Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Rapa 3. Un présent institutionnel

Rapa

 | 
Christian Ghasarian

Première partie. Rapa : archipel des australes, Polynésie française

3. Un présent institutionnel

Texte intégral

1Selon une perspective historique eurocentrique, le contact « officiel » de Rapa avec le monde religieux et politique extérieur fut engagé avec les missionnaires de la London Missionary Society en 1826, poursuivi avec la mise sous protectorat en 1867, l’annexion par la France en 1881 et le rattachement à l’organisation judiciaire et administrative de Tubuai (à mi-chemin entre Tahiti et Rapa). Nous avons vu dans le chapitre précédent que le sort de Rapa fut intégré en 1887 à l’histoire de Tahiti par le gouverneur Lacascade, qui imposa l’état-civil et lia le devenir politico-administratif de l’île à celui des autres dépendances polynésiennes de la France. Cela impliqua de faire progressivement disparaître les institutions politiques préexistantes pour les remplacer par les françaises.

2D’une certaine façon, l’histoire coloniale qui s’est jouée à Rapa est similaire à celle qui s’est jouée à Tahiti en raison du non-respect des engagements pris par la France lors des traités d’annexion (à la différence près que celui de Rapa n’a pas été ratifié par le Parlement français). Le 29 mars 1945, une ordonnance étend le droit de citoyenneté à tous et toutes les ressortissant‑e‑s des « établissements français d’Océanie » (EFO). Elle est suivie du décret du 5 avril 1945 portant sur la suppression des « juridictions indigènes ». En 1946, les EFO passent du statut de colonie à celui de « territoire d’outre-mer » (TOM). La France abroge les juridictions coutumières et, comme les populations des autres îles de cette région du Pacifique, les Rapa deviennent de fait officiellement des « citoyen-ne-s français-e-s » qui ont le droit de vote. Les maires, appelés Tāvana*, élus au suffrage universel, n’appartiennent plus comme auparavant aux anciennes familles de chefs et de propriétaires fonciers. Avec la généralisation des institutions françaises (administration, système éducatif, juridique, médical, etc.), la souveraineté au sens européen remplace les modèles d’autorité polynésiens antérieurs. La loi cadre du 26 juillet 1957, donne toutefois un gouvernement local à la région qui prend le nom de « Polynésie française ».

  • 1 Il y a aujourd’hui 48 communes en Polynésie française ; chacune des îles de l’archipel des Austral (...)
  • 2 Parmi les fonds spécialisés des communes en Polynésie, se trouvent le FIP (Fonds intercommunal de (...)
  • 3 Le premier essai aérien eut lieu le 2 juillet 1966 quelques années après la mise en place du CEP.

3L’organisation administrative en commune prend effet le 24 décembre 1971 et remplace les anciennes chefferies1. Elle met en jeu des transferts de fonds de la France vers les communes, en fonction de la proportion de population insulaire2. Ce système lie du coup fortement les communes avec les institutions métropolitaines administrées localement par le représentant de l’état (le haut-commissaire). C’est dans ce contexte institutionnel que la France crée le Centre d’expérimentation du Pacifique, communément appelé le CEP*, et décide d’effectuer ses essais nucléaires aux Tuamotu dans l’atoll de Mururoa entre 19663 et 1996. La contrepartie imposée sera d’engager la Polynésie française dans un développement économique aux conséquences culturelles importantes.

  • 4 Au sein de la République française, les collectivités (la Polynésie française, mais aussi Saint-Ba (...)

4Quelques dates marquent ainsi l’évolution de l’histoire politique de cette région du monde. En 1977, un nouveau statut accroit les pouvoirs de l’Assemblée territoriale qui obtient une autonomie de gestion. Le chef du territoire n’est plus le gouverneur, remplacé par un haut-commissaire, mais le président du gouvernement territorial. En 1984, la France attribue un statut d’autonomie interne à la Polynésie française. Ce territoire d’outre-mer a désormais un président élu avec un gouvernement qui peut s’administrer plus ou moins librement. En 1990, 1996 et 1998, les pouvoirs et l’autonomie de ce gouvernement sont renforcés avec de nouveaux statuts ; le territoire ayant désormais autorité dans certaines administrations (hôpitaux publics, écoles primaires, gestion du foncier, de la mer, services sociaux, etc.). Un « Pacte de Progrès » (associé à la charte de développement signée entre l’état et le territoire en 1993) est ainsi engagé en 1996 et suppose la décentralisation de l’administration territoriale et une meilleure desserte aérienne dans les îles. En 2003, la Polynésie française devient une « collectivité d’outre-mer » (COM)4 et, en 2004, elle obtient le statut (plus nominatif que juridique) de « pays d’outre-mer au sein de la République » (POM).

  • 5 La Polynésie française avait été rayée de la liste des pays à décoloniser en 1946 et la demande a (...)
  • 6 Plusieurs frégates de la Marine Nationale basées à Tahiti surveillent ainsi en permanence les eaux (...)

5Avec la venue au pouvoir en 2004 du gouvernement indépendantiste d’Oscar Temaru, la Polynésie française va être placée sur la liste des « pays à décoloniser »5. Mais si elle se trouve aujourd’hui dans un contexte d’autonomisation croissante, son autonomie actuelle reste sous la dépendance financière de la France qui conserve les fonctions régaliennes de souveraineté mettant en jeu les intérêts nationaux, le respect des lois, le contrôle administratif, la défense, la justice, la sécurité civile, l’enseignement supérieur, les principes généraux du droit du travail, l’immigration et les relations internationales6. Les compétences du « pays d’outre-mer » s’arrêtent donc là où commencent – ou plus précisément persistent – celles de l’état et des communes. La France est représentée à Tahiti par le haut-commissaire de la République et par des administrateurs qui s’occupent plus précisément des archipels, dans lesquels l’état exerce, à travers eux, une tutelle sur les communes. Ces fonctions sont toujours temporaires et leurs titulaires ne les occupent en général que pendant quatre ans. Il est important de rappeler qu’en 2012 les archipels (îles Sous-le-Vent, Marquises, Australes, Tuamotu-Gambier) représentent juste 67 389 personnes sur une population totale de 268 270 habitants en Polynésie française et que leur pouvoir et impact électoral est très léger. Il en va ainsi de la Subdivision administrative des Australes qui ne comprend que 6 839 personnes en 2012.

6Ainsi, comme je l’ai évoqué plus haut, avec 118 îles et avec une superficie totale de 4 200 km2, et malgré une distance de 15 712 km entre Papeete et Paris, la Polynésie française reste faiblement intégrée régionalement car, en raison de son héritage colonial, la « France ultramarine » entretient assez peu de relations avec les pays voisins. La logique politique voudrait que l’attribution d’une autonomie politique soit plus grande pour les îles qui possèdent d’importantes ressources naturelles. Mais un spécialiste des questions d’autonomie insulaire, Pär Olausson, explique que les raisons des velléités d’autonomie ne sont pas aussi simples qu’on pourrait le penser. Il propose cinq variables en interaction pour expliquer l’autonomie : la distance envers la métropole (qu’il estime devant être de plus de 1 000 km), le changement constitutionnel et les différences culturelles (en termes de langue, d’ethnicité et de religion) en tout premier lieu, mais aussi la proximité avec des pays étrangers et la taille de la population (2007 : 241). Dans l’espace insulaire polynésien, tous ces aspects sont combinés pour favoriser l’autonomie. Mais comme le constate Victoria Lockwood, à travers des soutiens et des implications, les nations occidentales maintiennent une présence politique dans les sociétés insulaires qui lui sont liées (2004). Le maintien de la France dans la structure politique de la Polynésie française relève avant tout d’une logique centralisatrice de l’état français qui limite le transfert de compétences vers les collectivités locales (Hugon, 2002). Cela implique une forme de néo-colonialisme qui affecte plus ou moins la vie insulaire.

7Aujourd’hui, trois instances politiques – l’état, le pays polynésien et les communes – connaissent et fournissent trois marges d’actions distinctes qui ont un impact insulaire. Cet aspect de la situation politique de la Polynésie française a fait l’objet d’études pointant la complexité et les déterminismes de cette situation (Baré, 1985 ; Bachimon, 1990 ; Gille et Toullelan, 1993 ; Rigo, 1997 ; Wardi, 1998). Le déséquilibre posé par le principe d’une égalité de traitement par rapport à la France métropolitaine, l’amoncellement croissant de modifications juridiques en Polynésie française, le centralisme du pouvoir étatique désormais en contradiction avec les intérêts de la région, la dépendance économique envers l’hexagone, etc., n’excluent pas une certaine indépendance politique (d’ailleurs clairement revendiquée par les gouvernements, de l’ère Temaru qui ont évoqué l’indépendance à terme) et des « espaces de manœuvre » importants dans la vie quotidienne. De toute évidence, le statut politique de la Polynésie française ne suffit pas à déterminer les pratiques locales. Si les institutions importées, avec leurs systèmes de valeurs et de normes, influent certainement sur les marges de manœuvre des populations polynésiennes, elles ne constituent pas pour autant des limites rigides aux actions locales possibles, qu’elles soient collectives ou individuelles.

8Comme ailleurs, les disparités économiques sont importantes en Polynésie française. Mais, comme ailleurs également, dans cet espace non uniforme, les institutions font l’objet de négociations, voire de détournements par leurs usagers. C’est précisément la réinsertion des individus, avec leurs finalités et enjeux personnels ou collectifs, dans l’étude des institutions et des organisations qui affine la compréhension de celles-ci. Cette focalisation soulève plusieurs questions anthropologiquement pertinentes. Quelle est finalement l’implication véritable de l’appartenance à l’espace politique français sur la vie insulaire ? Quels sont les rapports citoyens au modèle républicain ? Quelles sont les expressions démocratiques dans le cadre insulaire et dans la relation à la globalisation ? Quelles formes prennent les manipulations des symboles et des institutions dans la construction de la réalité et l’expression identitaire ? Le cas polynésien présente des spécificités tout à fait passionnantes pour entrevoir les modalités des processus de globalisation hors des centres politiques, économiques et culturels dominants – et Rapa en offre un bon exemple.

9Bien que vécue différemment selon les personnes concernées (en fonction des variables sociologiques classiques – âge, genre, catégories socioprofessionnelles, lieu de résidence, etc. – à prendre en compte dans toute analyse), l’insularité induit des représentations, des discours et des pratiques économiques et culturelles spécifiques, et ce en dépit des dynamiques d’acculturation développées depuis deux siècles (avec une intensité croissante) par la France dans le Pacifique sud. C’est tout particulièrement vrai hors des agglomérations administratives qui sont aujourd’hui principalement concentrées à Tahiti et, à un degré moindre, à Raiatea (la grande île historique de l’archipel de la Société). Dans « les îles », pour reprendre l’expression politique locale, du fait des difficultés d’acheminement, les circulations et les transferts matériels ne peuvent être tenus pour évidents ; aussi font-ils dans une certaine mesure l’objet de choix sélectifs. Tout un système de rationalité est déployé pour définir le pertinent, le moins pertinent et l’inutile. Des archipels comme les Marquises, et surtout les Tuamotu et les Australes, doivent constamment organiser leur approvisionnement pour assurer la vie de tous les jours. L’économie, la culture, l’éducation, la santé, etc., s’inscrivent ainsi dans un système général de circulation et d’appropriations qui constituent les réalités pratiques de l’espace social quotidien.

10Il est par ailleurs important de rappeler qu’en dépit de son histoire coloniale, l’entité politique « Polynésie française » n’a jamais correspondu à une colonie de peuplement. Dans ces circonstances, l’enregistrement de la propriété foncière à Tahiti a dans la majorité des cas bénéficié aux Polynésien-ne-s. En dépit de l’imposition du Code civil, les conceptions polynésiennes sont en fait restées très présentes dans le champ foncier des relations sociales. En dehors des zones urbaines, près de 80 % des terres en zone rurale demeurent en indivision en Polynésie française, notamment en raison des difficultés juridiques et des conflits engendrés par les sorties d’indivision. Dans un espace de « droit malléable », où l’autorité traditionnelle et la fonction de chef de la terre pour la régulation des litiges fonciers ne sont plus assumées, la bataille pour les droits de propriété s’est substituée aux anciennes guerres territoriales. Ces stratégies foncières constituent aujourd’hui une dynamique et un problème majeur en Polynésie française. Rapa se distingue néanmoins car, dans ce contexte ambiant, comme nous allons le voir, aucune procédure formelle extérieure n’est venue réorganiser la propriété foncière locale qui est toujours détenue en « indivision générale » et gérée par les représentant-es des ramages (voir chapitres « Toohitu et gestion collective des terres » et « Régime foncier et copropriétés insulaires »).

Notes

1 Il y a aujourd’hui 48 communes en Polynésie française ; chacune des îles de l’archipel des Australes étant une commune. Celle de Rapa porte le numéro : 98741.

2 Parmi les fonds spécialisés des communes en Polynésie, se trouvent le FIP (Fonds intercommunal de péréquation), le FADIP (Fonds d’aide au Développement des îles de la Polynésie française), la DGE (Dotation globale d’Equipement) et le SIVOM (syndicat intercommunal à vocation multiple).

3 Le premier essai aérien eut lieu le 2 juillet 1966 quelques années après la mise en place du CEP.

4 Au sein de la République française, les collectivités (la Polynésie française, mais aussi Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre et Miquelon et Wallis et Futuna) disposent de compétences particulièrement étendues comme l’autonomie douanière et fiscale, ainsi qu’un système de protection sociale distincts de celui de la métropole.

5 La Polynésie française avait été rayée de la liste des pays à décoloniser en 1946 et la demande a été à nouveau déposée à l’ONU en 2011.

6 Plusieurs frégates de la Marine Nationale basées à Tahiti surveillent ainsi en permanence les eaux polynésiennes.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search