Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma près de la vie

 | 
Emmanuel Ethis

Partie IV. Le festival des attentions obliques

18. Protocole vs privilège

Deux régimes de fonctionnement du Festival de Cannes

Texte intégral

1Mai 2012. Lorsqu’on traverse le Festival de Cannes d’une compétition à l’autre, d’une sélection à l’autre, qu’on s’attarde au Short Film Corner ou au Marché du Film, on a très vite le sentiment de faire un tour du monde et d’apercevoir les nouveaux modes de représentation se mettre en œuvre(s), les nouvelles idéologies dominantes s’exprimer d’un pays à l’autre, les formes émergentes s’installer dans les marges. Sur ce plan, il n’existe aucun équivalent au Festival de Cannes, qui jamais n’a dérogé au premier article de son règlement :

Le festival international du film a pour objet, dans un esprit d’amitié et de coopération universelle, de révéler et de mettre en valeur des œuvres de qualité en vue de servir l’évolution de l’art cinématographique et de favoriser le développement de l’industrie du film dans le monde.

2Les responsables de la manifestation côté artistique (Thierry Frémaux et Gilles Jacob) et côté économique (Jérôme Paillard) mettent une énergie incroyable à consolider cette plate-forme du cinéma où, sur le plan culturel, les relations diplomatiques et politiques se remettent en jeu chaque année, dix jours durant, sur les quelques centaines de mètres carrés qui forment la Croisette.

3Cet aspect relationnel est généralement invisible et voulu comme tel : cette invisibilité est une condition nécessaire pour garantir la réussite de la rencontre.

4On imagine combien il est difficile de faire coexister dans un espace aussi réduit des représentants du monde entier : la diversité culturelle doit être respectée et tous les invités traités avec toute la reconnaissance qu’ils méritent. On se figure, dans le ordre d’idées, quelles conséquences auraient le fait qu’un invité de marque international s’aperçoive qu’il est moins bien traité qu’un autre invité d’un autre pays. Pour peu que les deux pays aient des relations diplomatiques difficiles sur d’autres plans que le plan culturel, l’on déboucherait sur l’incident diplomatique.

5Quoi qu’il en soit, le Festival de Cannes fait ressortir la place des uns et des autres en présentant un état saisissant, lorsqu’on prend le temps de l’observer, des échanges nationaux et internationaux. Et c’est parce que le temps et l’espace de la manifestation sont délimités qu’on y ressent toujours une tension palpable ; tension qui pour les festivaliers possédant les bons codes, s’impose en soi comme un objet d’expérience concrète. Ces codes de lecture ne sont, au reste, pas très compliqués à saisir, en termes de fonctionnement du moins : pour que les uns et les autres se sentent reconnus et qu’aucun heurt n’ait lieu, ce sont le protocole de la République et le protocole diplomatique qui régissent l’étiquette et les préséances. On respecte la règle et chacun voit sa place définie. Quand les demandes pour assister à une projection très attendue excèdent l’offre de places d’une salle, on fait jouer alors le sens des priorités.

6Mai 2012. Ce qui fonctionne fort bien dans le palais des festivals ou dans les grands palaces tend à s’effacer, voire à disparaître en certains autres lieux où tels ou tels espèrent tirer bénéfice de leur présence cannoise. On en rencontre les exemples les plus saisissants lorsque certaines grandes chaines de TV tentent de faire du terrain cannois leur terrain de jeu ou de promotion. On ne manque pas d’être un peu surpris par certaines modalités d’expression de ces entreprises et de s’interroger sur leur sens et ce qu’elles visent. Enfin un peu, un court moment. Car l’on comprend très vite que l’on entre là dans un tout autre régime. Celui du marketing et de la communication dévoyée où pour exister, l’on substitue au protocole diplomatique un système de privilèges. Ces chaines, qui n’ont quelquefois qu’un lointain rapport avec le cinéma, investissent dans l’organisation de fêtes pour exister à Cannes en recréant là une sorte de « monde de la nuit ». À l’entrée de ces fêtes, le régime protocolaire laisse définitivement la place au régime des privilèges ; ceux qui en sont les instigateurs d’un soir font montre d’un pouvoir symbolique bien dérisoire : toi tu rentres, toi tu rentres pas … Ce pouvoir de physionomistes de boîtes de nuit qui s’assoit sur le respect de tout type de protocole semble procurer à ceux qui l’exercent une jouissance certaine, la jouissance de faire entrer au faciès et selon leur fantaisie ou échelle propre de « valeurs » Curieusement se recrée là un espace privé qui n’a plus grand-chose à voir avec l’espace public. C’est une question que le sociologue Norbert Elias avait commencé à développer dans son bel ouvrage La société de Cour. Une société qui substitue à son protocole un régime de privilèges signe à la fois sa faiblesse et ses failles. Elle ouvre la porte à toutes les violences symboliques.

7Mai 2012. Protocole versus privilèges. Lorsque Lars von Trier prétend « comprendre Hitler » en conférence de presse, la direction du Festival de Cannes, dignité protocolaire oblige, réagit en réunissant un conseil d’administration qui déclare le réalisateur persona non grata au Festival de Cannes avec effet immédiat. Dans les fêtes de la chaine cryptée, au contraire, on va trouver une minorité d’individus pour penser qu’en prenant le parti de l’artiste dont il faudrait saisir le « joke » et la provocation, on exprime son appartenance à une avant-avant-garde audacieusement décalée.

8Protocole versus privilèges. Il arrive que ce petit monde cannois fasse penser à notre société tout entière où les cartes, lorsqu’elles se brouillent, déhiérarchisent le sens même de ce que l’on appelle nos valeurs. Cette semaine, le président de la région Île-de-France, présent à Cannes, a refusé de monter les marches « par solidarité » avec Dominique Strauss-Kahn… Les articles de presse qui ont rapporté ses propos ne précisent pas s’il s’est aussi abstenu de participer à la fête de la chaine cryptée. Protocole versus privilèges. Seuls ceux qui étaient de la fête le savent.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540