Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le poids économique direct de la culture en 2013

 | 
Xavier Niel
, 
Yves Jauneau

Le poids économique direct de la culture en 2013

Texte intégral

Une valeur ajoutée culturelle de 44 milliards d’euros en 2013

  • 1 Les données présentées dans cette étude sont issues d’une méthode d’estimation mise au point en 201 (...)

1En 2013, le poids économique direct de la culture, c’est-à-dire la valeur ajoutée de l’ensemble des branches culturelles (Annexe), peut être estimé à 44 milliards d’euros1. Cela correspond à une part de la culture dans l’ensemble de l’économie de 2,3 % (graphique 1 et tableau 1).

2Depuis 1995, l’évolution de la part de la culture dans l’ensemble de l’économie est fortement influencée par celle des différentes branches de l’audiovisuel. Par ailleurs, la part de la presse et, dans une moindre mesure, celle du livre baissent continûment, tandis que celles du spectacle vivant et du patrimoine, branches principalement non marchandes, augmentent. Au total, la part de la culture dans l’économie a augmenté jusqu’en 2003, chuté jusqu’en 2008 puis est restée globalement stable jusqu’en 2012. en 2013, la part de la culture dans l’économie baisse légèrement. Contribuent à cette baisse les branches de l’audiovisuel (et en particulier celles de la musique et du cinéma), de la publicité et de l’architecture, plus sensibles à la conjoncture que les autres branches culturelles, ainsi que les branches du livre et de la presse. Inversement, la part du spectacle vivant, du patrimoine et des arts visuels a augmenté en 2013 (graphique 1).

Graphique 1 – Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2013 (en %)

Graphique 1 – Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2013 (en %)

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Tableau 1 – Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2013

Tableau 1 – Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2013

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Audiovisuel : 2013, année des retournements

3L’évolution du poids de chacune des branches a elle-même deux composantes : l’évolution en volume (c’est-à-dire l’évolution de l’activité à prix constants) et l’évolution des prix (tableau 2).

4L’audiovisuel constitue la principale branche d’activité culturelle, avec 28 % de sa valeur ajoutée (tableau 1). Après quatre années de hausse, son poids a quasiment cessé d’augmenter en 2013 (tableau 2). Il est difficile de séparer nettement les différents segments de l’audiovisuel (radio, télévision, cinéma, vidéo ou disque) à partir des nomenclatures d’activités (Annexe) : la postproduction s’applique à la fois au cinéma, à la vidéo et à la télévision ; la production de films publicitaires concerne les spots quels que soient leurs supports de diffusion (télévision, cinéma) ; les vidéos ne présentent plus seulement des longs métrages, mais aussi, et de plus en plus, des séries télévisées ; les points de vente de disques distribuent aussi des vidéos, etc.

Tableau 2 – Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2012 et 2013

Tableau 2 – Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2012 et 2013

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

5On peut toutefois affirmer que les activités globalement liées à la vidéo et au cinéma subissent une baisse en 2013 (notamment la distribution de films et leur projection en salles) tandis que celles liées à la télévision continuent de progresser, pour les chaînes généralistes et plus particulièrement encore pour les chaînes thématiques.

6Le retournement dans les activités cinématographiques est dû à un repli en volume. Selon le CNC, c’est la première fois depuis 2009 que les entrées en salles ne franchissent pas la barre des 200 millions. Elles avaient culminé en 2011 grâce au succès d’Intouchables. L’année 2013 a été marquée par l’absence de très grands succès et ce, quelle que soit la nationalité des films. Pour la première fois depuis plus de dix ans, aucun film ne réalise plus de 5 millions d’entrées alors qu’on en comptait trois en 2012. Les prix dans le secteur du cinéma sont en revanche à la hausse, en particulier pour le prix des places dans les salles de cinéma (projection de films). Cette hausse des prix prolonge une tendance amorcée depuis plus de dix ans, et n’est donc pas de nature à relancer l’activité en volume.

7La croissance des activités d’édition musicale et celle de l’édition de vidéo ont toutes deux été stoppées au début des années 2000 (graphique 2). L’édition de vidéo a ensuite stagné, tandis que l’édition musicale s’est effondrée. Ce dernier secteur semble toutefois être parvenu à s’organiser de façon à surmonter ses difficultés puisque l’activité d’édition musicale et d’enregistrement sonore poursuit, en 2013, le redressement observé en 2012. Cette tendance s’explique par un retournement de la demande des ménages : d’après le syndicat national de l’édition phonographique (Snep), 2013 a été une année atypique. La hausse concerne à la fois les ventes physiques (+ 1 %), une première depuis 2002, et les ventes numériques (+ 0,6 %). La croissance est tirée à la fois par les ventes d’albums et par les revenus de la diffusion numérique (téléchargement, et diffusion en flux ou streaming). Le développement récent du téléchargement de musique sur des plates-formes légales semble relancer l’activité d’édition musicale : en 2013, 26 % du chiffre d’affaires des ventes de phonogrammes provient des ventes numériques, contre seulement 3 % en 2005.

8En revanche, la situation du commerce de détail en magasin spécialisé est tout autre puisque sa valeur ajoutée a plongé sans discontinuer depuis 2009 (graphique 2).

Graphique 2 – Valeur ajoutée des branches d’édition et de commercialisation de musique et de vidéo, 1995-2013

Graphique 2 – Valeur ajoutée des branches d’édition et de commercialisation de musique et de vidéo, 1995-2013

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

9En quelque sorte, l’internet contribue encore à dégrader les marges d’une certaine forme de distribution physique de la musique, tandis que l’activité dans l’édition musicale s’est stabilisée depuis quatre ans.

Livre et presse : baisse continue depuis quinze ans

10En 1995, le livre et la presse constituaient la première activité économique culturelle, concentrant 30 % de valeur ajoutée culturelle. Plus de quinze ans plus tard, ces deux activités ne concentrent plus que 19 % de la valeur ajoutée culturelle. Ce recul, nettement plus marqué pour la presse que pour le livre, semble directement lié à celui de la pratique de la lecture des Français, observé par les enquêtes du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français. La part relative de ces secteurs dans l’ensemble de l’économie ne cesse de perdre du terrain (graphique 3).

11Pour la presse, le recul du lectorat s’est accompagné de l’arrivée massive des gratuits au début des années 2000, entraînant le recul des investissements publicitaires dans la presse payante et donc l’affaiblissement de sa capacité de financement. La baisse du nombre des lecteurs de journaux et revues et celle des financements du secteur n’ont toutefois pas affecté le nombre de titres de presse et une certaine variété de l’offre semble donc maintenue : selon les enquêtes du ministère menées auprès des services de presse, il y avait en 2012 près de 4 700 titres de presse papier, soit plus de 1 500 de plus qu’en 1995, alors même que la diffusion totale annuelle est passée de 7 milliards d’exemplaires en 1995 à 5 milliards en 2012.

12L’évolution des prix à la production des entreprises d’édition s’est inversée en 2013 : dans l’édition de journaux, la hausse des prix observée depuis fin 2011 a cessé. Dans l’édition de revues et de livres, la baisse récente des prix à la production s’est trouvée enrayée (graphique 4).

Graphique 3 – Activités liées à l’imprimé : part de la valeur ajoutée dans l’ensemble de l’économie, 1995-2013 (en %)

Graphique 3 – Activités liées à l’imprimé : part de la valeur ajoutée dans l’ensemble de l’économie, 1995-2013 (en %)

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Graphique 4 – Évolution des prix à la production dans les secteurs de l’édition, 2012-2014

Graphique 4 – Évolution des prix à la production dans les secteurs de l’édition, 2012-2014

Source : Insee, indices de chiffres d’affaires, déclaration de tva (Ca3), indices de prix à la consommation/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

La part du spectacle vivant progresse grâce à l’augmentation des prix

13Selon les comptes nationaux, un ménage français consacre en 2013 environ 20 % de ses dépenses culturelles aux sorties (spectacles, musées, monuments historiques, etc.), contre 8 % en 1995. La part du spectacle vivant et celle du patrimoine dans l’économie ont de fait régulièrement progressé depuis une quinzaine d’années (tableau 1).

14Estimée selon les concepts des comptes nationaux, la progression de la part du spectacle vivant dans l’ensemble de l’économie provient surtout de l’augmentation de ses prix (tableau 2). Constatant un chiffre d’affaires en moindre augmentation que les prix, l’Insee en déduit une baisse du volume de l’activité dans le secteur marchand (graphique 5).

Graphique 5 – Évolution du chiffre d’affaires et des prix dans le spectacle vivant (secteur marchand), 2010-2014

Graphique 5 – Évolution du chiffre d’affaires et des prix dans le spectacle vivant (secteur marchand), 2010-2014

Source : Insee, indices de chiffres d’affaires, déclaration de tva (Ca3), indices de prix à la consommation/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

15Pourtant, d’après les données collectées par le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), le nombre d’entrées pour les spectacles de musique a augmenté plus vite que le prix moyen d’une entrée. D’après l’Association pour le soutien du théâtre privé (ASTP), le prix moyen des entrées au théâtre n’a pas augmenté depuis 2009 (graphique 6). Ces résultats sont donc apparemment contradictoires avec les données de l’Insee qui retracent une hausse des prix et une baisse du volume de l’activité.

16Cela peut s’expliquer par le fait que le public des spectacles s’oriente de plus en plus vers des places moins chères ou vers des spectacles moins coûteux ; cela peut aussi refléter les pratiques promotionnelles visant à encourager les achats de dernière minute, promotions facilitées par l’internet et non prises en compte dans les indices de prix de l’Insee (encadré 1).

Encadré 1 – Pour comprendre l’indice des prix

17L’indice des prix utilisé dans les comptes nationaux mesure l’évolution des prix d’un panier de services précisément identifiés : par exemple la place de 1re catégorie d’une salle de théâtre, la place de 5e catégorie de cette même salle, l’entrée pour une journée à un festival de musique rock en province, le prix d’une place d’orchestre pour un spectacle d’opéra, etc. Chaque mois, les prix sont mesurés lors de la transaction, c’est-à-dire au moment où le billet est acheté, en général bien avant la date de la représentation. Si d’une année à l’autre le prix de ces places n’évolue pas, l’indice des prix reste stable.

18Supposons que pendant le même temps le nombre d’entrées reste stable aussi, mais que les spectateurs délaissent les places chères (1re catégorie) pour acheter des places moins onéreuses (de 5e catégorie), ou qu’ils délaissent les spectacles coûteux (l’opéra) pour préférer des spectacles meilleur marché (concerts dans des petites salles), la recette sera moindre, car le nombre d’entrées est le même, mais le prix moyen d’une entrée a baissé. de même, si la composition du public change, et que les nouveaux spectateurs, par exemple plus jeunes, préfèrent les spectacles de musique actuelle, tandis que ceux qui n’y vont plus, plus âgés, allaient à l’opéra, plus cher, la recette globale des spectacles (tous genres confondus) sera moindre, toujours à nombre d’entrées identique.

19L’effet qui résulte de ce changement de comportement est enregistré par l’Insee non pas dans l’indice des prix mais dans l’activité en volume, c’est l’« effet qualité ». La comptabilité nationale considère en effet que le service consommé n’est pas le même et que c’est le PIB (donc la richesse en volume) qui doit intégrer cette différence et non pas l’indice des prix, puisque les prix des places de chacune des catégories, eux, n’ont pas évolué.

20Par ailleurs, l’indice des prix de l’Insee n’intègre pas les promotions de dernière minute, concédées par exemple lorsque la salle n’est pas suffisamment remplie. Les prix sont mesurés assez en amont de la date de la représentation pour pouvoir mesurer un nombre suffisant de transactions ; ils entrent en revanche dans le calcul de l’indice des prix du mois de la représentation du spectacle. trop près de la date de la représentation, on risquerait de ne plus avoir de transactions à observer. Lorsque ces prix sont mesurés, ce sont donc très souvent les tarifs qui sont collectés. Lors d’une promotion, la nature du service n’a pas changé (catégorie d’une place, type de spectacle) et cela devrait donc en toute logique être intégré dans l’évolution des prix, mais la contrainte technique oblige l’Insee à ne pas prendre en compte ces pratiques, qui se retrouvent du coup retracées dans l’évolution du volume, calculée en rapportant l’évolution du chiffre d’affaires (en valeur) à celle de l’indice des prix.

21Au total, la baisse de l’activité en volume retracée dans les comptes nationaux reflète donc à la fois l’évolution du nombre d’entrées, les modifications de comportements des publics et les pratiques de promotion de dernière minute, sans pouvoir les séparer.

Graphique 6 – Évolution des prix et du nombre d’entrées dans certains secteurs du spectacle vivant, 2006-2013

Graphique 6 – Évolution des prix et du nombre d’entrées dans certains secteurs du spectacle vivant, 2006-2013

Sources : Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), association pour le soutien du théâtre privé (ASTP)/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Hausse de la part du patrimoine

22La progression des activités liées au patrimoine est portée depuis dix ans par une forte hausse de la fréquentation dans les musées : 62 millions de visiteurs ont été accueillis dans les musées labellisés musées de France en 2012, contre 45 millions en 2004, soit une hausse annuelle moyenne de 4 %. Si la progression du nombre d’entrées s’explique en partie par l’évolution de la proportion d’entrées gratuites (31 % en 2004, 43 % en 2012), on doit aussi ce dynamisme à l’attractivité touristique du territoire, car la hausse est d’abord le fait des visiteurs étrangers. Ainsi, dans les quatre premiers musées français en termes de visiteurs, qui concentrent plus de 40 % de la fréquentation des musées de France (Louvre, Château de Versailles, Centre Pompidou, Orsay), deux visiteurs sur trois sont étrangers.

Stabilité de la part de l’enseignement artistique

23L’enseignement artistique représente 0,1 % de l’ensemble de l’économie et 4 % de la valeur ajoutée culturelle, et reste relativement stable sur une longue période (tableau 1). Couvrant aussi bien les écoles privées que les conservatoires et les écoles supérieures artistiques et culturelles relevant du ministère de la Culture et de la Communication, 86 % de son activité est non marchande (Annexe) et réagit de ce fait assez peu aux fluctuations conjoncturelles de l’économie.

L’architecture et les agences de publicité, activités culturelles les plus touchées par la crise en 2008-2009 comme en 2013

24Trois activités culturelles (architecture, agences de publicité, services photographiques) ont un fonctionnement qui les rapproche davantage des secteurs non culturels : leur activité est moins corrélée à la dépense publique et le profil des actifs qu’elles emploient se rapproche de la moyenne de l’ensemble de l’économie. À ce titre, les services d’architecture ont été davantage touchés que les autres activités culturelles par la crise économique de 2008-2009. Ainsi, la réduction du nombre de mises en chantier de logements et de bâtiments non résidentiels a entraîné, en 2008, un recul significatif des projets architecturaux. À l’époque, ce repli n’a pas été compensé par les prix, et le chiffre d’affaires a immédiatement chuté. Les prix ont alors cessé d’augmenter (graphique 7). S’en est suivie une certaine reprise de l’activité, mais à partir de 2012 l’activité en volume a de nouveau chuté, entraînant cette fois-ci avec elle les prix à la baisse, signe d’une grave crise dans ce secteur.

25Les agences de publicité sont considérées, dans tous les groupes de travail internationaux ayant travaillé sur les nomenclatures culturelles, comme ayant une activité créative et classées, à ce titre, parmi les activités culturelles. Les recettes des régies publicitaires n’en font en revanche pas partie. Les agences de publicité regroupent 11 % de la valeur ajoutée culturelle en 2013, devant donc le patrimoine, les activités d’architecture, les arts visuels (arts plastiques, design, photographie) et l’enseignement culturel (tableau 1). Les activités des agences de publicité n’ont pas réagi comme l’architecture à la crise de 2008-2009 : leurs prix ont immédiatement et fortement baissé, permettant ainsi le maintien de la croissance du volume d’activité et un certain maintien du chiffre d’affaires. Lors du ralentissement de 2012 en revanche, les prix n’ont pas pu s’ajuster à la baisse avec la même ampleur qu’en 2009, et le volume d’activité a stagné. Début 2014 marque cependant une nette reprise (graphique 7).

Graphique 7 – Évolution du chiffre d’affaires et des prix, 2006-2014

Graphique 7 – Évolution du chiffre d’affaires et des prix, 2006-2014

Sources : Insee, indices de chiffres d’affaires, déclaration de tva (Ca3) ; indices de prix de production des services. Les indices de prix des agences publicitaires ont été lissés pour une meilleure lisibilité/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

26Les activités photographiques sont affectées par une crise plus structurelle, du fait du développement des technologies numériques depuis plusieurs années. Les prix n’ont cependant pas baissé, et l’activité se réduit de façon continue jusqu’en 2011 ; elle stagne depuis, tandis que le chiffre d’affaires du secteur progresse très faiblement (graphique 7).

27Au total, la valeur ajoutée des branches culturelles n’augmente pas en 2013 autant que le reste de l’économie. Cela tient surtout au recul du volume d’activité dans les secteurs fortement exposés à la concurrence (presse, architecture, audiovisuel). En compensation, dans les branches à forte composante non marchande comme le spectacle vivant et le patrimoine, les prix en forte augmentation tirent à la hausse le poids de la valeur ajoutée des branches culturelles.

Notes

1 Les données présentées dans cette étude sont issues d’une méthode d’estimation mise au point en 2013 par le Deps (Jauneau, 2013). Les données précédemment publiées ont été toutefois révisées : le périmètre du champ statistique de la culture a été très légèrement modifié (Annexe) ; de plus, les concepts de la comptabilité nationale sur lesquels s’appuie cette méthode ont été révisés en mai 2014 par l’Insee (changement de base) et les données rétrospectives modifiées en conséquence. Les résultats présentés ici annulent donc et remplacent les données publiées jusqu’à présent. Les tendances mises en évidence, notamment en termes d’évolution du poids économique de la culture, ne sont toutefois que très peu affectées par cette révision.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2013 (en %)
Crédits Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Titre Tableau 1 – Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2013
Crédits Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-2.png
Fichier image/png, 94k
Titre Tableau 2 – Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2012 et 2013
Crédits Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-3.png
Fichier image/png, 49k
Titre Graphique 2 – Valeur ajoutée des branches d’édition et de commercialisation de musique et de vidéo, 1995-2013
Crédits Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-4.png
Fichier image/png, 45k
Titre Graphique 3 – Activités liées à l’imprimé : part de la valeur ajoutée dans l’ensemble de l’économie, 1995-2013 (en %)
Crédits Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-5.png
Fichier image/png, 66k
Titre Graphique 4 – Évolution des prix à la production dans les secteurs de l’édition, 2012-2014
Crédits Source : Insee, indices de chiffres d’affaires, déclaration de tva (Ca3), indices de prix à la consommation/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-6.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 5 – Évolution du chiffre d’affaires et des prix dans le spectacle vivant (secteur marchand), 2010-2014
Crédits Source : Insee, indices de chiffres d’affaires, déclaration de tva (Ca3), indices de prix à la consommation/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-7.png
Fichier image/png, 45k
Titre Graphique 6 – Évolution des prix et du nombre d’entrées dans certains secteurs du spectacle vivant, 2006-2013
Crédits Sources : Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), association pour le soutien du théâtre privé (ASTP)/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-8.png
Fichier image/png, 46k
Titre Graphique 7 – Évolution du chiffre d’affaires et des prix, 2006-2014
Crédits Sources : Insee, indices de chiffres d’affaires, déclaration de tva (Ca3) ; indices de prix de production des services. Les indices de prix des agences publicitaires ont été lissés pour une meilleure lisibilité/DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/467/img-9.png
Fichier image/png, 92k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access