Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vingt ans d’évolution de l’emploi dans les professions culturelles (1991-2011)

 | 
Frédérique Patureau
, 
Marie Gouyon

Vingt ans d’évolution de l’emploi dans les professions culturelles (1991-2011)

Texte intégral

  • 1 Par souci de simplification, le terme de « profession » est employé ici de façon générique (et indif (...)

1Professions des spectacles et des arts visuels, métiers d’art, journalistes, écrivains, conservateurs, documentalistes, architectes, professeurs d’art, etc. : les professions culturelles1 (voir encadré, § 3, p. 20) constituent un ensemble particulièrement hétérogène du point de vue de leurs effectifs, mais aussi de l’encadrement juridique dont elles font l’objet, des statuts d’emploi dans lesquels elles s’exercent, ou encore des compétences et savoir-faire qu’elles mobilisent.

2Elles ont cependant pour point commun de s’être considérablement développées au cours des vingt dernières années (graphique 1).

3Au début des années 1990, 381 000 personnes déclaraient exercer à titre principal une profession culturelle. Vingt ans plus tard, elles sont 573 000, soit 50 % de plus (tableau 1). Dans le même temps, l’ensemble de la population active en emploi a augmenté de façon nettement plus modérée (+ 16 %). La part des professions culturelles dans l’ensemble des actifs en emploi s’est donc accrue sensiblement et atteint 2,2 % en 2011.

Graphique 1 – Évolution des effectifs en emploi dans les professions culturelles et dans l’ensemble des actifs, 1991-2011

Graphique 1 – Évolution des effectifs en emploi dans les professions culturelles et dans l’ensemble des actifs, 1991-2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Forte expansion des professions culturelles

  • 2 Marie Gouyon, Frédérique Patureau, Tendances de l’emploi dans le spectacle, Paris, Ministère de la (...)

4Toutes les professions culturelles – ou presque – sont concernées par cet essor et en tout premier lieu celles du spectacle, dont l’effectif a pratiquement doublé pour atteindre 166 000 professionnels en 2011 (tableau 1). Ce développement, lui-même porté par la montée en puissance du régime de l’intermittence2, a concerné les professionnels techniques (techniciens vidéo, réalisateurs, chefs opérateurs, ingénieurs du son, monteurs…) plus encore que les artistes (musiciens, danseurs, comédiens, artistes de cirque…).

Tableau 1 – Effectifs en emploi en 1991 et 2011

Tableau 1 – Effectifs en emploi en 1991 et 2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

  • 3 Voir l’Économie du design en France, Paris, DGCIS, 2010 ; Jean-Pierre Durand, Joyce Sebag, Métiers (...)

5Les métiers des arts graphiques, de la mode et de la décoration (graphistes, stylistes, designers) se sont eux aussi considérablement développés au cours des deux décennies : leurs effectifs (114 300 en 2011) ont plus que doublé. il s’agit de métiers « jeunes » dont le développement est allé de pair avec celui des activités économiques de design et de création graphique, tant en nombre d’entreprises qu’en termes de diversification des activités (design conseil, multimédia interactif, webdesign, animation 3D, design sonore, jeux vidéo, etc.3) (graphique 2).

6Les effectifs des métiers littéraires (journalistes, auteurs, traducteurs) et ceux de professeurs d’art ont connu également une progression importante (respectivement + 58 % et + 68 %), supérieure à la progression moyenne observée dans l’ensemble du champ culturel. Plus modérée, la progression du nombre d’architectes, d’artistes plasticiens et même de photographes est toutefois encore supérieure à l’évolution moyenne des actifs au niveau national.

7Seules deux familles de professions culturelles s’inscrivent en marge de ce mouvement d’expansion. Celle des métiers d’art (facteurs d’instruments de musique, ébénistes d’art, marqueteurs, maîtres verriers, etc.) dont le recul des effectifs traduit sans doute un mouvement plus général de déclin de l’artisanat et du travail manuel hautement qualifié au profit de modes de production reposant sur des procédés moins techniques que technologiques, assistés par ordinateur. Et celle des professions de l’archivage, de la conservation et de la documentation (– 38 %), fortement concernées elles aussi par le développement des technologies numériques et qui se caractérisent par un vieillissement important de leurs effectifs.

Graphique 2 – Évolution des effectifs en emploi dans certaines professions culturelles, 1991-2011

Graphique 2 – Évolution des effectifs en emploi dans certaines professions culturelles, 1991-2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Un univers masculin qui s’ouvre lentement aux femmes

  • 4 Marie Gouyon, Frédérique Patureau, La lente féminisation des professions culturelles (1991-2011), P (...)

8En vingt ans, les professions culturelles se sont féminisées, comme l’ensemble des professions et dans des proportions comparables, mais restent en retrait de l’équilibre (quasi) paritaire atteint aujourd’hui dans l’ensemble de la population active4 : la part des femmes dans ce champ professionnel est ainsi passée de 39 % au début des années 1990 à 43 % en 2011, tandis qu’elle atteignait 48 % dans l’ensemble de la population active au cours de cette même période (tableau 2 et graphique 3).

9Dans le champ culturel, le mouvement de féminisation, même lorsqu’il a été très marqué, n’a pu combler le déficit féminin initial de certains métiers très peu féminisés en début de période. C’est le cas, en tout premier lieu, des métiers des spectacles, très masculins en début de période, et qui ne se sont que très faiblement féminisés : les métiers artistiques (36 % de femmes) et surtout techniques (31 %).

10C’est le cas également d’autres métiers, comme les métiers d’art et le métier d’architecte. La part des femmes y a doublé en vingt ans, mais demeure encore modeste (respectivement 39 % et 33 % en 2011) et bien inférieure à celle qu’elles occupent dans l’ensemble du champ culturel.

11Pour d’autres professions du champ culturel où la part des femmes était déjà significative en 1991, le mouvement de féminisation conduit aujourd’hui à une répartition des actifs proche de la parité (et parfois supérieure) : c’est le cas par exemple des professionnels des arts graphiques, de la mode et de la décoration (51 %), ou encore des journalistes et cadres de l’édition (45 %).

12Les deux seuls groupes professionnels qui étaient très fortement féminisés au début des années 1990 ont connu des évolutions contrastées : le premier – les professions de l’archivage, de la conservation et de la documentation – est resté massivement féminin, sans évolution notable vers la mixité (79 % de femmes en 1991, 76 % en 2011) ; pour le second en revanche, les professeurs d’art, on observe une très nette masculinisation des emplois. Les effectifs de professeurs d’art (enseignants de musique, d’arts plastiques, etc., exerçant en dehors d’un établissement d’enseignement général) sont en effet désormais paritaires, ce qui constitue en soi une spécificité au sein des métiers de l’enseignement au niveau national où, par exemple, 81 % des professeurs des écoles sont des femmes en 2011. Le rapprochement de cette évolution avec celle, concomitante, des conditions d’emploi dans ce métier – développement important des contrats courts et du travail à temps partiel – conforte l’hypothèse selon laquelle il s’agirait de plus en plus, pour les actifs concernés, d’un métier de complément à un métier de création ou d’interprétation artistique – métiers qui sont eux aussi très masculins.

Tableau 2 – Caractéristiques sociodémographiques des actifs en emploi en 1991 et 2011

Tableau 2 – Caractéristiques sociodémographiques des actifs en emploi en 1991 et 2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Graphique 3 – Évolution de la part des femmes parmi les actifs en emploi, 1991-2011

Graphique 3 – Évolution de la part des femmes parmi les actifs en emploi, 1991-2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

13Davantage de jeunes mais aussi de seniors que la moyenne des actifs en lien avec la croissance des effectifs, avec la forte attractivité de ces métiers et avec le développement des formations spécialisées préparant à leur exercice, les actifs des professions culturelles sont plus jeunes que l’ensemble des actifs : 47 % ont moins de 40 ans, contre 44 % des actifs en moyenne (tableau 2 et graphique 4).

14Les moins de 40 ans sont aujourd’hui particulièrement nombreux au sein des professions ayant connu récemment une forte croissance de leurs effectifs : professions des arts graphiques, de la mode et de la décoration (60 % de moins de 40 ans en 2011), professions des spectacles (54 % de moins de 40 ans parmi les professions techniques).

15À l’inverse, les jeunes sont minoritaires dans les métiers dont le développement a été plus modéré (et a fortiori, ceux dont les effectifs sont en recul) ou qui comptaient déjà une proportion importante de quadragénaires il y a vingt ans. Les moins de 40 ans représentent ainsi environ 45 % des photographes, des journalistes, des architectes et des professeurs d’art. Ils ne représentent plus qu’un tiers, voire un quart, des artistes plasticiens, auteurs littéraires et professionnels de l’archivage, de la conservation et de la documentation.

16Si elles demeurent globalement plus jeunes que la moyenne des actifs, les professions culturelles ont subi en vingt ans le même mouvement de vieillissement que celui observé dans l’ensemble de la population active (graphique 3). Cette tendance de fond est à rapprocher de l’allongement général de la durée des études et de la période de stabilisation dans la vie active, ainsi que de la progression du taux de chômage parmi les classes d’âge les plus jeunes. Toutes les professions culturelles sont concernées par ce phénomène, y compris celles qui se sont le plus développées. C’est le cas, notamment, des métiers du spectacle au sein desquels la part des jeunes demeure majoritaire, mais enregistre un recul de grande ampleur (– 18 points pour les métiers techniques et – 30 points pour les artistes).

Graphique 4 – Évolution de la part des moins de 40 ans parmi les actifs en emploi, 1991-2011

Graphique 4 – Évolution de la part des moins de 40 ans parmi les actifs en emploi, 1991-2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

  • 5 Laurent Toulemon, Situation professionnelle et comportements familiaux des indépendants, Paris, INS (...)

17Cette tendance au vieillissement est à rapprocher également d’une autre caractéristique qui distingue cette fois les professions culturelles du reste des actifs : la part importante, et croissante, du nombre de professionnels encore en emploi à des âges avancés. Ainsi, en 2011,13 % des artistes plasticiens, 8 % des auteurs littéraires et des traducteurs, 5 % des architectes ont plus de 65 ans, tandis que cette classe d’âge ne représente qu’à peine 1 % de l’ensemble des actifs en emploi. Cette spécificité tient sans doute pour partie à la surreprésentation des hauts niveaux de diplôme dans ces métiers (et, par voie de conséquence, à celle de personnes entrées tardivement sur le marché du travail après des études longues). Mais c’est aussi une caractéristique du travail indépendant5, particulièrement répandu dans ces métiers, et une spécificité des métiers de vocation, dans lesquels l’exercice professionnel repose sur un fort engagement personnel et identitaire.

18Les professions culturelles se caractérisent donc à la fois par une proportion de jeunes plus importante que la moyenne et par un poids élevé de professionnels encore en emploi à des âges avancés.

Une concentration francilienne qui tend à s’atténuer

  • 6 Cédric Delvainquière, François Tugores, Nicolas Laroche, Benoît Jourdan, Les Dépenses culturelles d (...)

19En vingt ans, la concentration des actifs en région parisienne a accusé un recul plus important pour les professions culturelles que pour l’ensemble des actifs en emploi (tableau 2 et graphique 5). Le développement plus rapide des emplois culturels hors de l’Île-de-France résulte des politiques actives de décentralisation conduites depuis les années 1980 et des actions de maillage du territoire en équipements culturels de toute nature (conservation, création, diffusion, enseignement, etc.6).

  • 7 Pierre-Michel Menger, Le Travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Ehess, Gallimard/Se (...)

20En dépit de cette régionalisation, 42 % des personnes exerçant une profession culturelle habitent aujourd’hui en région parisienne, soit plus du double de l’ensemble de la population active en emploi. Cette concentration demeure particulièrement forte dans les professions qui travaillent majoritairement pour des structures de production elles-mêmes concentrées en Île-de-France : c’est le cas notamment des professionnels techniques des spectacles (53 %), très liés aux entreprises de production et de diffusion audiovisuelles (en 2010, 63 % des entreprises de l’audiovisuel sont implantées en Île-de-France), et aussi celui des journalistes et cadres de l’édition. On retrouve là une caractéristique des professions culturelles que de nombreuses études internationales ont contribué à éclairer – et en particulier, parmi elles, des professions artistiques : leur concentration dans les grandes aires métropolitaines7.

Graphique 5 – Évolution de la part des professionnels résidant en Île-de-France parmi les actifs en emploi, 1991-2011

Graphique 5 – Évolution de la part des professionnels résidant en Île-de-France parmi les actifs en emploi, 1991-2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Plus souvent nés à l’étranger que les autres

21Les professions culturelles comptent davantage d’actifs nés à l’étranger (14 % en 2011) que la moyenne (11 %) (tableau 3). La proportion d’artistes nés à l’étranger est particulièrement élevée chez les plasticiens (plus de 20 % en 2011) et chez les auteurs littéraires et traducteurs (près de 40 %). cette tendance s’est intensifiée au cours des vingt dernières années : la part des artistes plasticiens nés à l’étranger a ainsi crû de 4 points depuis le début des années 1990, celle des auteurs littéraires et traducteurs de 8 points, alors que dans le même temps, dans l’ensemble des professions culturelles et, plus largement, des actifs en emploi, elle n’a que très légèrement progressé. Par rapport aux autres professions, les pays d’origine des professionnels de la culture nés à l’étranger sont plutôt situés en Europe, et moins souvent en Afrique.

Tableau 3 – Pays de naissance des actifs en emploi en 1991 et 2011

Tableau 3 – Pays de naissance des actifs en emploi en 1991 et 2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

La constance d’une origine sociale favorisée

  • 8 Cadre, c’est-à-dire, ici, appartenant aux catégories socioprofessionnelles « cadres et professions (...)

22Au début des années 1990, 45 % des actifs des professions culturelles avaient un père cadre8 contre moins de 20 % de l’ensemble des actifs en emploi. Vingt ans plus tard, cette caractéristique forte des métiers artistiques et culturels demeure : un actif des professions culturelles est deux fois plus souvent enfant de cadre qu’un autre actif (tableau 2).

23Cette spécificité concerne l’ensemble des professions culturelles, que l’emploi exercé soit lui-même qualifié au niveau cadre ou non. Ainsi, les actifs des métiers d’art travaillant sous le statut d’artisan ou d’ouvrier d’art, et ceux exerçant un métier technique non-cadre du spectacle sont eux aussi deux fois plus souvent enfants de cadre que l’ensemble des actifs non-cadres au niveau national (un tiers contre seulement 15 % des non-cadres, toutes professions confondues).

24Dans certaines professions culturelles, cette appartenance familiale aux classes sociales supérieures s’est particulièrement renforcée au cours de la période : c’est le cas, par exemple, des professionnels techniques des spectacles (+ 10 points en vingt ans) et surtout des métiers d’art (+ 12 points) qui étaient beaucoup plus souvent, au début des années 1990, issus des classes moyennes et de familles d’artisans ou d’ouvriers.

Des professionnels de plus en plus diplômés

25En lien avec leur origine sociale élevée, mais aussi avec la nature et le niveau des compétences nécessaires à l’exercice des métiers concernés, les actifs des professions culturelles se caractérisent de longue date par un niveau de diplôme lui aussi élevé : au début des années 1990, un professionnel sur quatre était titulaire d’un diplôme de niveau bac + 3 (ou plus), contre un actif sur dix dans l’ensemble des professions (tableau 4).

  • 9 Jean-Pierre Dalous, Laurence Dauphin, Martine Jeljoul, Nadine Laïb, Béatrice Le Rhun, Jacqueline Pe (...)

26Au cours des vingt années suivantes, le niveau de diplôme de l’ensemble des actifs, toutes professions confondues, s’est continûment élevé9, mais ce mouvement a été plus marqué encore dans les professions culturelles : 41 % des actifs de ces professions en 2011 sont titulaires d’un diplôme de niveau égal ou supérieur à bac + 3, contre 19 % seulement de l’ensemble des actifs en emploi (tableau 4). Ce surclassement en termes de niveau de diplôme rapproche fortement les professions culturelles dans leur ensemble de la population des cadres supérieurs et intermédiaires (dont 39 % sont titulaires d’un diplôme de niveau équivalent ou supérieur à bac + 3 en 2011).

27En termes d’évolution, deux cas de figure prévalent dans les professions culturelles : certaines d’entre elles étaient déjà, au début des années 1990, occupées par des personnes fortement diplômées et elles le sont encore davantage aujourd’hui ; les autres ont vu se développer la part des diplômés de l’enseignement supérieur, tout en conservant une part importante de titulaires de diplômes de la voie professionnelle (CAP ou BEP).

28Dans la première catégorie se trouvent les architectes, les professionnels de l’archivage, de la conservation et de la documentation, les journalistes et cadres de l’édition, ainsi que les auteurs littéraires et les traducteurs : en 2011, les diplômés de niveau égal ou supérieur à bac + 3 y représentent plus des deux tiers des effectifs, soit 10 à 20 points de plus en vingt ans. Les artistes plasticiens et les professeurs d’art se rattachent également à cette catégorie, mais dans une moindre mesure.

29En revanche, les professionnels techniques des spectacles, ceux des arts graphiques, de la mode et de la décoration, les photographes, les professionnels des métiers d’art – métiers reposant sur des compétences et des savoir-faire techniques très spécifiques et hautement qualifiés – relèvent de la seconde catégorie : une proportion de titulaires de CAP et BEP plus élevée qu’ailleurs, mais qui s’est néanmoins réduite au cours de la période au profit des diplômés de l’enseignement supérieur.

Tableau 4 – Caractéristiques de formation initiale et de conditions d’emploi des actifs en emploi en 1991 et 2011

Tableau 4 – Caractéristiques de formation initiale et de conditions d’emploi des actifs en emploi en 1991 et 2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

L’indépendance est toujours trois fois plus fréquente qu’ailleurs

30Le statut d’indépendant demeure une caractéristique forte de l’emploi dans les professions culturelles : un tiers des actifs exercent en effet leur métier dans un cadre non-salarié en 2011, soit près de trois fois plus que dans la population active dans son ensemble (tableau 4). Le métier d’artiste plasticien demeure, comme vingt ans plus tôt, le métier le plus massivement exercé sous ce statut (79 % de non-salariés en 2011), même si cette caractéristique dominante a reculé par rapport au début des années 1990 (graphique 6). Il en va de même pour le métier d’architecte où l’exercice non-salarié domine encore, mais décroît, passant de 65 % à 56 % des effectifs en vingt ans. La progression du salariat dans ce métier traditionnellement indépendant s’est effectuée à la faveur d’un double mouvement d’expansion globale des effectifs (+ 45 %) et d’ouverture aux femmes, dont la part a doublé – celles-ci adoptant beaucoup plus que les hommes l’exercice salarié de la profession (parmi les 44 % d’architectes salariés en 2011, on compte 67 % de femmes pour 33 % d’hommes).

31Les autres professions du champ étudié sont des professions où, à l’inverse, le salariat domine de longue date et reste majoritaire en 2011. Les professeurs d’art, les journalistes et cadres de l’édition ainsi que les artistes et professionnels techniques des spectacles étaient majoritairement salariés en 1991 et le sont aujourd’hui davantage : le non-salariat ne concerne plus que 10 % à 20 % des effectifs. Parmi les professions à dominante salariée, seules les professions des arts graphiques, de la mode et de la décoration ont vu progresser nettement la part des non-salariés au cours de la période (+ 11 points). L’exercice indépendant y concerne désormais 40 % des actifs.

Graphique 6 – Évolution de la part des non-salariés parmi les actifs en emploi, 1991-2011

Graphique 6 – Évolution de la part des non-salariés parmi les actifs en emploi, 1991-2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

32Au sein du salariat, les contrats courts et le travail à temps partiel continuent de se développer.

  • 10 Contrats à durée déterminée (CDD) et autres contrats temporaires : contrats aidés, vacations, missi (...)
  • 11 Alain Supiot, Au-delà de l’emploi : transformations du travail et devenir du droit du travail en Eu (...)

33Dans les professions culturelles comme dans l’ensemble de l’économie, la part des contrats courts10 au sein du salariat a doublé au cours des vingt ans étudiés (tableau 4 et graphique 7). Avec la hausse du temps partiel, il s’agit là d’un des indicateurs clés du mouvement de fragmentation et de diversification du salariat observé sur l’ensemble du marché du travail11. Dans le salariat culturel, la part des contrats courts était déjà, en 1991, deux fois plus importante que dans l’ensemble de la population salariée : 15 %, contre 7 % seulement de l’ensemble des salariés. Elle le demeure donc aujourd’hui, avec 30 % de salariés sur contrats courts. Le travail à temps partiel était lui aussi plus répandu dans le salariat culturel au début des années 1990 et il a fortement progressé en vingt ans, pour concerner un quart (26 %) des salariés de ce champ en 2011.

34La progression de la part des contrats courts et du temps partiel ne s’observe cependant pas dans tous les métiers artistiques et culturels. Certains échappent même à ce phénomène.

35C’est parmi les salariés des spectacles que ces formes flexibles du salariat sont les plus répandues : 74 % des artistes et 40 % des professionnels techniques des spectacles travaillent sous contrat court, dont en grande majorité des CDD dits « d’usage constant », caractéristiques du régime de l’intermittence (encadré, § 5, p. 22). Plus de la moitié des artistes se déclarent à temps partiel, tandis que c’est de moins en moins souvent le cas des salariés techniciens du spectacle, qui s’éloignent donc radicalement des artistes du spectacle à cet égard (tableau 4, graphiques 7 et 8).

Graphique 7 – Évolution de la part des salariés en contrats courts parmi les salariés en emploi, 1991-2011

Graphique 7 – Évolution de la part des salariés en contrats courts parmi les salariés en emploi, 1991-2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Graphique 8 – Évolution de la part des salariés à temps partiel parmi les salariés en emploi, 1991-2011

Graphique 8 – Évolution de la part des salariés à temps partiel parmi les salariés en emploi, 1991-2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

36Le développement marqué de ces deux caractéristiques d’emploi parmi les professeurs d’art (+ 21 points pour les contrats courts et + 27 points pour le temps partiel) rapproche aujourd’hui fortement ces derniers des artistes du spectacle. Journalistes et cadres de l’édition sont eux aussi concernés par ce double mouvement de fragmentation de l’emploi, bien que dans une moindre mesure.

37D’autres professions majoritairement exercées dans le cadre du salariat sont au contraire peu concernées par le développement de ces formes flexibles d’emploi, comme les professions des arts graphiques, de la mode et de la décoration, celles de l’archivage, de la conservation et de la documentation, ou encore les ouvriers d’art. Entre 80 % et 85 % des salariés de ces métiers exercent en effet leur activité professionnelle en CDI et à temps complet. Il en va de même des architectes salariés – minoritaires au sein de cette profession – qui se rapprochent eux aussi de ce profil plus classique où domine l’emploi permanent à temps plein : 11 % seulement des architectes salariés travaillent à temps partiel.

Un temps partiel plus court et plus souvent contraint

  • 12 M. Gouyon, F. Patureau, La Lente Féminisation des professions culturelles (1991-2011), op. cit.

38Plus répandu dans le champ culturel, le salariat à temps partiel présente certaines spécificités. Il touche par exemple les hommes et les femmes de façon assez similaire, alors qu’il est avant tout une caractéristique de l’emploi féminin dans l’ensemble de la population salariée12.

39Autre caractéristique du temps partiel dans les professions culturelles : la quotité de temps partiel est souvent plus faible qu’ailleurs (tableau 5). en 2011, dans les professions culturelles, 58 % des salariés à temps partiel travaillent moins d’un mitemps, contre 40 % de l’ensemble des salariés à temps partiel. Cette caractéristique est notamment très marquée pour les salariés des spectacles, où la notion de temps partiel renvoie davantage à un temps de travail extrêmement fractionné sur de multiples contrats très courts qu’à l’exercice classique du travail à temps partiel chez les salariés (absence de travail d’une demi-journée ou d’une journée par semaine).

Tableau 5 – Temps partiel et sous-emploi parmi les salariés en emploi en 2011

Tableau 5 – Temps partiel et sous-emploi parmi les salariés en emploi en 2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

40Interrogés sur la raison pour laquelle ils exercent à temps partiel, 18 % des salariés des professions culturelles expliquent exercer en parallèle une autre activité professionnelle (contre 9 % de l’ensemble des salariés à temps partiel). Plus d’un quart des professeurs d’art, par exemple, sont concernés et associent l’enseignement à l’exercice d’un métier de la création ou de l’interprétation artistiques (artiste des spectacles, artiste plasticien, etc.).

41Surtout, le temps partiel dans le salariat culturel est rarement choisi : 40 % des salariés déclarent en effet travailler à temps partiel faute d’avoir trouvé un emploi à temps plein, contre 32 % de l’ensemble des salariés à temps partiel (tableau 5).

  • 13 En situation de sous-emploi : salariés qui souhaitent travailler plus d’heures et se déclarent disp (...)

42Ces caractéristiques traduisent la fréquence des situations de sous-emploi13 dans Les métiers culturels : parmi les salariés à temps partiel, 37 % des salariés exerçant à temps partiel au titre de leur emploi principal une profession culturelle sont sous-employés, contre 28 % de l’ensemble des salariés à temps partiel.

Une plus grande plasticité des jours et horaires de travail

  • 14 Voir par exemple, Olivia Sautory, Sandra Zilloniz, « Les rythmes de travail en 2010 », Document d’é (...)

43Dans l’ensemble de la population active, les rythmes et modes d’organisation du travail ont subi d’importantes évolutions au cours de ces dernières années : davantage de travail le week-end, développement de la variabilité des jours et des horaires de travail, plus grande diversité des volumes hebdomadaires d’heures travaillées, notamment14.

  • 15 Les questions relatives aux jours et horaires de travail ont évolué dans l’enquête Emploi au fil du (...)

44À cet égard, les professions culturelles présentent aujourd’hui des modalités d’organisation encore plus atypiques : en 201115, les actifs des professions culturelles déclarent en effet travailler en horaires variables d’une semaine à l’autre beaucoup plus souvent que les autres professions (46 %, contre 26 % dans l’ensemble des actifs en emploi) ; un quart d’entre eux travaillent habituellement le soir contre 17 % seulement des actifs toutes professions confondues (tableau 6).

45Les métiers culturels se répartissent de ce point de vue en quatre grands groupes. Le premier est composé des métiers des spectacles et de la communication dont l’exercice implique une grande souplesse d’organisation. Les professionnels techniques des spectacles, et plus encore les artistes des spectacles sont ainsi nombreux à travailler en horaires variables (57 %) ; 41 % travaillent habituellement le soir, 16 % la nuit et 32 % le dimanche, du fait des jours et horaires des spectacles et des tournages. Les journalistes et cadres de l’édition, chargés du suivi en continu de l’information dans les rédactions, relèvent également de cette catégorie : plus de la moitié des actifs travaillent en horaires variables et un quart d’entre eux travaillent habituellement le soir et le week-end.

46Le deuxième groupe, essentiellement composé de non-salariés – artistes plasticiens, photographes, architectes, artisans d’art, auteurs littéraires et traducteurs – témoigne lui aussi d’une organisation atypique du temps de travail, partageant cette caractéristique avec les autres non-salariés (médecins, avocats, mais aussi artisans, commerçants, etc.) qui déclarent souvent des horaires variables d’une semaine sur l’autre (50 %), et qui travaillent habituellement le soir après 20 heures (21 %) et le dimanche (27 %).

Tableau 6 – Organisation du temps de travail parmi les actifs en emploi en 2011

Tableau 6 – Organisation du temps de travail parmi les actifs en emploi en 2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

47Le troisième groupe est constitué de métiers qui s’inscrivent dans le cadre classique de l’organisation du travail salarié, avec des horaires le plus souvent réguliers d’une semaine sur l’autre, concentrés sur la journée et en semaine : professions des arts graphiques, de la mode et de la décoration, ouvriers d’art, professions de l’archivage, de la conservation et de la documentation.

48Le dernier groupe, enfin, composé des seuls professeurs d’art, présente un profil hybride, à mi-chemin entre les salariés à horaires classiques précédents et les salariés dont le temps de travail est le plus malléable : plus d’un sur trois déclare travailler habituellement après 20 heures. Il peut s’agir, par exemple, de cours de théâtre, d’arts plastiques ou de musique dispensés en soirée auprès de pratiquants amateurs (écoles de musique, associations de quartier, etc.). Ce travail du soir les rapproche des autres enseignants (46 % de ceux du secondaire et du supérieur travaillent habituellement le soir) pour lesquels cette modalité correspond sans doute davantage au travail de préparation des cours et de correction des devoirs.

Mesurer l’emploi culturel

Plusieurs approches possibles

49On peut distinguer deux façons d’aborder l’emploi culturel.

50La première consiste à décrire les professions définies comme culturelles, et correspond à l’angle adopté dans la présente étude. On veut en effet y décrire les caractéristiques sociodémographiques typiques des professionnels de la culture, et les conditions de travail propres à ces professions. Les professions culturelles analysées ici sont définies à partir de la nomenclature de 2003 des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS).

  • 16 Yves Jauneau, Xavier Niel, Le poids économique direct de la culture en 2013, Paris, Ministère de la (...)

51La seconde détaille les effectifs par secteurs d’activité culturels, effectifs dont les professions peuvent être de nature culturelle ou non (technique, administrative etc.). C’est l’approche qui est par exemple utilisée pour estimer la part de la culture dans l’économie16. Les secteurs culturels sont définis par référence à la nomenclature d’activités française (NAF).

52Les deux approches se recoupent partiellement (graphique a). En 2011, selon l’enquête Emploi, 573 000 personnes exercent une profession culturelle au titre de l’emploi principal, soit 2,2 % de l’emploi total, et près de 680 000 travaillent dans un secteur culturel (2,6 % du total) (tableau a). Parmi elles, 342 700 exercent une profession culturelle dans un secteur culturel (par exemple, en tant que graphiste dans une agence publicitaire ou qu’artiste dans une compagnie théâtrale), 230 300 exercent une profession culturelle dans un secteur non culturel (par exemple, en tant que designer dans l’industrie). La moitié des personnes en emploi dans les secteurs culturels (337 000) exercent une profession non culturelle (en occupant par exemple un poste administratif dans une compagnie de spectacle vivant ou dans un cabinet d’architecte).

Graphique A – L’emploi culturel par profession et par secteur d’activité en 2011

Graphique A – L’emploi culturel par profession et par secteur d’activité en 2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Tableau A – Effectifs en emploi dans les professions culturelles et dans les secteurs culturels en 2011

Tableau A – Effectifs en emploi dans les professions culturelles et dans les secteurs culturels en 2011

Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Les enquêtes emploi de l’Insee

53Les statistiques présentées ici sont tirées des enquêtes Emploi de l’Insee. Ces enquêtes interrogent un échantillon d’individus âgés de 15 ans ou plus résidant en France métropolitaine, tant sur l’emploi que sur le chômage, la formation, l’origine sociale ou encore la situation professionnelle. Avant 2003, ces enquêtes interrogeaient environ 70 000 individus chaque année en mars. Depuis 2003, la collecte est réalisée en continu, toutes les semaines de chaque trimestre et interroge désormais, chaque trimestre, 108 000 individus. Un même individu est interrogé à six reprises (six trimestres consécutifs) par un enquêteur de l’Insee, en face à face pour la première et la dernière interrogation, par téléphone pour les enquêtes intermédiaires. Le questionnaire, déroulé informatiquement, est doté de nombreux filtres et questions qui permettent de limiter les risques d’erreur de saisie et de corriger les déclarations erronées. Les professions et les secteurs d’activité sont codés de façon particulièrement précise et fiable, à l’aide des nombreuses indications que fournit l’enquêté.

54Les données présentées ici sur une année reposent sur la fusion de trois enquêtes consécutives, afin de garantir la robustesse et la fiabilité des résultats sur le champ restreint que constituent les professions culturelles, dans le but de disposer d’effectifs suffisamment importants. L’analyse a ainsi été menée de 1990-1992 (soit une situation « moyenne » en 1991) à 2010-2012 (moyenne en 2011).

Les professions culturelles dans la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS)

55Pour circonscrire le champ des professions culturelles, les codes suivants de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS 2003) sont retenus :

Les secteurs d’activité culturels dans la nomenclature d’activités française (NAF)

56Le contour des secteurs d’activité culturels se fonde sur une définition adoptée de façon conjointe par les différents services statistiques européens de la culture en 2009, sous l’égide d’Eurostat, l’Office statistique de l’Union Européenne. Le champ de la culture est ici défini en référence à la nomenclature d’activités française (Naf), par la sélection de 34 codes parmi les 732 qui composent la nomenclature à son niveau le plus désagrégé. Ce contour englobe l’ensemble du périmètre de compétences du ministère de la Culture et de la Communication, ainsi que les agences de publicité, prises en compte dans le champ statistique de la culture pour leur aspect créatif ; les activités des régies publicitaires ne sont en revanche pas prises en compte, car non créatives. Le groupe de travail d’Eurostat a suivi en cela les pratiques de la plupart des autres travaux internationaux du même type. N’ont en revanche pas été retenues par Eurostat les activités industrielles qui ne permettent que la reproduction de produits culturels mais qui n’y apportent pas de valeur qu’on aurait pu considérer comme culturelle : l’imprimerie, les équipements et matériaux (depuis la fabrication des optiques jusqu’à celle des peintures ou autres encres ou vernis d’imprimerie) et pour les mêmes raisons la reproduction et la fabrication d’instruments de musique.

57Sont retenus les codes suivants :

L’intermittence dans les métiers du spectacle

58L’enquête Emploi mobilisée ici ne permet pas de rendre compte statistiquement de l’intermittence dans les métiers du spectacle, ni selon l’approche par profession, ni selon celle par secteur d’activité ; la nature particulière des contrats de travail sur lesquels s’appuie le dispositif de l’intermittence n’est en effet pas identifiée en tant que telle dans le questionnaire d’enquête.

Le contrat

59Le salariat intermittent repose sur une forme particulière de contrat de travail : le CDD dit « d’usage constant » ou CDDU, qui est devenu progressivement la forme d’emploi la plus courante pour les artistes et techniciens des spectacles. Le recours à ce contrat est encadré juridiquement par le Code du travail qui liste les secteurs d’activité dans lesquels il peut s’appliquer et le type d’emplois concernés (qui doivent être « par nature » temporaires).

60Ce CDDU peut être conclu pour une durée extrêmement courte. De ce fait, une partie importante de la population intermittente (variable d’une année à l’autre) effectue un faible volume de travail sous cette forme contractuelle d’emploi. Par exemple, un figurant sur un tournage sera « intermittent » quelques heures dans l’année et peut exercer par ailleurs une tout autre profession, dans un autre secteur que celui du spectacle.

61D’autres salariés intermittents, en revanche, effectuent toute leur activité professionnelle dans le spectacle en cumulant des CDDU, parfois avec un grand nombre d’employeurs différents.

Le régime d’assurance chômage

62Le régime actuel d’assurance chômage des intermittents a été créé dans les années 1960, sous forme de deux annexes à la convention de l’Unedic : l’annexe VIII assure le risque de chômage des cadres, techniciens et ouvriers des spectacles travaillant pour un employeur de l’audiovisuel ou du spectacle vivant, tandis que l’annexe X indemnise les artistes des spectacles, quelle que soit l’activité de l’employeur (que le spectacle soit son activité principale ou non).

63Actuellement, tout salarié ayant effectué plus de 507 heures de travail sur dix mois et demi (pour les artistes) ou sur dix mois (pour les techniciens) peut bénéficier de l’indemnisation chômage au titre des annexes VIII et X pour ses périodes non travaillées.

Les sources professionnelles

64Certaines sources repèrent les CDDU : pôle Emploi et la Caisse des congés spectacles, notamment.

65En 2011, pôle Emploi recense ainsi 254 000 salariés ayant travaillé une heure ou plus dans le champ des annexes VIII et X à la convention d’assurance chômage. Ce dénombrement inclut les personnes qui n’ont travaillé qu’un nombre extrêmement réduit d’heures et qui peuvent ne pas exercer leur profession principale dans le secteur culturel. Dans le même temps, pôle Emploi dénombre 98 700 salariés indemnisés par l’assurance chômage au cours de l’année, au titre de ces deux annexes. S’agissant de personnes qui ont fait la démarche de se faire indemniser pour leur période de chômage, elles ont donc travaillé au moins 507 heures sur l’année dans le champ des annexes VIII et X.

66La Caisse des congés spectacles recense, au sein de la population des salariés intermittents ayant obtenu au moins un contrat sous forme de CddU dans l’année, ceux dont les droits à congés ont été payés, après en avoir fait expressément la demande auprès de la Caisse ; il s’agit donc d’un protocole déclaratif, et non automatique contrairement à pôle Emploi. Cela suppose non seulement, pour l’intéressé, de disposer d’un bon niveau d’information sur les droits sociaux et procédures réglementaires propres à ces métiers, mais sans doute aussi d’avoir travaillé suffisamment dans l’année pour que le montant des droits à congés payés ne soit pas considéré comme négligeable financièrement. Par voie de conséquence, ceux des salariés en CDDU qui ne sont pas dénombrés par la Caisse des congés spectacles n’ont donc pas réclamé le versement de leurs droits à congés et peuvent être considérés comme des intervenants très occasionnels (par exemple, des figurants pour le tournage d’un film, des musiciens de renfort pour une prestation d’orchestre, etc.). En revanche, ceux qui sont dénombrés peuvent avoir quand même travaillé moins de 507 heures, le versement des congés payés n’étant pas soumis aux mêmes règles que l’indemnisation du chômage au titre des annexes VIII et X.

67La Caisse des congés spectacles dénombrait 154 000 intermittents en 2009 dans les secteurs du spectacle (derniers chiffres publiés).

Notes

1 Par souci de simplification, le terme de « profession » est employé ici de façon générique (et indifféremment à celui de « métier »), essentiellement par référence à la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) qui sert de cadre à la présente analyse (voir aussi encadré, § 3, p. 20).

2 Marie Gouyon, Frédérique Patureau, Tendances de l’emploi dans le spectacle, Paris, Ministère de la culture et de la communication, DePs, coll. « culture chiffres », 2014-2, 2014.

3 Voir l’Économie du design en France, Paris, DGCIS, 2010 ; Jean-Pierre Durand, Joyce Sebag, Métiers du graphisme, Paris, Ministère de la culture et de la communication, DEPS, coll. « Questions de culture », 2011.

4 Marie Gouyon, Frédérique Patureau, La lente féminisation des professions culturelles (1991-2011), Paris, Ministère de la culture et de la communication, DEPS, coll. « culture études » (à paraître en 2014).

5 Laurent Toulemon, Situation professionnelle et comportements familiaux des indépendants, Paris, INSEE, coll. « Économie et statistique », n° 319-320, décembre 1998.

6 Cédric Delvainquière, François Tugores, Nicolas Laroche, Benoît Jourdan, Les Dépenses culturelles des collectivités locales en 2010 : 7,6 milliards d’euros pour la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture chiffres », 2014-3, 2014

7 Pierre-Michel Menger, Le Travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Ehess, Gallimard/Seuil, coll. « Hautes Études », 2009 (chapitre 12).

8 Cadre, c’est-à-dire, ici, appartenant aux catégories socioprofessionnelles « cadres et professions intellectuelles supérieures » (médecin, avocat, ingénieur, cadre d’entreprise, personnel de catégorie a de la fonction publique, etc.) ou aux « professions intermédiaires » (technicien, contremaître, instituteur, infirmier, personnel de catégorie b de la fonction publique, etc.).

9 Jean-Pierre Dalous, Laurence Dauphin, Martine Jeljoul, Nadine Laïb, Béatrice Le Rhun, Jacqueline Perrin-Haynes, Isabelle Robert-Bobée, Scolarisation et origines sociales depuis les années 1980 : progrès et limites, Paris, INSEE, coll. « INSEE références. 30 ans de vie économique et sociale », 2014.

10 Contrats à durée déterminée (CDD) et autres contrats temporaires : contrats aidés, vacations, missions d’intérim…

11 Alain Supiot, Au-delà de l’emploi : transformations du travail et devenir du droit du travail en Europe. Rapport pour la Commission des Communautés européennes, Paris, Flammarion, 1999.

12 M. Gouyon, F. Patureau, La Lente Féminisation des professions culturelles (1991-2011), op. cit.

13 En situation de sous-emploi : salariés qui souhaitent travailler plus d’heures et se déclarent disponibles pour le faire, ou bien ont involontairement moins travaillé que d’habitude pour cause de chômage partiel ou d’intempéries.

14 Voir par exemple, Olivia Sautory, Sandra Zilloniz, « Les rythmes de travail en 2010 », Document d’études n° 180, Dares, avril 2014.

15 Les questions relatives aux jours et horaires de travail ont évolué dans l’enquête Emploi au fil du temps. Il est donc malheureusement impossible de raisonner ici en termes d’évolution.

16 Yves Jauneau, Xavier Niel, Le poids économique direct de la culture en 2013, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « culture chiffres », 2014-5, 2014.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Évolution des effectifs en emploi dans les professions culturelles et dans l’ensemble des actifs, 1991-2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Tableau 1 – Effectifs en emploi en 1991 et 2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-2.png
Fichier image/png, 114k
Titre Graphique 2 – Évolution des effectifs en emploi dans certaines professions culturelles, 1991-2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-3.png
Fichier image/png, 75k
Titre Tableau 2 – Caractéristiques sociodémographiques des actifs en emploi en 1991 et 2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-4.png
Fichier image/png, 108k
Titre Graphique 3 – Évolution de la part des femmes parmi les actifs en emploi, 1991-2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-5.png
Fichier image/png, 41k
Titre Graphique 4 – Évolution de la part des moins de 40 ans parmi les actifs en emploi, 1991-2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-6.png
Fichier image/png, 90k
Titre Graphique 5 – Évolution de la part des professionnels résidant en Île-de-France parmi les actifs en emploi, 1991-2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-7.png
Fichier image/png, 90k
Titre Tableau 3 – Pays de naissance des actifs en emploi en 1991 et 2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-8.png
Fichier image/png, 112k
Titre Tableau 4 – Caractéristiques de formation initiale et de conditions d’emploi des actifs en emploi en 1991 et 2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-9.png
Fichier image/png, 121k
Titre Graphique 6 – Évolution de la part des non-salariés parmi les actifs en emploi, 1991-2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-10.png
Fichier image/png, 59k
Titre Graphique 7 – Évolution de la part des salariés en contrats courts parmi les salariés en emploi, 1991-2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-11.png
Fichier image/png, 60k
Titre Graphique 8 – Évolution de la part des salariés à temps partiel parmi les salariés en emploi, 1991-2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-12.png
Fichier image/png, 58k
Titre Tableau 5 – Temps partiel et sous-emploi parmi les salariés en emploi en 2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-13.png
Fichier image/png, 116k
Titre Tableau 6 – Organisation du temps de travail parmi les actifs en emploi en 2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-14.png
Fichier image/png, 108k
Titre Graphique A – L’emploi culturel par profession et par secteur d’activité en 2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-15.png
Fichier image/png, 115k
Titre Tableau A – Effectifs en emploi dans les professions culturelles et dans les secteurs culturels en 2011
Crédits Source : Enquêtes Emploi, Insee/Deps, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-16.png
Fichier image/png, 112k
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-17.png
Fichier image/png, 125k
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/462/img-18.png
Fichier image/png, 142k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access