Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conceptualisation statistique du champ de la culture

 | 
Valérie Deroin

Avant-propos

Jean-François Chaintreau

Texte intégral

1Depuis 1997, Eurostat, l'Office statistique de l’Union européenne, a initié plusieurs travaux sur les statistiques culturelles dans lesquels le ministère de la Culture et de la Communication (DEPS) s’est impliqué : au sein du Leadership group (LEG) de 1997 à 2004, dans la mise en place en 2002 du réseau sur les statistiques européennes des musées (EGMUS), par la réalisation du premier ouvrage sur les statistiques culturelles européennes en 2007.

2Pour améliorer la connaissance des secteurs culturels et répondre aux demandes croissantes de données comparables au niveau européen en particulier dans le cadre de stratégies telle Europe 2020, le réseau ESSnet « Statistiques culturelles », financé par la Commission européenne, a été créé en septembre 2009 pour une période de deux ans sur l’initiative d’Eurostat, et sa coordination a été confiée au ministère luxembourgeois de la Culture. Quatre groupes ont été institués pour travailler sur la mise à jour du champ culturel, sur les indicateurs économiques et la mesure de l’emploi, le financement et les dépenses culturels et sur la mesure des pratiques culturelles et de la participation sociale à la culture. Le DEPS a partagé son expertise nationale au sein du projet ESSnet en animant et présidant le premier groupe de travail, consacré à la définition du champ de la culture et en participant activement aux trois autres groupes animés par la République tchèque, l’Estonie et les Pays-Bas. En prenant en charge le travail préalable de conceptualisation du champ de la culture au moment de débats importants autour de notions fragmentant la culture (industries créatives, approches holistiques autour du numérique, des télécommunications, de l’immatériel, etc.), le DEPS a cherché à faire valoir un système reconnu par l’Union européenne qui puisse s’emboîter sur les nomenclatures statistiques nationales.

3La mise en œuvre de ce cadre statistique doit permettre de disposer de données fiables, comparables et régulières afin que puissent être initiées des études d’ordre économique et social capables de mesurer la contribution du secteur culturel en termes de croissance, d’emploi et d’inclusion sociale. Dans un environnement mondial, les secteurs culturels acquièrent ainsi une visibilité et permettent à chaque pays de se situer dans l’ensemble de l’Union européenne.

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2011

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access