Version classiqueVersion mobile

Adam Neuser (1744)

 | 
Gotthold Ephraim Lessing

Annexe. La lettre au sultan

Texte intégral

Lettre d’Adam Neuser au sultan Selim II (1570)

Source : [Mathurin Veyssière de La Croze], DISSERTATIONS | HISTORIQUES | SUR | DIVERS SUJETS. | tome premier, | A Rotterdam, | chez Reinier Leers, | mdccvii. [1707], « Réflexions historiques et critiques sur le mahométisme & sur le socinianisme », p. 105-121 [ex. Berlin, Staatsbibliothek, Bibl. Diez oct. 1266]

Traduction française de « ADAMI NEUSERI, gewesenen Predigers zu Heydelberg Schreiben an den Türckischen Kayser Selym dieses Namens den Andern », in ANTIQUITATES | Quædam Palatinæ. Ex Johannis Agrico-| lae Ruperti Imp. Cam. Secretarii Viridario & aliis | MSS. Collectae per Jacobum Beyrlin, in monumenta | pietatis & literaria | VIRORUM | in re publica & literaria | ILLUSTRIUM, SELECTA […]| Francofurti ad Moenum, | Apud Johannes Maximilianum à Sande, | Anno mdcci. [1701], p. 337-344 (ex. Berlin, Staatsbibliothek, Ag 1000b).

Sur l’authenticité de ce texte, voir introduction, p. 16-17.

1[105]

2tres invicible et tres-puissant monarque.

3Moi Adam Neuser, né Chretien en Allemagne, & promû à la di-[106]gnité de Predicateur du peuple à Heidelberg, ville où se trouvent aujourd’hui les plus savans hommes de toute l’Allemagne, je me refugie avec une profonde soumission vers Vôtre Majesté, vous conjurant pour l’amour de Dieu, & de vôtre Prophete, sur lequel soit la paix de Dieu, de me recevoir au nombre de vos sujets, & de ceux de vôtre peuple, qui croient en Dieu. Car par la grace du Dieu Tout-puissant, je vois, je reconnois, & je crois de tout mon cœur que vôtre doctrine & votre religion sont pures, nettes & agreables à Dieu. Je suis très-persuadé que ma retraite d’entre les Chretiens idolatres engagera plusieurs personnes de consideration à embrasser vôtre Religion ; vû sur tout, que plusieurs des plus savans & des plus considerables d’entre eux sont en cela du même sentiment que moi, comme je le ferai connoître de bouche à Vôtre Majesté.

4Pour ce qui est de moi, je suis as-[107]sûrement un de ceux, dont il est parlé en ces termes dans le xiii . Chapitre de l’Alcoran : Les Chretiens nous font paroître beaucoup plus de bienveillance, que les Juifs. Et quand leurs Prêtres & leurs Evêques, pourvu qu’ils ne soient point impudens ni opiniâtres, entendent le commandement que fait le Prophete de Dieu, & que par là ils reconnoissent la verité, ils disent les larmes aux yeux : Ah Dieu ! nous esperons de nôtre cœur, que puisque nous croions la même chose que les gens de bien, tu nous feras aussi entrer dans leur communion. Car pourquoi ne croirions-nous pas en Dieu, & en celui qui est manifesté par la verité ?

5Certainement, ô Empereur ! je suis un de ceux qui lisent l’Alcoran avec joie : je suis un de ceux qui desirent d’être de vôtre peuple ; & je rens temoignage devant Dieu, que la doctrine de vôtre Prophete, sur lequel soit la paix de Dieu, est d’une veri-[108] té indubitable. C’est pourquoi je supplie très-humblement Vôtre Majesté, pour l’amour de Dieu, & de vôtre Prophete, de vouloir me faire la grace de m’écouter, & d’entendre de quelle manière le Dieu de misericorde m’a revelé sa verité.

6Mais premierement, Vôtre Majesté doit être entierement persuadée que je n’ai pas recours à sa protection, comme quelques Chretiens ont accoûtumé de le faire, qui à cause de leurs crimes, de leurs larcins, meutres ou adulteres, ne sauroient demeurer en sûreté, parmi les gens de leur Religion. Car j’avois resolu, il y a plus d’un an, de me refugier vers vous : je m’etois même avancé jusqu’à Presbourg ; mais comme je n’entends pas la langue Hongroise, je ne pus aller plus avant, & contre mon gré je fus contraint de revenir en mon païs, ce que je n’aurois eu garde de faire, si j’avois fui pour quelque crime. De plus rien ne me contraint à embrasser vôtre Religion, car qui pourroit m’y [109] forcer, inconnu que je suis à vos gens, si fort éloigné d’eux ?

7Ainsi Vôtre Majesté ne doit pas me mettre au nombre de ces Chretiens, qui aiant été vaincus, & faits prisonniers par vos sujets, embrassent vôtre Religion, mais non pas de bon cœur, & qui d’abord qu’ils en trouvent l’occasion, s’enfuient & renoncent à la vraie foi. C’est pourquoi je supplie derechef Vôtre Majesté de prêter de l’attention à ce que je vais dire, & de reconnoître la veritable cause de ma retraite dans vos Etats.

8Aiant été promû à la dignité de Predicateur dans la celebre Université de Heidelberg, par l’Electeur Palatin, qui après l’Empereur, est le plus puissant Prince de toute l’Allemagne, je commençai à pezer mûrement en moi-même les diverses dissenssions & les divisions de nôtre Religion Chretienne. Car autant de personnes qu’il y a parmi nous, autant y a-t-il de divers sentimens. Je [110] commençai par faire abstraction de tous les Docteurs & de tous les Interpretes de l’Ecriture, qui ont écrit ou enseigné depuis le Prophete Jesus-Christ. Je m’attachai aux seuls commandemens de Moïse, & à l’Evangile. Ensuite, j’invoquai Dieu interieurement avec une application religieuse, & je le priai de me montrer la voie droite, afin que je ne fusse pas en danger de me devoier moi & mes auditeurs. Alors il plut à Dieu de me reveler l’article de l’invocation d’un seul Dieu ; article, sur lequel j’ai composé un livre, dans lequel je prouve, & je fais voir par l’Evangile, que la Doctrine de Jesus-Christ n’a point consisté à assûrer qu’il fût lui-même un Dieu, comme les Chretiens l’avancent faussement ; mais qu’il n’y a qu’un seul Dieu, qui n’a point de fils, qui lui soit consubstantiel. J’ai adressé ce livre à Vôtre Majesté, & je suis très-certain que les plus habiles gens d’entre les Chretiens ne sont [111] pas capables de le refuter. Et pourquoi voudrois-je associer à Dieu un autre Dieu qui lui fût semblable ? Moïse l’a defendu, & J. Christ ne l’a jamais enseigné.

9Dans la suite me fortifiant de jour en jour par la grace de Dieu, & reconnoissant que les Chretiens abusent de tous les bienfaits de Jesus-Christ, comme autrefois les Juifs abuserent du serpent d’airain, [sur quoi j’ai écrit un traité particulier que j’ai par devers moi] j’ai conclû qu’il ne se trouve rien de pur parmi les Chretiens, & que tout ce qu’ils ont, est falsifié. Car ils ont perverti par leurs fausses interpretations presque tous les écrits de Moïse & de l’Evangile, comme je le fais voir dans un livre que j’ai écrit de ma propre main, & que je presenterai à Vôtre Majesté.

10Ce que je dis que les Chretiens ont falsifié les commandemens de Moïse & de Jesus-Christ , je ne l’entends que des paroles & du [112] sens : car la doctrine de Moïse, de Jesus & de Mahomet conviennent en tout, & ne sont contraires en aucune chose, comme je vais le prouver par des textes de l’Alcoran.

  • a Il y a en cet endroit une longue tirade de passages de l’Alcoran. Mais comme Neuser les a tirez de (...)

11On trouve ces mots dans le second Chapitre de ce Livre : De même que Dieu a donné un livre à chacun des autres Prophetes, il en a aussi donné un à Jesus-Christ, fils de Marie, auquel l’Esprit de Dieu a rendu temoignage, & l’a assisté. Quelle raison avez-vous de contredire les Prophetes, qui vous sont envoiez ? Peut-être ne disent-ils pas des choses qui vous soient entierement agreables, (a) & c.

12Ces passages font voir clairement que l’Alcoran rend un temoignage avantageux à Moïse & à Jesus-Christ. Mais il insiste princi-[ 113] palement sur ce que les Chretiens, par leurs fausses interpretations, ont corrompu les commandemens de Moïse, & de l’Evangile de Jesus-Christ. En effet, si la parole de Dieu étoit fidellement interprétée, il n’y auroit aucune difference entre les Juifs, les Chretiens & les Turcs. Ainsi ce que l’Alcoran repete si souvent, est vrai. La doctrine de Mahomet annulle toutes les fausses interpretations de l’Ecriture, & enseigne le vrai sens de la parole de Dieu.

13Mais pourquoi m’etendre davantage ? Vôre Majesté sait tout cela. J’en reviens à ce qui me concerne.

14Après que par la grace de Dieu, j’eus reconnu qu’il n’y avoit qu’un seul Dieu ; que j’eus remarqué que la Doctrine de Jesus-Christ n’étoit point enseignée, comme elle le devoit être ; que toutes les ceremonies de Chretiens s’étoient fort éloignées de leur premiere institution, je commençai à croire que dans tout le reste du monde j’étois le seul de cette opi-[114] nion. Je n’avois point encore vû l’Alcoran, & parmi nous autres Chretiens on a repandu de tous cotez des bruits si infames & si scandaleux contre tout ce qui concerne la doctrine de Mahomet, que le pauvre peuple, à qui on fait croire ces choses comme autant de veritez, est frappé d’horreur, & devient hors de lui-même au seul nom de l’Alcoran. Mais pourtant par un effet de la Providence, ce livre m’est tombé entre les mains : j’en rends graces à Dieu, à Dieu, dis-je, qui fait que dans mes prieres je l’invoque pour Vôtre Majesté, & pour tous ceux qui vous appartiennent. J’ai cherché toute sorte de voies pour donner la connoissance de ces veritez à mes auditeurs, & en cas qu’ils ne voulussent pas recevoir cette doctrine, j’avois resolû de demander mon congé à l’Electeur, d’abandonner ma charge, & de me retirer vers Vous.

15J’ai commencé à attaquer par manière de dispute dans les Eglises, & [115] dans les Ecoles, quelques points de notre doctrine, & j’ai obtenu ce que je souhaitois : car j’ai conduit la chose à un point, que cela a été connu de tous les Etats de l’Empire, & que j’ai attiré plusieurs Savans dans mon parti. Quelle étoit cette doctrine que j’attaquois, Vôtre Majesté le pourra voir par un écrit que je lui envoie, qui vient de l’Electeur même, & qui est scellé de son propre sceau.

16Mes sentimens & l’interpretation que je donne à l’Ecriture, n’étant conformes à la doctrine d’aucun des Savans qui ont vêcu dans le Christianisme, depuis la naissance de J. Christ, l’Electeur craignant que cette bonne doctrine ne deplût à l’Empereur Maximilien, qui suit les dogmes & les interpretations du Pape ; étant d’ailleurs menacé d’une invasion de l’Empereur & des Etats de l’Empire, parce qu’il a abandonné le Papisme, & changé de Religion, il m’a deposé de ma charge, qui etoit celle d’un des principaux Predicateurs de l’E-[116]glise, jusqu’à ce qu’il se pût trouver quelque voie d’union entre moi & ses autres Theologiens. Depuis ce tems-là il s’est donné beaucoup de mouvemens pour me reconcilier avec eux : mais tous ses soins ont été inutiles ; car j’ai defendu la verité avec tant de force, tant par ecrit que de vive voix même en presence de l’Electeur, que des personnes de premier rang, & des principaux d’entre eux se sont enfin rendus à mon sentiment.

17Aiant pressenti par la resistance que nos Theologiens, & l’Electeur même faisoient à ces commencemens d’introduction à la verité, le peu que j’avois pour le reste, je n’eus point de peine à conclure qu’ils n’admettroient jamais des dogmes plus relevez & beaucoup plus excellens. C’est pourquoi j’ai dejà renoncé au service de l’Electeur, & je me donne à Vôtre Majesté, dans l’esperance où je suis, que je combattrai les Chretiens idolâtres avec plus de fruit & moins de danger, & dans la confiance que [117] j’ai de leur causer par là plus de chagrin, que si je demeurois parmi eux.

18En effet d’abord que les Chretiens seront informez que la croiance de Vôtre Majesté est fondée sur leur Evangile, ils ne resisteront plus, car personne ne peut se resoudre à combattre contre Dieu, & à faire violence aux lumieres de sa conscience en agissant contre ce qu’il croit. Et quand les Chretiens viendront à reconnoître que le regne de Vôtre Majesté est certainement le règne, dont il est parlé dans Daniel au second & au septiéme chapitre ; regne qui doit subjuguer tous les peuples du monde, & soumettre tous les Empereurs & tous les Rois ; ils ne seront pas desobeissans ; ils plieront d’eux-mêmes sous vôtre autorité.

19C’est pourquoi, si Vôtre Majesté veut reduire les Chretiens idolâtres à la connoissance d’un seul Dieu, agrandir son Empire, & étendre le culte de Dieu par toute la terre, il [118] est à present tems d’agir. Les Prêtres, & les Predicateurs des Chretiens sont divisez entre eux : le peuple commence à douter de sa foi : les Evêques & les Magistrats foulent & oppriment avec tant de cruauté les pauvres peuples, que ces mêmes peuples souhaitent hautement que Vôtre Majesté puisse triompher de l’Empire d’Allemagne, & decharger les pauvres du fardeau, dont ils sont accablez. On les entend se plaindre tous les jours, que les Prêtres ne leur debitent que des faussetez & des mensonges.

20Pour ce qui est de moi, je travaillerai de tout mon pouvoir, de bouche & par écrit, je n’epargnerai aucun de mes soins, pour faire en sorte que les Chretiens idolâtres se convertissent à la vraie foi ; que le culte de Dieu soit avancé, & que le regne de Vôtre Majesté s’étende de plus en plus. Car je veux preferer la verité & le culte de Dieu, à ma patrie, à mes freres, à mes sœurs, [119] & à tout ce que j’ai d’amis, & de parens sur la terre.

21Je me recommande donc avec une profonde soûmission à Dieu & à Vôtre Majesté, & je ne doute point que Vôtre Majesté ne me reçoive favorablement moi & mes enfans, que j’amenerai avec moi. Car, comme dit le Prophete au xviii. Chapitre de l’Alcoran : Soiez de bonne foi à l’égard de ceux qui se jettent pacifiquement entre vos mains ; & dans le xv. Chapitre : dis à tous ceux qui viennent à la foi, & qui suivent nos commandements : Le salut de Dieu soit sur vous.

  • b Il y a encore là quelques passages de l’Alcoran que j’ai omis dans ma traduction. (Note de Veyssiè (...)

22Que Vôtre Majesté ne doute point de ma fidelité & de ma constance dans vôtre Religion. Je crains Dieu, & je fais ce que dit le Prophete : Ceux qui abandonnent les voies de Dieu, & qui s’opposent au Prophete, après qu’ils ont connû la droite voie, nuisent à eux-mêmes, & non à Dieu (b) & c.

23[120] J’invoque Dieu le Createur du Ciel & de la Terre, qui a envoié Moïse, Jesus-Christ, & le Prophete, je l’invoque, dis-je, afin qu’il soit temoin à mon ame que toutes mes paroles sont sinceres, & que je parle du fonds du cœur, que j’embrasse votre Religion, comme elle est contenuë dans l’Alcoran, & que je la tiens pour la loi & la doctrine du Dieu Tout-puissant.

24Pour ce qui regarde une connoissance plus etenduë de l’état du Christianisme, j’espere avec le secours de la grace de Dieu, d’en informer de bouche Vôtre Majesté, laquelle je recommande à la protection du Tout-puissant.

25Je dis devant Dieu avec l’Alcoran, qu’aucune force ni contrainte ne me portera jamais à mentir à Dieu, à abandonner ses preceptes, ni à m’attacher à un autre, duquel il m’a delivré.

26Je me soumets de tout mon cœur à cette loi, & je prie Dieu instam-[ 121]ment que mon moien il fasse connoître la verité aux Chretiens. Il est le Dieu veritable, à qui toutes choses sont connuës.

27Adam Neuser.

Notes

a Il y a en cet endroit une longue tirade de passages de l’Alcoran. Mais comme Neuser les a tirez de l’ancienne version Latine, qui est fort infidelle, & d’ailleurs qu’il les a traduits d’une manière peu intelligible, je n’ai pû me resoudre à les mettre en nôtre langue. [Note de Veyssière de La Croze].

b Il y a encore là quelques passages de l’Alcoran que j’ai omis dans ma traduction. (Note de Veyssière de la Croze).

© Demopolis, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search