Version classiqueVersion mobile

Rapa

 | 
Christian Ghasarian

Première partie. Rapa : archipel des australes, Polynésie française

2. Un passé ancestral

Texte intégral

  • 1 Les données présentées ici sont extraites d’un livre entier que j’ai consacré à l’histoire de Rapa (...)

1Les données manquent pour bien se représenter ce qu’était la socio-culture Rapa avant sa rencontre avec les navigateurs européens. Comme chez toutes les populations à tradition orale, l’histoire de Rapa ne peut reposer que sur la mémoire locale et sur les récits laissés par des personnes extérieures. Les plus âgé-e-s n’ont pas une connaissance sûre de leur passé pré-européen et, si l’histoire de l’île n’a bien évidemment pas commencé avec l’arrivée des Européens, il faut admettre que les informations écrites dont on dispose sur les temps anciens ne proviennent que d’Européens de passage. Ces textes, le plus souvent assez brefs, d’étrangers plus ou moins intéressés par l’histoire de l’île, opèrent inévitablement des reconstructions et des montages qui ne rendent que partiellement – et souvent partialement – compte de la réalité passée. Ce sont néanmoins les seules données disponibles pour envisager ce qu’a pu être autrefois la vie dans cette île isolée du Pacifique sud. Sur la base de ces textes et des quelques recherches archéologiques menées dans l’île, je retrace à grands traits dans ce chapitre ce que l’on sait sur le nom de l’île, les migrations primordiales, l’organisation sociale, les pratiques quotidiennes et religieuses pré-européennes, ainsi que sur les énigmatiques pare, le plus souvent considérés comme des « forts ». J’expose ensuite brièvement la chronologie des principaux moments d’interactions connues des Rapa avec des gens venant d’ailleurs, sur la base des récits de ces derniers1.

2Concernant le nom de l’île tout d’abord, George Vancouver est apparemment le seul à l’avoir, non sans hésitation, appelée Oparo. Très vite, c’est Rapa, parfois Rapa Iti (« petite Rapa ») pour la distinguer de l’île de Pâques dite aussi Rapa Nui (« grande Rapa »), qui fut retenu par les visiteurs de l’île et qui est resté jusqu’à aujourd’hui. Il a été prétendu que les Rapa parlent un dialecte proche de celui de Mangareva et de l’île de Pâques (Caillot, 1932), mais ce dialecte apparaît tout aussi proche de ceux des Tuamotu, des Marquises et de la Nouvelle-Zélande, autant de langues polynésiennes qui appartiennent à la famille austronésienne qui (l’Australie mise à part) s’étend sur toute l’Océanie (Stokes, 1930/1).

3Il semble que l’isolement géographique de l’île ait longtemps limité les contacts des insulaires avec le monde extérieur – tout au moins avec les non-Polynésien-ne-s avant le contact européen. Mais rien n’indique que cet isolement océanique ait impliqué une situation d’isolat social permanent. À l’instar des autres îles de la Polynésie, des circulations mêmes limitées s’opéraient sans aucun doute entre Rapa et d’autres îles, comme en témoigne aujourd’hui encore à l’entrée d’un marae* de Maupiti (îles de la Société) une inscription mentionnant le passage dans cette île d’un roi de Rapa. Ces circulations et interactions peuvent expliquer le sentiment qu’a eu George Vancouver, le premier navigateur européen connu à s’être approché de l’île, que les insulaires connaissaient déjà l’usage du fer (probablement depuis les premiers contacts européens avec Tahiti en 1767).

4Au niveau mythologique, les informateurs d’Eugène Caillot (en 1912) et de John Stokes (en 1922) s’accordaient à dire que tous les Rapa descendaient d’un « premier homme » nommé Tiki, qui avait épousé une femme de Rapa. Je ne m’attarde pas ici sur ce mythe, dont les équivalents sont assez communs en Polynésie. Du point de vue archéologique, les quelques recherches menées à Rapa évoquent un peuplement de l’île vers le début du second millénaire. Jérôme Walczak a trouvé par exemple des traces d’établissement humain remontant à 1150-1250 à Tangarutu, « l’abri le plus désirable », et 1350-1450 dans d’autres lieux (Ankatanui, Angairao, Taga) (2002). D’autres archéologues estiment également que la période la plus probable d’établissement humain dans l’île fut le xiie siècle, ce qui mettrait cette colonisation en coïncidence avec l’époque estimée de la dispersion humaine initiale en Polynésie orientale (Anderson et Kennett, 2012).

5Pour comprendre l’organisation sociale et les pratiques quotidiennes pré-européennes, l’archéologie reste toutefois d’un recours spéculatif. Il semble, eu égard aux témoignages historiquement enregistrés, que la société locale ait été subdivisée en différentes regroupements fondés sur la parenté – tribus (selon Caillot), clans (selon Stokes) ou ramages (selon Hanson) avec à leur tête un chef ou roi (ariki). En 1922, John Stokes dénombra 22 clans. À l’instar de se qui se passait dans d’autres sociétés polynésiennes, ces entités étaient en compétition pour l’appropriation de ressources limitées (la terre cultivable), ce qui expliquerait l’émergence de systèmes à chefferies ainsi que les multiples conflits qui auraient eu lieu à l’époque pré-européenne. Ce système monarchique fut aboli par les autorités françaises à la mort du dernier roi, Te Parima, en 1886.

6Contrairement à d’autres Polynésien-ne-s, les Rapa ne pratiquaient pas le tatouage – un fait qui intrigua systématiquement les premiers visiteurs européens. En matière religieuse, l’île offre des caractéristiques uniques en Polynésie avec d’une part, une absence visible de marae – au moins dans leurs structures habituelles – et de tiki*. Les anciennes croyances furent semble-t-il très vite éradiquées (ou cachées ?) après l’arrivée des missionnaires en 1826. Les données écrites disponibles sur le sujet sont bien maigres et ne proviennent pas de témoins visuels. John Stokes obtint lui-même très peu d’informations à ce propos. Au-delà des discrètes allusions des Rapa les plus âgé-e-s aux tāura*, entités protectrices prenant différentes formes que l’on retrouve dans toute la Polynésie (voir « Continuités culturelles »), il est aujourd’hui très difficile d’avoir une idée précise des croyances pré-chrétiennes à Rapa.

7D’après deux missionnaires anglais qui passèrent dans l’île en 1829, George Pritchard et Alexander Simpson, les principales représentations symboliques sacrées étaient appelées Paparua et Poere.

  • 2 Traduction par Raphaële Pernet.

Paparua était fait de fibre de noix de coco, élégamment tressée en forme de tonneau. Sa longueur était de 2 ou 3 pouces [7,60 cm]. Ils priaient ce dieu pour gagner une guerre, pour obtenir une guérison, et pour l’abondance de tortues dans le port. Poere était une pierre de 12 à 15 pouces de long [30 à 38 cm]. Ils la plantaient dans le sol, et la vénéraient lors du lancement d’une pirogue, afin que la pêche soit bonne ; à l’inauguration d’une nouvelle maison afin que la nourriture y soit toujours abondante, et pour qu’ils aient beaucoup d’eau dans les sources. Il est intéressant de remarquer qu’aucun sacrifice n’était offert excepté le poisson, qui était parfois présenté au nom de ceux qui étaient malades, afin qu’ils recouvrent la santé (Pritchard et Simpson, 1830 : 165-1682).

8Eugène Caillot indique par ailleurs que l’arc-en-ciel aurait été déifié sous le vocable de Anuanua (1932 :55), comme le relate une des légendes que j’ai recueillies dans l’île (Make, Ghasarian et Oitokaia, 2008).

  • 3 Le lieu de sépulture de ces derniers, dans la baie d’Anarua, s’appelle kiu (Smith, 1965b : 89-95).

9Si les récits fondés sur la tradition orale ne fournissent pas véritablement d’information sur les éventuels prêtres ou prêtresses de ces cultes ancestraux, les croyances relatives à l’au-delà et les rites funéraires ont en revanche fait l’objet de descriptions, notamment par John Stokes. Les corps des défunts pouvaient être momifiés, et/ou placés dans des cavernes ou de petites anfractuosités dans les falaises, notamment celles du mont Perau lorsqu’il s’agissait de chefs ou de prêtres3.

Selon Alfred, si le principe Rapa de primogéniture avait été appliqué à la descendance royale, la personne qui aurait dû endosser le dernier statut royal était non pas Te Parima mais sa sœur jumelle, Tinefara (arrière grand-mère d’Alfred), qui était née avant lui. Mais l’ordre de la naissance fut caché et le garçon fut proclamé roi. Il semble que si le roi de Rapa avait le pouvoir royal, il ne possédait pas de terre. À sa mort en 1886, son corps fut placé dans un tombeau sur une colline de la baie d’Ahurei. D’après la tradition orale, un an après que le roi eut été placé dans ce tombeau, un petit groupe d’hommes aurait dans la nuit retiré sa dépouille momifiée pour aller la placer dans une grotte de la baie d’Anarua, réputée héberger les corps des anciens rois de l’île. Vers la fin du chemin, les plus âgés auraient demandé aux autres de rentrer à Ahurei et ils auraient enfoui la dépouille de Te Parima dans un lieu resté secret jusqu’à aujourd’hui. L’accès à cette baie fut ensuite frappé d’un tapu pendant une année, afin que la nature achève de camoufler ce lieu sacré. Il est d’ailleurs considéré dans l’île que la baie d’Anarua, orientée vers le soleil couchant, possède un caractère sacré pour avoir accueilli les dépouilles cachées des anciens rois de l’île. Le tapu sur l’endroit où se trouve la dépouille du roi est toujours respecté aujourd’hui et, même si l’allusion au mystère du lieu est récurrente, personne dans l’île ne cherche (ouvertement en tous cas) à localiser cette grotte.

10L’archéologue Douglas Kennett et ses collègues n’hésitent pas à affirmer que « Rapa possède l’un des plus spectaculaires paysages archéologiques de la Polynésie », tout en insistant sur le fait qu’il s’agit d’un patrimoine archéologique « menacé de destruction » (2003 : 170). L’élément le plus intriguant de l’histoire pré-européenne de Rapa est sans aucun doute la présence de ces pare ou pa, évoqués plus haut, dont les principaux sont localisés sur la crête qui fait le tour de la baie d’Ahurei (qu’elle sépare des autres baies extérieures). Composés de terrasses d’habitation et d’une structure centrale souvent en forme de double pyramide, pouvant atteindre vingt mètres de hauteur, avec une tour, des murs de soutien en pierres sèches (mais aussi parfois équarries et polies) fixées les unes aux autres sans ciment ni mortier, ces pare trônent sur les sommets les plus élevés de l’île, souvent à la croisée de la crête principale et d’une (ou deux) crête(s) secondaire(s). Plusieurs observateurs rapprochent ces sites des pa maori de Nouvelle-Zélande. C’est le cas de Elsdon Best qui, dans son étude des pa dispersés dans les îles polynésiennes et mélanésiennes, publiée en 1927, les définit comme des « places fortifiées ».

  • 4 « La population originelle a vécu dans douze villages fortifiés sur les pics les plus élevés et se (...)

11Le nombre de pare a fait l’objet de décomptes parfois différents selon les observateurs. Joseph Méry en signale douze (1867), Eugène Caillot en compte dix-huit (1910 : 448), tandis que John Stokes identifie vingt-cinq sites qui furent occupés dans les montagnes, dont il admet toutefois que quinze seulement furent unanimement considérés comme tels par ses informateurs (1930/3 : 367). Il distingue les pare, qui seraient pour lui des refuges défensifs, des auga – de au-aga qui d’après lui signifie « entasser la terre » (1930/3 : 365) – qui seraient des résidences non-fortifiées situées plus bas que les pare. Plus récemment, l’archéologue Jérôme Walczak dénombre quinze pare dans l’île (2003 : 29). Aujourd’hui, à Rapa c’est le nombre de douze qui est le plus souvent retenu par la population, notamment parce que c’est celui qu’a proposé Thor Heyerdhal4, même si William Mulloy (membre de cette expédition en 1956) en dénombre quinze et si l’expédition archéologique de Atholl Anderson et Douglas Kennett en 2002 en dénombre quatorze. Mais si les chiffres varient, tous les archéologues se rejoignent pour considérer qu’une importante organisation sociale et volonté humaine fut nécessaire pour réaliser ces sites.

  • 5 « Nous sommes conscients de la nature préliminaire de nos investigations à Rapa et de la probabili (...)

12En s’appuyant sur l’idée de rivalités entre groupes humains en Polynésie pré-chrétienne, et sur les données ethnographiques de John Stokes qui rapporte que (dans les traditions Rapa) la guerre pour la terre et la nourriture était un aspect important de la vie locale, l’archéologie classique voit dans ces pare des « fortifications ». La présence de foyers et de fours de terre dans ces sites ont conduit toutefois les chercheurs de la dernière expédition en date (2002) à corroborer l’analyse de Mulloy, pour qui ces sites perchés étaient résidentiels et pas seulement utilisés en période de guerre. L’étude menée par cette équipe d’archéologues est rigoureuse et précieuse, car elle apporte des informations nouvelles sur l’histoire pré-européenne de Rapa ; il n’en demeure pas moins qu’après avoir proposé leur explication des pare, les responsables de cette expédition admettent que « le mystère perdure sur ces châteaux dans le ciel » (Anderson, Kennett et Conte, 2012b : 175). Seul l’archéologue Jérome Walczak, venu en 1997 à Rapa, a jusqu’à présent proposé des théorisations alternatives.

  • 6 Il oublie en cela la « graine de doute » posée par Edwin Ferdon, archéologue de l’expédition de Th (...)

13Pointant l’absence de murs d’enceinte, en discordance avec la disposition des fortifications communes en Polynésie orientale, Walczak trouve matière à interrogation dans le fait que l’assimilation des pare à des forts « n’a jamais été discutée » (op. cit. : 34)6. Selon lui, l’architecture des pare, avec leur promontoire le plus souvent central entouré de terrasses rectangulaires, n’invite pas à les considérer comme des « systèmes défensifs ». Par ailleurs, les surfaces potentiellement habitables des pare ne sont pas suffisantes pour qu’ait pu s’y concentrer de façon durable une grande partie de la population de l’île. Cet archéologue va ainsi à l’encontre des explications occidentales dominantes au xixe siècle et maintenues au xxe siècle (de Vancouver à Hanson, en passant par Caillot et Heyerdhal), qui extrapolent l’existence supposée d’une vie sociale et politique belliqueuse et donc cette fonction de refuge des pare de Rapa. Il note qu’Archibald Menzies, présent sur le bateau de Vancouver, estimait que les pare avaient dû être conçus pour faire face à des agressions extérieures, car la population n’était sans doute pas assez nombreuse pour mener des guerres intérieures (Shineberg, 1981 : 798) – une possibilité admise par William Mulloy et Thor Heyerdhal – et qu’il considérait « qu’il n’existait peut être pas de liens mécaniques évidents entre la pression démographique et l’édification de ces structures monumentales » (Walczak, 2003 : 34). Selon Walczak, « il s’agirait plutôt de structures cérémonielles » (op. cit. : 28). Ce chercheur rapproche enfin la structure des pare à celle du Tāpukì situé au fond de la baie d’Ahurei (l’îlot en forme de pyramide évoqué au chapitre précédent), qui a la particularité d’avoir en son sommet des roches basaltiques résonnant très fort lorsqu’elles sont frappées avec une autre pierre, et qui « aurait pu servir de modèle pour la matérialisation de ces structures inédites en Polynésie orientale » (ibid.).

14Les idées de Walczak sur les pare de Rapa sont à mon sens loin d’être déraisonnables. Il est certain (voir ci-dessous) que Vancouver est non seulement le premier navigateur européen connu passant à Rapa (en 1791), mais il est aussi le seul à évoquer la présence de population sur ces hauteurs de l’île. Les premières chroniques qui suivent les siennes, celles de William Ellis, datent de 1817 et témoignent d’une période où les pare semblent déjà avoir été abandonnés, avant l’arrivée des missionnaires. Un trou narratif de vingt-six ans rend ainsi leur abandon mystérieux… Ce que le grand navigateur a vu au sommet des crêtes de l’île aurait-il été un moment exceptionnel de la vie locale, comme ce que Peter Buck a évoqué à propos de Mangareva (1938) où des initiés se rendaient temporairement dans les montagnes pour y procéder à des activités spécifiques ? Les insulaires étaient-ils temporairement réunis dans ces sites en raison du passage de Vancouver près de l’île, comme le suggère Mulloy (1965 :59) ? Face à ces interrogations, Walczak propose des éléments de compréhension tout à fait dignes d’intérêt.

  • 7 Je renvoie à nouveau les personnes qui désirent prendre connaissance du contenu de ces textes à mo (...)
  • 8 Rapa est ainsi - officiellement - la quatrième île des Australes à recevoir la visite des premiers (...)

15Sur la base des textes laissés par les principaux visiteurs, je mentionne à présent les moments cruciaux de la rencontre entre les insulaires et les non-Polynésiens7. L’histoire officielle nous dit donc que le capitaine George Vancouver (1757-1798) fut le premier Européen à s’approcher de Rapa, le 22 décembre 1791, à bord du vaisseau anglais Discovery, alors qu’il naviguait vers le nord en direction de Tahiti8. Il estima alors la population à 1500 personnes (1799). En 1817, le missionnaire William Ellis est, semble-t-il, le second Européen à s’approcher de Rapa. Il relate son passage dans son important ouvrage À la recherche de la Polynésie d’autrefois (1830). En 1820, un navigateur russe, le capitaine Fabian Bellinghausen, passe également à Rapa (1945). Les récits dont nous disposons sur ces trois passages s’accordent à décrire les hommes Rapa qui s’approchent en pirogue des navires et montent sur le pont comme très curieux et intéressés par des objets, notamment en fer, qu’ils cherchent à dérober. Les échanges entretenus par les insulaires avec les Européens semblent combiner maladresse et malice. Leur convoitise donne à l’île une certaine réputation de sauvagerie ; les navigateurs estimeront dans l’ensemble préférable de l’éviter.

16En 1825, un contact sera établi avec des enseignants de la London Missionary Society (LMS) à Tahiti. Deux Rapa, Paparua et Aitaveru, embarqués malgré eux (dans un navire marchand qui s’était approché de l’île mais n’avait pas jugé bon de s’y attarder) et recueillis quelques semaines à la mission de John Davies à Papara (Tahiti), furent renvoyés dans l’île accompagnés de deux catéchistes tahitiens, Hota et Nene. Les contacts avec le vieux roi Teraau ayant été bons, ils reviennent en 1826, accompagnés de leurs épouses respectives, de deux « frères célibataires », Mahana et Pauo, et du missionnaire John Davies qui vient en personne à Rapa pour convertir la population au christianisme et semble être le premier Européen à avoir ainsi mis pied à terre. Teraau était entre temps décédé mais son fils, Koinikiko, se révèle d’après le missionnaire bienveillant et prêt à engager les siens dans le processus de conversion (Davies, 1927).

17Dès lors, la population va être secouée par un véritable choc, non seulement au niveau des croyances mais aussi au niveau démographique. En effet, en parallèle avec l’arrivée des missionnaires, des navires marchands jettent l’ancre à Rapa ; maladies et épidémies s’ensuivent qui vont ravager la population, au point de la faire chuter de près de 90 % en quelques années.

18Un naturaliste anglais, Samuel Stutchbury, passe à Rapa la même année 1826. Il décrit les insulaires comme nus et craintifs. Il suggère également que Nene, un des catéchistes tahitiens, a déjà acquis un pouvoir considérable sur la population, et note l’intérêt des marchands pour le bois de santal que l’île pourrait posséder (Branagan, 1996). Quelques jours après Stutchbury, Hiram Paulding, un jeune officier américain à la recherche des mutins d’un baleinier, arrive dans l’île. Il confirme que les catéchistes tahitiens ont déjà acquis une autorité sur la population, mentionne deux « établissements missionnaires » et localise l’un d’eux au fond de la baie de Tukou, tandis que les insulaires vivent dans des « masures » « longues et très étroites, « presque toutes misérables ». L’officier présente les insulaires comme « mal portants » et habillés d’« une grosse natte d’herbe » (1831).

19Un autre naturaliste amateur, Hugh Cuming, passe à Rapa en 1828. Il évoque la « gentillesse », la « bonne nature » et l’« innocence » des insulaires et décrit plus en détail leurs pagnes en feuilles de ti, en notant leur habitude de se tenir accroupis. Il rapporte également que les habitations anciennes étaient longues et rectangulaires, avec une entrée à chaque extrémité, mais que depuis l’arrivée des missionnaires, elles sont regroupées « en rangées de 12 ou 14 » et que « les habitants n’aiment pas cette configuration » (Richards, 2004 : 68). Cuming nous confirme par ailleurs que le roi du moment, très certainement Koinikiko, « est un jeune homme de vingt ans ». Cela signifie qu’après la mort de Teraau, c’est un très jeune homme qui dut faire face aux volontés missionnaires et aux épidémies locales. Tous ces aspects conjugués – la mort du vieux roi, les épidémies et la jeunesse du nouveau roi (dont Davies dit qu’il prolongeait l’intention de conversion de son père) – peuvent contribuer à expliquer l’apparente facilité avec laquelle le christianisme se propagea dans l’île.

20Les missionnaires de la LMS vont ensuite régulièrement se rendre dans l’île : George Pritchard et Alexander Simpson en 1829, David Darling en 1831, puis John Orsmond en 1834. Cette année voit aussi le passage à Rapa du commerçant, explorateur, ethnologue et diplomate franco-belge Jacques-Antoine Moerenhout, futur consul de France à Tahiti, qui effectue alors son troisième voyage en Polynésie. Il relatera ses impressions dans un ouvrage important intitulé Voyages aux îles du Grand Océan (1837). En 1835, Pritchard retourne à Rapa et porte un jugement très critique sur les progrès de l’évangélisation dans l’île (un témoignage qui donne à entendre que le processus de conversion des Rapa au christianisme fut beaucoup plus compliqué que ne le décrivait Orsmond l’année précédente). En 1836, Darling fait un nouveau séjour dans l’île (Darling, 1837) ; en 1840, c’est au tour du missionnaire Thomas Heath de s’y rendre.

21En 1843, Edward Lucett, négociant et marchand de perles anglais installé à Tahiti, passe à son tour par Rapa pour y recruter des plongeurs et acheter du taro. Il mentionne un usage conjoint de la langue tahitienne et de la langue rapa, ce qui veut dire que les missionnaires et catéchistes ont, en moins de vingt ans, déjà bien diffusé dans l’île l’idiome dans lequel les textes religieux ont été traduits pour toute la Polynésie. Lucett explique que les hommes veulent embarquer comme plongeurs, car ils manquent « de vêtements et d’articles de manufacture européens », mais que les chefs cupides et menteurs, craints par la population, monnayent fortement leur main d’œuvre. On apprend aussi qu’il n’y a plus un roi mais une reine, veuve (1851). Lucett repassera à Rapa en 1848. En 1845, les missionnaires George Platt et Ernest Krause arrivent à Rapa, suivis en 1846 du missionnaire John Barff. Platt y repasse en 1848, puis séjournent à nouveau les missionnaires George Charter et Ernest Krause en 1849, Platt encore en 1852, les missionnaires Alexander Chisholm et Charles Barff en 1857, puis Charles Barff en 1858, et le missionnaire George Morris accompagné de Platt et de Barff en 1862.

  • 9 Le guano est un excrément d’oiseaux marins et de chauves-souris qui constitue un engrais de très b (...)

221863 est l’année où, depuis le déclenchement de leurs contacts avec des étrangers non-Polynésiens, les Rapa vont pour la première fois devoir faire face à une menace extérieure caractérisée, avec l’arrivée de navires péruviens. L’affaire donne lieu à un épisode héroïque dans l’histoire des contacts entre les Rapa et les étrangers. Depuis 1861, des « négriers » péruviens sillonnent le Pacifique à la recherche d’esclaves. Ces raids (blackbirding en anglais) visent à fournir la main-d’œuvre qui fait défaut pour travailler dans les mines de guano9 des îles au large du Pérou. Peu après des raids à l’île de Pâques, six vaisseaux impliqués dans ces derniers quittent le Pérou le 26 décembre 1862 et se donnent rendez-vous à Rapa, qui a alors quelques liens économiques avec Tahiti, pour y faire escale et « recruter ». Selon la tradition orale Rapa, la stratégie la plus commune d’enlèvement de la future main-d’œuvre masculine consistait à inviter les hommes des îles visitées à monter à bord pour participer à un banquet. Une fois sur le pont, ces hommes confiants étaient capturés et mis à la cale. Parfois, les insulaires étaient tout simplement trompé-e-s sur le travail à réaliser, ses conditions et ses contreparties.

23Cinq de ces navires arrivent au même moment et jettent l’ancre dans la baie d’Ahurei. Mais les Rapa, prévenus des agissements de ces navires dans d’autres îles, sont sur leurs gardes. Dans ces conditions, la tentative de capture d’insulaires par la force est abandonnée, et des efforts de recrutements individuels restent sans effet. La flotte quitte l’île deux ou trois jours après s’être ravitaillée en eau (Maude, 1981 :39). Le sixième vaisseau, le Cora, arrive à Rapa quelques jours après. C’est un brick goélette, commandé par le capitaine Antonio Aguirre, qui, avec ses quatre-vingt -huit tonneaux, se trouve être le plus petit de ces trente-trois bâtiments négriers péruviens qui sillonnent les mers du sud.

24La « rencontre », qui est restée dans les mémoires et sur laquelle nous disposons d’archives, a lieu en janvier 1863. Lorsque le Cora jette l’ancre à Rapa, la population est, on vient de le voir, avertie et suspicieuse. L’île se trouve alors sous le règne du roi Aperahama, et Mairoto, un guerrier Rapa qui s’était illustré dans les rangs de l’armée française à Tahiti en 1847-48, est également présent. Après qu’un membre Samoa de l’équipage du Cora eut informé Mairoto qu’un enfant de l’île de Pâques était prisonnier à bord, le roi et les chefs décident de capturer le bateau. Sous le commandement de Mairoto, dont l’histoire orale dit qu’il possédait un fusil, les Rapa s’emparent du bateau négrier. Après quoi cinq membres de l’équipage, pour la plupart Chiliens, sont accueillis en qualité d’« invités » par les insulaires. La goélette est ensuite conduite à Tahiti par Mairoto et sept Rapa, aidés de trois Européens : James Connor, un voyageur local, ainsi que le charpentier et le cuisinier du Guillermo (un des cinq bateaux péruviens ayant relâché à Rapa peu avant) qui avaient déserté leur navire car ils n’approuvaient pas les méthodes de recrutement. Emmenant avec eux le capitaine du Cora et Maniragui, l’enfant captif de six ans, ils arrivent le 17 février 1863 à Papeete afin d’y faire juger et condamner les prisonniers par les autorités françaises, représentées alors par le gouverneur Gaultier de La Richerie (Messager de Tahiti, 21 février 1863 : 30-31). Il s’agit apparemment du seul cas, concernant les trente-trois négriers péruviens opérant dans le pacifique, où l’histoire s’inverse et où les captureurs sont capturés…

25Mais, par une tragique ironie de l’histoire, si la population de Rapa échappa aux raids esclavagistes, l’arrêt de ces exactions eut une conséquence désastreuse et inattendue pour l’île. Passant à Rapa l’année suivante, un autre missionnaire de la LMS, James Lampard Green, y apprend l’issue tragique du « rapatriement » de trois cent soixante Polynésien-ne-s dans leurs îles respectives par le gouvernement péruvien sous la pression internationale : suite aux mauvais traitements et aux mauvaises conditions d’hygiène, il ne restait que seize survivant-e-s lorsque le navire péruvien qui les transportait atteignit Rapa. Le commandant imposa aux Rapa de les recueillir, ce qui détermina la mort par contagion d’une grande partie (« un quart », selon le missionnaire) de la population locale (1864 : 266). Venant après les visites de baleiniers et de caboteurs déjà porteurs de maladies, cet événement, de toute évidence le pire qui frappa Rapa depuis l’accroissement de ses contacts avec le monde extérieur non-Polynésien, fit chuter la population de l’île à cent-vingt personnes. Il a durement marqué la mémoire locale et, jusqu’à aujourd’hui, l’arrivée d’un bateau dans l’île est toujours associée à la possible diffusion consécutive de maladies au sein de sa population. Ces disparitions massives et les métissages inter-polynésiens qui résultèrent de la rencontre avec ces navires péruviens eurent en tout cas une influence considérable sur le développement culturel ultérieur de l’île.

26Vers le milieu des années 1860, après le déclin de la chasse à la baleine dans la région, Rapa fait l’objet de nouveaux enjeux qui dépassent le vécu des insulaires mais qui vont avoir un impact sur l’île. Ces enjeux sont liés à la construction du canal de Panama censé faciliter le commerce entre Londres et l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Sur cette ligne maritime, Rapa, qui recèle un peu de houille, peut en effet servir de point de ravitaillement en charbon. L’île va d’ailleurs tout simplement être appelée à cette époque, et pour plusieurs années, la « Gibraltar du Pacifique ». En 1866, une compagnie anglaise, la Panama-New Zealand et Australian Mail Company, commence à faire circuler quatre bateaux entre Southampton en Angleterre et la Nouvelle-Zélande et l’Australie, en passant par Panama. Rapa se situant sur le chemin entre Wellington et Panama, pour faciliter le soutage, la compagnie, pensant que cette île est hors de l’influence française – et que pour cette raison les bateaux à vapeur n’auront pas à y payer de droits d’escale et de douane – y installe fin 1867 une station de ravitaillement en charbon près du village d’Area. Cinq acres de terres lui sont ainsi loués pour 99 ans (Robinson, 1964 : 211). Mais le charbon de Rapa s’étant avéré de qualité insuffisante, la compagnie dut constamment acheminer du charbon du Pays-de-Galle (Palinurus, 1988 : 197).

  • 10 Archive Nationales d’Outre-mer, Aix-en-Provence, carton A122-91.

27Avec ce dépôt de charbon, Rapa commence à vivre au rythme des liaisons maritime de l’Union Steam Company qui y fera escale pendant près de deux ans (voir plus loin). C’est dans ce contexte qu’un Rapa nommé Etau se rend à Tahiti pour expliquer au gouverneur (également appelé commissaire impérial) Émile La Roncière, représentant de la France, qu’il y a dans l’île des gisements de houille et de lignite exploitables. Suite à cette information, l’île, faisant figure de possible escale stratégique pour le ravitaillement des navires, devient l’objet d’une compétition géopolitique entre les deux nations coloniales, France et Royaume-Uni. La Roncière y envoie le lieutenant d’artillerie de marine Joseph Méry, en compagnie du lieutenant Alex Quentin, commandant d’un navire de guerre, l’aviso à vapeur Latouche-Tréville. Accompagnés d’Etau, ces envoyés de la France arrivent dans l’île, qu’ils sont censés explorer, le 19 avril 1867 pour y signer un accord avec les Rapa. Ils y resteront jusqu’au 30 mai et sont apparemment les premiers Français à nous laisser un récit de leur passage dans l’île qui ne compte plus alors que cent-vingt habitants (Méry, 1867). Avant de quitter les lieux, au nom de la France et conformément aux instructions de La Roncière, Méry rédige et signe le 28 avril 1867 l’acte suivant10 :

Au nom de M. le comte de La Roncière, Commandant, Commissaire Impérial, aux îles de la Société et dépendances, Nous, Méry, lieutenant d’artillerie de la marine et des colonies, son délégué, acceptons, sauf sa ratification et celle de Sa Majesté l’Empereur Napoléon III, la demande de protectorat du roi, des chefs, et des Huiraatira de l’île Rapa, et confirmons l’acte du 7 janvier 1867 qui l’établit sur cette terre aux conditions du protectorat de Taïti et dépendances, et arborons officiellement le pavillon français du protectorat dans l’Océanie, aujourd’hui 28 avril 1867.
Le lieutenant d’artillerie de la marine et des colonies « délégué du commandant commissaire impérial aux îles de la Société et dépendances »
MÉRY

Figure 3. Acte de protectorat de Rapa en 1867

28L’acte est très court et ne comprend que la déclaration et la signature de Méry qui évoque une « demande » du roi, des chefs et des propriétaires fonciers (Huiraatira) de voir Rapa placé sous le protectorat français. Malheureusement, le lieutenant français ne donne pas de détails sur les circonstances et modalités de cet acte.

29Quelques semaines après le passage de Méry et Quentin à Rapa, en juin 1867, le capitaine R. A. Powell y fait escale à bord du navire anglais H.M.S. Topaze (1868). Un an plus tard, dans un article intitulé « Île Oparo ou Rapa », il fournit des renseignements géographiques et nautiques pour entrer dans la baie d’Ahurei et informe sur la société locale. Il dénombre deux cents personnes dans l’île et estime qu’il s’agit d’un lieu stratégique auquel l’Angleterre devrait davantage s’intéresser. C’est ce que pense également le capitaine John Hall qui passe dans l’île en 1868. Il estime quant à lui la population de l’île entre cent-vingt et cent-trente personnes et donne des détails sur les modalités de l’obtention du protectorat par la France qui, selon lui, s’est effectuée en faisant « boire presque tous les habitants jusqu’à être saouls » ! (1868 : 130) Nous sommes ici loin de la version – officielle – de Méry. Apparemment, les leaders secondant le roi dans sa décision, un an plus tôt, auraient été Mairoto et Etau, dont nous avons déjà noté la position pro-française. Hall explique que « beaucoup des chefs influents », n’ayant pas participé à « cet épisode », « dénièrent au roi le droit d’aliéner toute terre qui n’était pas sa propriété personnelle », et que le roi (dont il a une mauvaise image) « commence à se repentir de son marchandage ». Cela peut expliquer, comme nous le verrons, le refus clair des chefs réunis de voir Rapa annexé par la France lors de la venue du commandant Chessé en 1881. Reste à savoir si les Rapa espéraient vraiment que les Anglais remplacent les Français, comme Hall l’affirme…

30Avec l’acte de Protectorat, l’histoire coloniale de Rapa est engagée ; la France y envoie un résident, François-Xavier Caillet, qui y restera avec un gendarme nommé Teissier du 12 décembre 1867 au 20 avril 1869 (la compagnie anglaise ayant entre-temps abandonné sa liaison maritime, il n’y avait plus de raisons d’y rester). Caillet reviendra néanmoins à Rapa avec le gouverneur Lacascade en 1887 (voir plus loin) mais la France n’enverra plus qu’occasionnellement un gendarme solitaire dans l’île pour y représenter son Empire… Sur la base de la lecture du rapport de Méry et des entretiens qu’il a eus avec lui, mais sans être jamais venu à Rapa, l’ingénieur Jules Garnier publie cette même année un rapport sur la géologie de Rapa dans lequel il confirme l’inutilité d’exploiter le gisement de lignite de l’île, « destiné à rester une simple curiosité géologique » (1870 : 436).

  • 11 Les dates d’annexion des cinq autres îles Australes sont : Tupuai et Raivavae 1880 (Protectorat en (...)
  • 12 Archive Nationales d’Outre-mer, Aix-en-Provence, carton A122-91.

31Dans le même temps, avec le projet de construction du canal de Panama, l’histoire se précipite dans la région. Après avoir lui-même organisé la signature de l’acte d’annexion de Tahiti par Pomare V (roi depuis 1877) le 29 juin 1880 (ratifiée le 30 décembre 1880), le commandant et commissaire de la République française, Isidore Chessé, se rend à Rapa le 5 mars 1881 à bord de l’aviso le Guichen pour en prendre possession. Cette année marque donc un second tournant politique pour l’île. Au nom de la France, Chessé procède à l’annexion de l’île qui n’abrite alors que cent quatre-vingt-dix personnes11. Le document qu’il fait signer au roi et aux chefs de l’île se trouve aux Archives Nationales d’Aix-en-Provence12. Voici sa structure (en deux colonnes) et son contenu :

À Monsieur Chessé,

Na Chessé

Commandant-Commissaire de la République française

Te Tomona te Auaha o te Repupirita Farani,

Nous te saluons, et nous te disons que nous sommes très contents de ton arrivée parmi nous.

Te aroha’tu neimatou ia oe : e teie ta matouparau ia oe, ua maurururoa matoui to oetae raa mai i rotopu ia matou.

Nous garderons fidèlement le nouveau pavillon que tu viens de nous apporter et nous te demandons de continuer à nous conserver notre gouvernement et nos lois tels qu’ils sont.

E haapao maitai matou i te reva api ta oe i tuumai i roto i to matou rima e teie tamatou aniraa ia oee vaiho mai â oe i roto i to matou rima te faatereraa i to matou nei hau e ta matou ture mai teie a haapao hia e matounei.

Signé Parima Roi
Tamarii, Chef
Avaeoru, Grand juge
Temuri, Chef
Riaria, Sous Chef

Papai hia : Parima Arii
Tamari, Tavana
Avaeoru, Haava rahi
Temuri, Tavana
Riaria, Tavana tauturu

Rapa, 7 mars 1881

Rapa te 7 no mati 1881

Pour traduction et copie conforme

Accordé : Signé : Chessé

L’Interprète

Pour copie conforme

[Signature de] Cadousteau

Le Commandant Commissaire de la République,

[Signature de] Chessé

Figure 4. Texte de la déclaration d’annexion de Rapa du 7 mars 1881

32Cette annexion se fait dans des circonstances non explicitées dans ce document mais qui, comme à Tahiti, révèlent la défense par les autochtones d’une conception polynésienne de la souveraineté. Chessé est par ailleurs loin d’être « reçu avec joie » par la population (les « pauvres gens ») comme le suggère Eugène Caillot (1932). En réalité, le roi Parima et les chefs de l’île ont d’abord refusé toute ingérence extérieure. Ce n’est que sous la menace proférée par Chessé de débarquer dans l’île avec des hommes en armes que les chefs finissent par accepter l’annexion, dont le texte original, comme pour le protectorat, ne fut apparemment jamais ratifié par la République française ni publié au journal officiel de l’époque (Ghasarian, 2015).

33Il est important de relever que si l’annexion de Rapa fut tout bonnement imposée, le roi et les chefs de l’île parvinrent cependant à la négocier. En dépit de la pression qu’ils subissaient, ils obtinrent que le texte mentionne la conservation par les Rapa : du gouvernement (hau) de l’île ; de leurs lois (ture), notamment relatives au contrôle des terres et de l’organisation de la chefferie. Ces spécifications leur permettaient – ainsi qu’à leurs descendant-e-s – de s’accommoder d’une annexion qui pouvait n’être finalement que symbolique tant l’isolement de l’île la protégeait d’une certaine façon d’interférences extérieures. Vu les circonstances et le petit nombre de personnes vivant alors à Rapa, les ressources sémantiques déployées par le roi et les chefs en 1881 dans ce document sont admirables. Avec onze fois l’usage du terme mātou (« nous sans vous »), elles nous donnent une idée de l’attachement des insulaires à la préservation de leur mode de vie, et ceci même à un moment où leur marge de manœuvre était on ne peut plus étroite.

  • 13 Annuaire des Etablissements français de l’Océanie pour 1883.
  • 14 Archive Nationales d’Outre-mer, Aix-en-Provence, carton A122.

34L’année 1882 marque la reprise du projet de construction du canal de Panama ; du coup, entre 1883 et 1886, les Britanniques s’efforcent de négocier la cession de Rapa par les Français, ce qui éveille à nouveau l’intérêt de ces derniers pour l’île. Pour traduire dans les faits l’annexion de Rapa, le gouvernement y envoie un « agent spécial », le gendarme Delfin, qui occupera de 1882 à 1887, la fonction de brigadier, de chef de poste et d’officier d’état-civil13. Il ouvre une école laïque et fait de nouvelles plantations. Mais Rapa, devenue un lieu important pour les intérêts français, va bientôt être confrontée à un autre tournant historique. Après avoir fait signer au roi Pomare V une convention stipulant la suppression pure et simple des juridictions indigènes à Tahiti, le gouverneur des établissements français d’Océanie entre 1886 et 1893, Étienne Théodore Mondésir Lacascade, se penche sur le cas des autres îles placées sous son autorité politique. Dans une lettre qu’il écrit le 11 février 1887 au ministre de la Marine et des Colonies à Paris14, il plaide pour la nécessité d’agir à Rapa car « les indigènes ne se rendent pas bien compte de leur dépendance vis-à-vis de la France ». Il propose au ministre de mettre, au nom de la France, un terme au « prétendu pouvoir royal auquel obéit l’île » et ceci « sans éveiller l’attention des puissances étrangères »… Comme il l’a réalisé à Tahiti, il veut placer Rapa sous la « dépendance immédiate » de la nation qu’il représente (Ghasarian, 2015).

  • 15 Arrêté no 220 rattachant l’île de Rapa, au point de vue administratif et judiciaire, à l’archipel (...)

35À bord du Scorff, il se met en route vers Rapa. L’accompagnent notamment E. F. Raoul, pharmacien principal de la marine en mission botanique dans l’océan Pacifique, qui déposera dans l’île des semences (dont l’orge et le blé) et des plantes européennes, et l’interprète Cadousteau. La tournée passe d’abord à Mangareva puis arrive à Rapa le 13 juin 1887, où la fille de Te Parima, Anivai Ruirau, a hérité du trône l’année précédente. Par un coup de force similaire à celui opéré à Tahiti la même année, Lacascade se livre à une véritable usurpation du pouvoir local. Redéfinissant de façon unilatérale le statut de Rapa, il dépose la monarchie, met un terme aux lois indigènes, instaure l’état-civil et prend un arrêté pour rattacher l’île à la juridiction politico-administrative de Tubuai (qui deviendra plus tard le chef-lieu des cinq îles Australes) et de Raivavae, deux dépendances du royaume tahitien, lui-même déjà dépendant de la France. Le Scorff rentre à Papeete le 23 juin et Lacascade fait immédiatement publier le rattachement de Rapa à l’archipel des Tubuai dans le Journal officiel des établissements français de l’Océanie15.

36L’imposition et l’application du Code civil vont bouleverser le droit coutumier indigène. Jusque là l’île de Rapa comprenait sept villages et treize districts ; chacun d’entre eux avait un chef, lui-même vassal du roi de l’île. Avec l’instauration du système administratif français, cette organisation prend fin. Lacascade décrit, à la fin d’une lettre qu’il envoie au ministre de la Marine à Paris peu après sa mission, la nouvelle organisation administrative de Rapa, telle qu’il l’a présentée à la population avant de quitter l’île. Celle-ci est désormais un district localisé à Ahurei (avec cinq conseillers), auquel s’adjoignent deux sous-districts, Area et Tupuaki (avec un conseiller par sous-district). Les sept membres du conseil de district sont nommés par la population. Six membres nommés pour la première année choisiront le septième. C’est toutefois le gouverneur (« ou son délégué » si on se réfère à l’arrêté du 30 juin 1887) qui choisit « le chef et le chef adjoint parmi les conseillers désignés par la population ». Il semble que cette première année, le choix se soit porté sur Tamaru comme chef d’Ahurei et Riaria comme celui d’Area et Tupuaki. Maire sera chef en 1888. Tous agissent désormais sous le contrôle directif du « chef de poste », représentant du gouvernement français, qui « a, sous ses ordres, tous les agents de la localité [et] propose leur nomination au gouvernement » (Lacascade, 1887). Cet agent occupe aussi la fonction d’instituteur. Les autres autorités statutaires de l’île sont un gendarme local (mūtoì*, appelé « pilote indigène » par l’administration française) et un pasteur natif de l’île.

37Ces actions changent évidemment la nature du traité d’annexion conclu entre le commandant Chessé et les chefs Rapa. Dans l’esprit de Lacascade, comme à Tahiti et dans le reste de la région où il a effectué autoritairement les mêmes transformations politiques aboutissant à la création des « établissements français de l’Océanie », les Rapa deviennent « citoyens français ». Pour le gouverneur et pour le sous-secrétaire d’état (avec qui il échange une correspondance), Rapa est désormais « une terre vraiment française ».

38Ainsi, à travers trois hommes – Méry en 1867, Chessé en 1881 et Lacascade en 1887 – et en trois actes – un protectorat, une annexion et un arrêté au Journal officiel – la France s’impose à Rapa, aux dépens de l’Angleterre qui avait aussi des visées sur l’île.

39En 1892, le premier recensement officiel compte 182 personnes dans l’île. Depuis la démographie a progressivement augmenté pour se stabiliser ces dernières années autour de 500 personnes, ce qui reste très en dessous des premières estimations du nombre d’habitant-e-s (cf. « évolutions démographiques »). Suite à l’annexion de l’île et à l’imposition du système politique français, la société Rapa va s’engager peu à peu dans un processus d’acculturation administrative mais, et c’est un des objets de ce livre, cela ne l’a jamais empêché de conserver une large autonomie locale. À partir de ce moment néanmoins, Rapa fera l’objet de visites, non plus véritablement de missionnaires (même si cela arrivera encore un peu, avec des protestants français) mais d’administrateurs, de médecins et de scientifiques de toutes sortes venus étudier principalement son environnement naturel. Les deux études anthropologiques d’envergure menées dans l’île sont celles de John Stokes au début des années 1920 et, quarante ans plus tard, celle d’Allan Hanson en 1963-64. La première expédition archéologique dans l’île fut menée en 1956 par l’explorateur Thor Heyerdhal et fut consacrée principalement à restaurer le pare Morongo Uta. Pour plus d’information sur ces missions, voir « Passages et résidences des ‘autres’ ».

Notes

1 Les données présentées ici sont extraites d’un livre entier que j’ai consacré à l’histoire de Rapa (Ghasarian, 2015), auquel je renvoie les personnes qui souhaitent approfondir ces aspects.

2 Traduction par Raphaële Pernet.

3 Le lieu de sépulture de ces derniers, dans la baie d’Anarua, s’appelle kiu (Smith, 1965b : 89-95).

4 « La population originelle a vécu dans douze villages fortifiés sur les pics les plus élevés et se rendait seulement dans les vallées pour s’occuper des tarodières et pêcher » (Heyerdhal, 1958 : 337, ma traduction).

5 « Nous sommes conscients de la nature préliminaire de nos investigations à Rapa et de la probabilité que nos résultats et conclusions puissent faire l’objet de modifications significatives lors de recherches futures » (Anderson, Kennett et Conte, 2012a : 255) ; « Bien d’autres fouilles sont nécessaires (…) dans les pare », notamment pour comprendre le lien entre ce que les archéologues de l’expédition appellent les pare « majeurs » et « mineurs », etc. (ibid.).

6 Il oublie en cela la « graine de doute » posée par Edwin Ferdon, archéologue de l’expédition de Thor Heyerdhal après qu’il eut observé un mini pare sur l’îlot Morotiri où il n’y avait apparemment rien à défendre (1966 : 176).

7 Je renvoie à nouveau les personnes qui désirent prendre connaissance du contenu de ces textes à mon livre sur l’histoire de Rapa (Ghasarian, 2015).

8 Rapa est ainsi - officiellement - la quatrième île des Australes à recevoir la visite des premiers Européens. Les dates connues des premiers contacts sont ainsi : Rurutu 1769 (capitaine Cook) ; Raivavae 1775 (capitaine Gayancos) ; Tubuai 1777 (capitaine Cook) ; Rapa 1791 (capitaine Vancouver) ; Rimatara 1811 (capitaine Henry) (Froment-Guieysse, 1922 : 154).

9 Le guano est un excrément d’oiseaux marins et de chauves-souris qui constitue un engrais de très bonne qualité. Il était alors localisé dans les îles Chincha sur la côte Pacifique du Pérou.

10 Archive Nationales d’Outre-mer, Aix-en-Provence, carton A122-91.

11 Les dates d’annexion des cinq autres îles Australes sont : Tupuai et Raivavae 1880 (Protectorat en 1842) ; Rapa 1881 (protectorat en 1867) ; Rurutu et Rimatara 1900 (protectorat en 1889) (Froment-Guieysse, 1922 : 153).

12 Archive Nationales d’Outre-mer, Aix-en-Provence, carton A122-91.

13 Annuaire des Etablissements français de l’Océanie pour 1883.

14 Archive Nationales d’Outre-mer, Aix-en-Provence, carton A122.

15 Arrêté no 220 rattachant l’île de Rapa, au point de vue administratif et judiciaire, à l’archipel des Tubuai, Bulletin des Etablissements Français d’Océanie (E.F.O), 1887.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search