Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le poids économique direct de la culture en 2014

 | 
Tristan Picard

Le poids économique direct de la culture en 2014

Volltext

Une valeur ajoutée culturelle de 44 milliards d’euros en 2014

  • 1 Les données présentées dans cette étude sont issues d’une méthode d’estimation mise au point en 201 (...)

1En 2014, le poids économique direct de la culture, c’est-à-dire la valeur ajoutée des branches culturelles (Annexe), est de 44 milliards d’euros1 et représente 2,3 % de l’économie française en 2014 (graphique 1 et tableau 1). Somme des valeurs de tous les biens et services produits et proposés par les branches culturelles, la production totale s’établit quant à elle à 87 milliards d’euros. Ces branches culturelles (agences de publicité, arts visuels, architecture, audiovisuel, enseignement culturel, livre et presse, patrimoine et spectacle vivant) sont définies selon un périmètre harmonisé au niveau européen (Annexe). Par conséquent, cette estimation du poids de la culture ne prend pas en compte les retombées économiques indirectes ou induites par la culture comme, par exemple, le tourisme (voir « Le tourisme, exemple de retombées économiques indirectes de la culture », p. 3).

2Les branches contribuant le plus au poids économique de la culture en 2014 sont l’audiovisuel (29 % de l’ensemble des branches culturelles), le spectacle vivant (16 %) puis la presse (12 %). La répartition était relativement similaire en 1995, si ce n’est que la presse était bien plus présente (22 % de l’ensemble des branches culturelles en 1995) et le spectacle vivant moins important (12 %).

Graphique 1 - Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2014

Graphique 1 - Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2014

Lecture : la part de la valeur ajoutée des branches culturelles dans l’ensemble de l’économie était de 2,29 % en 1995. La part de l’audiovisuel dans l’ensemble de l’économie était de 0,57 % en 1995, elle atteint 0,66 % en 2014.
p : données provisoires pour 2014.

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015

Tableau 1 - Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2014

Tableau 1 - Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2014

p : données provisoires pour 2014.

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015

Le tourisme, un exemple de retombées économiques indirectes de la culture

  • 2 Mémento du tourisme, édition 2015, Paris, Direction générale des entreprises, Ministère de l’Économ (...)
  • 3 Le Tourisme, un moyen important d’accès à la culture, Paris, Direction générale des entreprises, Mi (...)
  • 4 Mémento du tourisme, édition 2015, op. cit., p. 24.

Outre le poids économique direct de la culture, dont le champ statistiquement mesurable est défini par le système statistique public, un intérêt est souvent exprimé pour les retombées économiques que les activités culturelles génèrent, souvent au-delà du seul champ de la culture. Ainsi le tourisme est-il souvent désigné comme contribuant à créer de la richesse, et il peut être tentant de le considérer comme un impact économique indirect de la culture. En 2014, la visite de sites culturels compte parmi les activités déclarées par la moitié (51 %) des touristes étrangers séjournant en France, deuxième activité citée après les vacances et les loisirs2, et 17 % des séjours touristiques de Français dans l’Hexagone ont donné lieu à une activité culturelle (hors visite de ville)3
Si les dépenses engagées par ces touristes auprès des institutions culturelles (billetterie de musée ou de festival par exemple) sont bien comptabilisées dans le poids économique direct de la culture, on pourrait aussi être tenté d’élargir à l’ensemble des dépenses environnant ces activités : nuitées d’hôtel, frais de bouche, transports, etc. Au regard de l’importance du poids économique direct du tourisme en France, estimé à 51,9 milliards d’euros pour les non-résidents et à 106,4 milliards d’euros pour les résidents en 20144, ces retombées indirectes de la culture pourraient être non négligeables pour l’économie française.
Il n’existe pas de méthodologie stabilisée pour mesurer ces retombées indirectes. En effet, les motifs de dépenses ne sont pas qualifiables de manière univoque et invalident leur usage pour attribuer la part des dépenses touristiques imputables à la culture. Les touristes étrangers séjournant en France et déclarant un intérêt particulier pour la culture ont certainement effectué des dépenses motivées par d’autres intérêts tandis que, inversement, la moitié des touristes étrangers qui n’ont pas placé la culture parmi leurs motifs de séjour en France ont pu néanmoins fréquenter des sites culturels. Si la consommation d’un bien ou d’un service culturel est identifiable (et entre dans la mesure du poids économique direct), les dépenses environnantes relèvent en général de motifs multiples, variables selon les individus et les contextes. L’alimentation et la restauration, par exemple, concentrent 20 % de la consommation touristique intérieure, mais peut-on réellement considérer un repas pris après une visite de musée comme une retombée indirecte de la culture, et comment distinguer la part de l’alimentation liée à la sortie culturelle de l’ensemble des frais de ce poste ?
En l’absence d’une définition claire du champ des retombées indirectes et de méthodologies robustes permettant de les approcher, le système statistique public recommande la plus grande prudence concernant les tentatives de chiffrage existantes. Seul le poids économique direct de la culture, certes restreint aux seules activités culturelles, constitue une mesure objective du PIB de la culture, tout en permettant la comparabilité avec le reste de l’économie.

Une évolution dans la continuité des années précédentes

3Pour la plupart des branches culturelles, l’année 2014 est dans la continuité des évolutions observées depuis 2008 (tableau 2). Ainsi, les branches qui affichent une croissance positive en 2014 comme l’audiovisuel, le spectacle vivant et le patrimoine connaissaient déjà une croissance importante en 2013, tandis que les branches en difficulté comme la presse, l’architecture et le livre l’étaient déjà en 2013.

4Au total, l’ensemble des branches culturelles a, comme en 2013, une croissance inférieure (+ 0,1 %) à celle de l’ensemble de l’économie (+ 0,6 %), ce qui se traduit par une légère diminution du poids de la culture dans l’économie. Observé dès 2004, ce recul fait passer la part relative de la culture dans l’ensemble de l’économie de 2,55 % en 2003 à 2,30 % en 2014.

Tableau 2 - Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2008 et 2014

Tableau 2 - Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2008 et 2014

p : données provisoires pour 2014.

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015

Audiovisuel : une année faste pour le cinéma et les jeux vidéo, tandis que la crise se poursuit pour le commerce de détail

5L’audiovisuel constitue la principale branche d’activité culturelle, et concentre plus du quart de sa valeur ajoutée (tableau 1), une part relative en progression en 2014. Les différents segments de l’audiovisuel (radio, télévision, cinéma, vidéo ou musique) peuvent être difficiles à distinguer à partir des nomenclatures d’activités. En effet, les activités de production et de postproduction peuvent s’appliquer à la fois au cinéma, à la télévision ou à la vidéo, tandis que les vidéos ne concernent plus seulement les films mais également les séries, etc. On peut cependant constater que les activités de production et de postproduction se développent en 2014 (+ 1,5 %) pour s’établir à 5,7 milliards d’euros de valeur ajoutée, ce qui en fait l’activité la plus importante de la branche audiovisuelle (45 % de la valeur ajoutée de la branche). Deuxième activité de la branche (24 % de la valeur ajoutée), l’édition de chaînes généralistes est en nette croissance en 2014 (+ 2,5 %).

  • 5 Les Principaux chiffres du cinéma en 2014, Paris, Centre national du cinéma et de l’image animée, m (...)

6Après une mauvaise année 2013, la distribution et la projection de films reprennent des couleurs en 2014 (graphique 2). La fréquentation des salles de cinéma a augmenté de 7,7 % par rapport à 2013 pour atteindre 208 millions d’entrées, ce qui fait de 2014 la meilleure année depuis 20115.

Graphique 2 - Valeur ajoutée des branches de l’audiovisuel présentant les plus fortes variations depuis 2008

Graphique 2 - Valeur ajoutée des branches de l’audiovisuel présentant les plus fortes variations depuis 2008

Lecture : la valeur ajoutée de la branche « Édition de jeux électroniques » est de 0,11 milliard d’euros en 1995, et de 0,63 milliard d’euros en 2014.
p : données provisoires pour 2014.

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015

7Parmi les activités à très forte croissance, l’édition de jeux vidéo ne cesse de progresser (+ 18,3 % en 2014, + 10,9 % par an en moyenne depuis 2008). Encore marginale en 2000, cette activité a vu son poids dans l’audiovisuel doubler en quinze ans. Enfin, l’édition et la diffusion de programmes radiophoniques ainsi que l’édition de chaînes thématiques sont également en forte croissance depuis 2008.

8Contrairement à ces branches en forte croissance, le commerce de détail en magasin spécialisé et la location d’enregistrements musicaux et vidéo sont en crise et enregistrent une évolution de - 7,3 % par an en moyenne. L’année 2014 permet une légère stabilisation de l’activité (+ 1,3 %) qui ne suffit pas à effacer la baisse de 2013 (- 7,6 %). Le commerce de détail en magasin spécialisé subit la concurrence du commerce en ligne et de nouveaux modes d’écoute et de consommation de la musique et de films (téléchargement en flux).

9Les activités d’édition musicales et vidéos se redressent légèrement (respectivement + 1,1 % et + 2,2 % par rapport à 2013), en particulier grâce au développement du téléchargement en flux, par abonnement ou financé par la publicité. Par rapport à 2008, la valeur ajoutée a très légèrement diminué (- 0,1 % par an en moyenne) pour ces deux branches.

Livre et presse en crise structurelle : des branches victimes de la crise économique, de la concurrence de l’internet et de la baisse du lectorat

10Depuis 2008, la valeur ajoutée des branches du livre et de la presse a diminué en moyenne de 2,5 % par an, une chute qui ne semble pas s’arrêter : en 2014, la baisse fut de 3,2 %. L’imprimé, avec le livre et la presse, qui constituaient autrefois la première activité économique culturelle (30 % de la valeur ajoutée culturelle en 1995), n’en représentent plus que 18 % en 2014, loin derrière l’audiovisuel. Les situations sont néanmoins différentes pour le livre et pour la presse.

11En 2014, la valeur ajoutée de la presse est de 5,3 milliards d’euros, soit le double de celle du livre (2,6 milliards d’euros). La presse est soumise à un double mouvement de baisse, du nombre de lecteurs des supports payants d’une part, et des recettes publicitaires d’autre part. La montée en puissance des agrégateurs de contenus en ligne a considérablement modifié le lien entre le lecteur et les journaux, ce qui se traduit notamment par une difficulté, pour le secteur de la presse, à mettre en place un modèle économique fondé sur le support numérique. La baisse de l’activité est générale pour toutes les branches de la presse, que ce soit l’édition de revues et périodiques, de journaux, des agences de presse ou du commerce de détail de journaux et papeterie en magasin spécialisé (graphique 3).

Graphique 3 - Activités de la presse et du livre : valeur ajoutée des différentes branches

Graphique 3 - Activités de la presse et du livre : valeur ajoutée des différentes branches

Lecture : la valeur ajoutée de la branche « Édition de livres » est de 1,2 milliard d’euros en 2014.
p : données provisoires pour 2014.

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015

  • 6 L’Édition de livres en France, repères statistiques 2015, Syndicat national de l’édition.

12Si le secteur du livre, contrairement à d’autres secteurs culturels marchands, semble avoir relativement bien résisté à la crise économique de 2008 (- 0,9 % en moyenne annuelle depuis 2008), l’activité est en revanche en récession pour la deuxième année consécutive (- 3,7 % en 2013 puis - 3,1 % en 2014). Ainsi, le chiffre d’affaires des éditeurs du livre est passé de 2,80 milliards d’euros en 2011 à 2,65 milliards d’euros en 20146. Comme pour la presse, le secteur développe son offre numérique qui génère des revenus modestes pour les éditeurs, tous secteurs confondus (6 % du chiffre d’affaires des éditeurs de livres).

Spectacle vivant : la croissance marque le pas

13En 2014, la valeur ajoutée du spectacle vivant continue de croître (+ 1,3 %), une croissance toutefois plus faible qu’en 2013 (+ 3,0 %). Contrairement à d’autres branches culturelles dont la production est quasi exclusivement non marchande (patrimoine et enseignement ; tableau 3), le spectacle vivant associe une production marchande significative (4,9 milliards d’euros, soit 43 % de la production de la branche) à sa production non marchande (6,5 milliards d’euros). La part relative du spectacle vivant dans l’ensemble des branches culturelles est passée de 11,9 % en 1995 à 15,7 % en 2014 (tableau 1). Le spectacle vivant est désormais la deuxième branche culturelle en termes de croissance sur cette période, derrière le patrimoine. Cette augmentation est en grande partie liée à un changement de comportement de la part des ménages : en volume, la consommation de spectacles vivants a plus que doublé entre 1995 et 2014, un effet possible de la diversification de l’offre de spectacles.

Agences de publicité : les prix en chute libre

14Tous les groupes de travail internationaux ayant travaillé sur les nomenclatures culturelles considèrent que les agences de publicité ont une activité créative et sont, par conséquent, classées parmi les activités culturelles. Les recettes des régies publicitaires n’en font en revanche pas partie. Les agences de publicité représentent 11 % de la valeur ajoutée culturelle en 2014, ce qui en fait la quatrième branche culturelle, en particulier devant le patrimoine et l’architecture. Modérément affectée par la crise, la valeur ajoutée de cette branche est désormais égale en 2014 à celle de 2008 (4,9 milliards d’euros). Cependant l’évolution des dernières années est préoccupante : après une baisse de 3,4 % en 2013, la valeur ajoutée a encore diminué de 0,4 % en 2014.

15En effet, les agences de publicité ont réagi à la crise en baissant de manière très sensible leurs prix : entre 2008 et 2014, les prix ont diminué de 27 %, soit en moyenne 5,3 % par an. Cette évolution résulte probablement du développement de l’internet sur la période et des nouvelles stratégies de publicité (moins de publicité dans la presse écrite, marketing viral, etc.).

Patrimoine : la croissance se poursuit

16En vingt ans, la part relative du patrimoine dans l’ensemble des branches culturelles a doublé : elle est passée de 4,8 % en 1995 à 9,6 % en 2014 et la valeur ajoutée de la branche s’établit à 4,2 milliards d’euros en 2014 (graphique 4). Cette forte progression est à rapprocher de la hausse de fréquentation des musées : entre 2004 et 2013, les entrées sont passées de 46 millions en 2004 à 64 millions en 2013, dont une progression de 18 % des entrées payantes.

17Cette hausse est une conséquence de la part importante des touristes étrangers : dans les quatre premiers musées français en termes de fréquentation (Louvre, château de Versailles, Centre Pompidou, Orsay), qui rassemblent plus de 40 % de la fréquentation des musées de France, deux visiteurs sur trois sont étrangers.

Architecture : la crise continue

18L’architecture est une branche dont l’activité est très liée à celle du logement. Or, depuis 2011, le nombre de mises en chantiers diminue : – 11,7 % en 2014 d’après le compte du logement du Service de l’observation et des statistiques. Ce ralentissement de l’activité se retrouve dans la valeur ajoutée de la branche architecture qui s’établit à 3 milliards d’euros en 2014, soit une baisse de 5,1 % par rapport à 2013 (graphique 4). En moyenne, la branche recule de 3,8 % par an depuis 2008.

Graphique 4 - Valeur ajoutée des branches du patrimoine, de l’architecture, des arts visuels et de l’enseignement artistique, 1995-2014

Graphique 4 - Valeur ajoutée des branches du patrimoine, de l’architecture, des arts visuels et de l’enseignement artistique, 1995-2014

Note : Données provisoires pour 2014.

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015

19L’avenir de la profession pourrait venir des particuliers, qui constituent la clientèle la plus importante des architectes (64 % en 2014 contre 58 % en 2011 d’après l’ordre des architectes). De plus, le projet de loi « Liberté de création, architecture et patrimoine » prévoit l’abaissement du seuil de surface à partir duquel il devient obligatoire de faire appel à un architecte, ce qui pourrait contribuer à relancer l’activité dans les années à venir.

Arts visuels : mauvaise année pour la photographie

20Les arts visuels regroupent les arts plastiques, la photographie et le design. Ces activités rassemblent 6 % de la valeur ajoutée des branches culturelles, une part stable depuis 1995. En 2014, la valeur ajoutée de cette branche s’établit à 2,6 milliards d’euros (graphique 4). Si les arts plastiques et le design sont dans une phase de croissance sur longue période, qui n’a été que légèrement affectée par la crise de 2008, la photographie, en revanche, est en net déclin depuis 2003, un recul qui s’explique par le développement des technologies numériques et la mutation des usages professionnels et amateurs.

Stabilité de l’enseignement artistique

21L’enseignement artistique représente 4 % de la valeur ajoutée culturelle, en légère baisse par rapport à 1995 (5 %), et la valeur ajoutée de cette branche est de 1,8milliard d’euros en 2014 (graphique 4). Il couvre aussi bien les écoles privées que les conservatoires et les écoles supérieures artistiques et culturelles relevant du ministère de la Culture et de la Communication. Son activité étant principalement non marchande (84 % de sa production ; tableau 3), cette branche dépend plus des subventions que de la conjoncture économique. L’évolution de cette branche en 2014 (+ 0,9 %) est légèrement inférieure à son taux de croissance annuel moyen depuis 2008 (1,8 %).

La production non marchande représente 18 % de la production totale de la culture

22En 2014, la production des branches culturelles se répartit en production marchande et non marchande (tableau 3). La production marchande culturelle correspond à la production de biens et services culturels destinée à être écoulée sur le marché à un prix économiquement significatif, c’est‑à‑dire couvrant plus de 50 % des coûts de production. La production non marchande culturelle correspond à des biens et services culturels proposés aux ménages à un prix représentant moins de 50 % des coûts de production, car bénéficiant de l’apport de dépenses publiques (partie du budget de l’État ou des collectivités territoriales, subventions versées à des associations, aides versées par les sociétés civiles).

23Le poids de la production non marchande dans la culture (18 %) est plus important que dans le reste de l’économie (12 %), ce qui s’explique par la présence de branches où la production non marchande est très importante (patrimoine, enseignement et, dans une moindre mesure, le spectacle vivant). On observe que, malgré le contexte de baisse des financements publics, les branches culturelles où la production non marchande est significative affichent une croissance positive depuis la crise économique de 2008, probablement grâce à l’augmentation de la consommation des ménages dans ces branches.

Tableau 3 - Répartition de la production des branches culturelles, 2014

Tableau 3 - Répartition de la production des branches culturelles, 2014

Note : données provisoires pour 2014.

Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015

615 200 personnes travaillent dans les branches culturelles en 2014

24En 2014, 615 200 personnes travaillent dans les branches culturelles, soit 2,4 % de l’ensemble de la population active en emploi. Cela représente une diminution de 30 000 emplois par rapport à 2013 (- 5 %) (tableau 4). L’architecture, le patrimoine et les arts visuels concentrent plus du tiers des emplois des branches culturelles, suivis par l’audiovisuel et les agences de publicité (27 %), le spectacle vivant et l’enseignement (19 %), et le livre et la presse. Dans un contexte de développement des technologies numériques, le livre et la presse sont les plus touchés par ce recul du nombre d’emplois (- 11 %), suivis par l’audiovisuel et les agences de publicité (- 7 %). Le livre et la presse ont perdu plus de 45 000 emplois en cinq ans.

Tableau 4 - Emploi dans les branches culturelles en 2013 et 2014

Tableau 4 - Emploi dans les branches culturelles en 2013 et 2014

p : données provisoires pour 2014.
* Moyenne glissante sur les enquêtes Emploi 2008, 2009 et 2010.
** Moyenne glissante sur les enquêtes Emploi 2012, 2013 et 2014. Champ : France métropolitaine.

Source : Insee, enquêtes Emploi 2012 à 2014 pour la France métropolitaine/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015

Anmerkungen

1 Les données présentées dans cette étude sont issues d’une méthode d’estimation mise au point en 2013 par le DEPS (Jauneau, 2013). Les données précédemment publiées ont toutefois été révisées : les séries de la comptabilité nationale pour 2013 étaient provisoires lors de la publication précédente, celles de 2012 semi-définitives. Les résultats présentés ici annulent donc et remplacent les données publiées précédemment. Les tendances mises en évidence, notamment en termes d’évolution du poids économique de la culture, ne sont toutefois que très peu affectées par cette révision.

2 Mémento du tourisme, édition 2015, Paris, Direction générale des entreprises, Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, p. 122.

3 Le Tourisme, un moyen important d’accès à la culture, Paris, Direction générale des entreprises, Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, coll. « Les 4 pages de la DGE », no 48, novembre 2015.

4 Mémento du tourisme, édition 2015, op. cit., p. 24.

5 Les Principaux chiffres du cinéma en 2014, Paris, Centre national du cinéma et de l’image animée, mai 2015.

6 L’Édition de livres en France, repères statistiques 2015, Syndicat national de l’édition.

Abbildungsverzeichnis

Titel Graphique 1 - Part des différentes branches culturelles dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie, 1995-2014
Bildunterschrift Lecture : la part de la valeur ajoutée des branches culturelles dans l’ensemble de l’économie était de 2,29 % en 1995. La part de l’audiovisuel dans l’ensemble de l’économie était de 0,57 % en 1995, elle atteint 0,66 % en 2014.p : données provisoires pour 2014.
Impressum Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1190/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 40k
Titel Tableau 1 - Poids (en valeur ajoutée) et part relative des branches culturelles dans le champ de la culture et dans l’ensemble de l’économie, 1995-2014
Bildunterschrift p : données provisoires pour 2014.
Impressum Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1190/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Titel Tableau 2 - Taux de croissance de la valeur ajoutée entre 2008 et 2014
Bildunterschrift p : données provisoires pour 2014.
Impressum Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1190/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 28k
Titel Graphique 2 - Valeur ajoutée des branches de l’audiovisuel présentant les plus fortes variations depuis 2008
Bildunterschrift Lecture : la valeur ajoutée de la branche « Édition de jeux électroniques » est de 0,11 milliard d’euros en 1995, et de 0,63 milliard d’euros en 2014.p : données provisoires pour 2014.
Impressum Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1190/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 36k
Titel Graphique 3 - Activités de la presse et du livre : valeur ajoutée des différentes branches
Bildunterschrift Lecture : la valeur ajoutée de la branche « Édition de livres » est de 1,2 milliard d’euros en 2014.p : données provisoires pour 2014.
Impressum Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1190/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 36k
Titel Graphique 4 - Valeur ajoutée des branches du patrimoine, de l’architecture, des arts visuels et de l’enseignement artistique, 1995-2014
Bildunterschrift Note : Données provisoires pour 2014.
Impressum Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1190/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 28k
Titel Tableau 3 - Répartition de la production des branches culturelles, 2014
Bildunterschrift Note : données provisoires pour 2014.
Impressum Source : Insee, comptes nationaux – base 2010/DEPS, Ministère de la Culture et de Communication, 2015
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1190/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 36k
Titel Tableau 4 - Emploi dans les branches culturelles en 2013 et 2014
Bildunterschrift p : données provisoires pour 2014.* Moyenne glissante sur les enquêtes Emploi 2008, 2009 et 2010.** Moyenne glissante sur les enquêtes Emploi 2012, 2013 et 2014. Champ : France métropolitaine.
URL http://books.openedition.org/deps/docannexe/image/1190/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 27k

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2016

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lesen

Open access