Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'hellénisme de Wilhelm Von Humboldt et ses prolongements européens

 | 
Sandrine Maufroy
, 
Michel Espagne

Première partie. D'Allemagne en Grèce : cheminements humboldtiens

12. Poésie ionienne, institutions athéniennes

L’argument humboldtien chez Jacques Polylas

Maria Tsoutsoura

Texte intégral

1On pense souvent la Grèce moderne, et elle se pense elle-même, en termes d’émulation ; mais pour affirmer leur spécificité, ses forces créatrices résistent souvent à l’héritage antique, à l’Occident qui s’en réclame et à la nostalgie orientale. Médiateur des modèles anciens et modernes par son activité de traducteur et d’éditeur, de journaliste et d’homme politique, Polylas invite dans ce contexte à interroger l’impact de Wilhelm von Humboldt aux confins de l’Europe.

Portraits croisés

  • 1 Longtemps dominées par Venise, annexées par la France en 1797 et provisoirement placées sous tutel (...)
  • 2 de la Broche des Combes Pierre 1988, p. 38. Georges Valetas (« Η ζωή και το έργο του Πολυλά » [Vie (...)

2Humboldt s’est déjà retiré à Tegel lorsque Jacques Polylas naît en 1825 à Corfou, capitale du protectorat britannique des Sept-Îles1, à quelques lieues de Parga, près de Missolonghi assiégé. Son ancienne famille, patricienne, avait probablement quitté Constantinople lors du sac des croisés2 avant de s’inscrire au Livre d’or de la Sérénissime à Corfou. Fille du comte Bulgari, la mère de Jacques est considérée par les biographes avertis comme l’enfant naturel du comte Capodistria, ministre du tsar et futur premier gouverneur de Grèce, assassiné à Nauplie en 1831. La même année, quand Jacques a six ans, son père est lui aussi tué, dans un accident de voiture, comme pour précipiter l’infortune de cette ancienne noblesse foudroyée par l’instabilité politique du siècle.

Figure 1. Page de garde de Denis Solomos, Evriskomena [Œuvres retrouvées], Hermis, Corfou 1859.

Figure 2. Première page des « Prolégomènes » de Jacques Polylas aux Evriskomena [Œuvres retrouvées] de Denis Solomos.

3Formé entièrement, comme Humboldt, à domicile, Polylas est un amateur éclairé à la volonté infaillible, dont les activités obéissent à un principe éthique. De même que la réflexion de Humboldt échappe aux systèmes préétablis pour répondre à un esprit particulier et se projette, en dépit des méprises du scientisme, sur l’avenir, celle de Polylas s’impose dans le monde grec en dépit des réserves orchestrées et des oublis obstinés.

  • 3 La Tempête (Corfou, 1855), première édition d’une œuvre intégrale de Shakespeare en grec, et Hamle (...)
  • 4 Voir la lettre adressé par Polylas à C. Manessis (Naples, 9.10.1852), in Polylas Jacques 1959, p.  (...)
  • 5 Les écrivains Constantin Théotokis et Irène Dendrinou ont respecté le manuscrit complet retrouvé d (...)

4Italophone, grécophone et anglophone comme l’était l’élite des Sept-Îles, Polylas traduit en vers néogrecs l’intégrale d’Homère et deux pièces de Shakespeare3. Parue par livraisons à Athènes entre 1875 et 1891, son Odyssée suit l’édition allemande de Heyne, commentée en latin4. Mais c’est son Iliade qui, publiée en 1919 par ses successeurs corfiotes5 et désignée par le ministère grec de l’Éducation comme édition de référence pour les études secondaires en 1965 et en 1976 (soit juste avant et juste après la dictature des colonels), consacrera Polylas comme philologue : et c’est encore aujourd’hui la seule traduction en vers néogrecs qui accorde la priorité au texte homérique sans l’instrumentaliser à des fins idéologiques.

  • 6 La présence des républicains français a provisoirement prêté à considérer les Sept-Îles comme matr (...)
  • 7 Tsoutsoura Maria 2011a et Tsoutsoura Maria 2001b.
  • 8 Polylas effectue cependant avec sa femme un séjour prolongé à Naples en 1851-1852.
  • 9 Il prend la relève d’autres savants comme N. Lunzi et J. Menayas, qui traduisaient pour Solomos Go (...)

5Lié depuis l’enfance à son précepteur français6, Jacques se met à l’allemand à seize ans à l’instigation du comte Solomos7 (Zante, 1798-Corfou, 1857), poète déjà célèbre de l’Hymne à la Liberté (1823), qui s’installe en 1828 à Corfou et loge quelque temps chez les Polylas. Après la mort de sa mère en 1841, Jacques, trop démuni pour financer ses études en Italie8, renoue à titre personnel avec ce grand ami et traduit pour lui des poètes et philosophes allemands en italien9. À la fin de sa vie, Solomos assure à Polylas un poste à la bibliothèque municipale de Corfou, qui lui donne le droit d’être inscrit sur la liste des électeurs éligibles des Sept-Îles.

6Avide de savoir et de pouvoir, Polylas est, comme Humboldt, un homme d’action : journaliste pendant trente-six ans, il est élu cinq fois député de Corfou à Athènes après l’union de l’Heptanèse à la Grèce. Mais l’État confie surtout des dossiers de finances à cet homme de lettres qui avait déjà, dix ans avant de siéger au Parlement, publié son œuvre majeure : les Evriskomena de Solomos. Attribué en principe au corpus retrouvé d’un auteur ancien, ce titre, réactualisé par Polylas au sujet d’un poète moderne, lui confère un statut classique. Les « Prolégomènes », importante introduction à cet ouvrage, font état, au nom de ce poète romantique, de la renaissance culturelle grecque sur la trame de l’hellénisme.

Figure 3. Anastase Sargint, « Denis Solomos jeune », 9 x 11 cm, 1818, Musée Solomos de Zante.

Figure 4. Rénové à la fin du xixe siècle par le baron Luca Bibelli, héritier des Polylas, leur château reçoit de 1936 à 1940 le roi Georges II de Grèce. Photo d’Ali Sami Bey.

Figure 5. Caricature de Polylas (1884) par Antoine Pierris, in : Polylas, Apanda [Œuvres complètes], Athènes 1959.

Figure 6. Polylas et ses amis (1884) par Antoine Pierris, in : Polylas, Apanda [Œuvres complètes], Athènes 1959.

Une langue, un poète, une institution

7Contrairement à Humboldt, fondateur d’une université qui résume ses aspirations politiques et intellectuelles, Polylas assiste à la condamnation de l’Académie Ionienne : cette première université grecque, ouverte par Lord Guilford quelques mois avant la naissance de Jacques à Corfou et progressivement éclipsée à partir de 1837 par l’université d’Athènes, disparaît définitivement après l’union. Polylas entreprend alors la défense de la tradition des Sept-Îles et de la langue grecque, une et indivisible à travers les variantes de sa présence millénaire, au nom d’un poète moderne — Solomos.

  • 10 Solomos Dionissios 1824 et Fauriel Claude 1824-1825.
  • 11 La haine durable des pouvoirs locaux de la Morée envers Capodistria au début de l’indépendance con (...)
  • 12 Rangabé Alexandros Rizos 1854a.
  • 13 Lettre adressée le 22.8.1850 par Ambroise Rallis (représentant de la Rallis Bros à Trieste et prem (...)
  • 14 Dans la préface sous forme de dialogue publiée par Alexandros Rizos Rangabé en tête de ses Διάφορα (...)

8À l’exception de l’Hymne à la Liberté (publié aux presses installées par Byron à Missolonghi avec une traduction italienne et à Paris dans le recueil de chants grecs de Fauriel avec une traduction française en regard10), les vers de Solomos sont récités de bouche à oreille, chantés ou recopiés sans être édités. Le mépris du premier royaume grec pour la culture médiatrice et cosmopolite des Sept-Îles où l’Occident rencontre l’Europe centrale et orientale11 contribue sans doute à piéger le poète, visionnaire perfectionniste, fragile psychiquement et physiquement, dans ses propres réticences. Sa démarche, qui consiste à greffer la poésie européenne sur la tradition vivante du peuple grec, s’oppose par ailleurs à celle des institutions athéniennes qui souhaitent « redresser » la langue vulgaire, « effondrée sous le poids de plusieurs siècles de barbarie12 », par un « retour aux formes anciennes13 ». Alexandros Rizos Rangabé, qui laisse planer un soupçon « romantique » sur son œuvre dramatique14, défend le néoclassicisme depuis sa chaire d’archéologie acquise en 1844 ; rapporteur principal des concours annuels de poésie à l’université à partir de 1851, ce futur ministre des Affaires étrangères d’Othon Ier promeut les sujets patriotiques et respecte l’éthique bavaroise de la cour même dans les références à la vie ottomane, en excluant le grec parlé au quotidien (λαλουμένη) au profit du grec savant pratiqué à l’écrit (γραϕομένη).

  • 15 « La poésie de notre Grèce moderne a vu le jour/au sein du bonheur, sur les charmants rivages du B (...)
  • 16 « Kalvos et Solomos, faiseurs d’odes notoires/ont méprisé de notre langue les gloires ;/mais des i (...)
  • 17 Rapport du 17 juin 1852, adressé par A. Rallis au recteur Sp. Pilicas, futur ministre de la Justic (...)
  • 18 Dans les Orientales, Hugo cite Panayotis Soutsos, frère d’Alexandre, dont les vers grecs paraphras (...)
  • 19 Son essai sur la Nouvelle École de la langue écrite ou la Renaissance de la Langue Antique accessi (...)

9Le refus de la tradition ionienne se trouve au centre de cette politique culturelle phanariote15, qui condamne les poètes de Zante à l’oubli pour avoir adopté une langue indigne16. Lorsque le premier mécène originaire de Chio annonce que la priorité du concours est de défendre la langue archaïsante « de nos ancêtres », le recteur d’origine ionienne proteste en vain contre la contradiction qui consiste à « revêtir la poésie moderne d’une phraséologie antique17 ». Vexé par la promotion de jeunes poètes, Panayotis Soutsos qui, après ses débuts français18, publie dans le nouvel État des vers en grec savant, attaque le concours19 tout en jugeant « inadmissible que les Heptanésiens cherchent à imposer leur pauvre dialecte à la langue des Grecs libres ». Avant de se porter candidat, le professeur de français Carassoutsas déclare son aversion pour Macbeth et son intention de « parer les idées nouvelles de plis phidiesques à la façon antique », et le rapporteur Kastorchis souligne l’urgence d’actualiser le « grand trésor de la langue ancienne » pour voiler « la nudité moderne ».

  • 20 C’est le cas de celles de Georges Tertsetis, premier député de Zante à Athènes et directeur de la (...)
  • 21 Parmi les paraphrases ou imitations de Solomos soumises au concours comme œuvres originales, le me (...)

10Identifiée à un dialecte ou, dans le meilleur des cas, à la tradition populaire, privée de statut esthétique et parfois de droits d’auteur avant d’être considérée comme « étrangère », la poésie de Solomos reste pourtant présente dans les concours par le biais de ses résonances diverses, de candidatures réfractaires en grec parlé20 ou de paraphrases « savantes » de l’Hymne à la Liberté21. Et dans le contexte du mécontentement qui pousse le règne d’Othon vers sa fin, Polylas entreprend en 1857, après la mort de Solomos, l’édition posthume de son œuvre : il obtient du frère du poète, redoutable sénateur de l’Heptanèse, le droit d’en réunir les manuscrits en se faisant assister par un comité de lecture. Le défi est de gérer les dilemmes de Solomos, souvent compromettants sur le plan idéologique ou personnel, et de constituer, à partir d’œuvres très connues, d’extraits inachevés et de notes bilingues, un ensemble cohérent.

  • 22 C’est le titre du chapitre sur 1857 de Moullas Panayotis 1989, p. 114.
  • 23 La « Grande Idée » implique de refaire de Constantinople, à l’instar de Byzance, la capitale du mo (...)
  • 24 Moullas Panayotis 1989, p. 130.
  • 25 « οσσιανοβυρωνολαμαρτινική σπληνολογία » (Ibid., p. 160).
  • 26 Ibid., p. 182.
  • 27 Tsoutsoura Maria et Maufroy Sandrine 2015, p. 368.
  • 28 En 1858, Tertsetis soumet au concours une satire au sujet de la rémunération réclamée par le jury.
  • 29 Rangabé Alexandros Rizos 1862-1863, p. 121, et Rangabé Alexandros Rizos 1930, t. 3, p. 93.
  • 30 D’autant que les nouveaux espoirs de la poésie grecque sont morts prématurément : Dimitrios Paparr (...)
  • 31 Malakis Spyridon 1863, Οι τάφοι της Αργολίδος ή Ύμνος εις την Ελευθερίαν, Athènes, impr. Passaris, (...)
  • 32 Polylas insiste pourtant sur les affinités de Solomos avec Giuseppe Parini, un des premiers poètes (...)

11Polylas travaille dans l’urgence en fonction de ses propres projets politiques en vue de l’union, mais aussi pour empêcher les institutions grecques de s’approprier un Solomos modifié et réduit : dans son rapport au concours poétique de l’université d’Athènes en 1857, Stefanos Koumanoudis rend en effet hommage au poète de Zante un mois après sa mort tout en mettant « le romantisme au pilori22 ». À la veille de la parution des Evriskomena, le rapporteur Constantinos Paparrigopoulos, considéré parfois comme « romantique » pour sa relecture de l’histoire conforme à la « Grande Idée23 », condamne la poésie engagée comme celle de Béranger et de Solomos, dont le grec simple est considéré comme un vague dialecte24. Après avoir eu recours à la préface de Cromwell pour défendre son œuvre dramatique refusée en 1858, le rapporteur D. Vernardakis qualifie par ailleurs le romantisme de « spleenologie ossiano-byrono-lamartinienne25 » (1860) et d’« épidémie d’origine étrangère » (1863), initiée par Chateaubriand et Byron, Lamartine et Hugo26. Reçus à Athènes par un silence glacial, les Evriskomena marquent pourtant l’orientation d’ensemble de la littérature néogrecque, dont ils restent un ouvrage fondateur. Défense et illustration du grec parlé, « intermédiaire entre la complexité grammaticale des langues anciennes et la simplicité des langues modernes27 », ils ont sur les institutions un effet immédiat : déjà gravement atteint par les conflits universitaires28, le concours ne décerne aucun prix en 1860, et reprend en 1862 radicalement modifié. Son nouveau mécène, d’origine ionienne, autorise les vers en grec parlé, même si Rangabé méprise toujours cette « langue inculte de la populace29 ». Polylas oppose par ailleurs au romantisme importé, qualifié par les institutions de dangereux, confus et incohérent, un romantisme grec authentique et original, ébauché à la veille de sa propre naissance, en synchronie avec les grandes cultures européennes. Les professions de foi romantiques réservées ou précaires30 se transforment alors en répugnance pour la versification « italo-heptanésienne », et la candidature des Tombeaux de l’Argolide31 de Spyridon Malakis paraphrase à nouveau Solomos, « revêtu » de vers savants et de références mythologiques32. Quelques mois après l’union de l’Heptanèse, le concours est suspendu à nouveau ; le prix destiné à un poème en langue parlée, qui en 1865 double de valeur pour honorer cette acquisition territoriale de la Grèce, est pourtant décerné à un drame patriotique puriste qualifié de « shakespearien », et le mauvais goût du « romantisme » athénien bat son plein.

  • 33 Il est mis en musique par Nicolas Manzaros, ami de Solomos comme Glinka le fut de Pouchkine (Ibid. (...)
  • 34 Voir son Précis d’histoire de la littérature néo-hellénique (Berlin, 1877), issu des « Esquisses d (...)
  • 35 Voir la conférence de Grigorios Xenopoulos, romancier et auteur dramatique célèbre, éditeur et cri (...)

12Biographie romantique et critique, les « Prolégomènes » de Polylas aux œuvres de Solomos insistent sur l’inspiration grecque du poète bilingue et réservent à l’édition philologique d’une œuvre moderne inachevée un destin privilégié, en suggérant au nouveau roi de Grèce Georges Ier de consacrer quelques mois après l’union l’Hymne à la Liberté comme hymne national33. Toutefois, Rangabé ignore systématiquement Kalvos et Solomos34, considérés longtemps comme des pièces rapportées au canon grec, qui conçoit surtout le romantisme comme la source d’une influence regrettable sur les poètes athéniens35. Faute de supports institutionnels, Polylas anime désormais des réseaux humains et contribue, avec le soutien d’arguments humboldtiens, à imposer à terme Solomos comme poète national, tout en introduisant à titre autonome la culture néogrecque originale dans la modernité européenne.

La référence humboldtienne dans l’œuvre de Polylas

  • 36 Polylas Jacques 1859, p. λ’.
  • 37 Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 37.
  • 38 Voir Tsoutsoura Maria et Maufroy Sandrine 2014.
  • 39 Solomos plaçait Eschyle au-dessus de Sophocle et d’Euripide (Polylas Jacques 1859, p. λς’).
  • 40 Polylas Jacques 1859, p. λς’, p. ιθ’.

13Polémiste redoutable, Polylas s’est aussi essayé au conte et, comme Humboldt, à la poésie ; il partage du reste avec le philosophe allemand une vocation pour l’organisation méthodique de la pensée et de l’action, qui se cristallise dans la réflexion appliquée sur le langage. Sa conviction que le grec simple peut exprimer, « avec une vigueur et une concision étonnantes, les sentiments les plus passionnés et les plus intimes36 », évoque Humboldt traducteur d’Eschyle pour qui « tout, le plus sublime comme le plus profond, le plus fort comme le plus délicat, peut être exprimé37 ». La traduction se trouve en effet au cœur de l’« exaltation romantique et orientale » de Solomos38, qui interprète souvent en vers grecs des idées déjà développées en italien et admire le « sublime d’Eschyle », lequel « avait pressenti la poésie romantique39 ». Polylas insiste par ailleurs sur la complémentarité du grec moderne et du grec ancien40 et se sert de la référence germanique pour retourner le postulat du néoclassicisme athénien.

  • 41 Certains chercheurs attribuent l’indignation de Zambelios à sa déception devant le Solomos des Evr (...)

14Les Evriskomena ne sont pourtant pas réfutés par un professeur de l’université ou par un poète ambitieux, mais par Spyridon Zambelios, grand commerçant de Leucade, collectionneur de chants populaires et historien de Byzance qui collabore au Spectateur de l’Orient, revue athénienne francophone de Rangabé41. Zambelios évite d’attaquer le grec simple, défendu dans les « Prolégomènes » par l’argument et par l’exemple, pour condamner les libertés métriques de Solomos par rapport au vers klephtique (variété héroïque du chant démotique promue en modèle national) et ses affinités avec la pensée allemande, tenue pour responsable de la dépravation morale et du mysticisme nocif qui égare le poète loin de l’esprit grec. Cette stratégie autorise les institutions à instrumentaliser le romantisme tout en ignorant Solomos, avant de procéder, progressivement et sans frais, à l’inévitable réhabilitation de la langue parlée.

  • 42 Polylas Jacques 1859, p. λε’.
  • 43 Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου [Aux sources de la mysticophobie de Sp. Zambelios, Corfou, (...)
  • 44 « Καθαρότης », « ησυχία », « σεμνοπρέπεια » : Polylas insiste beaucoup sur la dignité, qu’il ident (...)
  • 45 Polylas Jacques 1859, p. ι’.
  • 46 A. Rangabé a étudié à l’École militaire de Bavière et Koumanoudis, auditeur aux universités de Ber (...)

15Pour parler de l’idéalisme et du sublime chez Solomos, Polylas a d’emblée recours à Schiller, « qui a ouvert à la poétique des horizons nouveaux42 ». Ensuite, dans sa réponse à Zambelios43, il traduit en grec le paragraphe de la correspondance de Humboldt avec Schiller qui traite des qualités fondamentales de l’esprit grec : pureté, clarté, dignité44, qui, compatibles avec l’ardeur et la simplicité de l’Orient, s’opposaient déjà dans les « Prolégomènes » à l’élément obscur et confus, mélancolique et sauvage. Selon Polylas, Solomos intègre tout ce qui est conforme à son génie grec45 et, loin d’en être compromis, celui-ci est mis en valeur par la culture italienne et la médiation allemande, de même que la capacité expressive de l’allemand s’élève à un sens supérieur en s’ouvrant au grec. La référence à Humboldt, qui éclaire ainsi rétroactivement les « Prolégomènes » et contribue à définir la grécité de Solomos, suggère par ailleurs que l’approche superficielle de la pensée allemande chez les universitaires athéniens46 nourrit la nostalgie trompeuse d’une langue idéale et encourage des clichés ethnocentriques hostiles à l’inspiration.

  • 47 Trabant Jürgen 1995 et Trabant Jürgen 2003.
  • 48 « … mischen und zusammenfliessen… », Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 110-111.
  • 49 Η Φιλολογική μας γλώσσα [Notre langue littéraire, Athènes, 1892], in Polylas Jacques 1959, p. 274.
  • 50 « Τα δημοτικά μας τραγούδια » [Nos chants populaires, 1848], Ibid., p. 85, p. 87.
  • 51 Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, Ibid., in Polylas Jacques 1959, p. 148.
  • 52 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 54.
  • 53 Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, in Polylas Jacques 1959, p. 148. Polylas Jacques 1859, p. (...)
  • 54 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 110-111.
  • 55 Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 37.

16« La diversité des langues, en tant que multiplicité de visions du monde47 », rend chacune d’elles plus « riche et malléable48 » et Polylas cite volontiers Goethe, pour qui ne connaître que sa propre langue équivaut à n’en connaître aucune49. Après avoir parlé d’ennoblissement50 (ευγενισμός) et d’élévation (αναβαθμός) de la langue nationale, l’éditeur grec met entre guillemets l’« élévation » (αναβιβασμός) promue par Zambelios51. Ce processus « mécanique », comparable à l’adaptation des idiomes asiatiques et américains à la grammaire latine52 décrite par Humboldt, modifie les terminaisons grammaticales du grec par analogie à un état idéal antérieur en faisant abstraction du « sens du langage instinctif » (« instinctartiger Sprachsinn »). Polylas privilégie au contraire l’évolution « organique » du discours et du style (ύφος του λόγου)53 qui, proche de l’élévation humboldtienne, « présuppose des masses humaines relativement grandes parce que les langues en ont besoin pour s’élever à leur perfection54 » : « Car c’est bien une propriété admirable des langues que toutes suffisent d’abord pour l’usage courant de la vie, avant de pouvoir être élevées à l’infini par l’esprit de la nation qui la travaille jusqu’à un degré supérieur et toujours plus diversifié55 ».

  • 56 Polychronakis Dimitris 2002, p. 144, p. 245, p. 216 et Polylas Jacques 1859, p. ια’.
  • 57 Polylas Jacques 1859, p. κ’.
  • 58 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 83.
  • 59 « …ο αληθής της νέας ελληνικότητος τύπος… » (Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, in Polylas Ja (...)
  • 60 Polylas Jacques1859, p. ια’.

17Polylas emploie de nombreux termes d’origine grecque revisités par la pensée moderne : les hapax ευγενισμός ou αυτομόρϕωτος tiennent de la « Veredelung » schillérienne ou du « Sich bilden » herdérien et la comparaison de la langue avec un tissu, dont on attribue parfois l’origine au « Gewebe » humboldtien56, revient en fait à sa source. La trame de l’influence grecque réapparaît souvent dans la réflexion postérieure, allemande en l’occurrence, où les mots heurtent parfois des visions du monde différentes. Mais les termes clefs de Humboldt, compatibles avec leur sens initial, le sont aussi avec le discours de Polylas, qui reconnaît par exemple le caractère original le mieux conservé du grec dans les chants de Fauriel57 et un type [typus] préalable à la langue « dans l’entendement humain58 ». L’usage grec insolite du mot trahit la présence de concepts nouveaux dans l’affirmation que la langue représente le « vrai type de la grécité moderne59 » ou dans la réflexion sur ce « fossé chaque jour plus profond […] creusé entre le peuple et les lettrés qui, se consacrant aux chefs-d’œuvre immortels des ancêtres, s’appliquaient à conserver dans toute leur pureté les formes [τους τύπους] héritées du passé, et surtout la langue, c’est-à-dire la forme [τον τύπον] qui fédère toutes les autres60 ».

  • 61 Thouard Denis 2000, p. 37.

18L’analyse humboldtienne qui, dans l’Agamemnon, perçoit la connexion « des sons qui contiennent les objets de la réalité pour ainsi dire résolus en idées », les modifient, les déterminent, les séparent, les relient « d’une façon pour laquelle on ne peut penser de limite », en attribuant à ces symboles « un sens supérieur, plus profond, plus délicat…61 », retentit par ailleurs chez Polylas dans l’interprétation de l’historicité du grec. L’élévation pressentie ici est à proportion d’une dégradation préalable :

  • 62 « … η καινούρια μορφή ανέβηκε κ’ εκυρίεψε όλαις ταις τάξεις της κοινωνίας. » (Polylas Jacques 1859 (...)

Et tandis que l’esprit littéraire engagé dans cette lutte descendait, au cours des longues années de servitude, tous les degrés de la philologie formelle et abâtardie, de l’ombre de l’Hellénisme aux époques alexandrine et romaine jusqu’à sa négation à l’époque byzantine, le peuple oublié, par un retour à la nature, dissolvait le sage organisme de la langue antique et formait, à partir de ses débris et d’éléments étrangers, un parler nouveau, jusqu’à ce qu’au terme d’une activité lente mais constante, le grec moderne s’élevât et gagnât toutes les classes de la société62.

19L’énergie de la langue peut se passer de référence étatique, mais elle dépend des institutions :

  • 63 Ibid., p. ια’-ιβ’.

[…] tant que la nation sembla ne pas avoir d’existence, les hommes instruits pouvaient rester, et restaient, indifférents à l’énergie du souffle populaire ; mais dès que l’on vit poindre pour la nation un présent et un avenir, les lettrés sentirent la nécessité de se défaire de l’archaïsme sans âme de la langue écrite et de la modifier de manière à ce qu’elle pût être adoptée par la nation. Mais comme ils prenaient toujours la langue antique, et non le parler vivant, comme base de la langue écrite, leur système encore à peine défini les ramena imperceptiblement mais inévitablement, après toutes sortes de faux pas, vers la forme initiale et sans vie dont ils s’étaient dégagés avec peine63 […].

  • 64 Il s’agit de Ueber das Pathetische cité ibid., p. μ’.
  • 65 Le concept « naît au sens propre à partir de rien, par une pure énergie de l’esprit » (Humboldt Wi (...)

20L’« énergie de l’esprit » (« Energie des Geistes ») se manifeste déjà dans l’extrait de Schiller cité dans les « Prolégomènes »64, mais c’est son interprétation humboldtienne comme source des concepts65 qui autorise Polylas à distinguer l’intuition esthétique du peuple de l’imitation superficielle des formes populaires :

  • 66 « ... όσο δημοτική και αν είναι η εξωτερική της ενέργεια. » (Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίο (...)

Tel qu’il naît de l’imagination spontanée et du sentiment simple du peuple, le chant démotique diffère fondamentalement de la poésie de l’individu cultivé, même lorsque celui-ci adopte la forme extérieure de l’énergie populaire66.

  • 67 Après avoir cité en traduction Fauriel, qui considère le grec moderne comme « la plus belle langue (...)
  • 68 Polylas Jacques 1859, p. ζ’.
  • 69 « Τα δημοτικά μας τραγούδια » et Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, in Polylas Jacques 1959, (...)
  • 70 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 103.
  • 71 Polylas Jacques 1859, p. λθ’, λη’.
  • 72 « Τα δημοτικά μας τραγούδια », in Polylas Jacques 1959, p. 87.

21Humboldt est attentif aux langues du monde, alors que Polylas s’en tient exclusivement au grec ; malgré l’admiration qu’il partage avec Fauriel67 pour ce réservoir d’une mémoire profonde en partie dépossédée de sa propre parole, il ne lui accorde pas une supériorité absolue, il décerne à l’italien le titre de plus belle langue68 et fustige l’arrogance injustifiée des institutions athéniennes qui s’arrogent, par un recours à l’Antiquité, une gloire qui ne leur appartient pas ; plutôt que de draper de patriotisme vaniteux « un squelette pourri et sans âme69 », Polylas conseille de remédier par un travail systématique aux lacunes, aux insuffisances et aux failles du grec moderne. Il pense comme Humboldt qu’une « nation qui ne cherche pas le centre de sa culture dans la poésie […] se prive bientôt de l’action bienfaisante de la poésie sur elle-même70 » et croit à l’interaction de l’inconscient collectif du peuple avec le poète inspiré par la « lumière de l’idée », susceptible de traverser seul, comme Solomos, les degrés qu’une littérature est appelée à franchir pour accéder à la maturité71. Car le barbarisme des pédants, « qui siègent dans un trône sans fondements », est plus regrettable que « le barbarisme involontaire du peuple72 ».

  • 73 « … του λαού λαϊκώτεροι… », « Κριτική Ειδώλων » [1893], Ibid., p. 308. Ce texte fustige les Idoles(...)
  • 74 « επιβάλλεται εις τον ποιητήν κανών βάσκανος, αναιρετικός της αποστολής του […] να αναβιβάση την γ (...)
  • 75 « καθαρή διαίσθηση ενός ελληνικού όλου », « κατασκευάζει γραπτόν λόγον πλαστόν, μή δηλωτικόν του ε (...)
  • 76 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, op. cit., p. 73.
  • 77 « Αποσυνθετική », « αναδιοργανωτική », « καλλιτεχνική φάση » (« Περί γλώσσης », in Polylas Jacques (...)
  • 78 « ...αναβλάστημα από ήμερον πεπαλαιωμένην ρίζα... » (Ibid., p. 322).
  • 79 Humboldt Wilhelm von [1821]/2000, p. 127.
  • 80 « αμοιβαίαν αδιάκοπον ενέργειαν λαού και λογίων » (« Περί γλώσσης » et « Κριτική Ειδώλων »), in Po (...)

22La réflexion humboldtienne imprègne en fait l’ensemble de la démarche de Polylas. Suite à une période d’activité politique intense, plus de vingt ans après sa réponse à Zambelios, Polylas revient explicitement vers Humboldt. C’est, en cette fin de siècle, et sans doute en grande partie grâce à l’impact des Evriskomena qui en ont accéléré la réhabilitation, le moment de la normalisation démotique du grec parlé. Polylas dénonce alors l’idée « radicalement erronée » d’imposer à une langue, asséchée déjà par des générations successives de pédants, un modèle arbitraire, conçu in vitro dans les cabinets de linguistes « plus populaires que le peuple73 ». Il reproche ensuite aux concours d’imposer des modèles plus ou moins savants qui, hostiles à sa vocation, empêchent le poète d’« élever » la langue comme instrument de la pensée74. Et dans un troisième texte inédit, destiné probablement à servir d’introduction à une réflexion plus développée sur le grec, il évoque à nouveau explicitement Humboldt et résume en grec son interprétation de l’énergie de la langue pour condamner la tendance des institutions athéniennes à « construire une langue écrite artificielle, qui fait abstraction du son articulé » et de « l’intuition synthétique de l’esprit national75 ». L’évolution du grec est ici interprétée en fonction des étapes historiques définies par Humboldt (formation de la structure organique, transformation par l’apport étranger et développement interne76), auxquelles s’ajoutent décomposition, restructuration et développement artistique77, dans la mesure où le poète possède seul la faculté de féconder « les anciens rhizomes raffinés de la langue78 », égarés ou étouffés dans l’anomalie de sa déchéance. Contrairement aux pédants, qui appliquent par analogie les « squelettes morts » du lexique et de la grammaire en précipitant l’« effet pétrifiant » de la lettre sur le discours79, la langue s’élève grâce à « l’incessante énergie mutuelle entre peuple et lettrés80 ».

  • 81 Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 33.
  • 82 Théodoros Orphanidis écrit : « με τας λέξεις υποσκάπτοντες των ιδεών τον τάφον… » dans sa satire à (...)
  • 83 « … να φέρουν από τας ακόμη αγνάς πηγάς ζωντανά ρεύματα και καθαρά, μέσα εις την ακίνητον νεκροθάλ (...)
  • 84 Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 45. Après Humboldt et Mme de Staël, Polylas évoque à son tour l (...)
  • 85 « Μελέτη στον Αμλέτο » [Étude sur Hamlet, 1889], in Polylas Jacques 1959, p. 45, 39.
  • 86 Mavilis, dès 1882, et Calosgouros, en 1902, montrent la supériorité des traductions homériques de (...)
  • 87 Tsoutsoura Maria 2001.

23Humboldt affirme qu’« un mot est si peu le signe d’un concept que le concept ne peut même pas naître sans lui81 » et, à l’encontre de la politique culturelle qui « utilise les mots pour creuser le tombeau de la pensée82 », Polylas conseille de « ramener dans la mer morte et immobile de la langue des signes, des courants nouveaux de sources pures et vivantes encore83 », propres au génie national ou accueillies par lui. Voss a en effet montré que l’œuvre étrangère peut devenir « lecture nationale », notamment si elle accorde « autant de soin que possible à la partie métrique84 », et Polylas, médiateur des épopées homériques, du drame shakespearien et du romantisme, insiste particulièrement, comme Humboldt, sur la qualité du vers85. Depuis que son Odyssée a été refusée en 1882 par le ministère grec de l’Éducation, ses disciples prolongent jusque dans l’entre-deux-guerres, à travers des ouvrages et des débats critiques86, une véritable école corfiote de traduction littéraire87 ; mais son apport consiste surtout à avoir démontré la part de l’altérité dans le génie grec.

***

  • 88 Polylas Jacques 1859, p. ιγ’.
  • 89 C’est le moment de la critique de Humboldt par Heymann Steinthal (voir Thouard Denis 2000, p. 184- (...)

24Humboldt se trouve ainsi, par le biais de Polylas, au cœur de la renaissance culturelle grecque ; il contribue à définir la spécificité de l’esprit national dans un État centré sur Athènes qui, piégée dans le postulat néoclassique, imite les capitales occidentales. Dans le prolongement du philhellénisme, le romantisme allemand sert à Polylas à mettre en valeur, en écho au Risorgimento italien, le lien de l’indépendance et de l’unification nationale avec la langue et la littérature grecques, destinées à recueillir et « à fondre en un même alliage ce qui s’est conservé intact dans l’héritage de l’Antiquité et ce qu’a produit le monde européen moderne88 ». S’il évoque, cite et traduit Humboldt dans cette seconde moitié du xixe siècle, quitte à se faire accuser, comme lui, de mysticisme obscur89, c’est pour mieux défendre un point de vue néogrec autonome et original, susceptible de filtrer les éléments compatibles à son caractère et d’intégrer sans inhibition ses propres strates archaïques et orientales.

  • 90 de la Broche des Combes Pierre 1988, p. 18.

25Voici pour terminer deux portraits de Polylas. Le premier concerne l’homme d’action, « … capable de monter des campagnes électorales, de trouver des fonds et des hommes, de négocier des coalitions, de tenir des meetings et de haranguer les foules dans des salles ou en plein air, de parcourir les rues de Corfou sous les insultes et les acclamations90 […] ». Le deuxième est un éloge funèbre sous forme de sonnet, composé par Mavilis en octobre 1896 autour de l’allégorie de Solomos qui identifie la Liberté de la Grèce en révolte à une Mère :

Iakovos Polylas

Au plus haut de la vie, là où la Liberté
Teinte de rose l’air immaculé,
Son de flûte immortelle, la poésie,
Rossignol divin, le cœur adoucit.

Tu as là, dressé, un rempart de diamant ;
Au milieu, miracle et signe de beauté,
De la Mère au grand cœur tu as érigé,
Pourpre comme soleil, le temple sacré.

Au fond du gouffre plein d’araignées, répugnant,
Où, dans le poison et dans le moisi,
L’infamie humaine couve des vipères,

  • 91 Mavilis Lorenzos 2010, p. 121-122. Député lui aussi de Corfou au Parlement grec et éditeur de l’Il (...)

Jamais tu ne descendis ; comme tonnerre
Roulait ta voix, comme flamme elle brûlait
Les malins — et les bons bénissait91.

Bibliographie

Références des ouvrages cités

De la Broche des Combes Pierre 1988
De la Broche des Combes Pierre, Jacques Polylas, journaliste et homme politique, thèse d’État, Sorbonne-Paris 3, 1988.

Carassoutsas Jean 1954
Carassoutsas Jean, Η Βάρβιτος [La phorminx], éd. Dimaras Constantin Th., Athènes, Aetos, 1954.

Fauriel Claude 1824
Fauriel Claude, Chants populaires de la Grèce moderne, Paris, Firmin Didot et Dondey-Dupré, 1824-1825.

Humboldt Wilhelm von 1816/2000
Humboldt Wilhelm von, « Introduction à l’Agamemnon », traduit par Denis Thouard, in Wilhelm von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, Paris, Seuil (Points bilingues), 2000, p. 32-47.

Humboldt Wilhelm von 1836/2000
Humboldt Wilhelm von, « Sur l’étude comparée des langues dans son rapport aux différentes époques du développement du langage », traduit par Denis Thouard, in Wilhelm von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, Paris, Seuil (Points bilingues), 2000, p. 64-111.

Humboldt Wilhelm von [1821]/2000
Humboldt Wilhelm von, « De l’influence de la diversité de caractère des langues sur la littérature et la culture de l’esprit », traduit par Denis Thouard, in Wilhelm von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, Paris, Seuil (Points bilingues), 2000, p. 120-129.

Malakis Spyridon 1863
Malakis Spyridon, Οι τάϕοι της Αργολίδος ή Ύμνος εις την Ελευθερίαν, Athènes, Passaris, 1863.

Mavilis Lorenzos 2010
Mavilis Lorenzos, Les Sonnets, édités et traduits par Maria Tsoutsoura, Paris-Corfou, Epsilon (l’oiseau), 2010.

Moullas Panayotis 1989
Moullas Panayotis, Les concours poétiques de l’université d’Athènes (1851-1877), Athènes, Archives historiques de la jeunesse grecque, 1989.

Paparrigopoulos Dimitrios 1894
Paparrigopoulos Dimitrios, Ανέκδοτα έργα, Athènes, impr. Aristidis Galanos, 1894.

Polychronakis Dimitris 2002
Polychronakis Dimitris, Ο κριτικός ιδεαλισμός του Ιακώβου Πολυλά [L’idéalisme critique chez Jacques Polylas], Athènes, Éditions universitaires de Crète, 2002.

Polylas Jacques 1859
Polylas Jacques 1859, « Προλεγόμενα », in Solomos Dionysios, Ευρισκόμενα [Œuvres retrouvées], Corfou, Hermès, 1859, p. γ’-νδ’.

Polylas Jacques 1959
Polylas Jacques, Άπαντα [Œuvres complètes], Athènes, Nikas, 1959.

Rangabé Alexandros Rizos 1837
Rangabé Alexandros Rizos, Διάϕορα ποιήματα [Poésies diverses], Athènes, Coromilas, 1837.

Rangabé Alexandros Rizos 1853
Ο Α. Ραγκαβής και ο Π. Σούτσος ή Η Νέα Επιστήμη περί των ϕαινομένων της αυτομάτου κινήσεως της τραπέζης και Η νέα σχολή του γραϕομένου λόγου ή Η Ανάστασις της Αρχαίας Ελληνικής γλώσσης νοουμένης υπό πάντων [A. Rangabé et P. Soutsos ou La Science Nouvelle sur la mobilité autonome de la table et La Nouvelle Ecole de la langue écrite ou La Résurrection de la langue ancienne disposée à l’entendement de tous], Athènes, Angelopoulos, 1853.

Rangabé Alexandros Rizos 1854a
Rangabé Alexandros Rizos, « Ο ποιητικός αγών του 1853 » [Le concours poétique de 1853], Pandora 4 (Athènes, 1854), p. 17-23.

Rangabé Alexandros Rizos 1854b
Rangabé Alexandros Rizos, « Esquisses de la littérature grecque moderne », Le Spectateur de l’Orient 3 (7 septembre 1854), p. 1-19.

Rangabé Alexandros Rizos 1862-1863
Rangabé Alexandros Rizos, « Έκθεσις του ποιητικού διαγωνισμού του έτους 1862 » [Rapport du concours poétique de 1862], Pandora 13, Athènes, 1862-1863.

Rangabé Alexandros Rizos 1930
Rangabé Alexandros Rizos, Απομνημονεύματα [Mémoires], Athènes, Kasdonis, 1930.

Solomos Dionissios 1824
Dionissios Solomos [de Zante], Ύμνος εις την Ελευθερίαν [écrit en mai 1823], volgarizzato in prosa italiana da Gaetano Grassetti, Missolonghi, Mestheneos, 1824.

Soutsos Alexandros 1975-1977
Soutsos Alexandros, « Επιστολή προς τον Βασιλέα της Ελλάδος Όθωνα », Ποιητική Ανθολογία, Vol. 4, dir. Linos Politis, Athènes, Dodoni, 1975-1977, p. 27-30.

Soutsos Panayotis 1853a
Soutsos Panayotis, Νέα Σχολή του γραϕομένου λόγου ή Η Ανάστασις της Αρχαίας Ελληνικής γλώσσης εννοουμένης υπό πάντων [La Nouvelle École de la langue écrite ou La Résurrection de la langue ancienne disposée à l’entendement de tous], Angelidou, 1853.

Soutsos Panayotis 1853b
Ι. Σ. [Soutsos Panayotis], [lettre], Eôn, Athènes, 15.4.1853

Thouard Denis 2000
Thouard Denis (éd. et trad.), Wilhelm von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, Paris, Seuil (Points bilingues), 2000.

Trabant Jürgen 1995
Trabant Jürgen, « Sprachsinn : Le sens du langage, de la linguistique et de la philosophie du langage », in Meschonnic Henri (dir.), La Pensée dans la langue. Humboldt et après, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1995, p. 51-71.

Trabant Jürgen 2003
Trabant Jürgen, « Quand l’Europe oublie Herder, Humboldt et les langues », in Pénisson Pierre et Waszek Norbert (éds), Revue germanique internationale 20, Herder et les Lumières, (2003), p. 153-165.

Tsoutsoura Maria 1998
Tsoutsoura Maria, « O Iάκωβος Πολυλάς και οι γλωσσικές επιστήμες » [Polylas et les sciences du langage], Porphyras 84-85 (1998), p. 343-360.

Tsoutsoura Maria 2001
Tsoutsoura Maria, « Η επτανησιακή σχολή της μετάϕρασης » [L’écοle ionienne de traduction], in ευθύς εγέμισε άνθη…, Corfou, Porphyras éd., 2001, p. 114-119.

Tsoutsoura Maria 2004
Tsoutsoura Maria, « Συγκριτική μεθοδολογία και Eπτανησιακή Σχολή : καταβολές, ειρωνεία και προκατάληψη » [Comparatisme et École Ionienne : origines, ironie et préjugés], in Actes du 8e Colloque Panionien, Athènes, Association des études de Leucade éd., 2004, t. 1, p. 289-304.

Tsoutsoura Maria 2010
Tsoutsoura Maria, Jeux de reflets entre les voyageurs romantiques français et la littérature néo-grecque, Paris-Athènes, Epsilon (l’oiseau), 2010.

Tsoutsoura Maria 2011a
Tsoutsoura Maria, « Grec (romantisme) », in Vaillant Alain (dir.), Dictionnaire du Romantisme, Paris, CNRS éditions, 2011, p. 305-310.

Tsoutsoura Maria 2011b
Tsoutsoura Maria, « Solomos », in Vaillant Alain (dir.), Dictionnaire du Romantisme, Paris, CNRS éditions, 2011, p. 704-706.

Tsoutsoura Maria 2011c
Tsoutsoura Maria 2011c, « Kalvos », in Vaillant Alain (dir.), Dictionnaire du Romantisme, Paris, CNRS éditions, 2011, p. 392-393.

Tsoutsoura Maria et Maufroy Sandrine 2014
Tsoutsoura Maria et Maufroy Sandrine, « Aspects du romantisme grec depuis 1823 : « Prolégomènes » (1859) de J. Polylas à l’édition posthume des œuvres de D. Solomos (Zante, 1798-Corfou, 1857) », in Peyrache Dominique (dir.), Théories esthétiques du romantisme à l’étranger, Nantes, Éditions nouvelles Cécile Defaut (« Horizons comparatistes »), 2014, p. 359-372.

Vassiliadis Spyridon 1869
Vassiliadis Spyridon, Οι Καλλέργαι — Λουκάς Νοταράς, Athènes, Ktena-Iconomou, 1869.

Xenopoulos Grigorios 1916
Xenopoulos Grigorios, Les Paraschos, Athènes, Parnassos, 1916.

Notes

1 Longtemps dominées par Venise, annexées par la France en 1797 et provisoirement placées sous tutelle russe, les îles de la mer Ionienne restent un demi-siècle sous protectorat britannique avant d’être rattachées à la Grèce en 1864. Les sept plus importantes d’entre elles (Corfou, Zante, Céphalonie, Leucade, Cythère, Ithaque et Paxi) justifient l’appellation grecque d’Heptanèse.

2 de la Broche des Combes Pierre 1988, p. 38. Georges Valetas (« Η ζωή και το έργο του Πολυλά » [Vie et oeuvre de Polylas], in Polylas Jacques 1959, p. ιγ’) situe cet événement en 1490.

3 La Tempête (Corfou, 1855), première édition d’une œuvre intégrale de Shakespeare en grec, et Hamlet (Athénes, 1899), cinquième traduction grecque depuis le manuscrit de G. Théotokis (Corfou, 1819).

4 Voir la lettre adressé par Polylas à C. Manessis (Naples, 9.10.1852), in Polylas Jacques 1959, p. 490.

5 Les écrivains Constantin Théotokis et Irène Dendrinou ont respecté le manuscrit complet retrouvé dans les papiers du poète Lorenzos Mavilis, neveu et ami de Polylas ; mais des extraits de cette Iliade avaient déjà paru dans des revues athéniennes entre 1890 et 1895.

6 La présence des républicains français a provisoirement prêté à considérer les Sept-Îles comme matrice d’une nation grecque autonome et démocratique.

7 Tsoutsoura Maria 2011a et Tsoutsoura Maria 2001b.

8 Polylas effectue cependant avec sa femme un séjour prolongé à Naples en 1851-1852.

9 Il prend la relève d’autres savants comme N. Lunzi et J. Menayas, qui traduisaient pour Solomos Goethe, Novalis, Arnim, Hoffmann, Tieck, Jean Paul, Chamisso, Brentano, Hegel, Fichte, Schlegel et Schelling. Voir Polylas Jacques 1859, p. λε’.

10 Solomos Dionissios 1824 et Fauriel Claude 1824-1825.

11 La haine durable des pouvoirs locaux de la Morée envers Capodistria au début de l’indépendance contribue à susciter une certaine méfiance des Grecs du continent à l’égard des Corfiotes.

12 Rangabé Alexandros Rizos 1854a.

13 Lettre adressée le 22.8.1850 par Ambroise Rallis (représentant de la Rallis Bros à Trieste et premier mécène du concours) au ministère grec de l’Éducation, publiée dans le journal I Elpis (Athènes, 6.11.1850).

14 Dans la préface sous forme de dialogue publiée par Alexandros Rizos Rangabé en tête de ses Διάφορα ποιήματα (Rangabé Alexandros Rizos 1837, p. ιδ’), l’Ami traite de « romantique » le mépris des règles classiques de la part de l’auteur, qui prétend ignorer jusqu’au sens du terme.

15 « La poésie de notre Grèce moderne a vu le jour/au sein du bonheur, sur les charmants rivages du Bosphore », écrit en 1835 le Phanariote Alexandros Soutsos pour rendre compte de la situation du monde néogrec auprès du roi Othon 1er qui arrive à Athènes (Soutsos Alexandros 1975-1977). Les habitants du Phanar, quartier du siège orthodoxe de Constantinople, formaient selon Rangabé, cousin de Soutsos, « une aristocratie de mérite, nullement exclusive, qui devenait cependant le plus souvent héréditaire » (Rangabé Alexandros Rizos 1854b). Destinés jadis aux hautes fonctions auprès de la Porte et des principautés danubiennes, les Phanariotes occupent à Athènes des postes en vue.

16 « Kalvos et Solomos, faiseurs d’odes notoires/ont méprisé de notre langue les gloires ;/mais des idées riches, chichement vêtues/ne sont pas à la vie éternelle promues », poursuit Alexandros Soutsos (Soutsos Alexandros 1975-1977, p. 32). Andreas Kalvos (dont le xixe siècle grec feint d’ignorer l’œuvre parue à Genève et à Paris en 1824 et en 1826) est né à Zante et s’est formé en Italie comme Solomos. Voir Tsoutsoura Maria 2011c.

17 Rapport du 17 juin 1852, adressé par A. Rallis au recteur Sp. Pilicas, futur ministre de la Justice d’Othon (traduit in Moullas Panayotis 1989, p. 37).

18 Dans les Orientales, Hugo cite Panayotis Soutsos, frère d’Alexandre, dont les vers grecs paraphrasent souvent Lamartine et Chateaubriand. Voir aussi Tsoutsoura Maria 2010, p. 77, 226-234.

19 Son essai sur la Nouvelle École de la langue écrite ou la Renaissance de la Langue Antique accessible à tous (Soutsos Panayotis 1853a) accuse d’impuretés linguistiques Adamantios Coray et déclenche un des premiers débats littéraires de l’État grec. Réfuté par Constantinos Assopios (professeur à l’Académie Ionienne, puis à l’université d’Athènes), il l’est aussi par Alexandros Rizos Rangabé qui assimile la thèse de Soutsos à la pratique des tables tournantes en évoquant Michael Faraday et les « aphorismes patriarcaux » du « grand Humboldt » (« μέγας Ουμβόλδος », Rangabé 1853, p. 8), dont l’impact indiscutable auprès de l’élite grecque reste mal défini.

20 C’est le cas de celles de Georges Tertsetis, premier député de Zante à Athènes et directeur de la bibliothèque du Parlement, qui contribue à sauver les manuscrits de Solomos et défend le général Theodoros Kolokotronis, accusé par la régence bavaroise de haute trahison.

21 Parmi les paraphrases ou imitations de Solomos soumises au concours comme œuvres originales, le meilleur exemple est l’anonyme Ύμνος εις τον Ελληνικόν Αγώνα [Hymne à la Cause grecque, 1861], qui prétend remplacer l’Hymne à la liberté par des vers puristes.

22 C’est le titre du chapitre sur 1857 de Moullas Panayotis 1989, p. 114.

23 La « Grande Idée » implique de refaire de Constantinople, à l’instar de Byzance, la capitale du monde grec.

24 Moullas Panayotis 1989, p. 130.

25 « οσσιανοβυρωνολαμαρτινική σπληνολογία » (Ibid., p. 160).

26 Ibid., p. 182.

27 Tsoutsoura Maria et Maufroy Sandrine 2015, p. 368.

28 En 1858, Tertsetis soumet au concours une satire au sujet de la rémunération réclamée par le jury.

29 Rangabé Alexandros Rizos 1862-1863, p. 121, et Rangabé Alexandros Rizos 1930, t. 3, p. 93.

30 D’autant que les nouveaux espoirs de la poésie grecque sont morts prématurément : Dimitrios Paparrigopoulos (fils de l’historien Constantinos), qui déclare l’intention de « ranimer la mythologie antique » en l’associant aux sentiments nouveaux (Paparrigopoulos Dimitrios 1894, p. 7) et Spyridon Vassiliadis qui, après avoir adopté les principes de la dramaturgie shakespearienne qui lui convenaient, condamne Shakespeare, Lamartine et Byron, Schiller, Gœthe et Hugo (Vassiliadis Spyridon 1869, p. ε’, ια’, λζ’, λθ’).

31 Malakis Spyridon 1863, Οι τάφοι της Αργολίδος ή Ύμνος εις την Ελευθερίαν, Athènes, impr. Passaris, 1863.

32 Polylas insiste pourtant sur les affinités de Solomos avec Giuseppe Parini, un des premiers poètes italiens à rompre avec le classicisme (Polylas Jacques 1859, p. η’).

33 Il est mis en musique par Nicolas Manzaros, ami de Solomos comme Glinka le fut de Pouchkine (Ibid., p. κγ’).

34 Voir son Précis d’histoire de la littérature néo-hellénique (Berlin, 1877), issu des « Esquisses de la littérature grecque moderne » (in Le Spectateur de l’Orient, Athènes, 1853-1855), où Polylas, déjà traducteur de Shakespeare et d’Homère, est évoqué comme auteur d’un essai sur la politique dans l’Antiquité. Pour justifier l’importance accordée aux Phanariotes, Rangabé attribue au terme un sens large ; il insiste sur les lettres grecques avant l’indépendance, sur l’université d’Athènes, sur son propre apport et sur celui de son oncle Jacovaky Rizo-Neroulos, qui n’oubliait pourtant pas Solomos et Kalvos dans son Cours de littérature grecque moderne (Genève, 1828), rédigé également en français.

35 Voir la conférence de Grigorios Xenopoulos, romancier et auteur dramatique célèbre, éditeur et critique influent, sur Les Paraschos (Xenopoulos Grigorios 1916). Après avoir marqué son temps, le « romantisme » athénien présente rarement plus qu’un intérêt philologique.

36 Polylas Jacques 1859, p. λ’.

37 Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 37.

38 Voir Tsoutsoura Maria et Maufroy Sandrine 2014.

39 Solomos plaçait Eschyle au-dessus de Sophocle et d’Euripide (Polylas Jacques 1859, p. λς’).

40 Polylas Jacques 1859, p. λς’, p. ιθ’.

41 Certains chercheurs attribuent l’indignation de Zambelios à sa déception devant le Solomos des Evriskomena, inférieurs à son attente. Voir Polychronakis Dimitris 2002, p. 168.

42 Polylas Jacques 1859, p. λε’.

43 Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου [Aux sources de la mysticophobie de Sp. Zambelios, Corfou, 1860], in Polylas Jacques 1959, p. 141. Le nom de Humboldt est toujours cité chez Polylas en caractères latins, contrairement à l’hellénisation que lui impose Rangabé, op. cit., note 19.

44 « Καθαρότης », « ησυχία », « σεμνοπρέπεια » : Polylas insiste beaucoup sur la dignité, qu’il identifie à la Némésis (Polylas Jacques 1859, p. ιβ’-ις’, κα’, λα’, ιδ’, ς’, μγ’, κη’).

45 Polylas Jacques 1859, p. ι’.

46 A. Rangabé a étudié à l’École militaire de Bavière et Koumanoudis, auditeur aux universités de Berlin, de Munich et de Paris, ne possède aucun diplôme.

47 Trabant Jürgen 1995 et Trabant Jürgen 2003.

48 « … mischen und zusammenfliessen… », Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 110-111.

49 Η Φιλολογική μας γλώσσα [Notre langue littéraire, Athènes, 1892], in Polylas Jacques 1959, p. 274.

50 « Τα δημοτικά μας τραγούδια » [Nos chants populaires, 1848], Ibid., p. 85, p. 87.

51 Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, Ibid., in Polylas Jacques 1959, p. 148.

52 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 54.

53 Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, in Polylas Jacques 1959, p. 148. Polylas Jacques 1859, p. λβ’.

54 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 110-111.

55 Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 37.

56 Polychronakis Dimitris 2002, p. 144, p. 245, p. 216 et Polylas Jacques 1859, p. ια’.

57 Polylas Jacques 1859, p. κ’.

58 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 83.

59 « …ο αληθής της νέας ελληνικότητος τύπος… » (Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, in Polylas Jacques 1959, p. 148).

60 Polylas Jacques1859, p. ια’.

61 Thouard Denis 2000, p. 37.

62 « … η καινούρια μορφή ανέβηκε κ’ εκυρίεψε όλαις ταις τάξεις της κοινωνίας. » (Polylas Jacques 1859, p. ια’).

63 Ibid., p. ια’-ιβ’.

64 Il s’agit de Ueber das Pathetische cité ibid., p. μ’.

65 Le concept « naît au sens propre à partir de rien, par une pure énergie de l’esprit » (Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 34-35).

66 « ... όσο δημοτική και αν είναι η εξωτερική της ενέργεια. » (Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, in Polylas Jacques 1959, p. 149).

67 Après avoir cité en traduction Fauriel, qui considère le grec moderne comme « la plus belle langue de l’Europe […] et indubitablement la plus perfectible » (« Discours préliminaire », in Fauriel Claude 1824, p. CXXIV), Polylas assure que cette langue n’aura rien à envier au grec ancien si elle est cultivée par des auteurs respectueux de son génie (Polylas Jacques 1859, p. κ’).

68 Polylas Jacques 1859, p. ζ’.

69 « Τα δημοτικά μας τραγούδια » et Πόθεν η μυστικοφοβία του Σπ. Ζαμπελίου, in Polylas Jacques 1959, p. 85-87 et 141.

70 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, p. 103.

71 Polylas Jacques 1859, p. λθ’, λη’.

72 « Τα δημοτικά μας τραγούδια », in Polylas Jacques 1959, p. 87.

73 « … του λαού λαϊκώτεροι… », « Κριτική Ειδώλων » [1893], Ibid., p. 308. Ce texte fustige les Idoles d’Emmanuel Roïdis, romancier et critique influent à Athènes, qui défend en grec savant le modèle démotique du linguiste Jean Psichari, originaire de Chio et installé à Paris. Sur les débuts néogrecs du discours sur le langage et la littérature comparée, voir Tsoutsoura Maria 1998 et Tsoutsoura Maria 2004.

74 « επιβάλλεται εις τον ποιητήν κανών βάσκανος, αναιρετικός της αποστολής του […] να αναβιβάση την γλώσσαν εις όργανον πνευματικόν » (Η Φιλολογική μας γλώσσα, in Polylas Jacques 1892/1959, p. 254).

75 « καθαρή διαίσθηση ενός ελληνικού όλου », « κατασκευάζει γραπτόν λόγον πλαστόν, μή δηλωτικόν του ενδιαθέτου », Η Φιλολογική μας γλώσσα [Notre langue littéraire] et « Περί γλώσσης » [De la langue], in Polylas Jacques 1959, p. 259, 334. Dans ces derniers essais, Polylas compare souvent la langue officielle à une construction.

76 Humboldt Wilhelm von 1836/2000, op. cit., p. 73.

77 « Αποσυνθετική », « αναδιοργανωτική », « καλλιτεχνική φάση » (« Περί γλώσσης », in Polylas Jacques 1959, p. 324-330).

78 « ...αναβλάστημα από ήμερον πεπαλαιωμένην ρίζα... » (Ibid., p. 322).

79 Humboldt Wilhelm von [1821]/2000, p. 127.

80 « αμοιβαίαν αδιάκοπον ενέργειαν λαού και λογίων » (« Περί γλώσσης » et « Κριτική Ειδώλων »), in Polylas Jacques 1959, p. 335 et p. 318.

81 Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 33.

82 Théodoros Orphanidis écrit : « με τας λέξεις υποσκάπτοντες των ιδεών τον τάφον… » dans sa satire à succès Τίρι-Λίρι ή το κυνηγέσιον εν Σύρω [Tiri-Liri ou la chasse à Syros, 1857-1858], soumise au concours d’Athènes un mois après la mort de Solomos, in Moullas Panayotis 1989, op. cit., p. 121-130..

83 « … να φέρουν από τας ακόμη αγνάς πηγάς ζωντανά ρεύματα και καθαρά, μέσα εις την ακίνητον νεκροθάλασσαν της συνθηματικής γλώσσης… » (Περί γλώσσης, in Polylas Jacques 1959, p. 334).

84 Humboldt Wilhelm von 1816/2000, p. 45. Après Humboldt et Mme de Staël, Polylas évoque à son tour les traductions d’Homère réalisées par Voß et par Monti dans l’essai inédit « Η ποιητική μετάφρασις » [La traduction poétique], in Polylas Jacques 1959, p. 306-307.

85 « Μελέτη στον Αμλέτο » [Étude sur Hamlet, 1889], in Polylas Jacques 1959, p. 45, 39.

86 Mavilis, dès 1882, et Calosgouros, en 1902, montrent la supériorité des traductions homériques de Polylas sur celles de Bikélas, autorisées par le ministère et riches en anachronismes klephtiques ; dans Notre langue littéraire, Polylas défend par ailleurs les traductions de Bürger et du Tasse effectuées par les Ioniens Mavilis et Typaldos, contre celles que les Athéniens Vlachos et Rangabé ont données des mêmes textes.

87 Tsoutsoura Maria 2001.

88 Polylas Jacques 1859, p. ιγ’.

89 C’est le moment de la critique de Humboldt par Heymann Steinthal (voir Thouard Denis 2000, p. 184-185).

90 de la Broche des Combes Pierre 1988, p. 18.

91 Mavilis Lorenzos 2010, p. 121-122. Député lui aussi de Corfou au Parlement grec et éditeur de l’Iliade dans la traduction de Polylas, le poète Lorenzos Mavilis est un de ses principaux successeurs dans la défense de l’école corfiote.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Page de garde de Denis Solomos, Evriskomena [Œuvres retrouvées], Hermis, Corfou 1859.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 2. Première page des « Prolégomènes » de Jacques Polylas aux Evriskomena [Œuvres retrouvées] de Denis Solomos.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 3. Anastase Sargint, « Denis Solomos jeune », 9 x 11 cm, 1818, Musée Solomos de Zante.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/740/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 4. Rénové à la fin du xixe siècle par le baron Luca Bibelli, héritier des Polylas, leur château reçoit de 1936 à 1940 le roi Georges II de Grèce. Photo d’Ali Sami Bey.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/740/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 5. Caricature de Polylas (1884) par Antoine Pierris, in : Polylas, Apanda [Œuvres complètes], Athènes 1959.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/740/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 6. Polylas et ses amis (1884) par Antoine Pierris, in : Polylas, Apanda [Œuvres complètes], Athènes 1959.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/740/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Ecrivain et universitaire, docteur en littérature générale et comparée (Sorbonne-Nouvelle-Paris III, 1991), habilitée à diriger des recherches en études grecques (Paris-Sorbonne, 2006). Auteur des livres Η ευρωπαϊκή συνείδηση του Γιώργου Σεφέρη [La Conscience européenne de Georges Séféris, 1993] et Μετάφραση και ερμηνευτική [Traduction et Interprétation, 1997], elle a récemment codirigé avec Stéphane Sawas le dossier Constantin Cavafy de la revue Europe (no 1010-1011, juin 2013), édité et traduit les sonnets de Lorenzos Mavilis (Epsilon, 2010) et publié en son nom propre Jeux de reflets entre les voyageurs romantiques français et la littérature néo-grecque (Epsilon, 2010).

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540