Version classiqueVersion mobile

Dessins français du XVIIe siècle

 | 
Barbara Brejon de Lavergnée

Préface

Séverine Lepape

Texte intégral

1Au cours de sa longue histoire, le département des Estampes et de la Photographie a publié de nombreux inventaires et catalogues décrivant les collections dont il avait la responsabilité et qu’il avait l’honneur de conserver. L’estampe a toujours constitué un axe fort de ces travaux, mais le dessin y occupait également une bonne place, que l’on songe par exemple aux inventaires des dessins de la collection Destailleur par François Courboin (1891) et par Adrien Moureau (1897), du fonds Martellange par Henri Bouchot (1886), des feuilles nordiques par Frits Lugt et Jean Vallery-Radot (1936) ou bien encore à celui des dessins du fonds Robert de Cotte, par François Fossier (1997). En effet, on aurait parfois tendance à oublier que le fonds de dessins représente un volume conséquent au sein du département, sans doute équivalent à la prestigieuse collection du département des Arts graphiques du musée du Louvre. Formant un ensemble complémentaire par rapport à ce dernier, les dessins de la Bibliothèque nationale de France ont été collectionnés parce qu’ils étaient liés à l’estampe, qu’il s’agisse de « dessins préparatoires » à l’estampe, notion extrêmement délicate à définir, ou de feuilles d’artistes pratiquant la gravure. C’est cette originalité qui fait la force de la collection des dessins de la Bibliothèque nationale de France et c’est aussi, peut-être, la raison pour laquelle ils sont restés peu étudiés jusqu’à présent.

2L’inventaire de près de six cents dessins de maîtres du xviie siècle par Barbara Brejon de Lavergnée répare cet oubli. Fine connaisseuse du dessin français du xviie siècle, spécialiste mondialement reconnue de Simon Vouet, Barbara Brejon a su mener à bien, en sept années, cette entreprise redoutable par bien des aspects. Elle requérait en effet des connaissances de haut niveau dans le domaine du dessin et une grande familiarité avec l’estampe et des graveurs complètement inconnus, dont l’activité s’éclaire désormais grâce à des dessins jusqu’alors en quête d’attribution. Je suis heureuse aujourd’hui de saluer ce travail de longue haleine et d’en souligner tous les mérites, parmi lesquels, et ce n’est pas le moindre, celui de faire progresser considérablement la connaissance scientifique et de décrire des collections en grande partie inédites, mission essentielle des institutions publiques.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search