Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'hellénisme de Wilhelm Von Humboldt et ses prolongements européens

 | 
Sandrine Maufroy
, 
Michel Espagne

Première partie. D'Allemagne en Grèce : cheminements humboldtiens

4. Wilhelm von Humboldt et les Grecs de son temps

Réflexions sur l’histoire d’une langue, l’avenir d’une nation et les rapports de domination

Sandrine Maufroy

Full text

  • 1 Pour une biographie de Wilhelm von Humboldt, on peut se reporter à : Borsche Tilman 1990 ; Gall Lo (...)
  • 2 Humboldt Wilhelm von, Du caractère des Grecs, vision historique et idéale de celui-ci, § 1 (Humbol (...)
  • 3 Wilhelm von Humboldt déclare explicitement que lorsqu’il parle des Grecs, il pense en réalité prin (...)
  • 4 C’est ainsi que Wilhelm von Humboldt exprime de la réticence à considérer Aristote comme véritable (...)

1Wilhelm von Humboldt est reconnu comme l’un des acteurs majeurs du néo-humanisme allemand, comme le théoricien d’un idéal de la Grèce antique susceptible d’aider les hommes, et en particulier les Allemands, à s’orienter et à façonner leurs vies dans un monde insatisfaisant, en proie à des bouleversements politiques, sociaux et culturels majeurs1. Cette Grèce qu’il contribue à forger est, certes, ancrée dans l’histoire, mais elle présente les caractères d’un modèle intemporel insurpassable, elle est marquée du sceau d’une idéalité qui fait que les Grecs « sont pour nous ce que leurs dieux étaient pour eux2 ». Au centre et au point de départ de cette construction se trouvent les œuvres littéraires et artistiques de l’Athènes du siècle de Périclès, telles qu’elles ont été transmises de siècle en siècle et telles que les reconstituent philologues, archéologues et historiens3. Considérées comme des chefs d’œuvre particulièrement proches de l’idéal d’une culture, elles servent de fondement à une recherche des caractéristiques essentielles du peuple, de la culture et de l’esprit grecs qui tend à aboutir à une définition relativement étroite de celles-ci4.

  • 5 La contradiction entre perspective historique et perspective normative est déjà présente dans la D (...)
  • 6 Humboldt a rédigé une partie de l’introduction de cet ouvrage, traduite dans le présent volume. Su (...)
  • 7 Le terme « Mittelpunkt » apparaît dans sa lettre à Johann Gottfried Schweighäuser du 4 novembre 18 (...)

2Mais parallèlement à cette affirmation d’un idéal esthétique, moral, culturel et politique, et en relation avec elle, les études antiques se développent en Allemagne et accèdent au statut de sciences de l’Antiquité sur la base de la méthode historique et critique dont Christian Gottlob Heyne et Friedrich August Wolf définissent les principes. Élève de Heyne à Göttingen, dialoguant de vive voix et par lettres avec Wolf durant de nombreuses années, Wilhelm von Humboldt n’est pas étranger à cette évolution des études antiques qui conduit finalement à une mise en perspective historique différenciée et à une remise en question de l’idéal5. Conçu en 1807, lors de son séjour à Rome, le projet d’Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques montre que Humboldt envisageait de proposer une interprétation de l’histoire grecque qui prît en compte de manière différenciée les périodes ultérieures à l’époque classique6. Si Humboldt avait choisi d’étudier la période qui s’étend de l’avènement de Philippe II de Macédoine (359 av. J.-C.) à la prise d’Athènes par Sylla lors de la bataille de Chéronée (86 av. J.-C.), c’est qu’il la considérait comme un moment tout particulier d’une époque de l’histoire humaine, comme un point central (« Mittelpunkt ») à partir duquel il était possible de considérer l’histoire d’une civilisation dans son ensemble7.

  • 8 Irmscher Johannes 1968, p. 363.

3Humboldt n’avait pas l’intention de consacrer de chapitres de cet ouvrage aux époques suivantes de l’histoire grecque, Empire byzantin et période de la domination ottomane. Ce qui l’intéressait, c’était ce que les Grecs avaient apporté et pouvaient apporter aux Européens occidentaux, et plus particulièrement aux Allemands. Byzance et la Grèce ottomane semblaient sans doute trop loin d’eux, et ne mériter que quelques allusions au rôle des savants grecs dans la Renaissance italienne et européenne. Il est probable que, sa conception de l’histoire étant fortement marquée par celles de Gibbon et d’August Ludwig Schlözer, Humboldt n’ait vu dans l’Empire byzantin et a fortiori dans la période suivante qu’une époque de décadence encore plus prononcée, qui ne concernait pas réellement les héritiers de l’Empire romain d’Occident8. Mais en allait-il de même de la période contemporaine ?

  • 9 Sur le mouvement philhellène, en particulier en Allemagne, voir Droulia Loukia 2003 (avec bibliogr (...)

4Wilhelm von Humboldt vivait à une époque où les Grecs, alors sujets de l’Empire ottoman ou établis dans divers pays d’Europe, firent irruption sur la scène politique et culturelle européenne. La guerre d’indépendance qui éclata en 1821 s’accompagna d’un mouvement d’opinion européen réunissant sous la bannière du combat pour la régénération de la Grèce des philhellènes aux motivations diverses, principalement politiques (lutte pour la liberté des peuples et des individus), religieuses (charité et solidarité envers des chrétiens aux prises avec l’« Infidèle oriental »), humanitaires (soutien aux victimes d’un terrible massacre) et culturelles (devoir de reconnaissance envers les descendants des pères de la civilisation — européenne). Mais dès le tournant des xviiie et xixe siècles, les observateurs attentifs avaient pu constater le dynamisme accru de diplomates, commerçants, hommes de lettres et savants grecs qui s’efforçaient de tisser des liens avec leurs homologues européens et de les intéresser au sort de leur peuple. Wilhelm von Humboldt, actif dans le domaine de la diplomatie et de la politique comme dans celui des études littéraires et savantes, ne pouvait ignorer totalement ni ce qu’on appelle aujourd’hui les « Lumières grecques », ni la révolution grecque et le mouvement philhellène9. La question se pose donc de savoir si Wilhelm von Humboldt, qui était si préoccupé par la question des relations entre l’Antiquité et sa propre époque, et qui trouvait chez les Grecs anciens les ressources permettant de former l’individu moderne, fut conduit à réfléchir à la situation linguistique, littéraire et culturelle des Grecs de son temps, aux relations entre Grecs anciens et Grecs modernes et aux espoirs d’une « régénération » du peuple grec nourris par nombre de ses contemporains.

Les réflexions d’un linguiste

  • 10 Mueller-Vollmer Kurt 1993, p. 407-444. Le Verzeichnis der zum Sprachstudium gehörenden Bücher a ét (...)
  • 11 Les titres répertoriés sont les suivants : « 262. Proben von den Leakeschen fünf Classen des Schri (...)
  • 12 La référence de ce dossier est : Archivmappe Nr. 75, Mappe 1, Bl. 52-56 (Mueller-Vollmer Kurt 1993 (...)

5Dans le cadre de ses études linguistiques, qui visaient l’universalité, Humboldt ne pouvait pas négliger de réfléchir sur le devenir du grec ancien et la formation du grec moderne. Sans consacrer d’étude indépendante à la langue grecque moderne, il l’a évoquée dans certains de ses écrits linguistiques, d’une part dans une perspective de comparaison et de mise en relation avec d’autres langues modernes, d’autre part dans le contexte d’une réflexion sur le développement diachronique de la langue grecque depuis l’Antiquité. Certains de ses outils de travail témoignent de cet intérêt. Son « Catalogue des livres afférant aux études linguistiques » (Verzeichnis der zum Sprachstudium gehörenden Bücher) répertorie trente titres relatifs à la « langue grecque », dont les éditions de 1815 et 1818 de la Griechische Grammatik de Thiersch et l’Examen perfectionné de Burnouf10. Concernant les dialectes et l’évolution de la langue grecque après l’âge classique, on remarque, en particulier, l’édition londonienne du Thesaurus Linguae Graecae d’Henri Estienne (Valpy, 1816-1825) et le De dialecto Macedonica et Alexandrina (Leipzig, Weigel, 1808) de Friedrich Wilhelm Sturz. Pour la « langue néogrecque » (« Neugriechisch »), six titres sont mentionnés. Cet ensemble, assez restreint et insuffisant pour un spécialiste, permettait toutefois de se familiariser avec les particularités du grec moderne et d’aborder les questions de sa relation au grec ancien, du rapport entre langue parlée et langue écrite et des choix possibles pour développer cette dernière11. D’autre part, Humboldt a pu tirer des connaissances d’ouvrages plus généraux, répertoriés notamment dans la section « linguistique générale » (« Allgemeine Sprachkunde ») de ce catalogue. Ainsi, Humboldt a lui-même contribué au Mithridates d’Adelung, qu’il possédait (n ° 13 de cette section) et dont le deuxième volume comprend le Notre-Père en grec moderne. De plus, un dossier provenant des archives du château de Tegel et conservé aujourd’hui à la Staatsbibliothek de Berlin contient des documents sur la langue grecque et une liste de 108 titres d’ouvrages de linguistique, dont certains concernent le grec moderne12.

  • 13 Voir la Kurze Schilderung der Mexicanischen Sprache nach ihren Eigenthümlichkeiten zur Bestimmung (...)
  • 14 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 3, p. 392.

6Le « néogrec » a pu servir à Humboldt de point de comparaison pour l’étude d’autres langues. L’absence d’infinitif proprement dit et l’emploi, pour l’exprimer, d’un mot signifiant originellement « vouloir » joint à une forme verbale existant par ailleurs lui semblaient ainsi constituer un point commun entre le nahuatl et le grec moderne — de manière inexacte, comme l’a montré Manfred Ringmacher13. Ses observations comparatives sur l’évolution des langues et des cultures ont amené Humboldt à préciser sa conception de l’histoire de la langue grecque, à partir d’un principe général formulé dans le sixième paragraphe de sa grande introduction à l’œuvre sur le kavi. Humboldt y expose l’idée que le « véritable principe créatif à l’œuvre dans l’évolution cachée et comme mystérieuse de l’humanité », principe qui se distingue de celui qui est « patent, visiblement caractérisé par une chaîne de causes et d’effets », est « la force de l’esprit qui, de sa profondeur et de sa richesse intérieure, intervient dans le cours des événements universels », « l’originalité supérieure de l’esprit qui étend le concept de l’intellectualité humaine, qui surgit inopinément et de manière inexplicable du plus profond d’elle-même14 ». C’est cette puissance spirituelle qui a donné naissance à la sculpture égyptienne, c’est elle qui a fondé la différence de caractère entre la poésie et la philosophie indiennes et celles de l’Antiquité classique, c’est elle qui a produit la distinction entre la manière de penser et de représenter des Grecs et des Romains, c’est elle enfin qui a fait naître, sur les ruines de la langue romaine, « la partie principale de la culture moderne ». Elle se trouve donc à la jonction entre l’Antiquité et l’époque moderne, et a permis la formation d’une véritable culture (européenne, occidentale) après la décadence du monde antique. Et selon Humboldt, là où une telle force, un tel génie ne se manifeste pas, alors on assiste à une véritable décadence linguistique et culturelle, et c’est ce qui est arrivé en Grèce. La Grèce moderne est donc radicalement distincte et séparée de l’Europe occidentale :

  • 15 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 3, p. 393.

Là où de tels phénomènes ne sont pas apparus, ou ont été étouffés par des circonstances contraires, même ce qu’il y avait de plus noble, une fois entravé dans sa marche naturelle, a été incapable de redonner forme à quelque chose de grand et de noble, comme nous le montrent la langue grecque et tant de vestiges de l’art grec dans cette Grèce qui a été maintenue pendant des siècles, sans en être coupable, dans la barbarie. La forme ancienne de la langue se morcelle alors et se mêle d’éléments étrangers, son organisme véritable se désagrège, et les forces qui l’assaillent ne sont pas capables de le transformer pour lui faire entamer une nouvelle carrière ni de lui insuffler un principe de vie suscitant de nouveau l’enthousiasme15.

  • 16 Cette conception est développée notamment par le premier professeur de grec « vulgaire » à l’École (...)

7Ce point de vue s’accorde avec celui d’une grande partie des hellénistes de son temps, pour qui le grec moderne était une forme abâtardie du grec ancien, toute la culture grecque ayant été affectée de dégénérescence sous l’effet de la domination asservissante de puissances étrangères successives16. Si les philhellènes des années 1820 et les hommes de lettres de l’État grec nouvellement formé se montraient généralement confiants dans la possibilité d’une « régénération » linguistique et culturelle et s’efforçaient d’y contribuer, Humboldt envisageait la question avec plus de circonspection.

  • 17 Thiersch Friedrich 1828.

8La lettre qu’il adresse le 18 août 1828 au philologue, éminent représentant du néo-humanisme en Bavière et ardent philhellène Friedrich Thiersch précise sa conception de la langue, de la littérature et de la culture néogrecques et de leurs rapports avec la civilisation grecque ancienne. En réponse à l’envoi que Thiersch lui avait fait de son étude Sur la poésie néogrecque, en particulier sur les relations qu’elle entretient avec la poésie ancienne du point de vue du rythme et de la composition poétique17, exposé qu’il avait présenté à l’Académie des sciences de Munich à l’occasion du soixante-neuvième anniversaire de sa fondation, Humboldt développe quelques réflexions concernant différents points traités par Thiersch.

  • 18 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 5, p. 269-273, ici p. 271.
  • 19 Ibid., p. 269.
  • 20 Ibid., p. 270.

9Contrairement à l’introduction de l’œuvre sur le kavi, à caractère général, cette lettre est spécifiquement consacrée à la langue et à la littérature néogrecques dans leur rapport avec la langue et la littérature grecques anciennes. Mais Humboldt ne perd pas de vue la perspective générale qui caractérise sa démarche de linguiste et précise que les réflexions dont il fait part à Thiersch ont pour but de « déterminer à quelle classe de langues le néogrec appartient18 ». Selon Humboldt, la langue grecque moderne est « restée beaucoup trop proche de l’ancienne, et possède cependant, on ne peut le nier, moins de pureté et de cohérence et moins de perfection dans son organisme19 ». Il emploie les termes de « catastrophe » (« Katastrophe ») et de « ruines » (« Trümmer ») pour désigner le passage du grec ancien au grec moderne, et déclare que « la destruction des constitutions politiques », « l’anéantissement de la société cultivée et d’une véritable littérature vivante », « le retour à un état plus sauvage » et « l’immixtion de nations étrangères » ont conduit à la destruction de « l’organisme plus raffiné de la grammaire » : dans la langue grecque moderne, « les déclinaisons et conjugaisons sont comme les ruines d’un bel organisme qui a existé par le passé20 ». Cette évolution est comparable selon lui à ce qui s’est passé dans les pays latins, en particulier en Italie, mais elle se différencie du passage du gothique à l’ancien allemand, qui s’est effectué de manière progressive. Si l’on suit ces développements, le grec moderne serait donc à classer dans la même catégorie que les langues romanes, celle des langues provenant de la désagrégation d’une langue ancienne, par différence avec d’autres langues comme l’allemand, dont la formation résulte au contraire d’un développement progressif. Et cette évolution ne se comprend que dans le contexte plus général de la vie de la nation, marqué par des bouleversements politiques, économiques et culturels destructeurs — allusion claire, d’une part, à la période que Humboldt avait songé à traiter dans une Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques, celle de la soumission des cités grecques à l’Empire romain, et, d’autre part, à la période de la domination ottomane.

Regard sur les affaires de Grèce et le mouvement philhellène

  • 21 Thiersch Friedrich 1828, p. 3.

10Mais Humboldt poursuit sa lettre à Thiersch en s’excusant de la « digression presque politique » à laquelle sa question linguistique l’a conduite, et qui lui apparaît partiale. C’est là une réponse directe au début de l’exposé de Thiersch, qui se défend dans la première phrase d’avoir voulu « susciter des discussions qui, relevant du domaine de la politique, sortent du cercle de l’activité académique » par le choix d’un « objet très étroitement lié à l’esprit et à la vie intérieure du peuple qui, combattant depuis sept ans pour son existence au-dessus des tombeaux de glorieux ancêtres, a plus qu’aucun autre attiré sur lui l’attention du monde chrétien et trouvé sa sympathie21 ».

11C’est qu’en 1828, au moment de cet échange de lettres entre Thiersch et Humboldt, l’évocation des Grecs contemporains était de nature à échauffer les esprits et à susciter de virulents débats. Depuis 1821, le soulèvement des Grecs contre la domination ottomane relevait de l’actualité brûlante. Cette révolte avait suscité un mouvement de solidarité d’ampleur européenne qui s’était traduit par un flot de brochures et de poèmes philhellènes, par la création de comités de soutien qui, progressivement organisés en un réseau européen, lançaient des appels à contribution financière, organisaient l’aide aux « réfugiés » grecs et s’occupaient de l’envoi de vivres, de matériel militaire et de volontaires, par la création d’œuvres littéraires et artistiques et par la production d’objets de la vie courante évoquant les combats des Grecs et la solidarité des philhellènes. Perplexes, soucieuses de ne pas déstabiliser l’équilibre européen établi au congrès de Vienne et maintenu par la poigne de Metternich, les grandes puissances étaient restées longtemps dans l’expectative, suscitant ainsi les virulentes critiques de ceux qui estimaient que la dette de reconnaissance envers la Grèce, mère de la civilisation européenne, la charité et la solidarité chrétiennes et l’obligation morale et politique de soutenir un peuple victime d’une oppression barbare imposaient aux nations européennes d’intervenir. En 1827, l’Angleterre, la France et la Russie s’étaient finalement alliées pour intervenir dans la guerre d’indépendance grecque. Après la bataille de Navarin au cours de laquelle cette triple alliance avait anéanti la flotte turque, la question de la mise en place, de l’indépendance et des frontières de l’État grec était à l’ordre du jour. Ioannis Kapodistrias (1771-1831), élu gouverneur de la Grèce par le congrès de Trézène de 1827, avait débarqué à Nauplie et commencé à organiser l’État grec sur la base d’un système centralisé ; les grandes puissances et les anciens belligérants se réunissaient pour parvenir à une situation stable, reconnue internationalement, pour le jeune État grec.

  • 22 Pour une première approche de la biographie et de l’œuvre de Friedrich Wilhelm Thiersch, on peut s (...)

12Friedrich Thiersch (1784-1860), philologue classique formé à Leipzig, Halle et Göttingen, professeur à l’université de Munich et membre de l’académie des sciences de cette ville, avait embrassé assez tôt la cause philhellène. Son intérêt pour la Grèce moderne remontait sans doute à sa lecture de chants « populaires » grecs à Göttingen en 1808, en compagnie de Werner von Haxthausen, et il avait commencé à entretenir des relations avec des Grecs, à développer les liens entre l’académie des sciences de Munich et des savants grecs, et à s’engager plus généralement dans la promotion d’une renaissance culturelle et politique grecque inspirée par l’étude des Anciens. La publication chez Cotta de l’étude Sur la poésie néogrecque, qu’il envoya à Humboldt, se situe dans la continuité d’une activité philhellène qu’il déployait dans diverses directions liées les unes aux autres : études philologiques, réflexion et pratique pédagogiques en faveur des jeunes Grecs de Munich, publication d’articles dans les périodiques de Cotta (Morgenblatt für gebildete Stände et Augsburger Allgemeine Zeitung), prise en charge de la direction du comité philhellène de Munich, projet de « légion philhellène » destinée à soutenir militairement les Grecs révoltés et à leur porter secours22.

  • 23 Sur l’attitude de Wilhelm von Humboldt face au philhellénisme, voir Irmscher Johannes 1968, en par (...)

13Au début de sa lettre de 1828 à Thiersch, Humboldt fait clairement allusion à l’importance prise par les Grecs dans l’actualité récente, à l’engagement de Louis Ier de Bavière et au rôle de Thiersch dans le mouvement philhellène. Il note que l’actualité a une grande part dans l’intérêt que l’on peut trouver au sujet de l’étude de Thiersch, remarque qui s’accorde bien avec la réserve manifestée par Humboldt à l’égard du mouvement philhellène. En effet, le soulèvement grec n’avait pas provoqué chez lui la réaction exaltée qu’il avait suscitée chez d’autres admirateurs de la Grèce classique. Les quelques lettres échangées avec sa femme Caroline dans le contexte du siège de Missolonghi et de la vague de solidarité qui s’ensuivit le montrent assez distant. À Caroline qui exprime son émotion face aux événements, qui lui parle de la collecte organisée par Hufeland en faveur des Grecs et mentionne les dons faits par elle-même et par des personnes de son entourage, dont leur gendre Heinrich von Bülow, alors conseiller au ministère prussien des Affaires étrangères, Wilhelm von Humboldt répond sur le ton de la plaisanterie23.

  • 24 Thiersch Heinrich W. J. 1866, Vol. 2, p. 417-418.
  • 25 Irmscher Johannes 1968, p. 363.

14Le regard que Humboldt portait sur les affaires de la Grèce n’était pas celui d’un philhellène enthousiaste et indigné, mais d’un diplomate occupé à résoudre des problèmes d’ampleur internationale. C’est dans le contexte des négociations relatives au traité de Paris de 1815 qu’il avait rencontré le futur président de la Grèce, Ioannis Kapodistrias, alors au service de la Russie. Dans une autre lettre à Friedrich Thiersch, datée du 18 février 183424, Humboldt tient à rendre justice à Kapodistrias, qui avait été assassiné en 1831. Sa manière de gouverner l’État grec avait, certes, fait l’objet de l’approbation appuyée de philhellènes de renom comme Jean-Gabriel Eynard qui le soutenait depuis longtemps et avait contribué à son avènement à la charge suprême. Mais elle avait aussi rapidement suscité de graves critiques, notamment de la part de Thiersch lui-même, incriminant en particulier l’impuissance du président à résoudre la question agraire et sa tendance à l’autoritarisme. Dans sa lettre à Thiersch de 1834, Humboldt affirme avoir toujours pensé que Kapodistrias ne serait pas à la hauteur de sa tâche, mais se dit aussi persuadé, pour avoir travaillé avec lui à des questions difficiles de diplomatie, que le président de la Grèce était foncièrement attaché à la justice et prêt à donner de sa personne : les accusations portées contre lui ne pouvaient pas être fondées. Comme le note Johannes Irmscher et comme semble le corroborer cette lettre, la manière dont Humboldt, par l’intermédiaire de Kapodistrias, put aborder la question grecque en 1815 le portait à considérer celle-ci comme un facteur parmi d’autres de la politique russe et de l’équilibre des forces en jeu dans le système des relations internationales, et il ne semble pas s’être départi de cette manière de voir25.

Considérations sur l’avenir incertain de la littérature néogrecque

  • 26 Thiersch Friedrich 1820.
  • 27 Sur la traduction métrique de l’Agamemnon et les réflexions théoriques qui l’ont accompagnée, voir(...)
  • 28 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 5, p. 269-273, ici p. 271.

15Quelles que soient leur différence d’attitude vis-à-vis de la révolution grecque et du mouvement philhellène, les centres d’intérêt communs de Thiersch et de Humboldt expliquent aisément la décision du premier d’envoyer à Humboldt son étude Sur la poésie néogrecque, dont une partie traite de questions de rythme et de métrique. Humboldt consacrait beaucoup de temps à ces questions dans le but de comprendre la métrique de Pindare et de traduire cet auteur, auquel Thiersch avait consacré un ouvrage26, et la traduction métrique de l’Agamemnon d’Eschyle l’occupa durant de longues années27. Une partie de la réponse de Humboldt à Thiersch est d’ailleurs consacrée à ces questions : Humboldt se montre intéressé par l’idée de Thiersch selon laquelle la métrique des Grecs anciens reposait à l’origine, comme celle des modernes, non sur la différence de longueur des syllabes, mais sur leur accentuation différente, et il formule des objections contre cette théorie28.

  • 29 Ibid., p. 269.

16Dans la partie de sa lettre consacrée proprement aux Grecs modernes et à leur poésie, Humboldt reprend à son compte certains lieux communs philhellènes qui jouèrent aussi un grand rôle dans la formation de l’idéologie nationale grecque. Il parle de « renaissance » (« Wiedergeburt ») politique grecque, un terme clé qui contribuait à fédérer les esprits autour du philhellénisme ; en affirmant partager l’opinion de Thiersch concernant « les aptitudes et forces spirituelles de la nation, qui a sans doute beaucoup hérité de ses ancêtres », il ne remet pas en question la représentation selon laquelle les habitants du nouvel État grec sont les descendants directs des héros de l’Antiquité29.

  • 30 Ibid., p. 269.
  • 31 Thiersch Heinrich W. J. 1866, Vol. 2, p. 417-418, ici p. 418.

17Posant implicitement la question des caractères nationaux qui constitue l’un des axes majeurs de sa pensée, Humboldt accorde même aux Grecs de son temps le privilège d’avoir « par leur malheur et leurs combats, peut-être gagné plus de caractère et de virilité » que « les plus tardifs des Grecs anciens30 ». Quelques années plus tard, dans sa lettre à Thiersch de 1834, Humboldt repose la question du caractère national des Grecs modernes dans leur relation avec les Anciens. Thiersch lui ayant envoyé son livre De l’État actuel de la Grèce et des moyens de parvenir à sa restauration, Humboldt lui écrit que maintenant qu’il a fait connaître les résultats de son voyage en Grèce concernant les aspects politiques, il serait à souhaiter qu’il fasse de même « dans le domaine des antiquités et de l’art », qu’il décrive le caractère de la nation et qu’il montre ce qui la relie réellement aux Anciens. Il souligne la nécessité d’établir des vérités, car on considère (à tort, faut-il comprendre) les Grecs modernes généralement comme des « Orientaux31 ».

  • 32 Lettre à Karl Gustav von Brinkmann du 4 février 1804, in Humboldt Wilhelm von 1939, p. 160-163, en (...)
  • 33 C’est la situation évoquée par Karl Immermann dans son roman Les épigones (Die Epigonen, 1836), qu (...)

18Concernant la littérature grecque moderne, Humboldt exprime en 1828 une crainte similaire à celle qui lui était venue plus de vingt ans plus tôt au sujet de la littérature allemande. Dans une lettre à son ami de jeunesse Karl Gustav von Brinkmann de février 1804, Humboldt s’était montré préoccupé du risque de stagnation (« Stillstand ») qui guettait la littérature allemande, conséquence du poids de modèles insurpassables et inimitables comme Goethe et Schiller, et de la manière trop exclusive et unilatérale dont certains auteurs, comme Voß, prenaient les Anciens comme modèles. La volonté de conjurer ce risque de stagnation lui avait même fait louer les mérites des romantiques, qui avaient remis en cause le caractère exclusif des modèles antiques et montré des voies encore inexplorées pour la littérature allemande32. Cette préoccupation était devenue très actuelle à l’époque du Biedermeier et du Vormärz, si l’on en croit le désarroi de certains auteurs allemands qui avaient le sentiment d’être des « épigones » (le philhellénisme pouvant apparaître comme un symptôme de cette situation33). Or, pour Humboldt, si une littérature court le risque de ne pas trouver sa propre voie, c’est bien la littérature néogrecque : selon lui, ce qui pourrait arriver aux Grecs modernes, c’est que le modèle insurpassable des Anciens soit trop présent et trop lourd à porter pour qu’ils puissent parvenir à une véritable grandeur et développer leur originalité propre. À cela s’ajoute l’état de la langue grecque moderne, sorte de champ de ruines qui rappelle encore trop le grec ancien. D’où sa conclusion :

  • 34 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 5, p. 269-273, ici p. 271.

Ce que je veux dire, c’est seulement ceci : s’il y a un conseil à ne pas donner aux Grecs, c’est de retourner par leurs pensées et leurs études au grec ancien et aux temps de la Grèce ancienne. Si l’on pouvait leur retirer tous les livres de cette époque, anéantir complètement en eux la conscience qu’ils en ont et les faire s’épanouir à partir d’eux-mêmes et de leur propre époque, ce serait, suis-je pour ma part porté à penser, ce qu’il y aurait de mieux34.

19Et selon Humboldt, c’est le développement de la vie de la nation, en particulier dans les domaines politique et économique, qui pourrait rendre le meilleur service à la littérature grecque moderne.

  • 35 Maufroy Sandrine 2011, p. 157-165.

20Une telle conclusion était une véritable provocation. Elle remettait radicalement en question les efforts de nombre d’écrivains et de philologues grecs et européens philhellènes, et ceux de Thiersch lui-même — mais s’accordait toutefois avec les vœux formulés par ce dernier dans son étude : que les Grecs soient eux-mêmes et qu’ils le deviennent à partir de leurs chants populaires. Soulignant le fossé irréversible qui séparait les Grecs modernes des Grecs de l’Antiquité et qui rendait toute comparaison impossible, Humboldt poursuivait une réflexion de longue haleine sur le caractère de l’époque moderne, à la fois héritière et radicalement différente de l’époque antique, sur l’impossibilité de reproduire une littérature semblable à celle des Anciens et sur la juste manière de s’inspirer de ces grands maîtres. Ce faisant, il s’opposait non seulement à Thiersch, qui s’efforçait de tirer de la littérature néogrecque des conclusions concernant la poésie de l’époque archaïque, mais aussi aux écrivains philhellènes qui voyaient dans les Grecs de leur temps de nouveaux Homères et estimaient que la poésie populaire néogrecque contenait le germe de grandes œuvres capables d’égaler celles des Anciens, voire la promesse d’un renouveau de la littérature européenne35.

Variations poétiques sur le thème de la domination

  • 36 Humboldt Wilhelm von 1903-1936, Vol. 9, p. 93-151.
  • 37 Müller-Sievers Helmut 1994 et Müller-Sievers Helmut 1993, en particulier « Nachsatz : Liebe und Ge (...)
  • 38 Müller-Sievers Helmut 1993, p. 166-167.

21Si Humboldt considéra le mouvement philhellène avec une certaine distance, il ne resta pas tout à fait étranger à la vague de création poétique suscitée par les événements de Grèce : la prise de Galaxidi (Galaxeidion) par Youssouf, pacha d’Eubée, le 2 octobre 1821, lui inspira les dix chants du poème épique L’esclave grecque (Die Griechensklavin36). Composé en 1822 et non destiné à la publication, ce texte long de 1744 vers s’éloigne rapidement de la réalité pour se consacrer à l’histoire imaginaire d’une esclave grecque de Youssouf, Theodota, qui sert fidèlement son maître malgré toutes les humiliations et tous les supplices qu’il lui fait subir. Ceux-ci sont décrits avec une telle minutie que l’on a pu interpréter ce texte comme un exemple particulièrement marquant de masochisme littéraire37. Ce poème qui détaille la soumission d’une femme aux hommes qui la violentent peut se lire en relation directe avec les textes de Humboldt sur les rapports entre hommes et femmes. On a aussi pu le rapprocher de ses réflexions sur le processus de genèse de la parole et de l’articulation38. Mais l’on peut aussi porter son attention sur l’élément « grec » de ce poème, et partir de l’hypothèse qu’en choisissant de décrire le destin d’une esclave grecque et les relations qu’elle entretient avec un Turc et avec des Grecs très différents les uns des autres, Humboldt n’a pas seulement entouré d’un décor à la mode les produits de son imagination intime, mais cherché à dire quelque chose des Grecs.

  • 39 Thiersch Friedrich 1828, p. 4.

22L’esclave grecque, dont la trame narrative, basée sur la séparation de deux amants suivie d’aventures et de retrouvailles, rappelle les romans grecs des époques hellénistique et romaine, a le même sujet initial que nombre de poèmes philhellènes ; mais son développement surprend et effraie. On pourrait même presque le taxer de mishellénisme, à voir comment Theodota et la plupart des Grecs se comportent : Theodota est plus fidèle à Youssouf qu’à ses compatriotes, elle préfère l’esclavage à la liberté, et les Grecs, à deux exceptions près, la maltraitent tout autant que le Turc. Ils l’humilient même davantage : comparée à une « chienne » par elle-même et par Youssouf, elle devient littéralement une bête de somme, jugée indigne d’être mise à mort, chez les Grecs. Faut-il donc voir là une illustration de la thèse, évoquée et contrée par Friedrich Thiersch en 1828, selon laquelle « les Grecs seraient condamnés par eux-mêmes à vivre dans les fers ou à sombrer une fois libérés de leurs chaînes39 » ? Et Humboldt aurait-il radicalement changé d’avis entre 1822, date de rédaction de L’esclave grecque, mais aussi des massacres de Tripolitza qui firent abandonner le philhellénisme à nombre d’observateurs européens, et 1828, date de la lettre à Thiersch où il affirme partager l’opinion de ce dernier concernant le caractère et les potentialités des Grecs de son temps ? Certaines paroles de Theodota à Alorus, jeune homme qui la prend en pitié, pourraient appuyer une telle interprétation :

Mais laisse-moi l’avouer librement, tu le regretteras ;
Je te le balbutie, les joues trempées de larmes :
Tu ne fais pas bien de me libérer avec clémence.
Fais de nouveau sur moi jeter le fardeau,
Et plutôt aiguiser mes âpres tourments.

  • 40 Die Griechensklavin, « Sechster Gesang. Alorus », strophes 5 et 6 (Humboldt Wilhelm von 1903-1936, (...)

Ce n’est que là où je dois porter avec peine une charge amère
[…]
Ce n’est que là, crois-moi, qu’est ma place.
Accède à ma supplication, je ne te supplie pas de me donner de douces heures,
Mais au contraire — Dieu ! — charge de travail et tourment, et âpres blessures40.

23Pour comprendre un tel passage, il faut étudier les motivations de Theodota telles qu’elles apparaissent dans le reste du texte et soumettre l’ensemble du poème à une lecture précise. En effet, ce qui peut apparaître aux hommes qui la dominent comme une soumission volontaire et servile répond en fait à une motivation profonde, que Theodota ne peut pas exprimer par la parole, qui ne rencontre donc qu’incompréhension brutale et violente de la part de Youssouf et ne suscite chez Alorus que le désarroi devant un mystère qu’il cherche à percer sans y parvenir : c’est pour rester fidèle à son amour de jeunesse que Theodota ne peut et ne veut qu’être esclave. Habitée par l’espoir de revoir son Niketas, elle a choisi de vivre et doit donc se soumettre aux hommes qui la dominent, par la force ou par les liens de la reconnaissance. Il lui faut donc être réellement esclave, n’éprouver aucun plaisir, aucune joie, et accumuler les stigmates qu’elle pourra montrer à son amour, en témoignage de sa fidélité. Son attitude en apparence indigne a donc sa source dans une délicatesse de sentiment et une élévation morale que les hommes qui la côtoient ne comprennent pas, non pas tant parce qu’elle est muette que parce qu’eux-mêmes sont sourds au double sens du terme « fidélité » employé par Theodota. Celle-ci s’avère ainsi non pas incapable de parler, mais contrainte à avancer masquée, et en possession d’une maîtrise du langage plus raffinée que celle des hommes qui ne l’entendent pas.

24Un processus inhérent à toute situation de domination tyrannique est ainsi mis au jour, et Humboldt semble bien donner ici une forme sensible à l’idée qu’il avait exprimée en 1807 dans son Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques :

  • 41 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 2, p. 75, et ci-dessous, p. 399.

Les peuples barbares ont presque toujours vaincu ceux qui étaient d’une culture plus élevée ; les nations partiales, froidement calculatrices, agitées, leurs voisines plus humaines qui se consacraient plus fidèlement et plus intimement aux activités pacifiques ; l’homme plus rude domine, et souvent de manière à l’asservir, la femme plus délicate ; la mer roule ses flots, les volcans leur lave sur des champs cultivés florissants ; la force de la nature, dans le domaine moral comme dans le domaine physique, va son chemin, la force de l’esprit se dresse contre elle, souvent avec succès, mais plus souvent en vain, et cherche alors, quand elle ne sombre pas dans le désespoir, à retrouver à l’intérieur d’elle-même la liberté qu’elle perd à l’extérieur41.

25L’Esclave grecque développe donc, par et pour l’imagination sensible, une analyse de mécanismes de domination très généraux, décelables « dans la nature animée et inanimée ».

  • 42 Voir par exemple, Athanassoglou-Kallmyer Nina M. 1989, en particulier p. 87-107.
  • 43 Dans L’Esclave grecque, Alorus et les hommes chargés de la juger remarquent chez Theodota quelque (...)

26Le destin de Theodota paraît à la fois caractéristique du destin des Grecs et de celui des femmes dans la pensée de Humboldt. La représentation de la Grèce sous les traits d’une femme était très courante à l’époque42. Mais, chez Humboldt, elle revêt une signification plus précise : les Grecs anciens, comme les femmes, sont marqués du sceau de l’idéalité et de la nostalgie, dont ils sont à la fois l’objet et le sujet43. Leur raffinement les condamne, en vertu d’une loi dont l’histoire humaine paraît bien prouver l’universalité, à tomber sous la domination, voire à succomber à l’oppression de plus grossiers qu’eux-mêmes. Theodota est à la fois grecque et femme, elle se trouve condamnée à se soumettre, à accepter la dure loi de la réalité, donc à subir les supplices que lui impose son oppresseur et à se montrer fidèle à celui-ci, à garder enfermé en elle-même ce qui constitue son univers propre et à ne trouver une forme de libération que dans la solitude et le ressassement de ses peines.

  • 44 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 3, p. 75-76, et ci-dessous, p. 400 : « La Grèce était déjà avilie (...)

27Peut-être faut-il aller plus loin et comprendre toute l’histoire de Theodota comme le pendant imaginaire des réflexions raisonnées de l’Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques : la soumission servile de Theodota à son oppresseur, son comportement qui relègue au second plan l’amour de sa patrie et éteint en elle l’habileté intellectuelle qui lui permettrait de recouvrir sa liberté, alors qu’elle fait preuve d’un raffinement de pensées et de sentiments bien supérieur à celui de son maître barbare, paraissent bien correspondre au mélange d’« avilissement », de « corruption » et d’un reste de grandes vertus intellectuelles et morales qui, selon Humboldt, caractérisait la Grèce au moment des premières attaques extérieures et fit qu’elle perdit sa liberté extérieure, mais tenta de la retrouver à l’intérieur et domina ainsi finalement son oppresseur romain44.

***

28Ainsi, loin de ne s’intéresser qu’à la Grèce classique qui constituait son idéal et son objet d’étude de prédilection, Wilhelm von Humboldt porta son attention sur des périodes plus tardives de l’histoire grecque. Ses recherches linguistiques et les événements politiques contemporains le conduisirent à réfléchir à l’histoire, à la situation actuelle et à l’avenir des Grecs de son temps. Sa conception de la langue néogrecque comme résultat d’un morcellement et d’une dégradation du grec ancien reprenait l’analyse de nombre d’hellénistes de la première moitié du xixe siècle, mais s’intégrait dans un essai de classification des langues du globe et dans une réflexion sur les principes de leur évolution différenciée. Humboldt soulignait l’interdépendance entre les aspects culturels, linguistiques, politiques et sociaux, sans toutefois partager tous les espoirs de ses contemporains philhellènes. La littérature grecque moderne lui semblait ainsi courir le risque de se voir entravée dans son évolution par la présence trop massive de l’héritage antique. Si le mouvement philhellène des années 1820 suscita chez lui une réaction assez distante, le poème intitulé L’esclave grecque, composé en 1822, montre que les événements de Grèce ne le laissaient pas indifférent. La réflexion amorcée dans son Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques s’y poursuit sur le mode de la création poétique, mettant à jour des processus propres aux relations de domination.

Bibliography

Références des ouvrages cités

Andurand Anthony 2013
Andurand Anthony, Le Mythe grec allemand. Histoire d’une affinité élective, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Athanassoglou-Kallmyer Nina M. 1989
Athanassoglou-Kallmyer Nina M., French Images from the Greek War of Independence, 1821-1830, New Haven, Londres, Yale University Press, 1989.

Borsche Tilman 1990
Borsche Tilman, Wilhelm von Humboldt, Munich, Beck, 1990.

Borsche Tilman 2007
Borsche Tilman, « Zum Begriff der Bildung bei Wilhelm von Humboldt », in Gölitzer Susanne et Roth Jürgen (éds), Wirklichkeitssinn und Allegorese. Festschrift für Hubert Ivo zum achtzigsten Geburtstag, Münster, MV Wissenschaft, 2007, p. 9-20.

Clogg Richard 1992
Clogg Richard, A Concise History of Greece, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

Couturier-Heinrich Clémence 2012
Couturier-Heinrich Clémence, « La traduction “métrique” selon Wilhelm von Humboldt », in Humbert-Mougin Sylvie et Lechevalier Claire (dir.), Le Théâtre antique entre France et Allemagne ( xixe-xxe siècles). De la traduction à la mise en scène, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2012, p. 45-62.

Dakin Douglas 1972
Dakin Douglas, The Unification of Greece, 1770-1923, Londres, Ernest Benn, 1972.

Dimaras Constantin Th. 1969
Dimaras Constantin Th., La Grèce au temps des Lumières, Genève, Droz, 1969.

Dimaras Constantin Th. 2002
Dimaras Constantin Th., Νεοελληνικός Διαϕωτισμός, huitième édition, Athènes, Ermis, 2002.

Driault Édouard et Lhéritier Michel 1925
Driault Édouard et Lhéritier Michel, Histoire diplomatique de la Grèce de 1821 à nos jours, Vol. 1, Paris, PUF, 1925.

Droulia Loukia 2003
Droulia Loukia, « Ο ϕιλελληνισμός. Φιλελεύθερο και ριζοσπαστικό κίνημα », in Panagiotopoulos Vassilis (éd.), Ιστορία του Νέου Ελληνισμού 1770-2000, Αthènes, 2003, Ellinika Grammata, Vol. II, p. 267-286.

Espagne Michel et Pécout Gilles (éds) 2005
Espagne Michel et Pécout Gilles (éds), Revue germanique internationale 1-2, Philhellénismes et transferts culturels dans l’Europe du xixe siècle (2005).

Fornaro Sotera 1996
Fornaro Sotera, « Lo “studio degli antichi”. 1793-1807 », Quaderni di storia 43 (janvier-juin 1996), p. 109-155.

Fornaro Sotera 2006
Fornaro Sotera, « Wilhelm von Humboldt und die Altertums-wissenschaft an Schule und Universität », in Seidensticker Bernd et Mundt Felix (éds), Altertumswissenschaften in Berlin um 1800 an Akademie, Schule und Universität, Hanovre, Wehrhahn, 2006, p. 85-105.

Fuhrmann Manfred 1959
Fuhrmann Manfred, « Friedrich August Wolf. Zur 200. Wiederkehr seines Geburtstages am 15. Februar 1959 », Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte 33 (1959), p. 187-236.

Gall Lothar 2011
Gall Lothar, Wilhelm von Humboldt. Ein Preuße von Welt, Berlin, Propyläen, 2011.

Geier Manfred 2009
Geier Manfred, Die Brüder Humboldt. Eine Biographie, Reinbeck bei Hamburg, Rowohlt, 2009.

Haxthausen Werner von 1935
Haxthausen Werner von, Neugriechische Volkslieder gesammelt von Werner von Haxthausen. Urtext und Übersetzung, éd. par Karl Schulte Kemminghausen et Gustav Soyter, Münster i.W., Aschendorffscher Verlagsbuchhandlung, 1935.

Hess Gilbert, Agazzi Elena, Décultot Élisabeth (éds) 2009
Hess Gilbert, Agazzi Elena, Décultot Élisabeth (éds), Graecomania. Der europäische Philhellenismus, Berlin, New York, Walter de Gruyter, 2009.

Humboldt Wilhelm von 1903-1936
Humboldt Wilhelm von, Gesammelte Schriften, éd. par Albert Leitzmann et al., 17 vol., Berlin, Behr, 1903-1936.

Humboldt Wilhelm von 1934
Wilhelm von Humboldts Briefe an Johann Gottfried Schweighäuser, éd. par Albert Leitzmann, Jena, Verlag der Fromannschen Buchhandlung (Walter Biedermann), 1934.

Humboldt Wilhelm von 1939
Humboldt Wilhelm von, Briefe an Karl Gustav von Brinkmann, éd. par Albert Leitzmann, Leipzig, Verlag Karl W. Hiersemann, 1939.

Humboldt Wilhelm von 1990
Humboldt Wilhelm von, Briefe an Friedrich August Wolf, éd. par Philipp Mattson, Berlin, De Gruyter, 1990.

Humboldt Wilhelm von 1994
Humboldt Wilhelm von, Mexicanische Grammatik, introduit, commenté et édité par Manfred Ringmacher, Paderborn, Munich, Vienne, Zurich, Ferdinand Schöningh, 1994.

Humboldt Wilhelm von 2002
Humboldt Wilhelm von, Werke in fünf Bänden, éd. par Andreas Flitner et Klaus Giel, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 52002.

Hummel Pascale 1995
Hummel Pascale, « Pindare dans l’œuvre et la pensée de Humboldt », Studies on Voltaire and the eighteenth century 329 (1995), p. 249-270.

Irmscher Johannes 1968
Irmscher Johannes, « Wilhelm von Humboldt und der deutsche Philhellenismus », Wissenschaftliche Zeitschrift der Humboldt-Universität zu Berlin. Gesellschafts-und sprachwissenschaftliche Reihe 17 (1968), p. 362-366.

Kirchner Hans Martin 1996
Kirchner Hans Martin, Friedrich Thiersch. Ein liberaler Kulturpolitiker und Philhellene in Bayern, Munich, Hieronymus, 1996.

Kitromilidis Paschalis M. 1978
Kitromilidis Paschalis M., Tradition, Enlightenment and Revolution, thèse de doctorat, Harvard, 1978.

Klein Natalie 2000
Klein Natalie, « L’humanité, le christianisme, et la liberté ». Die internationale philhellenische Vereinsbewegung der 1820er Jahre, Mayence, Verlag Philipp Von Zabern, 2000.

Landfester Manfred 1996
Landfester Manfred, « Griechen und Deutsche : Der Mythos einer “Wahlverwandtschaft” », in Berding Helmut (éd.), Studien zur Entwicklung des kollektiven Bewußtseins in der Neuzeit. 3. Mythos und Nation, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp Taschenbuch Verlag, 1996, p. 198-219.

Löbker Friedgar 2000
Löbker Friedgar, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur. Untersuchungen zur Antikerezeption in der Zeit des griechischen Unabhängigkeitskrieges (1821-1829), Munich, R. Oldenbourg, 2000.

Maufroy Sandrine 2011
Maufroy Sandrine, Le philhellénisme franco-allemand de 1815 à 1848, Paris, Belin, 2011.

Menze Clemens 1975
Menze Clemens, Die Bildungsreform Wilhelm von Humboldts, Hanovre, Dortmund, Darmstadt, H. Schroedel, 1975.

Meyer Anne-Rose (éd.) 2013
Meyer Anne-Rose (éd.), Forum Vormärz-Forschung. Jahrbuch 2012. 18. Jahrgang, Vormärz und Philhellenismus, Bielefeld, Aisthesis Verlag, 2013.

Mueller-Vollmer Kurt 1993
Mueller-Vollmer Kurt, Wilhelm von Humboldts Sprachwissenschaft. Ein kommentiertes Verzeichnis des sprachwissenschaftlichen Nachlasses. Mit einer Einleitung und zwei Anhängen, Paderborn, Munich, Vienne, Zurich, Ferdinand Schöningh, 1993.

Müller-Sievers Helmut 1993
Müller-Sievers Helmut, Epigenesis. Naturphilosophie im Sprachdenken Wilhelm von Humboldts, Paderborn, Munich, Vienne, Zurich, Ferdinand Schöningh, 1993.

Müller-Sievers Helmut 1994
Müller-Sievers Helmut, « Verstümmelung : Schiller, Fichte, Humboldt und die Genealogie des Masochismus », in Schings Hans-Jürgen (éd.), Der ganze Mensch. Anthropologie und Literatur im 18. Jahrhundert. DFG-Symposium 1992, Stuttgart, Weimar, Metzler, 1994, p. 284-297.

Osterkamp Ernst 2014
Osterkamp Ernst, « “Latium und Hellas”. Wilhelm von Humboldt et l’Antiquité classique », in Savoy Bénédicte et Blankenstein David (dir.), Les frères Humboldt, l’Europe de l’Esprit, Paris, PSL-Jean Pierre de Monza, 2014, p. 57-67.

Quillien Jean 1983
Quillien Jean, G. de Humboldt et la Grèce. Modèle et histoire, Lille, Presses universitaires de Lille, 1983.

Stadler Peter Bruno 1959
Stadler Peter Bruno, Wilhelm von Humboldts Bild der Antike, Zurich, Stuttgart, Artemis-Verlag, 1959.

Svoronos Nicolas G. 1953
Svoronos Nicolas G., Histoire de la Grèce moderne, Paris, PUF, 1953.

Sweet Paul R. 1978-1980
Sweet Paul R., Wilhelm von Humboldt. A Biography, 2 vol., Columbus, Ohio State University Press, 1978-1980.

Tabaki Anna 2003
Tabaki Anna, « Les Lumières néo-helléniques. Un essai de définition et de périodisation », in Schneiders Werner (éd.), The Enlightenment in Europe, Les Lumières en Europe, Aufklärung in Europa. Unity and Diversity, Unité et Diversité, Einheit und Vielfalt, avec l’introduction générale de Roland Mortier, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2003, p. 45-56.

Thiersch Friedrich 1820
Thiersch Friedrich, Pindarus Werke, Urschrift, Uebersetzung in den pindarischen Versmaaßen und Erläuterungen, 2 vol., Leipzig, Gerhard Fleischer, 1820.

Thiersch Friedrich 1828
Thiersch Friedrich, Über die neugriechische Poesie, besonders über ihr rhythmisches und dichterisches Verhältniß zur altgriechischen. Von Friedrich Thiersch. Vorgelesen in einer öffentlichen Sitzung der k. Akademie der Wissenschaften zu München am 28. März 1828 zur Feyer ihres 69. Stiftungs-Tages, Munich, Cotta, 1828.

Thiersch Heinrich W. J. 1866
Thiersch Heinrich W. J., Friedrich Thiersch’s Leben, 2 vol., Leipzig, Heidelberg, C. F. Winter, 1866.

Thiersch-Symposium 1991
Thiersch-Symposium im Goethe-Institut. Friedrich Thiersch und die Entstehung des griechischen Staates aus der Sicht des 20. Jahrhunderts. Athen vom 15.-17. Oktober 1990, Athènes, Goethe Institut, 1991.

Tolias Georges 1997
Tolias Georges, La médaille et la rouille. L’image de la Grèce moderne dans la presse littéraire parisienne (1794-1815), Athènes, Paris, Hatier-Kauffmann (« Confluences »), 1997.

Notes

1 Pour une biographie de Wilhelm von Humboldt, on peut se reporter à : Borsche Tilman 1990 ; Gall Lothar 2011 ; Geier Manfred 2009 ; Sweet Paul R. 1978-1980. Sur son rôle dans le mouvement néo-humaniste, la définition d’un idéal de formation de l’être humain et les réformes prussiennes de l’enseignement, on peut consulter : Borsche Tilman 2007 ; Fornaro Sotera 2006 ; Menze Clemens 1975. Sur sa conception de la Grèce et sa contribution ce qu’on a pu appeler le « mythe grec allemand », voir Andurand Anthony 2013 ; Landfester Manfred 1996 ; Quillien Jean 1983 ; Stadler Peter Bruno 1959.

2 Humboldt Wilhelm von, Du caractère des Grecs, vision historique et idéale de celui-ci, § 1 (Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 2, p. 65, et ci-dessous, p. 387).

3 Wilhelm von Humboldt déclare explicitement que lorsqu’il parle des Grecs, il pense en réalité principalement aux Athéniens des ive et ve s. av. J.-C. : voir par exemple son Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques : « quand je parlais des Grecs, c’est aux Athéniens en particulier que je pensais. Car la Grèce s’est élevée et a sombré avec Athènes » (Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 2, p. 84, et ci-dessous, p. 408). Mais il faut aussi noter son intérêt tout particulier pour la période archaïque de l’histoire grecque (voir De l’étude de l’Antiquité, grecque en particulier, § 39 : Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 2, p. 22, et ci-dessous, p. 340-341).

4 C’est ainsi que Wilhelm von Humboldt exprime de la réticence à considérer Aristote comme véritablement grec (Humboldt Wilhelm von 1990, p. 118, lettre à Wolf du 15 juin 1795, no 38).

5 La contradiction entre perspective historique et perspective normative est déjà présente dans la Darstellung der Alterthumswissenschaft de Friedrich August Wolf. Voir à ce sujet Fuhrmann Manfred 1959. Le fait que Humboldt ne soit pas parvenu à mener à bien ses œuvres sur l’histoire de l’Antiquité s’explique selon Ernst Osterkamp par la prédominance de sa vision idéale de la Grèce et par sa volonté de réaliser un programme culturel (Osterkamp Ernst 2014). Sur la part prise par Humboldt à la rédaction de la Darstellung der Alterthumswissenschaft de Wolf, voir la contribution de Jürgen Trabant dans le présent volume, ainsi que Fornaro Sotera 1996.

6 Humboldt a rédigé une partie de l’introduction de cet ouvrage, traduite dans le présent volume. Sur la genèse de ce projet, voir dans ce volume, la présentation des œuvres de Humboldt sur l’Antiquité.

7 Le terme « Mittelpunkt » apparaît dans sa lettre à Johann Gottfried Schweighäuser du 4 novembre 1807 (Humboldt Wilhelm von 1934, lettre no 23, p. 40-43, ici p. 41). Sur ce projet d’Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques, voir, dans le présent volume la présentation des textes de Humboldt sur l’Antiquité, p. 289-313.

8 Irmscher Johannes 1968, p. 363.

9 Sur le mouvement philhellène, en particulier en Allemagne, voir Droulia Loukia 2003 (avec bibliographie) ; Espagne Michel et Pécout Gilles (éds) 2005 ; Hess Gilbert, Agazzi Elena, Décultot Élisabeth (éds.) 2009 ; Klein Natalie 2000 ; Löbker Friedgar 2000 ; Maufroy Sandrine 2011 (et la bibliographie) ; Meyer Anne-Rose (éd.) 2013. Pour une chronologie de la guerre d’indépendance grecque, on peut se référer à Clogg Richard 1992, p. 42-46 ; Dakin Douglas 1972 ; Driault Édouard et Lhéritier Michel 1925 ; Svoronos Nicolas G. 1953, p. 42-46. Sur les Lumières grecques, voir Dimaras Constantin Th. 1969 ; Dimaras Constantin Th. 82002 ; Kitromilidis Paschalis M. 1978 ; Tabaki Anna 2003.

10 Mueller-Vollmer Kurt 1993, p. 407-444. Le Verzeichnis der zum Sprachstudium gehörenden Bücher a été composé vers 1821 sur la base de listes précédentes, et complété par Humboldt jusqu’en 1827 au fur et à mesure de ses acquisitions. Il répertorie des ouvrages imprimés, mais aussi des sources inédites ainsi que des extraits et des résumés rédigés par Humboldt lui-même. Comme le note Kurt Mueller-Vollmer (Ibid., p. 408), ce catalogue ordonné donne de nombreuses informations sur les outils de travail de Humboldt, mais il est loin d’être complet : les œuvres consacrées à des questions philosophiques et théoriques (comme celles de Herder, Kant, Schelling et Hegel) sont répertoriées ailleurs, et Humboldt empruntait régulièrement des ouvrages à la Bibliothèque royale de Berlin et dans d’autres institutions allemandes et étrangères (ouvrages de linguistique, mais aussi d’autres domaines, notamment l’archéologie, l’ethnologie, la littérature de voyage). Toutefois, elle permet de se faire une première idée des outils de travail utilisés par Humboldt dans ses études linguistiques.

11 Les titres répertoriés sont les suivants : « 262. Proben von den Leakeschen fünf Classen des Schrift-NeuGriechischen. Göttingen. Herbst. 1816. 8. Broschüre./263. Weigel, Karl. Neugriechisches-teutsch-Italiänisches Wörterbuch. Leipzig. 1796. 8./264. Mercado. [Pedro de.] Institutiones Linguae Graecae ; Vulgaris. Rom [Typis Salviani.] 1732. 4./265. Chateaubriand [René François] Atala. Venedig. 1805. 8. (übers. von Stamati)./265.1. David, Jules, Méthode pour étudier la langue Grecque Moderne. 1. Band [1. Aufl.] Paris. Lequien. 1821. 8./265.2. [David, Jules.] Synoptikos parallelismos tes ellenikes kai Graikikes Glosses synthetis [sic] hypo J. David. Paris. 1820. 8. » (Mueller-Vollmer Kurt 1993, p. 432). La brochure portant le numéro 262, rédigée par le bénédictin Hermann Neidlinger (1786-1806 ; voir le dictionnaire biographique Scriptores ordinis S. Benedicti qui 1750-1880 fuerunt in imperio austriaco-hungarico, Vienne, Leon. Woerl, 1881, p. 315) donne des échantillons de différentes formes de langue grecque écrite répertoriées par William Martin Leake, auteur de l’ouvrage très lu Researches in Greece (Londres, Valpy, 1814) ; son épigraphe en français, citée dans les Jahrbücher der Literatur 6 (Vienne, avril-juin 1819), p. 123, prend position sur la question de la relation entre le grec ancien et le grec moderne : « Alors il n’est qu’un dialect [sic] de l’ancien Grec. » Le dictionnaire néogrec-allemanditalien de Karl Weigel (no 263) était très répandu, mais relativement succinct, comme l’indique Werner von Haxthausen dans sa lettre à Goethe du 23 juillet 1823 (Haxthausen Werner von 1935, p. 25-26). L’ouvrage de Pedro de Mercado (no 264) est une grammaire trilingue (espagnol, latin, italien) du grec moderne destinée à l’enseignement de la mission apostolique à Chypre. Les trois derniers livres mentionnés avaient, dans les années 1820, une dimension philhellène : la traduction néogrecque d’Atala, par le retentissement de l’Appel en faveur de la cause sacrée des Grecs de Chateaubriand, et les manuels de Jules David, par la teneur même de la préface et des exemples de conversation contenus dans sa Méthode.

12 La référence de ce dossier est : Archivmappe Nr. 75, Mappe 1, Bl. 52-56 (Mueller-Vollmer Kurt 1993, p. 370-371).

13 Voir la Kurze Schilderung der Mexicanischen Sprache nach ihren Eigenthümlichkeiten zur Bestimmung ihres Platzes in der Verwandtschaftstafel der Sprachen, in Humboldt Wilhelm von 1994, p. 201-214, et l’introduction de Manfred Ringmacher, en particulier p. 38-40 et p. 43. Il est à noter que Humboldt commence à étudier le nahuatl pendant son séjour à Rome, à l’été 1805, quand Lorenzo Hervás lui remet une « grammaire manuscrite » du nahuatl parmi des grammaires de diverses langues amérindiennes. Ce séjour à Rome est justement le moment où il conçoit le projet d’une Histoire de la décadence et de la chute des républiques grecques, et ce sont finalement les études antiques qui retiennent son attention principale, jusqu’à ce qu’il reprenne le sujet des langues américaines à la fin de l’année 1811, à Vienne, probablement sous l’impulsion de son frère Alexander (Ibid., p. 36).

14 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 3, p. 392.

15 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 3, p. 393.

16 Cette conception est développée notamment par le premier professeur de grec « vulgaire » à l’École nationale des langues orientales vivantes, Jean-Baptiste-Gaspard d’Ansse de Villoison, par son successeur Karl Benedikt Hase et par le néohelléniste allemand Karl Theodor Kind (voir à ce sujet Tolias Georges 1997, p. 131-153 et Maufroy Sandrine 2011, p. 79-81 et p. 180-188).

17 Thiersch Friedrich 1828.

18 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 5, p. 269-273, ici p. 271.

19 Ibid., p. 269.

20 Ibid., p. 270.

21 Thiersch Friedrich 1828, p. 3.

22 Pour une première approche de la biographie et de l’œuvre de Friedrich Wilhelm Thiersch, on peut se reporter notamment à Kirchner Hans Martin 1996 ; Thiersch Heinrich W. J. 1866 ; Thiersch-Symposium 1991.

23 Sur l’attitude de Wilhelm von Humboldt face au philhellénisme, voir Irmscher Johannes 1968, en particulier p. 364-365.

24 Thiersch Heinrich W. J. 1866, Vol. 2, p. 417-418.

25 Irmscher Johannes 1968, p. 363.

26 Thiersch Friedrich 1820.

27 Sur la traduction métrique de l’Agamemnon et les réflexions théoriques qui l’ont accompagnée, voir Couturier-Heinrich Clémence 2012 ; sur le travail de Humboldt concernant Pindare, voir Hummel Pascale 1995.

28 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 5, p. 269-273, ici p. 271.

29 Ibid., p. 269.

30 Ibid., p. 269.

31 Thiersch Heinrich W. J. 1866, Vol. 2, p. 417-418, ici p. 418.

32 Lettre à Karl Gustav von Brinkmann du 4 février 1804, in Humboldt Wilhelm von 1939, p. 160-163, en particulier p. 161-162.

33 C’est la situation évoquée par Karl Immermann dans son roman Les épigones (Die Epigonen, 1836), qui met en scène un philhellène.

34 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 5, p. 269-273, ici p. 271.

35 Maufroy Sandrine 2011, p. 157-165.

36 Humboldt Wilhelm von 1903-1936, Vol. 9, p. 93-151.

37 Müller-Sievers Helmut 1994 et Müller-Sievers Helmut 1993, en particulier « Nachsatz : Liebe und Gewalt in Humboldts Dichtung », p. 161-169.

38 Müller-Sievers Helmut 1993, p. 166-167.

39 Thiersch Friedrich 1828, p. 4.

40 Die Griechensklavin, « Sechster Gesang. Alorus », strophes 5 et 6 (Humboldt Wilhelm von 1903-1936, Vol. 9, p. 122).

41 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 2, p. 75, et ci-dessous, p. 399.

42 Voir par exemple, Athanassoglou-Kallmyer Nina M. 1989, en particulier p. 87-107.

43 Dans L’Esclave grecque, Alorus et les hommes chargés de la juger remarquent chez Theodota quelque chose de mystérieux et d’enfoui qu’ils respectent : c’est la Sehnsucht (désir ardent et nostalgique) qu’elle nourrit au fond d’elle-même et qui est intimement liée à son amour pour Niketas, à son attachement pour sa patrie et à sa foi chrétienne. Elle finira sa vie dans la mélancolie profonde (Wehmuth) [voir Humboldt Wilhelm von 1903-1936, Vol. 9, p. 123, p. 147 ; p. 121, p. 130, p. 133, p. 139 ; p. 147, p. 149].

44 Humboldt Wilhelm von 2002, Vol. 3, p. 75-76, et ci-dessous, p. 400 : « La Grèce était déjà avilie et corrompue à de nombreux égards lorsque survint la première attaque contre sa liberté, et de fait, une fois celle-ci détruite, elle fut incapable de s’élever d’une manière qui lui fût propre, ni, tant s’en fallait, plus belle qu’auparavant. Mais elle conserva un reste de ses anciennes vertus, sa culture scientifique et artistique venait alors d’atteindre son apogée, et elle se mit à dominer par là d’abord ses dominateurs, puis les dominateurs de ceux-ci, et enfin toutes les générations suivantes jusqu’à nous-mêmes. »

Author

Maître de conférences à l’UFR d’études germaniques et nordiques de l’université Paris-Sorbonne (EA 3556 REIGENN). Ses recherches portent principalement sur la réception de l’Antiquité et l’histoire de la philologie entre la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Grèce. Elle a notamment publié Le Philhellénisme franco-allemand (Paris, Belin, 2011) et dirigé avec Michel Espagne le volume de la Revue germanique internationale (14/2011) ayant pour objet La Philologie allemande. Figures de pensée.

© Demopolis, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540