Version classiqueVersion mobile

Rapa

 | 
Christian Ghasarian

Première partie. Rapa : archipel des australes, Polynésie française

1. Un milieu naturel

Texte intégral

1Au sein de la Polynésie française, qui comprend 118 îles couvrant une superficie émergée de 4 200 km² dispersée sur 2 500 000 km², Rapa est une île atypique. Située dans l’archipel des Australes, à 480 km au sud du tropique du Capricorne (27°28 sud et 144°20 ouest) et à 1 250 km au sud-est de Tahiti, c’est la terre habitée la plus méridionale de la Polynésie française. Approximativement à mi-distance de la Nouvelle-Zélande et de l’île de Pâques, c’est aussi la plus isolée de cette entité politique.

2L’un des cinq archipels de la Polynésie française, l’archipel des Australes comprend sept îles, dont les cinq habitées se placent sur deux niveaux de proximité avec Tahiti. Le premier groupe comprend les quatre îles les plus proches de Tahiti qui sont d’ouest en est : Rimatara, Rurutu, Tubuai et Raivavae. Au sud-est de cette ligne à peu près horizontale d’îles se trouve Rapa, qui se situe à 550 km de Raivavae (l’île qui lui est la plus proche, à environ trente heures de bateau). Le terme « archipel des Australes » s’est substitué à celui d’« îles Tubuai » au milieu du xxe siècle. Il est toutefois nécessaire de garder à l’esprit que ces deux appellations sont des inventions françaises pour qualifier une entité territoriale de 150 km2 – et ceci bien que rien n’indique que ces îles aient historiquement entretenu des relations « archipélagiques » entre-elles avant l’arrivée des Européens. Le terme polynésien Tuhaa Pae (« groupe de cinq ») pour désigner les cinq îles des Australes n’est par ailleurs qu’une reformulation en langue vernaculaire de cet assemblage administratif.

  • 1 Les Rapa n’emploient pas le terme Marotiri (que l’on retrouve très souvent dans les écrits) pour d (...)
  • 2 Cette baie fut aussi autrefois appelée « baie de Oparo » par les visiteurs. John Stokes l’appelle (...)

3Comme toutes les îles de l’Océan Pacifique, l’île de Rapa est d’origine volcanique. C’est avec Morotiri1, ensemble d’îlots inhabités qui lui sont rattachés (voir plus bas), la plus jeune du groupe des Australes ; sa formation remonte à quelque cinq millions d’années. Deux volcans sont à l’origine de cette formation : un extérieur et un intérieur, plus récent, dont la partie centrale du cratère de quatre kilomètres de diamètre s’est effondrée, ce qui a produit un petit cirque entouré de montagnes escarpées formant une muraille dont le côté est s’est par la suite affaissé, favorisant ainsi la formation d’une profonde baie intérieure qui sépare presque l’île en deux et lui donne une forme de croissant. Ces deux caldeiras emboitées ont généré un relief tourmenté et des formes étonnantes surgissent ainsi des roches. Il en va ainsi de la roche nommée Maata, surplombant l’océan sur la pointe Komire au nord-est de l’île, qui représente pour les Rapa d’un côté une femme portant un bébé et de l’autre un homme assis, qui fait l’objet d’une légende locale (Make, Ghasarian et Oitokaia, 2008). Le processus d’affaissement de la côte est de l’île est continu, même s’il est lent, et la mer gagne toujours un peu plus le fond de la baie intérieure, dite baie d’Ahurei (Brousse et Celugne, 1986)2.

4Plusieurs petits îlots (motu) inhabités sont liés à Rapa. À l’entrée de la baie centrale se trouve le Taùna. Au fond de cette même baie se trouve le Tāpukì. L’île est elle-même entourée de petits îlots. Dans le sens inverse des aiguilles d’une montre à partir de la baie centrale, ce sont : Tarakoi (en forme de sphinx orienté vers l’Est), Tuamotu, AtuRapa, RaRapaì, Kuruku Kakaìo, Kurukuru Rahi, Teivitaora, Karapoo Rahi, Karapoo Koìo, Tapiko, Tauturu, Rapa iti. Situés à quatre-vingts kilomètres au sud-est de Rapa (27°55’N, 143°25’E), d’autres îlots inhabités, appelés Morotiri par les Rapa, mais aussi parfois « Îles Bass » ou « the Four Crowns » sont encore plus jeunes que Rapa. Au nombre de quatre, ils sont distants de un kilomètre et demi à trois kilomètres les uns des autres. Le plus bas atteint neuf mètres et le plus élevé cent treize mètres de hauteur. Dans ces rochers sans végétation et aux versants abrupts nichent des oiseaux, notamment des paille-en-queue. Connus pour leur richesse en poissons et langoustes, ces îlots reçoivent de temps à autre la visite de pêcheurs de Rapa qui s’y rendent en groupe, notamment lorsque la Marine Nationale les y emmène (voir chapitre « Pêche »).

  • 3 Les superficies des quatre autres îles de l’archipel sont : Tubuai : 45 km2 ; Rurutu : 29 km2 ; Ra (...)
  • 4 « Le monde au-delà [de l’île] vient rarement à l’esprit. Ce n’est qu’en grimpant sur les montagnes (...)

5D’une superficie de 40 km2 (la seconde plus grande des Australes après Tubuai)3, Rapa n’a ni barrière de corail, ni lagon (si ce n’est dans une certaine mesure à l’entrée de la baie d’Ahurei) mais est exposée à des récifs frangeants. Elle possède un relief montagneux avec de spectaculaires falaises abruptes, parfois hautes de plusieurs centaines de mètres, sur lesquelles la mer se jette et dans lesquelles des hommes attrapent à mains nues, au risque de leur vie, les oiseaux qui y nichent. La montagne la plus élevée de l’île est le mont Perau, qui culmine à 650 m et domine la grande baie intérieure de l’île et celle d’Anarua, à l’ouest. D’autres pics aigus (comme Tuputaketake et Makatea, le pic le plus au sud) marquent le relief de l’île. Des ruisseaux et petits torrents permanents (comme celui de Tuahu, qui donne sur la baie intérieure) y forment parfois des cascades, dont la plus grande s’appelle Tumu. Selon Allan Hanson, « Si Rapa est un monde en soi, c’est bien un petit monde ». Mais c’est aussi un monde dans lequel on ne sent pas l’isolement, car une fois dans la baie d’Ahurei, « On oublie le monde extérieur » (1973 : 6)4. Il y a ainsi un fort contraste entre l’isolement géographique réel de l’île et le sentiment de protection éprouvé par les insulaires. Un détail important contribue à ce ressenti : une fois dans la baie centrale, l’immensité de l’Océan se devine plus qu’elle ne se voit…

  • 5 Ma traduction.
  • 6 Ma traduction.

6La beauté naturelle de l’île, avec ses hautes falaises émergeant de l’océan et sur lesquelles les vagues se brisent, ne manque pas de saisir le visiteur. Lors de son expédition en 1956, Thor Heyerdhal la décrit « comme une terre de rêve naviguant sur la mer » (1958 : 334)5. William Mulloy, archéologue de cette même expédition, va jusqu’à écrire dans son journal qu’« elle ressemble à un monde perdu » (1956)6. Marc Liblin, un Français passionné de Rapa et qui y vécu dans les années 1980-1990 (voir chapitre « Passages et résidences des ‘ autres’ »), n’est pas moins emphatique lorsqu’il écrit : « Cette île inspire une attitude de respect et de remise en question, voire de doute, dans la sensation et l’approche des grandes réalités polynésiennes » (1985). La lecture des nombreux témoignages consignés dans le livre d’or de la station météo de l’île (ouvert en 1949), et dans celui de la commune (ouvert il y a une trentaine d’années) montre l’unité des impressions des signataires de passage, émerveillés par les aspects mystérieux et sauvages du lieu combinant l’intensité du relief avec un sentiment de profonde sérénité.

Figure 2. Carte de Rapa

7La grande baie intérieure, appelée la baie d’Ahurei (aussi écrit Haurei) ou d’Oparo, a une passe large de cent mètres. Peu profonde et parsemée de formations coralliennes ici et là, cette baie de près de 3,8 km de long (entre le débarcadère et le fond de la baie) et huit cents mètres de large (en reliant les pointes les plus proches), sépare les deux villages actuels de l’île (Ahurei et Area) et oblige les bateaux qui y naviguent à la prudence. Évoquée comme le port le mieux protégé du Pacifique sud vers le milieu du xixe siècle, elle servit pendant près de deux ans de port d’escale pour le ravitaillement en charbon de paquebots anglais entre Panama et la Nouvelle-Zélande (voir chapitre suivant). Au fond de la baie, juste avant l’endroit où la rencontre entre la terre et la mer produit une boue non navigable, se trouve l’îlot, évoqué plus haut, appelé Tapuì* ou Tāpukì en rapa. En forme de cône, il possède vers son sommet une roche sonore (un « phonolithe ») avec lequel la plupart des enfants de Rapa, toutes générations confondues, ont joué en la frappant avec une autre pierre pour produire un son métallique puissant et résonnant dans toute la baie. Cette baie principale de l’île possède trois lieux d’accostage, le quai principal, Temotuiri, qui sert de débarcadère pour les bateaux en provenance de l’extérieur, et les jetées d’Ahurei et d’Area pour les pêcheurs et les habitant-e-s qui se rendent d’un village à l’autre. Outre cette grande baie intérieure, qui renferme une petite baie interne appelée Tikoko dans sa partie sud, l’île possède dix-sept profondes baies extérieures. Dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, elles s’appellent : Akatanui, Taùtu, Piriauta, Àngairao, Akatanuè, Tupuaki, Akatamiro, Pariati, Àkao, Puaro, Anarua, Ìri, Maìi, Àkao, Anatakuri Nako, Anatakuri, Pake. Les vallées des principales baies sont encerclées par de hautes crêtes escarpées et étaient autrefois occupées par différents ramages* (voir chapitre suivant).

De stature forte et bien ancrée, le visage profondément ridé et le regard droit, Alfred Make fut sous-diacre et membre du conseil des Sages. Sa mère, Fifita, est (comme beaucoup dans l’île) issue de la descendance royale qui remonte à Tinefara (la sœur de Te Parima, le dernier roi de l’île), qui est la grand-mère de Pukuoaka (mère de Fifita). Son père, qu’il n’a jamais connu, faisait partie de l’expédition Mangareva, organisée par le Bishop Museum, qui passa quelques semaines à Rapa en 1934. Il ne revint jamais dans l’île après la mission scientifique et la seule information dont Alfred dispose (transmise par ses tantes) est qu’il s’appelait « Ernest Fernandez ». Il fut adopté par Akatoa, une grand-mère maternelle avec qui il passa son enfance et sa jeunesse à travailler dans les tarodières, à dormir dans les vallées où celles-ci se trouvaient, à écouter les histoires des aîné-e-s, et à apprendre (d’eux et d’elles) la vie Rapa. Il se souvient ainsi avoir pleuré à chaudes larmes lors d’un passage à Tahiti, quand son grand-père adoptif, Tatsuji Narawa (un des deux Japonais échoués dans l’île) l’emmena chez un coiffeur pour lui raser les cheveux selon son propre style ; un fait qui a peut-être motivé Alfred à devenir pendant de nombreuses années le coiffeur attitré de l’île. Il a travaillé dans les mines de phosphate de Rikitea dans les années 1950 puis à Mururoa, où les militaires français l’appelaient « Tabarli » (en raison de son incroyable ressemblance avec l’illustre navigateur) : il y bénéficia d’une formation qui lui permit de devenir à son retour le mécanicien de la commune de Rapa. Il eut quatre enfants (Morito, Jean-Paul°, Punua et Stelio) avec sa première compagne, Teva Tuanoa, puis se sépara de celle-ci pour épouser Meretafa, avec qui il reçut le nom de mariage « Te Pua » (La fleur). Le couple eut une fille, Justine, et adopta quatre enfants (Germaine, Minaei, Makareta et Haiva), dont trois résident aujourd’hui à Rapa. Toujours prompt à plaisanter et à railler chaleureusement ses interlocuteurs, Alfred travaillait régulièrement dans ses plantations, torréfiait son café chez lui, participait à la chasse (il était l’un des rares Rapa à posséder un fusil) et pêchait à la ligne sur son petit bateau en métal. Il fut un homme respecté, un des derniers porteurs des savoirs ancestraux de l’île. Alors que rien ne le laissait présager, son état de santé s’est soudain dégradé et il fut évacué en hélicoptère en août 2012 à Tahiti, où les médecins lui apprirent qu’il avait un cancer généralisé. Après une courte hospitalisation, il décida de revenir à Rapa, chez lui, où ses compatriotes vinrent le voir et le soutenir avant qu’il ne soit emporté par la maladie peu après son retour. Quelques heures avant son décès, alité, il avait trouvé la force de blaguer avec son petit cousin Lucien, qu’il appelait affectueusement « Robot » parce que suite à une opération du cœur il portait des corps étrangers en lui…

Un jour que nous marchions le long du chemin dominant le Tāpukì Alfred s’arrêta et avec un grand éclat de rire me dit : « Les vieux nous racontaient n’importe quoi ! ». Nous nous assîmes sur une petite butte dominant la baie et, tout en roulant une cigarette, il me raconta que des scientifiques venus peu avant étudier la géologie de Rapa lui avaient donné leur version de la formation de l’îlot : c’était le sommet du second volcan de l’île qui s’était affaissé et avait formé la caldeira abritant aujourd’hui la baie d’Ahurei. Sa grand-mère adoptive lui avait elle aussi dit que le Tāpukì (qui signifie « couvercle ») était bien le sommet de la plus haute montagne de l’île, mais l’explication qu’elle donnait de son emplacement dans la baie était toute autre que celle des géologues : des tūpāpaù seraient venus une nuit et, dans un dessein malveillant, l’auraient découpé de la plus haute montagne pour le placer à l’entrée de la baie centrale afin de la boucher. Mais le jour se leva trop vite et ces fantômes durent interrompre leur œuvre en abandonnant le Tāpukì là où il se trouve…

8Les deux saisons observables à Rapa (chaude de novembre à mars et fraîche et humide de juin à octobre) sont moins marquées que dans les autres îles situées au nord de l’archipel des Australes. Les vents forts (notamment d’ouest), les orages, les pluies, les nuages et la brume sont fréquents dans l’île qui est réputée avoir l’ensoleillement le plus faible et les plus rudes conditions climatiques de la Polynésie française. En août 2013, une violente tempête arracha quelques toits à Rapa et fit chavirer un thonier chinois qui transitait à quarante kilomètres au nord de l’île. Plusieurs marins furent portés disparus tandis que six d’entre eux furent récupérés par un hélicoptère de l’armée française et transportés en urgence à Rapa où ils furent soignés à l’infirmerie, avant d’embarquer une semaine plus tard avec le Tuhaa Pae pour Tahiti.

  • 7 William Mulloy note dans son journal qu’il a plu pratiquement tout au long de son séjour à Rapa (e (...)

9Avec des températures oscillant entre 32° en janvier-février et 8 ° en juillet-août, le climat, que l’on peut qualifier de « tempéré et humide » ou « subtropical humide avec été chaud », est peu propice à l’épanouissement d’une végétation purement tropicale, mais cela n’exclut pas les dépressions tropicales et une pluviométrie qui peuvent y être fortes7. Le cyclone tropical « Peni » de 1990 a ainsi laissé des traces dans la mémoire locale. Comme dans les autres îles polynésiennes, le jour se lève entre 4 et 5 heures et la nuit tombe entre 17 heures et 18 heures.

10Il semble que l’île ait originellement été couverte par une forêt tropicale (Ferdon, 1965a : 9). S’il y a encore des zones-témoins de cette forêt originelle (telle la forêt de fougères arborescentes qui perdure au sommet du Mont Perau), les terres de l’île sont dans l’ensemble aujourd’hui assez arides, sauf dans les vallées et le long des ruisseaux et torrents. Les crêtes escarpées et les collines sont remplies d’herbes sèches et de fougères envahissantes. On trouve peu de grands arbres ; dominent surtout des petits arbustes et des pandanus qui résistent bien aux vents et se retrouvent dans toutes les baies. Le climat ne permet pas la prolifération d’arbres tropicaux comme l’arbre à pain, le cocotier et le manguier (voir chapitre « Agriculture ») ni d’ailleurs celle des coraux.

  • 8 Végétation et forêt tropicale, falaise maritime, marécage, forêt semi-sèche des premières pentes, (...)

11La situation géographique de Rapa lui assure, en compensation de ces manques, une certaine spécificité en matière de faune et de flore. Une équipe internationale de chercheurs y passa en 2002 pour étudier les mollusques locaux et constata l’existence de plusieurs espèces endémiques, dont certaines nouvelles pour la science, ce qui s’expliquerait par l’isolement de l’île (Schwabe et Lozouet, 2006). Une autre équipe interdisciplinaire internationale (constituée d’un ingénieur, de deux botanistes-généticiens, deux botanistes-collecteurs et deux entomologistes) s’est par ailleurs rendue à Rapa en avril et décembre de la même année (Meyer, 2002a, 2002b) pour faire l’état des lieux de « l’extraordinaire richesse de la flore indigène et endémique de l’île ». Suite à ces recherches, un petit guide floristique fut publié « afin d’informer et de sensibiliser les autorités, les communautés locales et le grand public sur la nécessité de conserver un patrimoine naturel unique au monde, mais déjà fortement fragilisé par les activités humaines passées et actuellement gravement menacé de disparition » (Meyer, 2011 :1). Cette équipe a dénombré sept types de végétation naturelle8 et qualifie l’île de « point chaud de la biodiversité » (op. cit. : 3) en Polynésie française. Elle relève que « la flore primaire […] de Rapa comprend 193 espèces dont au moins 58 sont endémiques de l’île […] donc uniques au monde » (op. cit. : 4), ce qui lui permet de conclure que « le taux d’endémisme insulaire (30 %) est le plus fort de toutes les îles de la Polynésie française » (ibid.). Elle constate néanmoins que « depuis l’occupation humaine, les milieux naturels […] ont été détruits ou modifiés » (op. cit. : 11).

  • 9 Par l’Arrêté no 306/CM du 29 février 2008.

12Suite à l’introduction de plantes nouvelles telles que le goyavier commun, le bancoulier et le caféier, les menaces (disparitions et altérations) portant sur la végétation de Rapa se sont amplifiées : incendies répétés (accidentels ou volontaires, pour les cultures ou lors de la chasse au cochon) ; surpâturage d’herbivores (bovins, chèvres et chevaux) ; dégâts causés par les cochons échappés de leur enclos (lorsqu’ils en ont) et devenus sauvages, et, dans l’îlot Tauturu, par des lapins livrés à eux-mêmes proliférant dans ce qui est désormais aussi appelé « l’île aux lapins ». Mais les principales perturbations botaniques semblent dues aux plantes envahissantes, telles que le goyavier de Chine et le framboisier aux ronces épineuses formant des forêts denses, ainsi qu’à d’autres espèces introduites, telles que le falcata, le faux-pistachier, le sureau, l’herbe à pampa et le jasmin (op. cit. : 12). À cette invasion croissante de plantes adventices au développement incontrôlé, il faut ajouter l’extension de forêts de pins des Landes, localement appelés ‘pinus’ (voir chapitre « Transferts institutionnels et accommodations imaginaires »). La partie nord de l’île, désormais le domaine des caprins et des bovins sauvages, est singulièrement déboisée et la flore ainsi que la faune originelle y sont appauvries et menacées. Les chercheurs évoqués plus haut l’indiquent dans leur conclusion, « au moins 30 plantes endémiques de Rapa sont menacées de disparition (soit 35 % de la flore endémique de l’île) et 21 sont classées espèces protégées relevant de la catégorie A »9. Dans le même temps, des arbres qui ne donnaient auparavant pas de fruits dans l’île commencent à en produire. Il en va ainsi du cocotier, du manguier mais surtout du letchi, récemment planté et qui rend abondamment. Ce changement climatique local témoigne, au cœur du Pacifique, du réchauffement de la planète.

13Cette situation préoccupante pour l’écosystème de l’île n’est pourtant pas nouvelle. Un cri d’alarme avait déjà été lancé il y a déjà quelques décennies par un zoologue américain de l’université de Washington (Seattle), Gustav Paulay, après qu’il eut effectué des recherches dans l’île pendant sept mois en 1979-1980. Dans un rapport sur ses travaux qu’il envoya à l’administrateur des Australes de l’époque avec une copie pour la commune de Rapa, ce scientifique décrivait l’île comme « unique en Polynésie » et insistait sur sa nécessaire préservation. Il mentionnait notamment l’îlot Karapoo Rahi, sur lequel la survie de plusieurs espèces d’animaux endémiques était en péril. En effet, des chèvres (une centaine, introduites dans les années 1970 dans cet îlot par une famille) détruisaient rapidement sa flore et ses insectes, dont certaines espèces mentionnées lors de l’expédition Mangareva en 1934 (voir « Passages et résidences des ‘autres’ ») avaient déjà disparu. Ce chercheur demandait avec insistance leur retrait de l’îlot. Il constatait par ailleurs que la prédation opérée sur les bovins sauvages ne ralentissait pas suffisamment leur prolifération, avec pour conséquence l’érosion d’une grande partie du nord de Rapa. En ses termes : « Dans plusieurs lieux, la végétation a laissé la place à la roche ». Le zoologue notait également la destruction très rapide des pare* (structures pyramidales situées en haut de certaines crêtes de l’île, voir chapitre suivant) et proposait de développer Rapa sous le statut de « parc national de France » (Paulay, 1984, 1985). Plus de trente ans après son passage, force est de constater que la situation écologique de l’île ne s’est pas améliorée (voir chapitre « Non-développement contrôlé et lâcher prise »).

Notes

1 Les Rapa n’emploient pas le terme Marotiri (que l’on retrouve très souvent dans les écrits) pour désigner ces îlots mais Morotiri. Il est à noter que depuis le contact européen et tahitien, les noms de lieux à Rapa ont fait l’objet de plusieurs orthographes (comme Ahurei ou Haùrei, Taga ou Tanga, Angairao ou Agairao, Angatakuri ou Anatakuri, Hiri ou Iri, Tupuai ou Tupuaki, Morotiri ou Marotiri, etc.). Les noms que j’adopte dans ce livre sont autant que possible ceux de la langue rapa qui fait l’objet d’une résurgence ces dernières années.

2 Cette baie fut aussi autrefois appelée « baie de Oparo » par les visiteurs. John Stokes l’appelle aussi « Tairirau » (1930/1). Son manuscrit est divisé en cinq parties mais il ne possède pas une numérotation de page toujours précise, c’est pourquoi je m’en tiens parfois (comme ici) à l’unique mention de la partie concernée.

3 Les superficies des quatre autres îles de l’archipel sont : Tubuai : 45 km2 ; Rurutu : 29 km2 ; Raivavae : 16km2 ; Rimatara : 9 km2.

4 « Le monde au-delà [de l’île] vient rarement à l’esprit. Ce n’est qu’en grimpant sur les montagnes, lorsque l’on peut voir l’océan rouler de chaque côté vers l’infini, que l’on sent l’éloignement de Rapa (Hanson, 1972 : 2, ma traduction).

5 Ma traduction.

6 Ma traduction.

7 William Mulloy note dans son journal qu’il a plu pratiquement tout au long de son séjour à Rapa (en avril-juin 1956), à l’exception de cinq jours de soleil. L’humidité très élevée n’a pas rendu le lieu « très plaisant ». Je traduis ici des extraits de son journal – que j’ai obtenu grâce à l’amabilité de sa fille (Brigid Mulloy, qui a souhaité partager le récit de son père en me l’envoyant via Facebook) – dans lequel il relate ses conditions de vie dans le camp installé au sommet de la montagne où se trouvait le site archéologique qu’il rénovait : « Je n’ai jamais été aussi content de finir un travail dans ma vie (…). Nous avons passé chaque semaine complètement trempé tout le temps (…). La brume et le brouillard ont continuellement tout couvert (…). Aucune des îles où nous nous sommes rendus n’a été comme celle-ci (…). Je n’étais pas désolé de quitter ce lieu et j’espère ne jamais y revenir. Je ne veux plus d’expériences comme celle de ce sommet de montagne » (1956). Je reviendrai dans le chapitre qui suit sur le travail effectué par cet archéologue sur le site de Morongo Uta lors de l’expédition de Thor Heyerdhal à Rapa.

8 Végétation et forêt tropicale, falaise maritime, marécage, forêt semi-sèche des premières pentes, forêt humide des vallées de basse et moyenne altitude, forêt humide de montagne, forêt montagneuse intérieure.

9 Par l’Arrêté no 306/CM du 29 février 2008.

Table des illustrations

Légende Figure 2. Carte de Rapa
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search