Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Modèles économiques d’un marché naissant : le livre numérique

 | 
Françoise Benhamou
, 
Olivia Guillon

Avant-propos

Philippe Chantepie

Full text

1Le « livre numérique ». L’expression est commode pour rappeler une réalité presque ancienne, décrire des marchés naissants, concentrer les stratégies des acteurs nationaux de l’industrie de l’édition et de sa distribution, appeler l’attention plus récente des politiques publiques, s’épanouir avec les nouveautés techniques d’accès au texte numérique. Le livre numérique recouvre une réalité présente très incertaine, a fortiori du futur, tant il est probable que le livre numérique ne sera pas le livre numérique : hypermédia plutôt que livre, tantôt ouvert, tantôt fermé, homothétique du papier ou très différent, non plus seulement au prix unitaire mais forfaitaire ou d’abonnement par son paiement, lu différemment par des publics à la fois classiques et nouveaux, fragiles dans les deux cas, affaire de nouveaux libraires – à côté ou à la place des anciens –, ou d’infomédiaires- bibliothécaires ?

2Dans ce contexte, une photographie du livre numérique en 2010 n’était pas inutile. Elle procède d’une analyse de l’économie de marchés émergents en France, mais aussi aux États-Unis, au Canada, au Japon, et en Allemagne. Elle dénote certaines forces industrielles et techniques à l’œuvre − générales ou spécifiques à l’édition de livre −, les migrations possibles des chaînes de valeur, les basculements qu’ont connus peu ou prou d’autres secteurs de l’édition (musique enregistrée, vidéo, presse). À partir de ces éléments, de ce point de vue essentiellement issu de l’analyse des acteurs de l’édition française, il est possible − avec prudence − d’inférer quelques futurs possibles d’un « livre numérique » pour que chaque acteur, l’État compris, puisse y jouer un rôle.

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0