Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le poids économique direct de la culture

 | 
Yves Jauneau

Annexes _ Le poids économique direct de la culture

Texte intégral

Encadré 1 – Le champ statistique de la culture, défini de manière harmonisée au niveau européen

1Le champ de la culture est ici défini en référence à la nomenclature d’activités française (NAF), par la sélection de 29 codes parmi les 732 qui composent la nomenclature à son niveau le plus désagrégé (voir tableau ci-dessous). La définition du champ statistique de la culture a fait l’objet de travaux européens de 2009 à 2011, après que les nomenclatures nationales (nomenclature d’activités française, NAF Rév. 2) et européenne (nomenclature statistique des activités économiques dans la Communauté européenne, NACE Rév. 2) ont été rénovées en 2008. Sous l’égide d’Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne, un groupe de travail européen (Task Force 1) a conçu la structure du nouveau cadre statistique européen, dans un souci d’harmonisation des outils méthodologiques et pour garantir une meilleure comparabilité des résultats publiés (voir Conceptualisation statistique du champ de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture méthodes », 2011-3, 2011). Ces 29 activités culturelles (au niveau 5 de la nomenclature, dit « sous-classe ») sont réparties dans 8 regroupements d’activités différents, regroupements à 2 chiffres de la nomenclature appelés « divisions ». Or ces divisions sont les niveaux les plus fins disponibles pour lesquels les données comptables (valeur ajoutée, production) sont diffusées par l’Insee. Il est donc nécessaire d’estimer, pour chacun des niveaux comportant au moins une activité culturelle, la part du culturel et la part du « non-culturel ».

Estimation pour 2010

2Pour estimer le poids économique de la culture, on part de la production marchande donnée par la comptabilité nationale au niveau division (codes à 2 chiffres) et on la ventile au niveau de la sousclasse (codes à 5 caractères) en leur appliquant un coefficient calculé à partir des enquêtes sectorielles annuelles (ESA) de l’Insee. Ces enquêtes décomposent en effet par branche détaillée le chiffre d’affaires des entreprises de tous les secteurs d’activité. Elles permettent donc, par sommation branche par branche, d’avoir la répartition d’une branche identifiée par une division (2 caractères) en chacune des sous-classes (5 caractères). Cette clé de répartition est alors appliquée à la production au sens de la comptabilité nationale diffusée par division (2 chiffres). Elle diffère légèrement de la somme des productions enquêtées par l’ESA, en raison de traitements spécifiques opérés par les comptables nationaux, mais l’approximation reste raisonnable.

3Pour l’enseignement culturel, on établit la production non marchande comme la somme de la dépense des centres de formation artistique (conservatoires régionaux, etc.), donnés par les Comptes de l’Éducation élaborés par la DEPP (ministère de l’Éducation nationale) et des dépenses du ministère de la Culture et de la Communication pour les établissements de l’enseignement supérieur culture (source ministérielle). Pour la production non marchande des divisions 90-91, on part de la production non marchande donnée par l’Insee (total 90-91). On répartit ce total en trois domaines (spectacle vivant, arts plastiques, patrimoine) à l’aide de plusieurs sources du ministère de la Culture (enquêtes sur les dépenses culturelles des collectivités territoriales, budgets des établissements publics culturels notamment) permettant de répartir la dépense publique culturelle (rémunérations, investissement). Cela a pour conséquence un partage de la production non marchande des divisions 90-91 légèrement différent de celui donné par l’Insee, mais a priori mieux à même d’illustrer la part proprement culturelle. Pour les ISBLSM, on répartit la production non-marchande à partir des déclarations annuelles des données sociales (DADS).

4Pour calculer la valeur ajoutée, on utilise un ratio valeur ajoutée/production marchande, issu là encore des enquêtes structurelles annuelles (ESA) de l’Insee auprès des entreprises, dans les domaines totalement marchands, la valeur ajoutée ainsi estimée par sous-classe étant ensuite recalée sur la valeur ajoutée donnée par l’Insee au niveau de chaque division. Pour les domaines partiellement non marchands (spectacle vivant, patrimoine, enseignement culturel, arts visuels), on utilise le rapport valeur ajoutée/production donné au niveau de la division par l’Insee. On estime ainsi une valeur ajoutée pour chacun des domaines culturels, dont la somme donne la valeur ajoutée des « branches culturelles » pour 2010.

5Cette méthode a le triple avantage d’être relativement simple à mettre en œuvre, d’être cohérente avec les données publiées à un niveau plus agrégé par l’Insee et d’être stable dans le temps. En revanche, elle est soumise aux règles propres à la comptabilité nationale, notamment en ce qui concerne le partage marchand/non-marchand et elle ne permet pas de prendre en compte certaines spécificités de la culture. On aurait par exemple pu lui préférer un partage entre les entreprises subventionnées et non subventionnées, ou moduler le critère des 50 % des coûts de production (encadré 2).

Estimation pour 1995-2009 et pour 2011

6Avec les sources et les données disponibles décrites précédemment, on a pu calculer les résultats de l’année 2010. Pour estimer le poids économique de la production marchande de 2011 et pour la période 1995-2009, on fait évoluer les coefficients culturels à partir des évolutions annuelles de chiffre d’affaires, au niveau de la sous-classe (pour chacune des sous-classes d’une division). Les données obtenues sont ensuite multipliées par un coefficient, afin d’obtenir comme total la production marchande donnée par la comptabilité nationale au niveau de chaque division. Pour l’enseignement culturel non marchand, on estime directement chacune des deux composantes (centres de formation artistique et enseignement supérieur) à partir des données annuelles des sources déjà utilisées. Pour la production non marchande des autres domaines, on actualise le partage entre spectacle vivant/arts plastiques/patrimoine en 1996 et 2002 à partir des sources précédemment évoquées, et on fait évoluer ce partage sur les autres années. Le total de production non marchande des branches 90-91 est toujours donné par les données de la comptabilité nationale. On calcule ainsi une production marchande et non marchande par domaine en 2011 et pour la période 1995-2009. Pour calculer la valeur ajoutée, on procède comme pour le calcul 2010.

Estimation de la valeur ajoutée en volume

7Pour estimer la valeur ajoutée des branches culturelles en volume, on divise la valeur ajoutée en valeur estimée ci-avant au niveau le plus fin de la nomenclature d’activités par un indice de prix de valeur ajoutée. L’indice des prix utilisé provient de deux sources : indice des prix de la valeur ajoutée par branche disponible dans les comptes nationaux (au niveau division de la nomenclature), et, pour les divisions 58 et 59, indice des prix à la consommation des ménages du produit culturel se rapprochant le plus du poste considéré (exemple : indice des prix à la consommation des journaux pour la branche 58.13Z Édition de journaux). En effet, pour ces deux divisions, il apparaît indispensable de scinder l’évolution des prix en sous-activités, certaines d’entre elles reflétant des évolutions contraires (par exemple, hausse des prix des billets de cinéma, baisse des prix des DVD ou des disques sur la période considérée).

8Enfin, la valeur ajoutée par volume ainsi obtenue est multipliée par un coefficient qui permet de retrouver, par addition, le niveau exact de la valeur ajoutée en volume publiée au niveau division par l’Insee dans le cadre des comptes nationaux.

9L’indice global des prix de la valeur ajoutée des branches culturelles est alors obtenu en divisant la valeur ajoutée des branches culturelles en valeur (ou à prix courants) par celle en volume (ou à prix constants).

Note : les activités culturelles sont regroupées en huit domaines (voir tableau 2 de cette publication), comme indiqué entre parenthèses dans le tableau ci-avant : audiovisuel (AV : audiovisuel ; SV : spectacle vivant ; PAT : patrimoine ; EC : enseignement culturel ; LP : livre et presse ; AR : arts visuels ; ARCHI : architecture ; PUB : publicité).

Une rétropolation du poids économique de la culture par « minimum/maximum » pour la période 1959-2011

10Pour estimer les données avant 1995, on calcule ici non plus des taux d’inclusion mais on émet des hypothèses sur l’estimation minimale ou maximale d’inclusion de la culture. Les nomenclatures et leur niveau de détail se sont en effet modifiés en 1995 et n’existent qu’à un niveau agrégé avant 1995. Les résultats présentés ci-après montrent que le poids économique direct de la culture semble presque continuellement augmenter de 1959 à 2003, à l’exception d’un temps d’arrêt à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

Graphique 7 – Poids des branches culturelles dans la valeur ajoutée de l'ensemble de l’économie, estimation par minimum/maximum, 1959-2011(en %)

Graphique 7 – Poids des branches culturelles dans la valeur ajoutée de l'ensemble de l’économie, estimation par minimum/maximum, 1959-2011(en %)

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

La mesure du poids économique de la culture est sensible à la définition de son champ

11Le champ statistique ici utilisé pour mesurer le poids économique de la culture n’intègre pas certains domaines très difficiles à cerner d’un point de vue statistique, soit parce qu’ils ne correspondent pas à une branche au niveau le plus fin de la nomenclature (galeries d’art par exemple, intégrées à la branche « commerce de détail »), soit parce qu’ils sont relatifs à des activités dites créatives mais dont la majeure partie est relative à l’industrie ou au commerce (l’industrie de l’habillement pour la mode, commerce de détail du livre). À l’inverse, le champ choisi ici intègre des champs partiellement culturels, notamment les activités des laboratoires de développements photographiques ou encore les agences de publicité, secteurs à forte valeur ajoutée, dont la suppression du champ culturel ferait diminuer sa valeur ajoutée de 10 %.

  • 1 On retrouve aussi ces choix dans le cadre pour les statistiques culturelles établi par l’Unesco en (...)
  • 2 L’achat de biens culturels en ligne est bien en revanche dans le champ : par exemple, le télécharge (...)

12Ainsi, ne sont pas retenues ici des branches des activités industrielles qu’on aurait pu considérer comme culturelles comme les activités d’imprimerie (18.11 et 18.12, ce dernier code – imprimerie de labeur – ayant un contenu culturel encore plus limité), ou la reproduction (18.20) et la fabrication d’instruments de musique (32.20) car ce sont des activités qui ne permettent que la reproduction de produits culturels mais n’y apportent pas de valeur culturelle1. De même en est-il des équipements et matériaux (depuis la fabrication des optiques jusqu’à celle des peintures ou autres encres ou vernis d’imprimerie). La valeur ajoutée de la fabrication d’instruments de musique est égale, en 2010, à 96 millions d’euros et son apport au calcul du poids économique de la culture reste marginal. Inclure cette activité conduirait au risque de faire perdre sa visibilité à la culture, de noyer ses représentations dans des secteurs divers. Enfin, la production des outils de diffusion (les « contenants », c’est-à-dire toutes les activités connexes de transmission et de mise à disposition de services de télécommunications ; coût d’un abonnement ADSL par exemple) n’est pas incluse dans le champ, même si ces outils permettent la diffusion d’activités et de services culturels (une connexion internet permet d’écouter de la musique en ligne par exemple2).

13Le travail au sein du groupe de travail statistique européen pour une définition du champ culturel a résulté d’un choix consensuel de pays aux histoires et administrations pourtant différentes.

Le champ culturel dans la dépense de consommation des ménages

14Sont comptés comme dépenses culturelles certains postes ou regroupements de postes de la nomenclature de fonctions (COICOP3), qui répartit la consommation des ménages en produits : HJ58Z1A (livres), HJ58Z1 (journal), HJ58Z1D (revues et périodiques), HJ59Z2 (films cinématographiques, vidéos et programmes de télévision), HJ59Z3 (enregistrement sonore et édition musicale), A88.60 (programmation et diffusion), A88.90 (activités créatives, artistiques et de spectacle) et A88.91 (bibliothèques, archives, musées et autres activités culturelles). En revanche, par cohérence avec le poids économique des branches culturelles, ne sont pas comptées comme dépense culturelle les dépenses de « distribution de bouquets de programmes de radio et de télévision » (classées en division 61 de la COICOP). Ces nomenclatures sont très légèrement différentes de celles utilisées pour élaborer la production et la valeur ajoutée. Il n’est donc ici pas possible d’établir une décomposition complète de la valeur ajoutée des branches culturelles en différents agrégats (dont la dépense de consommation des ménages), comme cela est fait par exemple dans l’ensemble de l’économie par la comptabilité nationale4, et d’établir ainsi un compte annexe ou « satellite » propre à la culture. Les sources ne seraient par ailleurs pas suffisantes pour estimer chacune des contreparties de la valeur ajoutée.

Le champ culturel dans la dépense des administrations publiques

15La nomenclature de dépenses de consommation est différente de celle de la production mais la plupart des rapprochements sont possibles. Sont comptés comme dépenses culturelles certains postes de la nomenclature internationale définie dans le système des Comptes nationaux de 1993 et révisée en 1999 : la COFOG (Classification of the Functions of Government5) : 08.2 Services culturels, 08.3 Services de radiodiffusion, de télévision et d’édition et 08.5 R-D dans le domaine des loisirs, de la culture et du culte.

Encadré 2 – Définitions et concepts

Les acteurs ou secteurs institutionnels

16Cinq grands secteurs institutionnels composent l’Économie nationale : les sociétés non financières (SNF – S.11), les sociétés financières (SF – S.12), les administrations publiques (APU – S.13), les ménages (S.14), les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM – S.15). L’ensemble des unités non résidentes, dans la mesure où elles entretiennent des relations économiques avec des unités constituant l’Économie nationale, sont regroupées dans le Reste du monde (S.2). Dans la culture, trois secteurs institutionnels sont concernés (S.11, S.13, S.15).

17Les sociétés non financières produisent des biens et services marchands (c’est-à-dire à un prix couvrant plus de 50 % des coûts de production) et n’ont pas de production non marchande (voir plus loin). En revanche, les deux autres acteurs (APU et ISBLSM) produisent très majoritairement des biens et services non marchands, c’est-à-dire à un prix couvrant moins de 50 % des coûts de production. Le critère de 50 % est une convention de la comptabilité nationale, tout comme le partage entre APU et ISBLSM. Il permet notamment de disposer d’une comptabilité publique comparable entre pays européens. Si le seuil de 50 % était abaissé, il y aurait moins d’établissements classés comme non marchands, ce qui ferait diminuer le total de la production non marchande puisqu’on ne tiendrait compte, pour ces établissements-là, que de leur production marchande.

Sociétés non financières, appelées ici entreprises

18Les entreprises regroupent les agents économiques dont la fonction principale est de produire des biens et des services non financiers marchands. Elles composent la plus grande partie du système productif. Elles se répartissent en deux catégories principales : les sociétés non financières, qui ont le plus souvent une personnalité juridique propre (sociétés anonymes (SA, SARL, SAS), entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL), coopératives, sociétés de personnes, établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC), associations sans but lucratif, holdings, etc.), et une comptabilité distincte de celle de leur propriétaire ; les entreprises individuelles dont la personnalité juridique n’est pas différente de celle de leur propriétaire (artisan, commerçant, profession libérale, etc.). Le statut juridique d’une entreprise ne doit pas être confondu avec son régime qui concerne uniquement le type d’imposition fiscale : ainsi on parle du régime de l’auto-entrepreneur, du régime de la micro-entreprise.

Administrations publiques (APU)

19Ensemble des unités institutionnelles dont la fonction principale est de produire des services non marchands ou d’effectuer des opérations de redistribution du revenu et des richesses nationales. Elles tirent la majeure partie de leurs ressources de contributions obligatoires. Le secteur des administrations publiques comprend les administrations publiques centrales (y compris les organismes divers d’administration centrale – ODAC – qui regroupent des organismes auxquels l’État a donné une compétence fonctionnelle spécialisée au niveau national), les administrations publiques locales et les administrations de sécurité sociale.

20Dans la culture, les APU sont : l’État (qui consacre une partie de son budget à la culture), les ODAC (certains établissements publics ou établissements subventionnés) et les collectivités territoriales (qui consacrent une partie de leurs dépenses à la culture). Les ODAC culturels sont les établissements publics sous tutelle du ministère (Opéra national de Paris, musée du Louvre, écoles d’enseignement supérieur Culture, etc.) ainsi que certains grands établissements subventionnés (théâtres nationaux, orchestres). La liste des ODAC est disponible ici : http://www.insee.fr/​fr/​indicateurs/​cnat_annu/​ base_2005/methodologie/odac-simple.pdf.
La plupart des établissements culturels subventionnés sont toutefois classés par la comptabilité nationale en ISBLSM (voir ci-après).

Institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM)

21Elles regroupent l’ensemble des unités privées dotées de la personnalité juridique qui produisent des biens et services non marchands au profit des ménages. Leurs ressources principales proviennent de contributions volontaires en espèces ou en nature effectuées par les ménages en leur qualité de consommateurs, de versements provenant des administrations publiques, ainsi que de revenus de la propriété.

22Dans la culture, outre les ODAC précédemment mentionnés, les ISBLSM sont quasi exclusivement des associations, et sont présentes dans quatre domaines : l’enseignement culturel (école de musique territoriale par exemple), le spectacle vivant (compagnie théâtrale par exemple), le patrimoine (musée territorial) et les arts visuels (association d’enseignement de dessin, de sculpture, etc.).

Les indicateurs économiques

Production

23La production est une activité exercée sous le contrôle et la responsabilité d’une unité institutionnelle qui combine des entrées – travail, capital, biens et services – pour fabriquer des biens ou fournir des services. La production est le plus souvent destinée à d’autres unités institutionnelles que l’unité productrice, mais elle peut aussi être utilisée par le producteur. On distingue trois types de production :

  • la production marchande, qui comprend principalement les produits vendus à des prix économiquement significatifs ;

  • la production pour usage final propre, qui comprend les biens et, de façon limitative, les services produits par une unité institutionnelle pour sa propre consommation finale ou sa propre formation de capital fixe. La production de service de logement par les ménages propriétaires de leur logement appartient à cette catégorie ;

  • la production non marchande, qui désigne la production destinée à d’autres unités institutionnelles, lorsqu’elle est livrée gratuitement ou à des prix sans signification économique. Il s’agit ici de biens et services non vendus sur un marché car indivisibles (défense, police, éclairage public…) ou vendus à un prix très faible par volonté politique et parce qu’ils sont à l’origine d’effets externes positifs (éducation, culture). Faute de prix de marché, ces services non marchands sont évalués par la somme de leurs coûts de production : rémunération des salariés (fonctionnaires), produits utilisés comme consommation intermédiaire pour produire ces services, impôts liés à la production, consommation de capital fixe.

Consommation intermédiaire

24La consommation intermédiaire est égale à la valeur des biens et des services consommés dans le processus de production. En revanche, la perte de valeur subie par les actifs fixes au cours de la production est une consommation de capital fixe. Dans certains cas, la ligne de partage entre la consommation intermédiaire et la formation de capital repose sur des conventions. C’est ainsi que font partie de la consommation intermédiaire : les travaux d’entretien courants des bâtiments des entreprises, l’achat de petit outillage, les dépenses de recherche et développement, la formation du personnel, etc.

L’application des règles de la comptabilité nationale à la production des branches culturelles

  • 6 . Pour ce même musée public, la vente de billets, au sens de la comptabilité nationale, est comptab (...)

25Les entreprises culturelles (maison d’édition, groupe de presse, salle de cinéma, chaîne de télévision, agence d’architecture, salle de spectacles privée, créateur artistique, etc.) produisent la très grande majorité de la production marchande (63 milliards d’euros) des branches culturelles, une partie de leur production étant par ailleurs consacrée à des biens et services non culturels (service de restauration dans une salle de spectacles par exemple). Une part très minoritaire de la production marchande culturelle (2 milliards d’euros au total) provient des entreprises dont l’activité principale n’est pas culturelle (édition de livres dans une entreprise, spectacles dans un restaurant) d’une part, et d’autre part, de la production marchande résiduelle de certaines administrations culturelles, vendant des produits culturels au prix du marché (vente de livres par un musée public par exemple6). La production marchande dans les branches culturelles est donc de 65 milliards d’euros.

26L’ensemble des administrations publiques est à l’origine d’une production non marchande culturelle de 14 milliards d’euros. De leur côté, les ISBLSM, qui sont dans leur très grande majorité des associations sans but lucratif (école de musique, compagnie théâtrale, etc.) totalisent en 2011 des coûts de production de 2 milliards d’euros qui, par convention, correspondent à leur production non marchande. Les ménages bénéficient ensuite de la production non marchande culturelle des APU et des ISBLSM, en accédant à des billets d’entrée dans les musées ou les salles de spectacle ou des services d’éducation artistique (conservatoire) à des prix plus faibles. Notons que les ménages, par leurs achats de billets d’entrée ou de spectacles, contribuent en partie à faire diminuer les coûts nets de production des administrations et associations culturelles, mais par convention, ce coût n’est pas retranché dans le calcul de la production non marchande.

27Enfin, les entreprises culturelles génèrent 4 milliards d’euros de production immobilisée de biens et services culturels (par exemple : programmes de télévision tournés et destinés à être diffusés ultérieurement).

28Au total, la production marchande, non marchande et immobilisée des branches culturelles est donc de 65 + 16 + 4 = 85 milliards d’euros.

Graphique 8 – La production dans les secteurs et dans les branches culturels en 2011

Graphique 8 – La production dans les secteurs et dans les branches culturels en 2011

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

Bibliographie

Champ statistique de la culture et données culturelles

DEROIN Valérie, Conceptualisation statistique du champ de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture méthodes », 2011-3, décembre 2011.

Cadre de l’Unesco pour les statistiques culturelles (CSC) 2009, http://unesdoc.unesco.org/images/0019/001909/190909f.pdf

LACROIX Chantal, Chiffres clés 2013. Statistiques de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication/La Documentation française, 2013.

Pratiques et consommations culturelles

« Les services marchands en 2011. Rapport sur les comptes », Insee, document de travail, juin 2012.

Olivier DONNAT, Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, enquête 2008, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication/La Découverte, 2009.

Olivier DONNAT, Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, enquête 2008, synthèse, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture études », 2009-6, 2009.

Chantal LACROIX, Les Dépenses de consommation des ménages en biens et services culturels et télécommunications, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture chiffres », 2009-2, 2009.

Bruno MARESCA, Romain PICARD, Thomas PILORIN, Dépenses culture-médias des ménages au milieu des années 2000 : une transformation structurelle, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture études », 2011-3, 2011.

Données et documents méthodologiques sur la comptabilité nationale

Mélanie VANDERSCHELDEN, « La place du secteur associatif et de l’action sociale dans l’économie », Insee Première, juin 2011, no 1356.

Données détaillées et répartition de la valeur ajoutée par branche : http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=5.2

Données détaillées sur la consommation des ménages : http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=2.3

Données détaillées sur la dépense des administrations publiques par fonction : http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=3.3

Notes méthodologiques sur les concepts et les méthodes d’estimation :

http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/default.asp?page=base_2005/methodologie/methodologie.htm

Notes

1 On retrouve aussi ces choix dans le cadre pour les statistiques culturelles établi par l’Unesco en 2009.

2 L’achat de biens culturels en ligne est bien en revanche dans le champ : par exemple, le téléchargement légal de musique est compris dans le code NAF 5920Z – Enregistrement sonore et édition musicale).

3 Voir http://unstats.un.org/unsd/cr/registry/regcst.asp?Cl=5&Top=2&Lg=2

4 Voir par exemple : http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/tableau.asp?sous_theme=1&xml=t_1101.

5 Voir http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=3.3.

6 . Pour ce même musée public, la vente de billets, au sens de la comptabilité nationale, est comptabilisée au titre de la production non marchande, car il est considéré que cette vente se fait à un tarif préférentiel pour le consommateur, par l’utilisation des subventions publiques versées au musée. Il s’agit ici d’une convention de calcul.

Table des illustrations

Légende Note : les activités culturelles sont regroupées en huit domaines (voir tableau 2 de cette publication), comme indiqué entre parenthèses dans le tableau ci-avant : audiovisuel (AV : audiovisuel ; SV : spectacle vivant ; PAT : patrimoine ; EC : enseignement culturel ; LP : livre et presse ; AR : arts visuels ; ARCHI : architecture ; PUB : publicité).
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/498/img-1.png
Fichier image/png, 250k
Titre Graphique 7 – Poids des branches culturelles dans la valeur ajoutée de l'ensemble de l’économie, estimation par minimum/maximum, 1959-2011(en %)
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/498/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Graphique 8 – La production dans les secteurs et dans les branches culturels en 2011
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/498/img-3.png
Fichier image/png, 217k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2013

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access