Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'hellénisme de Wilhelm Von Humboldt et ses prolongements européens

 | 
Sandrine Maufroy
, 
Michel Espagne

Seconde partie. Textes écrits sur l'Antiquité par Wilhelm von Humboldt

De l’étude de l’Antiquité, grecque en particulier

Texte intégral

1.

  • 1 W : Mieux : littérature classique ancienne. Ainsi l’histoire, par exemple, peut être une science a (...)

1L’étude des vestiges de l’Antiquité — littérature et œuvres d’art — présente une double utilité, matérielle et formelle. Une utilité matérielle, en procurant aux autres sciences la matière qu’elles retravaillent. En tant que telle, cette étude, et donc les sciences humanistes1, sont des sciences auxiliaires des autres, et cette utilité, aussi importante qu’elle puisse être en soi, leur est à proprement parler étrangère.

2.

  • 2 W : Ce que fait spécialement l’histoire externe de la littérature.

2L’utilité formelle peut à son tour être de deux sortes : premièrement, on peut observer les vestiges de l’Antiquité en eux-mêmes et comme des œuvres du genre dont ils relèvent, et donc diriger son regard exclusivement vers eux ; et deuxièmement, on peut les observer comme des œuvres de la période dont ils proviennent et porter son regard vers leur auteur2 (1). La première utilité est d’ordre esthétique ; elle est d’une grande importance, mais n’est pas la seule. On a souvent cru qu’elle était la seule, ce qui est la source de nombreux jugements erronés sur les Anciens.

3(1) Là encore, j’opère une distinction.

3.

4Quand on observe les vestiges de l’Antiquité en s’intéressant à leurs auteurs, on acquiert la connaissance des Anciens eux-mêmes, ou de l’humanité dans l’Antiquité. C’est ce point de vue qui sera exclusivement pris en compte dans les propositions qui suivent, d’une part à cause de son importance intrinsèque, d’autre part parce qu’on l’adopte assez rarement.

4.

5L’étude d’une nation présente simplement tous les avantages que l’histoire procure en général : par les exemples d’actions et d’événements qu’elle offre, elle étend la connaissance de l’homme, aiguise le jugement, élève et améliore le caractère. Mais elle fait davantage encore. Comme elle ne se contente pas de suivre le fil d’événements successifs, mais s’efforce au contraire de scruter l’état et la situation entière de cette nation, elle livre en quelque sorte une biographie de cette dernière.

5.

6Ce qui distingue une telle biographie, c’est principalement le fait que, en dressant un tableau d’ensemble de l’état politique, religieux et domestique de la nation, on déploie le caractère de celle-ci sous tous ses aspects, et dans toute sa cohérence, on examine en détail non seulement les relations réciproques que ses traits de caractère particuliers entretiennent les uns avec les autres, mais aussi leurs rapports avec les circonstances extérieures, causes ou conséquences ; et les avantages liés à cette caractéristique distinctive d’une telle étude sont l’objet exclusif de mon propos, tous les autres, qui sont plus souvent évoqués, étant passés sous silence.

6.

7On considère ordinairement que la connaissance de l’homme est nécessaire seulement pour le commerce avec autrui, et l’on nomme ordinairement connaissance de l’homme le fait d’avoir observé un grand nombre d’êtres humains individuels et d’avoir acquis par là de l’habileté à deviner leurs intentions intérieures d’après leurs actions extérieures et, inversement, à les déterminer à des actions par des motivations qu’on leur donne artificiellement ; dans une certaine acception politique du terme, l’un et l’autre peuvent être vrais. Mais au sens philosophique, la connaissance de l’homme — connaissance de l’être humain en général comme des individus réels pris un par un — ne peut pas signifier autre chose que la connaissance des diverses forces intellectuelles, affectives et morales de l’être humain, des modifications qu’elles acquièrent l’une par l’autre, des types possibles de leurs rapports corrects et incorrects, de la relation que les circonstances extérieures ont avec elles, de l’effet que celles-ci doivent inévitablement produire dans une disposition d’esprit donnée, et des effets qu’elles ne peuvent jamais produire, bref des lois qui déterminent la nécessité des transformations effectuées de l’intérieur et la possibilité de celles qui sont effectuées de l’extérieur. Cette connaissance est, ou plutôt le fait d’y aspirer — car ici, il est seulement possible d’y aspirer — conduit vers la vraie connaissance de l’homme, et ceci est (à une différence près : le degré d’extension et d’intensité) indispensable à tout être humain en tant que tel, fût-il même totalement isolé des autres hommes.

7.

8Tout d’abord — pour commencer par le plus facile — pour l’homme qui agit, auquel j’opposerai ensuite celui qui s’occupe uniquement d’idées, puis de même, à tous deux, celui qui se consacre aux jouissances de la vie. Toute vie pratique, des relations qu’on entretient dans la société la plus insignifiante jusqu’au gouvernement de l’État le plus grand, se rapporte plus ou moins directement à l’être humain ; et qui est vraiment conscient de sa dignité morale n’oubliera en aucune de ces circonstances le but suprême de toute moralité, qui est l’ennoblissement et la formation croissante de l’être humain. Pour cela, cette connaissance lui est indispensable, d’une part afin de servir ce but, et d’autre part, dans le cas où son activité est si hétérogène (même s’il peut en exister de très estimables de cette sorte) qu’elle lui impose nécessairement des limitations à certains égards, afin que ces limitations restent cependant toujours aussi réduites que possible. Elle lui enseigne ainsi ce que moralement, il a le droit d’entreprendre, et ce que politiquement, il peut entreprendre avec succès, et dirige ainsi son entendement. — Mais aussi, en second lieu, sa volonté, car elle seule engendre la vraie estime pour l’être humain. Toutes les imperfections peuvent être ramenées à des rapports disproportionnés entre les forces. En montrant l’ensemble, cette connaissance a pour effet de supprimer en quelque sorte ces disproportions, et de faire apparaître à la fois la nécessité qui les a produites et la possibilité de les corriger, de sorte que l’individu considéré précédemment de manière unilatérale est comme élevé à une classe supérieure par cette vision d’ensemble panoramique.

8.

9Qui s’occupe d’idées est — puisque je peux m’épargner ici la précision des divisions logiques — historien au sens le plus large du terme, ou philosophe, ou artiste. C’est peut-être l’historien, dans la mesure où je fais abstraction de l’historien au sens le plus propre du terme (celui qui décrit les hommes et leurs actions) qui a le moins besoin de cette connaissance. Cependant, si même le chercheur qui étudie la partie de la nature la moins douée de similitude avec l’homme ne veut pas seulement énumérer les phénomènes externes, mais aussi déceler leur structure interne, il lui est absolument impossible de se passer totalement de la connaissance de l’homme. Car non seulement toutes nos idées d’organisation proviennent à l’origine de l’être humain ; mais il règne aussi dans toute la nature une analogie des formes externes comme de la structure interne. La manière dont l’organisation de la nature inanimée est constituée ne peut donc pas non plus être pénétrée sans connaissance physiologique de l’être humain, et celle-ci est à son tour impossible sans connaissance psychologique ; et inversement, à mesure que s’accroît cette dernière, on pénètre avec plus d’acuité la première, quoiqu’à un degré souvent très faible. Enfin, je dois faire remarquer que j’omets ici totalement de considérer la cohérence de la nature dans son ensemble, et la relation que la nature inanimée entretient avec celle de l’homme — qu’aucun grand connaisseur de la nature ne négligera — de même que mon intention générale est de tenter seulement d’éclairer d’un jour plus limpide ce qui est en soi moins clair.

9.

10Fidèle à ce principe, je ne m’arrête, en ce qui concerne le philosophe, que sur le métaphysicien le plus abstrait. Mais s’il doit lui aussi mesurer toute la faculté de connaître, si de plus, pour passer de la sphère des phénomènes à celle des êtres véritables, il n’y a pas d’autre chemin que celui de la raison pratique, si seules la liberté et la nécessité d’une loi qui s’impose de manière générale peuvent conduire à des preuves des principes les plus importants, suprasensibles, alors l’observation la plus variée des forces humaines mêlées à des degrés toujours divers ne peut que faciliter considérablement cette activité aussi, et montrer le plus sûrement ce qui est général et qui se conserve à l’identique dans tous les mélanges.

10.

  • 3 D : Les génies artistiques et poétiques comme Shakespeare, Ossian, Homère et tant d’autres n’étaie (...)

11Le but unique de l’artiste est la beauté. La beauté est le plaisir général, nécessaire et pur que l’on prend à un objet sans concept. Un plaisir qui ne peut pas être suscité de force par la conviction et qui doit pourtant s’imposer, qui doit être général, et dont l’objet ne charme pas par son concept, doit nécessairement se rapporter à la disposition d’esprit totale de celui qui le ressent, dans sa plus grande individualité, comme le montre déjà la diversité infinie des jugements de goût. Qui veut produire ce plaisir doit donc avoir en quelque sorte identifié son propre être avec les êtres les plus raffinés et les plus divers, et comment cela serait-il possible sans étude approfondie et assidue3 ? — Même abstraction faite de cette remarque, qui fournit certes une preuve générale, mais est aussi relativement abstraite, l’artiste fait en quelque sorte partie de la classe des hommes pratiques et a d’autant plus besoin de tout ce qui est indispensable à ces derniers qu’il agit directement sur ce qu’il y a de plus élevé et de plus noble. Ainsi, c’est non seulement pour agir moralement en tant qu’être humain, mais aussi avec succès en tant qu’artiste, qu’il doit connaître profondément l’objet sur lequel il agit. — Enfin, ce qu’il fait consiste soit à exprimer soit à dépeindre. Cela se rapporte dans le premier cas uniquement et directement, et dans le second cas (puisqu’autrement on ne comprendrait pas ce qu’il dépeint) indirectement à la sensibilité, et cette dernière — et en général l’homme en tant qu’il ressent des émotions — reste donc toujours son sujet d’étude principal.

11.

  • 4 D : Le goût du connaisseur d’art à la pensée profonde et investigatrice est plus fin et plus sûr q (...)

12Enfin il n’y aurait à proprement parler rien à dire de celui qui se consacre aux jouissances de la vie, puisque les caprices de la jouissance n’admettent aucune règle. Mais je me place ici, ainsi qu’il convient, non pas exactement dans la situation des êtres humains les plus nobles, mais dans celle de tout être humain dans ses moments les plus nobles. Or dans ces moments, les joies de l’espèce la plus élevée sont celles que l’on acquiert de soi-même et grâce à autrui par l’observation de soi-même, par le commerce avec les autres dans toutes ses nuances, par l’amitié, par l’amour. Plus elles sont élevées, plus elles sont rapidement détruites en l’absence de compréhension aiguë de l’être véritable d’autrui et de soi-même4. Mais une telle compréhension n’est jamais possible sans étude approfondie de l’homme en général. — À ces joies viennent s’associer à juste titre celles que procure la jouissance esthétique des œuvres de la nature et de l’art. Celles-ci produisent leur effet principalement par les émotions qu’elles suscitent, et qui sont éveillées par les formes extérieures comme par des symboles. Or plus l’étude de l’homme a fourni de visions vivantes d’émotions humaines possibles, plus l’âme est réceptive à un grand nombre de formes extérieures. — Puisque j’ai déjà évoqué précédemment la jouissance qui tire sa source de l’activité propre en traitant de cette activité même (§7-10), il ne me reste plus à parler que de la jouissance sensible. Mais celle-ci aussi se démultiplie, s’élève et se raffine à mesure que l’imagination lui associe le riche spectacle de la variété qu’elle peut acquérir en fonction des différences individuelles de ceux qui la ressentent, et à mesure qu’elle réunit ainsi en quelque sorte plusieurs individus en un. — Enfin, par une telle vision, le sentiment du malheur réel diminue aussi. La souffrance, comme le vice, n’est à proprement parler que partielle. Qui a l’ensemble devant les yeux voit qu’il élève là-bas quand il abat ici.

12.

  • 5 S : Ce que l’expérience nous donne sans cesse l’occasion de remarquer ne vaudrait-il pas aussi à p (...)

13Jusqu’à présent, je me suis appliqué à considérer l’homme en le divisant en énergies particulières. Mais même si la connaissance dont je parle ici ne se montrait indispensable en aucune d’elles, elle prouverait justement sa valeur par le fait qu’elle est particulièrement nécessaire pour unir les aspirations particulières en un seul tout et, précisément, en l’unité du but le plus noble, la formation la plus élevée, la mieux proportionnée de l’homme5. Car occuper des aspects particuliers de la force a aisément pour effet de diminuer l’attention que l’on porte à l’utilité de cette occupation, en tant qu’énergie, et d’augmenter excessivement celle qu’on porte à l’utilité de ce qui est produit, en tant qu’ergon, et seule la contemplation fréquente de l’homme dans la beauté de son unité ramène le regard distrait vers la vraie fin à viser.

13.

  • 6 D : Pour le professeur qui enseigne les sciences humanistes, un Wolf, un Ernesti, etc., cette étud (...)
  • 7 D : Si tous les angles sont arrondis tout deviendra lisse, rond et uniforme. En cela, l’art de la (...)

14Ainsi cette connaissance, quand elle est acquise, agit comme un matériau ; mais tout aussi salutaire, et peut-être encore plus salutaire, est l’action exercée par ce qui est comme sa forme, la manière de l’acquérir. Pour saisir dans son unité le caractère d’un être humain, et plus encore celui d’une nation, dont la pluralité est encore plus grande, il faut se mettre soi-même en mouvement en réunissant ses forces6. Celui qui s’emploie à comprendre doit toujours se rendre d’une certaine manière semblable à ce qu’il veut comprendre. Il en résulte donc plus d’exercice dans la tension équilibrée de toutes les forces, un exercice qui excelle tant à former l’homme. — Qui s’occupe avec assiduité de cette étude saisit en outre une variété infinie de formes, et c’est ainsi que s’arrondissent en quelque sorte les angles de la sienne propre7, et celle-ci, unie à celles qui viennent de l’extérieur, en engendre toujours et sans fin de nouvelles. — Ainsi, c’est justement ce qui rendrait toute autre connaissance déficiente qui fait que la connaissance de l’homme est salutaire : que, sans pouvoir jamais être totalement atteinte, elle contraint à une étude incessante ; et c’est ainsi que l’humanité la plus élevée s’atteint par l’étude la plus approfondie de l’homme.

14.

15L’étude considérée jusqu’ici, celle de l’être humain en général à partir du caractère d’une nation individuelle, en se fondant sur les monuments qu’elle a laissés, peut certes être menée jusqu’à un certain point sur n’importe quelle nation, mais elle pourra être conduite particulièrement loin en fonction des quatre facteurs suivants :

  • 8 D : Ne serait-il pas vrai que chacun doive étudier tout spécialement la nation sur laquelle il veu (...)

161) selon que les vestiges qui nous restent d’une nation sont un décalque fidèle de son esprit et de son caractère, ou non. Tout produit de la science ou de l’art a sa perfection propre, déterminée par sa nature et en quelque sorte objective, idéale8 ; toutefois, même lorsqu’on s’approche le plus de cette perfection, l’individualité de l’esprit qui le crée ne s’y imprime que plus ou moins ; mais elle le fait surtout là où la recherche de cette perfection est la moins intentionnelle. C’est pourquoi la valeur objective et l’individualité d’un produit de l’esprit sont souvent inversement proportionnelles. Cette différence se remarque le plus nettement dans les produits de l’esprit proprement dits, moins dans les arts, et parmi ceux-ci plus dans les arts fondés sur l’énergie (musique, danse) que dans les arts plastiques (peinture, sculpture).

15.

  • 9 S : nécessiterait encore une explication plus précise. La pluralité ne peut pas être déniée à une (...)

172) selon que le caractère d’une nation possède pluralité et unité — ce qui est au fond la même chose9. La grandeur et la beauté de traits de caractère isolés et l’observation de ces derniers ont incontestablement leur utilité, mais celle-ci ne rentre pas dans notre propos. L’étude de l’être humain en général à partir d’un exemple particulier requiert la variété des divers aspects de son caractère, et l’unité de leur liaison en un tout.

16.

183) selon qu’une nation possède une plus ou moins grande variété de formes diverses. Ce qui importe donc ici, encore une fois, ce n’est pas tant que la nation dont l’étude doit procurer cette utilité se trouve à un degré particulièrement élevé de formation ou de moralité, mais bien plus qu’elle soit douée d’une sensitivité extérieure et d’une mobilité intérieure assez grandes pour être réceptive à une grande richesse de formes.

17.

  • 10 W : Indiens, Chinois.

194) selon que le caractère d’une nation est tel qu’il se rapproche le plus du caractère de l’homme en général, lequel, dans quelque situation que ce soit, abstraction faite des différences individuelles, peut et devrait être présent. Il suffit d’une comparaison superficielle pour faire apparaître des différences de ce type entre nations ; il y a des nations qui ont une formation si locale que leur étude est plus l’étude d’une espèce particulière d’êtres humains que celle de la nature humaine en général10, et des nations en lesquelles, à l’opposé, c’est principalement cette nature humaine qui s’exprime. Ce dont je parle peut avoir deux raisons, premièrement le manque d’individualité, l’inconsistance, deuxièmement la simplicité de caractère. Seule cette dernière est salutaire. — L’étude de l’être humain tirerait le plus grand profit de l’étude et de la comparaison de toutes les nations de tous les pays et de tous les temps. Mais outre l’immensité d’une telle étude, ce qui importe est plus le degré d’intensité dans l’étude d’une nation donnée que le degré d’extension dans celle d’une multitude de nations. Ainsi, s’il est recommandé de s’arrêter sur une ou quelques-unes d’entre elles, il est bon de choisir celles qui en représentent en quelque sorte plusieurs autres.

18.

  • 11 D : L’histoire contient des indices sûrs montrant que les Tyriens ont fait des Grecs sauvages des (...)
  • 12 D : En cela, la littérature grecque n’a, me semble-t-il, pas de supériorité particulière ; car tou (...)

20Suivant ces quatre facteurs, les nations antiques sont celles dont l’étude procure le plus abondamment l’utilité dont il est exclusivement question ici, celle de la connaissance et de l’éducation de l’être humain : je vais m’efforcer de le montrer dans ce qui suit. — Ce sont exclusivement les Grecs que je nomme ici antiques, et parmi eux, souvent exclusivement les Athéniens. Si les raisons de ce choix ne se découvrent pas d’elles-mêmes dans la suite du raisonnement, j’en toucherai encore un mot un peu plus loin. — 1er facteur. (14) Les vestiges des Grecs portent en eux les traces les plus nombreuses de l’individualité de leurs auteurs. Les plus importants sont les vestiges littéraires. En eux, c’est d’abord la langue qui attire l’attention de l’observateur. Dans une langue, des divergences par rapport à l’individualité des locuteurs apparaissent principalement pour les trois raisons suivantes : 1) l’emprunt de mots ou de locutions à des langues étrangères ; 2) le besoin de désigner des concepts totalement généraux et abstraits auxquels les mots existants se prêtent mal, en employant des expressions soit totalement nouvelles, soit transposées de force — et dans ce cas, moins un peuple possède l’imagination sensitive et créative qui permet de comprendre le concept abstrait sous une image sensible puisée dans la réserve dont il dispose déjà, plus la divergence de la nouvelle expression est grande ; 3) la réflexion sur la nature du langage en général, et l’analogie de sa propre langue en particulier, d’où résultent, principalement dans la syntaxe et la grammaire en général, de nombreuses modifications de ce qui a été introduit par l’usage et qui est lié assez étroitement à l’individualité de la situation des locuteurs. Or les Grecs n’avaient la connaissance générale et intime d’absolument aucun peuple d’une culture relativement élevée qui leur fût antérieur ou voisin11 ; dans leur langue, il n’y a donc d’étranger que des mots, eux-mêmes en nombre seulement insignifiant par rapport à l’ensemble — on ne trouve du moins pas de trace nette de flexions ni de constructions étrangères. La première raison disparaît donc. Mais il en va de même des deux autres raisons, car en comparaison de la langue, très précocement formée, ce n’est que très tardivement qu’une philosophie un peu déterminée vit le jour, et l’apparition d’une philosophie de la langue fut encore plus tardive12 ; et en ce qui concerne en particulier la deuxième raison, il serait difficile de trouver un peuple ayant autant d’imagination que les Grecs pour créer des expressions métaphoriques. — Des exemples particuliers ayant trait à la formation des mots, aux flexions et aux liaisons de mots pourraient montrer ici combien la langue des Grecs concorde avec leur caractère.

19.

  • 13 D : L’historien grec le plus ancien est Hérodote, qui a cherché à comprendre toutes les réalités d (...)
  • 14 D : Nos anciennes chroniques et nos écrivains du Moyen Âge sont encore bien plus riches en détails (...)

21Quant aux produits de l’esprit eux-mêmes, ce sont l’histoire, la poésie (sous laquelle je range ici l’art en général) et la philosophie. — L’histoire est en grande partie grecque, et même là où elle ne l’est pas, les historiens grecs les plus anciens sont encore trop peu habitués à comparer plusieurs peuples13 et à distinguer le propre de l’étranger, et aussi trop occupés par tout ce qui concerne leur patrie, pour ne pas laisser très souvent transparaître le Grec. Mais dans l’histoire grecque elle-même, plusieurs circonstances conjointes, au nombre desquelles je compte principalement l’influence plus grande de personnes individuelles dans les affaires publiques, la liaison de la situation religieuse avec la situation politique, et de la situation domestique avec la situation religieuse14, mais aussi les dimensions restreintes de cette histoire elle-même, qui permettaient d’entrer plus loin dans les détails, et enfin les idées définissant ce qui est remarquable et important, qui étaient restées à un stade plus infantile, font que l’histoire ancienne contient infiniment plus de peintures de caractères et de mœurs que la moderne.

20.

  • 15 D : Les Grecs avaient très vraisemblablement des modèles égyptiens devant eux ; lesquels ont appor (...)
  • 16 D : D’une manière générale, je suis convaincu comme l’auteur que pour ce qui est des beaux-arts, d (...)

22Si la poésie et l’histoire doivent être dissociées, cela suppose des idées déjà relativement déterminées concernant la possibilité et l’impossibilité, la vraisemblance et l’invraisemblance : en un mot, cela suppose la critique. Celle-ci ne fut acquise que tardivement par les Grecs, et, tout particulièrement parce que leurs fables avaient partie liée avec la religion et la fierté nationale, plus tard qu’on aurait pu s’y attendre. La poésie et l’histoire sont donc restées très longtemps totalement non dissociées, et quand elles se sont vraiment séparées davantage l’une de l’autre, l’artiste, qui ne travaillait pas tant pour les connaisseurs et les dilettantes des beaux-arts que pour un peuple qui dans l’œuvre d’art, voulait voir non seulement l’art, mais aussi lui-même et sa propre gloire, n’avait pas le loisir de s’éloigner de ce qui pouvait faire impression sur ce peuple et était donc étroitement apparenté à son individualité. D’ailleurs, comment l’artiste aurait-il pu apporter de réelles modifications à la fable sans que celles-ci devinssent à leur tour éminemment grecques, puisqu’il n’avait aucun modèle étranger devant lui15, et que même la théorie des arts proprement dite ne vit le jour que plus tard ? — En outre, chez les Grecs, tous les genres poétiques principaux — épique, tragique, lyrique — avaient leur source dans les mœurs et les institutions publiques, banquets, fêtes, sacrifices, et ils conservèrent ainsi jusqu’aux époques les plus tardives quelque chose de cette origine historique, et non à proprement parler esthétique16.

21.

  • 17 D : En philosophie aussi, les Grecs ont emprunté beaucoup aux Égyptiens ; ainsi que Brucker et d’a (...)

23La philosophie devait porter le minimum de traces de la spécificité de celui qui philosophait. Mais chez les Grecs, la philosophie pratique laissait toujours fortement apparaître le Grec, et la philosophie spéculative le fit aussi au moins pendant très longtemps17.

24Coup d’œil symétrique sur les nations modernes. — Leur langue (18), grandement transformée par les emprunts étrangers et la philosophie. — Chez eux, même l’histoire de la patrie (19), à cause de leur familiarité avec toutes les époques et toutes les régions de la terre, et pour d’autres raisons convergentes, racontée de manière moins individuelle. — Leur poésie (20), presque entièrement prise à une mythologie étrangère, et formée d’après des théories objectives générales. — Leur philosophie (21), abstraite et générale.

22.

  • 18 S : Très certainement, parce que les nations cultivées (savantes) se déterminent par des règles, q (...)

252e facteur. Le Grec, durant la période où, pour la première fois, nous avons de lui une connaissance assez complète, se trouve encore à un stade de culture très bas. Dans cette situation, comme les besoins et les moyens de satisfaction ne sont que peu nombreux, on accorde toujours beaucoup plus de soin au développement des forces personnelles qu’à la préparation et à l’utilisation de choses. Le manque de ces ressources auxiliaires rend aussi le développement en question plus nécessaire. Comme il n’y a encore nul motif d’employer certaines facultés plus que d’autres, puisque l’être humain ne fait que suivre le cours de la nature, il s’ensuit que lorsqu’il devient actif ou passif, tout son être est uni dans l’activité, d’autant plus que c’est surtout par les sens qu’il est affecté, et que ce sont justement ceux-ci qui saisissent l’être entier avec le plus de force. Chez les nations qui se trouvent à un stade de culture inférieur, le développement de la personnalité dans sa totalité est donc relativement plus poussé que chez les nations qui ont atteint un stade supérieur18.

  • 19 S : Ce paragraphe requiert et mérite des explications. Il sera aussi nécessaire de déterminer quan (...)

2319.

  • 20 S : La culture des Grecs était seulement esthétique et c’est de là, je pense, qu’il faudrait parti (...)

26Mais chez les Grecs, on constate un double phénomène très singulier et peut-être unique dans l’histoire. Lorsqu’ils présentaient encore beaucoup de traces de la rudesse des nations débutantes, ils possédaient déjà une réceptivité extrême à toutes les beautés de la nature et de l’art, un tact raffiné et un goût sûr, non de la critique, mais de la sensibilité, et même s’il se trouve des instances qui parlent contre ce tact et ce goût, du moins cette sensitivité et cette réceptivité sont-elles indéniables ; et inversement, lorsque la culture s’était déjà élevée à un très haut degré, il se conserva pourtant dans leur tournure d’esprit et dans leur goût une simplicité que l’on ne rencontre ordinairement que dans la jeunesse des nations20. Ce n’est pas ici le lieu d’en développer les causes. Il suffit de constater le phénomène. Dans ses premiers balbutiements, le Grec fait preuve de raffinement et de justesse de sentiment ; et dans sa maturité, il ne perd pas complètement la simplicité d’esprit enfantine du début. Ici réside, me semble-t-il, une grande partie de ce qui est proprement caractéristique de cette nation.

24.

  • 21 [sur l’ensemble du paragraphe] D : Ce passage tout à fait excellent est marqué par tant de délicat (...)

27À la sensitivité particulière des Grecs à l’égard de la beauté (23) s’associait la grande attention que toutes les nations peu cultivées accordent habituellement au développement des forces personnelles, en particulier corporelles (22), ainsi que la tendance à la sensualité, qui était particulièrement effective sous le climat grec : d’où le soin qu’ils mettaient à donner au corps une formation qui lui permît d’acquérir force et agilité, conséquence d’autant plus nécessaire que la situation extérieure rendait elle aussi ces deux qualités indispensables, et que là où le sens de la beauté se laisse aisément stimuler, l’expression de ces qualités dans l’aspect extérieur de l’éducation suscite estime et amour. Mais même lorsque la culture se fut élevée très haut et qu’elle eut depuis longtemps relégué au second plan l’estime toute particulière que l’on avait pour la force corporelle, les Grecs continuèrent toujours d’accorder plus de soin que tout autre peuple à la formation de la force, de l’agilité et de la beauté corporelles. Or lorsque les concepts généraux et abstraits sont encore rares et que la réceptivité au beau prédomine si fortement, il est naturellement inévitable que l’on commence par se représenter aussi sous cette forme les qualités qui relèvent seulement de l’esprit, et dans une âme grecque, la beauté du corps et la beauté de l’esprit se fondaient si délicatement l’une dans l’autre qu’aujourd’hui encore, les fruits de cette fusion, par exemple les raisonnements sur l’amour développés dans Platon, procurent un plaisir véritablement délectable. Mais bien que cette disposition, portée à un tel degré, ne fût qu’individuelle et singulière, on peut toutefois établir ni plus ni moins comme fait historique qu’en Grèce, on apportait un très grand soin à l’éducation du corps et de l’esprit, en se laissant guider principalement par des idées de beauté21.

25.

28S’il est une représentation de la perfection humaine qui soit susceptible de produire pluralité et unité, ce ne peut être que celle qui part du concept de beauté et de la représentation qu’on se fait de la beauté sensible. D’après ce type de représentation, la juste proportion des différents aspects de son caractère ne doit pas plus manquer à l’homme moral que la juste proportion de ses parties à un tableau ou à une belle statue ; et lorsque, comme le Grec, on est nourri de la beauté des formes et qu’on a autant d’enthousiasme que lui pour la beauté, et en particulier pour la beauté sensible, on finit nécessairement par posséder un sens aussi fin de la disproportion morale que de la disproportion physique. De tout ce qui a été dit découle indéniablement une forte tendance des Grecs à former l’être humain dans la pluralité et l’unité les plus grandes possible.

  • 22 [sur tout le paragraphe] D : Ce beau passage très instructif pour moi prouve que pour ce qui est d (...)

29Je dois remarquer ici — et ici précisément, parce que c’est ici que s’élèvera le plus aisément l’objection que cette remarque doit devancer — qu’il est certes tout à fait impossible que ce qui a été dit du caractère des Grecs soit littéralement vrai de toute une nation en chacun de ses individus particuliers. Mais il est toutefois assuré qu’il existait vraiment des individus ayant une telle disposition d’esprit, que non seulement il s’en trouvait plus fréquemment qu’ailleurs, mais que des nuances de cette disposition d’esprit, pour ainsi dire, étaient dispersées dans toute la nation, et que les écrivains, spécialement les poètes et les philosophes — en quelque sorte le décalque de l’esprit de la plus noble partie de la nation — conduisent tout particulièrement vers de tels caractères ; et cela suffit pour que le but pour lequel l’étude des Anciens est recommandée ici puisse être atteint22.

26.

  • 23 S : Il est cependant étrange que l’esclavage au Moyen Âge ne présente pas une seule trace d’une in (...)
  • 24 D : Cette remarque me semble prêter à bon nombre d’objections : les esclaves aussi se consacraient (...)

30Le soin que l’on portait à la formation — et à ce type précis de formation — de l’homme était encore favorisé par d’autres circonstances, dont le fondement résidait dans la situation extérieure des Grecs. Parmi elles, je range principalement les suivantes : 1) l’esclavage. Celui-ci dispensait l’homme libre d’une grande partie des travaux dont la réussite exige l’exercice unilatéral du corps et de l’esprit — habiletés mécaniques23. Il avait dès lors le loisir de former [sic, S.M.] son temps pour la formation de son corps par la gymnastique, pour celle de son esprit par les arts et les sciences, pour celle de son caractère en général par la participation active à la constitution de l’État, le commerce avec autrui et la réflexion personnelle. — De plus, la représentation des privilèges qui le distinguaient de l’esclave élevait aussi l’homme libre, qui pensait ne pas les devoir seulement à la chance, et estimait — à raison, vu l’abaissement des esclaves, certes dû à leur état24 — y avoir droit en vertu d’une sublimité personnelle ; et qui les acquérait aussi en partie, comme dans le cas de la défense de la patrie, au prix de dangers et de maux que l’esclave ne partageait pas avec lui. — La conjonction de tous ces éléments explique la formation de cette libéralité d’esprit qu’aucun autre peuple ne possède non plus à un si haut degré, c’est-à-dire cette prédominance, dans l’âme, de traits de mentalité nobles, grands, vraiment dignes d’un homme libre, et son expression vivante dans la prestance de l’éducation et la grâce des mouvements du corps.

27.

  • 25 S : Il n’y avait pas chez les Grecs de mérite dominant. La moindre virtuosité s’attirait des homma (...)

312) la forme de gouvernement et l’organisation politique en général. La seule forme de gouvernement qui fût à proprement parler légale en Grèce était la constitution républicaine, à laquelle chaque citoyen pouvait plus ou moins prendre part. Qui souhaitait imposer quelque chose devait donc, puisqu’il ne pouvait pas recourir à la force, employer la persuasion. L’étude des êtres humains et la capacité à s’adapter à eux, la souplesse de caractère, lui étaient donc indispensables. Mais le peuple, à l’éducation souvent extrêmement raffinée, réclamait encore plus. Il ne cédait pas seulement à la puissance ou à la nature des arguments, il considérait aussi la forme, l’éloquence, la voix, le maintien. Il ne restait donc presque aucun aspect que l’homme d’État pût négliger impunément. De plus, l’administration de l’État ne nécessitait pas encore de larges domaines de connaissances distincts ni des talents de ce type. Ses différentes parties n’étaient pas encore à ce point séparées que l’on se fût consacré exclusivement à l’une d’elles durant toute sa vie. Les mêmes qualités qui faisaient du Grec un être humain plein de grandeur faisaient aussi de lui un grand homme d’État25. C’est ainsi qu’en prenant part aux affaires de l’État, il ne faisait que continuer à se former de manière toujours plus élevée et plurielle.

28.

  • 26 S : non seulement accessible aux sens, mais la fille la plus libre de l’imagination. Il n’y avait (...)

323) la religion. Elle était entièrement accessible aux sens26, favorisait tous les arts, et par sa relation précise avec la constitution de l’État, elle les élevait à une dignité supérieure et les rendait encore plus indispensables. Par là, non seulement elle nourrissait le sentiment de la beauté dont j’ai parlé plus haut (24), mais elle le rendait aussi plus général, puisque le peuple tout entier prenait part à ses cérémonies, que les arts accompagnaient toujours. Or puisque, comme j’ai tenté de le montrer précédemment (25), ce sentiment de la beauté favorisait la formation correcte et équilibrée de l’être humain, la religion contribuait éminemment, de manière indirecte, à cette formation.

29.

334) la fierté nationale. En général, les Grecs possédaient un haut degré de vitalité et de sensitivité, mais ces qualités s’exprimaient avec une force toute particulière dans leur sentiment de l’honneur et de la gloire posthume, et, vu la relation étroite du citoyen avec l’État, dans leur sens de l’honneur de la nation. Or puisque la valeur de la nation reposait sur la valeur de ses citoyens et que c’était de cette dernière que dépendaient tout particulièrement leurs victoires en temps de guerre et leur prospérité en temps de paix, cette fierté nationale redoublait l’attention qu’ils portaient au développement de la valeur personnelle. — En outre, la nation s’appropriait pour sa gloire tout mérite ou talent de chacun de ses citoyens. La nation prenait donc sous sa protection chacun de ces mérites ou talents, ce qui leur donnait une nouvelle raison de tenir les arts et les sciences en estime.

30.

  • 27 D : Très important.
  • 28 D : Cette belle remarque peut aussi s’appliquer dans une certaine mesure, me semble-t-il, à l’Alle (...)

345) la division de la Grèce en une multitude de petits États27. Lorsqu’un peuple existe seul et pour lui-même, le développement de ses forces prend le chemin que doit prendre une force particulière. Celle-ci s’accroît en elle-même, et quand elle a atteint un certain niveau, elle dégénère en quelque chose d’autre. Mais c’est toujours en elle seule que les produits de cette dégénérescence ont leur motivation, et ceci va toujours de pair — les différences n’étant que de degré — avec une certaine unilatéralité. Mais en Grèce, du fait de la communauté mutuelle des diverses nations, qui se trouvaient presque toutes à des degrés de culture divers et possédaient des types de formation très divers, beaucoup de choses se transmettaient d’une nation à l’autre, et même si, vu la manière dont les nations antiques étaient organisées, les éléments étrangers ne pouvaient y entrer que difficilement, il s’en transmettait cependant toujours plus que si chacune d’elles avait mené une existence isolée. C’est ce qui arrivait d’autant plus que malgré tout, elles étaient toutes grecques, et donc semblables les unes aux autres quant à la prédisposition originelle de leur caractère, ce qui facilitait la transmission des mœurs de l’une à l’autre. — Bien plus, même lorsque celle-ci n’avait pas lieu, le simple fait d’exister les unes à côté des autres et leur rivalité mutuelle interdisaient à chacune de négliger les qualités qui pouvaient en amener une autre à la surpasser, et cette rivalité activait à tout le moins les forces de chacune28.

31.

353e facteur. (16) Certes, chez les Anciens, de nombreuses causes convergeaient pour produire des caractères nationaux très prononcés, et donc moins de diversité de caractère et de formation entre les citoyens individuels, et de ce point de vue, il régnait parmi eux une variété relativement plus réduite que chez les Modernes. Mais d’un autre côté, les nations à la formation plus scientifique constituaient une exception de taille, et deux circonstances venaient en outre concourir à leur tour à favoriser cette variété, peut-être d’autant plus que celle-ci souffrait du premier point de vue. 1) l’imagination du Grec était si sensible aux stimulations extérieures et lui-même était si mobile en soi qu’il n’était pas seulement hautement réceptif à toutes les impressions, mais permettait aussi à chacune d’elle d’exercer une grande influence sur sa formation, influence qui donnait pour le moins une forme modifiée à celle qui lui était particulière.

32.

362) la religion n’exerçait absolument aucune domination sur la foi et les convictions, mais se bornait à des cérémonies, que chaque citoyen considérait toujours en même temps d’un point de vue politique ; et les idées concernant la moralité n’enchaînaient pas non plus les esprits, puisque celle-ci ne se limitait pas à des vertus et à des vices particuliers correspondant chaque fois à un certain degré d’utilité ou de nocivité évalué de manière unilatérale, mais qu’elle était au contraire déterminée en général d’après des idées de beauté et de libéralité.

33.

  • 29 D : Ce passage contient la vérité très féconde qu’à l’époque moderne, on porte beaucoup trop peu d (...)
  • 30 W : Sans parler des supériorités scientifiques des Grecs ! !

374e facteur. (17) Un trait éminemment distinctif du caractère grec est, comme on l’a remarqué plus haut (23), que le sentiment et l’imagination avaient atteint un niveau peu commun à une période de la culture encore très reculée, et que la simplicité et la naïveté enfantines s’étaient préservées de manière relativement fidèle à une période déjà assez tardive29. Dans le caractère grec se montre donc la plupart du temps le caractère originel de l’humanité en général, à ceci près qu’il est doté d’un degré de raffinement peut-être insurpassable ; et tout particulièrement, l’être humain représenté par les écrivains grecs se compose exclusivement de traits de simplicité, de grandeur et — du moins considéré de certains points de vue — toujours de beauté extrêmes. L’étude d’un tel caractère ne peut qu’avoir un effet généralement salutaire sur l’éducation de l’être humain, dans toutes les situations et à toutes les époques, puisqu’il constitue en quelque sorte le fondement du caractère humain30. Mais c’est surtout à une époque où pour tout un ensemble d’innombrables causes, on attache plus d’attention aux choses qu’aux hommes, et plus aux masses qu’aux individus, plus à la valeur et à l’utilité extérieures qu’à la beauté et au plaisir intérieurs, et où une culture élevée et variée a grandement détourné les hommes de la simplicité première, qu’il doit nécessairement être salutaire de reporter son regard sur des nations où la situation était presque totalement à l’inverse.

34.

  • 31 D : excellent, et très juste.

38Un deuxième trait éminemment caractéristique des Grecs est la formation poussée du sentiment de la beauté et du goût, et en particulier sa diffusion générale dans l’ensemble de la nation, dont quantité d’exemples peuvent être énumérés31. Or aucun type de formation n’est aussi indispensable à toutes les époques et dans toutes les régions de la terre que celle-ci précisément, qui est la première à rassembler pour ainsi dire en une unité tout l’être de l’homme, quelle que soit par ailleurs la manière dont il est fait, et à lui donner son véritable poli et sa véritable noblesse ; et il n’en est justement aucune non plus qui soit aussi nécessaire maintenant et chez nous que celle-ci, puisqu’il y a chez nous une telle quantité de tendances qui éloignent nécessairement de tout goût et de tout sentiment de la beauté.

35.

  • 32 [sur l’ensemble du paragraphe] D : J’ai la conviction que l’être humain doit connaître avec le plu (...)

39Ainsi, la disposition de caractère des Grecs est, suivant tous les facteurs énumérés plus haut, extrêmement avantageuse pour l’étude de l’être humain en général à partir de l’exemple particulier qu’elle constitue. Mais cette étude est aussi possible dans le cas des Grecs du fait des deux circonstances suivantes : 1) il s’est conservé une quantité tout à fait considérable de monuments du monde grec, en particulier quantité de monuments littéraires, à tous égards les plus importants pour le but présent. 2) l’étude d’une nation, surtout quand elle est réalisée à partir de ses monuments, sans observation concrète et vivante, requiert, si l’on veut qu’elle réussisse en quelque manière, aussi bien un caractère national en soi très prononcé que, en général, des traits nettement découpés qui contrastent avec ceux de celui qui mène l’étude. Or l’éducation de l’être humain en masse précède toujours celle des individus, et pour cette raison, ainsi que pour d’autres causes supplémentaires, toutes les nations débutantes ont des caractères nationaux extrêmement prononcés et très nettement découpés. Mais chez les Grecs, cet état de fait était en outre favorisé par la conjonction d’autres circonstances qui leur étaient spécifiques32.

36.

  • 33 D : Aucune nation n’est débutante. Les Grecs ont puisé chez les Tyriens et les Égyptiens, les Roma (...)

40Si l’on convient que pour atteindre la fin mise ici en lumière, l’étude d’une nation est effectivement ce qu’il y a de plus nécessaire, on aura tôt fait de déterminer si une autre nation peut aisément prendre la place de la nation grecque. Il faudrait en effet que toutes les raisons énumérées ici, et ce, remarquons-le bien, prises toutes ensemble, se retrouvent chez une telle nation, ou que celles qui manquent fussent remplacées par d’autres d’égale importance. Mais les plus puissantes d’entre elles reposaient toutes directement ou indirectement sur le fait que les Grecs, du moins pour nous, sont une nation débutante33. (18-23, 33, 35) Il sera donc inévitablement nécessaire et indispensable que l’autre nation en question remplisse aussi cette condition. Quant à savoir si dans quelque région de la terre encore non découverte, on trouvera une nation (1) qui unisse à cette particularité les autres supériorités des Grecs, ou de semblables, ou de plus élevées, et si une connaissance plus précise des Chinois et des Indiens les fera apparaître comme de telles nations, il est impossible de le déterminer à l’avance. Mais ni la nation romaine, ni encore moins une nation moderne ne peut prendre la place des Grecs, pour la simple raison qu’elles ont toutes puisé directement et indirectement chez les Grecs ; et quant aux autres nations aussi anciennes que les Grecs, il nous reste d’elles trop peu de monuments. Selon moi, les Grecs resteront donc toujours uniques à cet égard ; mais il ne s’agit pas vraiment d’une supériorité qui leur est propre, mais plutôt d’un hasard de leur situation relative et de la nôtre.

  • 34 Humboldt fait probablement référence au § 17 de l’« Analytique du beau » (voir Humboldt Wilhelm vo (...)

41(1) Cf. Kant, Critique de la faculté de juger, p. 258-26034.

37.

  • 35 D : Beau et vrai ; et applicable à toutes les études.
  • 36 W : À quoi bon le commerce avec les hommes, puisqu’on peut décrire le type de commerce humain ? Se (...)

42Si l’étude des Grecs est entreprise dans l’intention que j’ai exposée ici, elle requiert bien sûr des préceptes généraux et particuliers qui lui soient propres. Les plus généraux et les principaux pourraient peut-être être les suivants : 1) ce n’est pas un tableau d’ensemble des Grecs, fût-il conçu par l’homme le plus savant et l’esprit le plus grand, qui donnera toute son utilité à cette étude. Car premièrement, si l’on veut que ce tableau soit totalement fidèle, il ne pourra jamais être suffisamment individuel, et si l’on veut qu’il soit totalement individuel, il manquera nécessairement de fidélité ; et deuxièmement, l’utilité la plus grande d’une telle étude ne réside pas vraiment dans l’observation d’un caractère tel que celui des Grecs, mais dans la recherche personnelle de celui-ci. Car qui s’adonne à cette recherche développe une disposition d’esprit similaire ; l’esprit grec se transmet à lui ; et par la manière dont il se mêle au sien propre, il donne forme à quelque chose de beau35. Il ne reste donc que d’entreprendre soi-même cette étude, en gardant sans cesse à l’esprit le but en question36.

38.

  • 37 W : Ordre de l’étude dans ce but ? ?
  • 38 W : Là-dessus ! Du moins pour les poètes. Mais pour les historiens la dernière solution. Mon progr (...)

432) l’étude des Grecs elle-même doit être entreprise suivant un certain ordre systématique, et relatif à cette fin37. Car bien que tous les écrivains soient aussi importants pour atteindre ce but, on fera bien cependant de s’en tenir d’abord à ceux qui présentent le plus de richesse, et pour les étudier, de choisir un ordre bien arrêté, lequel est cependant difficile à trouver, puisque si l’on veut diriger son attention sur les sujets traités, il faudrait à vrai dire considérer ici non le genre dont relèvent les œuvres de ces écrivains, mais celui des choses dont ils traitent, et si l’on veut suivre la chronologie, il est déjà difficile de déterminer si l’on doit porter son attention sur la période durant laquelle l’écrivain a vécu38, sur celle des objets dont il traite, ou en quelque sorte sur les deux en même temps.

39.

  • 39 D : Du point de vue esthétique je choisirais les écrivains les plus parfaits. Je ne parviens pas à (...)

443) les périodes sur lesquelles il faut passer le plus de temps ne sont pas seulement celles où les Grecs faisaient preuve de la plus grande beauté et de la plus haute culture, mais aussi, à l’inverse, tout particulièrement les premières et les plus reculées. Car c’est là que résident à proprement parler les germes du vrai caractère grec39 ; et il est plus aisé et plus intéressant de suivre pas à pas la manière dont il se transforme peu à peu et finit par dégénérer. — En outre, plusieurs des raisons exposées précédemment (22, 23, 33) ne s’appliquent particulièrement bien qu’à ces périodes reculées.

40.

45Les moyens auxiliaires d’une telle étude, en particulier lorsqu’elle est menée dans l’intention développée ici, sont principalement les suivants :

  • 40 D : La critique et l’interprétation sont des activités importantes pour le linguiste, moins import (...)

461) travail direct sur les sources elles-mêmes par la critique et l’interprétation40. C’est à cela, bien sûr, qu’il faut accorder la première place.

41.

  • 41 D : Cette étude requiert toute la vie d’un homme, est très précieuse pour un homme comme Heyne ou (...)

472) tableau de la situation des Grecs, Antiquités grecques au sens le plus large du terme, auquel la fin qui a été fixée ici donne la plus grande extension. Ce travail auxiliaire est nécessaire d’une part pour comprendre les sources particulières, et d’autre part pour se donner une vue d’ensemble générale et une introduction à l’ensemble de l’étude41. Chaque écrivain ne traite qu’un seul sujet particulier, et l’on ne peut pas saisir ce qui est particulier dans toute sa réalité visible si l’on n’est pas convenablement informé de la situation générale.

42.

  • 42 W : Ainsi de Wieland.
  • 43 W : Ainsi de Voß.
  • 44 D : excellent !

483) traductions. En ce qui concerne l’écrivain que l’on traduit, les traductions peuvent avoir trois sortes d’utilité : 1) le faire connaître à ceux qui ne sont pas en mesure de le lire eux-mêmes dans le texte original ; 2) pour ceux qui lisent l’original, servir à la compréhension de ce dernier ; 3) donner une connaissance provisoire de l’écrivain à ceux qui s’apprêtent à lire l’original, les initier à sa manière, à son esprit. Si l’on détermine l’importance de ces différentes sortes d’utilité d’après le point de vue adopté ici, la première est la plus réduite et la plus négligeable ; la seconde est plus importante, mais toujours réduite, puisque les traductions sont justement le moyen le plus mauvais pour atteindre ce but ; mais la troisième est la plus importante, car la traduction incite alors à lire l’original et apporte au lecteur un soutien d’un genre élevé, puisqu’elle ne s’attache pas à faire comprendre des passages particuliers, mais accorde en quelque sorte l’esprit du lecteur à l’esprit de l’écrivain, et que ce dernier apparaît encore plus clairement quand on le voit à la double lumière de deux langues différentes. Une traduction qui présente cette sorte d’utilité doit seulement amener le lecteur à concevoir de l’estime pour l’original, et la traduction la plus utile est donc celle qui se rend elle-même inutile. Cela étant, les exigences principales d’une traduction changent suivant que l’on poursuit l’un ou l’autre de ces trois buts. Pour le premier, il faut adapter au lecteur moderne l’écrivain ancien que l’on traduit et donc s’éloigner souvent délibérément de la fidélité au texte original42 ; pour le second, être fidèle au mot et à la lettre43 ; pour le troisième, être fidèle à l’esprit, si je peux m’exprimer ainsi, et à l’habillement dont il est revêtu, ce qui confère donc une importance particulièrement décisive à l’imitation de la diction chez les prosateurs et à celle du rythme et de la structure des vers chez les poètes44.

43.

  • 45 [sur l’ensemble du paragraphe] D : Je dois avouer que je suis de l’avis de Pope. Que celui qui veu (...)

49Pour offrir pleinement l’utilité présentée ci-dessus, l’étude de l’Antiquité requiert l’érudition la plus grande, la plus étendue et la plus précise, et celle-ci ne peut bien sûr être l’apanage que d’un tout petit nombre. Mais dès que l’on s’attache à cette étude, et même si l’on ne recherche pas l’exactitude avec autant de minutie, l’utilité en question existe bien ; et elle finit même par se communiquer à tous ceux qui resteront à jamais totalement étrangers à cette étude. Car dans une société hautement cultivée, dont les membres sont en relation les uns avec les autres, toute connaissance acquise par un individu peut être appelée au sens propre une connaissance de tous45.

Notes

1 W : Mieux : littérature classique ancienne. Ainsi l’histoire, par exemple, peut être une science auxiliaire pour la science médicale ou la jurisprudence. Ainsi la science médicale peut devenir à son tour subsidiaire pour la littérature ancienne elle-même. Ainsi tout — comme dans le monde — moyen et fin. [Les notes de Friedrich August Wolf, Carl von Dalberg et Friedrich Schiller sont indiquées respectivement par les lettres W, D et S. Sur ces annotations, voir la présentation ci-dessus, p. 289-313. S. M.]

2 W : Ce que fait spécialement l’histoire externe de la littérature.

3 D : Les génies artistiques et poétiques comme Shakespeare, Ossian, Homère et tant d’autres n’étaient pas formés par une étude assidue. Ces hommes auraient gagné en accomplissement par une étude assidue, mais en force, ils auraient perdu quelque chose. Toutefois, je suis persuadé que leurs œuvres seraient devenues plus parfaites — s’ils avaient étudié davantage, mais pas trop. L’étude excessive de modèles étrangers rend timoré ; et l’étincelle du génie propre s’éteint ensuite.

4 D : Le goût du connaisseur d’art à la pensée profonde et investigatrice est plus fin et plus sûr que le goût de celui qui s’est toujours abandonné aux impressions que les objets éveillaient en lui par leurs effets aléatoires et la prédisposition intérieure de son être propre. Mais le sentiment du premier sera dans bien des cas moins fervent, moins vif, que le sentiment du second. Dans l’obscurité et l’indétermination de ses concepts, ce dernier accorde une valeur infinie à l’objet aimé. L’étude montre au premier, par la comparaison et la recherche, les limites et les imperfections de l’objet aimé, la magie de la passion a disparu ; son entendement a gagné en connaissance ; son cœur a perdu en sensibilité. Pour ce qui est de la calme satisfaction, il en a gagné par l’étude. Car les connaissances conduisent à la vérité ; la passion, à des erreurs abyssales. Et c’est pourquoi l’étude de l’homme est recommandable.

5 S : Ce que l’expérience nous donne sans cesse l’occasion de remarquer ne vaudrait-il pas aussi à peu près pour le progrès de la culture humaine ? Or on remarque ici 3 moments. 1. L’objet est tout entier devant nous, mais confus et indistinct. 2. Nous séparons des caractéristiques particulières et différencions. Notre connaissance est claire mais fragmentée et bornée. 3. Nous relions ce qui est séparé et le tout est de nouveau devant nous, mais maintenant il n’est plus confus, mais éclairé de toutes parts. Les Grecs étaient dans la première période. Nous sommes dans la deuxième. La troisième est donc encore à espérer, et alors on ne souhaitera plus non plus le retour des Grecs.

6 D : Pour le professeur qui enseigne les sciences humanistes, un Wolf, un Ernesti, etc., cette étude est l’activité principale — pour un homme actif dans les affaires publiques ou privées, elle est, me semble-t-il, secondaire. La réflexion assidue peut devenir un plaisir passionné ; et dans ce cas l’efficacité de l’homme qui s’occupe d’affaires pratiques est affaiblie. La littérature est pour lui aussi une science auxiliaire ; mais tout ce dont il a besoin, il peut l’avoir appris dans sa jeunesse. Et tout au plus est-ce pour lui un délassement agréable pendant les heures qui lui restent et parfois une manière de fortifier son esprit ; mais pas une étude assidue.

7 D : Si tous les angles sont arrondis tout deviendra lisse, rond et uniforme. En cela, l’art de la formation est comparable à l’art du ciseleur ; ce qui embellit <la forme du> diamant, c’est qu’il acquiert de nombreuses facettes sans être totalement arrondi. Passer trop de temps à imiter et à s’introduire en pensée dans des mentalités et des œuvres d’art étrangères efface totalement la spécificité du caractère. Ici aussi est modus in rebus. Scaliger, Casaubon, Salmasius étaient les plus grands humanistes. Les écrits qu’ils concevaient d’eux-mêmes étaient de qualité très moyenne. » [La citation latine se trouve dans : Horace, Satires, I, 1, 106. S. M.].

8 D : Ne serait-il pas vrai que chacun doive étudier tout spécialement la nation sur laquelle il veut, comme professeur, écrivain, homme actif dans les affaires publiques ou privées ou père de famille, exercer une influence ? Sinon il lui arriverait la même chose qu’au célèbre Reisken qui savait comment était l’Arabie mais ne connaissait pas Leipzig où il habitait. À partir de fondements rigoureusement démontrés, il doit composer dans son esprit une représentation raisonnée (image idéale de la pensée) d’après laquelle il juge dans les cas individuels les propriétés particulières. (Ces propriétés sont au fond toujours des perfections ou des imperfections.) L’étude principale en littérature est, me semble-t-il, pour l’Allemand la littérature allemande, pour l’Anglais la littérature anglaise, etc. Certes, la littérature grecque est très souvent un objet de comparaisons pénétrantes et importantes ; mais, incontestablement, jamais le principal.

9 S : nécessiterait encore une explication plus précise. La pluralité ne peut pas être déniée à une grande partie de nos contemporains — mais l’unité ?

10 W : Indiens, Chinois.

11 D : L’histoire contient des indices sûrs montrant que les Tyriens ont fait des Grecs sauvages des hommes civilisés.

12 D : En cela, la littérature grecque n’a, me semble-t-il, pas de supériorité particulière ; car tous ces traits peuvent, me semble-t-il, être appliqués aussi à la littérature allemande. Qui veut étudier Otfried, les Minnesinger, Bragur, Adelung, Heinatz et d’autres s’en convaincra. L’histoire de la littérature de toute langue de tout peuple a gravi les mêmes étapes.

13 D : L’historien grec le plus ancien est Hérodote, qui a cherché à comprendre toutes les réalités de tous les peuples et de toutes les contrées.

14 D : Nos anciennes chroniques et nos écrivains du Moyen Âge sont encore bien plus riches en détails caractéristiques ; et beaucoup, par exemple les chroniques suisses, ne le cèdent en rien aux récits historiques pour ce qui est des démonstrations de magnagnimité.

15 D : Les Grecs avaient très vraisemblablement des modèles égyptiens devant eux ; lesquels ont apporté élévation du goût et équilibre des proportions à beaucoup d’œuvres, comme l’a montré Winckelmann avec beaucoup de pénétration.

16 D : D’une manière générale, je suis convaincu comme l’auteur que pour ce qui est des beaux-arts, du goût et de la compréhension véritable de ce qu’est la beauté, les Grecs ont atteint un très haut degré de perfection ; et leurs œuvres sont l’objet le plus important d’une étude qui porte principalement là-dessus.

17 D : En philosophie aussi, les Grecs ont emprunté beaucoup aux Égyptiens ; ainsi que Brucker et d’autres l’ont montré. [Selon Leitzmann, il s’agit d’une allusion à Brucker Jacob, Historia critica philosophiae a mundi incunabulis ad nostram usque aetatem deducta, 5 vol., Leipzig, 1742-1744, Vol. 1, p. 364. S. M.]

18 S : Très certainement, parce que les nations cultivées (savantes) se déterminent par des règles, qui sont toujours quelque chose de général, et les peuples naturels, par les affects. La raison engendre l’unité et donc souvent l’uniformité ; la sensibilité apporte de la variété.

19 S : Ce paragraphe requiert et mérite des explications. Il sera aussi nécessaire de déterminer quand on situe la première période.

20 S : La culture des Grecs était seulement esthétique et c’est de là, je pense, qu’il faudrait partir pour comprendre ce phénomène. Il ne faut pas non plus oublier que les Grecs ne dépassèrent pas l’âge juvénile dans le domaine politique non plus, et il n’est pas du tout sûr qu’ils auraient encore mérité ces éloges à l’âge viril.

21 [sur l’ensemble du paragraphe] D : Ce passage tout à fait excellent est marqué par tant de délicatesse et tant de justesse à la fois que l’on reconnaît combien son noble auteur a nourri son esprit plein de douceur et de beauté des fruits les plus aimables que la plus belle époque d’Athènes ait produits. Mais ces fruits peuvent-ils être recommandés comme nourriture générale pour l’esprit plus rude mais aussi plus fort et plus sérieux de l’Allemand ? L’époque présente et l’esprit de ses contemporains ne se mettraient-ils pas à lui inspirer de la répulsion ? Qui sentirait, penserait, agirait dans l’esprit des Grecs pourrait bien s’attirer la méconnaissance de ses contemporains et rester sans influence. Selon moi, les Allemands devraient étudier principalement la littérature allemande, et la beauté des fleurs grecques devrait servir à orner ce que la tournure d’esprit virile et forte des Allemands produit suivant sa situation et ses besoins propres et présents.

22 [sur tout le paragraphe] D : Ce beau passage très instructif pour moi prouve que pour ce qui est de la beauté, les Grecs <ont> produit sans aucun doute les œuvres les plus parfaites, que l’on recommande avec raison <comme> modèles esthétiques.

23 S : Il est cependant étrange que l’esclavage au Moyen Âge ne présente pas une seule trace d’une influence similaire. La diversité des autres circonstances explique certes beaucoup mais pas tout.

24 D : Cette remarque me semble prêter à bon nombre d’objections : les esclaves aussi se consacraient souvent aux beaux-arts. Les esclaves étaient pour une grande part des prisonniers de guerre de très noble origine, etc.

25 S : Il n’y avait pas chez les Grecs de mérite dominant. La moindre virtuosité s’attirait des hommages, et le comédien était immortel comme le chef des armées. Chez les Romains, l’homme d’État absorbait toute l’attention de la nation.

26 S : non seulement accessible aux sens, mais la fille la plus libre de l’imagination. Il n’y avait pas de canon pour brider la faculté poétique.

27 D : Très important.

28 D : Cette belle remarque peut aussi s’appliquer dans une certaine mesure, me semble-t-il, à l’Allemagne et à la république européenne.

29 D : Ce passage contient la vérité très féconde qu’à l’époque moderne, on porte beaucoup trop peu d’attention à la jouissance intérieure de la vie. Une excellente étude consiste, me semble-t-il, à observer les enfants et leur évolution progressive, on y lit quotidiennement dans le livre vivant de la nature et l’on y apprend à connaître l’être humain dans ses prédispositions essentielles.

30 W : Sans parler des supériorités scientifiques des Grecs ! !

31 D : excellent, et très juste.

32 [sur l’ensemble du paragraphe] D : J’ai la conviction que l’être humain doit connaître avec le plus de précision et étudier avec le plus grand soin les objets qui lui sont le plus proches ; parce que ces objets sont ceux qui agissent sans cesse sur lui, et sur lesquels il agit sans cesse à son tour ; parce que c’est dans le fait d’agir et de réagir que résident l’emploi des facultés humaines et la finalité de l’existence humaine ; et parce que la raison humaine dirige cette action de la manière la plus appropriée quand il a acquis par une étude assidue la connaissance la plus précise des objets sur lesquels les circonstances liées à l’époque et à la chance ainsi que ses prédispositions intérieures lui permettent d’agir le plus et qui agissent à leur tour sur lui en vertu de ces mêmes circonstances. D’après ce principe, les objets d’étude pour l’homme sont, par ordre d’importance : 1) Connaissance de soi. 2) Connaissance des affaires et des sciences qui concernent sa profession. 3) Connaissance des personnes qui constituent ses relations familiales. 4) Connaissances des hommes avec qui il est en contact dans ses affaires professionnelles. Par conséquent 5) Connaissance de ses compatriotes ; de leurs mœurs, conceptions, inclinations, etc. ; et pour cette connaissance, l’étude de la littérature écrite dans sa langue maternelle est un auxiliaire important. 6) D’autres connaissances sont importantes pour lui à cet égard quand dans sa sphère d’action, elles sont proches de lui comme point central. 7) D’après ce critère, la littérature grecque ne mérite selon moi une place privilégiée que dans la mesure où elle contient les modèles les plus parfaits du meilleur goût ; et peut contribuer à la formation esthétique de l’esprit.

33 D : Aucune nation n’est débutante. Les Grecs ont puisé chez les Tyriens et les Égyptiens, les Romains chez les Grecs, nous chez les Romains ; les Américains chez nous.

34 Humboldt fait probablement référence au § 17 de l’« Analytique du beau » (voir Humboldt Wilhelm von 2002, vol. 5, p. 382).

35 D : Beau et vrai ; et applicable à toutes les études.

36 W : À quoi bon le commerce avec les hommes, puisqu’on peut décrire le type de commerce humain ? Serait exactement identique.

37 W : Ordre de l’étude dans ce but ? ?

38 W : Là-dessus ! Du moins pour les poètes. Mais pour les historiens la dernière solution. Mon programme d’auteurs doit donc être tel que des poètes très anciens voisinent immédiatement avec des historiens tardifs, par ex. Diodore, Apollodore. Homère. Hésiode. Hérodote. Thucydide. Xénophon.

39 D : Du point de vue esthétique je choisirais les écrivains les plus parfaits. Je ne parviens pas à me convaincre de l’utilité des autres points de vue. À cet égard, c’est selon moi la littérature allemande qui mérite la préférence pour un Allemand.

40 D : La critique et l’interprétation sont des activités importantes pour le linguiste, moins importante pour l’homme qui dans la littérature, cherche sagesse et connaissance des hommes. — W : N’utiliser aucun passage sans connaître tout l’auteur avec précision.

41 D : Cette étude requiert toute la vie d’un homme, est très précieuse pour un homme comme Heyne ou Wolf, sans intérêt pratique pour l’homme qui se consacre aux affaires.

42 W : Ainsi de Wieland.

43 W : Ainsi de Voß.

44 D : excellent !

45 [sur l’ensemble du paragraphe] D : Je dois avouer que je suis de l’avis de Pope. Que celui qui veut boire à la source hippocrène puise bien profondément, ou s’en abstienne totalement ; les demi-savants sont des hommes dénués d’harmonie intérieure, la grâce naturelle a disparu en de tels hommes et un noble accomplissement dans la formation du goût ne peut être atteint que par une étude assidue. [allusion à Alexander Pope, Essays on criticism, 2, 16 : « Drink deep or taste not the pierian spring. », S. M.]

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540