Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le poids économique direct de la culture

 | 
Yves Jauneau

Le poids économique direct de la culture

The direct economic impact of culture

Texte intégral

Les branches culturelles : une production totale de 85 milliards d’euros en 2011

1En 2011, les branches culturelles (audiovisuel, spectacle vivant, livre et presse, agences de publicité, architecture, arts visuels, patrimoine, enseignement culturel) totalisent une production de 85 milliards d’euros (tableau 1, encadré 1). Cette production se divise en trois parties (encadré 2). Tout d’abord, la production marchande culturelle (65 milliards d’euros) correspond à la production de biens et services culturels destinée à être écoulée sur le marché à un prix économiquement significatif, c’est-à-dire un prix couvrant plus de 50 % des coûts de production. La production pour emploi final propre (4 milliards d’euros) correspond ensuite, dans le cas de la culture, à une production immobilisée constituant un actif générateur de recettes ultérieures : par exemple des films ou des programmes de télévision réalisés dans l’année pour une diffusion ultérieure. Enfin, la production non marchande culturelle (16 milliards d’euros) correspond quant à elle à des biens et services culturels proposés aux ménages à un prix non économiquement significatif, car bénéficiant de l’apport de dépenses publiques (partie du budget de l’État ou des collectivités territoriales, subventions versées à des associations, aides versées par les sociétés civiles). La production non marchande est, par convention, évaluée à son coût de production (encadré 2), qui regroupe majoritairement trois types de dépenses : la rémunération des salariés, la consommation intermédiaire et les dépenses d’investissement. La production culturelle marchande est quasi exclusivement produite par les entreprises, alors que la production culturelle non marchande provient des administrations, des établissements publics ou encore des associations (encadré 2).

Une valeur ajoutée culturelle de 40 milliards d’euros

2La valeur ajoutée des branches culturelles est de 40 milliards d’euros en 2011 (tableau 1). Cette valeur ajoutée correspond à la production totale culturelle diminuée des consommations intermédiaires, c’est-à-dire de l’ensemble des produits ou services transformés ou consommés au cours du processus de production (matières premières, électricité par exemple). La part de la consommation intermédiaire dans la production est, dans les branches culturelles (53 %), légèrement supérieure à la moyenne de l’économie (51 %). En effet, certaines activités culturelles, par leur activité spécifique, consomment une part importante de biens ou services de façon intermédiaire – qui ne sont donc pas comptabilisés dans la valeur ajoutée finale. C’est notamment le cas du livre et de la presse imprimés (utilisation de papier) ou de la distribution de films, de vidéogrammes ou de jeux électroniques.

Le poids économique direct de la culture est de 2,2 % en 2011, en recul depuis 2004

3Mesuré comme la part de la valeur ajoutée des branches culturelles dans l’ensemble des branches, le poids économique direct de la culture est de 2,2 % en 2011 (tableau 1). Ce poids économique est relatif au périmètre harmonisé au plan européen pour délimiter les « branches culturelles » (encadré 1). Toute extension de champ par l’ajout d’activités à la frontière de l’activité culturelle (industries permettant de fabriquer des biens culturels, commerces permettant de les vendre) entraînerait une hausse du poids économique direct. En outre, ce poids économique ne prend pas ici en compte l’influence indirecte que peut avoir la culture sur d’autres activités économiques, la prise en compte de ces retombées indirectes dépendant très fortement des hypothèses faites pour les mesurer. Par exemple, le tourisme à but culturel est une partie non négligeable du tourisme. Mais prendre en compte la totalité de la valeur ajoutée de la branche des hôtels, cafés, restaurants (44 milliards d’euros) ferait varier la valeur ajoutée culturelle du simple au double. Par ailleurs, les données et les concepts manquent actuellement pour distinguer la part strictement culturelle dans le tourisme.

4De 1959 à 2003, le poids économique en valeur de la culture a augmenté et culmine en 2003 à 2,4 % (graphique 1). Après cette longue période quasi ininterrompue de croissance, le poids économique de la culture diminue. C’est principalement sa composante marchande qui cause cette baisse. Dans le même temps, en effet, le poids de la culture en termes de production non marchande a constamment augmenté, passant de 2,7 % en 1995 à 3,8 % en 2011, l’essentiel de cette croissance s’étant toutefois effectué entre 1995 et 2003 (graphique 2).

Graphique 1 – Poids des branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2011

Graphique 1 – Poids des branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2011

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

Tableau 1 – Production et valeur ajoutée dans les branches culturelles, 2011

Tableau 1 – Production et valeur ajoutée dans les branches culturelles, 2011

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

Graphique 2 – Poids des branches culturelles dans la production de l’ensemble de l’économie en valeur, 1995-2011

Graphique 2 – Poids des branches culturelles dans la production de l’ensemble de l’économie en valeur, 1995-2011

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

Graphique 3 – Répartition de la valeur ajoutée des branches culturelles en valeur, 1995-2011

Graphique 3 – Répartition de la valeur ajoutée des branches culturelles en valeur, 1995-2011

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

Baisse de la part relative de la presse et du livre, hausse de l’architecture et du patrimoine

  • 1 C’est-à-dire la somme des dépenses nécessaires à la production : rémunération des salariés, achat d (...)

5En 2011, les activités de l’audiovisuel (radio, télévision, cinéma, vidéo ou édition phonographique) constituent la principale branche d’activité culturelle en termes de poids économique, et concentrent près d’un tiers de la production totale (dont près de 40 % de la production marchande) et un quart de la valeur ajoutée culturelle (tableau 2). Le spectacle vivant – dont 60 % de la production est non marchande et valorisée à ses coûts de production1 – totalise quant à lui 18 % de la valeur ajoutée culturelle, 15 % de sa production et 7 % de sa production marchande. Les activités du livre et de la presse regroupent 15 % de la valeur ajoutée culturelle en 2011, pour 19 % de sa production. Les agences de publicité, considérées ici dans leur ensemble pour l’apport créatif, même s’il s’agit d’une activité dite partiellement culturelle (encadré 1), regroupent 11 % de la valeur ajoutée culturelle et les activités d’architecture 10 % en 2011. Enfin, le patrimoine pèse pour 11 % dans la valeur ajoutée culturelle, les arts visuels (arts plastiques, design, photographie, dont les laboratoires et les boutiques de développement photographique) 6 %, et l’enseignement culturel, 4 %.

6En quinze ans, la répartition de la valeur ajoutée culturelle par branches s’est profondément modifiée. En 1995, le livre et la presse représentaient la première branche d’activité culturelle en termes de valeur ajoutée, avec 26 % du total culturel (graphique 3). Ce poids a depuis régulièrement diminué, atteignant 15 % en 2011. Dans le même temps, l’architecture, le patrimoine et le spectacle vivant ont vu leur poids augmenter dans l’ensemble de la valeur ajoutée. La proportion de la valeur ajoutée des autres domaines culturels (audiovisuel, publicité, enseignement culturel, arts visuels) est restée globalement stable.

Tableau 2 – Répartition de la production et de la valeur ajoutée des branches culturelles, 2011

Tableau 2 – Répartition de la production et de la valeur ajoutée des branches culturelles, 2011

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

Architecture, publicité : les activités culturelles les plus touchées par la crise en 2008-2009

7La branche des activités d’architecture concentre en 2011 un dixième de la valeur ajoutée culturelle, une proportion en hausse globale au cours des quinze dernières années (7 % en 1995). Le poids de l’architecture dans la valeur ajoutée culturelle a atteint 11 % en 2008, puis a reculé en 2009 et 2010, avant de légèrement remonter en 2011 (graphique 3). En effet, les activités d’architecture, plus que les autres activités culturelles, ont été largement concernées par la crise économique en 2008 et 2009. Cette branche dépend directement de l’activité du bâtiment, frappée de plein fouet par la crise. La réduction du nombre de mises en chantier de logements et de bâtiments non résidentiels a entraîné, en 2009, un recul significatif des projets architecturaux. En 2010, la branche a bénéficié de la reprise économique globale, sans néanmoins retrouver son niveau d’avant la crise.

8Les activités des agences de publicité ont, quant à elles, été affectées par le recul marqué des recettes publicitaires des grands médias, passant de 9,4 milliards d’euros en 2008 à 8,1 milliards d’euros en 2009, pour légèrement remonter ensuite (8,5 milliards d’euros en 2011). De fait, le poids des agences de publicité dans la valeur ajoutée culturelle s’est stabilisé de 2008 à 2011, alors que la tendance était à l’augmentation depuis le début des années 2000.

Baisse du poids de la culture dans l’économie en valeur depuis 2004 et en volume depuis 2006

9Entre 1995 et 2003, les prix des branches culturelles ont augmenté de 19 %, contre 13 % dans l’ensemble des branches de l’économie (tableau 3). Cette hausse des prix plus marquée dans les branches culturelles – particulièrement visible dans l’audiovisuel – a alors contribué à l’augmentation du poids économique de la culture en valeur.

Graphique 4 – Poids de la culture dans la dépense de consommation des ménages et dans la dépense des administrations en valeur, 1995-2011

Graphique 4 – Poids de la culture dans la dépense de consommation des ménages et dans la dépense des administrations en valeur, 1995-2011

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

10Ainsi, entre 1995 et 2003, la valeur ajoutée des branches culturelles augmente de 50 % en valeur mais seulement de 26 % en volume, c’est-à-dire à prix constants. Après 2003, l’effet inverse s’est produit : les prix ont en moyenne moins augmenté dans les branches culturelles (9 %) que dans le reste de l’économie (14 %). Cela est en premier lieu à relier au recul important des prix dans l’audiovisuel, et tout particulièrement dans le disque et la vidéo. La baisse, depuis 2004, du poids de la culture dans l’économie est ainsi due, dans un premier temps, à la baisse de prix de certains biens culturels. En volume, c’est-à-dire une fois neutralisé l’effet de variation des prix, le poids des branches culturelles dans l’économie baisse quand même, mais depuis 2006 seulement (graphique 1). Cette baisse en volume est particulièrement marquée, là encore, dans les branches de la presse et du livre, du spectacle vivant et des arts visuels.

Depuis 1995, la part de la dépense des ménages pour la culture diminue

11L’évolution du poids économique de la culture depuis 1995 – hausse puis repli – est à rapprocher de deux résultats. D’une part, les ménages ont consacré une part de plus en plus faible de leur budget à l’achat de biens culturels. Entre 1995 et 2011, les dépenses culturelles des ménages (livre, presse, audiovisuel, spectacles, etc.) n’ont augmenté en moyenne chaque année que de 1,8 % en valeur, contre une progression de 3,3 % pour l’ensemble de leurs dépenses. Ainsi, le poids de la culture dans les dépenses de consommation des ménages est passé de 2,6 % à 2,1 % entre 1995 et 2011 (graphique 4). Ce recul du poids de la culture dans la dépense de consommation des ménages a pu directement impacter la production marchande des entreprises culturelles les plus fortement concernées par ce recul de la consommation (presse, livre, disque). D’autre part, la croissance des dépenses des administrations publiques pour la culture (encadré 2), qui constitue la majeure partie de la production culturelle non marchande, s’est ralentie (graphique 4). Entre 1995 et 2006, la part de la culture dans l’ensemble des dépenses des administrations publiques est passée de 1,0 % à 1,5 %, elle est restée stable depuis, l’effort culturel de l’État reculant légèrement (en proportion des dépenses totales), celui des collectivités territoriales se stabilisant.

Hausse de la part des dépenses des ménages dans le cinéma et la télévision

12La part des dépenses culturelles des ménages en valeur consacrées à l’audiovisuel (hors enregistrements sonores) a régulièrement augmenté, passant de 25 % en 1995 à 30 % en 2011 (graphique 5). Dans les salles de cinéma, les recettes perçues au guichet ont augmenté en moyenne chaque année de 4 % entre 1995 et 2011, totalisant 1,4 milliard d’euros de recettes en 2013. Les recettes publicitaires des radios et télévisions – un bon indicateur de la dynamique de l’activité dans ces secteurs – sont elles aussi restées bien orientées, augmentant de 2,3 % en moyenne chaque année, malgré un léger ralentissement depuis 2003.

Net recul des dépenses de consommation de disques depuis 2003

13En 1995, 10 % des dépenses culturelles des ménages étaient consacrés à l’achat de disques, contre 3 % seulement en 2011 (graphique 5). Avec l’arrivée du téléchargement de musique sur l’internet, le marché du disque s’est effondré.

Tableau 3 – Valeur ajoutée en volume et indice des prix de la valeur ajoutée dans les branches culturelles

Tableau 3 – Valeur ajoutée en volume et indice des prix de la valeur ajoutée dans les branches culturelles

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

Graphique 5 – Répartition de la dépense de consommation des ménages pour la culture, 1995-2011

Graphique 5 – Répartition de la dépense de consommation des ménages pour la culture, 1995-2011

Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013

Graphique 6 – Chiffre d'affaires de la vente de phonogrammes par les éditeurs, 1995-2011

Graphique 6 – Chiffre d'affaires de la vente de phonogrammes par les éditeurs, 1995-2011

Source : Snep

14Depuis 2003, le poids des activités d’enregistrement sonore et d’édition musicale dans la richesse culturelle produite a diminué de près de moitié, passant de 1,4 % à 0,9 % en termes de valeur ajoutée et de 2,3 % à 1,5 % en termes de production totale. Ainsi, en 2002, le chiffre d’affaires issu de la vente de phonogrammes par les éditeurs était de 1,3 milliard d’euros, et cette valeur a presque été divisée par quatre pour atteindre 400 millions d’euros en 2011 selon le syndicat professionnel de ce secteur (graphique 6). Le développement récent du téléchargement de musique sur des plates-formes légales semble toutefois ralentir la baisse de l’activité du secteur : en 2011, 21 % du chiffre d’affaires des ventes de phonogrammes proviennent des ventes numériques, contre 13 % en 2010 et seulement 3 % en 2005.

Baisse de la part des achats de journaux et de livres dans les dépenses culturelles des ménages

15La nette diminution de la part de la valeur ajoutée culturelle consacrée au livre et à la presse est à rapprocher du recul des pratiques au cours de cette période. Ainsi, entre 1997 et 2008, la proportion de Français âgés de 15 ans ou plus déclarant lire un quotidien au cours de l’année est passée de 73 % à 69 %, et 36 % à 29 % pour ceux déclarant en lire un tous les jours. Dans la même période, la propor-tion de Français âgés de 15 ans ou plus déclarant lire un livre au cours de l’année est passée de 74 % à 70 %, et de 37 % à 31 % pour ceux déclarant lire au moins 10 livres au cours de l’année. Au final, les ménages, qui consacraient en 1995 plus de la moitié de leurs dépenses culturelles à l’achat de livres ou de journaux (56 %), n’en consacrent plus que 45 % en 2011 (graphique 5).

Les dépenses des ménages pour les spectacles en hausse marquée depuis 1995

16Les dépenses culturelles des ménages pour les spectacles ou le patrimoine ont régulièrement augmenté au cours de la période 1995-2001, et à un rythme supérieur à celui observé pour l’ensemble des dépenses des ménages. Ainsi, en 2011, un ménage consacre 20 % de ses dépenses culturelles aux activités créatives, artistiques et de spectacle ou aux bibliothèques, archives, musées, contre 8 % en 1995 (graphique 5). Cette hausse soutenue, poussée par la forte hausse des prix dans le spectacle vivant, a contribué à l’augmentation de la valeur de la production marchande de ces branches. Dans le même temps, la hausse globale – malgré un ralentissement en fin de période – des dépenses culturelles des administrations publiques a contribué à augmenter le poids relatif des activités non marchandes de spectacle vivant et de patrimoine dans la valeur ajoutée culturelle.

Notes

1 C’est-à-dire la somme des dépenses nécessaires à la production : rémunération des salariés, achat de marchandises, formation brute de capital fixe, etc.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Poids des branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2011
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Titre Tableau 1 – Production et valeur ajoutée dans les branches culturelles, 2011
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-2.png
Fichier image/png, 77k
Titre Graphique 2 – Poids des branches culturelles dans la production de l’ensemble de l’économie en valeur, 1995-2011
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Graphique 3 – Répartition de la valeur ajoutée des branches culturelles en valeur, 1995-2011
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-4.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 2 – Répartition de la production et de la valeur ajoutée des branches culturelles, 2011
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-5.png
Fichier image/png, 110k
Titre Graphique 4 – Poids de la culture dans la dépense de consommation des ménages et dans la dépense des administrations en valeur, 1995-2011
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-6.png
Fichier image/png, 47k
Titre Tableau 3 – Valeur ajoutée en volume et indice des prix de la valeur ajoutée dans les branches culturelles
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-7.png
Fichier image/png, 99k
Titre Graphique 5 – Répartition de la dépense de consommation des ménages pour la culture, 1995-2011
Crédits Source : Insee, Comptes nationaux Base 2005/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2013
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-8.png
Fichier image/png, 40k
Titre Graphique 6 – Chiffre d'affaires de la vente de phonogrammes par les éditeurs, 1995-2011
Crédits Source : Snep
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/497/img-9.png
Fichier image/png, 37k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2013

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access