Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Longue traîne : levier numérique de la diversité culturelle ?

 | 
Pierre-Jean Benghozi
, 
Françoise Benhamou

Avant-propos

Philippe Chantepie

Texte intégral

1Le format et les réseaux numériques bousculent l’économie des industries culturelles : du consommateur aux éditeurs et producteurs, voire aux créateurs, en déstabilisant d’abord le segment de la distribution. Le commerce en ligne de biens culturels physiques et la distribution numérique de biens culturels numérisés (musique et vidéo) changent la donne économique et culturelle. La réduction des coûts de stockage et l’extension de la mise à disposition d’œuvres favoriseraient le glissement d’une économie de star- system, économie d’aléas concentrant l’attention et les résultats sur des hits ou best-sellers, à une économie de la diversité où la pluralité des goûts s’apparierait à une diversité accrue des offres.

2Telle est la promesse de l’hypothèse de la long tail (longue traîne) sur laquelle des industries culturelles s’interrogent et de nouveaux entrants fondent leurs modèles. Il était nécessaire de chercher à vérifier l’une des hypothèses les plus débattues et potentiellement féconde de l’économie numérique.

  • 1 Philippe CHANTEPIE, Alain LE DIBERDER, Révolution numérique des industries culturelles, Paris, La D (...)

3Les résultats de ces recherches empiriques, les premières en France, sont contrastés. Des effets de diversité sont bien repérables, sans que la viabilité à moyen terme de modèles d’affaires fondés sur cette hypothèse soit avérée. Ces effets pourraient ne tenir qu’à la dématérialisation et iraient alors de soi, conséquences d’un élargissement de l’offre disponible. Sur- tout, ils ne contredisent pas un renforcement du star-system, le numérique travaillant parallèlement à une meilleure gestion des catalogues, notamment des productions de niches1.

4L’hypothèse de longue traîne, sa consistance, ses conséquences, ses liens avec les modes de prescription méritent approfondissement. Au centre de modèles d’affaires d’infomédiaires et distributeurs, cette perspective concerne autant les industries culturelles d’édition que les services de médias audiovisuels, mais aussi les musées, les monuments et les festivals, par ses implications sur les modes d’information et de prescription en ligne, tout autant que les stratégies de numérisation et de valorisation des données publiques culturelles.

Notes

1 Philippe CHANTEPIE, Alain LE DIBERDER, Révolution numérique des industries culturelles, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2005, p. 6-53.

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2008

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access