Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diversité des carrières d’auteur de l’audiovisuel et du spectacle vivant

 | 
Marie Gouyon

Diversité des carrières d’auteur de l’audiovisuel et du spectacle vivant

Les auteurs de la SACD, 1997-2008

Diverse careers amongst audiovisual and live entertainment authors. SACD Authors, 1997-2008

Note de l’éditeur

Cette étude est le fruit d’un partenariat entre la SACD et le DEPS, permettant à ce dernier d’exploiter statistiquement les données recueillies par la SACD. Doivent en particulier être remerciés : Pascal ROGARD, directeur général de la SACD, Debora ABRAMOWICZ, directrice des projets de développements éditoriaux, Jérôme DECHESNE, directeur adjoint de l’audiovisuel, Linda CORNEILLE, directrice du spectacle vivant, Muriel COUTON, directrice du développement et de la coordination, Violeta MATEO, directrice adjointe du développement et de la coordination, Yves LE COËNT, directeur de la gestion des droits et du réseau, Véronique PERLES, directrice des relations auteurs et utilisateurs, Alain CHAPOTEL, directeur adjoint de la gestion des droits pour le pôle gestion collective de l’audiovisuel, et tout particulièrement Christelle FINET, chargée d’étude à la direction du développement et de la coordination.

Texte intégral

Une vue d’ensemble

1En 2008, la SACD a versé des droits d’auteur à 17 700 auteurs et compositeurs dramatiques, pour des œuvres audiovisuelles ou de spectacle vivant, soit 47 % de plus qu’en 1997.

  • 1 Lorsqu’il est prévu qu’une œuvre soit diffusée, elle est inscrite au répertoire de la SACD. La diff (...)
  • 2 La notion de contribution à la création est à distinguer de celle d’œuvre unique. En effet, le fich (...)
  • 3 En 2006, le nombre d’œuvres validées a fortement augmenté, en raison d’une réorganisation de la pro (...)

2Parallèlement, l’activité de création s’est développée fortement : les auteurs ayant perçu des droits entre 1997 et 2008 ont inscrit1 au répertoire de la SACD 24 000 contributions2 aux créations audiovisuelles et du spectacle vivant en 2000, 29 000 en 2005 et près de 40 000 en 20063.

Graphique 1 – Droits perçus, nombre d’auteurs, de contributions à la création et de contributions à la diffusion, 1997-2008 (indice 100 en 1997)

Graphique 1 – Droits perçus, nombre d’auteurs, de contributions à la création et de contributions à la diffusion, 1997-2008 (indice 100 en 1997)

Source : SACD/DEPS, 2011

  • 4 En euros constants, i.e. en euros 2008.

3Au total, en 2008, les auteurs qui ont perçu des droits entre 1997 et 2008 répertorient plus de 440 000 contributions à la création. Les droits versés ont augmenté de 34 % depuis 19974et s’établissent à 136 millions d’euros en 2008.

  • 5 À l’instar de la notion de contribution à la création, celle de contribution à la diffusion permet (...)

4Le nombre de contributions à la diffusion et à la représentation5 a quant à lui été multiplié par près de 7 depuis 1997, atteignant 2,4 millions en 2008 (graphique 1).

5Ce développement est essentiellement dû à l’évolution des diffusions audiovisuelles (voir infra).

6Quelle que soit l’année d’adhésion, les hommes sont plus nombreux que les femmes à adhérer à la SACD et à percevoir des droits. Toutefois, les jeunes générations d’auteurs se féminisent nettement : parmi les auteurs qui perçoivent des droits en 2008, les femmes représentent moins de 10 % des auteurs dans les générations d’adhérents antérieures à 1950, un quart des auteurs ayant adhéré dans les années 1980 et un tiers des auteurs depuis 2000 ; cette dernière proportion demeure cependant très inférieure aux 47 % de femmes qui composent l’ensemble de la population active en emploi en France en 2008.

  • 6 Les personnes employées au sens du Bureau international du travail sont celles ayant travaillé en F (...)
  • 7 Auteurs vivants en 2008 et percevant des droits cette année-là.

7Il s’agit d’une population beaucoup plus âgée que celle des personnes en emploi6 pris dans leur ensemble : en 2008, les auteurs de la SACD7 ont en moyenne 48 ans, contre 41 ans pour l’ensemble des actifs en emploi ; il n’y a pratiquement pas de très jeunes auteurs (moins de 25 ans), alors que 8 % des actifs occupant un emploi en France ont moins de 25 ans.

8L’examen des grandes évolutions globales à la SACD s’avère rapidement insuffisant ; il peut être poursuivi sous un double angle. Dans un premier temps, les deux répertoires peuvent faire respectivement l’objet d’une analyse ; en effet, l’audiovisuel diffère fortement du spectacle vivant tant en termes de montant de droits versés, de nombre de contributions à la création et à la diffusion qu’en ce qui concerne les caractéristiques sociodémographiques des auteurs.

9Dans un second temps, la construction d’une typologie, en distinguant différentes catégories de carrières sur la période 1997-2008, met à disposition une photographie instantanée de la gamme des parcours suivis par les auteurs sur cette période.

Encadré 1 – La SACD : rôle et fonctionnement

La SACD, une société de gestion des droits d’auteur

  • 8 Tout auteur d’une œuvre de l’esprit (œuvre littéraire, dramatique, cinématographique, photographiqu (...)

10Intermédiaires entre les auteurs et les producteurs d’œuvres soumis au droit d’auteur8, les sociétés de gestion des droits d’auteur, ou sociétés de perception et de répartition des droits (SPRD), exercent la gestion collective des droits des auteurs ; elles ont un statut de droit privé mais exercent néanmoins une mission reconnue d’utilité publique sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication.

11La SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques), créée en 1777, est l’une des 22 SPRD reconnues en France, au même titre que la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) et que la Scam (Société civile des auteurs multimédias) par exemple.

Les auteurs de la SACD

Les répertoires : l’audiovisuel et le spectacle vivant

12La SACD9 gère, pour le spectacle vivant, les œuvres de théâtre, les œuvres dramatico-musicales (les opéras, les comédies musicales, les œuvres de théâtre musical), les musiques de scène, les chorégraphies, les sketches, les one-man-show, les mises en scène, les œuvres d’arts du cirque, les œuvres d’arts de la rue, les œuvres de mimes, de marionnettes et les sons et lumières.

13Dans l’audiovisuel, elle est compétente pour les courts et longs métrages cinématographiques, les téléfilms, les séries télévisées, les feuilletons, les œuvres d’animation et les fictions radiophoniques. Les œuvres documentaires, quant à elles, relèvent de la Scam.

L’adhésion à la SACD

14Un auteur peut adhérer à la SACD s’il est dans l’une des situations suivantes :

  • il est l’auteur d’une œuvre déjà créée ou en cours de création, relevant du répertoire de la SACD ;

  • il est l’héritier d’un auteur décédé, non-membre de la SACD de son vivant, dont l’œuvre va être représentée ou diffusée ;

  • il est en stage de fin d’études ou diplômé d’une école de cinéma, d’un conservatoire d’écriture ou d’un établissement similaire reconnu par la SACD ;

  • il est parrainé par deux sociétaires de la SACD.

Les grades

15En devenant membre de la SACD, l’auteur bénéficie du statut d’adhérent et fait l’acquisition d’une part sociale de la société. Il peut accéder ensuite aux grades de sociétaire adjoint puis de sociétaire.

16Le passage d’un grade à l’autre augmente le nombre de voix dont chaque associé dispose lors des votes en assemblée générale. Il est décidé par le conseil d’administration de la SACD, en fonction de l’ancienneté de l’auteur, du nombre d’œuvres qu’il a créées et du montant des droits qu’il a perçus.

Les successions

17La diffusion des œuvres engendre des droits pendant une durée de 70 ans après le décès de leur auteur (ou du dernier des coauteurs pour les œuvres de collaboration). Si ce dernier était membre de la SACD, son ou ses héritiers reçoivent indivisément sa part sociale

L’audiovisuel et le spectacle vivant : deux répertoires très distincts

  • 10 C’est-à-dire perçoivent des droits en provenance du seul répertoire audiovisuel.

18En 2008, près de 10 000 auteurs interviennent dans le spectacle vivant et un peu plus de 9 000 dans l’audiovisuel. Parmi eux, environ 1 400 sont actifs dans les deux répertoires. Ainsi, 44 % des auteurs relèvent exclusivement de l’audiovisuel10, 48 % seulement du spectacle vivant et 8 % relèvent des deux répertoires (tableau 1).

19Si le spectacle vivant est légèrement majoritaire en termes d’effectifs d’auteurs, l’audiovisuel domine largement en termes de droits perçus (71 % de l’ensemble des droits), de contributions à la diffusion (87 %), de contributions à la création inscrites cette année-là au répertoire de la SACD (85 %) et de contributions à la création répertoriées par les auteurs ayant perçu des droits en 2008 (77 %).

Graphique 2 – Droits perçus et nombre d’auteurs et de contributions à la création et à la diffusion dans l’audiovisuel, 1997-2008 (indice 100 en 1997)

Graphique 2 – Droits perçus et nombre d’auteurs et de contributions à la création et à la diffusion dans l’audiovisuel, 1997-2008 (indice 100 en 1997)

Source : SACD/DEPS, 2011

330 000 créations audiovisuelles

La diffusion des œuvres audiovisuelles s’est fortement développée en douze ans

20Le nombre d’auteurs contribuant à la création audiovisuelle a augmenté de 23 % entre 1997 et 2008 pour s’établir à 9 200 auteurs (graphique 2).

  • 11 En euros 2008.

21Les droits ont augmenté plus vite que le nombre d’auteurs (+ 32 %) ; en moyenne, un auteur de l’audiovisuel perçoit en 2008 plus de 10 400 euros de droits d’auteur (contre 9 700 euros11 en 1997).

  • 12 Indépendamment de la forte hausse de 2006, conséquence de la réorganisation de la procédure d’immat (...)
  • 13 Y compris les créations immatriculées avant 1997, pour les auteurs ayant perçu des droits entre 199 (...)

22Le nombre de nouvelles contributions à la création audiovisuelle inscrites chaque année au répertoire de la SACD a pratiquement triplé depuis 199712 : en tout, 330 00013 sont répertoriées en 2008. On peut attribuer ce mouvement notamment au développement des séries télévisuelles (pour lesquelles chaque épisode est considéré comme une œuvre unique) et à la multiplication des contributeurs aux œuvres (ces dernières années, pour une œuvre audiovisuelle donnée, le nombre de scénaristes collaborant à sa composition s’est considérablement élevé : les « ateliers d’écriture » de certaines séries télévisuelles emploient jusqu’à 15 scénaristes.

  • 14 Le fonds d’œuvres disponibles s’étoffe naturellement d’année en année.

23Les contributions à la diffusion audiovisuelle sont près de 13 fois plus nombreuses en 2008 qu’en 1997 (2,1 millions en 2008). En effet, les œuvres à diffuser sont plus nombreuses14et le nombre d’auteurs contribuant aux œuvres − et donc aux diffusions – a progressé. De plus, entre 1998 et 2003, le déploiement des chaînes thématiques a conduit à doubler le nombre des diffusions. À partir de 2000, les rediffusions et multidiffusions de séries télévisuelles françaises se sont fortement développées. Enfin, en 2006, la télévision numérique terrestre (TNT) a été lancée en France, conduisant à doubler le nombre de chaînes de télévision et à démultiplier le nombre de diffusions.

Tableau 1 – Répartition des effectifs, droits versés, nombre de contributions à la création et à la diffusion selon le répertoire en 2008 (unités, milliers d’euros et %)

Tableau 1 – Répartition des effectifs, droits versés, nombre de contributions à la création et à la diffusion selon le répertoire en 2008 (unités, milliers d’euros et %)

Source : SACD/DEPS, 2011

Les fictions s’attirent l’essentiel des droits mais représentent moins de la moitié des créations

24Dans l’audiovisuel, les fictions pour la télévision et le cinéma concentrent l’essentiel des diffusions et surtout des droits. Ce n’est toutefois pas le cas en termes de créations : entre 40 % (en 1997) et 60 % (en 2004) des contributions à la création audiovisuelle inscrites chaque année sont des animations ou des sketches pour la télévision. Les fictions pour le cinéma représentent moins de 5 % des contributions à la création mais plus de 30 % des droits perçus (graphique 3).

  • 15 Source : SACD. La notion d’œuvre est étroitement corrélée au genre de l’œuvre et, au sein des œuvre (...)

25Il est nécessaire d’apporter une nuance à la distribution du nombre de fictions audiovisuelles selon le genre de l’œuvre, en tenant compte du minutage. Ainsi, parmi les fictions inédites diffusées à la télévision française entre 2006 et 2008, les formats courts (moins de 26 minutes) représentent 8 % du temps de diffusion mais 58 % des œuvres diffusées tandis que les séries de 90 minutes représentent 24 % du minutage mais 5 % des œuvres diffusées pour la première fois15 (voir Méthodologie, p. 32).

26Les fictions radiophoniques ne constituent qu’une faible part tant des contributions à la création que des droits associés ; elles représentent même une part négligeable (0,2 %) des contributions à la diffusion.

Graphique 3 – Distribution des principaux genres de l’audiovisuel en droits perçus, nombre de contributions à la création et nombre de contributions à la diffusion, 1997-2008

Graphique 3 – Distribution des principaux genres de l’audiovisuel en droits perçus, nombre de contributions à la création et nombre de contributions à la diffusion, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, les fictions radiophoniques représentaient 2 % des droits perçus, les fictions pour le cinéma 28 %, les fictions télévisuelles 48 %, les œuvres d’animation pour la télévision 13 %, les sketches télévisuels 1 % et les autres types d’œuvres 7 %. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 3 %, 30 %, 43 %, 15 %, 2 % et 6 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 4 – Dispersion des droits et des contributions à la création et à la diffusion dans l’audiovisuel en 2008

Graphique 4 – Dispersion des droits et des contributions à la création et à la diffusion dans l’audiovisuel en 2008

Source : SACD/DEPS, 2011

27L’animation pour la télévision représente une part très importante des fictions, particulièrement en 2003 et 2004 où elles tirent à elles seules la moitié des contributions à la diffusion. Toutefois, leur part dans les droits versés aux auteurs est nettement moins significative (environ 15 %, quelle que soit l’année).

5 % des auteurs concentrent 67 % des contributions à la diffusion audiovisuelle et 50 % des revenus

28Les contributions à la diffusion et, en conséquence, les droits versés aux auteurs, une année donnée, sont extrêmement dispersés : si les auteurs contribuaient tous de façon équivalente à la diffusion et aux revenus artistiques alors 25 % des auteurs totaliseraient 25 % des contributions à la diffusion et 25 % des droits, la moitié cumulerait la moitié des contributions à la diffusion et se partagerait la moitié des droits, etc.

29Dans l’audiovisuel, 5 % seulement des auteurs se partagent les deux tiers des contributions à la diffusion, la moitié des droits et répertorient plus de la moitié des contributions à la création : la répartition des diffusions est donc plus inégalitaire que celles des créations et des droits versés (graphique 4).

Les femmes représentent un quart des auteurs, des droits et des contributions à la création et à la diffusion

  • 16 En 2006.

30Dans l’audiovisuel, les femmes représentent 24 % des auteurs, perçoivent 23 % des droits, contribuent à 23 % des créations16 et à 25 % des diffusions (graphique 5).

31Si leur poids en nombre d’auteurs et en nombre de contributions à la création est resté assez stable depuis 1997, il s’est renforcé en termes de contributions à la diffusion et de montant de droits (+ 6 points par rapport à 1997).

Les femmes créent le plus souvent des fictions télévisuelles, tandis que les hommes se concentrent davantage sur les fictions cinématographiques

  • 17 On s’intéresse ici, pour les hommes d’une part, pour les femmes d’autre part, au domaine de prédile (...)

32Quelle que soit l’année, environ les deux tiers des hommes et des femmes qui perçoivent des droits sont des auteurs de fictions pour le cinéma ou la télévision17 (graphique 6). Depuis 1997, les hommes sont moins créatifs pour la fiction télévisuelle mais ont investi la fiction cinématographique, à l’inverse des femmes.

33La part des auteurs de films d’animation pour la télévision est identique pour les hommes (de l’ordre de 12 % en 2008) et continue à progresser depuis le début des années 2000.

Graphique 5 – Distribution des auteurs de l’audiovisuel selon le sexe en effectifs, droits perçus (euros 2008), nombre de contributions à la création et nombre de contributions à la diffusion, 1997-2008

Graphique 5 – Distribution des auteurs de l’audiovisuel selon le sexe en effectifs, droits perçus (euros 2008), nombre de contributions à la création et nombre de contributions à la diffusion, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 5 831 hommes et 1 667 femmes perçoivent des droits dans l’audiovisuel, soit respectivement 78 % et 22 % de l’ensemble des auteurs de ce répertoire. En 2008, ils sont 6 976 hommes (76 %) et 2 252 femmes (24 %).

Source : SACD/DEPS, 2011

Les auteurs de l’audiovisuel ont en moyenne 49 ans en 2008

  • 18 Source : enquêtes Emploi (Insee).
  • 19 Il s’agit des auteurs vivants percevant des droits cette année-là.

34Les auteurs de l’audiovisuel sont nettement plus âgés que les personnes en emploi (au sens du BIT18) en France : en 2008, ils ont en moyenne 49 ans19, soit huit ans de plus que les seconds (graphique 7).

35Cette année-là, les plus de 50 ans représentent 43 % des auteurs de l’audiovisuel et 26 % de l’ensemble des actifs en emploi. Leur part est relativement stable depuis une dizaine d’années dans l’audiovisuel (ils y étaient 42 % en 1997) tandis qu’elle s’est beaucoup développée parmi l’ensemble des actifs en emploi (20 % en 1997).

Plus de 80 % des auteurs vivent en France, dont 80 % en région parisienne

  • 20 Auteurs vivants en 2008 et qui perçoivent des droits dans l’audiovisuel cette année-là

36Les activités de l’audiovisuel sont fortement concentrées en région parisienne, principalement à Paris : 81 % des auteurs de ce répertoire vivant en France20 résident en Île-de-France (même 85 % parmi les auteurs de fictions cinématographiques), dont les trois quarts à Paris intramuros.

37La SACD verse des droits à 17 % d’auteurs de l’audiovisuel résidant à l’étranger (Belgique, Canada) ; cette proportion atteint même 30 % parmi les auteurs œuvrant principalement dans les fictions cinématographiques.

Graphique 6 – Répartition des auteurs selon le domaine principal des œuvres audiovisuelles selon le sexe, 1997-2008

Graphique 6 – Répartition des auteurs selon le domaine principal des œuvres audiovisuelles selon le sexe, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 8 % des hommes perçoivent des droits dans l’audiovisuel pour des fictions radiophoniques, 26 % pour des fictions cinématographiques, 36 % pour des fictions télévisuelles, 6 % pour des œuvres d’animation télévisuelles, 3 % pour des sketches télévisuels et 21 % pour d’autres types d’œuvres. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 4 %, 39 %, 24 %, 12 %, 5 % et 15 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 7 – Âge des auteurs dans l’audiovisuel et âge des personnes en emploi (au sens du BIT)

Graphique 7 – Âge des auteurs dans l’audiovisuel et âge des personnes en emploi (au sens du BIT)

Note de lecture : en 1997, 42 % des auteurs vivants percevant des droits dans l’audiovisuel et 20 % des personnes en emploi en France métropolitaine ont plus de 50 ans ; ces proportions sont respectivement de 43 % et 26 % en 2008.

Source : SACD/Enquête Emploi (Insee)/DEPS, 2011

Les sociétaires représentent 30 % des auteurs de l’audiovisuel et se partagent 68 % des droits dans ce répertoire

  • 21 Dans le fichier de la SACD, à un auteur est associé son grade le plus récent : ainsi, sur la périod (...)

38La SACD distingue ses auteurs vivants selon trois grades21 : adhérents, sociétaires adjoints et sociétaires (encadré 1, p. 3).

39Les adhérents sont majoritaires en nombre d’auteurs, avec 44 % des effectifs dans l’audiovisuel, mais minoritaires en droits reçus (12 % de l’ensemble des droits). Viennent ensuite les sociétaires adjoints qui représentent 13 % des auteurs et 12 % des droits. Les sociétaires ne représentent que 30 % des auteurs mais captent 68 % des droits engendrés par l’audiovisuel. Enfin, en 2008, les successions concernent 12 % des auteurs mais ne totalisent que 7 % des droits (graphique 8).

Près de 10 000 auteurs interviennent dans le spectacle vivant en 2008

Le nombre de créateurs du spectacle vivant a augmenté de 60 % en douze ans

  • 22 Rappel pour comparaison, la progression est de 23 % dans l’audiovisuel entre 1997 et 2008.

40Les auteurs du spectacle vivant sont 60 % plus nombreux en 2008 qu’en 199722 : en 2008, la SACD en dénombre 9 800, soit un peu plus que dans l’audiovisuel (graphique 9).

41Le montant des droits versés a fortement progressé (+ 41 % sur la même période), mais à un rythme ralenti à partir de 2004 : au total, un auteur perçoit en 2008 un peu plus de 4 050 euros en moyenne – soit beaucoup moins que dans l’audiovisuel (10 400 euros en 2008) – contre

  • 23 En euros 2008.

424 600 euros23 en 1997.

43Le nombre de contributions à la création inscrites au répertoire du spectacle vivant a fortement crû entre 1998 et 2004, atteignant 6 900 nouvelles contributions cette dernière année, pour évoluer ensuite de façon plus erratique.

44En 2008, la SACD répertorie au total 110 000 contributions dans le spectacle vivant. Les contributions aux représentations ont augmenté de 63 % (un peu plus de 300 000 représentations en 2008), c’est-à-dire au même rythme que le montant des droits versés et du nombre d’auteurs contribuant au spectacle vivant. L’évolution du nombre de contributions aux représentations et aux diffusions n’a ainsi rien de comparable entre le spectacle vivant et l’audiovisuel.

Graphique 8 – Répartition des auteurs et des droits perçus selon le grade dans l’audiovisuel en 2008

Graphique 8 – Répartition des auteurs et des droits perçus selon le grade dans l’audiovisuel en 2008

Note de lecture : en 2008, 44 % des auteurs qui perçoivent des droits dans l’audiovisuel ont le grade d’adhérent, 13 % sont sociétaires adjoints, 30 % sont sociétaires ; les successions représentent 12 % des auteurs.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 9 – Droits perçus et nombre d’auteurs et de contributions à la création et aux représentations dans le spectacle vivant, 1997-2008 (indice 100 en 1997)

Graphique 9 – Droits perçus et nombre d’auteurs et de contributions à la création et aux représentations dans le spectacle vivant, 1997-2008 (indice 100 en 1997)

Du fait de la restriction du champ (voir Méthodologie, p. 32), l’évolution du nombre de contributions à la création en 2007 et 2008 est difficilement interprétable et, pour cette raison, non représentée sur le graphique ci-dessus.
Note de lecture : dans le spectacle vivant, de 100 en 1997, l’indice du nombre de contributions aux représentations est passé à 164 en 2008 et l’indice du nombre d’auteurs à 160.

Source : SACD/DEPS, 2011

Le théâtre est le genre dominant, suivi de la danse

  • 24 C’est-à-dire que la discipline et le genre de l’œuvre (chorégraphie, arts du cirque, etc.) ne figur (...)

45Avec l’amélioration du système d’information de la SACD, la part des œuvres de spectacle vivant de genre « non renseigné24 » tend à se réduire mais demeure très importante en termes de nombre de contributions à la création et aux représentations (respectivement 19 % et 36 % en 2008) et surtout de droits (51 % en 2008).

46Au-delà, le genre principal est le théâtre, tant en termes de volume de contributions à la création et aux représentations que de droits versés. Les chorégraphies représentent une part importante des nouvelles œuvres (près de 20 % des contributions à la création dans le spectacle vivant) mais demeurent un genre moins important en termes de droits et de contributions aux représentations (6 % en 2008) (graphique 10).

47De plus en plus d’œuvres d’arts du cirque et d’arts de la rue sont inscrites au répertoire de la SACD (1 % des contributions à la création inscrites en 1998, 10 % dix ans plus tard) pour des montants toutefois toujours faibles (4 % des droits en 2008).

Graphique 10 – Distribution des principaux genres du spectacle vivant en droits perçus, nombre de contributions à la création et nombre de contributions aux représentations, 1997-2008

Graphique 10 – Distribution des principaux genres du spectacle vivant en droits perçus, nombre de contributions à la création et nombre de contributions aux représentations, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 2 % des droits perçus dans le spectacle vivant sont relatifs à des œuvres théâtrales et 98 % à des œuvres de genre non renseigné. En 2008, ces dernières représentent 51 % des droits perçus dans ce répertoire, les musiques de scène 2 %, les sketches 3 %, les œuvres d’arts du cirque et de la rue 4 %, les œuvres dramatico-musicales 6 %, les chorégraphies 6 %, les œuvres théâtrales 27 % et les autres types d’œuvres 2 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 11 – Dispersion des droits, des œuvres et des représentations dans le spectacle vivant en 2008

Graphique 11 – Dispersion des droits, des œuvres et des représentations dans le spectacle vivant en 2008

Note de lecture : en 2008, dans le spectacle vivant, 95 % des auteurs sont à l’origine de 72 % des contributions à la création et se partagent 58 % des contributions aux représentations et 33 % des droits : ce qui implique que 5 % des auteurs engendrent 28 % de l’ensemble des contributions aux œuvres inscrites en 2008 dans le spectacle vivant, 42 % des représentations et 66 % des droits.

Source : SACD/DEPS, 2011

5 % des auteurs concentrent 28 % des contributions à la création et 67 % des droits

  • 25 Voir supra.

48Dans le spectacle vivant, en 2008, 5 % des auteurs répertorient près de 30 % de l’ensemble des contributions aux œuvres inscrites en 2008 dans le spectacle vivant et contribuent à plus de 40 % des représentations et aux deux tiers des droits. La distribution des droits est plus « inégalitaire » dans le spectacle vivant que dans l’audiovisuel25 ; c’est l’inverse pour les contributions à la création et pour les contributions aux représentations et diffusions (graphique 11).

Des disparités selon le sexe

  • 26 En 2006.

49Dans le spectacle vivant, les femmes sont à l’origine de plus de 30 % des contributions à la création mais perçoivent moins de 20 % des droits en 2008, 29 % des auteurs du spectacle vivant sont des femmes (24 % dans l’audiovisuel) ; elles inscrivent au répertoire de la SACD 29 %26 des contributions à la création du spectacle vivant, sont à l’origine de 24 % des contributions aux représentations mais perçoivent seulement 18 % des droits (respectivement 23 %, 25 % et 23 % dans l’audiovisuel). Ainsi, les créations et les représentations du spectacle vivant sont moins rémunératrices pour les femmes que pour les hommes (graphique 12). Ces parts étaient moindres de cinq points en 1997.

  • 27 On s’intéresse ici, pour les hommes d’une part, pour les femmes d’autre part, aux domaines de prédi (...)

50Par rapport aux hommes, l’activité27 des femmes relève plus souvent de la danse (15 % des femmes, 11 % des hommes) ou du théâtre (40 % contre 37 %) et plus rarement des musiques de scène (2 % contre 6 % des hommes) et des œuvres dramatico-musicales (10 % contre 12 %) (graphique 13).

Les plus de 50 ans représentent une part croissante des auteurs du spectacle vivant

  • 28 Auteurs vivants et percevant des droits dans le spectacle vivant en 2008.

51En 2008, les auteurs du spectacle vivant ont en moyenne 47 ans28, contre 49 ans dans l’audiovisuel et 41 ans dans l’ensemble des actifs occupant un emploi (graphique 14).

52La part des plus de 50 ans s’est beaucoup développée en une dizaine d’années – 30 % en 1997, 40 % en 2008 – soit pratiquement autant que dans l’audiovisuel cette dernière année (43 %) ; dans le même temps, leur part parmi l’ensemble des actifs en emploi en France s’élevait de 20 % à 26 %.

La majorité des auteurs vivent hors de l’Île-de-France

  • 29 Auteurs vivants et percevant des droits dans le spectacle vivant en 2008.

5391 % des auteurs du spectacle vivant29 résident plus souvent en région (53 %, particulièrement en Rhône-Alpes et en Provence-Alpes-Côte d’Azur) que les auteurs de l’audiovisuel (19 %) mais moins fréquemment que l’ensemble des actifs occupant un emploi (79 %, là aussi surtout en Rhône-Alpes et en région PACA). Les auteurs du cirque et des arts de la rue sont 80 % à résider en région et un peu plus de 60 % parmi les chorégraphes et les auteurs d’œuvres dramatico-musicales et de musiques de scène.

Graphique 12 – Distribution des auteurs du spectacle vivant selon le sexe en effectifs, droits perçus (euros 2008), nombre de contributions à la création et nombre de contributions aux représentations, 1997-2008

Graphique 12 – Distribution des auteurs du spectacle vivant selon le sexe en effectifs, droits perçus (euros 2008), nombre de contributions à la création et nombre de contributions aux représentations, 1997-2008

Du fait de la restriction du champ (voir Méthodologie, p. 32), l’évolution du nombre de contributions à la création en 2007 et 2008 est difficilement interprétable et, pour cette raison, non représentée sur le graphique ci-dessus.
Note de lecture : en 1997, 4 666 hommes et 1 466 femmes perçoivent des droits dans le spectacle vivant, soit respectivement 74 % et 26 % de l’ensemble des auteurs de ce répertoire. En 2008, ils sont 6 917 hommes (71 %) et 2 866 femmes (29 %).

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 13 – Répartition des auteurs selon le domaine principal des œuvres du spectacle vivant et selon le sexe, 1997-2008

Graphique 13 – Répartition des auteurs selon le domaine principal des œuvres du spectacle vivant et selon le sexe, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 2 % des hommes perçoivent des droits dans le spectacle vivant pour des œuvres théâtrales et 98 % pour des œuvres de genre non renseigné. En 2008, 6 % des hommes perçoivent des droits dans ce répertoire pour des musiques de scène, 3 % pour des sketches, 9 % pour des œuvres d’arts du cirque et de la rue, 12 % pour des œuvres dramatico-musicales, 11 % pour des chorégraphies, 37 % pour des œuvres théâtrales, 3 % pour d’autres types d’œuvres et 20 % pour des œuvres de genre non renseigné.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 14 – Âge des auteurs dans le spectacle vivant et âge des personnes en emploi (au sens du BIT)

Graphique 14 – Âge des auteurs dans le spectacle vivant et âge des personnes en emploi (au sens du BIT)

Note de lecture : en 1997, 30 % des auteurs vivants percevant des droits dans le spectacle vivant et 20 % des personnes en emploi en France métropolitaine ont plus de 50 ans ; ces proportions sont respectivement de 40 % et 26 % en 2008.

Source : SACD/Enquête Emploi (Insee)/DEPS, 2011

Les sociétaires représentent 17 % des auteurs du spectacle vivant et concentrent 55 % des droits engendrés par ce répertoire

  • 30 Où les adhérents représentent 44 % des auteurs et 12 % des droits.
  • 31 Rappelons que c’est l’inverse que l’on observe dans l’audiovisuel.

54Près de deux auteurs du spectacle vivant sur trois ont le grade d’adhérent, soit nettement plus que dans l’audiovisuel30, mais ils ne captent que 17 % des droits. Les sociétaires adjoints représentent 10 % des auteurs et 10 % des droits. Les sociétaires ne représentent que 17 % des auteurs (30 % dans l’audiovisuel) mais 55 % des droits de ce répertoire. Enfin, en 2008, les successions représentent 8 % des auteurs mais 15 % des droits31 (graphique 15).

55Au-delà des grandes évolutions repérables dans les deux répertoires que gère la SACD, des carrières types d’auteurs peuvent être mises en évidence, révélant une photographie instantanée de la diversité des trajectoires des auteurs et compositeurs dramatiques.

Graphique 15 – Répartition des auteurs et des droits perçus selon le grade en 2008 dans le spectacle vivant

Graphique 15 – Répartition des auteurs et des droits perçus selon le grade en 2008 dans le spectacle vivant

Note de lecture : en 2008, 64 % des auteurs qui perçoivent des droits dans le spectacle vivant ont le grade d’adhérent, 10 % sont sociétaires adjoints, 17 % sont sociétaires ; les successions représentent 8 % des auteurs.

Source : SACD/DEPS, 2011

Une typologie des carrières d’auteurs entre 1997 et 2008

  • 32 L’encadré 4 est renvoyé en page 28.

56Six grands types de carrières peuvent être dégagés, distinguant les auteurs selon leur longévité (nombre d’années écoulées entre la première contribution inscrite au répertoire de la SACD et la dernière), leur volume de production (nombre total de contributions à la création répertoriées), leurs « meilleurs » revenus (revenus perçus l’année où les revenus sont maximaux) et les revenus perçus en 2008 (encadrés 3 et 432). Ils permettent ainsi de disposer d’une photographie synthétique, instantanée, de l’ensemble des parcours suivis par les auteurs entre 1997 et 2008.

57Les types I et II sont spécifiques au spectacle vivant tandis que les types III, IV et V concernent l’audiovisuel. Le type VI quant à lui rassemble les auteurs éphémères de l’un ou l’autre répertoire (graphique 16).

Encadré 2 – Une typologie des carrières d’auteurs compositeurs dramatiques entre 1997 et 2008

58La typologie présentée ici a été réalisée en deux temps : une analyse des correspondances multiples (ACM), et notamment les premiers axes de cette analyse, a permis de mettre en évidence les principaux critères qui distinguent les carrières vécues par les auteurs, en termes de droits reçus et de production : durée de production (nombre d’années écoulées entre la première et la dernière œuvre), montant de droits perçus la « meilleure année », montant de droits perçus en 2008, nombre total d’œuvres répertoriées.

59Suite à l’ACM, une classification ascendante hiérarchique (CAH) a mis en lumière six carrières types pour ces auteurs : cette typologie est l’une des typologies possibles. Ce n’est évidemment pas la seule : elle résulte d’un compromis entre la volonté de restituer la diversité qui caractérise les parcours suivis par les auteurs de la SACD et celle d’obtenir une typologie « simple ».

  • 33 En comptabilisant également les œuvres créées avant 1997.

60Les variables actives, qui déterminent la composition des carrières types, correspondent, pour un auteur donné, aux quatre variables mises en évidence par l’ACM, à savoir la durée de production33, le montant de droits perçus la « meilleure année » entre 1997 et 2008, le montant de droits perçus en 2008 et la production totale.

  • 34 Parmi les auteurs qui, une année donnée, perçoivent des droits, on distingue ainsi ceux qui ne sont (...)
  • 35 On entend par genre, par exemple, le genre « fiction » dans la discipline « œuvre télévisuelle » du (...)

61Les autres variables disponibles, dites variables illustratives, servent à illustrer les types mais ne participent pas à leur composition : caractéristiques socio-démographiques de l’auteur (sexe, nationalité, année d’adhésion à la SACD, âge en 2008 s’il est vivant, ou année de décès, lieu de résidence en 2008) ; pour chaque année entre 1997 et 2008, le ou les pays de provenance des droits, le nombre de répertoires34 et de genres35 générant des droits, les droits perçus, le nombre d’œuvres nouvelles, le nombre de diffusions ou de représentations et le genre générant le plus de droits, de diffusions et d’œuvres.

62Le graphique 16 correspond à une projection des coordonnées des individus de chaque groupe ainsi constitué sur les deux premiers axes de l’ACM (opposant les auteurs très productifs aux auteurs peu productifs d’une part, et les auteurs percevant des revenus élevés à ceux percevant peu de droits d’autre part) ; il propose ainsi une image synthétisant les carrières types des auteurs de la SACD entre 1997 et 2008, au regard du volume et de la durée de production.

Graphique 16 – Répartition des six types selon certaines caractéristiques des carrières

Graphique 16 – Répartition des six types selon certaines caractéristiques des carrières

Note de lecture : le type III représente 10 % des auteurs ; il rassemble des auteurs qui répertorient un nombre important de contributions à la création et qui perçoivent les revenus les plus élevés.

Source : SACD/DEPS, 2011

Type I – Les créateurs actifs du spectacle vivant

63Avec 18 % des auteurs de la SACD, les auteurs du type I inscrivent depuis longtemps des créations au répertoire de la société d’auteurs : 81 % ont plus de 10 ans de création derrière eux, 25 % plus de 20 ans (graphique A, encadré 4, p. 28).

64Leur domaine de prédilection est le théâtre, mais également la danse et, dans une moindre mesure, les œuvres dramatico-musicales et les musiques de scène.

65Certains sont également actifs dans l’audiovisuel, à titre secondaire, mais leur nombre tend à diminuer au fil du temps (ils étaient 13 % en 1997, 7 % en 2008)

66Ils répertorient un nombre non négligeable de contributions à la création : les deux tiers en cumulent plus de 6 (contre seulement un tiers dans l’ensemble des auteurs de la SACD) (graphique B, encadré 4).

67Au sein de ce type, la part des auteurs prolifiques (entre une et quatre contributions par an) est relativement constante tout au long de la période d’observation mais tend à se réduire à partir de 2005 : entre 1999 et 2004, la part des auteurs inscrivant au répertoire de la SACD se situe autour de 30 % (graphique 17-I).

68Les créations inscrites par les auteurs du type I font l’objet, en moyenne, de 23 représentations chaque année, quelle que soit l’année ; les trois quarts en comptent au moins une par an et environ 30 % en comptent 20 de plus à partir de 2000. L’année la plus favorable à leur activité, les trois quarts totalisent au moins 20 représentations (graphique C, encadré 4 et graphique 18-I).

69Pour autant, leurs revenus ne sont pas très élevés : la « meilleure » année, 72 % perçoivent entre 1 500 et 20 000 euros (pour la plupart, il s’agit de l’année 1997).

Les créateurs actifs du spectacle vivant

Les auteurs du type I :

  • Créent principalement des œuvres théâtrales et chorégraphiques

  • Ont la plus longue durée de production

  • Totalisent un nombre assez important de contributions à la création

  • Sont représentés au moins une fois par an

  • Perçoivent des revenus peu élevés Ce type :

  • Est le plus âgé

  • Le plus masculin (avec le type III)

70En 2008, plus de la moitié n’ont perçu pratiquement aucun revenu, 38 % entre 500 et 5 000 euros (graphiques D et E, encadré 4 et 19-I).

71Plus de la moitié des auteurs de ce type ont adhéré avant 1997. Les hommes y sont fortement majoritaires (77 %, contre 72 % dans l’ensemble de la population). Ils résident plus souvent hors d’Île-de-France (ce qui reste une caractéristique générale des auteurs du spectacle vivant), particulièrement en Rhône-Alpes et en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Du fait de l’ancienneté à la SACD, les auteurs du type I sont nettement plus âgés que l’ensemble des auteurs : 45 % ont plus de 55 ans, contre 31 % de l’ensemble des auteurs vivants en 2008 (graphique F, encadré 4).

Graphique 17- Type I – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type I, 1980-2008

Graphique 17- Type I – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type I, 1980-2008

Note de lecture : en 1980, 97 % des auteurs du type I n’ont inscrit au répertoire de la SACD aucune contribution à la création ; 2 % en ont inscrit une, 1 % deux à quatre et aucun auteur n’en a inscrit davantage. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 81 %, 13 %, 6 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 18- Type I – Répartition du nombre de contributions aux représentations parmi les auteurs du type I, 1997-2008

Graphique 18- Type I – Répartition du nombre de contributions aux représentations parmi les auteurs du type I, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 34% des auteurs du type I n’a fait l’objet d’aucune représentation ; il a été représenté une ou deux fois pour 14% des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 18%, 10 à 19 fois pour 11%, 20 à 99 fois pour 20 %, 100 à 199 fois pour 2 % et 200 fois ou plus pour 1 % des auteurs du type I. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 26 %, 12 %, 19 %, 14 %, 26 %, 3 % et 1 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 19- Type I – Répartition des droits parmi les auteurs du type I, 1997-2008

Graphique 19- Type I – Répartition des droits parmi les auteurs du type I, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 56 % des auteurs du type I ont perçu moins de 500 € (euros 2008), 16 % de 500 à 1 500 €, 16 % de 1 500 à 5 000 €, 11 % de 5 000 à 20 000 € et 1 % de 20 000 à 30 000 € ; aucun auteur du type I n’a perçu plus de 30 000 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 53 %, 19 %, 19 %, 9 %, 0 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

TYPE II – Les auteurs en retrait du spectacle vivant

72Les 17 % d’auteurs formant le type II ont pour la plupart une durée de production comprise entre deux et neuf ans ; pour près de la moitié, il s’est écoulé trois à cinq ans entre la première et la dernière contribution inscrite au répertoire de la SACD.

73Ils sont concentrés sur le spectacle vivant (n’exerçant pratiquement jamais une activité secondaire dans l’audiovisuel), surtout sur le théâtre et la danse mais également sur la musique de scène et les œuvres dramatico-musicales.

74Les auteurs du type II totalisent moins de dix contributions à la création ; la moitié en ont inscrites en tout deux ou trois.

75Leur production est maximale autour de 2003 et demeure de très faible ampleur : seulement un auteur sur cinq inscrit alors au répertoire de la SACD au moins une contribution par an (et, au plus, quatre) ; en 2008, cette proportion chute à moins de un sur dix (graphique 17-II).

76Entre 1997 et 2008, leurs créations sont représentées en moyenne à 8 reprises chaque année. À partir de 2003, elles font l’objet d’au moins une représentation annuelle pour la moitié d’entre eux ; c’est entre 2004 et 2007 qu’elles sont le plus fréquemment représentées, avec au moins trois représentations pour plus de 20 % des auteurs du type II (graphique 18-II) et 14 représentations en moyenne en 2005.

Les auteurs en retrait du spectacle vivant

Les auteurs du type II :

  • Œuvrent exclusivement dans le spectacle vivant (théâtre et danse)

  • Créent depuis moins de 10 ans

  • Totalisent un nombre assez réduit de contributions à la création et à la diffusion

  • Perçoivent les revenus les plus bas (après les auteurs du type VI)

Ce type, avec le type VI :

  • Est le plus féminin

77Leurs revenus sont très bas, s’établissant en moyenne à un peu plus de 300 euros par an, entre 1997 et 2008. La meilleure année, un tiers d’entre eux seulement perçoit plus de 1 500 euros. Quelle que soit l’année, plus de 80 % perçoivent moins de 500 euros (graphique 19-II). En 2008, 90 % perçoivent mois de 500 euros, chacun touchant en moyenne 150 euros.

78Ils sont plus jeunes que les auteurs du premier type − ayant adhéré plus tard à la société d’auteurs – mais plus âgés que les créateurs des trois autres types.

Graphique 17-Types II – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type II, 1980-2008

Graphique 17-Types II – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type II, 1980-2008

Note de lecture : en 1980, aucun auteur du type II n’a inscrit de contribution à la création au répertoire de la SACD. En 2008, 91 % des auteurs de ce type n’en ont inscrit aucune, 8 % en ont inscrit une, 2 % deux à quatre et aucun auteur du type II n’en a inscrit davantage.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 18- Type II – Répartition du nombre de contributions aux représentations parmi les auteurs du type II, 1997-2008

Graphique 18- Type II – Répartition du nombre de contributions aux représentations parmi les auteurs du type II, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 86 % des auteurs du type II ont perçu moins de 500 € (euros 2008), 7 % de 500 à 1 500 €, 5 % de 1 500 à 5 000 € et 2 % de 5 000 à 20 000 € ; aucun auteur du type II n’a perçu plus de 20 000 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 90 %, 10 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 19-II – Répartition des droits parmi les auteurs du type II, 1997-2008

Graphique 19-II – Répartition des droits parmi les auteurs du type II, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 71 % des auteurs du type II n’a fait l’objet d’aucune représentation ; il a été représenté une ou deux fois pour 11 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 10 %, 10 à 19 fois pour 4 %, 20 à 99 fois pour 5 % ; aucun auteur du type II n’a vu son œuvre représenté plus de 100 fois. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 55 %, 14 %, 17 %, 7 %, 6 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Type III – Les créateurs actifs de l’audiovisuel

79Le type III rassemble 10 % des auteurs. Ils se caractérisent par une longue durée de production : dans près de 90 % des cas, au moins six années se sont écoulées entre l’inscription de la première œuvre au répertoire de la SACD et la dernière ; près de 30 % proposent des œuvres depuis plus de 20 ans.

80Ce sont des auteurs de l’audiovisuel, créant principalement des fictions destinées au cinéma et à la télévision ; ils créent également, dans une moindre mesure, des œuvres d’animation pour la télévision. Entre 1997 et 2008, la part des droits attribuable aux fictions cinématographiques tend à augmenter (en nombre de nouvelles contributions à la création, cette part est en revanche relativement constante).

  • 36 Au sens de l’origine (audiovisuel et/ou spectacle vivant) des droits perçus cette année-là.

81Au sein de ce type, les auteurs actifs36 dans les deux répertoires (principalement dans l’audiovisuel et de façon secondaire dans le spectacle vivant) sont nombreux (21 % en 2008).

82Au total, les trois quarts d’entre eux répertorient plus de 10 contributions à la création et un quart plus de 50. Ces auteurs sont prolifiques, bien qu’au moins un auteur sur deux n’inscrive pas de nouvelle contribution.

83Toutefois, la part de ceux qui créent beaucoup s’élève et atteint un maximum en 2006 où 30 % des auteurs immatriculent au moins deux contributions à la création (graphique 17-III) et où chacun en inscrit, en moyenne, 6.

Les créateurs actifs de l’audiovisuel

Les auteurs du type III :

  • Créent surtout des fictions pour le cinéma et la TV

  • Ont la plus longue durée de production après le type I

  • Totalisent le plus de contributions à la création après le type IV

  • Totalisent le plus de diffusions

  • Perçoivent les revenus les plus élevés

Ce type :

  • Est le plus âgé et le plus masculin après le type I

  • Est le plus parisien

84Les auteurs du type III sont ceux dont l’œuvre est le plus diffusée : chacun totalise en moyenne, entre 1997 et 2008, 215 diffusions par an et 527 diffusions en moyenne pour la seule année 2008. La part de ceux qui ne diffusent pas du tout passe de 33 % en 1999 à 4 % en 2008. Parallèlement, la part des auteurs qui diffusent beaucoup (au moins 100 diffusions par an) s’élève de façon constante au cours de la période, passant ainsi de 17 % en 1997 à 51 % en 2008. Cette dernière année, un auteur sur trois voit son travail diffusé à plus de 200 reprises (graphique 18-III).

85Leurs revenus sont les plus élevés de l’ensemble des auteurs de la SACD. La meilleure année, presque tous perçoivent plus de 20 000 euros et la SACD verse plus de 50 000 euros à plus de la moitié d’entre eux.

Graphique 17-Type III – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type III, 1980-2008

Graphique 17-Type III – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type III, 1980-2008

Note de lecture : En 1980, 94 % des auteurs du type III n’ont inscrit au répertoire de la SACD aucune contribution à la création ; 3 % en ont inscrit une, 2 % deux à quatre, aucun auteur n’en a inscrit cinq à neuf ou 10 ou plus. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 67 %, 14 %, 9 %, 3 % et 7 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 18- Type III – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type III, 1997-2008

Graphique 18- Type III – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type III, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 33 % des auteurs du type III n’a fait l’objet d’aucune diffusion ; il a été diffusé une ou deux fois pour 8 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 9 %, 10 à 19 fois pour 7 %, 20 à 99 fois pour 27 %, 100 à 199 fois pour 10 % et 200 fois ou plus pour 7 % des auteurs du type III. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 4 %, 4 %, 7 %, 6 %, 28 %, 14 % et 37 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 19-III – Répartition des droits parmi les auteurs du type III, 1997-2008

Graphique 19-III – Répartition des droits parmi les auteurs du type III, 1997-2008

Note de lecture : 8 % des auteurs du type III ont perçu moins de 500 euros en 2008.

Source : SACD/DEPS, 2011

  • 37 En euros 2008.

86Par ailleurs, les revenus sont élevés quelle que soit l’année, et de plus en plus élevés. En moyenne, entre 1997 et 2008, ils perçoivent 26 000 euros ; ce revenu moyen passe de 24 000 euros en 199737 à 34 000 euros en 2008.

87En 2007 et 2008, 20 % des auteurs de ce type perçoivent plus de 50 000 euros (graphique 19-III).

88Près des trois quarts des auteurs du type III ont adhéré avant 1997, 79 % sont des hommes et 41 % résident à Paris : il s’agit du type le plus masculin et le plus parisien. À l’instar du type I, l’ancienneté des créateurs du type III explique qu’ils soient nettement plus âgés que la moyenne : 40 % ont plus de 55 ans en 2008.

Type IV – La relève « animée »

89Ce n’est pas la durée de production qui distingue des autres types les 6 % d’auteurs formant le type IV : celle-ci est comprise pour près de 60 % entre 2 et 14 ans et 40 % répertorient des œuvres depuis seulement un an. C’est davantage la productivité qui les discrimine : ces auteurs totalisent en effet un grand nombre de contributions à la création, 76 % au moins 20, 40 % plus de 50. Entre 1997 et 2008, ils inscrivent en moyenne chaque année 5 contributions (la moyenne générale des auteurs de la SACD s’établissant à 0,9) et jusqu’à 8 en moyenne en 2003.

90Ils sont ainsi très productifs, et particulièrement en 2003 puis en 2006 : la part de ceux qui immatriculent plus de 10 contributions par an s’élève entre 1997 et 2006 (5 % en 1997, 10 % en 2000, 14 % en 2003 et 2006) puis diminue (12 % en 2007 et 10 % en 2008) (graphique 17-IV).

91Ils sont le plus souvent concentrés sur la production télévisuelle et plus particulièrement sur l’animation et, dans une moindre mesure, sur les fictions et les sketches. La productivité de ces auteurs est en partie due au format même de leurs œuvres. En effet, les œuvres d’animation sont pour la plupart des œuvres de courte durée (3, 7, 13 ou 26 minutes).

92Après les auteurs du type III, ceux du type IV sont ceux dont l’œuvre fait le plus souvent l’objet d’une diffusion : en moyenne 112 par an entre 1997 et 2008, autour de 200 diffusions en 2007 et en 2008.

93La part des auteurs fortement diffusés s’élève : en 1997, 14 % des auteurs de ce type ont eu plus de 20 diffusions, ils sont 26 % dans ce cas en 2000, 39 % en 2003, 44 % en 2006 et 54 % en 2008. La part de ceux dont le travail engendre plus de 200 diffusions par an a nettement augmenté : ils étaient 1 % en 1997, 5 % en 2000, 12 % en 2003, 14 % en 2006 et 17 % en 2008 (graphique 18-IV).

  • 38 En euros 2008.

94Leurs revenus sont les plus élevés après ceux des auteurs du type II, mais demeurent très en deçà de ces derniers : ils s’établissent en moyenne à près de 2 500 euros par an entre 1997 et 2008. La meilleure année, presque un auteur sur deux perçoit moins de 500 euros, tandis que le revenu annuel moyen des auteurs du type III est de plus de 25 000 euros et qu’aucun ne perçoit moins de 500 euros au cours de sa meilleure année. Leurs revenus sont en augmentation entre 1997 et 2008 : 19 % perçoivent plus de 1 500 euros38 en 1997, 22 % en 2000, 30 % en 2003, 34 % en 2006, 36 % en 2008 (graphique 19-IV).

95Les auteurs de la relève « animée » ont, pour la plupart, adhéré entre 1997 et 2005 ; ils sont jeunes, un auteur sur deux a moins de 45 ans en 2008.

La relève « animée »

Les auteurs du type IV :

  • Créent des œuvres d’animation pour la TV

  • Totalisent le plus grand nombre de contributions à la création

  • Totalisent le plus de diffusion (après ceux du type III)

  • Perçoivent des revenus modérés, comparables aux revenus des auteurs du type V

Ce type :

  • Est le plus jeune, avec le type V

Graphique 17- Type IV – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type IV, 1980-2008

Graphique 17- Type IV – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type IV, 1980-2008

Note de lecture : en 1980, aucun auteur du type IV n’a inscrit de contribution à la création au répertoire de la SACD. En 2008, 81 % des auteurs de ce type n’en ont inscrit aucune, 3 % en ont inscrit une, 4 % deux à quatre, 2 % cinq à neuf et 10 % des auteurs du type IV en ont inscrit 10 ou davantage.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 18- Type IV – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type IV, 1997-2008

Graphique 18- Type IV – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type IV, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 72 % des auteurs du type IV n’a fait l’objet d’aucune diffusion ; il a été diffusé une ou deux fois pour 3 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 5 %, 10 à 19 fois pour 5 %, 20 à 99 fois pour 11 %, 100 à 199 fois pour 2 % et 200 fois ou plus pour 1 % des auteurs du type IV. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 28 %, 3 %, 7 %, 7 %, 28 %, 9 % et 17 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 19- Type IV – Répartition des droits parmi les auteurs du type IV, 1997-2008

Graphique 19- Type IV – Répartition des droits parmi les auteurs du type IV, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 76 % des auteurs du type IV ont perçu moins de 500 € (euros 2008), 5 % de 500 à 1 500 €, 7 % de 1 500 à 5 000 €, 9 % de 5 000 à 20 000 €, 2 % de 20 000 à 30 000 €, 1 % de 30 000 à 50 000 € et 1 % plus de 50 000 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 49 %, 14 %, 20 %, 17 %, 0 %, 0 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Type V – La relève cinématographique

96Le type V rassemble 18 % d’auteurs qui ont en commun de produire depuis peu de temps : leur production est pratiquement inexistante avant 2000 ; pour 80 % d’entre eux, moins de deux ans se sont écoulés entre l’inscription de la première contribution à la création et l’immatriculation de la dernière ; pour 71 %, la production se résume à une année. La plupart ont moins de trois contributions à leur actif ; 40 % des auteurs de ce groupe n’en ont répertoriées qu’une seule.

97Le type V a commencé à se constituer dans la seconde moitié des années 1990 mais s’est développé surtout au cours des toutes dernières années. Il s’appuie malgré tout sur une faible production : en 2006 et 2007, années les plus productives, la part des auteurs qui inscrivent au répertoire de la SACD au moins une contribution (et moins de quatre) s’établit à 15 % (graphique 17-V).

98La plupart de ces auteurs créent des œuvres uniquement destinées à l’audiovisuel, en particulier des fictions pour le cinéma.

99L’œuvre des auteurs du type V est en moyenne diffusé à 11 reprises chaque année entre 1997 et 2008 ; cette moyenne tend à s’élever avec le temps, pour atteindre 30 diffusions en 2008. En effet, ils sont de plus en plus nombreux à diffuser, bien que le nombre de diffusions correspondant demeure faible : 17 % sont diffusés au moins une fois en 1997, 27 % en 2000, 36 % en 2003, 48 % en 2006 et 61 % en 2008.

100La part des auteurs qui cumulent chaque année plus de dix diffusions passe de 6 % en 1997, à 12 % en 2000, 15 % en 2003, 22 % en 2006 pour atteindre 31 % en 2008 (graphique 18-V).

La relève cinématographique

Les auteurs du type V :

  • Créent des fictions pour le cinéma

  • Ont la plus faible durée de production, après le type VI

  • Totalisent le moins de contributions à la création, après le type VI

  • Totalisent peu de diffusions

  • Perçoivent des revenus modérés, comparables à ceux du type IV

Ce type :

  • Est le plus jeune, avec le type IV

  • Est le plus parisien, après le type II

101En conséquence de leur faible diffusion, leurs revenus demeurent peu élevés, quoiqu’en hausse : ils perçoivent en moyenne un peu plus de 2 000 euros en 2007 et 2008.

102Si, lors de leur meilleure année, pratiquement tous perçoivent au moins 1 500 euros, la part des auteurs percevant plus de 5 000 euros par an demeure faible, à peine 10 % en 2008, et pratiquement aucun ne perçoit plus de 20 000 euros, quelle que soit l’année (graphique 19-V). En 2008, la distribution de leurs revenus est comparable à celle des auteurs du type IV.

10357 % des auteurs du type V ont adhéré à la société d’auteurs au cours des années 2000. La moitié a moins de 45 ans en 2008 et ils résident plus souvent que les autres à Paris – ce qui, rappelons-le, est une caractéristique générale des auteurs de l’audiovisuel.

Graphique 17- Type V – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type V, 1980-2008

Graphique 17- Type V – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type V, 1980-2008

Note de lecture : en 1980, aucun auteur du type V n’a inscrit de contribution à la création au répertoire de la SACD. En 2008, 88 % des auteurs de ce type n’en ont inscrit aucune, 9 % en ont inscrit une, 3 % deux à quatre et aucun auteur du type V n’en a inscrit davantage.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 18-V – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type V, 1997-2008

Graphique 18-V – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type V, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 83 % des auteurs du type V n’a fait l’objet d’aucune diffusion ; il a été diffusé une ou deux fois pour 7 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 4 %, 10 à 19 fois pour 2 %, 20 à 99 fois pour 4 %, 100 à 199 fois pour 0 % et 200 fois ou plus pour 0 % des auteurs du type V. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 39 %, 17 %, 12 %, 9 %, 18 %, 2 % et 2 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 19-V – Répartition des droits parmi les auteurs du type V, 1997-2008

Graphique 19-V – Répartition des droits parmi les auteurs du type V, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 84 % des auteurs du type V ont perçu moins de 500 € (euros 2008), 3 % de 500 à 1 500 €, 8 % de 1 500 à 5 000 €, 4 % de 5 000 à 20 000 € et 1 % de 20 000 à 30 000 € ; aucun auteur du type V n’a perçu plus de 30 000 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 52 %, 11 %, 25 %, 11 %, 1 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Type VI – Les éphémères

104Un auteur de la SACD sur trois fait partie du type VI, qui se caractérise à la fois par une production de faible ampleur et, partant, par une courte durée d’intervention dans le monde du spectacle – et par de très faibles rémunérations.

105La production de presque tous les auteurs de ce type se résume à une année et à trois contributions à la création au maximum (68 % en répertorient une seule). Le type VI rassemble ainsi les auteurs qui, depuis le début des années 1990, ont inscrit de façon très ponctuelle une, deux ou trois contributions au répertoire de la SACD (graphique 17-VI).

106Du point de vue des répertoires, il s’agit d’un type transversal, bien qu’il concerne davantage le spectacle vivant (théâtre, œuvres dramatico-musicales, musiques de scène) que l’audiovisuel (fictions pour la télévision et le cinéma).

107Du fait du caractère très éphémère de leur activité, les auteurs du type VI sont peu diffusés : en moyenne deux diffusions ou représentations par an entre 1997 et 2008. Toutefois, la moyenne est peu significative. En effet, si l’on prend pour illustration les auteurs du type VI qui n’ont immatriculé qu’une seule contribution, en 1996, et dont l’exploitation commence en 1997, on obtient l’évolution suivante : pour la plupart des 240 auteurs qui sont dans ce cas, l’exploitation commence dans les deux années qui suivent l’inscription au répertoire de la SACD, c’est-à-dire en 1997 ou en 1998 ; pour 65 % d’entre eux, l’exploitation dure un an (c’est-à-dire que la création ne donne lieu à diffusions ou représentations qu’une seule année, 1997 ou 1998) ; pour environ 80 %, l’exploitation n’excède pas trois ans (c’est-à-dire qu’à partir de 2000 la création n’est plus diffusée ou représentée).

Les éphémères

Les auteurs du type VI :

  • Œuvrent dans l’un ou l’autre répertoire

  • Ont la durée de production la plus courte (en général une seule année)

  • Totalisent le plus faible nombre de contributions à la création et à la diffusion

  • Perçoivent les revenus les plus modestes

Le type VI, avec le type III :

  • Est le plus féminin

108L’augmentation du nombre d’auteurs diffusés que suggère le graphique 18-VI est donc artificielle, dissimulant le fait qu’en début de période une partie des auteurs du type VI n’ont pas encore adhéré à la SACD – et n’ont donc pas encore d’œuvre à diffuser.

  • 39 En euros 2008.

1091997 est l’année la plus rémunératrice pour 15 % d’entre eux, suivie de 2008, pour 14 %. La meilleure année demeure toutefois une année très modeste en termes de niveaux de revenus : ils perçoivent alors au maximum 1 500 euros39. Pour près de 70 % des auteurs du type VI, la meilleure année représente moins de 500 euros de droits perçus (graphique 19-VI).

110Un quart des auteurs du type VI ont adhéré à la SACD avant 1989, 19 % entre 1990 et 1996, 22 % entre 1997 et 2002 et 35 % depuis 2003. Il compte davantage de femmes et de jeunes auteurs que les autres types : 16 % ont moins de 35 ans en 2008.

Graphique 17- Type VI – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type VI, 1980-2008

Graphique 17- Type VI – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type VI, 1980-2008

Note de lecture : en 1980, aucun auteur du type VI n’a inscrit de contribution à la création au répertoire de la SACD. En 2008, 93 % des auteurs de ce type n’en ont inscrit aucune, 5 % en ont inscrit une, 2 % deux à quatre et aucun auteur du type VI n’en a inscrit davantage.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 18- Type VI – Répartition du nombre de contributions aux représentations et diffusions parmi les auteurs du type VI, 1997-2008

Graphique 18- Type VI – Répartition du nombre de contributions aux représentations et diffusions parmi les auteurs du type VI, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, 96 % des auteurs du type VI ont perçu moins de 500 € (euros 2008) et 4 % de 500 à 1 500 € ; aucun auteur du type VI n’a perçu plus de 1 500 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 94 %, 6 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique 19- Type VI – Répartition des droits parmi les auteurs du type VI, 1997-2008

Graphique 19- Type VI – Répartition des droits parmi les auteurs du type VI, 1997-2008

Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 84 % des auteurs du type VI n’a fait l’objet d’aucune représentation ; il a été représenté une ou deux fois pour 7 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 5 %, 10 à 19 fois pour 2 %, 20 à 99 fois pour 2 % ; aucun auteur du type VI n’a vu son œuvre représenté ou diffusé plus de 100 fois. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 73 %, 11 %, 9 %, 3 %, 3 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Caractéristiques distinctives des carrières types : représentations graphiques

111Les graphiques A à H ci-après confrontent les six types les uns aux autres sous l’angle de certaines caractéristiques, les comparant également à la répartition dans l’ensemble de la population.

Graphique A – Type de carrière et durée de production

Graphique A – Type de carrière et durée de production

NB : on entend par durée de production le nombre d’années écoulées entre la première contribution inscrite au répertoire de la SACD et la dernière. La production totale correspond au nombre total de contributions à la création que chaque auteur a inscrites à la SACD depuis son adhésion, toutes années confondues, y compris les années antérieures à 1997.
Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 46 % ont une durée de production d’un an (ils n’ont inscrit de contributions à la création au répertoire de la SACD qu’une seule année), 5 % ont une durée de production de 2 ans, 13 % de 3 à 5 ans, 12 % de 6 à 9 ans, 11 % de 10 à 14 ans, 6 % de 15 à 19 ans et 7 % ont une durée de production d’au moins 20 ans. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 0 %, 0 %, 3 %, 16 %, 35 %, 21 % et 25 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique B – Type de carrière et nombre total de contributions à la création

Graphique B – Type de carrière et nombre total de contributions à la création

Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 29 % ont inscrit une seule contribution à la création au répertoire de la SACD, 27 % en ont inscrit 2 ou 3, 12 % 4 ou 5, 11 % 6 à 9, 10 % 10 à 19, 7 % 20 à 49, 3 % 50 à 99 et 2 % ont inscrit au moins 100 contributions à la création. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 0 %, 8 %, 14 %, 30 %, 35 %, 12 %, 1 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique C – Type de carrière et site de contributions aux diffusions et aux représentations

Graphique C – Type de carrière et site de contributions aux diffusions et aux représentations

Note : on entend par « meilleure année » l’année, entre 1997 et 2008, au cours de laquelle le nombre de contributions aux diffusions et représentations est le plus élevé.
Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 24 % comptabilisent moins de 4 contributions à la diffusion la meilleure année, 27 % en comptabilisent 5 à 19, 21 % 20 à 49, 11 % 50 à 99, 7 % 100 à 199, 5 % 200 à 499, 3 % 500 à 999 et 3 % en cumulent au moins 1 000. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 4 %, 22 %, 31 %, 24 %, 13 %, 5 %, 1 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique D – Type de carrière et montant des droits perçus la meilleure année

Graphique D – Type de carrière et montant des droits perçus la meilleure année

Note : on entend par « meilleure année » l’année, entre 1997 et 2008, au cours de laquelle les revenus (en euros 2008) de l’auteur sont les plus élevés.
Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 30 % perçoivent moins de 500 € (euros 2008) la meilleure année, 19 % perçoivent entre 500 et 1 500 €, 21 % entre 1 500 et 5 000 €, 17 % entre 5 000 et 20 000 €, 3 % entre 20 000 et 30 000 €, 4 % entre 30 000 et 50 000 €, 4 % entre 50 000 et 100 000 € et 2 % perçoivent plus de 100 000 € la « meilleure année ». Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 9 %, 17 %, 35 %, 37 %, 2 %, 0 %, 0 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique E – Type de carrière et montant des droits perçus en 2008

Graphique E – Type de carrière et montant des droits perçus en 2008

Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 67 % perçoivent moins de 500 € en 2008, 10 % perçoivent entre 500 et 1 500 €, 10 % entre 1 500 et 5 000 €, 7 % entre 5 000 et 20 000 €, 1 % entre 20 000 et 30 000 €, 1 % entre 30 000 et 50 000 € et 2 % perçoivent plus de 50 000 € en 2008. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 53 %, 19 %, 19 %, 9 %, 0 %, 0 % et 0 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Graphique F – Type de carrière, âge et sexe des auteurs en 2008

Graphique F – Type de carrière, âge et sexe des auteurs en 2008

Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 11 % ont moins de 34 ans, 29 % ont entre 35 et 44 ans, 29 % entre 45 et 54 ans, 19 % entre 55 et 64 ans, 12 % ont 65 ans ou plus et 28 % sont des femmes. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 3 %, 20 %, 33 %, 26 %, 19 % et 23 %.

Source : SACD/DEPS, 2011

Méthodologie

Les données transmises par la SACD et leur traitement statistique

Les données transmises

112Les données transmises par la SACD incluent tous les droits d’exploitation gérés par la SACD entre 1997 et 2008.

113Les droits associés à la gestion individuelle dans l’audiovisuel (avances et primes pour la diffusion d’œuvres cinématographiques, exploitations vidéo, en salles de projection, à l’étranger, etc.) sont exclus de l’analyse.

114On dispose ainsi pour chaque auteur ayant perçu des droits d’exploitation entre 1997 et 2008 :

  • de ses caractéristiques sociodémographiques : année de naissance, éventuellement année de décès, sexe, nationalité, lieu de résidence en 2008, grade en 2008, année d’adhésion à la SACD ;

  • de l’ensemble des droits perçus chaque année, par répertoire (audiovisuel ou spectacle vivant), par discipline (cinéma, télévision, etc.), par genre (fiction, animation, etc.) et par pays de provenance ;

  • d’informations sur les œuvres inscrites au répertoire de la SACD (nombre par année − y compris les années antérieures à 1997 −, répertoire, discipline et genre) et sur les diffusions et représentations (nombre par année – entre 1997 et 2008 –, répertoire, discipline et genre).

115Le champ de la présente étude couvre uniquement les créations des auteurs qui ont perçu des droits entre 1997 et 2008 et, donc, exclut celles des nouveaux membres inscrits avant 2008 mais qui, à cette date, n’ont pas encore perçu de droits. Pour information, en 2007 et 2008, la SACD a inscrit à son répertoire 28 000 nouvelles œuvres audiovisuelles et 11 500 nouvelles œuvres de spectacle vivant.

Les œuvres : création, diffusion et représentation

116Une mise en garde s’impose : les notions d’œuvre et de diffusion s’entendent moins comme des œuvres et diffusions uniques que comme la contribution d’un auteur à la création d’une œuvre unique (couvrant ainsi à la fois l’œuvre unique inscrite par un seul auteur et l’œuvre de collaboration, impliquant plusieurs coauteurs) et sa contribution à la diffusion de cette œuvre. Ainsi, le scénario d’un épisode d’une série télévisée − œuvre unique − auquel six scénaristes auront contribué apparaîtra à six reprises dans le fichier exploité, une fois pour chacun des six contributeurs. Si cette œuvre est diffusée à la télévision à trois reprises en 2008, lui correspondront alors trois diffusions pour chacun des six scénaristes, soit en tout 18 contributions à la diffusion.

Notes

1 Lorsqu’il est prévu qu’une œuvre soit diffusée, elle est inscrite au répertoire de la SACD. La diffusion de cette œuvre peut intervenir dans l’année mais peut également être différée d’un an, deux ans ou davantage, voire ne jamais avoir lieu.

2 La notion de contribution à la création est à distinguer de celle d’œuvre unique. En effet, le fichier mis à disposition par la SACD distingue les auteurs et non les œuvres : si une année donnée la SACD valide une œuvre à laquelle cinq auteurs ont collaboré, alors cette œuvre figurera cinq fois dans le fichier parmi les créations de cette année-là (voir Méthodologie, p. 32).

3 En 2006, le nombre d’œuvres validées a fortement augmenté, en raison d’une réorganisation de la procédure d’immatriculation des œuvres à la SACD

4 En euros constants, i.e. en euros 2008.

5 À l’instar de la notion de contribution à la création, celle de contribution à la diffusion permet de tenir compte à la fois des diffusions et représentations d’œuvres ayant un seul auteur et de celles d’œuvres ayant plusieurs coauteurs (pour lesquelles une même diffusion apparaîtra dans le fichier transmis par la SACD autant de fois qu’il y a de coauteurs).

6 Les personnes employées au sens du Bureau international du travail sont celles ayant travaillé en France dans l’année, de façon salariée ou non salariée, quelle que soit la durée de l’emploi.

7 Auteurs vivants en 2008 et percevant des droits cette année-là.

8 Tout auteur d’une œuvre de l’esprit (œuvre littéraire, dramatique, cinématographique, photographique…) dispose d’un droit moral (perpétuel, inaliénable, imprescriptible et insaisissable) et de droits patrimoniaux (droits de représentation et de reproduction exclusifs et limités dans le temps) sur son œuvre. Ces droits constituent les deux piliers de la propriété littéraire et artistique, régie et protégée par le Code de la propriété intellectuelle.

9 http://www.sacd.fr

10 C’est-à-dire perçoivent des droits en provenance du seul répertoire audiovisuel.

11 En euros 2008.

12 Indépendamment de la forte hausse de 2006, conséquence de la réorganisation de la procédure d’immatriculation au sein de la SACD.

13 Y compris les créations immatriculées avant 1997, pour les auteurs ayant perçu des droits entre 1997 et 2008.

14 Le fonds d’œuvres disponibles s’étoffe naturellement d’année en année.

15 Source : SACD. La notion d’œuvre est étroitement corrélée au genre de l’œuvre et, au sein des œuvres de fiction et d’animation dans l’audiovisuel, à sa durée (le minutage) : la plupart des œuvres d’animation diffusées à la télévision française durent 3, 5, 7 ou 13 minutes, tandis qu’une fiction télévisuelle peut être une fiction courte (moins de 26 minutes) ou durer 26, 52 ou 90 minutes. De plus, le minutage d’une œuvre est étroitement corrélé à son processus de création : plus le format est court, plus le nombre de contributeurs à l’œuvre est important. Plus le format est long, plus le processus de création se rapproche de la « formule » cinématographique, avec un ou deux scénaristes seulement.

16 En 2006.

17 On s’intéresse ici, pour les hommes d’une part, pour les femmes d’autre part, au domaine de prédilection de chaque auteur (domaine principal en termes de droits perçus).

18 Source : enquêtes Emploi (Insee).

19 Il s’agit des auteurs vivants percevant des droits cette année-là.

20 Auteurs vivants en 2008 et qui perçoivent des droits dans l’audiovisuel cette année-là

21 Dans le fichier de la SACD, à un auteur est associé son grade le plus récent : ainsi, sur la période 1997-2008, si un auteur a changé de grade, le fichier ne permet pas de le savoir. L’œuvre des auteurs décédés est traité en succession. La SACD distingue un cinquième grade : est cessionnaire toute personne physique ou morale à laquelle l’auteur a cédé ses droits. Cependant, ce grade est marginal (en 2008, moins de 0,2 % des auteurs sont concernés) et, de ce fait, n’est pas détaillé ici.

22 Rappel pour comparaison, la progression est de 23 % dans l’audiovisuel entre 1997 et 2008.

23 En euros 2008.

24 C’est-à-dire que la discipline et le genre de l’œuvre (chorégraphie, arts du cirque, etc.) ne figurent pas dans le fichier transmis par la SACD.

25 Voir supra.

26 En 2006.

27 On s’intéresse ici, pour les hommes d’une part, pour les femmes d’autre part, aux domaines de prédilection de chaque auteur (domaine principal en termes de droits perçus).

28 Auteurs vivants et percevant des droits dans le spectacle vivant en 2008.

29 Auteurs vivants et percevant des droits dans le spectacle vivant en 2008.

30 Où les adhérents représentent 44 % des auteurs et 12 % des droits.

31 Rappelons que c’est l’inverse que l’on observe dans l’audiovisuel.

32 L’encadré 4 est renvoyé en page 28.

33 En comptabilisant également les œuvres créées avant 1997.

34 Parmi les auteurs qui, une année donnée, perçoivent des droits, on distingue ainsi ceux qui ne sont actifs que dans l’audiovisuel, ceux qui ne sont actifs que dans le spectacle vivant et les auteurs qui interviennent dans les deux répertoires.

35 On entend par genre, par exemple, le genre « fiction » dans la discipline « œuvre télévisuelle » du répertoire audiovisuel, etc.

36 Au sens de l’origine (audiovisuel et/ou spectacle vivant) des droits perçus cette année-là.

37 En euros 2008.

38 En euros 2008.

39 En euros 2008.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Droits perçus, nombre d’auteurs, de contributions à la création et de contributions à la diffusion, 1997-2008 (indice 100 en 1997)
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Titre Graphique 2 – Droits perçus et nombre d’auteurs et de contributions à la création et à la diffusion dans l’audiovisuel, 1997-2008 (indice 100 en 1997)
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-2.png
Fichier image/png, 88k
Titre Tableau 1 – Répartition des effectifs, droits versés, nombre de contributions à la création et à la diffusion selon le répertoire en 2008 (unités, milliers d’euros et %)
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-3.png
Fichier image/png, 106k
Titre Graphique 3 – Distribution des principaux genres de l’audiovisuel en droits perçus, nombre de contributions à la création et nombre de contributions à la diffusion, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, les fictions radiophoniques représentaient 2 % des droits perçus, les fictions pour le cinéma 28 %, les fictions télévisuelles 48 %, les œuvres d’animation pour la télévision 13 %, les sketches télévisuels 1 % et les autres types d’œuvres 7 %. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 3 %, 30 %, 43 %, 15 %, 2 % et 6 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-4.png
Fichier image/png, 100k
Titre Graphique 4 – Dispersion des droits et des contributions à la création et à la diffusion dans l’audiovisuel en 2008
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-5.png
Fichier image/png, 54k
Titre Graphique 5 – Distribution des auteurs de l’audiovisuel selon le sexe en effectifs, droits perçus (euros 2008), nombre de contributions à la création et nombre de contributions à la diffusion, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 5 831 hommes et 1 667 femmes perçoivent des droits dans l’audiovisuel, soit respectivement 78 % et 22 % de l’ensemble des auteurs de ce répertoire. En 2008, ils sont 6 976 hommes (76 %) et 2 252 femmes (24 %).
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-6.png
Fichier image/png, 126k
Titre Graphique 6 – Répartition des auteurs selon le domaine principal des œuvres audiovisuelles selon le sexe, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 8 % des hommes perçoivent des droits dans l’audiovisuel pour des fictions radiophoniques, 26 % pour des fictions cinématographiques, 36 % pour des fictions télévisuelles, 6 % pour des œuvres d’animation télévisuelles, 3 % pour des sketches télévisuels et 21 % pour d’autres types d’œuvres. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 4 %, 39 %, 24 %, 12 %, 5 % et 15 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-7.png
Fichier image/png, 70k
Titre Graphique 7 – Âge des auteurs dans l’audiovisuel et âge des personnes en emploi (au sens du BIT)
Légende Note de lecture : en 1997, 42 % des auteurs vivants percevant des droits dans l’audiovisuel et 20 % des personnes en emploi en France métropolitaine ont plus de 50 ans ; ces proportions sont respectivement de 43 % et 26 % en 2008.
Crédits Source : SACD/Enquête Emploi (Insee)/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-8.png
Fichier image/png, 68k
Titre Graphique 8 – Répartition des auteurs et des droits perçus selon le grade dans l’audiovisuel en 2008
Légende Note de lecture : en 2008, 44 % des auteurs qui perçoivent des droits dans l’audiovisuel ont le grade d’adhérent, 13 % sont sociétaires adjoints, 30 % sont sociétaires ; les successions représentent 12 % des auteurs.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-9.png
Fichier image/png, 35k
Titre Graphique 9 – Droits perçus et nombre d’auteurs et de contributions à la création et aux représentations dans le spectacle vivant, 1997-2008 (indice 100 en 1997)
Légende Du fait de la restriction du champ (voir Méthodologie, p. 32), l’évolution du nombre de contributions à la création en 2007 et 2008 est difficilement interprétable et, pour cette raison, non représentée sur le graphique ci-dessus. Note de lecture : dans le spectacle vivant, de 100 en 1997, l’indice du nombre de contributions aux représentations est passé à 164 en 2008 et l’indice du nombre d’auteurs à 160.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-10.png
Fichier image/png, 52k
Titre Graphique 10 – Distribution des principaux genres du spectacle vivant en droits perçus, nombre de contributions à la création et nombre de contributions aux représentations, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 2 % des droits perçus dans le spectacle vivant sont relatifs à des œuvres théâtrales et 98 % à des œuvres de genre non renseigné. En 2008, ces dernières représentent 51 % des droits perçus dans ce répertoire, les musiques de scène 2 %, les sketches 3 %, les œuvres d’arts du cirque et de la rue 4 %, les œuvres dramatico-musicales 6 %, les chorégraphies 6 %, les œuvres théâtrales 27 % et les autres types d’œuvres 2 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-11.png
Fichier image/png, 115k
Titre Graphique 11 – Dispersion des droits, des œuvres et des représentations dans le spectacle vivant en 2008
Légende Note de lecture : en 2008, dans le spectacle vivant, 95 % des auteurs sont à l’origine de 72 % des contributions à la création et se partagent 58 % des contributions aux représentations et 33 % des droits : ce qui implique que 5 % des auteurs engendrent 28 % de l’ensemble des contributions aux œuvres inscrites en 2008 dans le spectacle vivant, 42 % des représentations et 66 % des droits.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-12.png
Fichier image/png, 71k
Titre Graphique 12 – Distribution des auteurs du spectacle vivant selon le sexe en effectifs, droits perçus (euros 2008), nombre de contributions à la création et nombre de contributions aux représentations, 1997-2008
Légende Du fait de la restriction du champ (voir Méthodologie, p. 32), l’évolution du nombre de contributions à la création en 2007 et 2008 est difficilement interprétable et, pour cette raison, non représentée sur le graphique ci-dessus. Note de lecture : en 1997, 4 666 hommes et 1 466 femmes perçoivent des droits dans le spectacle vivant, soit respectivement 74 % et 26 % de l’ensemble des auteurs de ce répertoire. En 2008, ils sont 6 917 hommes (71 %) et 2 866 femmes (29 %).
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-13.png
Fichier image/png, 122k
Titre Graphique 13 – Répartition des auteurs selon le domaine principal des œuvres du spectacle vivant et selon le sexe, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 2 % des hommes perçoivent des droits dans le spectacle vivant pour des œuvres théâtrales et 98 % pour des œuvres de genre non renseigné. En 2008, 6 % des hommes perçoivent des droits dans ce répertoire pour des musiques de scène, 3 % pour des sketches, 9 % pour des œuvres d’arts du cirque et de la rue, 12 % pour des œuvres dramatico-musicales, 11 % pour des chorégraphies, 37 % pour des œuvres théâtrales, 3 % pour d’autres types d’œuvres et 20 % pour des œuvres de genre non renseigné.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-14.png
Fichier image/png, 84k
Titre Graphique 14 – Âge des auteurs dans le spectacle vivant et âge des personnes en emploi (au sens du BIT)
Légende Note de lecture : en 1997, 30 % des auteurs vivants percevant des droits dans le spectacle vivant et 20 % des personnes en emploi en France métropolitaine ont plus de 50 ans ; ces proportions sont respectivement de 40 % et 26 % en 2008.
Crédits Source : SACD/Enquête Emploi (Insee)/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-15.png
Fichier image/png, 70k
Titre Graphique 15 – Répartition des auteurs et des droits perçus selon le grade en 2008 dans le spectacle vivant
Légende Note de lecture : en 2008, 64 % des auteurs qui perçoivent des droits dans le spectacle vivant ont le grade d’adhérent, 10 % sont sociétaires adjoints, 17 % sont sociétaires ; les successions représentent 8 % des auteurs.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-16.png
Fichier image/png, 35k
Titre Graphique 16 – Répartition des six types selon certaines caractéristiques des carrières
Légende Note de lecture : le type III représente 10 % des auteurs ; il rassemble des auteurs qui répertorient un nombre important de contributions à la création et qui perçoivent les revenus les plus élevés.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-17.png
Fichier image/png, 86k
Titre Graphique 17- Type I – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type I, 1980-2008
Légende Note de lecture : en 1980, 97 % des auteurs du type I n’ont inscrit au répertoire de la SACD aucune contribution à la création ; 2 % en ont inscrit une, 1 % deux à quatre et aucun auteur n’en a inscrit davantage. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 81 %, 13 %, 6 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-18.png
Fichier image/png, 57k
Titre Graphique 18- Type I – Répartition du nombre de contributions aux représentations parmi les auteurs du type I, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 34% des auteurs du type I n’a fait l’objet d’aucune représentation ; il a été représenté une ou deux fois pour 14% des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 18%, 10 à 19 fois pour 11%, 20 à 99 fois pour 20 %, 100 à 199 fois pour 2 % et 200 fois ou plus pour 1 % des auteurs du type I. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 26 %, 12 %, 19 %, 14 %, 26 %, 3 % et 1 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-19.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 19- Type I – Répartition des droits parmi les auteurs du type I, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 56 % des auteurs du type I ont perçu moins de 500 € (euros 2008), 16 % de 500 à 1 500 €, 16 % de 1 500 à 5 000 €, 11 % de 5 000 à 20 000 € et 1 % de 20 000 à 30 000 € ; aucun auteur du type I n’a perçu plus de 30 000 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 53 %, 19 %, 19 %, 9 %, 0 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-20.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 17-Types II – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type II, 1980-2008
Légende Note de lecture : en 1980, aucun auteur du type II n’a inscrit de contribution à la création au répertoire de la SACD. En 2008, 91 % des auteurs de ce type n’en ont inscrit aucune, 8 % en ont inscrit une, 2 % deux à quatre et aucun auteur du type II n’en a inscrit davantage.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-21.png
Fichier image/png, 55k
Titre Graphique 18- Type II – Répartition du nombre de contributions aux représentations parmi les auteurs du type II, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 86 % des auteurs du type II ont perçu moins de 500 € (euros 2008), 7 % de 500 à 1 500 €, 5 % de 1 500 à 5 000 € et 2 % de 5 000 à 20 000 € ; aucun auteur du type II n’a perçu plus de 20 000 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 90 %, 10 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-22.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 19-II – Répartition des droits parmi les auteurs du type II, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 71 % des auteurs du type II n’a fait l’objet d’aucune représentation ; il a été représenté une ou deux fois pour 11 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 10 %, 10 à 19 fois pour 4 %, 20 à 99 fois pour 5 % ; aucun auteur du type II n’a vu son œuvre représenté plus de 100 fois. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 55 %, 14 %, 17 %, 7 %, 6 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-23.png
Fichier image/png, 49k
Titre Graphique 17-Type III – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type III, 1980-2008
Légende Note de lecture : En 1980, 94 % des auteurs du type III n’ont inscrit au répertoire de la SACD aucune contribution à la création ; 3 % en ont inscrit une, 2 % deux à quatre, aucun auteur n’en a inscrit cinq à neuf ou 10 ou plus. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 67 %, 14 %, 9 %, 3 % et 7 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-24.png
Fichier image/png, 57k
Titre Graphique 18- Type III – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type III, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 33 % des auteurs du type III n’a fait l’objet d’aucune diffusion ; il a été diffusé une ou deux fois pour 8 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 9 %, 10 à 19 fois pour 7 %, 20 à 99 fois pour 27 %, 100 à 199 fois pour 10 % et 200 fois ou plus pour 7 % des auteurs du type III. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 4 %, 4 %, 7 %, 6 %, 28 %, 14 % et 37 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-25.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 19-III – Répartition des droits parmi les auteurs du type III, 1997-2008
Légende Note de lecture : 8 % des auteurs du type III ont perçu moins de 500 euros en 2008.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-26.png
Fichier image/png, 39k
Titre Graphique 17- Type IV – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type IV, 1980-2008
Légende Note de lecture : en 1980, aucun auteur du type IV n’a inscrit de contribution à la création au répertoire de la SACD. En 2008, 81 % des auteurs de ce type n’en ont inscrit aucune, 3 % en ont inscrit une, 4 % deux à quatre, 2 % cinq à neuf et 10 % des auteurs du type IV en ont inscrit 10 ou davantage.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-27.png
Fichier image/png, 56k
Titre Graphique 18- Type IV – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type IV, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 72 % des auteurs du type IV n’a fait l’objet d’aucune diffusion ; il a été diffusé une ou deux fois pour 3 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 5 %, 10 à 19 fois pour 5 %, 20 à 99 fois pour 11 %, 100 à 199 fois pour 2 % et 200 fois ou plus pour 1 % des auteurs du type IV. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 28 %, 3 %, 7 %, 7 %, 28 %, 9 % et 17 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-28.png
Fichier image/png, 49k
Titre Graphique 19- Type IV – Répartition des droits parmi les auteurs du type IV, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 76 % des auteurs du type IV ont perçu moins de 500 € (euros 2008), 5 % de 500 à 1 500 €, 7 % de 1 500 à 5 000 €, 9 % de 5 000 à 20 000 €, 2 % de 20 000 à 30 000 €, 1 % de 30 000 à 50 000 € et 1 % plus de 50 000 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 49 %, 14 %, 20 %, 17 %, 0 %, 0 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-29.png
Fichier image/png, 51k
Titre Graphique 17- Type V – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type V, 1980-2008
Légende Note de lecture : en 1980, aucun auteur du type V n’a inscrit de contribution à la création au répertoire de la SACD. En 2008, 88 % des auteurs de ce type n’en ont inscrit aucune, 9 % en ont inscrit une, 3 % deux à quatre et aucun auteur du type V n’en a inscrit davantage.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-30.png
Fichier image/png, 55k
Titre Graphique 18-V – Répartition du nombre de contributions à la diffusion parmi les auteurs du type V, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 83 % des auteurs du type V n’a fait l’objet d’aucune diffusion ; il a été diffusé une ou deux fois pour 7 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 4 %, 10 à 19 fois pour 2 %, 20 à 99 fois pour 4 %, 100 à 199 fois pour 0 % et 200 fois ou plus pour 0 % des auteurs du type V. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 39 %, 17 %, 12 %, 9 %, 18 %, 2 % et 2 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-31.png
Fichier image/png, 49k
Titre Graphique 19-V – Répartition des droits parmi les auteurs du type V, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 84 % des auteurs du type V ont perçu moins de 500 € (euros 2008), 3 % de 500 à 1 500 €, 8 % de 1 500 à 5 000 €, 4 % de 5 000 à 20 000 € et 1 % de 20 000 à 30 000 € ; aucun auteur du type V n’a perçu plus de 30 000 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 52 %, 11 %, 25 %, 11 %, 1 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-32.png
Fichier image/png, 51k
Titre Graphique 17- Type VI – Répartition du nombre de contributions à la création inscrites chaque année par les auteurs du type VI, 1980-2008
Légende Note de lecture : en 1980, aucun auteur du type VI n’a inscrit de contribution à la création au répertoire de la SACD. En 2008, 93 % des auteurs de ce type n’en ont inscrit aucune, 5 % en ont inscrit une, 2 % deux à quatre et aucun auteur du type VI n’en a inscrit davantage.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-33.png
Fichier image/png, 55k
Titre Graphique 18- Type VI – Répartition du nombre de contributions aux représentations et diffusions parmi les auteurs du type VI, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, 96 % des auteurs du type VI ont perçu moins de 500 € (euros 2008) et 4 % de 500 à 1 500 € ; aucun auteur du type VI n’a perçu plus de 1 500 €. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 94 %, 6 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-34.png
Fichier image/png, 52k
Titre Graphique 19- Type VI – Répartition des droits parmi les auteurs du type VI, 1997-2008
Légende Note de lecture : en 1997, l’œuvre de 84 % des auteurs du type VI n’a fait l’objet d’aucune représentation ; il a été représenté une ou deux fois pour 7 % des auteurs de ce type, 3 à 9 fois pour 5 %, 10 à 19 fois pour 2 %, 20 à 99 fois pour 2 % ; aucun auteur du type VI n’a vu son œuvre représenté ou diffusé plus de 100 fois. En 2008, ces proportions s’établissent respectivement à 73 %, 11 %, 9 %, 3 %, 3 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-35.png
Fichier image/png, 46k
Titre Graphique A – Type de carrière et durée de production
Légende NB : on entend par durée de production le nombre d’années écoulées entre la première contribution inscrite au répertoire de la SACD et la dernière. La production totale correspond au nombre total de contributions à la création que chaque auteur a inscrites à la SACD depuis son adhésion, toutes années confondues, y compris les années antérieures à 1997.Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 46 % ont une durée de production d’un an (ils n’ont inscrit de contributions à la création au répertoire de la SACD qu’une seule année), 5 % ont une durée de production de 2 ans, 13 % de 3 à 5 ans, 12 % de 6 à 9 ans, 11 % de 10 à 14 ans, 6 % de 15 à 19 ans et 7 % ont une durée de production d’au moins 20 ans. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 0 %, 0 %, 3 %, 16 %, 35 %, 21 % et 25 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-36.png
Fichier image/png, 74k
Titre Graphique B – Type de carrière et nombre total de contributions à la création
Légende Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 29 % ont inscrit une seule contribution à la création au répertoire de la SACD, 27 % en ont inscrit 2 ou 3, 12 % 4 ou 5, 11 % 6 à 9, 10 % 10 à 19, 7 % 20 à 49, 3 % 50 à 99 et 2 % ont inscrit au moins 100 contributions à la création. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 0 %, 8 %, 14 %, 30 %, 35 %, 12 %, 1 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-37.png
Fichier image/png, 60k
Titre Graphique C – Type de carrière et site de contributions aux diffusions et aux représentations
Légende Note : on entend par « meilleure année » l’année, entre 1997 et 2008, au cours de laquelle le nombre de contributions aux diffusions et représentations est le plus élevé.Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 24 % comptabilisent moins de 4 contributions à la diffusion la meilleure année, 27 % en comptabilisent 5 à 19, 21 % 20 à 49, 11 % 50 à 99, 7 % 100 à 199, 5 % 200 à 499, 3 % 500 à 999 et 3 % en cumulent au moins 1 000. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 4 %, 22 %, 31 %, 24 %, 13 %, 5 %, 1 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-38.png
Fichier image/png, 67k
Titre Graphique D – Type de carrière et montant des droits perçus la meilleure année
Légende Note : on entend par « meilleure année » l’année, entre 1997 et 2008, au cours de laquelle les revenus (en euros 2008) de l’auteur sont les plus élevés.Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 30 % perçoivent moins de 500 € (euros 2008) la meilleure année, 19 % perçoivent entre 500 et 1 500 €, 21 % entre 1 500 et 5 000 €, 17 % entre 5 000 et 20 000 €, 3 % entre 20 000 et 30 000 €, 4 % entre 30 000 et 50 000 €, 4 % entre 50 000 et 100 000 € et 2 % perçoivent plus de 100 000 € la « meilleure année ». Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 9 %, 17 %, 35 %, 37 %, 2 %, 0 %, 0 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-39.png
Fichier image/png, 72k
Titre Graphique E – Type de carrière et montant des droits perçus en 2008
Légende Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 67 % perçoivent moins de 500 € en 2008, 10 % perçoivent entre 500 et 1 500 €, 10 % entre 1 500 et 5 000 €, 7 % entre 5 000 et 20 000 €, 1 % entre 20 000 et 30 000 €, 1 % entre 30 000 et 50 000 € et 2 % perçoivent plus de 50 000 € en 2008. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 53 %, 19 %, 19 %, 9 %, 0 %, 0 % et 0 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-40.png
Fichier image/png, 63k
Titre Graphique F – Type de carrière, âge et sexe des auteurs en 2008
Légende Note de lecture : dans l’ensemble des auteurs, 11 % ont moins de 34 ans, 29 % ont entre 35 et 44 ans, 29 % entre 45 et 54 ans, 19 % entre 55 et 64 ans, 12 % ont 65 ans ou plus et 28 % sont des femmes. Parmi les auteurs du type I, ces proportions s’établissent respectivement à 3 %, 20 %, 33 %, 26 %, 19 % et 23 %.
Crédits Source : SACD/DEPS, 2011
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/540/img-41.png
Fichier image/png, 54k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2011

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access