Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'hellénisme de Wilhelm Von Humboldt et ses prolongements européens

 | 
Sandrine Maufroy
, 
Michel Espagne

Première partie. D'Allemagne en Grèce : cheminements humboldtiens

3. La philologie au-delà de la Grèce

Exemplarité grecque et totalité de l’humanité chez Wilhelm von Humboldt, August Boeckh et Heymann Steinthal

Céline Trautmann-Waller

Texte intégral

1Dans un essai intitulé « Du sansculottisme littéraire » (1795) écrit en réplique aux attaques de Daniel Jenisch contre la production littéraire allemande de son époque, et déplorant l’absence d’un « auteur national classique » (« classischer Nationalautor ») en Allemagne, Goethe comparait implicitement cette dernière à la France révolutionnaire et tentait d’expliquer et d’excuser certaines défaillances de la littérature allemande par ses conditions de production particulières et surtout par l’absence d’un « centre » (« Mittelpunkt ») :

  • 1 Goethe Johann Wolfgang von 1795/1988. Voir Pornschlegel Clemens 2004.

Nulle part en Allemagne il n’y a de centre de formation de la vie sociale, où les écrivains se retrouveraient et pourraient se former, chacun dans son domaine, selon une manière et dans un esprit1.

2À bien des égards, la vie intellectuelle allemande paraît marquée autour de 1800 par cette idée de l’absence d’un « centre » (« Mittelpunkt »). On voit revenir ce terme chez le jeune Friedrich Schlegel dans les années 1790, alors que ses préoccupations concernent à la fois la philosophie politique, l’absence d’une opinion publique allemande, la théorie de la critique et, last but not least, la philologie et l’histoire antiques. Tout comme Schlegel, Friedrich Schiller, dans ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’humanité, lit la Grèce sur fond de Révolution française. Wilhelm von Humboldt, quant à lui, utilise ce terme de « centre » (« Mittelpunkt ») pour évoquer Rome, pour qualifier une période jugée cruciale pour l’histoire de la Grèce, ou encore, de manière plus générale, pour désigner un point central à partir duquel il serait possible de considérer l’histoire d’une civilisation dans son ensemble. Malgré les nuances et les différences, tous ces auteurs considèrent que, par comparaison avec la France, l’Allemagne manque à la fois d’institutions politiques nationales et d’un centre tel que Paris, et ils cherchent donc à trouver des alternatives. C’est d’abord la Grèce qui est censée constituer un centre idéel, mais elle entre assez rapidement en tension avec un autre modèle : le « tout », qu’il s’agisse de la « littérature universelle » (« Weltliteratur ») de Goethe, de la « poésie universelle » (« Universalpoesie ») des premiers romantiques, ou encore de l’idéal d’humanité humboldtien. Ce dernier apparaît effectivement marqué par une tension entre l’idée d’une exemplarité grecque, modèle pour tous les modernes, centre idéel pour l’Allemagne, et l’idée d’une Allemagne s’identifiant à et se définissant par un « tout » culturel, supranational et métapolitique, caractérisé par une pluralité constitutive, qui n’est pas sans lien avec cette variabilité interne que Humboldt diagnostique chez les Grecs comme chez les Allemands.

3C’est cette tension entre exemplarité, comme centralité, et humanité, comme totalité, qui explique que l’on passe de la Grèce comme objet privilégié de la philologie — selon le principe d’un classicisme normatif, qui n’a cependant peut-être jamais existé sous une forme tout à fait déshistoricisée et radicalement exclusive — à une Grèce historicisée. Ceci inclut une réflexion sur la Grèce comme lieu de naissance de la philologie et une historicisation de la philologie elle-même. C’est d’abord avec Humboldt que s’opère ce passage, mais c’est en partie aussi contre lui qu’il se poursuit. Après avoir examiné, essentiellement à partir de l’œuvre de Humboldt, la tension entre exemplarité grecque et humanité comme totalité et le hiatus qu’elle introduit dans la philologie, nous verrons se dégager plus nettement chez le philologue August Boeck l’exigence d’une « vision concrète de l’Antiquité » comme cognitio totius antiquitatis, cette dernière rejaillissant en dernier ressort sur le statut des Anciens : la science de l’Antiquité que Boeckh développe à partir de l’exemple grec devient un modèle applicable à toutes les cultures.

4La Grèce demeure alors, certes, un objet privilégié de la philologie, mais elle se voit relativisée, et la philologie avec elle : on interroge le rapport de la philologie à l’histoire de la Grèce antique et à son déclin, à une certaine « mentalité » grecque, on révèle les limites de la philologie antique pour laisser s’exprimer, tour à tour, l’espoir d’une philologie moderne, plus universaliste, moins empreinte de nostalgie, plus « énergique », et le désespoir devant l’incapacité des philologues modernes à incarner l’humanité classique comme devant la dégradation en idéologie nationaliste de l’idéal d’une Allemagne comme Grèce vivante.

De l’exemplarité grecque à la critique du caractère unilatéral de la philologie grecque

5Les développements que Humboldt a consacrés au caractère exemplaire des Grecs, notamment dans De l’étude de l’Antiquité, et en particulier de l’Antiquité grecque (Über das Studium des Alterthums, und des griechischen insbesondere) et dans Du caractère des Grecs, la vision idéale et historique de ce dernier (Über den Charakter der Griechen, die idealische und historische Ansicht desselben), sont célèbres. Cette exemplarité signifiait pour lui, en premier lieu, que l’étude des Grecs permettait l’étude de l’Homme, de l’humanité. Mais la chose est néanmoins plus complexe, dès ce stade, qu’on ne pourrait le croire. Tout d’abord, Humboldt souligne le hiatus insurmontable qui sépare Anciens et Modernes et le caractère fortuit de l’unicité du modèle grec :

  • 2 « Meines Erachtens werden also die Griechen immer in dieser Rücksicht einzig bleiben ; nur dass di (...)

Selon moi, les Grecs resteront donc toujours uniques de ce point de vue ; simplement, ceci n’est pas, à vrai dire, un privilège qui leur est propre, mais plutôt un aléa lié à leur situation relative et à la nôtre2.

  • 3 Humboldt Wilhelm von 1793/2002, p. 21.
  • 4 Ibid., p. 21.
  • 5 Ibid., p. 7 : « […] muss man auch sich selbst mit seinen vereinten Kräften in Bewegung sezen ».
  • 6 Ibid., p. 21 : « Denn durch dieses wird der Aufsuchende selbst auf eine ähnliche Weise gestimmt [… (...)

6D’autre part, les Grecs ne font jamais l’objet d’une « contemplation passive » (« Anschauen ») ou d’une simple « description » (« Schilderung3 »). Le travail philologique relève bien plutôt d’une quête active, au sens de l’expression « Aufsuchen [des Charakters der Griechen]4 », d’une « mise en mouvement5 » dans laquelle l’érudit se voit progressivement « mis au diapason6 » de l’humanité classique.

7Penser les Grecs, c’est donc pour Humboldt à la fois penser l’idéal et penser l’histoire. Voilà le ressort du classicisme des Allemands tel qu’il tente de l’élaborer, un classicisme spécifique, différent de celui des Français par exemple. Comme pour Goethe, Schiller ou Friedrich Schlegel, la Grèce est pour Humboldt un miroir ; mais s’arrêter là serait trop simple, car il s’agit d’un miroir qui n’est jamais simplement réfléchissant. De la même manière, l’imitation de l’art grec prônée par Winckelmann n’était pas copie servile, mais trouvait son ressort dans l’énergie particulière résidant dans ce qu’on peut appeler, de manière quelque peu paradoxale, l’imitation de l’inimitable. L’espace qui s’ouvre entre l’Allemagne et la Grèce est donc un espace philologique autant qu’esthétique, puisqu’il oblige à penser en même temps la différence entre les langues, la possibilité de la traduction et l’historicité. C’est le contraire de l’identité, si l’on entend cette dernière au sens d’une identité à soi. C’est une tension, quasiment au sens physique du terme, qui produit une énergie particulière, la Bildung. Celle-ci a un caractère processuel, dynamique, infini, mais aussi très pratique, car elle implique la création d’institutions qui garantissent ce processus (universités, Gymnasien,…).

8Une certaine tension apparaît néanmoins chez Humboldt lorsque, à la suite de ses recherches sur la langue chinoise, sur la langue basque et les Basques eux-mêmes, sur les langues d’Amérique, et du début de son travail sur les langues indonésiennes, il en vient à faire plus nettement ressortir une dimension de la pensée linguistique et du concept d’humanité qui manquait selon lui aux Grecs. Ainsi, dans un discours prononcé en 1828 à l’Académie des sciences de Berlin et dans lequel Humboldt esquisse le projet de son ouvrage sur le kavi (le texte du discours sera repris partiellement sous une forme modifiée dans l’ouvrage, au troisième livre, § 18), il écrit :

  • 7 Humboldt Wilhelm von 1827-1835/1907, ici p. 37.

Il fallut un certain temps et diverses étapes préparatoires avant que la notion de cette science [la linguistique générale] ne puisse être totalement conçue : les Anciens n’en avaient pas encore l’intuition7.

9Il poursuit en indiquant que nous devons certes aux Grecs la grammaire générale, mais que :

  • 8 Ibid., p. 38.

[…] malgré toute la force, la profondeur et la vivacité de leur sens de la langue, les Grecs n’atteignirent jamais ce point où le besoin d’un apprentissage de langues étrangères, au nom de la langue elle-même, se fait sentir. Ils s’élevèrent jusqu’au concept pur de cette dernière ; mais qu’il puisse y avoir une étude historique des langues qui apporte des vues générales impossibles à atteindre en suivant ce chemin unilatéral, c’est une idée qui leur resta étrangère. […] Il ne manquait pas seulement un nombre important d’impulsions pour la communication entre les nations, il y avait visiblement des causes qui y faisaient obstacle. Je vois celles-ci surtout dans l’isolement dans lequel les nations s’emmurèrent dans l’Antiquité et jusque tard dans le Moyen Âge, et dans une conception erronée du langage dans sa diversité possible8.

  • 9 Ibid., p. 39.

10L’idée que les Grecs n’avaient pas compris que le langage n’est pas un signe arbitraire s’associe alors chez Humboldt à la conviction que le véritable idéal d’humanité comme unité fondée sur l’amour, et non pas obtenue par la violence, manquait aux conquêtes tempétueuses d’Alexandre le Grand, à celles des Romains, quoiqu’elles fussent marquées par leur intelligence politique, tout comme il faisait défaut aux Mexicains et aux Incas9.

11On retrouve cette idée d’une indifférence des Grecs aux langues étrangères dans leur diversité et d’une insuffisance de leur linguistique, sur un plan plus pratique et scientifique, chez un proche des frères Humboldt, le philologue berlinois August Boeckh (1785-1967) :

  • 10 Boeckh August 1877, p. 605.

Les grammairiens s’efforcèrent surtout de conserver dans les formes de la langue ce qui était ancien et authentique et de fixer l’ancienne prononciation par des signes d’accentuation et d’aspiration [Nota bene : les esprits]. La prise en compte de langues étrangères était inconnue de cette orientation pratique, bien qu’il eût été possible d’utiliser l’égyptien, le persan et le sémitique de manière plus complète qu’aujourd’hui. L’ancienne science du langage ne pouvait donc parvenir à aucun résultat suffisant, elle manquait d’extension et d’universalité10 […]

12C’est ce qui conduit Boeckh à souligner en fin de compte une limitation nationale et un manque d’universalité de la recherche philologique antique :

  • 11 Ibid., p. 606.

En raison de l’extension limitée de la science du langage, toutes ces recherches étaient bornées à la nation ; on cherchait surtout à étudier la vie de l’antiquité grecque écoulée. L’histoire de peuples étrangers était conçue de façon insuffisante et les amorces pour une histoire universelle étaient encore plus insuffisantes11.

13Cette idée d’une indifférence aux langues étrangères et de la prédominance d’un esprit « national » trouve également une correspondance morale et politique chez Boeckh lorsque l’étude de l’histoire économique de la Grèce montre que les Athéniens ont vécu aux dépens de leurs alliés. Dans son Économie politique des Athéniens, premier ouvrage consacré à l’histoire économique de la Grèce, Boeckh note à la fin du premier volume qu’il ne se repent pas d’avoir écrit ce livre, même si cette découverte nuit au respect accordé aux Anciens :

  • 12 Boeckh August 1817, p. 2 ; cité par Poiss Thomas 2009, p. 59.

Le but que je me suis fixé est la vérité et je n’ai pas de regret s’il faut modérer la vénération inconditionnelle qu’on a pour les Anciens parce qu’il apparaît que là où ils mettent les mains, celles-ci se couvrent aussi de saleté12.

14Quelques années plus tard, le linguiste humboldtien et ancien étudiant de Boeckh Heymann Steinthal (1823-1899) poursuit cette réflexion sur une certaine étroitesse d’esprit supposée des Grecs dans son Histoire de la science du langage chez les Grecs et les Romains, en tenant compte plus particulièrement de la logique (Geschichte der Sprachwissenschaft bei den Griechen und Römern, mit besonderer Rücksicht auf die Logik) :

  • 13 Steinthal Heymann 1863, p. 385-386.

La grammaire [ici au sens de philologie] ne pouvait même pas entamer cette étroitesse d’esprit avec laquelle l’Hellène s’opposait comme véritable humain au barbare. La langue hellénique paraissait être la seule langue véritable. […] Que les Barbares aussi pussent avoir une langue et une littérature, dignes d’une étude grammaticale, était une idée à laquelle la grammaire grecque ne s’éleva pas13.

  • 14 Steinthal Heymann 1848, p. 34.
  • 15 Steinthal Heymann 1850.
  • 16 Steinthal Heymann 1852.

15Dès sa thèse sur la science du langage humboldtienne et la philosophie hégélienne, Steinthal avait insisté sur la nécessité de dépasser la/les philologie/s nationale/s : si l’extension de la matière philologique exigeait la spécialisation et si l’on pouvait donc à la rigueur définir, avec Grimm, une philologie germanique et, avec Diez, une philologie romane, ce qui l’intéressait dans ses propres recherches, c’était « la philologie une », qui contenait en elle toutes les parties et exprimait leur lien intime14. Steinthal voyait à l’époque en Humboldt un modèle en matière de prise en compte des données empiriques dans la pensée linguistique et philologique, par contraste avec Hegel, mais il soulignait déjà que Humboldt lui-même n’avait accompli cet idéal d’une véritable universalité, qui ne fût pas abstraite, superficielle et artificielle, que de manière imparfaite. Il critiquait chez Humboldt l’exclusivité accordée aux langues flexionnelles, par exemple lorsqu’il s’agissait de réfléchir à la nature de la langue chinoise dans le cadre d’une classification des langues15 ou à l’invention de l’écriture16. L’ami de Steinthal Moritz Lazarus (1824-1903) tira les conclusions de cette critique et exprima de manière plus « populaire » la vision de l’humanité qu’ils cherchaient à défendre tous deux dans leur Revue de psychologie des peuples et de science du langage (Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft) :

  • 17 Lazarus Moritz 1865, p. 85 : « Populär ausgedrückt gibt es, wegen der Schranken seiner Besonderung (...)

Pour l’exprimer de manière populaire : en raison des limites dues à sa particularisation, il n’existe pas de peuple qui soit un modèle absolu17.

  • 18 Steinthal Heymann 1850, p. 37.
  • 19 Steinthal Heymann 1848, p. 37.

16Si les recherches empiriques de Humboldt lui ont fait entrevoir, selon Steinthal, l’existence de systèmes linguistiques autonomes, sa théorie ne parvient pas d’après lui à intégrer totalement cette autonomie. Pour cette raison, il transforme des différences de principe en différences de stade (« Stufenunterschiede »). Ce qui conduit à une contradiction, entre « individualité » et « stade18 ». L’universel est ainsi condamné chez Humboldt à rester une sorte d’idéal directeur. En élaborant une classification non hiérarchique des langues, Steinthal entendait au contraire révéler la participation de toutes les langues à un organisme linguistique global, qui ne serait pas l’idée abstraite de la langue, mais une véritable incarnation réelle du concept d’humanité. Un lien s’établit dès lors chez Steinthal entre le rapport que les différentes sciences entretiennent entre elles dans les modèles encyclopédiques, le rapport entre le général (abstrait) et le particulier (empirique), et le rapport des peuples à l’humanité conçue comme leur totalité. Tout comme il cherche un général abstrait (concept) qui ne « dévore » pas les données empiriques et ne les nie pas en dernier ressort, Steinthal cherche une idée d’humanité qui ne soit pas un devoir-être, une idée où la totalité ne se contracte pas en un au-delà en laissant les individualités retomber éparses sans lien entre elles19.

17La relativisation de l’exemplarité grecque modifie dès lors la conception de la philologie elle-même, puisqu’on y voit les exigences d’un pluralisme méthodologique s’associer à l’esquisse d’un pluralisme culturel.

Philologie des textes grecs ou philologie des « choses bachkires » ?

  • 20 Wolf Friedrich August et Buttmann Philipp (éds) 1807-1810. Le premier volume contient le texte de (...)

18C’est sans doute Friedrich August Wolf qui, avec ses Prolegomena ad Homerum (Prolégomènes à Homère, 1795) fut le premier à rendre caduque la conception de la philologie (classique) comme seule étude d’un canon d’« auteurs » grecs et latins. En défendant l’idée que l’Iliade et l’Odyssée ne pouvaient pas avoir été l’œuvre d’un seul homme, mais étaient constituées d’une compilation de textes écrits à différentes époques par différents auteurs, et formaient donc une œuvre reflétant la vie grecque dans toute son amplitude, il incita à redéfinir la philologie comme une étude plus large des mondes grec et latin ou comme une « science de l’Antiquité » (« Altertumswissenschaft »), selon une notion développée par lui-même dans son Museum der Alterthums-Wissenschaften20. Si Wolf fut un des maîtres de Humboldt, c’est August Boeckh qui contribua le plus à implanter cette nouvelle conception de la philologie comme Altertumswissenschaft à l’université de Berlin, nouvellement créée en 1810 dans un contexte de crise des universités prussiennes suite à l’occupation napoléonienne. L’exigence d’universalité, dont aussi bien Boeckh que Humboldt déplorent l’absence chez les Grecs, était déjà présente en germe chez Humboldt, mais c’est Boeckh qui la traduit en véritable méthode philologique.

  • 21 Boeckh August 1817.
  • 22 Boeckh August 1838.
  • 23 Boeckh August 1840 (repris in : Staatshaushaltung der Athener, 2e éd. 1851 — 1852).
  • 24 Boeckh August 1855 ; Boeckh August 1856 (d’abord paru in Jahrbücher für classische Philologie, Sup (...)
  • 25 Boeckh August 1877.

19Après des études dans les domaines de la théologie, de la musique et des mathématiques, des travaux sur les dialogues platoniciens, inspirés par Schleiermacher, sur Pindare et sur les tragiques grecs, en partie inspirés par Gottfried Hermann, Boeckh voulut, une fois nommé à Berlin en 1811, s’atteler à un tableau d’ensemble de la culture grecque qui devait traiter de toutes les formes de la vie grecque et des principes de son art et de sa science. Ce projet, intitulé Hellènes (Hellenen), se révélant beaucoup trop vaste, il commença par aborder certains aspects spécifiques de cet ensemble, étudiant tout d’abord le système financier attique. En 1817 parurent les deux volumes de son Économie politique des Athéniens (Die Staatshaushaltung der Athener21), premier ouvrage consacré à l’histoire économique de la Grèce, avec lequel il voulait indiquer la voie d’une science compréhensive de l’Antiquité qui, incluant les manifestations de son esprit dans la théorie comme dans la pratique, dépasserait les dimensions littéraire, mythologique et philosophique. Il y critiquait déjà une certaine philologie exclusivement centrée sur les textes jusque dans leurs plus petits détails et se complaisant dans l’étude non pas même des mots, mais des syllabes et des lettres. Par la suite, ses propres recherches concernèrent les poids et les mesures grecs22, la vie maritime des Grecs23, leur chronologie24. Les conférences sur l’encyclopédie et la méthodologie des sciences philologiques que Boeckh tint durant de nombreuses années à l’université de Berlin, et qui furent éditées dix ans après sa mort par son ancien élève Ernst Bratuschek25, traçaient le programme d’une philologie interdisciplinaire et synthétique, intégrant les realia et visant une science historique du monde antique pris dans son ensemble et non pas réduit à ses textes, même si ceux-ci servaient évidemment de témoignages.

  • 26 Voir Vogt Ernst 1979 ; Judet De La Combe Pierre 2007 ; et le chapitre « “Wortphilologie” oder “Sac (...)
  • 27 Hermann Gottfried 1826.
  • 28 Ibid., p. 4.
  • 29 Ibid., p. 4-9.

20Les recherches de Boeckh sur la vie grecque s’appuyaient en grande partie sur les inscriptions et, pour développer la collecte et l’étude des sources épigraphiques, il fonda dans le cadre de l’académie de Berlin le Corpus des inscriptions grecques (Corpus Inscriptionum Graecarum), dont le premier cahier parut en 1825. Le compte-rendu sévère que le philologue Gottfried Hermann livra de ce premier cahier en octobre 1825 marqua le début d’une controverse26 qui devait entrer dans les annales de l’histoire de la philologie. Hermann y tançait les erreurs qui naissaient selon lui d’une connaissance insuffisante des textes antiques. Boeckh répondit aux critiques de Hermann dans une « Anticritique » parue dans la Hallische Allgemeine Literaturzeitung, en mettant en doute la compétence de son collègue dans le domaine des inscriptions, puisqu’il s’était peu occupé de la vie politique antique. Hermann publia sous forme de livre son propre compte-rendu, les réponses de Boeckh et de son disciple Meier, en y ajoutant un nouveau commentaire ainsi que différentes études destinées à attester de sa connaissance des inscriptions et de la vie politique et économique des Anciens27. Il y conteste la validité de l’opposition entre « philologie des choses » et « philologie des mots », en affirmant qu’on ne connaît les « choses » qu’à travers les textes des Anciens. Le plus important est donc de bien comprendre ceux-ci. Ce n’est qu’à travers le langage « qu’on peut saisir et comprendre tout le reste de ce qui est propre à un peuple28 », et la langue est le témoignage le plus important de ces peuples modèles. Les soi-disant « philologues des choses » prétendent, de l’avis d’Hermann, s’occuper des choses pour masquer leur manque d’application dans l’étude du langage. Il lui paraît évident que la connaissance des choses est nécessaire, mais elle n’est possible qu’à travers les textes et, de plus, ce ne sont que les textes qui donnent leur valeur aux choses. Si les choses en elles-mêmes avaient une telle valeur, on ne pourrait comprendre pourquoi les Bachkires, par exemple, n’auraient pas le droit d’exiger pour eux-mêmes des philologues spécialisés dans les choses bachkires (« baschkirische Sachphilologen29 »). Cette dernière citation montre bien combien, pour Hermann, intégrer les choses (« Sachen ») à la recherche philologique revient à remettre en cause autant que la prééminence du langage, celle des Grecs eux-mêmes et combien il s’agit, dans ce débat entre philologie des choses et philologie des mots, également de la valeur respective des cultures.

  • 30 Horstmann Axel 1992, p. 108-109.
  • 31 Boeckh August, « Ueber die Logisten und Euthynen der Athener », repris dans Boeckh August 1874, p. (...)

21Axel Horstmann a bien montré que si Hermann voit dans l’interprétation un processus unilinéaire commandé par le langage, qui donne accès de manière quasi immédiate à l’esprit des Anciens, Boeckh insiste au contraire sur la structure circulaire de la compréhension. Chez Hermann, on a une raison anhistorique dont la langue est pour ainsi dire le reflet, et il n’est nul besoin de la reconstruction du contexte historique comme condition de la compréhension de la langue elle-même30. Boeckh insiste, au contraire, sur la manière dont la langue est à la fois formée et formante et dont, par là même, les mots et les choses s’éclairent mutuellement31.

  • 32 Steinthal Heymann 1878 ; Steinthal Heymann 1880.
  • 33 Voir aussi Steinthal Heymann 1864.

22Comme le signalait déjà Steinthal dans son compte rendu, l’encyclopédie de la philologie ne pouvait être pour Boeckh autre chose qu’une « théorie générale de l’Antiquité » (« allgemeine Altertumslehre »). Cette dernière devait trouver un facteur commun (« ein Gemeinsames ») qui contînt en lui toutes les particularités (« alles Besondre »). Et ce facteur commun ne pouvait être, dans le cas de la philologie antique, que « l’idée antique », qui n’était pas un concept abstrait mais dans laquelle le particulier devait être inclus de manière vivante comme dans une « vision concrète » (« concrete Anschauung32 »). De nouveau, comme dans l’opposition entre Humboldt et Hegel, Steinthal pose ici le problème de la médiation entre le particulier et le général abstrait33. S’il prône une méthode dite génétique, celle-ci renvoie à la philologie boeckhienne, dont l’objet n’est jamais une construction abstraite mais toujours une reconstruction historique.

  • 34 Boeckh August 2013, p. 58. (Cette traduction ne concerne que la première partie de l’Encyclopédie (...)
  • 35 Poiss Thomas 2009, p. 65.

23La théorie boeckhienne de la philologie comme « connaissance du connu » (« Erkenntnis des Erkannten »), théorie selon laquelle la tâche de la philologie est de « connaître ce qui est produit par l’esprit humain34 », constitue un des aspects les plus célèbres de son projet philologique et de son Encyclopédie. Cette formule centrale, souvent mal comprise, fut raillée notamment par Wilamowitz qui, comme le rappelle Poiss, faisait semblant d’y voir le simple fait de reconnaître quelque chose (« ein blosses Wiedererkennen35 »). Frithjof Rodi et Axel Horstmann ont bien insisté, au contraire, sur la modernité de cette notion, puisque ce qui est connu, au sens de la connaissance du connu, est à comprendre comme un produit culturel : ce qui englobe, au-delà des textes, les artefacts, les actions, les institutions, tous envisagés comme des productions. La langue fait partie, comme nous l’avons vu, de ces « productions » :

  • 36 Boeckh August 1877, p. 54 : « Hiermit ist zugleich der Streit geschlichtet, ob der Philologe sich (...)

Ainsi est réglée en même temps la querelle qui a trait à la question de savoir si le philologue doit s’occuper plus des realia ou de la langue. La langue appartient elle-même aux choses que la philologie doit observer, et elle doit, en tant que chose, être connue par le philologue dans la reconstruction36 […]

  • 37 Steinthal Heymann 1878, p. 242.
  • 38 Ast Friedrich 1808, p. 187.
  • 39 Voir Judersleben Jörg, p. 82-83.

24Steinthal soulignait déjà que cette formule de la « connaissance du connu » renvoyait chez Boeckh plus à Friedrich Ast (1778-1841) qu’à Friedrich Schleiermacher37 (1768-1834). Chez Ast, la formule de la « connaissance du connu » se situe dans le sillage de l’esthétique classiciste et de Winckelmann : « […] la compréhension et l’explication d’une œuvre sont un véritable acte de reproduction ou de recréation de ce qui a déjà été créé38. » L’effort pour reproduire la genèse des formes antiques dans l’herméneutique classique est analogue à l’effort pour reproduire ces formes dans l’art du classicisme, comme le montre bien Jörg Judersleben39. L’« esprit du tout » à partir duquel il faut envisager les parties qui le constituent, selon la première définition du cercle herméneutique formulée par Ast, reste lié à la conviction première que sa nature est idéelle, une idéalité à laquelle celui qui comprend participe au moyen de sa capacité à se transformer en s’appropriant ce qu’il comprend.

25Il n’est donc guère étonnant que lorsque Boeckh essaie de définir une théorie de la connaissance qui puisse fonder la philologie, les aptitudes artistiques y jouent un rôle important. Le critique accompli ne peut selon lui se passer du sentiment (« Gefühl ») dans la connaissance d’une individualité étrangère. On est loin d’une reproduction mécanique de ce qui a été produit dans le passé. Boeckh cherche bien plutôt à définir le rapport du philologue à son objet de la manière suivante : il doit saisir (« erfassen ») dans la distance l’œuvre de tout auteur en ce qu’elle est conditionnée (« in ihrer Bedingtheit ») ; il doit donc saisir aussi, à travers ce qui est contenu de manière non intentionnelle dans l’œuvre, tout l’horizon de cette dernière. Boeckh formule ainsi l’idéal d’un interprète qui comprend « l’auteur non seulement aussi bien que ce dernier, mais même encore mieux que ne se comprend ce dernier lui-même » :

  • 40 Boeckh August 2013, p. 121.

L’écrivain compose selon les lois de la grammaire et de la stylistique, mais la plupart du temps seulement de manière inconsciente. L’interprète, en revanche, ne peut pas interpréter pleinement sans avoir conscience de ces mêmes règles : l’interprète réfléchit en effet ; l’auteur produit, il ne réfléchit à son œuvre que lorsqu’il se trouve vis-à-vis de celle-ci dans la position de l’interprète pour ainsi dire40.

  • 41 Boeckh August 1877, p. 57. Ce passage n’a pas été traduit par Marie-Dominique Richard.

26Selon Thomas Poiss, Boeckh a lancé, avec sa conception très large de la science de l’Antiquité, une discussion autour de la connaissance de l’Antiquité dans sa totalité (cognitio totius antiquitatis) qui allait se poursuivre durant les décennies qui suivirent. La conception boeckhienne de la philologie comme « histoire culturelle de l’Antiquité dans sa globalité » (« umfassende Culturgeschichte des Alterthums41 »), quasiment au sens des sciences de la culture actuelles, n’est toutefois pas parvenue, selon lui, à s’imposer durant la deuxième moitié du xixe siècle.

27Steinthal est revenu sur ce débat et sur ses conséquences pour la vision que nous nous faisons des Grecs, et par suite de l’humanité, dans ses comptes rendus de l’Encyclopédie de Boeckh. Parce que la philologie boeckhienne se mesure au tout, elle sait selon lui que tout savoir est fragment et invite à une vision décentrée de l’histoire et de l’humanité :

  • 42 Steinthal Heymann 1978, p. 236.

Si tu demandes où se trouve le centre, Boeckh répond : à l’endroit, quel qu’il soit, où tu te situes, ou bien où tu veux te situer. À partir de chaque point tu peux atteindre chaque autre point : car chaque chose est liée à chaque autre. Il faut simplement que tu reconnaisses les liens. Ton œil crée le centre et la périphérie ; à partir du détail tu peux parvenir au tout, avec le détail tu te situes même dans le tout. […] Rien n’est petit, si notre esprit n’est pas petit42.

  • 43 Voir Poiss Thomas 2009, p. 68.

28Même si, pour Boeckh, la place éminente des Grecs et des Romains n’était pas vraiment à remettre en cause et si sa conception de la connaissance ne s’émancipait pas d’une certaine normativité43, il est clair que le modèle boeckhien se caractérise toutefois très nettement par son universalité, au sens d’une extension possible à toute culture. Nombreux furent ses élèves à réaliser cette extension : Leopold Zunz (1794-1886) trouva dans l’enseignement de Boeckh les éléments d’une science du judaïsme ; Heinrich Barth (1821-1865), l’inspiration pour fonder les études africanistes allemandes. Et comment ne pas songer également au secours que certains anthropologues allemands trouvèrent dans l’idée d’une « philologie des choses » lorsqu’ils furent confrontés à des peuples sans écriture ?

Une Grèce vivante : nostalgie, philologie, éducation

  • 44 Boeckh August, « Ueber die Logisten und Euthynen der Athener », repris dans Boeckh August 1874, p. (...)

29Au moment où, à travers l’art et la philologie, l’Allemagne paraît rejoindre la Grèce, se révèle donc finalement la grande distance qui les sépare. Chez Humboldt déjà, l’idée que la philologie ne saurait être une simple description (« Schilderung ») du monde antique était centrale, comme nous l’avons vu. Elle impliquait une conception nécessairement non statique, dynamique de l’activité philologique. Chez Boeckh, c’est parce que la véritable philologie saisit la totalité du monde antique qu’elle le saisit comme quelque chose de vivant. Dans Des logistes et des euthynes chez les Athéniens, il trace comme en négatif, en réponse aux critiques de Gottfried Hermann, l’image d’un philologue centré sur la lettre et vouant par conséquent le monde antique à la mort. Plus la philologie se perd dans des détails et torture les mots jusqu’à les faire mentir, par méconnaissance des idées et des choses, plus la « prétention insupportable » (« unerträglicher Dünkel ») et la « vanité folle » (« thörichte Aufgeblasenheit ») augmentent44. Ces critiques renvoient à l’analyse par Boeckh d’une certaine « mesquinerie » (« Kleinkrämerei ») qui marqua, selon lui, un déclin de la philologie grecque parallèle au déclin de la Grèce elle-même :

  • 45 Boeckh August 1877, p. 607.

30À partir du iie siècle après J.-C., elle se dégrada de plus en plus en une pratique grammaticale et antiquaire de petits maîtres ou bien se limita aux besoins des écoles de grammairiens45.

  • 46 Boeckh August 1859.

31Inversement, on le comprend, l’accomplissement de la philologie (qui dans l’Antiquité n’avait pas su selon Boeckh s’élever au niveau d’un système, comme les mathématiques) pouvait être envisagé comme la garantie d’un essor de l’Allemagne moderne. Dans les textes repris dans le deuxième volume de ses Kleine Schriften, Boeckh réfléchit aux rapports entre théorie et pratique, aux conditions favorables à la vie scientifique, à l’université, au rôle de Frédéric II, et plus généralement du monarque en qui il voit un protecteur des sciences, assurant en même temps le lien entre ces dernières et le peuple46.

32Dans ses propres réflexions sur les origines de la philologie, Steinthal reprend en partie ces idées, mais il opère un déplacement. La philologie n’a pas seulement décliné parallèlement à la Grèce, elle est née véritablement du déclin de la Grèce :

  • 47 Steinthal Heymann 1863, p. 375.

La grammaire [ici au sens de philologie], à son tour, n’est pas du tout un phénomène qui dérivait de l’esprit grec en tant que tel ; mais, d’après ce qui vient d’être indiqué, elle est seulement, comme le néoplatonisme, un phénomène qui appartient au déclin de l’esprit grec47.

  • 48 Ibid., p. 371-372.
  • 49 Ibid., p. 383.

33La philologie est donc chez lui étroitement associée à cet hellénisme qui échoua dans sa tentative de rassembler les tribus grecques entre elles, et celles-ci avec les Barbares, à une époque où se creusait aussi le gouffre entre « élites cultivées » (« Gebildete ») et « plèbe » (« Pöbel48 »). On peut voir en miroir, dans ce tableau de la naissance de la philologie comme produit d’une « nationalité mourante49 », autant l’espoir de la renaissance d’une nouvelle philologie dans une nationalité naissante que le reflet d’une crise de la philologie qui ne fera que s’accentuer encore les années suivantes. Dans cette sorte de généalogie de la philologie que constitue son Histoire de la science du langage chez les Grecs et les Romains, Steinthal insiste sur le fait que la nostalgie fut un des ressorts principaux de la philologie grecque :

  • 50 Ibid., p. 384.

On comprend bien comment, dans de telles conditions, ne pouvait fleurir qu’une érudition en vérité improductive, une contemplation du passé dépourvue de toute forme de vie, une œuvre de mémoire, non pas une création50.

  • 51 Ibid., p. 384.

34Il incombait donc à la philologie allemande moderne de dépasser la philologie grecque : selon lui, les philologues modernes, dont la Bildung était énergique et pleine de force, ne regardaient en arrière que pour mieux aller de l’avant, ils voulaient réaliser de nouveau l’idéal antique51.

  • 52 Humboldt Wilhelm von 1793/2002, p. 24.

35Tous ces développements posent également à nouveaux frais la question de l’utilité (pratique) de la philologie et celle du rapport des philologues avec le peuple, un problème que Humboldt avait bien vu mais qu’il n’avait pas vraiment résolu de manière satisfaisante. À la fin de De l’étude de l’Antiquité, et en particulier de l’Antiquité grecque, il posait la question de l’« utilité » (« Nutzen ») de l’étude de l’Antiquité et indiquait en même temps que, pour remplir la tâche qu’il assignait à cette étude, il fallait des qualités qu’on ne trouvait que chez très peu de personnes. Il lui semblait malgré tout que cette utilité existait, même là où l’étude de l’Antiquité était pratiquée de manière imparfaite, et que les connaissances accumulées par les philologues se transmettaient même à ceux à qui elles restaient totalement étrangères : « Car dans l’association d’une société hautement cultivée, toute connaissance d’un seul peut au sens propre être appelée une propriété de tous52. »

  • 53 Rebenich Stefan 2009, p. 411-412.
  • 54 Droysen Johann Gustav 1929, p. 941 ; cité par Rebenich Stefan 2009, p. 412.

36Autour de 1870, cette déclaration pouvait apparaître de plus en plus comme un vœu pieux. Comme le diagnostique rétrospectivement Stefan Rebenich, la modernisation des sciences de l’Antiquité rendit nécessaire, notamment suite à l’accroissement considérable des sources, un esprit centré sur la rigueur dans l’examen des documents et une recherche hautement spécialisée concernant les realia53. Le contraste avec l’idéal d’une unité des sciences de l’Antiquité et d’une saisie de l’Antiquité dans son unité vivante s’accentua alors de plus en plus et l’objectivisme des pratiques finit par apparaître à nombre de philologues eux-mêmes stérile et hostile à la vie. Selon Johann Gustav Droysen, on formait des spécialistes et la pratique scientifique manquait de « tonicité intérieure, d’élévation d’esprit, de pensée créatrice54. »

  • 55 Steinthal Heymann 1863, p. 379.
  • 56 Ibid., p. 379.

37À bien des philologues, il semblait qu’une sorte de « malédiction » (« Fluch ») pesait sur leur discipline. Steinthal déplorait, par exemple, que dans l’activité philologique le logos que l’on cherche et qui doit être transmis à autrui implique des travaux de détail (« Arbeiten im Kleinen ») qui épuisent l’esprit ou lui donnent une tournure mesquine (« kleinlichen Zuschnitt55 »). Il insiste également sur le fait que chez le grammairien antique comme chez le philologue moderne, la Bildung (culture) et son enseignement apparaissent comme une profession : le philologue se retrouve face aux mêmes contradictions que le prêtre, puisque « l’humain en général comme cause spécifique d’une profession est quelque chose d’incompatible avec soi-même56. » De plus, s’il est paradoxalement plus difficile à un prêtre qu’à un laïc d’être un saint, il sera, par analogie, plus difficile à un philologue qu’à un non-philologue d’incarner l’idéal d’humanité.

  • 57 Voir Judersleben Jörg 2000, p. 75-80.
  • 58 Nietzsche Friedrich 1990.
  • 59 Voir Nietzsche Friedrich 1992, p. 42-45.

38On peut être frappé par les accents pré-nietzschéens de ce constat de crise du modèle du « philologue-éducateur » et de cette réflexion sur les possibilités de la philologie, ses limites et son rapport à la modernité allemande57. Nietzsche prolongera ces doléances à l’encontre d’une philologie sans signification pour la vie pratique, notamment dans la critique de la science « antiquaire » à laquelle il s’adonne dans sa deuxième Considération inactuelle, De l’utilité et de l’inconvénient des études historiques pour la vie58 (1874). Il n’est pas question pour lui de trouver une forme de validité pratique dans ce qu’il analyse comme un potentiel idéologique de la philologie. Pour lui, tout comme pour Humboldt et Boeckh, la vitalité exigée ne saurait se résumer à une efficacité nationaliste. Dans les fragments de 1874-1875 regroupés sous le titre « Nous autres philologues », un portrait à charge de la jeune génération de philologues, Nietzsche reprend les doutes esquissés plus haut et les associe à une critique désabusée de l’unification allemande. Il s’en prend au principe de l’imitation du modèle grec, car, selon lui, le jeune philologue in spe imite certes, mais ce n’est pas l’idéal antique qu’il imite, seulement son maître. Il est convaincu de la grandeur de l’idéal antique, mais cette conviction lui sert surtout à acquérir le sentiment de sa propre grandeur. Au lieu d’élever son époque à la hauteur de l’Antiquité, il cherche à retrouver dans celle-ci ce qu’il apprécie dans sa propre époque. Il n’a pas compris « que le philologue lui-même n’est pas le but de la philologie59 ». Si Wolf, Humboldt et Boeckh ont conçu le philologue comme un médiateur entre le monde antique et le monde moderne et ont voulu faire de lui l’éducateur de la jeunesse et même « l’éducateur des éducateurs », de manière à réaliser l’idéal d’humanité, Nietzsche tend à montrer que cette institutionnalisation a surtout donné naissance à une « profession », sachant que le terme allemand « Stand » n’est pas loin ici du terme français plus péjoratif de « corporation ».

***

  • 60 Voir Momigliano Arnaldo 1979.

39Le parcours esquissé, depuis la Grèce de Humboldt jusqu’à celle de Boeckh et de Steinthal, met en évidence un pan de la recherche philologique du xixe siècle qui, au nom du concret, rejette l’idéalisme hégélien, sa dialectique et sa philosophie de l’histoire, bien qu’il partage avec lui une volonté de totalisation. Cette dernière est liée, chez ces théoriciens de la philologie que sont à bien des égards Humboldt et surtout Boeckh et Steinthal, à un pluralisme qui est autant un pluralisme des objets (extension aux « choses », extension à l’ensemble des cultures) qu’un pluralisme des méthodes (interdisciplinarité), remettant en cause nombre de hiérarchies. La philologie, construite à l’origine autour de l’exemplarité des Anciens, tout particulièrement des Grecs, se retourne alors contre ceux-ci au nom de la totalité de la science (moderne), pour leur reprocher le caractère unilatéral de leur pratique philologique et de leur conception de l’humanité. Peut-être les philologues allemands ont-ils exagéré ce qu’Arnaldo Momigliano analysera également comme un « monolinguisme » des Grecs60, de manière à mieux mettre en valeur leur propre projet et sa revendication d’universalisme. C’est en tout cas cet ensemble de réflexions autour de la Grèce qui permet de comprendre que la philologie, parce qu’elle sert de « moteur » à l’idéal de la Bildung, n’a pas seulement une dimension épistémologique, mais aussi une dimension sociale et politique. Humboldt se tourne vers la Grèce alors que la Prusse est occupée et que le monde germanique paraît en déclin, pour esquisser un classicisme (spécifiquement) allemand comme issue à la crise. Steinthal esquisse, bien des décennies plus tard, dans son analyse du déclin de la Grèce, un programme pour une Allemagne à venir qui saurait unir la « plèbe » et les « élites cultivées », les « tribus » entre elles et celles-ci avec les « Barbares ». Il s’agissait là d’un projet profondément philologique, dans lequel restait présent en creux, en dépit de toutes les relativisations, la mémoire de la Grèce.

Bibliographie

Références des ouvrages cités

Ast Friedrich 1808
Ast Friedrich, Grundlinien der Grammatik, Hermeneutik und Kritik, Landshut, Joseph Thoman, 1808.

Boeckh August 1817
Boeckh August, Die Staatshaushaltung der Athener, 3 vol., Berlin, Realschulbuchhandlung, 1817.

Boeckh August 1838
Boeckh August, Metrologische Untersuchungen über Gewichte, Münzfüsse und Masse des Althertums in ihrem Zusammenhange, Berlin, Veit, 1838.

Boeckh August 1840
Boeckh August, Urkunden über das Seewesen des attischen Staats, Berlin, Reimer, 1840.

Boeckh August 1855
Boeckh August, Zur Geschichte der Mondcyklen der Hellenen, Leipzig, Teubner, 1855.

Boeckh August 1856
Boeckh August, Epigraphisch-chronologische Studien. Zweiter Beitrag zur Geschichte der Mondcyclen der Hellenen, Leipzig, Teubner, 1856.

Boeckh August 1859
[Boeckh August], « August Boeckh’s Reden gehalten auf der Universität und in der Akademie der Wissenschaften in Berlin », in August Boeckh’s Gesammelte Kleine Schriften, Zweiter Band : Reden, éd. par Ferdinand Ascherson, Leipzig, Teubner, 1859.

Boeckh August 1863
Boeckh August, Über die vierjährigen Sonnenkreise der Alten, vorzüglich den Eudoxischen. Ein Beitrag zur Geschichte der Zeitrechnnung und des Kalenderwesens der Aegypter, Griechen und Römer, Berlin, Reimer, 1863.

Boeckh August 1874
Boeckh August, Gesammelte Kleine Schriften, éd. par Ferdinand Ascherson, Ernst Bratuscheck et Paul Eichholtz, Vol. 7, Leipzig, Teubner, 1874.

Boeckh August 1877
Boeckh August, Encyclopädie und Methodologie der philologischen Wissenschaften, éd. par Ernst Bratuschek, Leipzig, Teubner, 1877.

Boeckh August 2013
Boeckh August, Encyclopédie et méthodologie des sciences philologiques, Première partie principale, édité, présenté et traduit par Marie-Dominique Richard, Sankt Augustin, Academia, 2013.

Droysen Johann Gustav 1929
Droysen Johann Gustav, Briefwechsel, éd. par Rudolf Hübner, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1929.

Goethe Johann Wolfgang von 1795/1988
Goethe Johann Wolfgang von, « Literarischer Sansculottismus » [1795], in id., Werke. Hamburger Ausgabe, Munich, Beck, 1988, Vol. 12, p. 240-241.

Hermann Gottfried 1826
Hermann Gottfried, Ueber Herrn Professor Böckhs Behandlung der griechischen Inschriften, Leipzig, Fleischer, 1826.

Horstmann Axel 1992
Horstmann Axel, Antike Theorie und moderne Wissenschaft : August Boeckhs Konzeption der Philologie, Francfort-sur-le-Main, New York, Lang, 1992.

Humboldt Wilhelm von 1793/2002
Humboldt Wilhelm von, « Über das Studium des Alterthums » [1793], in id., Werke in fünf Bänden, éd. par Andreas Flitner et Klaus Giel, Vol. 2 : Schriften zur Altertumskunde und Ästhetik. Die Vasken, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 52002, p. 1-24.

Humboldt Wilhelm von 1827-1835/1907
Humboldt Wilhelm von, « Über die Sprachen der Südseeinseln », in id., Gesammelte Schriften, éd. par Albert Leitzmann et al, Bd. 6, Hälfte 1 [/2] 1827-1835, Berlin, Behr, 1907, p. 37-51.

Judersleben Jörg 2000
Judersleben Jörg, Philologie als Nationalpädagogik. Gustav Roethe zwischen Wissenschaft und Politik, Francfort-sur-le-Main, Berlin, Bruxelles, New York, Oxford, Vienne, Peter Lang, 2000.

Judet de la Combe Pierre 2007
Judet de la Combe Pierre, « Hermann (Gottfried) et Boeckh (August) : leur querelle », in Décultot Élisabeth, Espagne Michel et Le Rider Jacques (éds), Dictionnaire du monde germanique, Paris, Bayard, 2007, p. 477-478.

Lazarus Moritz 1865
Lazarus Moritz, « Einige synthetische Gedanken zur Völkerpsychologie », Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft 3 (1865), p. 85.

Momigliano Arnaldo 1979
Momigliano Arnaldo, Sagesses barbares : les limites de l’hellénisation, Paris, F. Maspero, 1979.

Nietzsche Friedrich 1990
Nietzsche Friedrich, « De l’utilité et des inconvénients de l’histoire pour la vie », in id., Considérations inactuelles I et II, traduit de l’allemand par Pierre Rusch, Paris, Gallimard Folio Essais, 1990.

Nietzsche Friedrich 1992
Nietzsche Friedrich, « Nous autres philologues », in id., Sur la personnalité d’Homère, suivi de « Nous autres philologues », traduit de l’allemand par Guy Fillion, Nantes, Le Passeur, 1992.

Poiss Thomas 2009
Poiss Thomas, « Die unendliche Aufgabe. August Boeckh als Begründer des Philologischen Seminars », in Baertschi Annette M. et King Colin G. (éds), Die modernen Väter der Antike. Die Entwicklung der Altertumswissenschaften an Akademie und Universität im Berlin des 19. Jahrhunderts, Berlin, New York, de Gruyter, 2009, p. 45-72.

Pornschlegel Clemens 2004
Pornschlegel Clemens, « Unsichtbare Nationalliteratur : zu Goethes Polemik “Literarischer Sansculottismus” », [en ligne], mis en ligne le 12 janvier 2004. URL : http://www.goethezeitportal.de/db/wiss/goethe/pornschlegel_nationalliteratur.pdf
http://publikationen.ub.uni-frankfurt.de/frontdoor/index/index/docId/10278. Dernière consultation le 1er juillet 2015.

Rebenich Stefan 2009
Rebenich Stefan, « Vom Nutzen und Nachteil der Grosswissenschaft. Altertumswissenschaftliche Unternehmungen an der Berliner Akademie und Universität im 19. Jahrhundert », in Baertschi Annette M. et King Colin G. (éds), Die modernen Väter der Antike. Die Entwicklung der Altertumswissenschaften an Akademie und Universität im Berlin des 19. Jahrhunderts, Berlin, New York, de Gruyter, 2009, p. 397-422.

Rodi Frithjof 1979
Rodi Frithjof, « “Erkenntnis des Erkannten” — August Boeckhs Grundformel der hermeneutischen Wissenschaften », in Flashar Hellmut, Gründer Karlfried et Horstmann Axel (éds), Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert. Zur Geschichte und Methodologie der Geisteswissenschaften, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1979, p. 68-83.

Rodi Frithjof 1990
Rodi Frithjof, Erkenntnis des Erkannten : zur Hermeneutik des 19. und 20. Jahrhunderts, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1990.

Steinthal Heymann 1848
Steinthal Heymann, Die Sprachwissenschaft Wilhelm von Humboldt’s und die Hegel’sche Philosophie, Berlin, Dümmler, 1848.

Steinthal Heymann 1850
Steinthal Heymann, Die Classification der Sprachen, dargestellt als die Entwickelung der Sprachidee, Berlin, Dümmler, 1850.

Steinthal Heymann 1852
Steinthal Heymann, Die Entwicklung der Schrift, nebst einem offenen Sendschreiben an Herrn Pott, Berlin, Dümmler, 1852.

Steinthal Heymann 1863
Steinthal Heymann, Geschichte der Sprachwissenschaft bei den Griechen und Römern, mit besonderer Rücksicht auf die Logik, Berlin, Dümmler, 1863.

Steinthal Heymann 1864
Steinthal Heymann, Philologie, Geschichte und Psychologie in ihren gegenseitigen Beziehungen, Ein Vortrag gehalten in der Versammlung der Philologen zu Meißen 1863 in erweiternder Überarbeitung, Berlin, Dümmler, 1864.

Steinthal Heymann 1878
Steinthal Heymann, « Rezension Aug. Boeckh, Encyklopädie und Methodologie der philologischen Wissenschaften, hrsg. von E. Bratuscheck », Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft 10 (1878), p. 235-255.

Steinthal Heymann 1880
Steinthal Heymann, « Darstellung und Kritik der Böckhschen Encyclopädie und Methodologie der Philologie », Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft 11 (1880), p. 80-96 et p. 302-326.

Vogt Ernst 1979
Vogt Ernst, « Der Methodenstreit zwischen Hermann und Böckh und seine Bedeutung für die Geschichte der Philologie », in Flashar Hellmut, Gründer Karlfried et Horstmann Axel (éds), Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert. Zur Geschichte und Methodologie der Geisteswissenschaften, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1979, p. 103-121.

Wolf Friedrich August et Buttmann Philipp (éds) 1807-1810 Wolf Friedrich August et Buttmann Philipp (éds), Museum der Alterthums-Wissenschaften, Berlin, Realschulbuchhandlung, 1807 et 1810.

Notes

1 Goethe Johann Wolfgang von 1795/1988. Voir Pornschlegel Clemens 2004.

2 « Meines Erachtens werden also die Griechen immer in dieser Rücksicht einzig bleiben ; nur dass diess nicht gerade ein ihnen eigner Vorzug, sondern mehr eine Zufälligkeit ihrer und unsrer relativen Lage ist. » (Humboldt Wilhelm von 1793/2002, p. 21).

3 Humboldt Wilhelm von 1793/2002, p. 21.

4 Ibid., p. 21.

5 Ibid., p. 7 : « […] muss man auch sich selbst mit seinen vereinten Kräften in Bewegung sezen ».

6 Ibid., p. 21 : « Denn durch dieses wird der Aufsuchende selbst auf eine ähnliche Weise gestimmt […] ».

7 Humboldt Wilhelm von 1827-1835/1907, ici p. 37.

8 Ibid., p. 38.

9 Ibid., p. 39.

10 Boeckh August 1877, p. 605.

11 Ibid., p. 606.

12 Boeckh August 1817, p. 2 ; cité par Poiss Thomas 2009, p. 59.

13 Steinthal Heymann 1863, p. 385-386.

14 Steinthal Heymann 1848, p. 34.

15 Steinthal Heymann 1850.

16 Steinthal Heymann 1852.

17 Lazarus Moritz 1865, p. 85 : « Populär ausgedrückt gibt es, wegen der Schranken seiner Besonderung, kein absolutes Mustervolk. »

18 Steinthal Heymann 1850, p. 37.

19 Steinthal Heymann 1848, p. 37.

20 Wolf Friedrich August et Buttmann Philipp (éds) 1807-1810. Le premier volume contient le texte de F. A. Wolf « Darstellung der Alterthums-Wissenschaft nach Begriff, Umfang, Zweck und Werth ».

21 Boeckh August 1817.

22 Boeckh August 1838.

23 Boeckh August 1840 (repris in : Staatshaushaltung der Athener, 2e éd. 1851 — 1852).

24 Boeckh August 1855 ; Boeckh August 1856 (d’abord paru in Jahrbücher für classische Philologie, Supplement 2 (1856 — 1857), p. 1 — 176) ; Boeckh August 1863.

25 Boeckh August 1877.

26 Voir Vogt Ernst 1979 ; Judet De La Combe Pierre 2007 ; et le chapitre « “Wortphilologie” oder “Sachphilologie” : Der Streit mit Gottfried Hermann », in Horstmann Axel 1992, p. 101-115.

27 Hermann Gottfried 1826.

28 Ibid., p. 4.

29 Ibid., p. 4-9.

30 Horstmann Axel 1992, p. 108-109.

31 Boeckh August, « Ueber die Logisten und Euthynen der Athener », repris dans Boeckh August 1874, p. 265.

32 Steinthal Heymann 1878 ; Steinthal Heymann 1880.

33 Voir aussi Steinthal Heymann 1864.

34 Boeckh August 2013, p. 58. (Cette traduction ne concerne que la première partie de l’Encyclopédie de Boeckh.) Voir aussi Rodi Frithjof 1979 (reproduit dans Rodi Frithjof 1990, p. 70-88).

35 Poiss Thomas 2009, p. 65.

36 Boeckh August 1877, p. 54 : « Hiermit ist zugleich der Streit geschlichtet, ob der Philologe sich mehr mit den Realien oder der Sprache befassen solle. Die Sprache gehört selbst mit zur Sache, welche die Philologie zu betrachten hat, und muss als Sache von dem Philologen nachconstruierend erkannt werden […] ». Marie-Dominique Richard traduit : « Par là est en même temps tranchée la question controversée de savoir si le philologue doit s’occuper des Realien plutôt que de la langue. La langue co-ressortit elle-même à l’objet dont la philologie doit s’occuper, et le philologue, dans son activité de reconstruction, doit l’identifier comme telle. » (Boeckh August 2013, p. 106). Nous ne reprenons pas cette traduction ici car elle gomme le fait que Boeckh définit explicitement dans ce passage la langue comme une « chose », au sens de la « Sachphilologie », remettant en cause sa prééminence sur les autres « choses » et poursuivant, comme il l’indique en note, la polémique avec Hermann.

37 Steinthal Heymann 1878, p. 242.

38 Ast Friedrich 1808, p. 187.

39 Voir Judersleben Jörg, p. 82-83.

40 Boeckh August 2013, p. 121.

41 Boeckh August 1877, p. 57. Ce passage n’a pas été traduit par Marie-Dominique Richard.

42 Steinthal Heymann 1978, p. 236.

43 Voir Poiss Thomas 2009, p. 68.

44 Boeckh August, « Ueber die Logisten und Euthynen der Athener », repris dans Boeckh August 1874, p. 44 : « Die Übertreibung kleinlicher grammatischer Studien bringt die Philologie um ihren guten Ruf, führt in leere Spitzfindigkeiten und endlose in sich selbst zerrinnende Hirngespinste, und nährt einen unerträglichen Dünkel und eine thörichte Augeblasenheit […] ».

45 Boeckh August 1877, p. 607.

46 Boeckh August 1859.

47 Steinthal Heymann 1863, p. 375.

48 Ibid., p. 371-372.

49 Ibid., p. 383.

50 Ibid., p. 384.

51 Ibid., p. 384.

52 Humboldt Wilhelm von 1793/2002, p. 24.

53 Rebenich Stefan 2009, p. 411-412.

54 Droysen Johann Gustav 1929, p. 941 ; cité par Rebenich Stefan 2009, p. 412.

55 Steinthal Heymann 1863, p. 379.

56 Ibid., p. 379.

57 Voir Judersleben Jörg 2000, p. 75-80.

58 Nietzsche Friedrich 1990.

59 Voir Nietzsche Friedrich 1992, p. 42-45.

60 Voir Momigliano Arnaldo 1979.

Auteur

Professeur en études germaniques à l’université Sorbonne-Nouvelle-Paris III. Ses recherches portent sur l’histoire des sciences humaines dans l’espace germanique de la fin du xviiie au début du xxe siècle. Ses publications les plus récentes concernent la genèse transnationale du structuralisme (Pëtr Bogatyrëv et les débuts du Cercle de Prague. Recherches ethnographiques et théâtrales, codirigé avec Serguei Tchougounnikov, 2012) et l’étude des traditions populaires juives (Rabbins et savants au village. L’étude des traditions populaires juives xixe-xxe siècles, volume codirigé avec Jean Baumgarten, 2014).

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540