Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'hellénisme de Wilhelm Von Humboldt et ses prolongements européens

 | 
Sandrine Maufroy
, 
Michel Espagne

Les auteurs

Texte intégral

1Sophie Basch, professeur à l’université Paris-Sorbonne, a consacré de nombreux travaux à l’histoire littéraire de la Méditerranée orientale. Sa thèse, Le Mirage grec (Kauffmann-Hatier, 1995) a été consacrée aux désillusions du philhellénisme. Elle a dirigé, avec Alexandre Farnoux, un volume sur la revue Le Voyage en Grèce (EFA, 2006) et avec Michel Espagne un volume consacré aux trois Frères Reinach (AIBL, 2008). Elle a édité Le Voyage en Orient de Lamartine (Gallimard, 2011). Les Portraits de Victor Bérard, actes du colloque qu’elle a organisé à l’École française d’Athènes (EFA) en 2013, sont sortis en 2015.

2Barbara Cassin, directrice de recherche émérite au CNRS (Centre Léon-Robin, labex TransferS) est philologue et philosophe, spécialiste de philosophie grecque, et travaille sur ce que peuvent les mots. Elle préside le conseil du Collège international de philosophie, et elle a fondé à la demande de l’Unesco la Revue des femmes philosophes. Ses recherches portent en particulier sur la sophistique et les présocratiques (L’Effet sophistique, Gallimard, 1995 ; un recueil de textes de Parménide, Sur la nature ou sur l’étant. Le grec, langue de l’être ?, Seuil, 1998 ; Sophistical Practise. Toward a consistent relativism, Fordham University Press, 2014), et sur la traduction : elle a dirigé le Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles (Seuil/Le Robert, 2004), en cours de traduction dans une douzaine de langues.

3Elle a reçu le grand prix de philosophie de l’Académie française en 2012 pour l’ensemble de son œuvre, et le French Voices Grand Prize en 2015 pour la traduction américaine de La Nostalgie.

4Michel Espagne, germaniste, est directeur de recherche au CNRS. Il est responsable d’une équipe de recherche sur les transferts culturels à l’ENS. Il a obtenu le prix Humboldt-Gay-Lussac en 2011. Il a notamment publié : Les Transferts culturels franco-allemands (Paris, PUF, 1999) ; En deçà du Rhin. L’Allemagne des philosophes français au xixe siècle (Paris, Cerf, 2004) ; Les Frères Reinach (éd. avec Sophie Basch et Jean Leclant, Paris, AIBL-De Boccard, 2008) ; L’histoire de l’art comme transfert culturel. L’itinéraire d’Anton Springer (Paris, Belin, 2009) ; Hermann Usener und die Metamorphosen der Philologie (éd. avec Pascale Rabault-Feuerhahn, Wiesbaden, Harrassowitz, 2011).

5Sotera Fornaro enseigne la littérature grecque à l’université de Sassari ; elle a travaillé pendant plusieurs années en Suisse et en Allemagne (dernièrement comme professeur invité à l’université de Fribourg-en-Brisgau). Ses recherches portent sur l’histoire des études classiques, en particulier dans l’Allemagne du xviiie siècle (Heyne, Creuzer, Wilhelm von Humboldt, Schlegel) et sur la réception de l’Antiquité classique à l’époque moderne. Parmi ses publications récentes, on peut citer L’ora di Antigone dal nazismo agli anni di piombo (Tübingen, 2012) et Che cos’è un classico ? Il classico in J.M. Coetzee (Bari, 2013).

6Ève Gran-Aymerich consacre ses recherches à l’histoire de l’archéologie méditerranéenne française dans son contexte international. Elle s’est attachée à rendre compte de l’élaboration et de l’organisation des sciences de l’Antiquité au cours des xixe et xxe siècles, tout en mettant l’accent sur l’étude des transferts à l’œuvre entre les milieux scientifiques européens. Ses travaux ont particulièrement porté sur les fonds de correspondances entre savants français et allemands et sur les archives institutionnelles. La correspondance de K.B. Hase et de D. Raoul-Rochette avec leurs collègues d’outre-Rhin a fait l’objet d’une édition commentée, réalisée en collaboration avec Jürgen von Ungern-Sternberg, professeur à l’université de Bâle, que complète la présente analyse des lettres échangées avec L. Ross. Elle a publié notamment Les Chercheurs de passé 1798/1945. Aux sources de l’archéologie (Paris, CNRS Éditions) ; « Theodor Mommsen et ses correspondants français : la “fabrique” internationale de la science », Journal des savants, 1. 2008, p. 176-229 ; « Épigraphie française et allemande au Maghreb. Entre collaboration et rivalité (1830-1914) », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Römische Abteilung, Band 117 (2011), p. 567-600.

7Rémi Labrusse est professeur d’histoire de l’art à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense Il a notamment travaillé sur la réception des arts non-européens, et en particulier des arts de l’Islam, au xixe et au xxe siècle. Il va faire paraître en 2016 un ouvrage portant sur les théories de l’ornement en Europe au xixe siècle (Face au chaos. Théories de l’ornement à l’âge de l’industrie).

8Sandrine Maufroy est maître de conférences à l’UFR d’études germaniques et nordiques de l’université Paris-Sorbonne (EA 3556 REIGENN). Ses recherches portent principalement sur la réception de l’Antiquité et l’histoire de la philologie entre la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Grèce. Elle a notamment publié Le Philhellénisme franco-allemand (Paris, Belin, 2011) et dirigé avec Michel Espagne le volume de la Revue germanique internationale (14/2011) ayant pour objet La Philologie allemande. Figures de pensée.

9Sophia Matthaiou est historienne, chargée de recherche à l’Institut de recherches historiques (département d’histoire néo-hellénique) de la Fondation nationale hellénique de recherches scientifiques. Ses travaux portent principalement sur l’activité des intellectuels grecs du xixe siècle et leur rapport à la formation et à l’idéologie de l’État grec nouvellement fondé. Ses recherches en cours sont consacrées plus spécialement aux philologues classiques du département de philologie de l’université othonienne à Athènes et à l’établissement de la philologie classique comme discipline organisée en Grèce au cours du xixe siècle. Depuis 2005, elle enseigne l’histoire grecque à l’Université ouverte, en Grèce.

10Jürgen Trabant est romaniste. Professeur de linguistique française et italienne à la Freie Universität de Berlin de 1980 à 2008, il a occupé de 2008 à 2013 la chaire de plurilinguisme européen à la Jacobs University de Brême. Il est actuellement membre d’un groupe de recherche sur l’articulation symbolique constitué à la Humboldt Universität de Berlin. Parmi ses publications récentes, on peut citer : Europäisches Sprachdenken. Von Platon bis Wittgenstein (2006) ; Cenni e voci. Saggi di sematologia vichiana (2007) ; Was ist Sprache ? (2008) ; Die Sprache (2009) ; Weltansichten. Wilhelm von Humboldts Sprachprojekt (2012) ; Globalesisch oder was ? (2014). Il a fait paraître en français Humboldt ou le sens du langage (Liège, Mardaga, 1992) et Traditions de Humboldt (préface par Henri Meschonnic, traduction par Marianne Rocher-Jacquin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1999).

11Céline Trautmann-Waller est professeur en études germaniques à l’université Sorbonne-Nouvelle-Paris III. Ses recherches portent sur l’histoire des sciences humaines dans l’espace germanique de la fin du xviiie au début du xxe siècle. Ses publications les plus récentes concernent la genèse transnationale du structuralisme (Pëtr Bogatyrëv et les débuts du Cercle de Prague. Recherches ethnographiques et théâtrales, codirigé avec Serguei Tchougounnikov, 2012) et l’étude des traditions populaires juives (Rabbins et savants au village. L’étude des traditions populaires juives xixe-xxe siècles, volume codirigé avec Jean Baumgarten, 2014).

12Maria Tsoutsoura est écrivain et universitaire, docteur en littérature générale et comparée (Sorbonne-Nouvelle-Paris III, 1991), habilitée à diriger des recherches en études grecques (Paris-Sorbonne, 2006). Auteur des livres Η ευρωπαϊκή συνείδηση του Γιώργου Σεφέρη [La Conscience européenne de Georges Séféris, 1993] et Μετάφραση και ερμηνευτική [Traduction et Interprétation, 1997], elle a récemment codirigé avec Stéphane Sawas le dossier Constantin Cavafy de la revue Europe (no 1010-1011, juin 2013), édité et traduit les sonnets de Lorenzos Mavilis (Epsilon, 2010) et publié en son nom propre Jeux de reflets entre les voyageurs romantiques français et la littérature néo-grecque (Epsilon, 2010).

13Eleonora Vratskidou est boursière de la fondation Alexander von Humboldt, accueillie à la Technische Universität, Berlin (2014-2016). Docteur en histoire de l’art (EHESS, 2011), elle a occupé des postes de chercheur post-doctorant à la Freie Universität, Berlin (2012) et à Princeton University (2012-2013) et a enseigné l’histoire et l’histoire de l’art à l’EHESS (2011-2012) et à l’université François-Rabelais de Tours (2014). Elle travaille et publie sur la question du statut social et de l’imaginaire de l’artiste, sur l’histoire transnationale de l’enseignement artistique au xixe siècle et l’histoire de l’histoire de l’art.

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540