Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’insertion professionnelle des diplômés des établissements supérieurs de la culture

 | 
Eric Cléron

L’insertion professionnelle des diplômés des établissements supérieurs de la culture

Professional integration of graduates from cultural higher education establishments

Texte intégral

  • 1 Voir la définition du champ de l’enquête en annexes.

1Environ 5 500 personnes ont obtenu en 2004 un diplôme d’un établissement supérieur artistique et culturel relevant du ministère de la Culture et de la Communication1 : 50 % sont diplômés en arts plastiques, 27 % en architecture, 18 % sont diplômés du spectacle (musique, danse, théâtre, spectacles et cinéma) et 5 % dans le domaine du patrimoine et des musées. Il s’agit de diplômes d’écoles supérieures et non d’université, de niveau bac + 3 ou plus.

  • 2 Voir la description des enquêtes Génération du Cereq, page 10.
  • 3 Dans la suite du document, les diplômés d’un établissement d’enseignement supérieur relevant du min (...)

2En complément de l’enquête Génération2 qu’il mène à intervalle régulier depuis 1992, le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Cereq) a étudié, à la demande du ministère de la Culture et de la Communication, l’insertion professionnelle des diplômés d’établissements d’enseignement supérieur artistique et culturel relevant du ministère de la Culture et de la Communication3au cours des trois premières années sur le marché du travail : délai d’obtention du premier emploi, rapport entre celui-ci et la qualification, situation d’emploi trois ans après l’obtention du diplôme, et, enfin, événements survenus en cours d’insertion.

3Les résultats montrent que les diplômes de la culture sanctionnent, d’une façon générale, des formations professionnalisantes : le premier emploi est obtenu rapidement (un an ou moins) et il est très souvent en rapport avec la formation et la qualification des diplômés. Trois ans plus tard, le constat est confirmé et l’emploi est souvent stabilisé. Selon les filières, les résultats varient toutefois : si les diplômés de l’architecture s’insèrent mieux sur le marché de l’emploi, l’accès à un emploi stable est moins aisé pour les diplômés des arts plastiques.

Des filières professionnalisantes à court terme

Un accès rapide au premier emploi

4La génération 2004 des diplômés de la culture a fait ses premiers pas dans la vie active dans une conjoncture peu porteuse. Entre 2004 et 2006, le chômage a légèrement augmenté de 8,7 % à 9,2 % pour ensuite diminuer jusqu’à 7,3 % de la population active. Presque tous ont obtenu un emploi au cours de leurs trois premières années sur le marché du travail : seuls 6 % n’ont jamais travaillé au cours de cette période, et parmi ces 6 %, environ un individu sur trois n’a pas connu de période de chômage, étant principalement en inactivité. L’obtention de ce premier emploi a été rapide : 90 % l’ont trouvé au cours de l’année qui a suivi l’obtention de leur diplôme (graphique 1). Le temps d’accès médian à ce premier emploi est de 2 mois.

5Quelques différences apparaissent suivant le domaine de formation : si 98 % des diplômés en architecture ayant eu un emploi l’ont obtenu en un an ou moins, ce n’est le cas que pour 84 % des diplômés des arts plastiques.

Un premier emploi en lien avec la formation reçue4

  • 4 Un emploi est en lien avec le diplôme si le domaine d’activité de l’emploi correspond à la formatio (...)

6Quatre diplômés sur cinq ont trouvé leur premier emploi dans le domaine de leur diplôme (tableau 1). la situation varie cependant selon la filière. Ainsi, plus de neuf diplômés sur dix de l’architecture ou du spectacle ont commencé par travailler dans leur domaine, alors que c’est le cas pour environ sept diplômés sur dix des arts plastiques ou des musées et patrimoine. Pour autant, une partie des emplois exercés hors du champ d’application du diplôme se situe cependant dans le champ culturel. C’est notamment le cas pour les diplômés des arts plastiques, dont une partie d’entre eux trouve un premier emploi dans le spectacle vivant.

Graphique 1 – Temps d’accès au premier emploi des diplômés de la culture en 2004

Graphique 1 – Temps d’accès au premier emploi des diplômés de la culture en 2004

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Tableau 1 – Domaine du premier emploi des diplômés de la culture en 2004 (en %)

Tableau 1 – Domaine du premier emploi des diplômés de la culture en 2004 (en %)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Correspondance entre le niveau du diplôme et la qualification du premier emploi occupé

  • 5 Le déclassement désigne ici un niveau de formation requis pour l’emploi inférieur au niveau de form (...)

7La comparaison entre le niveau de formation requis pour l’emploi occupé et le niveau de diplôme est l’un des indicateurs du lien entre diplôme et emploi. 78 % des emplois occupés sont d’un niveau au moins égal à profession intermédiaire (tableau 2). D’une façon générale, le déclassement5 est assez faible. De plus, les emplois concernés par le déclassement sont essentiellement des emplois sans lien avec le diplôme. Ainsi, seul environ un emploi déclassé sur cinq est un emploi en lien avec le diplôme.

Tableau 2 – Niveau du premier emploi (en %)

Tableau 2 – Niveau du premier emploi (en %)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Tableau 3 – Domaine de l’emploi à la date de l’enquête (en %)

Tableau 3 – Domaine de l’emploi à la date de l’enquête (en %)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

8Les diplômés de la filière spectacle semblent protégés du déclassement dans le cadre de leur premier emploi : respectivement 86 % et 94 %, selon le niveau de diplôme, ont un emploi dont la qualification correspond à leur niveau de diplôme. C’est le cas pour 59 % seulement des diplômés des arts plastiques, 58 % pour ceux des musées et patrimoine. Enfin, on observe que la moitié des diplômés de l’architecture commence avec un emploi de niveau profession intermédiaire (pour la plupart, des postes d’assistant d’architecte). 85 % des diplômés de la culture occupent un emploi en rapport avec leur formation trois ans plus tard

9L’observation sur la correspondance entre domaine et niveau de formation et emploi est confirmée trois ans plus tard. Plus de huit diplômés sur dix ont un emploi en rapport avec leur formation à la date de l’enquête. Quelle que soit la filière, ils sont au moins les trois quarts à être dans ce cas (tableau 3).

10Par rapport au premier emploi obtenu après leur entrée sur le marché du travail, on observe une augmentation importante (+ 10 points) de l’emploi en lien avec le diplôme pour les diplômés des arts plastiques. Parmi les diplômés ayant un emploi sans lien avec le diplôme, une partie travaille dans le secteur culturel, notamment dans le spectacle vivant, où ils sont éclairagistes ou monteurs audiovisuels par exemple.

Amplitude et pérennité de l’emploi selon les filières artistiques

Le premier emploi est de longue durée lorsqu’il correspond à la filière de formation

11La moitié des diplômés de la culture a eu un premier emploi d’une durée de 18 mois ou plus (tableau 4), soit environ 50 % du temps total (les trois années au cours desquelles l’insertion est étudiée). La durée d’emploi est directement corrélée à la correspondance de l’emploi avec la filière de formation : dans le cas d’un emploi en rapport avec le diplôme, la durée médiane d’occupation de cet emploi est de 24 mois, alors qu’elle n’est plus que de 9 mois dans le cas d’un emploi sans rapport avec la formation. Cela montre la probable volonté de s’insérer dans un emploi en rapport avec le domaine de formation, les diplômés restant, à l’inverse, peu de temps dans des emplois sans lien avec leur diplôme.

12La durée moyenne du premier emploi varie cependant fortement suivant la filière : de 24 mois pour les diplômés du spectacle à 14 mois pour ceux des musées et patrimoines (tableau 5). Enfin, on observe que 43 % des diplômés occupent toujours ce premier emploi à la date de l’enquête, soit trois ans après leur entrée sur le marché de l’emploi.

Plus de la moitié de CDD pour le premier emploi quelle que soit la filière

13Plus de la moitié des diplômés sont embauchés pour une durée déterminée (contrat en CDD) pour leur premier emploi (tableau 6), et ceci quelle que soit la filière. C’est cependant beaucoup moins que l’ensemble de leur génération : 69 % des diplômés en 2004 toutes filières confondues ont commencé en CDD, et 19 % en intérim. Seul un diplômé sur cinq a obtenu un contrat à durée indéterminé pour son premier emploi (que cet emploi soit en lien avec le diplôme ou non).

14On observe l’importance de l’indépendance (16 % de l’ensemble), en particulier dans les filières des arts plastiques et de l’architecture : les diplômés des arts plastiques, avec plus de travailleurs indépendants que de CDI (respectivement 22 % et 19 %) et les diplômés de l’architecture avec 14 % dans ce cas.

15La part de contrats à durée déterminée pour un premier emploi est particulièrement importante parmi les diplômés du spectacle, ce qui peut s’expliquer par l’importance de l’intermittence parmi les emplois dans le secteur du spectacle. Ces contrats à durée déterminée sont cependant de durée assez longue, plus de la moitié d’entre eux durant 31 mois ou plus à la date de l’enquête (il s’agit de cas de CDD reconduits, comptés cependant comme étant encore le premier emploi).

16À l’inverse, le CDI n’est pas pour autant gage de durée. Ainsi, parmi les diplômés, 20 % ont obtenu leur premier emploi dans le cadre d’un CDI mais ont depuis quitté cet emploi. Parmi ces individus, on observe que 38 % avaient un emploi sans lien direct avec leur diplôme contre 20 % de ceux pour qui ce premier CDI est encore leur emploi à la date de l’enquête. Malgré tout, le fait de quitter un emploi en CDI n’est pas rédhibitoire quant à la suite de l’insertion. En effet, 85 % de ces individus sont en situation d’emploi à la date de l’enquête, contre 9 % au chômage.

Tableau 4 – Durée du premier emploi (en mois)

Tableau 4 – Durée du premier emploi (en mois)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Tableau 5 – Durée du premier emploi selon la filière

Tableau 5 – Durée du premier emploi selon la filière

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Tableau 6 – Statut d’emploi du premier contrat (en %)

Tableau 6 – Statut d’emploi du premier contrat (en %)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Des emplois à temps complet pour la filière architecture, donc des revenus plus importants

17Pour les deux tiers des diplômés, le premier emploi est un emploi à temps complet (tableau 7), soit une proportion inférieure à celle de l’ensemble des diplômés de la génération 2004 (80 % commencent par un emploi à temps complet). Ce sont les diplômés du spectacle qui sont le plus touchés par le temps partiel (57 % d’entre eux). Là encore, l’importance de l’intermittence dans ce secteur explique pour partie ce phénomène. Cette forte proportion des emplois occupés à temps partiel est l’une des principales caractéristiques des diplômés de la culture.

18Conséquence du nombre de diplômés employés à temps complet, la moitié des diplômés de l’architecture ont débuté leur premier emploi avec un salaire mensuel net supérieur à 1 500 euros, alors que pour les autres filières le salaire médian se situe entre 1 000 et 1 100 euros. Globalement, le salaire médian des diplômés de la culture dans leur premier emploi est plus élevé de 100 euros que pour l’ensemble de la génération 2004.

  • 6 Les travailleurs indépendants sont considérés comme travaillant à temps complet.

19Lorsqu’on retire l’effet du temps partiel6, le salaire net des diplômés du spectacle augmente fortement, passant d’un salaire médian de 1 058 euros à 1 300 euros, et celui des diplômés des arts plastiques, où l’on trouve une forte proportion d’indépendants, de 1 074 euros à 1 200 euros.

20Ainsi, les diplômés de l’architecture connaissent une insertion plus rapide et plus durable que les autres diplômés de la culture, même si pour eux aussi, le recours au contrat à durée déterminée comme premier contrat d’embauche prédomine.

Tableau 7 – Temps de travail du premier emploi et revenu

Tableau 7 – Temps de travail du premier emploi et revenu

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Qualité de l’emploi trois ans après l’obtention du diplôme

Trois ans après l’obtention de leur diplôme, quatre titulaires sur cinq d’un diplôme de la culture ont un emploi

2181 % des diplômés de la culture ont un emploi à la date de l’enquête, trois années après l’obtention de leur diplôme (tableau 8), une proportion supérieure à la moyenne de l’ensemble de la génération 2004 (77 %), et de l’ordre de l’ensemble des diplômés de niveau bac + 3 ou 4. Pour près de la moitié des diplômés (49 %), cet emploi à la date de l’enquête est toujours le premier emploi, en particulier pour les diplômés du spectacle qui sont deux sur trois à occuper, trois plus tard, leur premier emploi.

Un taux de chômage variable selon les filières

22Le taux de chômage est de 12 %, de l’ordre de celui de la génération 2004 (13 %), mais supérieur à celui de l’ensemble des diplômés bac + 4 (10 %). Cependant, l’importance du taux de chômage pour l’ensemble des diplômés de la culture est principalement imputable aux diplômés de la filière arts plastiques, pour lesquels il atteint 20 %. À l’opposé, les diplômés de l’architecture ont un taux de chômage très faible, de l’ordre de 4 %.

23Pour 80 % des chômeurs à la date de l’enquête, il s’agit d’un vrai décrochage de l’emploi, avec un chômage persistant ou récurrent. Enfin, un quart de l’ensemble des demandeurs d’emploi n’a jamais travaillé au cours des trois ans d’insertion.

Correspondance entre le niveau d’emploi et le niveau de diplôme après trois ans d’activité

24Presque un emploi occupé sur deux est de niveau cadres et professions intellectuelles supérieures (tableau 9), soit 90 % des emplois occupés par les diplômés de la culture, professions intermédiaires comprises, trois années après leur entrée sur le marché du travail. À titre de comparaison, c’est le cas pour 80 % des diplômés de niveau bac + 4 et pour 22 % seulement de l’ensemble des emplois.

25Le pourcentage de déclassés selon le critère du diplôme varie de 17 % pour les diplômés de niveaux I et II du spectacle à 34 % pour les diplômés de l’architecture. Mais si l’on croise les deux critères « emploi en lien avec le diplôme » et « niveau de diplôme et niveau de l’emploi », une très forte proportion de diplômés de la culture ont un emploi totalement ajusté à leur formation trois ans après leur sortie du système éducatif. En effet, les emplois sans déclassement sont globalement des emplois en lien avec le diplôme. De ce fait, on observe ainsi, trois ans après leur entrée sur le marché du travail, un taux d’emploi parfaitement ajusté, variant entre environ 57 % et 80 % selon la filière.

Tableau 8 – Situation après trois années d’insertion professionnelle (en %)

Tableau 8 – Situation après trois années d’insertion professionnelle (en %)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Tableau 9 – Niveau de l’emploi à la date de l’enquête (en %)

Tableau 9 – Niveau de l’emploi à la date de l’enquête (en %)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Stabilité de l’emploi trois ans après l’obtention du diplôme : quatre diplômés sur dix sont en CDI et deux sur dix sont indépendants

26Six diplômés de la culture sur dix sont en CDI ou indépendants à la date de l’enquête, parmi les individus en activité (tableau 10). Le contrat à durée indéterminée et le statut de travailleur indépendant sont très répandus parmi les diplômés de l’architecture et ceux des arts plastiques (respectivement 80 % et 66 %). À l’inverse, une forte proportion d’individus travaille en CDD parmi les diplômés du spectacle.

27Si pour les diplômés de l’architecture, il s’agit principalement d’emploi à temps complet (93 %), c’est moins vrai pour les autres filières. Moins d’un diplômé sur deux du spectacle travaille à temps complet à la date de l’enquête. Directement lié à la quotité du temps de travail, le salaire moyen des diplômés de l’architecture est supérieur aux deux autres filières, ce qui reste vrai même si l’on se réfère uniquement aux diplômés à temps complet : l’écart reste conséquent entre les diplômés de l’architecture et ceux des autres filières.

Tableau 10 – Situation à la date de l’enquête

Tableau 10 – Situation à la date de l’enquête

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Des diplômes qui favorisent la mobilité professionnelle

Trois ans d’insertion : un cycle marqué par une première année propice à l’intégration dans la vie active

28Ils ne sont que 6 % à n’avoir jamais travaillé au cours des trois premières années de vie active (même niveau que l’ensemble de la génération 2004, mais plus élevé que pour les diplômés de niveau bac + 3 ou plus, de l’ordre de 3 %). Au cours des trois premières années d’insertion, on observe une forte hausse du nombre d’individus ayant un emploi la première année, plus faible la deuxième année puis une stabilisation au cours de la troisième année (graphique 2).

29Au cours de la première année, la part de diplômés ayant trouvé leur premier emploi passe de la moitié aux trois quarts. L’année suivante, cette proportion s’élève à 79 %, pour se stabiliser à 80 % la troisième année. Parallèlement, la part des diplômés au chômage diminue progressivement pour se stabiliser autour de 12 %.

30Les emplois sont plus stables après trois ans : le nombre d’emplois en CDI augmente, de même que le nombre d’indépendants (tableau 11).

31Avec la stabilité, les premières années apportent aussi une meilleure rémunération : on observe une hausse importante du salaire médian qui peut s’expliquer notamment par l’augmentation du nombre d’emplois à temps complet (+ 5 points sur la période). Cependant, même lorsqu’on retire l’effet de l’augmentation de la part des emplois à temps complet, le phénomène se confirme avec une augmentation du salaire médian qui passe de 1 300 euros à 1 600 euros.

Graphique 2 – Évolution mensuelle de la situation des diplômés de la culture à l’égard de l’emploi au cours des trois ans suivant l’obtention du diplôme

Graphique 2 – Évolution mensuelle de la situation des diplômés de la culture à l’égard de l’emploi au cours des trois ans suivant l’obtention du diplôme

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Tableau 11 – Évolution des contrats pour les individus ayant obtenu leur premier emploi en un an ou moins (en %)

Tableau 11 – Évolution des contrats pour les individus ayant obtenu leur premier emploi en un an ou moins (en %)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Tableau 12 – Changement de situation contractuelle

Tableau 12 – Changement de situation contractuelle

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

La moitié des diplômés ont connu un changement de situation au cours des trois premières années d’insertion

32Entrer sur le marché de l’emploi avec un contrat à durée déterminée n’est pas pénalisant pour la suite de la carrière. On observe que plus de la moitié des individus ayant commencé en CDD ont connu un changement de statut, passant en CDI pour les deux tiers d’entre eux. Une petite partie des individus en CDI lors de la première année sont aujourd’hui indépendants (environ 10 %, voir tableau 12). Enfin, Les indépendants restent fortement indépendants. Seuls 14 % d’entre eux ont changé de statuts, se trouvant pour la plupart en CDI à la date de l’enquête.

Les mobilités dans l’emploi

33Presque un diplômé de la culture sur deux n’a connu qu’un seul employeur (y compris lui-même dans le cas de travailleurs indépendants), près d’un tiers a changé une fois et un peu moins d’un quart plus de deux fois. De ce fait, les diplômés de la culture ont connu une relative stabilité : en moyenne plus de 19 mois par employeur (tableau 13). Les diplômés du spectacle sont, parmi les diplômés de la culture, ceux qui ont été les plus stables au cours de leurs trois premières années, les deux tiers d’entre eux n’ayant connu qu’un employeur au cours des trois premières années.

Tableau 13 – Mobilités au cours des trois premières années d’insertion

Tableau 13 – Mobilités au cours des trois premières années d’insertion

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

Plus du quart des diplômés de la culture ayant un emploi trois ans après leur insertion sont à la recherche d’un nouvel emploi

34Bien qu’ils aient un emploi à la date de l’enquête, une partie des diplômés (28 %) recherche un autre emploi, soit une proportion légèrement supérieure à celle de l’ensemble de la génération 2004 (23 % sont dans ce cas). C’est essentiellement le cas pour les personnes en CDD ou en contrats aidés (contrat d’adaptation, contrat de qualification…) qui sont 45 % à chercher un nouvel emploi. Si seulement 15 % des diplômés de l’architecture sont dans ce cas, environ un tiers des diplômés des autres filières se déclarent à la recherche d’un nouvel emploi. Cette différence entre les diplômés de l’architecture et les autres s’explique par la forte part de contrats à durée indéterminée et de travail indépendant dans cette branche. Enfin, la proportion des diplômés de la filière arts plastiques à occuper un emploi sans lien avec leur diplôme explique aussi ce désir de changer d’emploi

Typologie des emplois des jeunes diplômés de la culture : quatre trajectoires types d’insertion

35Globalement, les diplômés de la culture ont suivi principalement quatre types de trajectoire* :

  • 61 % d’entre eux ont connu un accès rapide et durable à l’emploi (que celui-ci soit en rapport ou non avec leur filière) ;

  • 16 % ont eu un accès différé à l’emploi, que ce soit après une période de chômage, de formation ou d’inactivité (tableau 14).

  • 8 % ont connu un chômage persistant ou récurrent ;

  • 7 % ont connu un décrochage de l’emploi.

36Ces propositions sont d’une façon générale conformes à l’ensemble de la génération 2004.

37Selon la filière, on constate quelques différences importantes. 82 % des diplômés de l’architecture connaissent ainsi entre 2004 et 2007 un accès rapide et durable à l’emploi, alors que ce n’est le cas que pour 46 % des diplômés 2004 des arts plastiques.

Tableau 14 – Description du parcours d’insertion (en %)

Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009

38Ces typologies de parcours ont été élaborées selon la méthode du Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur les ressources humaines et l’emploi (Lirhe) afin de prendre en compte l’intégralité du parcours professionnel des jeunes, au cours des trois années écoulées entre la fin des études et la date d’interrogation. Les trajectoires suivies par chaque jeune ont ainsi été regroupées en fonction de leur proximité : deux jeunes ont des trajectoires d’autant plus proches qu’ils traversent au même moment la même situation ; inversement, ils ont des trajectoires éloignées lorsque le nombre de mois où leur situation diffère est élevé. Neuf trajectoires types ont ainsi été identifiées, regroupées en quatre groupes.

Annexes

Présentation de l’enquête Génération 2004

À la suite des enquêtes Génération 1992, 1998 et 2001, le Cereq a interrogé en 2007 un échantillon des 37 000 personnes issues de formation initiale en 2004. Cette année-là, environ 705 000 personnes sont sorties diplômées du système éducatif, 65 000 ont été interrogées.

À chaque enquête, le Cereq permet à des collectivités publiques (ministères ou collectivités territoriales) d’étendre le champ de l’enquête à une zone géographique ou à un domaine de formation particuliers. À la demande du ministère de la Culture et de la Communication, une extension à l’enquête nationale a donc été réalisée en direction des diplômés des filières culturelles et artistiques et a concerné 1 270 individus.

L’objectif de cette enquête inédite est d’observer l’insertion professionnelle des diplômés des établissements d’enseignement supérieur relevant du ministère de la Culture et de la Communication : elle décrit leur situation mois par mois les trois premières années après l’obtention de leur diplôme en 2004. L’enquête concerne les diplômés des filières suivantes : architecture (uniquement les DPLG), arts plastiques, musées et patrimoine, musique, danse, théâtre, spectacle et cinéma*.

Voir « L’enseignement supérieur Culture », document réalisé par les services du ministère de la Culture et de la Communication, disponible sur www.culture.gouv.fr/culture/infos-pratiques dans la rubrique « formation ».

L’essentiel en quelques chiffres

5 500 diplômés d’un établissement supérieur artistique et culturel relevant du ministère de la Culture et de la Communication.

80 % des diplômés obtiennent un emploi en lien avec leur domaine de formation.

75 % des diplômés trouvent leur emploi au cours de la première année qui suit l’obtention du diplôme.

20 mois : durée moyenne du premier emploi.

65 % des emplois sont à temps complet : 91 % pour la filière architecture, 43 % pour la filière spectacle.

81 % des diplômés travaillent trois ans après l’obtention de leur diplôme.

40 % sont en CDI, 30 % sont en CDD, 22 % ont un statut de travailleur indépendant.

Notes

1 Voir la définition du champ de l’enquête en annexes.

2 Voir la description des enquêtes Génération du Cereq, page 10.

3 Dans la suite du document, les diplômés d’un établissement d’enseignement supérieur relevant du ministère de la Culture et de la Communication sont appelés, par commodité, les diplômés de la culture.

4 Un emploi est en lien avec le diplôme si le domaine d’activité de l’emploi correspond à la formation reçue. Ainsi, un diplômé d’une école d’architecture étant assistant d’architecte a un emploi en lien avec la formation reçue. À l’inverse, un diplômé d’une école d’architecture devenu éclairagiste a un emploi qui n’est pas en lien avec la formation reçue.

5 Le déclassement désigne ici un niveau de formation requis pour l’emploi inférieur au niveau de formation du salarié. La table de correspondance entre le diplôme et la catégorie socioprofessionnelle a permis d’établir cette comparaison.
Voir Emmanuelle NAUZE-FICHET et Magda TOMASINI, « Diplôme et insertions sur le marché du travail : approche socioprofessionnelle et salariale du déclassement », Économie et statistiques, no 354, avril 2002. Il faut toutefois souligner que d’autres formes de déclassement existent, comme par exemple le rapport entre niveau de diplôme et condition salariale de l’emploi.

6 Les travailleurs indépendants sont considérés comme travaillant à temps complet.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Temps d’accès au premier emploi des diplômés de la culture en 2004
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 1 – Domaine du premier emploi des diplômés de la culture en 2004 (en %)
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-2.png
Fichier image/png, 35k
Titre Tableau 2 – Niveau du premier emploi (en %)
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-3.png
Fichier image/png, 66k
Titre Tableau 3 – Domaine de l’emploi à la date de l’enquête (en %)
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-4.png
Fichier image/png, 34k
Titre Tableau 4 – Durée du premier emploi (en mois)
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-5.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 5 – Durée du premier emploi selon la filière
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-6.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 6 – Statut d’emploi du premier contrat (en %)
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-7.png
Fichier image/png, 55k
Titre Tableau 7 – Temps de travail du premier emploi et revenu
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-8.png
Fichier image/png, 69k
Titre Tableau 8 – Situation après trois années d’insertion professionnelle (en %)
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-9.png
Fichier image/png, 59k
Titre Tableau 9 – Niveau de l’emploi à la date de l’enquête (en %)
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-10.png
Fichier image/png, 63k
Titre Tableau 10 – Situation à la date de l’enquête
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-11.png
Fichier image/png, 108k
Titre Graphique 2 – Évolution mensuelle de la situation des diplômés de la culture à l’égard de l’emploi au cours des trois ans suivant l’obtention du diplôme
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-12.png
Fichier image/png, 70k
Titre Tableau 11 – Évolution des contrats pour les individus ayant obtenu leur premier emploi en un an ou moins (en %)
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-13.png
Fichier image/png, 63k
Titre Tableau 12 – Changement de situation contractuelle
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-14.png
Fichier image/png, 49k
Titre Tableau 13 – Mobilités au cours des trois premières années d’insertion
Crédits Source : Cereq/DEPS, Enquête génération 2004, ministère de la Culture et de la Communication, 2009
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/577/img-15.png
Fichier image/png, 66k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2009

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access