Version classiqueVersion mobile

Rapa

 | 
Christian Ghasarian

Deuxième partie. Mondes insulaires

Mondes insulaires

Texte intégral

1Dans chaque société, diverses sphères d’activités impliquent des rôles sociaux spécifiques, avec leurs systèmes de droits et de devoirs. Ces sphères se rapportent également à différents mondes de significations. À Rapa, le premier (qui n’est ici « premier » que par commodité narrative), le monde idéel, inclut des représentations et des moralités ancestrales et religieuses induisant des comportements ou leur évitement. Le second, le monde matériel, comprend tout ce qui environne physiquement les personnes, des objets quotidiens les plus mineurs à l’île toute entière et à l’Océan qui l’entoure. Le troisième, le monde social, met en jeu des relations humaines sous-tendues par des principes d’échange et de réciprocité. Ces trois mondes sont constamment imbriqués. Je présente dans cette partie cinq espaces de signification qui les mettent en jeu : la sphère privée, le village, la terre, la mer et l’espace social. C’est au sein de l’espace domestique que la définition de soi et ses futures représentations publiques s’opèrent. Extension de cette sphère de vie, le village constitue l’espace relationnel et institutionnel qui régule la vie quotidienne en mettant en jeu des institutions politiques et religieuses. Englobant les deux sphères précédentes, la terre et la mer constituent un double espace de ressources économiques vital qui est géré collectivement. Les relations sociales, omniprésentes dans ces quatre sphères d’activités, sont ensuite tout particulièrement analysées à la fin de cette partie dans une cinquième sphère mettant en jeu différents types de résidences, des figures statutaires de l’île, des valeurs communes, des dynamiques collectives et des stratégies individuelles.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search