Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les industries culturelles en France et en Europe : points de repère et de comparaison

 | 
Roxane Laurent

Les industries culturelles en France et en Europe : points de repère et de comparaison

Texte intégral

1Au sein du champ de la culture, les industries culturelles éditent, produisent et diffusent des biens et services culturels reproductibles : livre, presse, courts et longs métrages, programmes télévisés, jeux vidéo, etc. La définition harmonisée du champ statistique de la culture établie par Eurostat, l’office statistique de la Commission européenne, y ajoute les activités de diffusion et de traitement de ces biens : traduction, interprétation, agences de presse, commerce de détail de journaux, de livres, de disques, location de vidéos, ainsi que les activités créatives des agences de publicité, donc hors activités des régies (voir l’encadré : « Source et champ », p. 16). Du fait de la reproductibilité des biens qu’elles produisent, ces industries se démarquent des autres secteurs culturels que sont l’architecture, le spectacle vivant, les arts visuels, le patrimoine et l’enseignement culturel, dont il ne sera pas question ici.

2Les comparaisons entre pays s’appuient sur les statistiques structurelles sur les entreprises publiées par Eurostat chaque année. Le champ de cette étude ne couvre que les entreprises : les associations et les établissements publics sont donc exclus du champ. Les statistiques s’appuient sur les déclarations fiscales des entreprises, complétées par des enquêtes spécifiques. Enfin, le champ du secteur marchand auquel on rapporte les industries culturelles pour en calculer la part couvre la très grande majorité des activités mais exclut l’agriculture et les services financiers. Les données mobilisées ici ne sont donc pas directement comparables à celles relatives au poids de la culture dans l’économie au sens des comptes nationaux publiées par ailleurs. Ces dernières couvrent en effet tous les acteurs (entreprises, associations, établissements publics) et tous les secteurs (industries culturelles, autres secteurs marchands, secteurs non marchands) mais la comparaison avec d’autres pays n’est pas encore possible (voir Source et champ, p. 16). Au sens des comptes nationaux, les entreprises des industries culturelles contribuent à environ 60 % de la valeur ajoutée culturelle totale et à environ 75 % de la valeur ajoutée culturelle marchande.

En France, la part de la valeur ajoutée des industries culturelles dans le secteur marchand est supérieure à la moyenne européenne

3En France, la part de la valeur ajoutée des industries culturelles dans le secteur marchand s’établit à 2,6 %, contre 2,3 % pour la moyenne européenne (graphique 1). La France se place en troisième position dans la hiérarchie européenne, derrière le Royaume-Uni (3,2 %) et la Pologne (2,7 %), alors que la part de la valeur ajoutée des industries culturelles dans le secteur marchand est la plus réduite en Slovaquie, en Slovénie et en Lituanie (proche de 1 %) en 2011. La France devance l’Allemagne (2,1 %) et, plus encore, l’Italie (1,7 %).

4Qu’on l’établisse à partir du chiffre d’affaires, de l’emploi ou du nombre d’entreprises, le rang de la France au sein de cette hiérarchie reste à peu près le même (tableau 1). Ainsi, la part du chiffre d’affaires des industries culturelles dans les secteurs marchands varie de 2,3 % au Royaume-Uni à 1,0 % en Lituanie en 2011 et atteint en France 1,7 %, une part légèrement supérieure à la moyenne européenne (1,6 %). En termes de nombre d’entreprises du secteur marchand, la part des entreprises culturelles en France se situe dans la moyenne européenne (2,9 %). La Finlande et le Danemark comptent la plus grande part de salariés des industries culturelles dans les secteurs marchands (2,7 %), et l’Italie la part la moins élevée (1,2 %), tandis que la France (2,0 %) et plus encore le Royaume-Uni (2,6 %) se situent là encore au-dessus de la moyenne européenne (1,7 %).

Graphique 1 – Part de la valeur ajoutée des industries culturelles dans le secteur marchand en 2011

Graphique 1 – Part de la valeur ajoutée des industries culturelles dans le secteur marchand en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Tableau 1 – Poids des industries culturelles européennes dans le secteur marchand en 2011

Tableau 1 – Poids des industries culturelles européennes dans le secteur marchand en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Un poids plus important de l’audiovisuel en France

5Les industries culturelles peuvent être regroupées en trois branches d’activités distinctes : l’audiovisuel-multimédia, le domaine de l’imprimé qui rassemble les activités liées au livre et à la presse, et les agences de publicité (voir Source et champ, p. 16). L’audiovisuel et le multimédia d’une part, l’imprimé d’autre part pèsent le plus dans la valeur ajoutée des industries culturelles européennes (39 % chacun). Ils sont respectivement portés par la programmation et la diffusion télévisées d’une part, et par la presse d’autre part (édition de quotidiens, de magazines, revues et périodiques). Les activités des agences de publicité représentent en revanche un peu moins du quart (22 %) de la valeur ajoutée des industries culturelles en Europe (graphique 2).

Graphique 2 – Répartition de la valeur ajoutée dans les industries culturelles en 2011

Graphique 2 – Répartition de la valeur ajoutée dans les industries culturelles en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

6Les industries culturelles, qui peuvent être régies par des cadres réglementaires et fiscaux nationaux, sont structurées différemment selon les pays. Dans certains pays, la part relative de l’audiovisuel est très supérieure à la moyenne européenne, à la différence du livre et de la presse. C’est le cas de la France (49 % pour l’audiovisuel et 32 % pour le livre et la presse), de l’Italie, de la Hongrie ou de la Belgique. D’autres pays ont en revanche des secteurs audiovisuels et de l’imprimé aussi importants l’un que l’autre (autour de 40 % chacun en Allemagne et au Royaume-Uni, environ 38 % au Portugal et au Danemark). Ailleurs, comme en Finlande et en Slovénie, le domaine du livre et de la presse prédomine (58 % de la valeur ajoutée en Slovénie, 50 % en Finlande). Enfin, en Slovaquie, la publicité est le secteur d’activité qui contribue le plus à la valeur ajoutée des industries culturelles (39 % pour la publicité), du fait de la faiblesse relative de l’audiovisuel et du livre.

Tableau 2 – Répartition de la valeur ajoutée dans les industries culturelles en 2011

Tableau 2 – Répartition de la valeur ajoutée dans les industries culturelles en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Jeux vidéo et production audiovisuelle, atouts du rayonnement économique de la France en Europe

7Pour comparer les pays entre eux, on peut aussi représenter, secteur par secteur, le poids d’un pays dans la valeur ajoutée européenne qui, selon les secteurs, peut être bien plus important que son poids global dans l’économie.

  • 1 Dans ce paragraphe, les entreprises citées sont celles dont le chiffre d’affaires est le plus impor (...)

8Ainsi, alors que la part relative de la France dans la valeur ajoutée des industries culturelles européennes est de 17 % en 2011, la France s’illustre dans la production de films, de vidéos et de programmes de télévision (37 % de la valeur ajoutée européenne de ce secteur, avec Warner Bros Entertainment France, Studiocanal, EuropaCorp1) et l’édition de jeux électroniques (36 % de la valeur ajoutée européenne de ce secteur, avec notamment Ubisoft, Blizzard, Gameloft) (graphique 3). L’audiovisuel français bénéficie de divers soutiens publics et privés dont des aides automatiques et sélectives accordées par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CnC), des obligations d’investissement des chaînes nationales hertziennes dans le cinéma, ainsi que d’un système d’avance sur recettes par l’intermédiaire de sociétés de financement du cinéma et de l’audiovisuel (Sofica).

9À l’opposé, dans les secteurs du livre et de la presse, en dépit de grands groupes internationaux comme Hachette, Prisma, Mondadori, la France pèse peu en Europe, moins en tout cas que dans l’ensemble des industries culturelles.

Graphique 3 – Poids de la France dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011

Graphique 3 – Poids de la France dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

  • 2 Pour plus de détails sur l’évolution des dépenses en communication et la répartition du marché publ (...)

10L’activité des agences de publicité françaises (avec Adrexo, Publicis Conseil, Altavia Paris) est ralentie lorsque la conjoncture économique est défavorable car les sociétés tendent à limiter l’investissement dans la communication2. En France, en 2009, la valeur ajoutée des agences de publicité a fortement baissé (– 6 % par rapport à 2008), mais a mieux résisté que dans d’autres pays comme le Royaume-Uni et l’Italie (respectivement – 20 % et – 17 %). Depuis, la valeur ajoutée dégagée par les agences de publicité françaises augmente, pour atteindre, en 2011, un niveau proche de celui de 2008.

Forte présence en Europe des agences de presse du Royaume-Uni

  • 3 Henri PIGEAt, « L’avenir des agences de presse », Commentaire, no 129, 2010/1, printemps 2010.

11Les activités des agences de presse britanniques concentrent les deux tiers de la valeur ajoutée européenne de ce secteur, alors que le Royaume-Uni représente 22 % de la valeur ajoutée de l’ensemble des industries culturelles européennes. (graphique 4). L’agence Reuters, grâce à la présence à Londres d’une puissante bourse des valeurs et à l’orientation de l’agence dans la diffusion d’informations financières3, est de fait la deuxième agence de presse au monde, derrière l’américain Associated Press.

  • 4 Voir la publication du CSA, l’Audience des programmes de fiction dans les grands pays européens entr (...)
  • 5 Centre national pour le développement du sport, créé en 2006 et placé sous la tutelle du ministère (...)

12Dans l’Union européenne, le Royaume-Uni contribue en outre à hauteur de 37 % à la distribution de films cinématographiques, de vidéos et de programmes de télévision. Les coproductions avec les majors américains, les producteurs et distributeurs audiovisuels, tels que la société British Broadcasting Corporation (BBC) ou la British Sky Broadcasting Group plc (BSkyB), et le goût qu’ont les Britanniques pour les fictions nationales4 tendent à expliquer la part du Royaume-Uni dans la distribution audiovisuelle européenne. Depuis 1994, une partie des profits dégagés par la loterie nationale britannique (The National Lottery) constitue des ressources affectées aux arts, au patrimoine, au sport et à des actions solidaires (good causes) par le ministère chargé de la Culture, des Médias et des Sports. À titre d’exemple, certains projets du British Film Institute sont soutenus par l’attribution de fonds issus de la loterie, à l’instar des bénéfices de la Française des jeux et des paris sportifs, dont une partie est reversée au Centre national de développement du sport pour contribuer au financement du sport5.

  • 6 Source : ABC (Audit Bureau of Circulations), organisme de mesure d’audience des médias.
  • 7 Source : communiqué de presse sur le site internet de The Economist Group, le 18 juin 2012.
  • 8 Source : OJD, organisme d’expertise en dénombrement des médias imprimés et numériques.

13Enfin, la part du Royaume-Uni dans le secteur de l’édition de revues et périodiques est de 32 %. D’après l’enquête Eurobaromètre, le Royaume-Uni est un des pays européens dans lesquels on lit le plus de façon de non obligatoire (80 % des Britanniques ont lu au moins un livre en 2012, contre 68 % en moyenne dans l’Union européenne). Le groupe éditorial Pearson PLC spécialisé dans l’édition et la presse et premier éditeur mondial (Financial times Group, Penguin Group, Pearson Education et une partie de l’Economist Group) est un acteur international majeur. Parmi les principaux hebdomadaires britanniques, on trouve le Sun on Sunday (près de 1,7 million d’exemplaires vendus chaque semaine en février 20146), le Mail on Sunday (environ 1,5 million d’exemplaires vendus chaque semaine en février 2014) et The Economist (diffusion hebdomadaire de près de 1,6 million d’exemplaires en 20127). À titre de comparaison, en France, les principaux titres de la presse hebdomadaire d’information générale sont Paris Match (diffusé à environ 690 000 exemplaires en 20118 et 575 000 en 2013), Le Nouvel Observateur et L’Express (environ 530 000 exemplaires chacun en 2011 ; respectivement 500 000 et 420 000 en 2013).

Graphique 4 – Poids du Royaume-Uni dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011

Graphique 4 – Poids du Royaume-Uni dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

… du disque et des journaux allemands…

  • 9 Voir « Le marché de la musique en Allemagne », SNEP (http://www.snepmusique.com/ actualites-du-snep (...)
  • 10 Voir Solène HAZOUARD, « Quel avenir pour l’industrie du disque en Allemagne ? » (http:// rea.revues (...)

14Les industries culturelles dominantes ne sont pas les mêmes en Allemagne, qui est le pays qui contribue le plus à la valeur ajoutée générée par l’enregistrement sonore et l’édition musicale : il concentre 61 % de la valeur ajoutée européenne de ce secteur (alors qu’il pèse 21 % de la valeur ajoutée de l’ensemble des industries culturelles) (graphique 5). Le chiffre d’affaires des éditeurs phonographiques est ainsi estimé à 1,5 milliard d’euros en Allemagne en 2013, soit trois fois plus que l’édition phonographique française9. Avec 9 % de parts de marché, l’industrie musicale allemande occupe le troisième rang mondial derrière les États-Unis (29 %) et le Japon (27 %), devançant ainsi le Royaume-Uni10.

Graphique 5 – Poids de l’Allemagne dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011

Graphique 5 – Poids de l’Allemagne dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

  • 11 Source : la Fédération des éditeurs de journaux allemands BDzV (Bundesverband Deutscher zeitungsver (...)
  • 12 Source : Chiffres clés, statistiques de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communi (...)
  • 13 Voir « La participation des Européens aux activités culturelles », enquête Eurobaromètre, avril 200 (...)
  • 14 Voir Cécilia BERTHAUD, Vincent MENUEt, François AUVIGNE, « La situation de la presse quotidienne da (...)
  • 15 Sources : Institut de recherches et d’études publicitaires (IREP), AA/WARC Expenditure Report et ZA (...)

15L’Allemagne s’illustre également par la place importante de la presse, et en particulier de l’édition de journaux (un tiers de la valeur ajoutée européenne), avec notamment des titres comme Bild (premier titre européen, « quotidien de boulevard » vendu à 3 millions d’exemplaires en moyenne en 2011, appartenant au premier groupe de presse allemand Axel Springer Verlag) et Hannoversche Allgemeine Zeitung (vendu à plus de 570 000 exemplaires en 2011). toutes catégories confondues, les journaux allemands se sont vendus à plus de 18 millions d’exemplaires chaque jour en 201211. Par comparaison, les titres les plus importants en France en 201112 sont les quotidiens régionaux Ouest France (premier quotidien français avec plus de 760 000 exemplaires vendus chaque jour) et Sud-Ouest (plus de 290 000 exemplaires), et les quotidiens nationaux Le Figaro (334 000 exemplaires) et Le Monde (diffusion d’environ 325 000 exemplaires). D’après l’enquête Eurobaromètre13, près de la moitié des Européens lisent des journaux 5 à 7 fois par semaine. L’Allemagne fait partie des pays dans lesquels ce taux est le plus élevé et concerne 65 % de sa population. Au nombre des particularités allemandes figure l’absence de quotidiens gratuits14. Autre indicateur de l’importance accordée à la presse allemande : la part des investissements publicitaires, investie dans les journaux, qui s’élève en 2012 à 31 % du marché national publicitaire, contre 18 % au Royaume-Uni15.

… et de la programmation et de la diffusion télévisées italiennes

  • 16 Source : Accertamenti Diffusione Stampa (ADS).

16En Italie, après le commerce de détail de journaux et papeterie en magasin spécialisé, c’est le secteur de la programmation et de la diffusion télévisées qui contribue le plus à la valeur ajoutée européenne (16 %, soit deux fois plus que le poids de l’Italie dans l’ensemble des industries culturelles) (graphique 6). C’est plus que la France (14 %), alors que le poids de l’Italie est deux fois moindre de celui de la France dans la valeur ajoutée des industries culturelles européennes. Ces deux secteurs d’activité sont les seuls dont la contribution dépasse celle de l’ensemble des secteurs marchands italiens (11 %). Les principales chaînes de télévision italiennes appartiennent au groupe public Rai (15 chaînes, dont Rai Uno) et au groupe Mediaset (avec notamment les chaînes privées Canale 5 et Italia 1). Au sein des industries culturelles italiennes, la location de vidéocassettes et disques vidéo, le commerce de détail de livres en magasin spécialisé et la projection de films cinématographiques sont les autres secteurs qui contribuent pour une part notable à la valeur ajoutée européenne (respectivement 11 % et 10 %). Avec pour principaux quotidiens nationaux le Corriere della Sera (480 000 exemplaires vendus quotidiennement en 201116) et La Repubblica (440 000 exemplaires par jour en 2011), la contribution de la presse italienne à la valeur ajoutée européenne est dans la moyenne des industries culturelles.

Graphique 6 – Poids de l’Italie dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011

Graphique 6 – Poids de l’Italie dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Dans les industries culturelles comme dans le reste de l’économie, une rentabilité économique moindre en France qu’en Europe…

17Les industries culturelles dominantes diffèrent d’un pays à l’autre. Dans la mesure où la taille des entreprises, la rentabilité et la productivité ne sont pas les mêmes d’un secteur à l’autre, la structure nationale de production des industries culturelles influence le niveau de ces indicateurs de performance économique : par exemple, la taille d’une entreprise d’édition de journaux est en moyenne dix fois plus importante que celle d’une société de production audiovisuelle ; ainsi, la taille moyenne des entreprises culturelles d’un pays où l’édition est prédominante sera plus élevée que celle d’un pays où la part relative de l’audiovisuel prédomine.

18Un des indicateurs de rentabilité économique le plus utilisé est le taux de marge, qui rapporte l’excédent brut d’exploitation (EBE) à la valeur ajoutée (VA) et mesure donc le pourcentage de la valeur ajoutée conservé par les entreprises après versement des coûts salariaux et des impôts liés à la production.

  • 17 . Commission européenne, « Déséquilibres macroéconomiques-France 2014 », mars 2014 (http://ec.europ (...)

19Quel que soit le secteur économique (industrie, services, commerce), le taux de marge des entreprises françaises est inférieur à celui de la moyenne européenne. C’est un résultat connu et durable, qui s’explique d’une part par l’importance du travail salarié (par comparaison à d’autres pays comme l’Italie où l’emploi non salarié est beaucoup plus fréquent dans ces secteurs), et d’autre part par des coûts liés aux facteurs de production, que ce soit le capital (par l’intermédiaire des impôts sur la production) ou le travail (essentiellement les coûts non salariaux, visant à préserver le modèle de protection sociale français17). Les industries culturelles ne font pas exception : le taux de marge français (30 %) est très inférieur à la moyenne européenne (41 %) (graphique 7). Cette moindre performance des industries culturelles françaises ne résulte pas d’un effet de structure sectoriel propre à la France où l’audiovisuel prédomine, car le taux de marge dans ce secteur est plus élevé que dans les autres secteurs culturels français. À secteur d’activité donné (livre et presse, audiovisuel, agences de publicité), le taux de marge français est chaque fois inférieur à la moyenne européenne, à l’exception de la production de films cinématographiques et de programmes de télévision.

  • 18 Catherine SoUQUEt, « L’édition en 2011 : la presse quotidienne fragilisée », Insee Focus, n° 1, fév (...)

20Parmi les industries culturelles, le domaine des activités audiovisuelles et multimédias est le plus rentable, en particulier l’édition de jeux vidéo (avec un taux de marge élevé : 72 % de la valeur ajoutée est conservée par les entreprises, après versement des coûts salariaux et des impôts liés à la production), ainsi que la distribution et la production de films cinématographiques, de vidéogrammes et de programmes de télévision (respectivement 61 % et 50 % de taux de marge). En revanche, la France réalise des performances particulièrement faibles dans les secteurs du livre et de la presse : 20 % contre 36 % en moyenne en Europe, avec des taux de marge très faibles pour l’édition de journaux (3 %) et les agences de presse (13 %). Ces domaines culturels se trouvent effectivement dans une situation financière délicate. Le développement de la diffusion gratuite de l’information et le passage au support numérique ont notamment fragilisé la presse quotidienne, malgré des efforts d’investissement18. Le secteur de l’édition de livres résiste mieux, avec un taux de marge dans la moyenne des industries culturelles (29 %), mais là encore nettement inférieur à la moyenne européenne (40 %).

Graphique 7 – Taux de marge des principaux domaines des industries culturelles en 2011

Graphique 7 – Taux de marge des principaux domaines des industries culturelles en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

  • 19 Coe-Rexecode, « Les enjeux de la compétitivité des services de prestations intellectuelles pour la (...)

21Dans le domaine des agences de presse, l’activité est peu diversifiée et fondée sur des prestations intellectuelles dont le coût est particulièrement élevé, et représente une part importante de la valeur de la production. C’est également le cas des agences de publicité et plus largement des activités de services fondés sur des prestations intellectuelles qualifiées, peu susceptibles de bénéficier des allégements de charges qui ont été successivement mis en place à partir de 1993. Ces plans sont en effet surtout orientés vers les secteurs dont les salaires moyens sont globalement situés le plus bas dans l’échelle de distribution des salaires19.

… et un taux de valeur ajoutée légèrement inférieur

22Autre indicateur économique, le rapport de la valeur ajoutée au chiffre d’affaires hors taxe n’est toutefois pas directement corrélé à la performance. Dans la mesure où la valeur ajoutée est elle-même issue du chiffre d’affaires auquel les consommations intermédiaires ont été soustraites, ce ratio permet de mesurer la contribution spécifique de l’entreprise à la valeur de la production, autrement dit de mesurer, dans sa production, ce qui relève de sa propre valeur ajoutée. Un indicateur faible signifie que l’entreprise consomme beaucoup d’intrants pour produire ce qu’elle vend, tandis qu’un indicateur élevé est le signe d’une entreprise qui crée beaucoup de valeur à partir de sa production. Cela peut signifier qu’elle est performante à cet égard, c’est-à-dire qu’elle consomme peu pour produire beaucoup, ou encore qu’elle a intégré au sein de sa propre chaîne de production tous les intrants nécessaires. À l’inverse, une entreprise qui sous-traite beaucoup aura un taux de valeur ajoutée faible, alors qu’elle le fait parfois en vue d’augmenter sa rentabilité. Plus qu’un indicateur de performance, c’est donc un indicateur du degré d’intégration de l’entreprise dans une filière de production.

23Quel que soit le pays, le taux de valeur ajoutée des industries culturelles est beaucoup plus élevé que dans l’ensemble des secteurs marchands : la production culturelle est beaucoup plus intégrée que la production industrielle classique, qui a procédé depuis longtemps à une sous-traitance des activités tertiaires (graphique 8). néanmoins, comparés aux autres services marchands (commerce, hôtellerie, restauration, etc.), les services culturels que sont l’audiovisuel, la presse, le livre et la publicité ont des taux de valeur ajoutée plus faibles, ce qui traduit le fait que leur processus de production comporte une part importante de transformation des produits dans la filière de fabrication, justifiant ainsi en quelque sorte leur appellation d’industrie au sein des services.

24Dans l’Union européenne, le taux de valeur ajoutée est surtout élevé dans les domaines du livre et de la presse et des activités audiovisuelles et multimédias (autour de 45 %) avec, en particulier, les activités des agences de presse (64 %) et l’édition et la diffusion de programmes radio (55 %).

25En France, la contribution spécifique des entreprises culturelles à la valeur de la production est légèrement moins élevée que la moyenne européenne dans les activités audiovisuelles. Plus précisément, les secteurs de la production et de la postproduction tirent le taux de valeur ajoutée vers le haut. Au contraire, les secteurs d’activité du livre et de la programmation et de la diffusion télévisées ont un processus de production qui se traduit par un taux de valeur ajoutée plus faible qu’en Europe. Les dépenses en consommations intermédiaires des entreprises françaises dans ces secteurs seraient donc plus importantes que dans les autres pays. Le détail fourni par Eurostat n’est malheureusement pas suffisant pour cibler la nature de ces dépenses et les comparer d’un pays à l’autre.

26En Allemagne, les taux de valeur ajoutée sont particulièrement élevés, traduisant une industrie culturelle très intégrée dans une même filière de production qui implique peu d’achats en dehors des groupes culturels. Les activités des agences de publicité ont le taux de valeur ajoutée le plus élevé (23 points de plus que la moyenne de l’Union européenne, 22 points de plus qu’en France).

Graphique 8 – Taux de valeur ajoutée des industries culturelles en 2011

Graphique 8 – Taux de valeur ajoutée des industries culturelles en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

27Au Royaume-Uni, le taux de valeur ajoutée du livre et de la presse est particulièrement élevé (58 %) par rapport à la moyenne européenne (+ 13 points) et à la France (+ 18 points).

28En revanche, pour chacun des domaines des industries culturelles, comme pour l’ensemble des secteurs marchands, l’Italie a un taux de valeur ajoutée inférieur à la moyenne européenne.

… mais une productivité apparente du travail supérieure

29Au niveau européen, la productivité apparente du travail (valeur ajoutée par personne occupée) est particulièrement élevée dans l’audiovisuel, en particulier dans la distribution de films et de programmes de télévision et dans la programmation et la diffusion télévisées. Inversement, elle est la plus faible dans les activités des agences de publicité et dans certains domaines du livre et de la presse, comme la traduction et l’interprétation (graphique 9).

30En France, le coût élevé des facteurs de production a été compensé par une productivité accrue au cours des vingt dernières années. De fait, la productivité apparente du travail française est plus élevée que la moyenne européenne. C’est le cas pour tous les secteurs d’activité des industries culturelles à la seule exception des activités des agences de presse et de l’édition de revues et périodiques. C’est dans la production de films et de programmes de télévision que la productivité apparente du travail française est la plus élevée : une personne occupée produit une valeur ajoutée presque quatre fois supérieure à la moyenne européenne dans ce secteur.

Graphique 9 – Productivité apparente du travail dans les industries culturelles en 2011

Graphique 9 – Productivité apparente du travail dans les industries culturelles en 2011

Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Annexes

Source et champ

Le règlement européen Structural Business Statistics (SBS)

Eurostat publie chaque année les principales données économiques européennes des entreprises des secteurs marchands (statistiques structurelles sur les entreprises, dites SSE20). Il s’agit des données transmises par les offices statistiques des États membres, ainsi que des estimations produites par Eurostat pour les agrégats de l’Union européenne. Les données françaises sont fournies à Eurostat par l’Insee.

Conformément au règlement européen relatif aux statistiques structurelles d’entreprises (règlement SbS), le champ statistique couvre les sections b à N de la nomenclature statistique des activités économiques dans la Communauté européenne (NaCE), c’est-à-dire l’industrie, la construction, le commerce et de nombreux services. Certains secteurs culturels ne sont pas couverts : les arts et activités récréatives (section R de la NaCE, avec le spectacle vivant, les activités associées, les arts visuels et le patrimoine) et l’enseignement culturel (section p), majoritairement caractérisés par une économie non marchande. Le règlement SSE ne concerne que les entreprises ; de ce fait, les établissements publics et les associations sont exclus.

Tous les ratios comptables ne sont pas diffusés par Eurostat, du fait de certaines valeurs manquantes pour quelques pays. Cette étude n’expose ainsi que le taux de marge, le taux de valeur ajoutée et la productivité, et ne peut pas aborder les thèmes de la profitabilité ou des subventions d’exploitation, faute de données suffisamment complètes ou robustes.

Les industries culturelles au sein du champ statistique de la culture

La nomenclature statistique des activités économiques dans la Communauté européenne (NaCE 2008, Rév. 2) a été établie par le règlement no 1893/2006 du parlement européen et du Conseil européen, le 20 décembre 2006. Il s’agit d’une nomenclature statistique qui détermine le classement des entreprises selon leur activité principale. À partir de cette nomenclature, une définition harmonisée du champ statistique de la culture a été établie, suite à des travaux européens21 menés de 2009 à 2011.

Plus précisément, dans le domaine du livre et de la presse22 :

  • l’édition de livres (58.11) comprend les activités d’édition de livres sous forme imprimée, électronique (Cd, écrans, etc.), audio ou encore sur l’internet ;

  • l’édition de journaux, y compris journaux publicitaires (58.13), comprend les journaux paraissant au moins quatre fois par semaine. Ces informations peuvent être publiées sous forme imprimée ou électronique, y compris sur l’internet ;

  • l’édition de revues et périodiques (58.14) comprend l’édition de magazines, revues et autres périodiques, de caractère technique, professionnel ou d’intérêt général, paraissant moins de quatre fois par semaine. Ces informations peuvent être publiées sous forme imprimée ou électronique, y compris sur l’internet ;

  • les activités des agences de presse (63.91) comprennent la collecte, la synthèse et la communication aux médias d’informations écrites, photographiques et audiovisuelles ;

  • le commerce de détail de livres en magasin spécialisé (47.61) comprend le commerce de détail de livres de toute nature ;

  • le commerce de détail de journaux et papeterie en magasin spécialisé (47.62) comprend aussi le commerce de détail de fournitures de bureau telles que stylos, crayons, papier, etc. ;

  • la traduction et interprétation (74.30) comprend les activités de traduction et d’interprétariat.

Plus précisément, dans le domaine de l’audiovisuel et du multimédia :

  • la production de films cinématographiques, de vidéogrammes et de programme de télévision (59.11) comprend aussi l’activité des studios de cinéma ;

  • la postproduction de films cinématographiques, de vidéogrammes et de programmes de télévision (59.12) comprend les activités telles que montage, conversion film/bande, postsynchronisation, sous-titrage, création de génériques, infographie, animations d’images et effets spéciaux, doublage, de même que le développement et le traitement de films cinématographiques, les activités de laboratoires spécialisés dans la production de films d’animation ;

  • la distribution de films cinématographiques, de vidéogrammes et de programmes de télévision (59.13) comprend le tirage de contretypes et la reproduction de bandes magnétiques audio et vidéo, de Cd ou de dvd à partir d’originaux ;

  • la projection de films cinématographiques (59.14) comprend également les activités de projection de bandes vidéo dans les salles de cinéma, en plein air ou dans d’autres installations de projection et les activités de ciné-clubs ;

  • l’enregistrement sonore et l’édition musicale (59.20) comprend les activités liées à la production de matrices sonores originales, sur bandes, cassettes, Cd, la mise à disposition des enregistrements, leur promotion et leur distribution auprès des grossistes, de détaillants ou directement du public, les services d’enregistrement sonore en studio ou ailleurs, y compris la production d’émissions de radio enregistrées, les activités d’édition musicale et l’édition de livres musicaux et de partitions ;

  • l’édition et la diffusion de programmes radio (60.10) comprend l’édition de chaînes de radio, consistant à créer du contenu, sous forme de grilles de programmes (ou programmes complets) de radio, avant de le diffuser ou de prendre les dispositions nécessaires à sa diffusion pour leur compte ou à sa distribution par des tiers, les activités des réseaux de radiodiffusion, les activités de radiodiffusion via l’internet et la diffusion de données intégrée à la radiodiffusion ;

  • la programmation de télévision et télédiffusion (60.20) comprend les activités d’édition de chaînes de télévision, consistant à créer du contenu, sous forme de grilles de programmes (ou programmes complets) de télévision, avant de le diffuser ou de prendre les dispositions nécessaires à sa diffusion, les programmes diffusés gratuitement, les programmes disponibles uniquement sur une base d’abonnement, l’activité des chaînes de programmes de vidéos à la demande, la diffusion de données intégrée aux émissions de télévision ;

  • l’édition de jeux électroniques (58.21) comprend l’édition de logiciels de jeux électroniques pour tout type de plates-formes, sur support physique, en téléchargement ou en ligne ;

  • le commerce de détail d’enregistrements musicaux et vidéo en magasin spécialisé (47.63) comprend le commerce de détail d’enregistrements musicaux, de cassettes audio, de Cd, de cassettes, de vidéocassettes, de dvd, de bandes et disques vierges ;

  • la location de vidéocassettes et disques vidéo (77.22) comprend la location de vidéocassettes, disques, Cd, dvd, etc. préenregistrés pour un usage domestique et la location de jeux vidéo.

Les activités des agences de publicité (73.11) comprennent la conception et la réalisation de campagnes publicitaires, la réalisation de campagnes de marketing et d’autres services publicitaires destinés à attirer et fidéliser les consommateurs, la pose d’affiches fixes ou mobiles, l’aménagement et l’entretien de panneaux publicitaires. Ces activités ne comprennent pas la régie publicitaire de médias.

Notes

1 Dans ce paragraphe, les entreprises citées sont celles dont le chiffre d’affaires est le plus important pour un secteur donné (source : Insee-Esane 2011, fiches sectorielles).

2 Pour plus de détails sur l’évolution des dépenses en communication et la répartition du marché publicitaire dans les différents médias, voir le site de l’Association des agences-conseils en communication (AAC).

3 Henri PIGEAt, « L’avenir des agences de presse », Commentaire, no 129, 2010/1, printemps 2010.

4 Voir la publication du CSA, l’Audience des programmes de fiction dans les grands pays européens entre 2009 et 2012, octobre 2013.

5 Centre national pour le développement du sport, créé en 2006 et placé sous la tutelle du ministère chargé des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative.

6 Source : ABC (Audit Bureau of Circulations), organisme de mesure d’audience des médias.

7 Source : communiqué de presse sur le site internet de The Economist Group, le 18 juin 2012.

8 Source : OJD, organisme d’expertise en dénombrement des médias imprimés et numériques.

9 Voir « Le marché de la musique en Allemagne », SNEP (http://www.snepmusique.com/ actualites-du-snep/le-marche-de-la-musique-en-allemagne-retrouve-la-croissance/).

10 Voir Solène HAZOUARD, « Quel avenir pour l’industrie du disque en Allemagne ? » (http:// rea.revues.org/4131).

11 Source : la Fédération des éditeurs de journaux allemands BDzV (Bundesverband Deutscher zeitungsverleger).

12 Source : Chiffres clés, statistiques de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS/La Documentation française, 2013.

13 Voir « La participation des Européens aux activités culturelles », enquête Eurobaromètre, avril 2002.

14 Voir Cécilia BERTHAUD, Vincent MENUEt, François AUVIGNE, « La situation de la presse quotidienne dans quatre pays européens : Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Suède », IGF, no 2008-M-06101, novembre 2008 ; et Valérie ROBERT, la Presse en France et en Allemagne. Une comparaison des systèmes, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2012.

15 Sources : Institut de recherches et d’études publicitaires (IREP), AA/WARC Expenditure Report et ZAW, IAB Europe, WARC.

16 Source : Accertamenti Diffusione Stampa (ADS).

17 . Commission européenne, « Déséquilibres macroéconomiques-France 2014 », mars 2014 (http://ec.europa.eu/economy_finance/publications/occasional_paper/2014/pdf/swd_178.pdf).

18 Catherine SoUQUEt, « L’édition en 2011 : la presse quotidienne fragilisée », Insee Focus, n° 1, février 2014. Pierre-Jean BENGHOZI, Inna LYUBAREVA, la Presse française en ligne en 2012 : modèles d’affaires et pratiques de financement, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture études », 2013-3.

19 Coe-Rexecode, « Les enjeux de la compétitivité des services de prestations intellectuelles pour la compétitivité globale », janvier 2014.

20 Pour une vue d’ensemble des statistiques structurelles sur les entreprises, voir sur le site d’Eurostat :
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/statistics_explained/index.php/Structural_business_ statistics_overview/fr

21 Voir Valérie DEROIN, Conceptualisation statistique du champ de la culture, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Culture méthodes », 2011-3, décembre 2011.

22 nomenclature d’activités et de produits française, NAF Rév. 2 – CPF Rév. 2, édition 2008, Insee.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Part de la valeur ajoutée des industries culturelles dans le secteur marchand en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Tableau 1 – Poids des industries culturelles européennes dans le secteur marchand en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-2.png
Fichier image/png, 120k
Titre Graphique 2 – Répartition de la valeur ajoutée dans les industries culturelles en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-3.png
Fichier image/png, 60k
Titre Tableau 2 – Répartition de la valeur ajoutée dans les industries culturelles en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-4.png
Fichier image/png, 61k
Titre Graphique 3 – Poids de la France dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-5.png
Fichier image/png, 104k
Titre Graphique 4 – Poids du Royaume-Uni dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-6.png
Fichier image/png, 117k
Titre Graphique 5 – Poids de l’Allemagne dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-7.png
Fichier image/png, 102k
Titre Graphique 6 – Poids de l’Italie dans la valeur ajoutée de chaque secteur d’activité des industries culturelles européennes en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-8.png
Fichier image/png, 101k
Titre Graphique 7 – Taux de marge des principaux domaines des industries culturelles en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-9.png
Fichier image/png, 36k
Titre Graphique 8 – Taux de valeur ajoutée des industries culturelles en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-10.png
Fichier image/png, 34k
Titre Graphique 9 – Productivité apparente du travail dans les industries culturelles en 2011
Crédits Sources : Eurostat/dEpS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2014
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-11.png
Fichier image/png, 36k
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/454/img-12.png
Fichier image/png, 504k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2014

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0