Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'hellénisme de Wilhelm Von Humboldt et ses prolongements européens

 | 
Sandrine Maufroy
, 
Michel Espagne

Seconde partie. Textes écrits sur l'Antiquité par Wilhelm von Humboldt

Du caractère des Grecs, vision historique et idéale de celui-ci

Texte intégral

1I. Les Grecs, pour nous, ne sont pas seulement un peuple utile à connaître historiquement, mais un idéal.

2Leurs supériorités sur nous sont telles que c’est justement parce qu’ils sont inaccessibles qu’il nous est utile d’imiter leurs œuvres et qu’il nous est bénéfique de rappeler dans notre âme, oppressée par le confinement et la mesquinerie de notre situation, la liberté et la beauté de celle dont ils jouissaient.

3Ils nous rétablissent à tous égards dans la liberté qui nous est propre et que nous avons perdue (s’il est possible de perdre ce que l’on n’a jamais eu, mais à quoi la nature nous donnait droit), en supprimant immédiatement le poids du temps et en affermissant par l’enthousiasme la force qui, en nous, est faite pour le vaincre par sa propre activité.

4Ils sont pour nous ce que leurs dieux étaient pour eux ; chair de notre chair et os de nos os ; tout le malheur et toutes les aspérités de la vie ; mais une tournure d’esprit qui transforme tout en jeu, et ne fait cependant qu’effacer les duretés de ce qui est terrestre, tout en conservant néanmoins la gravité de l’idée.

5II. Ceci n’est pas une vision fortuite, mais nécessaire. Rien de moderne ne peut jamais être placé à côté de quoi que ce soit d’antique. Car le souffle de l’Antiquité, qui manque nécessairement à ce qui est moderne, est l’esprit particulier, non pas à l’auteur individuel d’une œuvre quelconque, mais à la nation entière et à l’époque entière.

  • 1 Comme on l’aura sans doute remarqué, il s’agit ici d’une comparaison en chiasme : l’esprit de l’An (...)

6Cet esprit se distingue de l’esprit moderne comme la réalité se distingue d’une entité idéale de quelque sorte qu’elle soit1. Car une telle entité est l’expression pure et entière de quelque chose de spirituel, elle invite à se plonger toujours plus profondément dans chacune de ses parties et conduit à l’unité de l’idée, alors que la réalité, au contraire, ne fait que suggérer ce qui est spirituel, quand elle est bonne, incite même à détruire partiellement cette unité en pensée, et ne produit aucune autre sorte d’unité que ce sentiment.

7Ce qui distingue ce qui est antique n’est donc pas simplement une particularité, mais une supériorité véritable et universelle.

8Le sens de l’Antiquité est donc la pierre de touche des nations modernes, qui se fourvoient déjà quand elles estiment à égalité, voire dans un rapport inversé, les Romains et les Grecs. Dans la mesure où « antique » signifie « idéal », les Romains n’y ont part que pour autant qu’il est impossible de les dissocier des Grecs.

9III. La supériorité particulière des Grecs est d’avoir conçu la tâche de représenter, en tant que nation, la vie la plus élevée, de telle manière qu’ils se sont maintenus sur l’étroite ligne de partage au-dessous de laquelle sa réalisation aurait été moins réussie, et au-dessus de laquelle elle aurait été moins possible.

10Ce qui les distingue réside donc intégralement dans la représentation, et n’en coïncide que plus avec un idéal, puisque le concept d’idéal implique lui aussi toujours que l’idée se subordonne à sa possibilité de se manifester dans l’univers des phénomènes.

11Ce qui prédomine dans l’esprit grec est donc la joie éprouvée devant l’équilibre et la justesse des proportions ; le fait de ne vouloir accepter même ce qui est le plus noble et le plus sublime que là où il s’accorde avec un ensemble.

12La vie peut être considérée comme un art, et le caractère représenté dans la vie, comme une œuvre d’art. Or de même que dans cette dernière, seul le génie trouve le point indivisible où, au terme d’une puissante lutte, l’invisible se marie au visible pour donner naissance à la représentation, de même dans la vie, c’est seulement le génie qui le fait — et plus exactement le génie suprême, celui de tout un peuple qui, plein de vie, agit de concert.

13IV. Afin de comprendre comment une nation entière peut se donner un caractère explicable seulement par la génialité, il faut faire quelques pas en arrière pour considérer l’individualité.

14L’individualité d’un être humain ne fait qu’un avec son élan intérieur. L’univers entier n’existe que par l’élan intérieur, et il ne vit et n’est quelque chose qu’en luttant pour vivre et pour être, et aussi longtemps qu’il progresse dans cette lutte. Comme l’élan intérieur ne peut être que déterminé, la forme de la vie, par lui, le devient aussi, et toute la diversité de l’existence repose uniquement sur la diversité de l’élan vital même, ou sur la possibilité qu’il a de s’élaborer par la résistance qu’il trouve.

15Cet élan intérieur est le même dans le monde corporel et dans le monde spirituel, puisque d’une part, il crée dans la réalité organisée des formes qui semblent n’être produites que par la pensée, et que d’autre part, par exemple dans l’art et le langage, il en crée qui semblent matérialiser des pensées autrement inexprimables. Il peut donc servir à expliquer tout autant ce qu’il y a de plus élevé dans la nature spirituelle que ce qu’il y a de plus simple dans la nature corporelle.

16Or ce qui donnait son existence au caractère des Grecs était le fait que chez eux, l’élan intérieur qui les portait à être purement et pleinement des êtres humains savait se rendre absolument dominant.

17Ainsi, ce qui semblait miraculeusement ne pouvoir être que l’œuvre du génie provenait de l’abandon pur et simple à la nature, de même qu’en général, chez l’être humain, ce qui est formé avec le plus de raffinement est toujours en connexion directe avec ce qui est originel, dont il n’est en quelque sorte qu’une périphrase plus claire ou une traduction.

18V. Que l’élan intérieur impose sa marque à la nature spirituelle de l’homme et lui donne en cela, au-delà du caractère de l’espèce à laquelle il appartient, une forme propre déterminée, cela ne peut se produire que par des actes de liberté, c’est-à-dire par des actes qui émanent exclusivement de la personnalité.

19Certes, la liberté ne peut modifier ni l’élan intérieur ni, ce qui est la même chose, le caractère ; mais il faut qu’elle l’éveille, et même, qu’elle semble lui donner arbitrairement la direction qu’il a nécessairement et immuablement par lui-même ; en d’autres termes, la source des déterminations de la volonté doit forcément se situer dans le domaine où toutes deux, nécessité et liberté, se fondent en une idée plus élevée.

20Cela étant, on nomme l’élan intérieur au moyen d’un mot que seuls les Allemands peuvent comprendre : Sehnsucht [aspiration douloureuse et profonde, désir ardent et nostalgique] ; et l’être humain n’a donc de caractère déterminé que dans la mesure où il a une Sehnsucht déterminée, et comme celle-ci n’est pensable que si l’on se représente une force, il a seulement autant de caractère qu’il possède d’énergie morale.

21Le deuxième trait saillant chez les Grecs est donc la profondeur avec laquelle la Sehnsucht dont ils sont emplis est dirigée vers les objets qui lui correspondent, et la vitalité pleine d’aisance avec laquelle elle donne une représentation d’elle-même, et avec laquelle, au lieu de végéter continuellement dans l’insatisfaction, elle se réengendre toujours neuve et toujours plus belle ; partant, la plénitude, la pureté et la puissance de leur vie spirituelle.

22VI. Animée d’une telle (IV.) Sehnsucht (V.), l’aspiration [Streben] des Grecs ne pouvait que se porter vers la représentation de la vie la plus élevée (III.), c’est-à-dire de l’existence humaine.

23L’aspiration fondamentale de l’être humain est dirigée vers l’extension illimitée de l’énergie unifiée de sa réceptivité et de son activité propre, et comme il embrasse à la fois le visible et l’invisible, vers la résolution de leur antagonisme sans anéantissement de l’un ou de l’autre, et lorsque ce but peut être atteint, vers leur union apparente en un symbole, c’est-à-dire en une forme en laquelle le général se présente sous les traits du particulier, et le particulier s’étend jusqu’au général.

24Or le Grec se livrait à cette aspiration plus purement et plus exclusivement que toute autre nation, et de là découlent un troisième, un quatrième et un cinquième traits principaux de son caractère.

25Il cherchait toujours le nécessaire et l’idée, en rejetant les hasards innombrables du réel.

26Son énergie principale était l’art, le domaine des symboles.

27Si pour cette raison, l’imagination devint la faculté dominante de son âme, il s’agissait là uniquement de l’imagination authentique, créatrice, qui ne prend le pas sur aucune autre force, et ne se méprend jamais sur le domaine qui est le sien ; il possédait donc tout autant d’aptitude à la spéculation pure que de sagesse pratique. Il était naturel et idéal, jamais chimérique et fantastique.

28VII. Le sentiment de l’humanité était si profond chez les Grecs qu’ils ressentaient profondément combien la nécessité de ne durer qu’un instant est peu imbriquée en lui. Sur la frontière étroite qui sépare la vie et la mort, ils voulaient donc uniquement la vie et la vie pleine et entière.

29Le mépris des formes mortes était donc un sixième trait principal de leur caractère ; ils n’aimaient jamais mettre en mouvement que des forces réelles, et non de convention.

30VIII. Mais ce caractère des Grecs dans son ensemble ne recevait sa clarté, sa précision et sa variété pleines et entières que par ce qui constituait le septième trait principal des Grecs : le fait que les joies de la sociabilité surpassaient pour eux toute autre jouissance, que toutes leurs institutions semblaient formées par le penchant à provoquer le frottement des personnalités, et qu’ils étaient visiblement enclins à tout rendre populaire, de même que chez eux, de fait, même des traits de caractère raffinés se présentaient dans tout le peuple.

31Chez les Grecs, même les familles étaient des masses moins dissociées les unes des autres que chez les Romains, et leurs liens étaient un facteur de division moindre pour l’ensemble de la communauté nationale.

32IX. Tous ces traits faisaient du caractère des Grecs l’idéal de toute existence humaine, pour autant qu’on peut affirmer qu’ils traçaient dans ses grandes lignes et de manière insurpassable la forme pure de la vocation de l’être humain, même si cette forme aurait pu, par la suite, être remplie autrement.

33Car comme on l’a dit précédemment, la vocation de l’être humain est toujours d’engendrer l’absolu à partir de lui-même, mais avec l’aide de l’universalité de phénomènes par lesquels l’absolu se révèle à chaque fois de manière particulière.

34Un rapport correct entre la réceptivité et l’activité propre, la fusion intime du sensible et du spirituel, la conservation de l’équilibre et de la justesse des proportions dans la somme de toutes les aspirations, la pratique de tout ramener à la vie réelle et agissante et la représentation individuelle de toute sublimité dans la masse entière des nations et de l’espèce humaine sont en quelque sorte les constituants formels de la vocation de l’être humain, et ceux-ci sont justement inscrits dans le caractère grec avec la précision de contours, la richesse de forme, la variété de mouvement, la puissance et la vivacité de couleurs les plus grandes qui soient.

35Mais il se trouve plus tard une manière de suivre un à un les éléments de cette aspiration en sa totalité à laquelle les Anciens, précisément, ne pouvaient qu’être étrangers, parce qu’ils recherchaient l’union aisée et heureuse, qu’une telle fragmentation contredit au moins en apparence et temporairement. L’absolu doit être sondé par la voie de l’abstraction, le réel doit être exploré par la voie de la science, les mœurs des hommes en société doivent être amenées par des moyens qui, à première vue, vont à l’encontre du développement de l’individu, vers des résultats plus grands et plus difficiles à atteindre.

36En cela, les Modernes peuvent surpasser les Anciens ; l’union qui suit la fragmentation, plus difficile, mais aussi plus grande que celle qui l’a précédée, peut rester réservée à la postérité, et c’est ainsi que les Grecs sont un modèle dont l’inaccessibilité incite à l’imitation au lieu d’en détourner.

37X. Ce caractère, esquissé seulement dans ses traits principaux et, pour que le portrait en reste indivis, volontairement rapide, était le même parmi tous les Grecs et dans toutes les exertions de l’esprit grec. Il n’y avait pas une multitude de directions divergentes, se limitant l’une l’autre ou s’unissant en un troisième élément, mais partout le même style et le même esprit. Ce qui, conformément à la spécificité de celui-ci, se distinguait de manière unilatérale était réprimé par ce qui lui était opposé, et une supériorité déterminait immédiatement aussi un manque. Dans la poésie domine le style de la sculpture ; la philosophie marche main dans la main avec la vie ; la religion s’imbrique dans cette dernière et dans l’art ; la vie publique et privée stabilise l’alliage du caractère, au lieu de le diviser et de le déchirer.

38L’opposé se trouve en nous. Car chez nous, le style et le caractère des Modernes et des Anciens, dont nous n’abandonnons aucun, étant même incapables de nous détacher des premiers, s’opposent éternellement et suscitent un clivage incessant non seulement entre nations et individus différents, mais au cœur même de l’individu, qu’il observe, ressente ou produise.

39Cet antagonisme, en soi littéralement insoluble, entre l’antique et le moderne requiert que nous lui consacrions ici quelques mots, d’autant plus qu’ainsi, les manques du caractère idéal des Grecs dépeint ici apparaîtront clairement.

40XI. La question suivante donne une notion très perceptible et très claire de la différence entre les deux : quels sont les domaines respectifs où les Grecs, d’une part, et les Modernes, d’autre part, sont restés inégalés ? Et la réponse est ici : la sculpture et la musique. Les Modernes n’ont jamais tenté d’ajouter quoi que ce fût à la sculpture des Anciens, seul Michel Ange s’est essayé, et peut-être sans s’en douter, à un nouveau style, et l’Antiquité n’a jamais connu la belle musique.

41Sans avoir continuellement à l’esprit l’excellence de ces deux arts, les époques antique et moderne restent toutes deux également inexplicables.

42XII. Puisque dans la sculpture, c’est la forme qui domine et dans la musique, le sentiment, le caractère général de ce qui est antique est d’être classique, et le caractère de ce qui est moderne, d’être romantique, le premier s’efforçant d’élargir le monde à l’infini à partir du cœur de l’homme, et le second, d’élargir le cœur de l’homme à l’infini à partir du monde.

43Ce qui est classique vit dans la lumière de la contemplation, relie l’individu à l’espèce et l’espèce à l’univers, cherche l’absolu dans la totalité du monde et résout dans l’idée de destin, par un équilibre général, l’antagonisme qui oppose l’individuel à l’absolu.

44Ce qui est romantique séjourne de préférence dans la pénombre du sentiment, sépare l’individu de l’espèce et l’espèce de l’univers, lutte pour atteindre l’absolu dans la profondeur du moi et ne connaît pour sortir de l’antagonisme qui oppose l’individuel à l’absolu que la voie du renoncement désespéré à toute conciliation ou celle de sa résolution parfaite, dans l’idée de la grâce et de la réconciliation par miracle.

45L’expression symbolique la plus élevée de chacun des deux se trouve dans le mythe et le christianisme.

46XIII. Mais de ces différences principales en découlent tant d’autres, du fait de leur application aux diverses circonstances de la vie, que finalement, rien ne reste sans clivage. La difficulté insurmontable issue de leur opposition s’étend même aux choses qui semblent aptes à relier les supériorités des deux époques. Ainsi, on devrait par exemple considérer la peinture, médiatrice entre la sculpture (dans la forme) et la musique (dans la couleur), comme tout particulièrement appropriée à notre temps. Mais l’impossibilité presque absolue de choisir une matière et un mode de traitement qui soient tout aussi étrangers au mythe qu’au christianisme nous prive sans cesse des supériorités du pôle opposé à celui vers lequel l’artiste s’est le plus tourné.

47Une véritable résolution de cette contradiction, une union vraie et proprement dite des lignées antique et moderne en une troisième est, même en faisant les concessions les plus larges à une perfectibilité infinie, impossible à concevoir.

48La seule conciliation possible réside dans le fait que ce qui est véritablement et non pas seulement (comme chez les Grecs) symboliquement le plus élevé n’est nullement déterminé à se représenter en totalité dans l’être d’un homme ou d’une nation, qu’il ne peut se manifester dans la réalité que partiellement, mais ne peut être contemplé et pressenti comme un tout que par la pensée, dans la profondeur de l’âme et par moments, en des instants heureux.

Notes

1 Comme on l’aura sans doute remarqué, il s’agit ici d’une comparaison en chiasme : l’esprit de l’Antiquité est à l’esprit de l’époque moderne ce que l’idéal est à la réalité. Humboldt développe cette comparaison dans l’Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques [S. M.].

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540