Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tendances de l’emploi dans le spectacle

 | 
Marie Gouyon
, 
Frédérique Patureau

Tendances de l’emploi dans le spectacle

Employment Trends in the Entertainment Industry

Note de l’éditeur

Ce numéro est une synthèse réalisée par le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) à partir des travaux de la commission emploi du Conseil national des professions du spectacle (CNPS).

Texte intégral

Une croissance exceptionnelle des effectifs d’artistes et de techniciens des spectacles

  • 1 Selon le Recensement de la population (Insee). La notion de métier « principal » est laissée à la l (...)

1Le nombre de personnes déclarant exercer à titre principal un métier du spectacle1 a plus que doublé depuis 1990, pour atteindre plus de 190 000 actifs en 2010 : 74 100 artistes et 116 400 professionnels technico-artistiques (encadré 1, graphique 1 et tableau 1).

2Cette forte expansion, qui a concerné métiers artistiques et métiers techniques dans une proportion comparable, excède très largement la croissance de l’ensemble des effectifs en emploi au cours de la même période (+ 20 %).

3Cette augmentation des effectifs des professions du spectacle est allée de pair avec un développement important et continu du salariat : déjà majoritaire au début des années 1990 (74 % selon l’enquête Emploi de l’Insee), le salariat concerne en 2010 86 % des actifs de ces métiers. Plus précisément, c’est le salariat à durée déterminée (CDD et autres contrats de travail temporaire : intérimaires, vacataires, emplois aidés…) qui est devenu majoritaire dans ces métiers : il s’est développé au cours de la période, puis stabilisé à un niveau élevé (autour de 55 %) tandis que la part du CDD (et autres formes de travail non stables) passait de 10 % à 15 % dans l’ensemble du salariat.

Graphique 1 – Nombre d’actifs exerçant une profession des spectacles au titre de leur emploi principal en 1990, 1999 et 2010

Graphique 1 – Nombre d’actifs exerçant une profession des spectacles au titre de leur emploi principal en 1990, 1999 et 2010

Source : Recensements de la population, Insee/DEPS

Tableau 1 − Effectifs d’actifs exerçant une profession des spectacles au titre de leur emploi principal en 2010

Tableau 1 − Effectifs d’actifs exerçant une profession des spectacles au titre de leur emploi principal en 2010

Source : Recensement de la population, Insee/DEPS

4Les effectifs intermittents sont de nouveau orientés à la hausse depuis 2005

5C’est principalement l’emploi intermittent, fondé sur une déclinaison particulière du CDD – dite « CDD d’usage constant » – qui a porté la croissance globale des effectifs du spectacle (encadré 2).

6Selon la source Caisse des congés spectacles (encadré 2), les effectifs intermittents ont en effet été multipliés par près de 3 au cours des vingt dernières années pour atteindre 154 000 en 2009. Cette croissance de grande ampleur s’est effectuée selon des rythmes variables : tout d’abord une croissance annuelle forte, de + 6 % à + 7 % par an de 1990 à 2000, puis plus modérée jusqu’en 2005 (+ 3 %). Depuis 2005, le rythme de croissance s’accélère de nouveau (+ 5 % par an en moyenne).

7Les deux sous-populations artistique et technique, sensiblement de même taille en début de période, ont connu une progression comparable de leurs effectifs jusqu’au milieu des années 1990 (graphique 2). Mais à partir de cette date, les effectifs artistiques ont augmenté plus vite que ceux des métiers techniques et, en 2009, on compte près de 83 000 intermittents artistes et 72 000 techniciens.

8Parmi les artistes intermittents dénombrés par la Caisse des congés spectacles, ce sont les métiers de la musique (musicien, chef d’orchestre, artiste lyrique, artiste de variétés) qui ont connu l’expansion la plus importante, passant d’environ 11 000 en 1990 à plus de 43 000 en 2009. Les effectifs de comédiens et ceux de danseurs ont également connu une progression notable, bien que moins spectaculaire : ils ont, respectivement, doublé et presque triplé au cours de cette période.

9Dans les métiers techniques, ce mouvement d’expansion est différent selon les cadres, les techniciens et les ouvriers.

10Les effectifs de cadres et de techniciens étaient sensiblement équivalents en 1990 (autour de 13 000 professionnels dans les deux cas). Mais le nombre de techniciens a augmenté beaucoup plus vite que celui des cadres au cours des années 1990, de sorte qu’en 2009, la catégorie des techniciens rassemble à elle seule près de 40 000 professionnels intermittents, soit plus de la moitié de l’ensemble des trois catégories de métiers techniques.

11Parmi les effectifs de cadres, ceux de réalisateur (et assistant-réalisateur cadre) demeurent les plus nombreux (3 900 professionnels en 1990 et plus de 9 000 en 2009). Mais le métier d’ingénieur du son (deuxième place en termes d’effectifs en 2009) a connu une expansion bien plus forte, passant de 1 100 professionnels intermittents inscrits à la Caisse des congés spectacles en 1990 à plus de 4 500 en 2009.

12Au sein de la catégorie des techniciens, ce sont les effectifs de techniciens vidéo qui se sont le plus développés (moins de 2 000 professionnels intermittents en 1990, plus de 9 000 en 2009), au point de constituer désormais le premier métier de cette catégorie en termes d’effectifs, devançant nettement ceux de régisseur, les plus importants en début de période (2 300 en 1990 et 5 700 en 2009).

Graphique 2 – Nombre d’intermittents du spectacle, selon la Caisse des congés spectacles, 1990-2008

Graphique 2 – Nombre d’intermittents du spectacle, selon la Caisse des congés spectacles, 1990-2008

Source : Caisse des congés spectacles/Cespra/DEPS

13Mais le dynamisme des créations d’entreprises dans le spectacle vivant a inversé la tendance à partir de 2003. En 2009, les employeurs du spectacle vivant ont ainsi offert 5,3 millions de jours de travail aux artistes et techniciens intermittents contre 4,3 millions pour ceux de l’audiovisuel. En termes de masse salariale, en revanche, le secteur de l’audiovisuel demeure le premier secteur contributeur, du fait de niveaux de salaires traditionnellement plus élevés que dans le spectacle vivant : en 2009, selon la Caisse des congés spectacles, le salaire journalier brut moyen s’établit à 250 euros dans l’audiovisuel, à un peu moins de 170 euros dans le spectacle vivant.

14Après une légère embellie au début des années 2000, les situations individuelles des intermittents tendent à se dégrader à nouveau. Même s’ils ont été multipliés par 2,3, les effectifs d’ouvriers (ouvriers du plateau, ouvriers du décor…) demeurent modestes en fin de période (5 400 en 2009).

Une offre d’emploi en forte expansion, mais de moindre ampleur que celle des effectifs

15L’offre d’emploi, exprimée en nombre de jours de travail, et la masse salariale qui lui est associée se sont également fortement développées. Jusqu’au début des années 2000, cette offre provenait prioritairement d’employeurs de l’audiovisuel (encadré 3).

16Croissance des effectifs et croissance du volume d’emploi ne se sont cependant pas effectuées au même rythme au cours des vingt dernières années : tandis que le nombre d’intermittents a presque triplé entre 1990 et 2009, le volume d’emploi total doublait. Entre 1990 et 1999, chaque intermittent a ainsi perdu, en moyenne, un quart (24 %) de son volume annuel de travail et 22 % de sa rémunération.

17Du début des années 2000 jusqu’en 2007, l’écart entre les rythmes de croissance des effectifs et du volume d’emploi a cessé de s’amplifier et les situations individuelles se sont stabilisées tant en volume moyen de travail que de rémunération. Depuis 2008 en revanche, la situation des artistes et des personnels techniques s’est de nouveau dégradée : 44 jours de travail annuels en moyenne et 9 200 euros bruts pour les artistes, 82 jours de travail annuels et 16 600 euros bruts pour les techniciens en 2009 (graphique 3, tableau 2).

18Les volumes annuels de travail et de rémunération des artistes sont donc près de deux fois inférieurs à ceux des personnels techniques.

Graphique 3 – Volume de travail et salaire annuel moyens par intermittent, selon la Caisse des congés spectacles

Graphique 3 – Volume de travail et salaire annuel moyens par intermittent, selon la Caisse des congés spectacles

Source : Caisse des congés spectacles/Cespra/DEPS

Tableau 2 − Caractéristiques de l’emploi intermittent en 1990, 2000 et 2009, selon la Caisse des congés spectacles

Tableau 2 − Caractéristiques de l’emploi intermittent en 1990, 2000 et 2009, selon la Caisse des congés spectacles

Source : Caisse des congés spectacles/Cespra/DEPS

Fragmentation de l’emploi intermittent : plus de contrats de plus courte durée

19Au cours des vingt dernières années, le volume annuel de travail d’un artiste ou d’un technicien intermittent s’est réduit, mais il s’est aussi fractionné en un nombre toujours plus important de contrats de travail de plus courte durée. Ainsi, le nombre moyen de contrats conclus dans l’année par un artiste est passé de 7 à 15 entre 1990 et 2009, tandis que la durée moyenne de chaque contrat se réduisait de 10 jours à 3 jours. Pour les cadres, techniciens et ouvriers, la tendance est la même, avec cependant des contrats de durée moyenne plus longue que ceux des artistes : de 1990 à 2009, le nombre moyen de contrats est passé de 6 à 14 pour ces professionnels et la durée moyenne d’un contrat de 14 à 6 jours (graphique 4, tableau 2).

Graphique 4 – Nombre moyen de contrats par intermittent et par an et durée moyenne des contrats, selon la Caisse des congés spectacles

Graphique 4 – Nombre moyen de contrats par intermittent et par an et durée moyenne des contrats, selon la Caisse des congés spectacles

Source : Caisse des congés spectacles/Cespra/DEPS

Le nombre d’intermittents indemnisés augmente faiblement, avec un montant moyen d’allocation chômage en recul

20L’intermittence, caractérisée par l’hyper-flexibilité de l’emploi et par l’alternance de périodes travaillées et de périodes chômées, repose sur un système spécifique d’indemnisation du chômage réglementé par les deux annexes VIII et X à la Convention d’assurance chômage (encadré 4).

21Parallèlement au développement du nombre d’intermittents actifs sur le marché du travail, le nombre d’intermittents indemnisés au cours de l’année au titre de ces deux annexes a d’abord progressé, passant de 41 000 en 1991 à près de 100 000 dix ans plus tard.

22À la suite de la réforme de 2003 modifiant les conditions d’accès à ce régime spécifique (encadré 2), le nombre d’indemnisés a subi un net recul perceptible dès 2004. Il est ensuite reparti à la hausse en 2007 pour s’établir à 109 000 en 2011 (graphique 5).

23La chute du nombre d’artistes indemnisés à partir de 2004 a modifié le partage entre artistes (annexe X) et professionnels techniques (annexe VIII) indemnisés. Alors que les artistes représentaient plus des deux tiers des indemnisés en 2003, leur nombre a fortement diminué jusqu’en 2006 (– 29 %) tandis que, à l’inverse, celui des professionnels techniques continuait d’augmenter. Les professionnels techniques sont devenus, depuis 2006, la principale population intermittente indemnisée (graphique 5).

Graphique 5 – Nombre d’intermittents indemnisés par l’assurance chômage au cours de l’année, 2002-2011

Graphique 5 – Nombre d’intermittents indemnisés par l’assurance chômage au cours de l’année, 2002-2011

Source : Pôle emploi – FNA/DEPS

24Le montant moyen des prestations versées baisse d’abord, dès 2006, pour les professionnels techniques indemnisés, puis à partir de 2009 pour les artistes. En 2011, les prestations versées au titre de l’indemnisation chômage s’élèvent à 12 200 euros pour les artistes et à 11 200 euros pour les allocataires des métiers techniques (graphique 6).

Graphique 6 – Évolution des indemnités chômage annuelles moyennes

Graphique 6 – Évolution des indemnités chômage annuelles moyennes

Source : Pôle emploi – FNA/DEPS

Salaires et indemnités : une proportion différente dans le revenu annuel des artistes et des techniciens

  • 2 Il s’agit ici du revenu global au titre des activités intermittentes, c’est-à-dire sans préjuger d’ (...)

25Les salaires annuels moyens des artistes intermittents indemnisés sont beaucoup plus faibles que ceux des personnels techniques ; la part des allocations chômage dans le revenu total2 des artistes indemnisés est quant à elle plus élevée. Ainsi, en 2011, le revenu annuel total moyen d’un artiste intermittent indemnisé (24 200 euros) est composé à part sensiblement égale de ses salaires (49 %) et des indemnités chômage perçues (51 %). En revanche, pour un intermittent technique indemnisé, les indemnités chômage représentent cette année-là 37 % en moyenne du revenu annuel total (31 000 euros) (tableau 3).

Tableau 3 – Revenus annuels moyen et médian des intermittents, part du salaire et des indemnités chômage, 2011

Tableau 3 – Revenus annuels moyen et médian des intermittents, part du salaire et des indemnités chômage, 2011

Source : Pôle Emploi/DEPS

Notes

1 Selon le Recensement de la population (Insee). La notion de métier « principal » est laissée à la libre appréciation du déclarant. Il peut donc s’agir du métier auquel l’individu consacre le plus de temps, du métier le plus rémunérateur, ou encore de celui dans lequel il se reconnaît le plus.

2 Il s’agit ici du revenu global au titre des activités intermittentes, c’est-à-dire sans préjuger d’éventuels revenus au titre d’autres activités professionnelles.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Nombre d’actifs exerçant une profession des spectacles au titre de leur emploi principal en 1990, 1999 et 2010
Crédits Source : Recensements de la population, Insee/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-1.png
Fichier image/png, 49k
Titre Tableau 1 − Effectifs d’actifs exerçant une profession des spectacles au titre de leur emploi principal en 2010
Crédits Source : Recensement de la population, Insee/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Titre Graphique 2 – Nombre d’intermittents du spectacle, selon la Caisse des congés spectacles, 1990-2008
Crédits Source : Caisse des congés spectacles/Cespra/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-3.png
Fichier image/png, 35k
Titre Graphique 3 – Volume de travail et salaire annuel moyens par intermittent, selon la Caisse des congés spectacles
Crédits Source : Caisse des congés spectacles/Cespra/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-4.png
Fichier image/png, 63k
Titre Tableau 2 − Caractéristiques de l’emploi intermittent en 1990, 2000 et 2009, selon la Caisse des congés spectacles
Crédits Source : Caisse des congés spectacles/Cespra/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-5.png
Fichier image/png, 61k
Titre Graphique 4 – Nombre moyen de contrats par intermittent et par an et durée moyenne des contrats, selon la Caisse des congés spectacles
Crédits Source : Caisse des congés spectacles/Cespra/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-6.png
Fichier image/png, 58k
Titre Graphique 5 – Nombre d’intermittents indemnisés par l’assurance chômage au cours de l’année, 2002-2011
Crédits Source : Pôle emploi – FNA/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-7.png
Fichier image/png, 62k
Titre Graphique 6 – Évolution des indemnités chômage annuelles moyennes
Crédits Source : Pôle emploi – FNA/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-8.png
Fichier image/png, 66k
Titre Tableau 3 – Revenus annuels moyen et médian des intermittents, part du salaire et des indemnités chômage, 2011
Crédits Source : Pôle Emploi/DEPS
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/484/img-9.png
Fichier image/png, 30k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access