Version classiqueVersion mobile

Rapa

 | 
Christian Ghasarian

Préface

Allan Hanson

Texte intégral

1Dans les pages qui suivent, le lecteur trouvera un récit magistral de la vie sur une petite île, géographiquement isolée en Polynésie française. Treize années d’études approfondies dans les bibliothèques, dans les archives, à Tahiti et surtout de nombreux séjours de terrain dans l’île elle-même, permettent à Christian Ghasarian de nous livrer un compte rendu très détaillé de l’écologie, l’économie, l’idéologie, la politique, la vie sociale et culturelle de Rapa au début du xxie siècle.

2Une des premières choses qui frappe à la lecture de ce livre est qu’il est profondément humain. Ghasarian a de toute évidence développé une grande affection et un grand respect pour la façon de vivre dans cette île et envers les Rapa en tant qu’êtres de chair et de sang. Et après avoir passé un court moment avec lui dans cette île en 2003, je peux attester que les Rapa n’ont pas moins d’affection et de respect pour lui. Ce livre n’est pas un récit détaché et purement théorique. S’il est riche en analyses (un point sur lequel je reviendrai plus loin), il offre aussi une présentation concrète de gens vrais vivant de vraies vies, avec toutes les épreuves et les accomplissements que cela implique. Cet aspect de l’ouvrage est renforcé par une série de portraits insérés dans le texte et décrivant une trentaine de personnes à travers leur apparence, leurs préoccupations, leurs talents et leur sens de l’humour.

3Ghasarian et moi-même en sommes pleinement d’accord, sur le plan le plus général, l’histoire de Rapa est celle d’un système social qui tend vers une adaptation réussie aux conditions de son existence. Lorsque ces conditions changent, la société passe par une période de réajustement, qui peut être traumatisante, jusqu’à ce qu’une nouvelle adaptation aux nouvelles conditions soit atteinte. Une de ces transformations en quête d’un nouvel équilibre s’est produite au xixe siècle, et une autre est en cours. Dans les deux cas, les modifications de condition sont attribuables à des influences extérieures.

4Les transformations introduites lors des premiers contacts européens furent la conversion au christianisme, l’inauguration du commerce inter-îles et, surtout, la dépopulation massive causée par les maladies apportées par les visiteurs de l’île. Pendant la période consécutive de réajustement, la population fortement diminuée s’est finalement concentrée dans deux villages, l’île est tombée sous le contrôle colonial français, le système politique est devenu officiellement démocratique, et la structure de la propriété de la terre et d’autres biens a été transformée. Dans les années 1890 la société et la culture Rapa atteignirent un équilibre relativement stable, qui tenait encore lorsque j’ai effectué ma recherche dans l’île en 1964.

5À cette époque, l’île était largement auto-suffisante, avec une alimentation fondée sur le poisson et des plantes cultivées localement, principalement le taro. L’argent interférait relativement peu dans l’économie locale, si ce n'est à travers sept ou huit emplois salariés, relevant de la fonction publique du gouvernement français, de l’exportation du café et de quelques emplois ponctuels. Les frais étaient assez réduits et principalement consacrés aux dons à l’église et à quelques achats : kérosène pour les lampes, sucre, farine pour le pain (un régal non quotidien), beurre, ustensiles de cuisine, hameçons et lignes, vêtements (la plupart étaient cependant envoyés par des parents de Tahiti), allumettes, piles de lampe de poche, peinture, ciment et tôle ondulée pour la construction de logements. Ces derniers éléments étaient achetés en quantités limitées, quand une famille disposait d’espèces : la construction d’une maison en maçonnerie s’étendant souvent, de ce fait, sur plusieurs années.

6La seconde transformation était d'ores et déjà bien accomplie lorsque Christian Ghasarian fit son premier séjour dans l’île en 2001. Comme il le décrit de façon frappante, cette transformation avait pour marqueur des contacts considérablement élargis avec le monde extérieur, entraînant une dépendance accrue à l'égard de ce dernier. Ces nouvelles conditions ont produit un certain nombre de perturbations sociales. La combinaison de lois relatives à l’éducation scolaire obligatoire jusqu’à seize ans et l’absence d’école secondaire sur l’île impliquent que les adolescents soient loin de l’île la plus grande partie de l’année, pour aller au collège à Tubuai ou à Tahiti. Par ailleurs, la volonté des pouvoirs publics locaux d’améliorer la sécurité de l’accouchement a abouti à l’obligation pour toutes les femmes d’accoucher à l’hôpital de Papeete, ce qui signifie qu’elles doivent se rendre à Tahiti dès le septième mois de grossesse et y rester jusqu’à ce que le bébé puisse en toute sécurité faire le voyage de retour à Rapa.

7L’argent, provenant presque exclusivement de sources gouvernementales à Tahiti et en France, a pris une dimension incontournable dans l’économie insulaire. En plus des dépenses énumérées ci-dessus, il est maintenant indispensable pour acheter des bateaux de pêche et leurs moteurs hors-bord (remplaçant les baleinières fabriquées localement et propulsées à la rame qui prédominaient en 1964), des mobylettes et même des voitures 4x4, de l’essence, des appareils (congélateurs domestiques, cuisinières et machines à laver, téléviseurs et téléphones), du riz et d'autres aliments importés (bien que la population soit une fois et demie plus nombreuse qu’en 1964, moins de taro est cultivé à présent qu’alors).

8Enfin, la migration a abouti à ce que trois ou quatre fois plus de personnes d’origine Rapa vivent maintenant ailleurs (principalement à Tahiti) que sur l’île elle-même. Ghasarian examine leurs efforts pour influencer les affaires de Rapa et le degré auquel les résidents de l’île considèrent ces efforts comme légitimes. Les relations qui en résultent jouent un rôle important – même s'il n'est pas toujours simple – dans la vie sociale, économique et politique actuelle.

9Un aspect tout particulièrement intéressant de cette seconde transformation est qu’une stabilité et une adaptation viable n’ont pas encore été atteintes. Autrement dit, la situation actuelle deviendrait véritablement insoutenable si le flux des avantages extérieurs venait à être supprimé, ce qui pose la question de la pérennité de ce dernier. Il est tout aussi intéressant de noter que la prise de conscience de cette situation n’a pas complètement pénétré la conscience des Rapa, qui affirment souvent qu’on peut vivre dans l’île avec un minimum d’argent, en se nourrissant de taro et de poisson. Si cela était vrai il y a cinquante ans, c’est aujourd’hui une illusion collective. Comme l’écrit Ghasarian, si des Rapa les plus visionnaires posent la solidarité et le développement des ressources internes comme une nécessité pour l’avenir de l’île, la majorité d’entre eux combinent de façon irréaliste et ingénue une idéologie d’autosuffisance avec la réalité de la dépendance.

10Et pourtant, à certains égards, Rapa se trouve dans une situation privilégiée. Si l’on met de côté les aspects perturbateurs des règlementations en matière d’éducation et d’accouchement, la population bénéficie de la diffusion des avantages et de Tahiti et de la France tout en pouvant, dans une large mesure, gérer ses propres affaires avec un minimum d’interférences extérieures. L’éloignement géographique de Rapa (les navires s’y rendent une fois tous les deux mois), sa petite population à l’impact négligeable sur la politique de la Polynésie française dans son ensemble et le manque de ressources exportables expliquent que les fonctionnaires, à Tahiti et en France, ont peu d’intérêt pour ce qui s’y passe. Contrairement à la dépendance économique, cela les Rapa le réalisent pleinement ; et ils espèrent bien que cette situation persiste. Une question d’importance particulière pour cette société hautement communautaire est celle du maintien de son système de non division des droits à la terre, auparavant hérités des deux parents, qui a maintenant évolué au point que presque tout le monde dans l’île est copropriétaire de presque toute la terre. Cette situation contredit directement la loi française en matière de propriété, mais jusqu’ici l’opposition farouche dont les Rapa sont prêts à faire preuve contre tout changement du système en place a été suffisante pour qu’il y ait statu quo.

  • 1 Keesing, Felix M., 1934, Modern Samoa : its Government and Changing Life, London : Allen et Unwin.
  • 2 Mead, Margaret, 1957, « Introduction to Polynesia as a Laboratory for the Development of Models in (...)
  • 3 Hanson, F. Allan, 1973, « Political Change in Tahiti and Samoa : an Exercise in Experimental Anthr (...)

11C’est un des domaines où Ghasarian rattache habilement son étude aux grandes questions de la théorie anthropologique actuelle. Il situe Rapa dans le contexte plus large du monde contemporain, en développant les concepts d’insularité et de globalisation à petite échelle. Tout comme Felix Keesing (1934)1, Margaret Mead (1957)2 et moi-même (1973)3, il considère que la Polynésie offre un laboratoire humain où les variables régissant des développements historiques, politiques, économiques et sociaux particuliers peuvent méthodiquement être étudiées et contrôlées. Dans le cas de Rapa, les variables pertinentes sont la petitesse de l’échelle, la distance géographique, les réseaux sociaux qui relient l’île avec le monde extérieur et une vision du monde particulière qu’il appelle le « non développement contrôlé ». Antonymique des valeurs capitalistes tournées vers l’avenir et le profit privé, cette vision combine une attitude orientée vers la satisfaction des besoins immédiats et une valorisation des relations sociales et du bien-être par rapport aux considérations individualistes. De ce point de vue, un lieu comme Rapa est tout à fait unique car il participe du système mondial interconnecté tout en restant simultanément, sur le plan idéologique et géographique, périphérique eu égard à ses principaux courants.

12Que signifie alors « un lieu comme Rapa » ? La dépendance du mode de vie insulaire envers des lieux et des influences extérieures et la présence d’une majorité de Rapa hors de l’île conduisent Ghasarian à insister sur le fait que « Rapa » est devenu plus un espace social qu’un espace purement géographique. Cela veut dire que, pour savoir aujourd’hui ce qu’est Rapa et apprécier comment sa société et sa culture fonctionnent, il est nécessaire de considérer une multitude de liens économiques, sociaux et autres, entre l’île appelée Rapa et ailleurs. On peut dès lors imaginer que la prochaine grande étude sur Rapa sera menée aussi bien à Tahiti (sans parler de l’Europe) que dans l’espace géographique qui porte ce nom.

Notes

1 Keesing, Felix M., 1934, Modern Samoa : its Government and Changing Life, London : Allen et Unwin.

2 Mead, Margaret, 1957, « Introduction to Polynesia as a Laboratory for the Development of Models in the Study of Cultural Evolution », Journal of the Polynesian Society, 66 : 145.

3 Hanson, F. Allan, 1973, « Political Change in Tahiti and Samoa : an Exercise in Experimental Anthropology », Ethnology, 12 : 1-13.

Auteur

University of Kansas

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search