Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la prospective culturelle

 | 
Augustin Girard

Trente ans après

Paru en 1992 dans Rapport d’activité du DEP, 1989-1992

Note de l’éditeur

Rédigé au moment où Augustin Girard s’apprête à quitter le service qu’il a créé trois décennies auparavant, ce texte est autant un rapport d’activité qu’une forme de « testament professionnel ». S’il souligne le « problème de temporalité » existant entre le temps du chercheur et celui du décideur, il insiste sur la nouvelle « ardente obligation » que représente l’évaluation pour toute politique publique et appelle de ses vœux une « problématique nouvelle » à même de répondre aux enjeux culturels de la fin du XXe siècle.

Texte intégral

1Si le présent rapport d’activité porte sur trois années, il coïncide avec le trentenaire du Département, et avec le renouvellement du responsable du Département. Ces deux faits incitent et autorisent peut-être ce dernier à s’interroger, à titre personnel désormais, sur le chemin qu’il semble aujourd’hui nécessaire de parcourir.

L’impératif d’un meilleur partage des résultats

2Le premier impératif est de faire mieux partager les résultats de la recherche. Ce partage comprend deux temps : d’abord, la publication des travaux, ensuite, la réception par les destinataires. […]

3Cette valorisation première est toujours menacée, déjà par le chercheur, s’il n’intègre pas le souci du partage de ses découvertes, puis par l’administration, qui ne comprend pas que la vulgarisation requiert des talents exceptionnels, qui n’existent pas chez elle, et donc l’existence de vulgarisateurs permanents spécifiques.

4Les publications […] ne suffisent pourtant pas pour que les résultats des travaux soient lus et utilisés par les décideurs […] On s’aperçoit qu’elles ont « informé » au sens fort, c’est-à-dire proposé des concepts organisateurs, des chiffres, des états des lieux, des évaluations à un milieu bigarré et osmotique de deux à trois milliers d’acteurs du domaine culturel […], plutôt que provoqué, dans le délai minimum, des stratégies nouvelles dans les directions concernées. On touche là à un problème structurel, qui n’est pas propre au ministère de la Culture, ni même à la haute administration dans son ensemble et a fortiori à la sphère politique. Il y a paradoxalement comme une antinomie entre l’aide à la décision et la décision. Cette antinomie tient essentiellement à un phénomène de temporalité. Les commandes d’étude naissent généralement de situations de crise, mais cette crise, le ministre et le directeur s’emploient aussitôt à la gérer dans l’immédiat, le ministre avec son instinct politique, le directeur avec sa panoplie de mesures budgétaires […], tandis que le chercheur vise à cerner les fondements de la crise, à mettre en place une méthodologie spécifique pour l’observation – or, toute étude est un prototype – et finit après dix-huit mois par découvrir en profondeur des voies durables de sortie de crise, touchant naturellement le moyen et le long terme. Si la crise dure encore au moment de la sortie de l’étude, l’étude est utile pour que l’appareil de décision définisse déjà quelques mesures pratiques […].

5La temporalité de la planification à moyen terme convient beaucoup mieux à l’utilisation des études. Et de fait, c’est la demande du Commissariat général du Plan, avec ses temps forts tous les cinq ans, qui a été la meilleure occasion d’interroger les études et recherches pour faire surgir des stratégies culturelles nouvelles. Le souci de planification à moyen terme est resté généralement faible chez les dirigeants du ministère. Fort rares ont été, en trente ans, les réunions de directeurs ou les séminaires de cabinet qui ont négligé les urgences pendant une journée pour parler objectifs généraux, priorités, grands équilibres, révision de fond des voies et moyens. Il manque un lieu auprès du ministère, où s’effectuerait ce travail permanent. Il n’existe pas non plus auprès du Parlement, dont les débats restent étonnamment pauvres et peu suivis […].

Afficher un objectif fédérateur : l’évaluation

6La planification étant passée de mode […], la France a découvert aux États-Unis le concept plus pragmatique, moins rationalisateur et très riche, de l’« évaluation ». Qu’il s’agisse d’évaluation ex post (après un programme), instantanée (états des lieux) ou ex ante (avant un programme), qu’il s’agisse d’opérations ponctuelles, de politiques sectorielles ou de stratégies culturelles globales au niveau local ou au niveau national, la plupart des études socio-économiques, nourries en amont par les résultats de la recherche, s’insèrent naturellement dans ces processus. Les méthodes varient selon les différents types d’évaluation recherchés, mais elles sont déjà rodées.

7En créant auprès de lui un comité scientifique de l’évaluation, le premier ministre Rocard a institué une sorte de comité des méthodes pour cette « ardente obligation » nouvelle, qu’il souhaitait voir se diffuser dans l’État […].

Faire émerger une problématique nouvelle

8Les méthodes de l’évaluation des politiques publiques ont toutes en commun de requérir une élucidation explicite des objectifs. Sans objectifs clairs, pas de critères d’évaluation. Or, en matière de culture, ces objectifs sont flous : quelles formes d’art souhaite-t-on privilégier et pourquoi? Quels publics vise-t-on? Quels processus d’apprentissage entend-on enclencher? Quelles fonctions – création, diffusion, sensibilisation, formation, conservation du patrimoine – vise-t-on pour telle ou telle opération, pour telle ou telle période donnée, pour tel ou tel niveau géographique?

9Or, tous ces objectifs « instrumentaux » ne peuvent pas ne pas se référer à une problématique culturelle d’ensemble bien explicitée. Implicites, ces objectifs l’ont été, comme le rappellent les décrets d’attributions constitutifs des ministères successifs : « l’accès du plus grand nombre aux œuvres de l’art et de l’esprit », « le soutien à la création et à sa liberté », « la conservation du patrimoine ». Mais ces missions restent aussi vagues que l’ancien « informer, distraire et cultiver » de la radio-télévision française.

10En amont des objectifs, il y a des finalités générales qu’il faut expliciter. En Suède, par exemple, ces finalités sont clairement sociales. En France, on a plutôt fonctionné sur la doctrine de la « démocratisation de la culture », par homothétie avec la démocratisation de l’éducation, ou sur celle du « développement culturel », par analogie avec le développement économique et le développement social. Or, l’accès à l’art et à la culture ne fonctionne pas comme l’accès à l’éducation, laquelle est obligatoire et nécessairement universaliste. Le développement culturel, à la fois de l’individu et de la société, ne correspond pas à une demande très forte, comme par exemple le développement des prestations sociales. Ces deux idéologies de la démocratisation et du développement, héritières du Front populaire et de la Résistance par l’intermédiaire des mouvements d’éducation populaire, pour la première, et de la croyance au développement dans les années soixante, pour la seconde, ont été quelque peu démenties par l’expérience des trente dernières années. La technologie ayant changé les moyens d’accès aux œuvres, et même les formes artistiques, ayant mêlé de façon inextricable simple divertissement et culture, bouleversé enfin l’ampleur et l’emploi du temps de loisir, la fin du siècle se caractérise par une large confusion des valeurs et des modes de pratiques, bousculant les institutions et les hiérarchies établies ainsi que les modes d’adhésion de la population qu’elles entraînaient. La consommation individuelle de masse ayant multiplié les libertés, les légitimités et les occasions d’accès d’une large population de tous âges, le monde de la culture est devenu un vaste selfservice où les valeurs ne disparaissent pas peut-être, mais sont sans doute plus difficiles à trouver.

11Au nom de quoi, devant ces formes nouvelles d’accès et de création, les pouvoirs publics seraient-ils sommés d’intervenir? Comment pourraient s’articuler des finalités, à redéfinir, avec des objectifs instrumentaux, à afficher, et des modalités de travail, à réinventer? C’est cet ensemble que nous appelons une problématique nouvelle du développement culturel et que nous estimons une priorité du ministère en cette fin de siècle. Il ne saurait en faire l’économie s’il veut avancer clairement sur la voie de l’évaluation et hiérarchiser les stratégies nouvelles de développement qui en découleront.

12La méthode pour élaborer cette problématique et réinventer en continu n’est pas de convoquer dans quelque raout spectaculaire le Gotha de l’intelligentsia parisienne et de laisser chacun développer son obsession personnelle du moment. Il faut, par un travail étalé sur plus d’un an, et chaque année repris, confronter de façon disciplinée la frustration, le scandale, l’étonnement des artistes, des philosophes, des essayistes, des anthropologues ou des hommes de religion, d’une part, avec les observations à plat que des praticiens, professionnels et élus, qui ont exploré les alternatives de l’action, des sociologues, des économistes, des technologues et des historiens peuvent pragmatiquement avancer sur les pratiques et les goûts, les enchaînements industriels et commerciaux, les priorités sociales d’autre part. La vision nouvelle n’émergera pas des pirouettes polémiques naturellement chères aux intellectuels, mais d’un travail empirique au sens où tout travail scientifique suppose de confronter dans l’obstination des hypothèses successives à des réalités. Il serait important que le Département des études et de la prospective contribue à cette vaste et patiente tâche, par ses crédits, avec son réseau, et grâce aux femmes et aux hommes dont la passion est ici présentée.

Bibliographie

Initialement paru sous forme d’« avant-propos » au Rapport d’activité du DEP, 1989-1992, Paris, Ministère de la Culture, DEP [1993], ce texte a été repris, sous le titre Trente ans après, dans l’ouvrage intitulé Trente ans d’études au service de la vie culturelle publié en juillet 1993, quelques mois après la table ronde organisée, le 8 mars 1993, à l’occasion du départ à la retraite d’Augustin Girard; figurant p. 112-119, il constitue l’annexe 2 de ce document – non commercialisé – réalisé avec le concours du ministère de la Culture et de la Francophonie et de la Documentation française (document disponible auprès du Comité d’histoire).

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access