Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la prospective culturelle

 | 
Augustin Girard

Une dynamique pour l’avenir

Paru en 1993 dans Trente ans d’études au service de la vie culturelle

Note de l’éditeur

8 mars 1993 : la manifestation organisée à l’occasion de son départ à la retraite permet à Augustin Girard de rendre hommage aux « camarades de combat » qui l’ont accompagné au cours des trente années qu’il a passées à la tête de son service. C’est aussi le moment de souligner l’évolution trentenaire de la société et de revenir sur les conditions d’exercice de la recherche au sein d’une administration comme sur quelques convictions.

Texte intégral

1[…] Les idées avancées par le Département dans les années 1960, qui étaient issues des mouvements de l’Éducation populaire et de l’idéologie de la planification, de la croyance en un possible progrès économique et social, ont été bouleversées par la technologie. C’est aujourd’hui la technique qui guide le monde, qui guide les armes, qui guide les sociétés par la communication, qui fait la force toute-puissante des marchands. Or, la technologie a beaucoup changé depuis 1960, depuis la création du ministère.

2Depuis trente ans, les moyens d’accès aux œuvres […] et même les formes artistiques elles-mêmes, les formes de la création ont été changées par la technique. C’est la technique qui a mêlé de façon inextricable le simple divertissement, l’entertainment dont on nous rebat les oreilles, et les œuvres de culture. La technique a bouleversé l’ampleur de l’emploi du temps et les moyens de le remplir, ce temps de loisir que Joffre Dumazedier avait espéré valoriser comme un temps de culture et de développement. Et la fin de notre siècle, les années qui passent en accéléré devant nos yeux, se caractérisent par une large confusion des valeurs et des modes de pratiques. Cette confusion bouscule les institutions et les hiérarchies, ainsi que les modes d’adhésion des individus, et les fidélités qu’avaient naguère les populations. Paul Yonnet parle d’une « consommation individuelle de masse » – le terme est excellent – qui multiplie les libertés, certes, les légitimités aussi, et les occasions d’accès d’une population de toutes classes et de tous âges, au-delà des discriminations classiques. Le monde de la culture est devenu un vaste self-service, comme l’est le monde politique, comme l’est aussi le monde religieux, où les valeurs, sans disparaître peut-être, sont de plus en plus difficiles à repérer.

3Alors on peut se demander, devant des formes nouvelles de création, devant des formes nouvelles d’accès, on doit se demander au nom de quoi les pouvoirs publics seraient désormais sommés d’intervenir. Je crains que la question ne se pose très vite, dès les arbitrages budgétaires qui sont proches.

4[…] Je ne pense pas que le ministère puisse faire l’économie de cette réflexion, d’autant plus qu’il veut avancer clairement sur la voie de l’évaluation et donc établir des critères. Or, pas de critères sans finalités, sans objectifs explicites, et il faudra bien hiérarchiser à nouveau les stratégies de développement que va mener la puissance publique, et notamment l’État.

5[…] Il faut savoir que toute étude est un prototype original, où la probabilité d’échouer est plus grande que la probabilité de réussir. Et que, loin d’être une routine administrative, l’administration de la recherche – car nous sommes tous mi-chercheurs, mi-administrateurs de recherche – est un exercice de corde raide. Quand nous gérons des crédits d’État, dont nous sommes comptables, nous avons parfois la peur au ventre, et partager la peur dans un combat, c’est aussi ce qui soude une équipe. Le combat était d’abord dans la lutte contre les idées préconçues et les clichés erronés. Mais le combat était aussi une lutte contre des structures administratives incroyablement vétustes […] gravement inadaptées à l’invention, et qui semblent avoir principalement pour objet de mettre des bâtons dans les roues d’un bout à l’autre du travail, depuis la conception des travaux jusqu’à la publication et la promotion des résultats. Il nous fallait « utiliser » ces structures, mais avec beaucoup de ruse et parfois de l’audace, parfois même les contourner jusqu’aux limites de la légalité. Sans jamais cependant tromper, je le souligne ici, le contrôleur financier […].

6[Cette manifestation] est donc pour moi l’occasion presque solennelle, si je puis dire, d’exprimer ma reconnaissance à mes camarades de combat pour toutes ces heures anxieuses et toutes ces heures joyeuses de succès vécues en commun. On riait souvent, et les sourires de connivence que nous échangions parfois aux détours d’un couloir étaient délicieux.

7[…] Je remercierai dans le même mouvement tous ceux qui ont formé la première « doctrine », bien que je n’aime pas ce mot qui évoque des dogmes, je dirai plutôt la première éthique professionnelle du Département. En tout premier, je citerai Bernard Anthonioz […] C’est à lui que je dois cette farce originelle de m’avoir fait venir à la première Commission culturelle du Plan, alors que ma seule « compétence » était mon jeune âge. Mais c’est surtout lui qui a donné le modèle de ce que peut être la relation entre l’État et l’artiste vivant, c’est-à-dire une relation faite tout entière de respect et d’humilité fraternelle.

8Une autre grande source d’inspiration pour le Service a été « Peuple et Culture ». Il y avait Joseph Rovan, toujours si brillant; il y avait surtout Joffre Dumazedier, qui a été pour moi un maître de recherche au sens plein du terme […] Il avait inventé ce qu’on appelle aujourd’hui, un peu prétentieusement, le paradigme du « développement culturel », avec tous les concepts qu’il décline. C’est lui aussi, et « Peuple et Culture », qui m’ont transmis l’héritage du Conseil national de la Résistance en matière culturelle, que je vous conseille de relire, et aussi les très beaux espoirs qu’avaient formulés, écrits et commencé de mettre en œuvre Jean Zay et Léo Lagrange. Nous n’ignorons pas l’héritage, encore plus ancien, de Marc Sangnier et du « Sillon », où j’ai redécouvert par hasard le militantisme de mon propre père, dans les années 1900 […] Il y avait une vie associative extrêmement riche à cette époque, qui nous a beaucoup nourris. Il y avait « La Vie nouvelle », avec Jean Lestavel, « Citoyens 60 », avec Jacques Delors […] Il y avait Pierre Belleville […], avec les Centres de culture ouvrière, où j’ai travaillé avec un jeune inspecteur des finances qui allait expliquer l’économie le soir dans des usines de banlieue et qui s’appelait Michel Rocard. Dans tout ce foisonnement associatif, il régnait encore la personnalité d’Emmanuel Mounier, du personnalisme, de la revue Esprit, que conduisait Jean-Marie Domenach, et qui est resté, quel que soit le renouveau, une revue qui nous importe beaucoup et qui nous forme.

9Je dis cela pour bien faire sentir à ceux qui prennent la relève, en pleine « ère du vide », comme on dit, et de la « consommation individuelle de masse », que la venue au monde du Service s’est faite en une époque forte d’espoir et extrêmement volontariste. Leur tâche à eux sera d’autant plus difficile et d’autant plus nécessaire que cette ère-ci est gravement incertaine.

10[…] Notre réunion […] s’inscrit dans une histoire et dans un esprit qui n’est peut-être pas autre que ce mystérieux et toujours présent « fil de l’esprit » qui passe quelque part entre nous ou tout proche de nous […] Et, à force d’avoir avec nous tous ces amis que parcourait le fil de l’esprit, nous avons senti se tresser une corde, et c’est cette corde qui nous a soutenus contre l’indifférence des puissants. Elle nous soutiendra et nous soutient toujours. Beaucoup d’entre vous, j’en suis sûr, […] auraient parlé ce langage que je viens de tenir, qui est le seul langage de la culture qui nous intéresse, tous comptes faits : « Une culture qui ne serait pas une insurrection permanente de l’esprit ne serait qu’une industrie de plus », a dit Domenach.

Quelques « camarades de combat »

11Bernard Anthonioz (1921-1994), résistant, éditeur, ami d’André Malraux, a participé à la création du ministère des Affaires culturelles en 1959. Chef du Service de la création artistique de 1962 à 1979, il est l’un des principaux artisans de la politique nationale menée en faveur de l’art contemporain.

12Pierre Belleville, militant de l’éducation populaire, promoteur des « Centres de culture ouvrière », auteur du rapport « Pour la culture dans l’entreprise » remis en 1982 à Jack Lang, ministre de la Culture.

13Yves Brunsvick (1921-1999), ministre plénipotentiaire, secrétaire général de la Commission française pour l’UNESCO, président d’honneur du Conseil du bureau international d’éducation.

14Jean-Louis Crémieux-Brilhac (né en 1917), résistant, directeur de la revue L’Expansion de la recherche scientifique, cofondateur et premier directeur de la Documentation française.

15Joffre Dumazedier (1915-2002) : voir page 3 (encadré « La civilisation du loisir »).

16Pierre Moinot (1920-2007), collaborateur d’André Malraux dès 1959, démissionne en 1962 en raison de la faiblesse des crédits alloués à la politique culturelle. Rappelé par Malraux en 1966, il est jusqu’en 1969 directeur général des arts et des lettres puis prend, dans les années 1970 et 1980, une part active à la politique audiovisuelle. Également romancier et scénariste, il a été élu à l’Académie française en 1982.

17Joseph Rovan (1918-2004), militant de l’éducation populaire, cofondateur, avec Joffre Dumazedier, de « Peuple et Culture ».

18Je voudrais terminer par une dernière citation […] c’est celle d’un ministre de la Culture camerounais qui a dit ceci, dans cette salle : « Pour nous, Africains, la culture est inséparable de la vie réelle du peuple : c’est elle qui définit sa dignité, son enracinement historique et son dynamisme face à l’avenir. » Alors, dynamisme face à l’avenir […] je vous remercie d’avoir été si étonnamment nombreux ce soir à témoigner à la relève de votre conviction que la culture est à la fois le moyen et la fin ultime du développement de nos sociétés, ainsi que la dignité de ce que Robert Antelme a appelé, au retour de Dachau, d’un drôle de nom : « l’espèce humaine ».

Bibliographie

Ce texte figure en conclusion (p. 89-99) de l’ouvrage intitulé Trente ans d’études au service de la vie culturelle publié en juillet 1993, quelques mois après la table ronde organisée, le 8 mars 1993, à l’occasion du départ à la retraite d’Augustin Girard; non commercialisé, cet ouvrage a été réalisé avec le concours du ministère de la Culture et de la Francophonie et de la Documentation française (document disponible auprès du Comité d’histoire).

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access