 1602 (état de 1621 environ), Le Pacifique et son décor.
Crédits BNF, Cartes et Plans, Ge A 406
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Arnold Floris Van Langren, globe terrestre. 1630-1632 Décor de l’inscription sur les productions des pays du monde, destinées à l’Europe
Crédits Bibliothèque municipale de Grenoble
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Jodocus Hondius, globe terrestre
Crédits 1600. BNF, Cartes et Plans, Ge A 1150
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Vincenzo Coronelli, globe terrestre de 4 m de diamètre 1681-1683, inscription sur les perles.
Crédits BNF, site Tolbiac, Cartes et Plans, GE A-500 (RES)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Guillaume Delisle, globe terrestre
Crédits 1700. BNF, Cartes et Plans, Ge A 1322
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Didier Robert de Vaugondy Globe terrestre, nouvelle édition 1773
Crédits BNF, Cartes et Plans, Bibliothèque de la Société de géographie
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Louis-Charles Desnos, fuseaux d’un globe terrestre
Crédits 1782. BNF, Cartes et Plans, Ge D 5054
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1063/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 529k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access