Version classiqueVersion mobile

Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au Siècle des lumières

 | 
Monique Pelletier

Cartes, portraits et figures en France pendant la Renaissance

Texte intégral

1La Renaissance est une période décisive dans l’évolution de la cartographie occidentale. Les cosmographes s’inspirent de la Géographie de Ptolémée, géographe et astronome grec du iie siècle, qui a proposé des systèmes de projection et fondé la construction des cartes sur le calcul des coordonnées géographiques. Les navigateurs, en découvrant des terres nouvelles, remettent en question l’ancien ordre du monde. La diffusion des informations est considérablement élargie par la publication de textes et la gravure de cartes. La France n’occupe pas une place de premier plan dans tous ces domaines, mais elle n’est pas absente du réseau d’échanges, qui fait progresser connaissances et méthodes. Ses rois encouragent volontiers les différents types de cartographie : l’image de la France se confond avec celle de son monarque, l’administration et la défense du royaume appellent l’usage de cartes. En outre, dès le xvie siècle, l’Église suscite l’élaboration de cartes de diocèses, des cartes qui seront renouvelées, au xviie siècle, par Nicolas et Guillaume Sanson, et remplacées, au xviiie siècle, par des documents à plus grande échelle qui bénéficieront des travaux menés sur le terrain. Enfin, une cartographique pratique, antérieure à la renaissance ptoléméenne, introduit un genre figuratif, marqué par la participation des peintres.

L’héritage ptoléméen : les descriptions du monde et de la France par Fine et Postel

  • 1 M. Pastoureau, Les Atlas français, xvie-xviisiècles, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, p. 380- (...)

2La première édition de Ptolémée publiée en France – tout du moins dans les frontières de l’époque – voit le jour à Lyon en 15351. Elle sera suivie d’une deuxième édition imprimée à Vienne, en Dauphiné. L’initiative de cette entreprise revient aux frères Trechsel libraires imprimeurs lyonnais. Ce sont eux qui ont acheté les bois de l’édition strasbourgeoise de 1525, donc parue en dehors des limites du royaume, une édition élaborée par l’imprimeur Jean Grüninger. Il n’y a rien de novateur dans la partie cartographique de l’édition lyonnaise : si elles sont enrichies de compléments géographiques et décoratifs, conçus par Laurent Fries pour la première édition de 1522, les cartes de Grüninger sont, pour la plupart, des réductions des cartes de Martin Waldseemüller, auteur du fameux Ptolémée de Strasbourg de 1513.

  • 2 M. Pelletier, « Le monde dans un cœur : les deux mappemondes d’Oronce Fine », dans M. Pelletier (di (...)
  • 3 D. Nordman, Frontières de France : de l’espace au territoire, xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard, 1 (...)

3Si les cartographes français n’interviennent guère dans les éditions de Ptolémée, où voisinent cartes anciennes et cartes modernes, ils s’intéressent néanmoins aux méthodes ptoléméennes. C’est le cas d’Oronce Fine2 (Briançon, 1494 – Paris, 1555), mathématicien du roi, qui enseigne successivement au Collège de Navarre, et au Collège royal créé François Ier, où voisinent lettres et sciences. Fine se préoccupe du calcul des longitudes et des latitudes, proposant d’utiliser un « méthéoroscope géographique » formé d’un astrolabe et d’une boussole, et il construit des cartes en expérimentant de nouvelles projections. Il donne, dans le De cosmographia publié dans sa Protomathesis de 1532, une liste des coordonnées des principales villes d’Europe, dont plus de la moitié – 124 en tout – concernent la France et diffèrent des mesures de Ptolémée et de ses continuateurs. De fait, avant de publier deux cartes du monde, Fine propose une carte de France, la Nova totius Galliae descriptio, dont une première édition voit le jour à Paris chez Simon de Colines dès 1525. Ce sont les éditions suivantes de 1538, 1545 et 1553, imprimées par Jérôme de Gourmont, qui ont été conservées. Cette représentation de la France, que nous pouvons trouver approximative et maladroite, rencontre un vif succès comme le montrent le nombre des éditions et son utilisation comme modèle par les autres cartographes du xvie siècle. Fine se considère comme un véritable pionnier : œuvrant à la requête d’« aulcuns bons personnages », il réforme latitudes et longitudes, et donne une meilleure situation des lieux principaux, côtes, fleuves et montagnes. Il ouvre la voie aux futurs cartographes qui pourront compléter sa carte et la corriger à loisir. Il nous livre ses méthodes de travail dans le De cosmographia : il place d’abord les points connus, puis il dessine le réseau hydrographique et termine par la figuration du relief et des côtes. Il marie en fait cartographie moderne et cartographie historique par la juxtaposition de toponymes anciens et contemporains, rejoignant ainsi le courant historique développé depuis la fin du xv e siècle. C’est en effet sur La Guerre des Gaules, traduite en 1485 par Robert Gaguin, que s’est fondée la pensée géographique nationale. En latin, Gaguin utilise indifféremment Gallia et Francia, Gallus et Francus pour affirmer la continuité, qui lui paraît essentielle, entre la Gaule et la France de son temps3.

Oronce Fine, Nova totius Galliae descriptio

Paris, Jérôme de Gourmont, 1553. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge B 1475

4Fine peut donc insérer sa Gaule-France dans la carte du monde dont il donne deux versions : une mappemonde en projection bi-cordiforme éditée en 1531 – qui accompagne le recueil de récits de voyage édité d’abord à Bâle, puis à Paris, par Johann Huttich et Simon Grynaeus – et l’autre en projection cordiforme datée de 1534-1536. Les deux cartes sont gravées sur bois comme l’est déjà la carte de France. Les principes de la projection cordiforme viennent d’être exposés par le mathématicien allemand Johannes Werner dans le Libellus de quatuor terrarum orbis in-plano figurationibus, édité à Nuremberg en 1514 ; l’auteur y propose trois variantes de cette projection, dont deux sont utilisées par Fine. Werner lui-même se considère comme le disciple du mathématicien viennois Stabius. Le modèle reproduit par Fine pour ordonner ses tracés géographiques est issu de l’œuvre de François de Malines (vers 1490-1565) ; ce moine a construit un globe terrestre gravé à Anvers, dont aucun exemplaire n’a été conservé, mais un croquis, placé en tête du De orbis situ ac descriptione (Anvers, 1526), nous donne une idée de sa composition. François de Malines propose un vaste continent austral et rattache l’Amérique du Nord à l’Asie. Les publications de Fine révèlent que les curiosités du mathématicien sont diverses et que ses œuvres cartographiques se situent peut-être parmi ses productions les plus originales. Fine est, en outre, un dessinateur et un graveur habile, comme le montrent l’encadrement végétal de la mappemonde de 1531 et le décor architectural de la carte du monde de 1534-1536, qui rappelle celui du frontispice de la Protomathesis.

Oronce Fine, Recens et integra orbis descriptio

Paris, [Jérôme de Gourmont], 1536. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge DD 2987 (63)

  • 4 G. Mangani, « Abraham Ortelius and the hermetic meaning of the cordiform projection », Imago Mundi, (...)

5La projection bi-cordiforme de 1531 est imitée en 1538 par Mercator qui sera à son tour copié par les Italiens Salamanca et Lafreri ; les bois originaux seront réutilisés jusqu’en 1555 dans des contextes différents. La mappemonde cordiforme est, quant à elle, reproduite en Italie du Nord jusqu’en 1587, d’abord à Venise en 1559 où elle est pourvue d’un texte en turc pour être diffusée dans le Moyen-Orient. Symbole de la charité chrétienne, le cœur fait de la carte de Fine un véhicule de la propagande religieuse ; G. Mangani4 suggère que Guillaume Postel, collègue de Fine au Collège royal, a peut-être prêté la main à cette transformation en servant d’intermédiaire entre Paris et Venise.

  • 5 M. Destombes, « Guillaume Postel cartographe », dans Guillaume Postel 1581-1981, actes du colloque (...)
  • 6 Sur les Gourmont, voir M. Préaud, P. Casselle, M. Grivel, et C. Le Bitouzé, Dictionnaire des éditeu (...)

6Si l’œuvre cartographique de Guillaume Postel (1510-1581) est moins connue que celle de Fine5, elle n’en est pas moins importante. Comme Fine, Postel publie successivement une carte de France – intitulée La Vraye et Entiere Description du royaulme de France et ses confins et dédiée à Charles IX – en 1570 et une grande carte du monde dont la première édition, non conservée, remonte à 1578 et dont le titre, Polo aptata nova charta universi, exprime la projection utilisée, une projection polaire. Les deux documents sont encore gravés sur bois. Les bois de la mappemonde ont été taillés par Jean II de Gourmont6 (vers 1537-1598), graveur et marchand d’images, qui travaille occasionnellement pour Christophe Plantin ; ils seront repris sous le règne de Louis XIII par Nicolas de Mathonière (1537-1640) qui continue l’œuvre de son père, Denis, ce qui explique le monogramme DDM gravé sur la carte éditée en 1621. La mappemonde de Postel est formée par deux hémisphères en projection polaire : un grand hémisphère nord et un petit hémisphère sud divisé en deux parties et vu de l’intérieur – les tracés géographiques sont en effet inversés. Elle est très détaillée : 2 170 noms sont inscrits dans l’hémisphère nord, mais seulement 540 dans les deux parties australes. Postel rédige trente légendes en latin et en français. Il soigne le décor de la carte : celle-ci est abondamment illustrée et entourée par les écussons des princes d’Europe. Le méridien central de l’hémisphère nord passe par Paris « à cause que c’est le lieu, là où plus qu’en nul autre multiplie l’homme sçavant », et un index pivote autour du pôle.

Guillaume Postel, Polo aptata nova charta universi, Paris, Nicolas de Mathonière, 1621

Reproduction partielle de cette mappemonde en projection polaire, dédiée à Louis XIII, Vincennes, Service historique de la Marine, recueil 1, carte 10

  • 7 F. Lestringant, « Cosmologie et mirabilia à la Renaissance, l’exemple de Guillaume Postel », Journa (...)

7La partition inégale des deux hémisphères exprime une théorie ancienne que Postel a ressuscitée dans le De universitate liber publié à Paris en 15527 : lors du rassemblement des eaux au troisième jour de la Création, Dieu a fait monter une partie de la terre en la détachant de l’eau. Le Créateur « voulut que du costé du north quasi toute la terre se trouvast ; et du mydi ou Su quasi toute la mer ». Postel adapte cette théorie aux nouvelles connaissances : certes de légers débordements terrestres existent dans l’hémisphère sud (fondamentalement maritime), mais ils compensent le fait que des mers sont situées dans l’hémisphère nord. C’est au centre de l’hémisphère septentrional, au pôle, que Postel situe le paradis terrestre. La vision du cosmographe sur le monde est exprimée dans un ouvrage sur les Merveilles du monde, et principalement des admirables choses des Indes et du Nouveau Monde, publié en 1553. Le rôle de la mappemonde est de faire instantanément voir le dessein de la Rédemption : Dieu a disposé, sur la surface de la Terre, des merveilles propres à frapper l’imagination, qui sont les indices lisibles des lois ayant présidé à la construction de l’univers. Postel se distingue ainsi des autres œuvres géographiques de la Renaissance, qui considèrent la merveille en elle-même, et en font quelque chose d’insolite et digne d’émerveillement.

  • 8 BNF, Ms, Français 15 452, fol. 3 v° - 4 r°.
  • 9 M. Destombes, « An Antwerp unicum : an unpublished terrestrial globe of the 16th century », Imago m (...)

8Pour dresser sa carte du monde qu’il commence dans les années 1570, Postel fait des emprunts à la mappemonde du Flamand Abraham Ortelius (1527-1598) de 1564, et à celle de Gérard Mercator (Rupelmonde, 1512 – Duisburg, 1594) de 1569. Postel n’a pas inventé la projection polaire – on la trouve déjà sur le schéma de Gautier Lud inséré dans la compilation de Gregorius Reisch publiée en 1512 – mais il s’en sert pour produire un grand document, ce qui est nouveau. Quant au procédé de l’inversion pratiqué par Postel pour représenter l’hémisphère sud, il a déjà été utilisé par le pilote havrais Guillaume Le Testu (mort en 1572) dans l’une des mappemondes qui ouvrent la Cosmographie universelle de 1556, superbe atlas manuscrit. André Thevet (1516-1592) se sert aussi de la projection polaire pour tracer les deux hémisphères qui ouvrent le manuscrit du Grand insulaire conservé à la Bibliothèque nationale de France8, et qui n’ont pas été gravés à notre connaissance. Comme Fine, Postel sera imité hors des frontières de la France : sa carte du monde est appréciée par les cartographes de l’école d’Anvers, elle sert notamment, entre 1581 et 1587, à graver les fuseaux d’un globe terrestre9.

L’influence flamande

  • 10 M. Pastoureau, Les Atlas français…, op. cit., p. 55-64.
  • 11 Voir F. Lestringant, L’Atelier du cosmographe ou l’Image du monde à la Renaissance, Paris, Albin Mi (...)
  • 12 F. Lestringant, dans M. Pastoureau, op. cit., p. 481-495.

9Entre la publication des œuvres de Fine et de Postel, des productions étrangères sont introduites en France et y font autorité, essentiellement celles de Gérard Mercator et d’Abraham Ortelius. Les cartes de l’atlas du monde d’Ortelius, le Theatrum Orbis Terrarum, sont servilement copiées, aussitôt après leur publication à Anvers en 1570, dans les deux cosmographies françaises éditées en 1575, où la priorité est donnée au texte. La Cosmographie universelle de François de Belleforest10 (1530-1583) reproduit, sur bois, les cartes d’Ortelius gravées sur cuivre, mais avec une fidélité si complète que certains documents, trop grands pour y être insérés, forment des dépliants. Les documents copiés sur Ortelius sont les cartes du monde, d’Europe, de France, d’Afrique, de Sardaigne, de Corfou, de Crète, de Chypre et de Malte. L’autre Cosmographie universelle publiée la même année, celle d’André Thevet11 emprunte les quatre cartes des continents à la mappemonde de Mercator de 1569, tandis que pour les cartes du Grand insulaire12 – gravées sur cuivre, mais jamais publiées – le même Thevet puise dans l’édition de 1583 du Theatrum d’Ortelius et dans la mappemonde de Mercator.

  • 13 R. Shirley, The Mapping of the world, London, New Holland Publishers, 1993, n° 134, p. 157.
  • 14 Ibid., n° 148, p. 171.
  • 15 S. Toulouse, « L’hydrographie normande », dans Couleurs de la Terre : des mappemondes médiévales au (...)

10Les graveurs français reproduisent volontiers la carte du monde du Theatrum d’Ortelius, qui devient ainsi une image familière. C’est ce que fait Jean II de Gourmont qui publie la première mappemonde dans une tête de fou13 datée de 1575 environ et accompagnée de la devise « nul n’est heureux qu’après la mort ». Dans Les Trois mondes, ouvrage publié en 1582, l’historien gascon et huguenot Henri Lancelot-Voisin, sieur de La Popelinière (1541-1608), reproduit aussi la mappemonde d’Ortelius14 pour illustrer ses considérations sur le Troisième monde, sur cette Terra australis nondum cognita dessinée par le cartographe flamand, qui reste à découvrir et dont la connaissance devrait compléter celle de l’Ancien et du Nouveau monde. L’ouvrage de La Popelinière est une invitation à l’exploration, car « il reste plus de pays à connaître que nos modernes n’en ont découvert », mais son auteur préfère les tracés des cosmographes à ceux des hydrographes normands qui, eux aussi, ont rêvé à ces pays du bout du monde, à la Grande Jave qu’ils rattachent à la terre ferme australe15.

Jean II de Gourmont, mappemonde dans une tête de fou

Vers 1575. BNF, Estampes, Ea 25 a, fol. 98. Microfilm A 8682

Nicolas Desliens, planisphère manuscrit sur parchemin, orienté le sud en haut, 1566, Des terres australes – non représentées – se détache la Grande Jave (en haut et à gauche)

BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge D 7895

Cosmographie et hydrographie

  • 16 F. Lestringant, op. cit., p. 150.
  • 17 Ibid., p. 190. G. Le Testu, Cosmographie universelle selon les navigateurs tant anciens que moderne (...)
  • 18 Ibid., p. 161.

11L’examen des représentations du monde, exportées et importées, pose le problème de la circulation de l’information cartographique entre la France et les Pays-Bas. Il pose aussi le problème des relations entre les cartes gravées produites en France et les cartes manuscrites élaborées par les hydrographes normands. Nous savons que les Normands ont utilisé des modèles portugais pour produire une cartographie qui comporte néanmoins des traits originaux, aisément reconnaissables, mais qui ne semble pas avoir influencé les cartes gravées. Toutefois les questions soulevées par les cartographes de cabinet et les hydrographes sont nécessairement identiques et l’on peut même constater que chacun à l’intérieur de sa spécialité ne craint pas d’empiéter sur le territoire du voisin. André Thevet, dont l’œuvre présente les caractéristiques de la géographie de cabinet, revendique pourtant les périls du navigateur ; le cosmographe les a certes endurés, mais au cours de voyages limités dans l’espace et le temps. Le pilote et hydrographe Guillaume Le Testu élabore lui aussi une Cosmographie universelle, un atlas achevé en avril 1556, dont les cartes manuscrites, rehaussées d’illustrations et de couleurs vives, sont accompagnées de textes traitant des régions représentées, de leurs habitants et de leur végétation. Dans la dédicace à l’amiral de Coligny, Le Testu reprend un texte de Thevet venant de la Cosmographie du Levant (Lyon, 1554), et il se pare lui aussi du titre de cosmographe16. Comme ses collègues qui ne trouvent leur documentation que dans leurs cabinets d’étude, il expérimente divers types de projection pour représenter le monde, puis, reprenant la tradition nautique, il offre cinquante cartes plates orientées sur la rose des vents avec une graduation en latitudes, mais sans mention des longitudes. Comme les cosmographes de cabinet, le pilote havrais représente la terre australe, mais il figure aussi la Grande Jave, création des hydrographes, et il tempère l’ardeur des futurs découvreurs par l’aveu qui suit : « Toutefoys ce que je en ay marqué et depainct n’est que par imaginaction, n’ayant notté ou faict memoire aucune des comodités ou incomodités d’icelle, tant des montaignes, fleuves, que aultres chozes : pour ce qu’il n’y a encor eu homme qui en aict faict decouverture certaine, pourquoy je differe en parller jusque a ce que on en aict eu plus ample declaration17 ». En fait, ce texte contredit un certain réalisme que donnent à ces terres fictives les cartes correspondantes, une douzaine en tout, et va à l’encontre de l’opinion commune selon laquelle les travaux des hydrographes ne s’aventurent pas sur le terrain des hypothèses géographiques. Or, si la carte nautique est un document fondé sur l’expérience des marins, elle est aussi le document qui prépare les futures expéditions ; dans ses marges, elle enregistre des informations qui ne sont peut-être pas sûres mais qui peuvent être utiles. C’est ainsi que Le Testu marque et nomme des caps afin que les explorateurs futurs puissent « se donner garde lorsqu’ils auront oppinion qu’ils approcheront ladicte terre [australe]18. »

Guillaume Le Testu, Cosmographie universelle, Le Havre, 1556. Manuscrit, Hémisphère entouré des figures des vents

Vincennes, Service historique de l’armée de terre, bibliothèque, ms. 607

Cartes de France, cartes des provinces : le cas Jolivet

  • 19 Sur la production de Jolivet, voir R. W. Karrow, Mapmakers of the sixteenth century and their maps, (...)
  • 20 F. La Croix du Maine et A. du Verdier, Bibliothèques françaises, t. I, Paris, Saillant, 1772, p. 52 (...)
  • 21 A. Vacher, « La carte du Berry par Jean Jolivet », Bulletin de géographie historique et descriptive (...)
  • 22 BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge A 79. Le Parquier, « Note sur la carte générale du pays de Normandie  (...)
  • 23 Description de la haulte et basse Picardye, BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge D 7678.
  • 24 Figure au vray des lieulx, terres et héritaiges contiguz [...] de la forest de Dourdan appartenant (...)
  • 25 Renseignements aimablement communiqués par E. Carouge, auteur d’une thèse soutenue en 1970 pour obt (...)
  • 26 Date de la première édition des Bibliothèques françoises.

12Nous avons vu de quelle manière la cartographie de la France a été affectée par la réforme ptoléméenne et comment Fine et Postel ont combiné carte du monde et description de la France. À leurs noms, on pourrait ajouter celui d’André Thevet, auteur d’une Cosmographie universelle et d’un Grand insulaire, ainsi que d’une carte de France qui ne nous est pas parvenue et qui a peut-être inspiré la partie occidentale de la carte de Postel, la moitié orientale étant dérivée de celle de Fine. La carte de la Gaule-France d’Oronce Fine est aussi imitée par Jean Jolivet19 dont la Nouvelle description des Gaules paraît d’abord en 1560, puis en 1565 ; une troisième édition portera en 1570 le titre de Vraie description des Gaules. Cette carte est devenue célèbre grâce à sa reproduction par Ortelius : elle appartient aux éditions du Théâtre du monde parues entre 1570 et 1612. D’autre part, un agrandissement a été peint entre 1560 et 1565 dans la Loggia bella du Vatican. La carte de Jolivet est encore utilisée en 1594 par Maurice Bouguereau dans le premier atlas de France paru en France, Le Theatre francois. Les contemporains de Jolivet signalent aussi, provenant du même auteur : « les descriptions de plusieurs provinces et nations de France [faites] par le commandement de Henri II, lesquelles ne sont pas imprimées ». « D’autres les ont eues après sa mort et, comme plagiaires, se les ont attribuées et les ont fait imprimer en leur nom sans faire mention dudit Jolivet20. » Nous connaissons trois de ces cartes. La première est une carte du Berry21, destinée à l’instruction de Marguerite de Navarre, duchesse de Berry et sœur de François Ier, qui a été gravée sur cuivre et imprimée à Bourges en 1545. Elle est signée par Jean Jolivet, prêtre, et fait référence à une carte de Terre sainte du même auteur. Elle ne porte aucune trace de coordonnées géographiques et paraît avoir été dressée sur les lieux dont l’auteur recense les ressources agricoles. En 1545 également, Jolivet signe une grande carte de Normandie, restée manuscrite, qui est graduée en latitudes et en longitudes et qui porte les armes de François Ier, celles du dauphin, gouverneur de Normandie, et celles de la province22. Si on la compare à la carte de France, on peut constater que les côtes sont bien mieux tracées et que la toponymie est beaucoup plus abondante. La décoration est particulièrement soignée : la bordure est d’inspiration italienne, et, sur mer, une flotte de galères et de vaisseaux évoque l’armée réunie cette même année 1545 pour envahir l’Angleterre. Une troisième carte, gravée et imprimée en 1559-1560 par Olivier Truschet – comme la première édition de la carte de France dont elle est contemporaine – couvre la Picardie23 que le document donne comme province natale de l’auteur ; celui-ci ne peut être que Jolivet à cause des similitudes qui existent entre cette carte et la carte de France. Picard par ses origines, Jolivet serait donc devenu prêtre en Limousin. Or, dans les collections des Archives nationales figure une carte manuscrite de caractère judiciaire, datée de 1549 et signée par Michel Marteau, peintre juré, et par Jean Jolivet, chanoine du chapitre de Notre-Dame de Paris24. De fait, il y a bien eu un chanoine de Notre-Dame25, qui était auparavant prêtre du diocèse de Limoges – comme notre cartographe – et qui est entré au chapitre en 1549 après la résignation d’Adrien de Thou, frère de l’évêque de Chartres, Nicolas de Thou – qui va sacrer Henri IV – et de Christophe de Thou, le premier président du Parlement de Paris. Ce chanoine est mort en 1553, ce qui impliquerait que les cartes de France que nous connaissons soient des publications posthumes, et ce qui expliquerait le pillage de l’œuvre de Jolivet signalé en 158426 dans le tome I des Bibliothèques françoises de La Croix du Maine.

Jean Jolivet, Vraie description des Gaules, avec les confins d’Allemaigne, & Italye

Paris, Marc du Chesne, 1570. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge C 4877

Jean Jolivet, La Carte generalle du pays de Normandie, 1545, Manuscrit sur deux feuilles de parchemin assemblées

BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge A 79

Figures et portraits : le rôle des peintres

  • 27 F. de Dainville, « Cartes et contestations au xve siècle », Imago Mundi, t. XXIV, 1970, p. 99-121. (...)
  • 28 B. Palissy, Œuvres complètes, éd. par K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard et al., t. II, Mont-de- (...)
  • 29 J. Boutillier, Somme rural, Paris, B. Macé, 1611, p. 208.
  • 30 J. Imbert, Institutiones forenses ou Practique judiciaire, Poitiers, E. de Marnef, 1563, p. 214-215

13Ce qui paraît intéressant, c’est l’implication de Jean Jolivet dans une catégorie particulière de cartes, les cartes de type judiciaire – souvent dispersées dans des fonds locaux – généralement élaborées par des peintres. Le P. de Dainville avait commencé à les étudier, mais il n’a pas publié tous les résultats de ses recherches27. Il signale un texte de Bernard Palissy qui explique pourquoi les peintres appréciaient ce type de travail : « Tu dis vray, écrit Palissy à son correspondant, je n’avois pas beaucoup de biens […]. Mais j’avois des moyens que tu n’as pas. Car j’avois la pourtraiture. L’on pensoit en nostre pays que je fusse plus sçavant en l’art de peinture que je n’estois, qui causoit que j’estois souvent appellé pour faire des figures pour les procès. Or quand j’estois en telles commissions, j’estois très bien payé, aussi ay je entretenu long temps la vitrerie28 »… Dans ce texte, deux termes sont utilisés : « pourtraiture » et « figure », sur lesquels nous allons nous arrêter. Nous les retrouvons sous les formes de « pourtrait » et d’« exemple figuré » dans la Somme rural de Jean Boutillier à propos des causes envoyées en parlement. Cet ouvrage, rédigé à la fin du xiv e siècle, sera imprimé un siècle plus tard et donnera lieu à de nombreuses éditions. J’emprunte ma citation à l’édition parisienne de 1611 dans laquelle il est demandé que les textes présentés par les parties soient complétés par un « exemple figuré et pourtrait » qui donne « la situation de l’heritage au plus pres qu’on peut », pour que les juges soient en mesure de comprendre « la veuë et le cas29 ». En 1563, Jean Imbert, lieutenant criminel au siège royal de Fontenay-le-Comte, constate que « plusieurs juges et commissaires ont cy-devant erré a faire lesdictes figures » et qu’il a fallu les refaire. Il conseille donc que le juge fasse « faire serment a un peinctre, homme de bien, qu’il eslira, de bien et loyaument faire et peindre ladicte figure », qu’il lui montre ensuite les lieux et qu’il obtienne l’accord des parties sur la figure réalisée par le peintre30. Cette dernière jouera un rôle essentiel pendant le procès « avecques son proces verbal ».

  • 31 F. de Dainville, op. cit., p. 118.

14Dans les pays qui ont été d’obédience bourguignonne, ces figures sont appelées « tibériades » par référence au Tibre et à l’œuvre du juriste de Pérouse, Bartolo da Sassoferrato (1314-1357), auteur, en 1355, du De fluminibus seu Tyberiadis, ouvrage dans lequel il s’attache à résoudre des problèmes d’ordre pratique. Bartolo, avec l’aide du frère Guido de Perusio, a réalisé des figures géométriques dont on trouve des exemples dans les manuscrits du De Fluminibus de la fin du xiv e et du début du xv e siècle31.

  • 32 Ordonnances des rois de France, règne de François Ier, t. IX, 1re partie, Paris, Impr. nationale, 1 (...)
  • 33 BNF, F 46 812 (4) et F 23 610 (361).

15Les peintres donnent aux figures ou tibériades un attrait particulier, mariant parfois avec bonheur la schématisation d’éléments du paysage et la figuration minutieuse des bâtiments. Les plus anciens exemples retrouvés par le P. de Dainville sont conservés aux archives départementales de l’Isère et remontent au début du xv e siècle ; ils éclairent le débat qui oppose le dauphin Charles au marquis de Saluces au sujet des limites de Château Dauphin et de Sampeyre. Les figures judiciaires, antérieures à la réforme ptoléméenne, se développent au cours du xvie siècle car elles répondent au besoin d’évoquer avec précision les lieux qui sont sujets à contestation ; elles sont probablement soutenues par la progression de la cartographie ptoléméenne, dont elles continuent néanmoins à se distinguer. Une de ces figures est mentionnée dans la convention conclue entre François Ier et la reine de Hongrie, gouvernante des Pays-Bas, à propos du contentieux existant entre l’empereur et le roi de France au sujet de l’abbaye du Mont-Saint-Jean près de Thérouanne. Si besoin est, les députés du roi et de la reine de Hongrie se transporteront à Thérouanne « pour veoir la disposition du lieu ou estoit led. monastaire, faire mesuraige et figure accordée pour y avoir tel regard que de raison de la confection d’icelle32 ». Le terme de « mesurage » évoque évidemment le travail des arpenteurs. Il existe bien des arpenteurs au xvie siècle, mais ils sont volontiers critiqués dans les textes de l’époque : l’Arpanterie, traité publié en 1577 par le Saintongeais Élie Vinet, et les édits de 1555 et 1575 qui portent création d’offices d’arpenteurs et mesureurs de terres, bois, eaux et forêts33. Ces critiques expliquent sans doute pourquoi les peintres sont sollicités.

  • 34 M. Pastoureau, op. cit., p. 131-133.
  • 35 A. du Pinet, Plantz, pourtraits et descriptions de plusieurs villes et forteresses, tant de l’Europ (...)

16Le terme « portrait » est aussi utilisé pour désigner les vues de villes comme l’exprime le titre de Plantz, pourtraitz et descriptions de plusieurs villes et forteresses, donné au recueil élaboré par l’éditeur lyonnais Jean d’Ogerolles en 1564, qui complète les vues par des textes d’Antoine Du Pinet (vers 1510-vers 1584)34 : vingt et un bois, presque tous copiés de la Cosmographie de Sebastian Münster (publiée à Bâle à partir de 1544), proviennent d’un premier recueil publié à Lyon par Balthazar Arnoullet en 1553 ; ils sont enrichis de vingt et un bois nouveaux dont certains sont encore imités de Münster. Le portrait de ville appartient au genre cartographique qu’on appelle alors « chorographie ». Celle-ci, selon Antoine Du Pinet – qui oppose cartes cosmographiques et plans de villes –, « sert à representer au vif les lieux particuliers, sans s’amuser à mesures, proportions, longitudes, latitudes, ny autres distances cosmographiques : se contentant de monstrer seulement à l’œil, le plus pres du vif qu’elle peut, la forme, l’assiette, et les dependences du lieu qu’elle depeint […]. Nul ne peut estre bon Chorographe, qui ne soit peintre35. »

  • 36 P. Lavedan, Représentation des villes dans l’art du Moyen Âge, Paris, Van Oest, 1954, p. 25 sqq.
  • 37 L. Nuti, « Cultures, manières de voir et de représenter l’espace urbain », dans C. Bousquet-Bressol (...)
  • 38 M. Pastoureau, op. cit., p. 55-57. Sur Belleforest, voir en outre : « Vies des poètes gascons, éd. (...)
  • 39 J. Dérens, Le Plan de Paris par Truschet et Hoyau, 1550, dit plan de Bâle, Zurich, Éd. Seefeld, 198 (...)
  • 40 Le Plan de Lyon, 1548-1552, [fac-similé et études], Lyon, Archives municipales, 1990.

17Le « vif pourtrait », le « vray pourtraict », figurent la ville dans sa totalité à partir d’observations directes : ils donnent la forme de la ville, le tracé des rues ainsi que l’aspect et la hauteur des bâtiments. Vue perspective de la ville, le portrait ajoute à la vue panoramique la profondeur qui lui manquait, et les rues qui désormais se glissent entre les maisons. C’est l’intermédiaire entre la vue panoramique et la vue verticale d’où sont issus les plans géométraux36. Son auteur donne l’illusion d’une vision globale qu’il n’a pu atteindre sans user d’artifices37 : il saisit tous les détails de l’objet qu’il reproduit « trait pour trait » et, en assemblant ses éléments constitutifs, il révèle la personnalité du modèle. L’un des événements majeurs de l’histoire des portraits des villes françaises est la collecte réalisée par deux éditeurs parisiens, Nicolas Chesneau (actif de 1556 à 1584) et Michel Sonnius (mort vers 1588), pour la publication, en 1575, de la Cosmographie universelle de François de Belleforest38. Certes les éditeurs ont réutilisé les vues de la Cosmographie de Sebastian Münster et celles des Plantz, pourtraitz et descriptions d’Antoine Du Pinet, mais ils se sont livrés à un important travail de prospection et de mise en forme d’une nouvelle documentation. Les plans originaux, qui portent généralement le titre de « portraict » ou de « vray portraict », appartiennent presque tous au même type : ils figurent remparts et rues, individualisent les principaux édifices qu’ils identifient dans la légende, et symbolisent les espaces bâtis par des rangées de maisons. Les échelles sont rarissimes, mais l’indication de l’orientation du plan est fréquente. À ce recueil il faut évidemment ajouter les deux grands plans de Paris et de Lyon publiés au milieu du xvie siècle, le premier gravé sur bois39 et le second sur cuivre40, peut-être élaborés à l’occasion d’entrées royales.

Éverard Bredin, Le Vray Portraict de la ville de Dijon, 1575, Dans F. de Belleforest, Cosmographie universelle, Paris, 1575, t. 1, p. 280-281

BNF, Imprimés, G 448

Cartes de provinces

  • 41 L. Drapeyron, « Jean Fayen et la première carte du Limousin, 1594 », Bulletin de la Société archéol (...)

18Les cartes des provinces appartiennent elles aussi à la chorographie. Leur objectif principal est de saisir les traits distinctifs du territoire représenté. Elles manifestent souvent l’attachement de leur auteur à sa région. Le médecin Jean Fayen, qui a réalisé une carte du Limousin insérée en 1594 dans le Theatre francois de Bouguereau41, participe activement à la vie culturelle de Limoges et veut remédier à l’absence de carte pour une province remarquable « au point de vue de sa grande fertilité […], du grand nombre de localités dont beaucoup sont célèbres, de la renommée non médiocre des rivières qui l’arrosent et en font l’ornement, du grand talent et de l’érudition très répandue des hommes qu’elle a enfantés ». Bien que, pour son éditeur, il soit « excellent mathématicien et géographe », Fayen ignore les latitudes et longitudes. La toponymie de sa carte est abondante et reflète la prononciation locale.

  • 42 I. E. Jones, D’Argentré’s History of Britanny and its maps, Birmingham, University of Birmingham, D (...)

19La carte peut être aussi destinée à illustrer l’histoire de la région, comme celle qui est jointe à l’Histoire de Bretagne commandée par les États de la province au jurisconsulte Bertrand d’Argentré et qui fait l’objet d’une première impression en 158342. Mais, dès le 6 juin, avant que ne soit achevée cette impression, l’ouvrage est saisi. L’auteur a exprimé un particularisme qui va à l’encontre de « la dignité des Roys, du Royaume et du nom François ». En fait, c’est au xviiie siècle que la cartographie provinciale prendra vraiment son essor en même temps que les grandes histoires des provinces confiées aux bénédictins.

Jean Fayen, Totius Lemovici et confinium provinciarum […] novissima et fidissima descriptio, Tours, Maurice Bouguereau, 1594, Carte originale publiée par Bouguereau dans Le Theatre francois

BNF, Cartes et Plans, Ge D 15 016

  • 43 J. Tarde, Chroniques, éd. G. de Gérard et G. Tarde, Paris, H. Houdin, 1887.
  • 44 J. Tarde, op. cit., p. 324-325. Sur la carte de Tarde, voir : F. de Dainville, « Le premier atlas d (...)

20Les cartes de diocèses, qui facilitent leur administration, ont été étudiées par le P. de Dainville dans les Cartes anciennes de l’Église de France (Paris, 1956). On a pu les comparer à des cartes militaires. Dans la dédicace de la carte du diocèse de Reims de 1623, l’auteur, Jean Jubrien, « dessinateur et topographe », présente les activités des clercs sous un jour inattendu : « L’Église est semblable à une armée toujours prête à combattre », ses prêtres se doivent d’être au fait des situations locales « pour reconnaître si tout y est en point de combattre contre le diable, le monde et la chair, nos communs ennemis ». Jean Tarde, vicaire général du diocèse de Sarlat, expose les méthodes qu’il utilise pour dresser les cartes de diocèses, dans les Usages du quadrant à l’esguille aymantée, publiés en 1621. Il travaille sur le terrain « à la façon des mareschaux de camp » chargés de loger l’armée, qui eux aussi dessinent des cartes pour localiser les ressources des régions sollicitées. Comme c’est l’usage, pour situer un lieu par rapport à un autre, Tarde observe les directions et note les distances qui lui sont données par les habitants des lieux. Mais il pratique aussi une méthode que tous n’adoptent pas encore : il forme des triangles pour relier les stations d’observation. Les Chroniques de J. Tarde43 précisent en outre les objectifs de la cartographie des diocèses et les formes qu’elle peut prendre : « en visitant ainsi ce diocèse [de Sarlat], je fis la carte et description géographique d’icelluy pour faire voir dans un tableau audict sieur evesque et ses successeurs le champ qu’ils sont obligés à cultiver, laquelle après fut gravée et imprimée en taille dolce et peinte en grand volume sur un pan de la salle épiscopale44. »

  • 45 R. Barroux, « Nicolaï d’Arfeuille agent secret, géographe et dessinateur (1517-1583) », Revue d’his (...)
  • 46 Lettres éditées dans N. de Nicolay, Description de la ville de Lyon, éd. V. Advielle, Lyon, imprime (...)
  • 47 R. Hervé, « L’œuvre cartographique de Nicolas de Nicolay et d’Antoine de Laval (1544-1619) », Bulle (...)

21Pour améliorer la qualité de la carte de France, il faudrait disposer d’un grand nombre de cartes de provinces exécutées avec soin et précision. Après la mission qui semble avoir été confiée à Jolivet, un autre cartographe, Nicolas de Nicolay45 (1517-1583), reçoit de Catherine de Médicis le commandement de faire la « visitation et description générale et particulière du royaume », mission qu’il n’accomplit que partiellement à cause, dit-il, des guerres de Religion. Les lettres patentes du 22 janvier 157046 ordonnent, en effet, au géographe royal, promu « premier cosmographe et valet de chambre du roy », « de veoir, visiter, mesurer, désigner et descripre » le royaume de France, et demandent de lui faciliter l’accès aux clochers et tours et à tous points élevés « pour plus aisément considérer l’assiette des païs, mesurer et descripre les distances des lieux ». Les travaux sur le terrain doivent être complétés par des recherches dans les archives pour que le cosmographe « puisse plus véritablement […] designer » tout le royaume en se reportant aux usages administratifs et non pas à la prononciation locale. En fait, l’œuvre cartographique de Nicolay47, réduite au Berry et au Bourbonnais, ne répond pas aux espoirs qu’elle a suscités. Pour élaborer les six cartes du Berry présentées en 1567 dans la description manuscrite de la province, le cosmographe copie Jolivet qu’il tente maladroitement de mettre à jour. La description du Bourbonnais, pourtant plus détaillée, ne renferme qu’une carte générale de la province : Nicolay a rapidement parcouru le pays, ne s’arrêtant que dans les localités les plus importantes. Toutefois il réussit à constituer, au château de Moulins, une importante collection de cartes, qui sera presque entièrement détruite, en 1755, dans l’incendie du château.

Le mystère La Guillotière

  • 48 Cette grande carte a été peu étudiée. On consultera à son sujet l’étude de N. Broc présentée au 12e(...)
  • 49 Éditée dans A. Ortelius, Epistulæ [...] (1524-1628), ed. J. H. Hessels, Cantabrigæ, typis Academiæ, (...)
  • 50 F. La Croix du Maine et A. Du Verdier, op. cit., p. 222-223.
  • 51 A. Thevet, La Cosmographie universelle, t. II, Paris, P. L’Huillier, 1575, fol. 911.
  • 52 Ibid.
  • 53 F. La Croix du Maine et A. Du Verdier, loc. cit.

22La grande carte de François de La Guillotière intitulée Charte de la France48, encore gravée sur bois, clôt la revue des cartes du royaume réalisées en France au xvie siècle. Ses planches et les épreuves imprimées qui en sont issues se trouvent toujours dans la bibliothèque de Pierre Pithou (1539-1596) lorsque ce dernier meurt le 1er novembre 1596. Une lettre adressée à Abraham Ortelius le 27 octobre 159549 signale qu’il y a eu « un different entre celluy qui en a fait tailler lesdites planches [le premier éditeur] et les heritiers du deffunt [F. de La Guillotière] pour le proffit et emolument de l’impression et aussy pour l’inscription ». Le premier tirage dédié à Louis XIII sera effectué en 1613. L’auteur de la Charte de la France, célèbre en son temps, est presque complètement ignoré par les historiens. Sa naissance bordelaise est attestée en 1584 par F. La Croix du Maine50 qui s’appuie sur le témoignage de l’auteur – « comme lui-même me l’a assuré » – et réfute l’opinion d’André Thevet favorable à Saint-Jean d’Angély51. La Guillotière a dû entretenir des relations étroites avec le pouvoir royal. Dans le tome II de La Cosmographie universelle publiée en 1575, Thevet lui attribue une carte d’Autriche et de Transylvanie qui serait en cours « comme il a fait depuis un an ença celle de la monarchie Poulonnoise : lequel pour l’entiere & parfaite cognoissance qu’il a des Mathematiques, Perspective, Architecture, doulceur du pinceau, de bien compasser les degrez, & dimensions du Ciel et de la Terre, merite, certes d’estre mis au rang des premiers & plus excellens Geographes de nostre siecle52 ». La Croix du Maine répète ces informations53 et signale que la Description de tout le Royaume de Pologne a été imprimée à Paris en 1573 par Jean Leclerc : Jean II Leclerc (mort en 1581) ou Jean III Leclerc (mort en 1599) ? Il s’agit, dans ce cas, d’une pièce de circonstance puisque, par sa date, la carte correspond à l’élection du futur Henri III de France au trône de Pologne. On pourrait dire la même chose de la carte d’Autriche qui suit le mariage unissant en 1570 le roi de France Charles IX et Élisabeth d’Autriche, fille de l’empereur Maximilien II. Toutefois aucun exemplaire de ces deux documents n’est, à notre connaissance, conservé. La Croix du Maine ajoute : « Il [La Guillotière] a aujourd’hui entre mains toutes les Cartes ou Descriptions de France, lesquelles il espère mettre en lumière en bref, lesquelles il a curieusement observées, selon la chorographie, en laquelle il est des mieux versés de notre âge, & a une extrême adresse pour la peinture. Il florit à Paris cette année 1584. »

  • 54 J.-F. Maillard, « Christophe Plantin et la Famille de la Charité en France », dans Mélanges sur la (...)

23Il apparaît en outre que La Guillotière a appartenu à un mouvement religieux d’origine rhéno-flamande, issu de l’anabaptisme : la Famille de la Charité, caractérisée par l’entraide que se portent ses membres au nom de l’amitié ou de la communauté commerciale54. La succursale parisienne du mouvement est tenue par Pierre Porret, frère de lait de Christophe Plantin, qui confiera ses papiers à La Guillotière.

  • 55 Ortelius, loc. cit.
  • 56 M. Pelletier, « Les Pyrénées sur les cartes générales de France du xve au xviiie siècle », Bulletin (...)
  • 57 F. de Dainville, Cartes anciennes du Languedoc, xvie au xviiie siècle, Montpellier, Société langued (...)

24Il n’est pas impossible que la vaste entreprise de la carte de France menée par La Guillotière ait été destinée à illustrer la grande enquête sur l’état du royaume dont Henri III attend les résultats en 1583. L’échelle de la carte, le millionième, a permis d’insérer un grand nombre de toponymes, plus de 30 000, dont la densité varie selon les régions. L’auteur a corrigé de nombreux tracés : côtes de Bretagne et du Cotentin, réseau hydrographique – sans que le grand coude de la Loire apparaisse encore. La côte landaise acquiert ce caractère oblique qui distingue les cartes françaises des cartes hollandaises jusqu’à la publication de la Carte de France corrigée de 1679-1682. La Guillotière a utilisé des cartes de provinces et en a certainement levé quelques-unes. Après sa mort, ces cartes se trouveront entre les mains de son légataire Pierre Pithou. Celui-ci hésitera à les communiquer à Ortelius, non pas parce que l’auteur ne peut plus donner son accord, mais en raison de l’insécurité des routes55. Une étude de la figuration des Pyrénées sur la Charte de la France montre que La Guillotière connaît certains itinéraires et qu’il a cherché à représenter quelques éléments caractéristiques du paysage : le Vignemale, le pic du Midi de Bigorre et le cirque de Gavarni notamment56. Il se pourrait donc qu’il ait fréquenté le Béarn et la Bigorre, fiefs du futur Henri IV, ainsi que le Languedoc, en partie protestant, dont il donne la figuration la plus exacte et la plus détaillée du xvie siècle57.

François de La Guillotière, 7e feuille gravée sur bois de la Charte de la France, Paris, chez la veuve de Jean IV Leclerc, 1632

BNF, Cartes et Plans, Ge DD 2987 (388, 7)

  • 58 Ortelius, loc. cit. Au sujet d’une carte d’Île-de-France de La Guillotière qui est bien faite « sel (...)
  • 59 Pour cette édition, des tirages restants de la première édition ont été réutilisés. En effet, sur l (...)
  • 60 M. Pastoureau, op. cit., p. 295-301.

25Bien des raisons peuvent expliquer le retard pris par la publication de la carte de France de La Guillotière : statut personnel – le cartographe appartient probablement à une famille protestante –, changement dans ses relations avec le roi Henri III, difficultés pour graver sur bois une carte aussi détaillée, disparition de l’auteur, même si elle était attendue puisque l’auteur est mort, semble-t-il, à un âge avancé58… Toutefois, malgré un retard important, les impressions effectuées par Jean IV Leclerc (mort en 1621 ou 1622) en 1613, 1615, 1620, puis par sa veuve en 1624, 1632 et 164059, témoignent du succès de l’entreprise. En même temps qu’il diffuse ce document exceptionnel, J. Leclerc prend la succession de Bouguereau pour la publication de l’atlas de France qu’il intitule Theatre geographique du royaume de France60 et dans lequel il introduit la Gallia de Postel en 1626. Mais aucune réduction de la carte de La Guillotière ne figure dans cet atlas.

  • 61 F. de Dainville, « Le premier atlas de France », op. cit. ; R. W. Karrow, op. cit. ; P. Meurer, Fon (...)
  • 62 M. Préaud, P. Casselle, M. Grivel et C. Le Bitouzé, op. cit., p. 287-288.
  • 63 M. Pastoureau, « Entre Gaule et France », op. cit.

26La carte de La Guillotière précède de peu Le Theatre francois de Maurice Bouguereau de 1594. Cet atlas, œuvre de circonstance offerte à Henri IV, est fortement influencé par la cartographie flamande. En effet les cartes des provinces produites en France ont été soigneusement réunies par Abraham Ortelius comme plusieurs travaux de recherche l’ont déjà souligné61, et cette patiente collecte, mise en forme à Anvers par d’habiles graveurs, va être à son tour copiée par Maurice Bouguereau qui se sert aussi des travaux de Mercator et justifie ainsi ces emprunts : « j’ai repris ce que les Flamands avaient tiré de nos géographes français ». Bouguereau commence par Ortelius, parce qu’il est associé au graveur flamand Gabriel Tavernier (vers 1520-1614) qui a travaillé pour Plantin à Anvers avant de s’enfuir à Paris en 157362. Comme nous l’avons vu précédemment, Le Theatre francois continue d’utiliser la carte de France de Jolivet, mais il copie en même temps une carte plus récente, celle du Flamand Pierre Plancius publiée en 1592, et une réduction de la carte de Mercator figurant dans les Galliae tabulae geographicae63.

Les graveurs

  • 64 M. Préaud, P. Casselle, M. Grivel et C. Le Bitouzé, op. cit., p. 220-222.
  • 65 Cf. note 62.
  • 66 M. Grivel, Le Commerce de l’estampe à Paris au xviiie siècle, Genève, Droz, 1986, p. 8 sqq.

27Le passage de la gravure sur bois à la gravure sur cuivre est considéré comme une des évolutions majeures de la cartographie française à la fin du xvie siècle. Dans cette évolution, les graveurs flamands ont certes joué un rôle déterminant, lorsqu’ils sont arrivés à Paris dans les années 1575-1585 après avoir quitté Anvers où la persécution menée contre les protestants provoque une forte émigration. C’est le cas de Thomas de Leu (vers 1555-vers 1612), graveur, éditeur et marchand d’estampes, qui travaille pour Nicolas de Nicolay et peut-être pour Maurice Bouguereau en 1588. Ce fils d’un marchand d’Audenarde s’est établi à Paris en 1583 où il grave surtout des portraits et des images de dévotion64. Il est précédé à Paris par Gabriel Ier Tavernier né à Bailleul, qui arrive lui aussi d’Anvers, mais en 1573. Tavernier occupe une place importante dans l’histoire de la cartographie puisqu’il participe à Tours au Theatre françoys de 1590 à 1594. Il est également imprimeur, éditeur et marchand d’estampes65. Toutefois la gravure de cartes sur cuivre n’est pas une nouveauté en France car l’influence italienne, illustrée par l’école de Fontainebleau, a précédé l’arrivée en force des Flamands. Il y a en outre d’excellents graveurs sur bois qui, à l’occasion, travaillent aux Pays-Bas. La gravure sur bois, gravure populaire développée pendant les guerres de Religion, coexiste en fait avec la gravure sur cuivre qui est plutôt un art de cour et permet la diffusion de portraits de personnages exécutés « au vif » comme les portraits de villes dont nous avons noté l’émergence66.

L’avenir de l’édition cartographique française

  • 67 M. Pastoureau, « Contrefaçon et plagiat des cartes de géographie et des atlas français de la fin du (...)

28Les œuvres cartographiques, encore peu nombreuses en France à l’époque de la Renaissance, sont produites soit par des libraires soit par des graveurs et éditeurs d’images. Bouguereau reçoit un privilège en 1591 pour graver des cartes sur cuivre ou sur bois, et les imprimer isolément ou en livre. En principe, il est donc protégé contre les contrefaçons émanant des imprimeurs ou des libraires, mais aussi de ceux qui produisent des gravures sur bois ou sur cuivre. Cette double filière pour l’édition de cartes finit par engendrer une rivalité opposant les libraires aux graveurs et aux marchands d’estampes, ce qui aboutit à la dissociation de la production de l’image et du texte, alors que leur association fait la fortune d’Anvers et Amsterdam67.

  • 68 Ibid., p. 377-379. M. Préaud, P. Casselle, M. Grivel et C. Le Bitouzé, op. cit., p. 288-290. M. Pas (...)
  • 69 L. Loeb-Larocque, « Ces Hollandaises habillées à Paris ou l’exploitation de la cartographie holland (...)

29Cette tension aggrave une situation qui va se ressentir des troubles politiques. Les réseaux éditoriaux encore fragiles ne peuvent faire face aux difficultés engendrées par les guerres de Religion. La parution de productions importantes est retardée, qu’il s’agisse de la carte de La Guillotière ou du Grand Insulaire de Thevet qui ne verra jamais le jour. Le Theatre françois lui-même ne rencontre pas le succès attendu. Les investissements dans l’édition étant insuffisants, ce sont les concurrents étrangers qui vont bénéficier de la situation. Les cartes de Hondius seront vendues à Paris par Melchior II Tavernier (1594-1665)68, petit-fils de Gabriel, et par d’autres grands éditeurs d’estampes, et les contrefaçons deviendront courantes : un nom aussi célèbre que celui de Jodocus Hondius constitue certainement une garantie pour les investisseurs français69. Toutefois la cartographie française du xviie siècle va recevoir l’apport des travaux des ingénieurs militaires, qui alimentent les œuvres de Melchior II Tavernier et de Christophe Tassin avant que les Sanson, spécialistes de la cartographie administrative, ne tentent d’endiguer l’invasion hollandaise dans la seconde moitié du Grand Siècle.

Notes

1 M. Pastoureau, Les Atlas français, xvie-xviisiècles, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, p. 380-385.

2 M. Pelletier, « Le monde dans un cœur : les deux mappemondes d’Oronce Fine », dans M. Pelletier (dir.), Tours et contours de la Terre, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1999, p. 177-197. F. de Dainville, « How did Oronce Fine draw his large map of France », Imago Mundi, t. xxiv, 1970, p. 49-55.

3 D. Nordman, Frontières de France : de l’espace au territoire, xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 46-48. M. Pastoureau, « Entre Gaule et France, la “Gallia” », dans M. de Watelet (dir.) Gérard Mercator cosmographe, Anvers, Fonds Mercator et Paribas, 1994, p. 317-333.

4 G. Mangani, « Abraham Ortelius and the hermetic meaning of the cordiform projection », Imago Mundi, t. L, 1998, p. 59-82.

5 M. Destombes, « Guillaume Postel cartographe », dans Guillaume Postel 1581-1981, actes du colloque international d’Avranches, Paris, G. Trédaniel, 1985, p. 361-371.

6 Sur les Gourmont, voir M. Préaud, P. Casselle, M. Grivel, et C. Le Bitouzé, Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis, 1987, p. 142-145.

7 F. Lestringant, « Cosmologie et mirabilia à la Renaissance, l’exemple de Guillaume Postel », Journal of medieval and Renaissance studies, 16, 1986, p. 253-279.

8 BNF, Ms, Français 15 452, fol. 3 v° - 4 r°.

9 M. Destombes, « An Antwerp unicum : an unpublished terrestrial globe of the 16th century », Imago mundi, t. xxiv, 1970, p. 85-94.

10 M. Pastoureau, Les Atlas français…, op. cit., p. 55-64.

11 Voir F. Lestringant, L’Atelier du cosmographe ou l’Image du monde à la Renaissance, Paris, Albin Michel, 1991.

12 F. Lestringant, dans M. Pastoureau, op. cit., p. 481-495.

13 R. Shirley, The Mapping of the world, London, New Holland Publishers, 1993, n° 134, p. 157.

14 Ibid., n° 148, p. 171.

15 S. Toulouse, « L’hydrographie normande », dans Couleurs de la Terre : des mappemondes médiévales aux images satellitales, Paris, Seuil/Bibliothèque nationale de France, 1998, p. 55.

16 F. Lestringant, op. cit., p. 150.

17 Ibid., p. 190. G. Le Testu, Cosmographie universelle selon les navigateurs tant anciens que modernes, présentation de F. Lestringant, Paris, Arthaud, 2012. Reprod. en fac-similé du manuscrit de 1555.

18 Ibid., p. 161.

19 Sur la production de Jolivet, voir R. W. Karrow, Mapmakers of the sixteenth century and their maps, Wittnetka (Illinois), Speculum Orbis Press, 1993, p. 321-323. Sur la carte de France, voir F. de Dainville, « Jean Jolivet’s “Description des Gaules” », Imago Mundi, 1964, p. 45-52.

20 F. La Croix du Maine et A. du Verdier, Bibliothèques françaises, t. I, Paris, Saillant, 1772, p. 522.

21 A. Vacher, « La carte du Berry par Jean Jolivet », Bulletin de géographie historique et descriptive, t. XXII, 1907, p. 258-267. A. Vacher, Le Berry, contribution à l’étude géographique d’une région française, Paris, A. Colin, 1908, p. 71-101.

22 BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge A 79. Le Parquier, « Note sur la carte générale du pays de Normandie », Société normande de géographie, Bulletin, 22, 1900, p. 141-144. M. Foncin, « La collection de cartes d’un château bourguignon, le château de Bontin », dans Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970, section de géographie, Paris, Éd. du CTHS, 1970, p. 43-73.

23 Description de la haulte et basse Picardye, BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge D 7678.

24 Figure au vray des lieulx, terres et héritaiges contiguz [...] de la forest de Dourdan appartenant aux doyen, chanoine et chapitre de l’Église Notre-Dame de Paris, signé : J. Jolivet et Michel Marteau, 1549, Archives nationales, Paris, N II Seine-et-Oise 161.

25 Renseignements aimablement communiqués par E. Carouge, auteur d’une thèse soutenue en 1970 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, intitulée Les Chanoines de Notre-Dame de Paris aux xve-xvie siècles.

26 Date de la première édition des Bibliothèques françoises.

27 F. de Dainville, « Cartes et contestations au xve siècle », Imago Mundi, t. XXIV, 1970, p. 99-121. M. Pelletier, «Des paysages judiciaires au XVIe siècle : auteurs, objectifs et méthodes », dans C. Souchon (dir.), Les Outils de représentation du paysage (éd. électronique), Paris, CTHS, 2012.

28 B. Palissy, Œuvres complètes, éd. par K. Cameron, J. Céard, M.-M. Fragonard et al., t. II, Mont-de-Marsan, Éditions interuniversitaires, 1996, p. 291.

29 J. Boutillier, Somme rural, Paris, B. Macé, 1611, p. 208.

30 J. Imbert, Institutiones forenses ou Practique judiciaire, Poitiers, E. de Marnef, 1563, p. 214-215.

31 F. de Dainville, op. cit., p. 118.

32 Ordonnances des rois de France, règne de François Ier, t. IX, 1re partie, Paris, Impr. nationale, 1973, p. 205.

33 BNF, F 46 812 (4) et F 23 610 (361).

34 M. Pastoureau, op. cit., p. 131-133.

35 A. du Pinet, Plantz, pourtraits et descriptions de plusieurs villes et forteresses, tant de l’Europe, Asie, Afrique que des Indes et des Terres Neuves, Lyon, Jean d’Ogerolles, 1564, p. XIV.

36 P. Lavedan, Représentation des villes dans l’art du Moyen Âge, Paris, Van Oest, 1954, p. 25 sqq.

37 L. Nuti, « Cultures, manières de voir et de représenter l’espace urbain », dans C. Bousquet-Bressolier (dir.), Le Paysage des cartes, genèse d’une codification, actes de la 3e journée d’étude du musée des Plans-reliefs, Paris, musée des Plans-reliefs, 1999, p. 65-80.

38 M. Pastoureau, op. cit., p. 55-57. Sur Belleforest, voir en outre : « Vies des poètes gascons, éd. Ph. Tamizey de Larroque », Revue de Gascogne, t. VI, 1865, p. 555-574.

39 J. Dérens, Le Plan de Paris par Truschet et Hoyau, 1550, dit plan de Bâle, Zurich, Éd. Seefeld, 1980.

40 Le Plan de Lyon, 1548-1552, [fac-similé et études], Lyon, Archives municipales, 1990.

41 L. Drapeyron, « Jean Fayen et la première carte du Limousin, 1594 », Bulletin de la Société archéologique du Limousin, t. XLII, 1894, p. 61-105.

42 I. E. Jones, D’Argentré’s History of Britanny and its maps, Birmingham, University of Birmingham, Department of Geography, 1987.

43 J. Tarde, Chroniques, éd. G. de Gérard et G. Tarde, Paris, H. Houdin, 1887.

44 J. Tarde, op. cit., p. 324-325. Sur la carte de Tarde, voir : F. de Dainville, « Le premier atlas de France, le Théâtre françois de M. Bouguereau », dans Actes du 85e Congrès national des sociétés savantes, section de géographie, Chambéry-Annecy, 1960, Paris, Bibliothèque nationale, 1961, p. 19-23.

45 R. Barroux, « Nicolaï d’Arfeuille agent secret, géographe et dessinateur (1517-1583) », Revue d’histoire diplomatique, 1937, p. 88-109.

46 Lettres éditées dans N. de Nicolay, Description de la ville de Lyon, éd. V. Advielle, Lyon, imprimerie de Mougin-Rusand, 1881, p. 279-280.

47 R. Hervé, « L’œuvre cartographique de Nicolas de Nicolay et d’Antoine de Laval (1544-1619) », Bulletin de la section de géographie du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1955, p. 223-263.

48 Cette grande carte a été peu étudiée. On consultera à son sujet l’étude de N. Broc présentée au 12e congrès international d’histoire de la cartographie, Paris, 1987, et restée inédite : La France de La Guillotière (1613). La vie de La Guillotière reste encore inconnue. Un certain Robert Ribaudeau ou Rivaudeau, sieur de La Guillotière (mort en 1570), protestant et valet de chambre d’Henri II, pourrait être de la famille de notre géographe qui semble avoir été, lui aussi, proche du pouvoir royal. M. Pelletier, De Ptolémée à La Guillotière, XVe-XVIe siècle : des cartes pour la France pourquoi, comment ?, Paris, CTHS, 2009. (Collection CTHS géographie ; 6).

49 Éditée dans A. Ortelius, Epistulæ [...] (1524-1628), ed. J. H. Hessels, Cantabrigæ, typis Academiæ, 1887, p. 666-670.

50 F. La Croix du Maine et A. Du Verdier, op. cit., p. 222-223.

51 A. Thevet, La Cosmographie universelle, t. II, Paris, P. L’Huillier, 1575, fol. 911.

52 Ibid.

53 F. La Croix du Maine et A. Du Verdier, loc. cit.

54 J.-F. Maillard, « Christophe Plantin et la Famille de la Charité en France », dans Mélanges sur la littérature de la Renaissance à la mémoire de V.-L. Saulnier, Genève, Droz, 1984, p. 235-253. Sur Ortelius et la Famille de la Charité voir : G. Mangani, Il « mondo » di Abramo Ortelio, Ferrara, F. C. Panini, 1998.

55 Ortelius, loc. cit.

56 M. Pelletier, « Les Pyrénées sur les cartes générales de France du xve au xviiie siècle », Bulletin du Comité français de cartographie, n° 146-147, déc. 1995 – mars 1996, p. 190-199.

57 F. de Dainville, Cartes anciennes du Languedoc, xvie au xviiie siècle, Montpellier, Société languedocienne de géographie, 1961, p. 16-17.

58 Ortelius, loc. cit. Au sujet d’une carte d’Île-de-France de La Guillotière qui est bien faite « selon que le feu bon homme pour son vieil age y a peu travailler ».

59 Pour cette édition, des tirages restants de la première édition ont été réutilisés. En effet, sur l’exemplaire de la Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, Ge DD 2768, les caviardages de la première édition réapparaissent, sauf sur la feuille où figure l’adresse de l’éditeur.

60 M. Pastoureau, op. cit., p. 295-301.

61 F. de Dainville, « Le premier atlas de France », op. cit. ; R. W. Karrow, op. cit. ; P. Meurer, Fontes cartographici Orteliani, Weinheim, VCH, Acta Humaniora, 1991, p. 254.

62 M. Préaud, P. Casselle, M. Grivel et C. Le Bitouzé, op. cit., p. 287-288.

63 M. Pastoureau, « Entre Gaule et France », op. cit.

64 M. Préaud, P. Casselle, M. Grivel et C. Le Bitouzé, op. cit., p. 220-222.

65 Cf. note 62.

66 M. Grivel, Le Commerce de l’estampe à Paris au xviiie siècle, Genève, Droz, 1986, p. 8 sqq.

67 M. Pastoureau, « Contrefaçon et plagiat des cartes de géographie et des atlas français de la fin du xve au début du xviiie siècle », dans La Contrefaçon du livre, xvie-xixe siècles, éd. F. Moureau, Paris, Aux amateurs de livres, 1988, p. 276-288. M. Grivel, op. cit., p. 85.

68 Ibid., p. 377-379. M. Préaud, P. Casselle, M. Grivel et C. Le Bitouzé, op. cit., p. 288-290. M. Pastoureau, Les Atlas français, op. cit., p. 469-470.

69 L. Loeb-Larocque, « Ces Hollandaises habillées à Paris ou l’exploitation de la cartographie hollandaise par les éditeurs parisiens au xviie siècle », dans Theatrum Orbis Librorum [mélanges N. Israel], Utrecht, HES Publishers, 1989, p. 15-29.

Table des illustrations

Légende Oronce Fine, Nova totius Galliae descriptio
Crédits Paris, Jérôme de Gourmont, 1553. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge B 1475
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Oronce Fine, Recens et integra orbis descriptio
Crédits Paris, [Jérôme de Gourmont], 1536. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge DD 2987 (63)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende Guillaume Postel, Polo aptata nova charta universi, Paris, Nicolas de Mathonière, 1621
Crédits Reproduction partielle de cette mappemonde en projection polaire, dédiée à Louis XIII, Vincennes, Service historique de la Marine, recueil 1, carte 10
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Jean II de Gourmont, mappemonde dans une tête de fou
Crédits Vers 1575. BNF, Estampes, Ea 25 a, fol. 98. Microfilm A 8682
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Nicolas Desliens, planisphère manuscrit sur parchemin, orienté le sud en haut, 1566, Des terres australes – non représentées – se détache la Grande Jave (en haut et à gauche)
Crédits BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge D 7895
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Guillaume Le Testu, Cosmographie universelle, Le Havre, 1556. Manuscrit, Hémisphère entouré des figures des vents
Crédits Vincennes, Service historique de l’armée de terre, bibliothèque, ms. 607
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Légende Jean Jolivet, Vraie description des Gaules, avec les confins d’Allemaigne, & Italye
Crédits Paris, Marc du Chesne, 1570. BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge C 4877
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Jean Jolivet, La Carte generalle du pays de Normandie, 1545, Manuscrit sur deux feuilles de parchemin assemblées
Crédits BNF, Cartes et Plans, Rés. Ge A 79
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Éverard Bredin, Le Vray Portraict de la ville de Dijon, 1575, Dans F. de Belleforest, Cosmographie universelle, Paris, 1575, t. 1, p. 280-281
Crédits BNF, Imprimés, G 448
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende Jean Fayen, Totius Lemovici et confinium provinciarum […] novissima et fidissima descriptio, Tours, Maurice Bouguereau, 1594, Carte originale publiée par Bouguereau dans Le Theatre francois
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende François de La Guillotière, 7e feuille gravée sur bois de la Charte de la France, Paris, chez la veuve de Jean IV Leclerc, 1632
Crédits BNF, Cartes et Plans, Ge DD 2987 (388, 7)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1062/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search