Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'hellénisme de Wilhelm Von Humboldt et ses prolongements européens

 | 
Sandrine Maufroy
, 
Michel Espagne

Première partie. D'Allemagne en Grèce : cheminements humboldtiens

9. Inventer une archéologie « pratique »

Karl Otfried Müller aux mains des Grecs modernes

Eleonora Vratskidou

Volltext

  • 1 Pappadopoulos Grigorios 1845, p. 3.

La civilisation grecque, naturalisée partout dans le monde éclairé, a certes fait des vestiges ancestraux une sorte d’acquis universel, dans lequel sont compris tous les chapitres du progrès de l’humanité […] et les types éternels du beau et du sublime ; et elle constitue toujours une source inépuisable de sentiments nobles, de grandes pensées et de progrès sociaux, destinée peut-être à réformer à nouveau la société européenne. Néanmoins, c’est uniquement à nous, une fois dignement instruits, qu’il est réservé de contempler dans ce Parthénon sur l’Acropole le sanctuaire de nos aïeuls, d’admirer les effigies de nos pères dans les statues exhumées, de lire Démosthène sur la Pnyx en contemplant Salamine, et de retrouver nos anciennes traditions chez Homère1.

  • 2 Il convient d’attirer l’attention sur le fait que Pappadopoulos paraît déjà quelque peu sceptique (...)

1En 1845, lors d’une cérémonie solennelle à l’École des arts d’Athènes, auprès d’un auditoire composé du tout-Athènes et en présence du roi Othon, l’historien et philologue Grigorios Pappadopoulos (1819-1873) ouvre sur ces paroles son discours d’inauguration de la première exposition artistique officielle organisée dans le royaume de Grèce, fondé à peine quinze ans plus tôt. Ses propos fournissent un exemple typique de la manière dont, pendant les premières décennies de la création de l’État grec, on essaya de penser le rapport au patrimoine culturel de l’Antiquité, et surtout de distinguer les attitudes, d’une part, de la « société européenne », et, d’autre part, des Grecs modernes envers ce patrimoine. Visée de l’humanité et modèles esthétiques parfaits : Pappadopoulos résume parfaitement la valeur de l’Antiquité pour l’ensemble du « monde éclairé » — il suffit de penser à Wilhelm von Humboldt2. Quant à ses compatriotes, il s’agissait pour eux de retrouver l’intimité familière — voire familiale — d’un héritage qui était entre temps devenu « universel ». Si Humboldt avait évoqué une conception idéale de l’homme et de l’humanité, afin de persuader les Allemands qu’ils devaient prendre les Grecs pour modèles, les Grecs modernes voulaient, eux, simplement être « Grecs ». Dans leur cas, idéal d’humanité et singularité culturelle coïncident — un paradoxe qui accompagne la formation de l’imaginaire national en Grèce.

2Le rapport privilégié à l’héritage antique que Pappadopoulos réserve aux Grecs modernes, un lien de pères à fils, ne doit pas être compris comme la revendication d’une continuité d’ordre biologique ou racial, mais d’une continuité d’ordre culturel : les Grecs seront « dignes » de se référer à leurs ancêtres une fois « instruits ». Loin de s’attacher à l’image d’un peuple élu destiné à régénérer la gloire de ses aïeuls, la pensée nationaliste antiquisante mobilise plutôt l’idée d’un devoir, voire d’une dette héritée, qui requiert un engagement actif de l’ensemble de la société dans cette direction. L’éducation représente l’axe le plus prisé de cet engagement ; or, cette éducation sera largement fondée sur des modèles européens. Dans son enseignement au sein de l’École des arts, ce même Pappadopoulos va promouvoir un idéal d’Ελληνομάθεια, de connaissance globale de l’antiquité hellénique, en puisant dans l’œuvre de l’historien, philologue et archéologue allemand Karl Otfried Müller (1797-1840), l’un des plus fins connaisseurs du monde antique dans la première moitié du xixe siècle.

  • 3 À peine quatre mois après son arrivée en Grèce, Müller tombe malade lors de ses recherches au temp (...)
  • 4 Voir à ce titre l’étude magistrale de Yannis Hamilakis (Hamilakis Yannis 2007).

3C’est précisément de Karl Otfried Müller et de l’accueil singulier qu’a trouvé son œuvre en Grèce qu’il sera question ici. Sa mort subite et prématurée, lors d’un voyage en Grèce qui venait couronner plus de vingt années de recherches, a fait de Müller un grand héros philhellène, tombé sur le champ des ruines antiques3, fait qui aura largement facilité la réception de son œuvre au sein du pays. Nous nous concentrerons plus particulièrement sur l’appropriation de l’œuvre archéologique de Müller et sur sa contribution à la formation de la discipline de l’archéologie, qui, en Grèce, bénéficie très tôt d’un encadrement institutionnel. Dès 1834, le service archéologique de l’État est créé et des lois pour la protection des antiquités sont mises en place. Trois ans plus tard, en 1837, une chaire d’archéologie — l’une des plus précoces en Europe — est inaugurée à l’université d’Athènes, tandis que la même année se crée la Société archéologique, une association privée reconnue par l’État et travaillant en étroite collaboration avec l’administration publique. Du fait de leur matérialité et de leur enracinement dans le sol du pays — qui contrastent avec l’extrême mobilité des textes —, les vestiges archéologiques ont joué un rôle particulièrement efficace dans la formation de l’imaginaire national4. Il suffit, pour s’en persuader, d’observer l’ordre dans lequel Pappadopoulos énumère les points de contact des Grecs modernes avec leurs ancêtres dans la citation inaugurale : il évoque d’abord le Parthénon et les statues exhumées, puis les discours de Démosthène, dont la lecture se veut ancrée dans les lieux mêmes de leur production, la Pnyx, et dans le paysage de l’Attique, et finit par les éléments les plus dématérialisés, les poèmes épiques d’Homère.

4Un retour sur la période othonienne (1833-1862), marquée par le projet de faire revivre l’Antiquité dans la Grèce moderne, atteste d’une double réception de l’œuvre archéologique de Müller en Grèce : d’une part, au sein de l’université et, d’autre part, au sein de la première institution artistique du pays, l’École des arts. Dans le cas surtout de cette dernière, l’appropriation de l’œuvre de Müller s’avère être en même temps une véritable réinvention, voire une « trahison » productive, qui soumet cette œuvre à des exigences qui ne lui étaient pas inhérentes. Une poursuite de l’analyse permettra, plus largement, d’éclairer les origines institutionnelles multiples de la discipline archéologique en Grèce, sa construction transnationale, ainsi que ses usages sociaux.

Müller et l’archéologie : un manuel fondateur

  • 5 Pour une courte notice biographique, voir Unte Wolf 1990. Sur les différents aspects et le retenti (...)
  • 6 Voir par exemple ses ouvrages, largement traduits tout au long du xixe siècle, Prolegomena zu eine (...)
  • 7 Unte Wolf 1990, p. 313, 317.

5Karl Otfried Müller est l’un des érudits les plus engagés dans l’idéal néo-humaniste, tant par la place primordiale qu’il accorde aux Grecs dans son approche du monde antique que par sa conception holiste et organique de l’antiquité grecque5. Formé à l’université de Berlin auprès d’August Boeckh, qui le considérait comme l’un de ses meilleurs élèves, Müller devient dès 1819, à l’âge de vingt-deux ans, professeur à la chaire d’Altertumskunde de l’université de Göttingen, où il remplace l’illustre philologue et archéologue Friedrich Gottlieb Welcker. Müller compte parmi les fondateurs de l’Altertumswissenschaft en Allemagne et son œuvre marque un tournant dans l’approche du monde antique et ses méthodes. Auteur de contributions majeures et novatrices sur des objets particuliers, tels que les mythes, la littérature ou l’art antique6, le professeur de Göttingen envisageait avant tout la Grèce antique comme une totalité historique et sociale, en embrassant une approche qui s’enracine chez Christian Gottlob Heyne et qui se systématise à travers la pensée de Wilhelm von Humboldt et les écrits de Friedrich August Wolf, puis l’enseignement universitaire de Boeckh. L’objectif était de reconstituer la vie des Grecs anciens sous tous ses aspects, politiques, économiques, religieux et artistiques, projet qui exigeait le concours de toutes les disciplines des études classiques. Μüller entreprend une telle tentative de synthèse dès sa thèse de doctorat, consacrée à l’île d’Égine (Aegineticorum liber, 1817), et la poursuit dans ses ouvrages Orchomenos und die Minyer (1820) et Die Dorier (1824). Müller considérait ces volumes comme les premiers d’une série ambitieuse, qui resta inachevée : sous le titre général de Geschichten hellenischer Stämme und Städte, il avait l’intention de proposer des monographies analogues sur toutes les tribus (Stämme) helléniques7.

  • 8 Gran-Aymerich Ève 2011, p. 114.
  • 9 Voir Ranke Karl Ferdinand 1870, p. 11-12 ; Nickau Klaus 1989, p. 31, p. 34.
  • 10 Sur le manuel de Müller, voir notamment Fittschen Klaus 1998, et sur sa réception dans le cadre de (...)
  • 11 Potts Alex 1991, p. 35.

6Dans le cadre de cette démarche, formée dans l’esprit de la Sachphilologie de Boeckh, les vestiges matériels de toutes sortes sont particulièrement privilégiés, à côté des sources écrites qui primaient traditionnellement dans l’approche de l’Antiquité. Dans ses recherches comme dans le cadre de son enseignement universitaire, Müller ménage une place prépondérante à l’archéologie, qui commence pendant cette période à se constituer comme champ autonome parmi les différentes disciplines de l’Altertumwissenschaft. Müller est en effet l’un des rares philologues à offrir des cours d’archéologie, activité à laquelle ses études ne l’avaient pas particulièrement préparé8. Afin d’enrichir ses connaissances et de nourrir son enseignement, il va d’abord à Dresde, en 1820, et deux ans plus tard, voyage en Grande-Bretagne, en Hollande et en France, afin d’étudier de près les différentes collections européennes d’antiquités. Ses cours, d’une grande renommée locale et internationale, se fondent sur un examen concret des œuvres à partir de reproductions, à savoir des planches illustrées et les moulages de l’importante collection universitaire de Göttingen9. Pour les besoins de cet enseignement, il compose surtout son Ηandbuch der Archäologie der Kunst (1830, 2e éd. 1835), qu’on considère aujourd’hui comme le manuel fondateur de la discipline10. Le savant allemand y présente un traité d’ensemble sur l’art antique, où il condense avec une simplicité remarquable la quasi-totalité du savoir archéologique de son époque. Sa présentation claire et admirablement structurée trahit un sens profond de la pédagogie et a sans doute contribué à son énorme succès. Réédité plusieurs fois en Allemagne et rapidement traduit en plusieurs langues, le Handbuch est vite devenu la référence par excellence en la matière, remplaçant définitivement l’autorité de la Geschichte der Kunst des Altertums (1764) de Johann Joachim Winckelmann, qui constituait jusqu’alors la grande synthèse sur l’art antique11.

Pour et contre Müller : l’enseignement de l’archéologie à l’université d’Athènes et la question de l’autochtonie de l’art grec

  • 12 Suivent les traductions en italien, en 1844-1845, et en anglais, en 1847.
  • 13 Sur la carrière de Ross en Grèce, qui ne fut pas sans tensions avec l’administration locale, voir (...)
  • 14 Il convient de souligner d’emblée la difficulté de la tâche que s’est donnée le professeur alleman (...)
  • 15 Ross Ludwig 1841, p. α’.
  • 16 Döhl Hartmut 1989, p. 61. Les principaux interlocuteurs de Müller à Athènes étaient Ludwig Ross, K (...)
  • 17 Sur ce débat, voir notamment Fittschen Klaus 2005.

7Le manuel de Müller a été d’une importance capitale pour l’enseignement universitaire de l’archéologie en Grèce. Dès 1841, le Ηandbuch der Archaölogie der Kunst se voit adapter en grec : avec la traduction française datant de la même année, il s’agit des premières reprises du manuel en dehors de l’Allemagne12. L’adaptation grecque de 1841 n’est toutefois pas due à un Grec, mais à l’archéologue allemand Ludwig Ross (1806-1859). Protégé des Bavarois au pouvoir, Ross a passé quelques-unes des années les plus productives de sa carrière en Grèce, d’abord en tant que conservateur des antiquités au service archéologique de 1833 à 1836, puis comme professeur d’archéologie à l’université d’Athènes, entre 1837 et 184413. Pour les besoins de son enseignement, Ross compose le Εγχειρίδιον της αρχαιολογίας των τεχνών (Manuel de l’archéologie des arts), qui constitue le premier manuel archéologique en langue grecque14. Comme il l’indique dans son introduction, Ross se base largement sur l’ouvrage fondateur de Müller15, qu’il avait beaucoup fréquenté lors de son séjour à Athènes en 1840, peu avant sa mort16. Ross n’adopte pas pour autant l’ensemble des positions de son collègue de Göttingen : les principaux points de décalage entre les deux ouvrages sont liés au profond désaccord des deux savants sur la question des origines de l’art antique. Fasciné par le déchiffrement de l’écriture des hiéroglyphes et les nouvelles recherches qui pourraient en découler, Ross émettait la thèse d’une véritable colonisation de la Grèce par les Égyptiens et les Phéniciens durant le deuxième millénaire avant notre ère et soutenait que les arts avaient été introduits en Grèce depuis l’Orient. Il remettait ainsi en question une vision trop héllénocentrée de l’Antiquité, que promouvaient ses collègues et tout particulièrement K. O. Müller, qui dès les années 1820, dans son ouvrage Orchomenos und die Minier, avait réfuté toute connexion entre la Grèce et l’Égypte17. Dans son manuel, Ross expose sa théorie de la diffusion des arts en Grèce depuis l’Égypte et, à ce titre, il inverse l’ordre de présentation de Müller, débutant avec l’art de l’Égypte et d’autres peuples de l’Orient et non pas avec les Grecs, comme le fait son collègue. Müller commence en effet son examen par l’art grec, alors que les autres peuples anciens, les « peuples non-grecs », comme ils sont caractéristiquement dénommés, à savoir les Égyptiens, les « races syriennes » (Babyloniens, Phéniciens), les « peuples de race arienne » (Iraniens et Indiens), sont traités en appendice de manière concise. En inversant l’ordre de présentation, Ross revient au schéma de Winckelmann que Müller avait précisément révisé à la lumière de la place prioritaire accordée aux Grecs dans ses recherches.

  • 18 Voir son discours officiel à l’École des Arts en 1848, Caftanzoglou Lysandros 1848.
  • 19 Caftanzoglou Lysandros 1848, p. 22. Pour une présentation détaillée de son argumentaire, voir Vrat (...)
  • 20 Vick Brian 2002, p. 490. L’analyse de Vick suit l’évolution de la discussion concernant les rapport (...)

8Bien que les thèses provocatrices de Ross, énoncées depuis le pupitre de l’université d’Athènes, aient surtout visé ses collègues allemands, elles dérangèrent profondément la petite communauté d’érudits grecs formée dans la capitale. Au sein du pays, c’est l’architecte et théoricien Lysandros Caftanzoglou (1811-1885), directeur de l’École des arts, qui s’est attaché à réfuter les opinions de Ross par un argumentaire très étoffé où les positions de Müller occupaient une place d’honneur18. La démonstration du directeur de l’École culmine avec la question de la naissance de l’ordre dorique, pièce maîtresse de la théorie de Ross, qui soutenait que la colonne dorique grecque provenait de la colonne égyptienne « protodorique ». En s’appuyant sur Müller, Caftanzoglou tend en revanche à démontrer que l’ordre dorique devait exclusivement être attribué « à l’invention et au génie des architectes grecs19 ». Müller insistait en effet sur le fait que l’art et la civilisation helléniques s’étaient développés en contact direct avec la nature et dans une parfaite autonomie, sans appuis ou influences extérieurs — ce sur quoi reposait d’ailleurs la supériorité absolue des Grecs anciens. Il s’agit là d’une idée motrice du néo-humanisme humboldtien, que Müller va toutefois radicaliser, en considérant, contre Friedrich Thiersch, Boeckh ou Welcker, que le caractère pur et non-mélangé des Grecs était un facteur de leur force spirituelle20.

  • 21 Caftanzoglou Lysandros 1848, p. 9.
  • 22 Alexandre Rizo Rangabé est une personnalité incontournable et parmi les plus polyvalentes du xixe  (...)
  • 23 Rizo Rangabé Alexandre 1865-1866, t. 1, p. 82-83. Cruciale pendant les premières décennies de la c (...)

9La vision d’une antiquité grecque libre de toute influence orientale que fournissait Müller répondait parfaitement aux attentes du nationalisme grec pendant cette période précoce où l’un des enjeux idéologiques majeurs était de se défaire de tout lien avec l’Empire ottoman — avec la « barbarie » de l’Orient — et d’affirmer l’appartenance du jeune État grec à l’Europe. Il est à ce titre très caractéristique que dans sa démonstration, Caftanzoglou nomme l’architecture grecque « architecture européenne », pour l’opposer à l’architecture de l’Afrique et de l’Asie21. Au milieu des années 1860, Alexandre Rizo Rangabé22 (1809-1892), successeur de Ross à l’université d’Athènes, éprouve toujours le besoin de régler ses comptes avec ce dernier et de démontrer à son tour l’autochtonie de l’art grec, orchestrant quant à lui une argumentation fondée sur les sources écrites, plutôt que sur l’examen des œuvres, comme le faisait Caftanzoglou23.

  • 24 Rizo Rangabé Alexandre 1865-1866.

10À l’instar de son prédécesseur, Alexandre Rizo Rangabé, qui occupa la chaire d’archéologie entre 1844 et 1867, propose sa propre synthèse sur l’art antique sous le titre Archéologie. Histoire de l’art antique (Αρχαιολογία. Ιστορία της Αρχαίας Kaλλιτεχνίας)24. Son ouvrage en deux volumes suit de près la structure du manuel de Müller et réhabilite l’ordre de présentation introduit par ce dernier, en commençant lui aussi son analyse par l’art grec, pour examiner à la fin l’art des « nations barbares » (βάρβαρα έθνη), selon l’intitulé général de la section.

L’invention de la kallitechniologia : le manuel de Müller au sein de l’École des arts

  • 25 Pappadopoulos enseigna à l’École des arts de 1844 à 1863. Pour une notice biographique, voir Steph (...)
  • 26 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 19. À la différence de Rangabé, qui étudia à Munich, et de Ross, (...)

11Pendant que Rangabé dispensait des cours d’« histoire de l’art antique » à l’université d’Athènes, l’historien et philologue Grigorios Pappadopoulos enseignait l’« histoire des arts » et la « mythologie artistique » à l’École des arts25. Fondé la même année que l’université, en 1837, cet établissement était initialement conçu comme une école d’arts et métiers, mais à partir de 1844, il intègre dans son programme l’enseignement artistique. Son directeur, l’architecte Lysandros Caftanzoglou, formé à l’Accademia di San Luca à Rome, aspire à transformer l’institution en une véritable école des beaux-arts, au service du projet d’une renaissance de l’art antique, que Caftanzoglou prêchait dans ses discours annuels comme le « retour des arts à leur berceau originel ». Pour servir cet objectif, tant Caftanzoglou que Pappadopoulos — forces motrices de l’institution — s’attachent à faire de l’école un centre d’étude de l’art antique, rivalisant avec l’université, de prestige institutionnel supérieur. En adoptant des pratiques universitaires, Pappadopoulos fonde lui aussi son enseignement sur le manuel de Müller, dont il vante à de multiples reprises les mérites26.

12Pendant deux décennies, enseignant côte-à-côte au sein de deux institutions éducatives majeures de la capitale athénienne, Pappadopoulos et Rangabé proposent des cours sur le même objet, en s’appuyant sur une même source principale. Toutefois, leurs enseignements ne se recouvrent pas, puisque les deux savants se partagent en quelque sorte les deux grandes parties du manuel de Müller. Le manuel de Müller combine en effet deux approches différentes de l’art antique : l’une historique, l’autre systématique. Dans la première partie de son manuel, l’archéologue allemand présente l’évolution historique de l’art grec, qu’il divise en cinq périodes. Après une courte introduction sur le contexte politique et social de chaque période examinée, Müller étudie successivement l’architecture, la sculpture et la peinture, traitant des artistes et des œuvres. Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Müller entreprend un examen systématique de l’art antique (« Systematische Behandlung der antiken Kunst »), à deux composantes : d’une part, une analyse technique, qui détaille et classifie les matériaux, les procédés et les genres artistiques pour chacun des arts et leurs branches subordonnées, ainsi que les principes de composition et de figuration ; d’autre part, une analyse iconographique, qui porte sur les sujets représentés dans l’art antique, que Müller sous-divise de manière caractéristique, en « sujets mythologiques » (dieux, héros et leurs cycles respectifs), « sujets de la vie humaine » (portraits, compositions historiques, agones, guerres, chasse, vie domestique, etc.) et enfin « sujets tirés du reste de la nature » (animaux, plantes, paysages, etc.). C’est cette deuxième grande partie du manuel qui est enseignée à l’École des arts, alors qu’à l’université, tant Ross que Rangabé se concentrent sur l’approche historique de Müller, comme en témoignent leurs adaptations respectives du manuel, qui ne comprennent pas la partie systématique. La répartition est saisissante : d’une part, à l’École des arts, une approche axée sur les formes, les techniques et les matériaux, adaptée aux besoins d’artistes en formation ; d’autre part, à l’université, une approche centrée sur la recherche des origines, la construction des récits et des continuités.

  • 27 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 16.
  • 28 La question des mots est capitale pour Pappadopoulos, qui s’adonne à des recherches lexicographiqu (...)
  • 29 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 16. Voir également Pappadopoulos Grigorios 1857, p. 125-126.
  • 30 L’introduction comprend quatre parties qui traitent respectivement du concept de l’Art, et plus pr (...)
  • 31 Franke Ursula et Fuchs Werner 1984, p. 277.
  • 32 Sous le titre « Introduction à la Kallitechniologia Hellénique », l’adaptation de Pappadopoulos a (...)

13Comme en témoigne la leçon inaugurale de Pappadopoulos en 1846, l’organisation générale de ses cours suit de près la structure de cette deuxième partie du manuel de Müller27. Pour qualifier son approche, Pappadopoulos invente toutefois un nouveau mot, le terme kallitechniologia, qui vient désormais remplacer l’expression « histoire des arts » dans l’intitulé de son cours. Cette notion programmatique fait partie d’une longue série de néologismes dont le professeur de l’École dote la langue grecque dans l’objectif d’établir un vocabulaire artistique spécialisé, presque inexistant dans la Grèce de l’époque28. Comme l’explique Pappadopoulos, le terme kallitechniologia, composé des mots καλλιτεχνία (beaux-arts) et λόγος (discours), a été façonné par analogie avec le terme technologie, qui signifie, « chez les Européens », « la connaissance pratique et théorique des arts industriels29 ». Afin de décrire alors un type de savoir analogue pour les beaux-arts, Pappadopoulos propose le terme kallitechniologia, qui désigne l’ensemble des connaissances, théoriques et pratiques, nécessaires à l’étude de l’architecture, de la sculpture et de la peinture. La kallitechniologia examine les règles, les principes théoriques et les procédés techniques qui régissent la pratique de ces arts. Si les connaissances techniques sont à puiser dans l’examen systématique de l’art antique que Müller propose dans la deuxième partie du manuel, les principes théoriques sont plutôt à trouver dans l’introduction générale du manuel allemand. Dans cette partie inaugurale, intitulée « Introduction théorique », Müller expose sa conception de l’art et ses positions esthétiques30. L’une des grandes originalités de la démarche de Müller réside en effet dans le choix de faire précéder son manuel archéologique d’une introduction proposant une approche spéculative de l’art, qui se situe dans le sillage de l’esthétique de Kant, de la pensée de Schiller et de l’esthétique romantique (Novalis). Cette introduction présente toutefois peu de valeur heuristique pour les analyses de l’art antique proposées par Müller et demeure finalement relativement détachée du corps principal de l’ouvrage31. Pappadopoulos, quant à lui, en fait une utilisation maximale : en prenant des libertés considérables et en adaptant certaines positions de Müller aux idéaux classicistes de l’École des arts, il tire de ce texte un corps de doctrine à fournir à ses élèves32. Par cet ensemble d’adaptations et de déplacements, Pappadopoulos réinvente le manuel archéologique de Müller pour répondre aux besoins de la formation et de la pratique artistiques.

  • 33 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 16.
  • 34 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 18.
  • 35 Koumanoudis Stefanos 1900, t. 1, p. 357. Pappadopoulos (Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 16) utili (...)
  • 36 Pappadopoulos Grigorios 1857, p. 125-126.
  • 37 Voir à ce sujet la contribution de Sophia Matthaiou dans ce volume.
  • 38 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 14.

14Toutefois, pour Pappadopoulos, la kallitechniologia ne se restreint pas à sa seule finalité artistique. Il ne s’agit pas uniquement de proposer une analyse minutieuse des œuvres et de leurs modes de fabrication, mais aussi d’éclairer par là-même leur contexte de production. L’étude de l’architecture antique, par exemple, permet d’aborder la vie quotidienne des Anciens : « en expliquant l’usage des édifices, nous allons nécessairement discuter les multiples rapports de la vie publique et de la vie privée des Grecs, les mœurs et coutumes, etc.33 » De même, les analyses iconographiques offrent l’occasion d’explorer la question des croyances religieuses et des cultes34. La kallitechniologia désigne un nouveau champ de savoir qui vient contribuer à l’idéal d’« ελληνομάθεια » — encore un des néologismes de Pappadopoulos35. Ce terme, qui signifie littéralement « connaissance de la Grèce », suggère une étude approfondie de la civilisation grecque ancienne qui doit beaucoup au projet grec de Müller et à sa vision d’une connaissance globale de l’Antiquité. Initiateur d’un nouveau champ, Pappadopoulos s’avère soucieux de définir la place de la kallitechniologia dans l’ensemble plus large des sciences de l’Antiquité36 et revient à diverses reprises sur les apports de la kallitechniologia à la philologie, qu’il considère, comme beaucoup de ses collègues à l’université37, comme la « science hellénique » par excellence38. Sa réflexion reprend l’une des idées fondamentales de Müller, à savoir que les connaissances archéologiques peuvent favoriser une meilleure compréhension des sources écrites :

  • 39 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 14-15.

Quand on lit des passages des auteurs [antiques] qui se réfèrent au théâtre, à l’agora, aux temples et à leurs parties, aux motifs décoratifs, aux vases, aux vêtements, etc., on en vient à ignorer tant les mots que les choses elles-mêmes, si, comme c’est souvent le cas, l’étude de la langue grecque se limite à de sèches interprétations grammaticales […] Quand l’auteur appartient à un monde tout différent du nôtre, dans ce cas, ce monde reste incompréhensible sans la connaissance des rapports que sa société entretient avec les choses en question39.

15Autant que Müller, Pappadopoulos cherche à comprendre la société antique comme un monde vivant, et cela passe avant tout par une connaissance de ses rapports aux « choses ». L’enseignement de Pappadopoulos conjugue ainsi les considérations artistiques avec l’exigence d’un savoir global du monde antique.

L’Antiquité : idéal de savoir, idéal esthétique

  • 40 Voir Racioppi Pier Paolo 2002.
  • 41 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 14.
  • 42 Pappadopoulos Grigorios 1844.
  • 43 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 17.

16Proposer un savoir archéologique aux artistes en formation n’était pas la règle dans les écoles artistiques européennes de l’époque. En Italie, d’où l’école athénienne tira principalement ses modèles pendant le directorat de Caftanzolgou (1844-1862), l’enseignement analogue était fondé sur le modèle d’une histoire universelle des peuples anciens et modernes, qui détaillait leurs modes de vie, leurs mœurs et coutumes, leurs mythes et surtout leur habillement. Le but était de fournir aux futurs artistes les connaissances nécessaires pour leurs compositions historiques et mythologiques, qui se trouvaient en tête de la hiérarchie des genres40. Pappadopoulos était conscient que son choix d’orienter son enseignement vers une approche archéologique de l’art antique constituait une déviation par rapport aux pratiques européennes établies, et le revendiquait même avec beaucoup de conviction41. Une histoire aux accents universels, dans laquelle les Grecs ne seraient qu’un cas parmi d’autres, n’intéressait que peu le professeur de l’École. À la différence des académies artistiques européennes, qui par leurs cours historiques visaient à perpétuer le « grand genre » de la peinture d’histoire, Pappadopoulos avait pour but d’instruire les jeunes artistes des techniques et des formes artistiques de l’Antiquité par une « archéologie pratique42 », fondée par ailleurs sur un programme de visites aux différents monuments et aux collections d’antiquités de la capitale, visant à assurer un contact direct avec les œuvres originales43. Bien plus que la création d’une peinture d’histoire, la priorité à Athènes était de former un langage artistique, un style homogène et « national », capable d’évoquer l’Antiquité dans l’ensemble de la production artistique et artisanale du nouveau royaume. Connaître les œuvres, les matériaux, les modes de construction, les structures architecturales, les éléments décoratifs ou les genres de la sculpture antique était nécessaire pour pouvoir produire des formes similaires au présent.

  • 44 Voir à ce propos Ritsatou Konstantina 2011, p. 439-457.
  • 45 Sur ces fouilles, voir Ritsatou Konstantina 2011, p. 426-438.
  • 46 Ritsatou Konstantina 2011, p. 453-456.

17On peut être frappé de constater qu’un tel idéal d’actualisation de l’Antiquité est tout aussi présent sur le versant universitaire de l’archéologie. Les intérêts et les recherches archéologiques d’Alexandre Rizo Rangabé sont dans une large mesure guidés par son projet d’une renaissance de l’art dramatique dans les lieux même de son émergence, les théâtres antiques préservés. Auteur dramatique lui-même, fortement impliqué dans les initiatives destinées à promouvoir le théâtre en Grèce, Rangabé a œuvré tout au long de sa vie pour ce projet visionnaire, qui ne trouva ses premières réalisations qu’au début du xxe siècle44. Ce n’est sûrement pas un hasard si les premières fouilles qu’entreprend la Société archéologique, dès 1837, sous l’impulsion de son puissant secrétaire Rangabé, visent le théâtre de Dionysos sur le versant nord de l’Acropole, considéré comme le berceau de la tragédie, et un peu plus tard, l’Odéon d’Hérode Atticus45. Rangabé travaillait par ailleurs avec ses étudiants sur des représentations théâtrales d’amateurs46.

  • 47 Sur les divers lieux de conservation des antiquités à Athènes, voir Kokkou Aggeliki 1977, p. 149-1 (...)
  • 48 Sur cet aspect, voir Vratskidou Eleonora 2011, p. 255-260.
  • 49 Sur ce recueil et ses différentes éditions, voir Fittschen Klaus 1998, p. 197-199.
  • 50 Rizo Rangabé Alexandre 1865.

18Architecte des antiquités entre 1844 et 1851, Lysandros Caftanzoglou avait largement œuvré pour le transfert et la conservation des pièces originales dans les locaux de l’École des arts, à une époque où la surabondance des trouvailles archéologiques à Athènes faisait face à un cruel manque de lieux adaptés pour les accueillir47. Il s’agissait notamment des bas-reliefs et des bustes, qui étaient largement recopiés par étudiants et professeurs, et présentés même — plus rarement — comme modèles à reproduire lors des concours artistiques annuels48. En tant que directeur d’un établissement artistique dans la Grèce de l’époque, on pouvait se permettre cette utilisation des œuvres originales aux fins de l’enseignement artistique. Une logique comparable peut être observée dans les choix de Rangabé. À l’instar de Müller, qui dès 1832 avait complété son Handbuch par un monumental recueil iconographique commenté, intitulé Denkmäler der alten Kunst49, le professeur de l’université d’Athènes avait accompagné son propre manuel d’un recueil de planches, édité à Leipzig chez le célèbre éditeur spécialisé en livres d’art, E. A. Seemann50. Les planches illustrées réunies par Rangabé proviennent en grande partie du recueil de Müller, mais également d’autres sources, parmi lesquelles seule la Geschichte der griechischen Plastik (1857-1858) de Johannes Overbeck est nommée. On y constate un style mixte d’illustration : des interprétations graphiques exécutées d’un simple trait de contour, typiques de l’esthétique néoclassique — choix exclusif et délibéré chez Müller (fig. 1) —, côtoient des illustrations qui présentent un modelé plus contrasté en termes de clair-obscur (fig. 2, 3). La coprésence d’interprétations graphiques de style disparate est sans doute à rapporter aux différentes sources auxquelles puise Rangabé, aussi bien des publications savantes que des recueils de modèles artistiques. Il s’agit toutefois d’un décalage majeur par rapport à la démarche de Müller, qui nous donne directement accès à l’attitude propre de Rangabé envers les œuvres étudiées et, plus largement, à ce qu’on pourrait se permettre en tant que professeur d’archéologie à l’université d’Athènes : présenter la Vénus de Milo en recourant à un modelé fort contrasté et à des volumes apparents, à côté des interprétations graphiques au trait (fig. 2), c’est mélanger des univers et des intentions, appeler à l’étude en même temps qu’à la contemplation esthétique.

Figure 1. Müller Karl Otfried (éd.), Denkmäler der alten Kunst, Göttingen, Dieterich, 1835, Theil I, pl. 35.

Figure 2. Rizo Rangabé Alexandre, Planches pour l’histoire de l’art antique [Πίνακες δια την ιστορίαν της αρχαίας καλλιτεχνίας], Leipzig, E.A. Seemann, 1865, pl. 10.

Figure 3. Rizo Rangabé Alexandre, Planches pour l’histoire de l’art antique [Πίνακες δια την ιστορίαν της αρχαίας καλλιτεχνίας], Leipzig, E.A. Seemann, 1865, pl. 11.

Figure 4. Müller Karl Otfried, Handbuch der Archaologie der Kunst, Berslau, Josef Max, 1835, deuxième édition, page de titre.

Figure 5. Ross Ludwig, Manuel de l’archéologie des arts [Εγχειρίδιον της αρχαιολογίας των τεχνών], Αthènes, Imprimerie Royale, 1841, page de titre.

Figure 6. Rizo Rangabé Alexandre, Αrchéologie. Histoire de l’Art Antique [Aρχαιολογία. Iστορία της Αρχαίας Καλλιτεχνίας], Athènes, Koromilas, vol. 1, 1865-1866, page de titre.

***

  • 51 Voir à ce sujet les analyses de Glenn Most (Most Glenn 2002) et d’Anthony Grafton (Grafton Anthony (...)
  • 52 Voir à ce titre l’étude très intéressante de René Sternke sur l’archéologue Karl August Böttiger ( (...)
  • 53 Rangabé est diplômé de l’école militaire de Munich et avait librement suivi des cours à l’universi (...)
  • 54 [ Rizo Rangabé Alexandre] 1855, p. 448.

19Cet ensemble de choix et de pratiques indiquent que, tant au sein de l’École des arts qu’à l’université, deux attitudes envers l’art antique semblent cohabiter sans entrer nullement en conflit : d’une part, la volonté d’y puiser des modèles canoniques capables de guider le présent et, d’autre part, l’exigence d’étudier les productions des Grecs anciens par une référence à leur contexte politique, social, religieux. C’est peut-être à travers la combinaison de ces deux attitudes, l’une classiciste et l’autre historiciste, que les Grecs modernes restent au plus près de l’esprit de Wilhelm von Humboldt, cet esprit qui sera, au cours du xixe siècle, profondément remis en question par la disciplinarisation croissante des études classiques51. Depuis la deuxième moitié du xviiie siècle, l’émergence du goût classique et les tentatives diverses de régénérescence artistique à partir de l’art grec avaient largement contribué au développement d’un savoir historique sur le monde antique. À partir des années 1830, les tentatives d’instrumentalisation artistique du passé commencent désormais à buter contre les orientations de philologues ou d’archéologues engagés dans le projet historiciste, soucieux de se forger des champs disciplinaires autonomes vis-à-vis des considérations externes (morales, artistiques ou politiques), champs au sein desquels la recherche et la production du savoir se légitimeraient sans autre référence qu’elles-mêmes52. En Grèce, en revanche, la tension entre classicisme et archéologie ne semble pas présente en ces débuts de la discipline. Telle qu’elle est pratiquée par les acteurs et institutions du pays, l’archéologie se développe en étroite connexion avec les orientations de la pratique artistique. Le fait est d’ailleurs lié au profil des acteurs impliqués : Rangabé est lui-même artiste, poète et auteur dramatique ; ni lui, ni Pappadopoulos n’ont reçu de formation spécialisée ou de diplôme universitaire53. En 1855, le professeur Rangabé n’hésite pas à admettre, en souhaitant que cela change, que l’enseignement dispensé dans l’université d’Athènes « n’est autre qu’un écho des savoirs produits dans les grands établissements de l’Europe, ces industries illustres de la science54 ». Ce faisant, il attire certes l’attention sur les manques qu’il ressent à l’égard de sa propre activité et sur la distribution inégale de la production du savoir entre centre et périphérie. Néanmoins, Rangabé est bel et bien en train d’institutionnaliser une discipline en Grèce, discipline qui ne se fonde finalement pas uniquement comme une science, mais dans des liens très forts avec la pratique artistique. Le caractère spécifique de l’institutionnalisation de la discipline archéologique en Grèce nous invite ainsi à réfléchir à nouveaux frais sur l’origine des sciences humaines, leur rapport à l’art et à la pratique, et leurs usages sociaux.

Figure 7. Carl Oesterley, Portrait de Karl Otfried Müller, 1830, huile sur toile, 74x63 cm, collection privée. Photo : Stephan Eckardt, Archäologisches Institut der Universität Göttingen.

Figure 8. Grigorios Pappadopoulos
Source : Papacostas A. (éd.), L’Association pour la Diffusion des Lettres Grecques. L’action de l’association pendant le centenaire 1869-1969, Athènes, 1970 [en grec].

Figure 9. Alexandre Rizo Rangabé
Source : Papacostas A. (éd.), L’Association pour la Diffusion des Lettres Grecques. L’action de l’association pendant le centenaire 1869-1969, Athènes, 1970 [en grec].

Literaturverzeichnis

Références des ouvrages cités

About Edmond 1854
About Edmond, La Grèce Contemporaine, Paris, Hachette, 1854.

Anagnostou Ioanna 2000
Anagnostou Ioanna, Archéologie grecque et allemande. Actions parallèles et interactions [Ελληνική και γερμανική αρχαιολογία : παράλληλες δράσεις και επιδράσεις], thèse de doctorat, Thessalonique, Université Aristote, 2000.

Caftanzoglou Lysandros 1848
Caftanzoglou Lysandros, Discours prononcé lors de la cérémonie annuelle de l’École Polytechnique Royale… [Λόγος εκϕωνηθείς κατά την επέτειον τελετήν του Βασιλικού Πολυτεχνείου, επί της κατά το τέταρτον καλλιτεχνικόν έτος εκθέσεως των διαγωνισμών…], Athènes, Éditions Ch. Nikolaïdis Filadelpheus, 1848.

Calder III William M. et Schlesier Renate (éds) 1998
Calder III William M. et Schlesier Renate (éds), Zwischen Rationalismus und Romantik. Karl Otfried Müller und die Antike Kultur, Hildesheim, Weidmann, 1998.

Döhl Hartmut 1989
Döhl Hartmut, « Karl Otfried Müllers Reise nach Italien und Griechenland 1839/1840 », in Classen Carl Joachim (éd.), Die klassische Altertumswissenschaft an der Georg-August-Universität Göttingen. Eine Ringvorlesung zu ihrer Geschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1989, p. 51-77.

Fittschen Klaus 1998
Fittschen Klaus, « Karl Otfried Müller und die Archäologie », in Calder III William M. et Schlesier Renate (éds), Zwischen Rationalismus und Romantik. Karl Otfried Müller und die Antike Kultur, Hildesheim, Weidmann, 1998, p. 187-216.

Fittschen Klaus 2005
Fittschen Klaus, « Griechenland und der Orient : Ludwig Ross gegen Karl Otfried Müller », in Goette Hans Rupprecht et Palagia Olga (éds), Ludwig Ross und Griechenland. Akten des internationalen Kolloquiums, Athen, 2-3 Oktober 2002, Rahden/Westf., Verlag Marie Leidorf GmbH, 2005, p. 251-260.

Franke Ursula et Fuchs Werner 1984
Franke Ursula et Fuchs Werner, « Kunstphilosophie und Kunstarchäologie. Zur Kunsttheoretische Einleitung des Handbuches der Archäologie der Kunst von Karl Otfried Müller », Boreas (Archäologisches Seminar der Universität Münster), Vol. 7 (1984), p. 269-294.

Goette Hans Rupprecht et Palagia Olga (éds) 2005
Goette Hans Rupprecht et Palagia Olga (éds), Ludwig Ross und Griechenland. Akten des internationalen Kolloquiums, Athen, 2-3 Oktober 2002, Rahden/Westf., Verlag Marie Leidorf GmbH, 2005.

Grafton Anthony 2000
Grafton Anthony, « De polyhistor en philologue », Actes de la recherche en sciences sociales 135 (décembre 2000), p. 25-38.

Gran-aymerich Ève 2011
Gran-aymerich Ève, « Karl Otfried Müller et la France », in Espagne Michel et Maufroy Sandrine (éds), Revue germanique internationale 14, La philologie allemande, figures de pensée (2011), p. 113-124.

Gröschel Sepp-Gustav et Wrede Henning (éds) 2010
Gröschel Sepp-Gustav et Wrede Henning (éds) 2010, Ernst Curtius’Vorlesung « Griechische Kunstgeschichte ». Nach der Mitschrift Wilhelm Gurlitts im Winter 1864/65, De Gruyter, Berlin, New York, 2010.

Hamilakis Yannis 2007
Hamilakis Yannis, The Nation and its Ruins : Antiquity, Archaeology, and National Imagination in Greece, Oxford, Oxford University Press, 2007.

Kokkou Aggeliki 1977
Kokkou Aggeliki, La protection des antiquités en Grèce et les premiers musées [Η μέριμνα για τις αρχαιότητες στην Ελλάδα και τα πρώτα μουσεία], Athènes, Hermis, 1977.

Koumanoudis Stefanos 1900
Koumanoudis Stefanos, Recensement des nouveaux mots… [Συναγωγή νέων λέξεων…], Athènes, Éditions Sakellariou, 1900, 2 volumes.

Landfester Manfred 1988
Landfester Manfred, Humanismus und Gesellschaft im 19. Jahrhundert, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1988.

Most Glenn 2002
Most Glenn, « On the Use and Abuse of Ancient Greece for Life », Cultura tedesca 20 (octobre 2002), p. 31-53.

Müller Karl Otfried 1841
Müller Karl Otfried, Nouveau manuel complet d’archéologie, traduit par M. P. Nicard, 2 tomes en 3 volumes, Paris, Librairie encyclopédique de Roret, 1841.

Müller Karl Otfried 1844
Müller Karl Otfried, Die Dorier, Breslau, Josef Max, 1844.

Müller Karl Otfried 1908
Müller Karl Otfried, Lebensbild in Briefen an seine Eltern, éd. par Otto et Else Kern, Berlin, Weidman, 1908.

Nickau Klaus 1989
Nickau Klaus, « Karl Otfried Müller, Professor der Klassischen Philologie 1819-1840 », in Classen Carl Joachim (éd.), Die klassische Altertumswissenschaft an der Georg-August-Universität Göttingen. Eine Ringvorlesung zu ihrer Geschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1989, p. 27-50.

Palagia Olga 2005
Palagia Olga, « Ludwig Ross, premier professeur d’archéologie de l’université d’Athènes (1837-1843) » [« Λουδοβίκος Ρόσς, πρώτος καθηγητής αρχαιολογίας του Πανεπιστημίου Αθηνών (1837-1843) »], in Goette Hans Rupprecht et Palagia Olga (éds), Ludwig Ross und Griechenland. Akten des internationalen Kolloquiums, Athen, 2-3 Oktober 2002, Rahden/Westf., Verlag Marie Leidorf GmbH, 2005, p. 267-276.

Pappadopoulos Grigorios 1844
Pappadopoulos Grigorios, Discours composé par G.G. Pappadopoulos, professeur d’histoire, et lu par L. Caftanzoglou, directeur de l’École des arts, à l’occasion de l’ouverture de la première exposition annuelle des beaux-arts en Grèce, ce 18 juillet 1844, traduit en français par l’auteur : Manuscrit (texte en grec et en français), Archives de Grigorios Pappadopoulos, Académie d’Athènes.

Pappadopoulos Grigorios 1845
Pappadopoulos Grigorios, Discours sur l’École polytechnique [Λόγος περί του Ελληνικού Πολυτεχνείου], Αthènes, 1845.

Pappadopoulos Grigorios 1847
Pappadopoulos Grigorios, Leçon inaugurale, ou discours adressé aux élèves de l’École polytechnique royale d’Athènes, lors de l’ouverture du cours de la kallitechniologia hellénique (15 décembre 1846) [Εισαγωγικόν μάθημα ή λόγος προς τους μαθητάς του εν Αθήναις Β. Πολυτεχνείου, κατά την έναρξιν του μαθήματος της Ελληνικής Καλλιτεχνιολογίας], Athènes, Éditions Ch. A. Doukas, 1847.

Pappadopoulos Grigorios 1857
Pappadopoulos Grigorios, « Introduction à la Kallitechniologia Hellénique » [« Εισαγωγή εις την ελληνικήν καλλιτεχνιολογίαν »], Ephimeris ton Philomathon 216 (13 juillet 1857), p. 125-126.

Petrakos Vasileios 2009
Petrakos Vasileios, L’illusion grecque de Ludwig Ross [H ελληνική αυταπάτη του Λουδοβίκου Ross], Athènes, Société Archéologique d’Athènes, 2009.

Potts Alex 1991
Potts Alex, « Vie et mort de l’antique : historicité et beau idéal Chez Winckelmann », in Pommier Éduard (éd.), Winckelmann : la naissance de l’histoire de l’art à l’époque des Lumières, Paris, La Documentation Française, 1991, p. 9-37.

Racioppi Pier Paolo 2002
Racioppi Pier Paolo, « « Per bene inventare e schermirsi dalle altrui censure » : Giuseppe Antonio Guattani e l’insegnamento di Storia, mittologia e costumi all’Accademia di San Luca (1812-1830) », in Racioppi Pier Paolo (éd.), Le scuole « mute » e le scuole « parlanti » : studi e documenti sull’Accademia di San Luca nell’Ottocento, Rome, De Luca, 2002, p. 79-98.

Ranke Karl Ferdinand 1870
Ranke Karl Ferdinand, Carl Otfried Müllers Lebensbild, Berlin, A. W. Hahn’s Erben, 1870.

Ritsatou Konstantina 2011
Ritsatou Konstantina, Alexandre Rizo Rangabé et le théâtre néo-hellénique [« Με των μουσών τον έρωτα… ». Ο Αλέξανδρος Ρίζος-Ραγκαβής και το νεοελληνικό θέατρο], Héraklion, Presses Universitaires de Crète, 2011.

[Rizo Rangabé Alexandre] R. 1855
[Rizo Rangabé Alexandre] R., « Περί εκπαιδεύσεως » [« De l’éducation »], Pandora 6.137 (1er décembre 1855), p. 442-448.

Rizo Rangabé Alexandre 1865-1866
Rizo Rangabé Alexandre, Αrchéologie. Histoire de l’Art Antique [Aρχαιολογία. Iστορία της Αρχαίας Καλλιτεχνίας], 2 vol., Athènes, Koromilas, 1865-1866.

Rizo Rangabé Alexandre 1865
Rizo Rangabé Alexandre, Planches pour l’histoire de l’art antique [Πίνακες δια την ιστορίαν της αρχαίας καλλιτεχνίας], Leipzig, E. A. Seemann, 1865.

Ross Ludwig 1841
Ross Ludwig, Manuel de l’archéologie des arts [Εγχειρίδιον της αρχαιολογίας των τεχνών], Αthènes, Imprimerie Royale, 1841.

Sigalas Nikos 2000
Sigalas Nikos, « Hellénistes, hellénisme et idéologie nationale. De la formation du concept d’hellénisme en grec moderne », in Avlami Chrysanthi (éd.), L’Antiquité grecque au xixe siècle. Un exemplum contexté ?, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 239-291.

Sigalas Nikos 2001
Sigalas Nikos, « Η αναίρεση του Karl Otfried Müller » [« La réfutation de Karl Otrfied Müller »], Historika, [Ιστορικά, ένθετο Ελευθεροτυπίας] 85 (31 mai 2001), p. 22-27.

Soulogiannis Euthymios 1995
Soulogiannis Euthymios, Alexandros Rizos-Ragkavis (1809-1892) [Αλέξανδρος Ρίζος-Ραγκαβής (1809-1892). Η ζωή και το έργο του], Athènes, I. D. Arsenidis, 1995.

Stephanou Dionysios 1970
Stephanou Dionysios, « Σκιαγραϕία Γρηγορίου Παπαδόπουλου » [« Biographie de Grigorios Pappadopoulos »], in L’Association pour la Propagation des Lettres Grecques. L’action de l’association pendant le centenaire 1869-1969 [Ο εν Αθήναις Σύλλογος προς Διάδοσιν των Ελληνικών Γραμμάτων : Η δράσις του Σύλλογου κατά την εκατονταετίαν 1869-1969], Athènes, 1970, p. 13-26.

Sternke René 2008
Sternke René, Böttiger und der archäologische Diskurs, Berlin, Akademie Verlag, 2008.

Trubeta Sevasti 2013
Trubeta Sevasti, Physical Anthropology, Race and Eugenics in Greece (1880s-1970s), Leyde, Boston, Brill, 2013.

Unte Wolf 1990
Unte Wolf, « Karl Otfried Müller », in Briggs Ward W., Calder III William M. (éds), Classical scholarship : a biographical encyclopedia, New York, Londres, Garland, 1990, p. 310-320.

Vick Brian 2002
Vick Brian, « Greek Origins and Organic Metaphors : Ideals of Cultural Autonomy in Neohumanist Germany from Winckelmann to Curtius », Journal of the History of Ideas 63.3 (juillet 2002), p. 483-500.

Vratskidou Eleonora 2011
Vratskidou Eleonora, L’émergence de l’artiste en Grèce au xixe siècle, thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2011.

Vratskidou Eleonora 2013
Vratskidou Eleonora, « Archéologie et histoire de l’art en Grèce au xixe siècle : l’enseignement de Grigorios Papadopoulos et de Stylianos Konstantinidis à l’École des Arts » [« Αρχαιολογία και ιστορία της τέχνης στην Ελλάδα τον 19ο αιώνα : η διδασκαλία του Γρηγόριου Παπαδόπουλου και του Στυλιανού Κωνσταντινίδη στο Σχολείο των Τεχνών (I) »], Iστορία της Τέχνης [Histoire de l’art] 1 (hiver 2013), p. 10-45.

Anmerkungen

1 Pappadopoulos Grigorios 1845, p. 3.

2 Il convient d’attirer l’attention sur le fait que Pappadopoulos paraît déjà quelque peu sceptique quant à la validité continue, actuelle de l’exemplum grec (« source […] destinée peut-être à réformer à nouveau la société européenne »). L’érudit grec, qui après ses études à Paris avait passé deux ans en Allemagne (1842-1843) pour étudier le système de l’éducation secondaire, n’avait sans doute pas méconnu les cris qui s’élevaient de toutes parts en faveur d’une éducation plus « allemande », en réaction à l’idéal néo-humaniste humboldtien. Voir sur la question Landfester Manfred 1988, p. 56-72.

3 À peine quatre mois après son arrivée en Grèce, Müller tombe malade lors de ses recherches au temple d’Apollon à Delphes et succombe pendant son retour à Athènes. Il a été inhumé à Hippios Colonos avec tous les honneurs, lors d’une cérémonie prise en charge par les professeurs de l’université d’Athènes. Sur le séjour de Müller en Grèce, voir Döhl Hartmut 1989.

4 Voir à ce titre l’étude magistrale de Yannis Hamilakis (Hamilakis Yannis 2007).

5 Pour une courte notice biographique, voir Unte Wolf 1990. Sur les différents aspects et le retentissement international de son œuvre, voir Calder III William M. et Schlesier Renate (éds) 1998.

6 Voir par exemple ses ouvrages, largement traduits tout au long du xixe siècle, Prolegomena zu einer wissenschaftlichen Mythologie (1825) et Geschichte der griechischen Literatur bis auf das Zeitalter Alexander’s (1841, publication posthume).

7 Unte Wolf 1990, p. 313, 317.

8 Gran-Aymerich Ève 2011, p. 114.

9 Voir Ranke Karl Ferdinand 1870, p. 11-12 ; Nickau Klaus 1989, p. 31, p. 34.

10 Sur le manuel de Müller, voir notamment Fittschen Klaus 1998, et sur sa réception dans le cadre de l’enseignement universitaire en Allemagne, Gröschel Sepp-Gustav et Wrede Henning (éds) 2010, p. 31-44.

11 Potts Alex 1991, p. 35.

12 Suivent les traductions en italien, en 1844-1845, et en anglais, en 1847.

13 Sur la carrière de Ross en Grèce, qui ne fut pas sans tensions avec l’administration locale, voir notamment Goette Hans Rupprecht et Palagia Olga (éds) 2005, et Petrakos Vasileios 2009. Sur Ross voir également l’article d’Ève Gran-Aymerich dans ce même volume.

14 Il convient de souligner d’emblée la difficulté de la tâche que s’est donnée le professeur allemand sur le plan linguistique, à une époque où la langue grecque était en pleine reconstruction et, surtout, complètement dénuée d’un vocabulaire technique spécialisé. En inversant le sens habituel du travail de traduction, Ross réussit à produire un grec, certes archaïsant, mais d’une clarté et d’une précision remarquables. Sur le manuel et l’enseignement de Ross à l’université d’Athènes, voir Palagia Olga 2005.

15 Ross Ludwig 1841, p. α’.

16 Döhl Hartmut 1989, p. 61. Les principaux interlocuteurs de Müller à Athènes étaient Ludwig Ross, Kyriakos Pittakis et son élève Ernst Curtius, déjà sur place.

17 Sur ce débat, voir notamment Fittschen Klaus 2005.

18 Voir son discours officiel à l’École des Arts en 1848, Caftanzoglou Lysandros 1848.

19 Caftanzoglou Lysandros 1848, p. 22. Pour une présentation détaillée de son argumentaire, voir Vratskidou Eleonora 2011, p. 109-112.

20 Vick Brian 2002, p. 490. L’analyse de Vick suit l’évolution de la discussion concernant les rapports entre Grèce et Orient dans l’Allemagne au xixe siècle et met en lumière les enjeux disciplinaires qui pesaient sur la position assez singulière de Müller.

21 Caftanzoglou Lysandros 1848, p. 9.

22 Alexandre Rizo Rangabé est une personnalité incontournable et parmi les plus polyvalentes du xixe siècle grec : poète, écrivain, auteur dramatique, il a mené par ailleurs une illustre carrière politique dans l’administration et le service diplomatique. Outre son professorat à l’université, Rangabé a occupé une position-clé au sein des premières institutions archéologiques du pays, en tant que secrétaire de la Société archéologique entre 1837 et 1851. Pour une étude biographique, voir Soulogiannis Euthymios 1995.

23 Rizo Rangabé Alexandre 1865-1866, t. 1, p. 82-83. Cruciale pendant les premières décennies de la construction étatique, la conception de l’hellénisme comme intact de toute influence externe va progressivement s’éroder au profit d’une vision qui situe la force de l’hellénisme non pas dans son isolement culturel, mais précisément dans sa capacité à absorber, à assimiler parfaitement et à « helléniser » ainsi tout élément étranger. Voir à ce sujet, Sigalas Nikos 2000 ; Sigalas Nikos 2001 ; Trubeta Sevasti 2013, p. 152-156.

24 Rizo Rangabé Alexandre 1865-1866.

25 Pappadopoulos enseigna à l’École des arts de 1844 à 1863. Pour une notice biographique, voir Stephanou Dionysios 1970 ; pour une analyse approfondie de son enseignement, voir Vratskidou Eleonora 2011, p. 286-338 ; Vratskidou Eleonora 2013.

26 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 19. À la différence de Rangabé, qui étudia à Munich, et de Ross, utilisateurs de l’édition originale du Handbuch de Müller en allemand, Pappadopoulos, bien qu’il connaisse l’allemand, travaille avec la traduction française de 1841 (Müller Karl Otfried 1841), comme en témoignent ses divers écrits. Mon hypothèse est que le premier contact de l’érudit grec avec l’œuvre de Müller se situe à l’époque de ses études à Paris, de 1836 à 1839, où il aurait eu peut-être l’occasion de suivre les fameux cours d’archéologie de Désiré Raoul-Rochette au cabinet des médailles de la Bibliothèque royale. L’archéologue français était un ami proche de Müller et recourait au manuel allemand pour son enseignement (Gran-aymerich Ève 2011, p. 114, n. 5).

27 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 16.

28 La question des mots est capitale pour Pappadopoulos, qui s’adonne à des recherches lexicographiques assidues. Afin de forger des équivalents grecs pour les termes qu’il puise chez Müller, le professeur passe en revue les textes classiques — grec et latins — pour identifier des vocables et leurs usages précis ; il revient aussi sur les propositions de Ross, souvent pour les contester, et n’hésite pas à faire également appel au langage « vulgaire », c’est-à-dire aux mots des artisans et des maçons fréquentant l’École afin de se familiariser avec le dessin et la perspective géométrique, techniques nouvelles importées par l’institution sur le territoire grec.

29 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 16. Voir également Pappadopoulos Grigorios 1857, p. 125-126.

30 L’introduction comprend quatre parties qui traitent respectivement du concept de l’Art, et plus précisément de l’idée artistique, des « lois de l’Art », de la « division de l’Art » selon les principes du temps et de l’espace et, enfin, de son apparition historique. Pour une analyse, voir Franke Ursula et Fuchs Werner 1984.

31 Franke Ursula et Fuchs Werner 1984, p. 277.

32 Sous le titre « Introduction à la Kallitechniologia Hellénique », l’adaptation de Pappadopoulos a été publiée dans la revue Ephimeris ton Philomathon en 1857 (Pappadopoulos Grigorios 1857) et a pu avoir ainsi une diffusion au-delà du cercle de l’École. Il s’agit d’une transcription de cours de Pappadopoulos, qui constitue le seul échantillon publié de son enseignement, connu du reste par les notes et cahiers manuscrits conservés dans ses archives.

33 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 16.

34 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 18.

35 Koumanoudis Stefanos 1900, t. 1, p. 357. Pappadopoulos (Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 16) utilise également « αρχαιομάθεια », autre néologisme forgé par K. Koumas en 1826 (Koumanoudis Stefanos 1900, t. 1, p. 155).

36 Pappadopoulos Grigorios 1857, p. 125-126.

37 Voir à ce sujet la contribution de Sophia Matthaiou dans ce volume.

38 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 14.

39 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 14-15.

40 Voir Racioppi Pier Paolo 2002.

41 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 14.

42 Pappadopoulos Grigorios 1844.

43 Pappadopoulos Grigorios 1847, p. 17.

44 Voir à ce propos Ritsatou Konstantina 2011, p. 439-457.

45 Sur ces fouilles, voir Ritsatou Konstantina 2011, p. 426-438.

46 Ritsatou Konstantina 2011, p. 453-456.

47 Sur les divers lieux de conservation des antiquités à Athènes, voir Kokkou Aggeliki 1977, p. 149-189.

48 Sur cet aspect, voir Vratskidou Eleonora 2011, p. 255-260.

49 Sur ce recueil et ses différentes éditions, voir Fittschen Klaus 1998, p. 197-199.

50 Rizo Rangabé Alexandre 1865.

51 Voir à ce sujet les analyses de Glenn Most (Most Glenn 2002) et d’Anthony Grafton (Grafton Anthony 2000) concernant le dépassement de l’idéal humaniste que Wilhelm von Humboldt avait voulu inscrire dans la création de l’université berlinoise par les exigences nées de la professionnalisation des disciplines, et de la philologie en particulier.

52 Voir à ce titre l’étude très intéressante de René Sternke sur l’archéologue Karl August Böttiger (1760-1835), Sternke René 2008, surtout p. 189-224.

53 Rangabé est diplômé de l’école militaire de Munich et avait librement suivi des cours à l’université munichoise, tout comme Pappadopoulos à Paris suivait librement des cours à la Sorbonne et au Collège de France.

54 [ Rizo Rangabé Alexandre] 1855, p. 448.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Figure 1. Müller Karl Otfried (éd.), Denkmäler der alten Kunst, Göttingen, Dieterich, 1835, Theil I, pl. 35.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 172k
Bildunterschrift Figure 2. Rizo Rangabé Alexandre, Planches pour l’histoire de l’art antique [Πίνακες δια την ιστορίαν της αρχαίας καλλιτεχνίας], Leipzig, E.A. Seemann, 1865, pl. 10.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 144k
Bildunterschrift Figure 3. Rizo Rangabé Alexandre, Planches pour l’histoire de l’art antique [Πίνακες δια την ιστορίαν της αρχαίας καλλιτεχνίας], Leipzig, E.A. Seemann, 1865, pl. 11.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 167k
Bildunterschrift Figure 4. Müller Karl Otfried, Handbuch der Archaologie der Kunst, Berslau, Josef Max, 1835, deuxième édition, page de titre.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 47k
Bildunterschrift Figure 5. Ross Ludwig, Manuel de l’archéologie des arts [Εγχειρίδιον της αρχαιολογίας των τεχνών], Αthènes, Imprimerie Royale, 1841, page de titre.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift Figure 6. Rizo Rangabé Alexandre, Αrchéologie. Histoire de l’Art Antique [Aρχαιολογία. Iστορία της Αρχαίας Καλλιτεχνίας], Athènes, Koromilas, vol. 1, 1865-1866, page de titre.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 50k
Bildunterschrift Figure 7. Carl Oesterley, Portrait de Karl Otfried Müller, 1830, huile sur toile, 74x63 cm, collection privée. Photo : Stephan Eckardt, Archäologisches Institut der Universität Göttingen.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 359k
Bildunterschrift Figure 8. Grigorios PappadopoulosSource : Papacostas A. (éd.), L’Association pour la Diffusion des Lettres Grecques. L’action de l’association pendant le centenaire 1869-1969, Athènes, 1970 [en grec].
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 129k
Bildunterschrift Figure 9. Alexandre Rizo RangabéSource : Papacostas A. (éd.), L’Association pour la Diffusion des Lettres Grecques. L’action de l’association pendant le centenaire 1869-1969, Athènes, 1970 [en grec].
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/722/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 119k

Autor

Boursière de la fondation Alexander von Humboldt, accueillie à la Technische Universität, Berlin (2014-2016). Docteur en histoire de l’art (EHESS, 2011), elle a occupé des postes de chercheur post-doctorant à la Freie Universität, Berlin (2012) et à Princeton University (2012-2013) et a enseigné l’histoire et l’histoire de l’art à l’EHESS (2011-2012) et à l’université François-Rabelais de Tours (2014). Elle travaille et publie sur la question du statut social et de l’imaginaire de l’artiste, sur l’histoire transnationale de l’enseignement artistique au xixe siècle et l’histoire de l’histoire de l’art.

© Demopolis, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540