Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma près de la vie

 | 
Emmanuel Ethis

Partie III. A star is dead

14. Est-ce bien Marilyn Monroe qu’on aperçoit dans Sept ans de réflexion ?

Texte intégral

C’est une histoire que conte un idiot, une histoire pleine de bruit et de fureur, mais vide de signification. (Shakespeare)

1Début du mois d’août 2011, les chaînes d’information font leurs choux gras d’images extraites d’un prétendu film pornographique datant de 1946 et qui aurait pour principale « actrice » Marilyn Monroe. Mikel Barsa, l’homme en charge à Buenos Aires de la vente aux enchères du film, précise que la future star est mineure sur les images que l’on peut visionner. Et ce serait précisément parce qu’elle était mineure qu’il y aurait eu danger, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, à détenir le film pour l’officier américain qui l’a vendu en quittant Paris : il n’aurait pas voulu rentrer avec l’objet aux États-Unis. Ce film daterait donc de la même année durant laquelle Norma Jean Baker convient avec les premiers studios hollywoodiens qui l’embauchent de changer son nom en Marilyn Monroe, un nom qui ne sera même pas mentionné au générique de Scudda Hoo ! Scudda Hay ! Le tout premier film qu’elle tourne et dans lequel elle joue le rôle d’une paysanne qui prononce un « Hello » qui sera d’ailleurs coupé au montage. Si l’on émet l’hypothèse — peu probable — que Norma Jean a tourné un porno, Marilyn Monroe, elle, n’en a donc bel et bien tourné aucun ! La sociologie moderne, tout comme le nouveau roman, la philosophie foucaldienne ou l’histoire veynienne nous ont appris que nos vies se sauraient se concevoir comme des récits linéaires dotés de sens, tant en termes de déroulement successif d’événements que de signification prise par chacun de ces événements dans leur succession. C’est ce qu’exprime la citation mise en exergue de ce texte et extraite de la fin de Macbeth où Shakespeare définit très simplement et très profondément nos vies comme étant des antihistoires. Comme le souligne Pierre Bourdieu :

[…] produire une histoire de vie, traiter la vie comme une histoire, c’est-à-dire comme le récit cohérent d’une séquence signifiante et orientée d’événements, c’est peut-être sacrifier à une illusion rhétorique, à une représentation commune de l’existence, que toute une tradition littéraire n’a cessée et ne cesse de renforcer. C’est pourquoi il est logique de demander assistance à ceux qui ont eu à rompre avec cette tradition sur le terrain même de son accomplissement exemplaire. Comme l’indique Alain Robbe-Grillet, « l’avènement du roman moderne est précisément lié à cette découverte : le réel est discontinu, formé d’éléments juxtaposés sans raison dont chacun est unique, d’autant plus difficile à saisir qu’ils surgissent de façon sans cesse imprévue, hors de propos, aléatoire ».

2Entretenir l’idée d’histoires de vie comme succession d’étapes plus ou moins consciemment pensées par les individus eux-mêmes, c’est aussi, à l’échelle de nos sociétés, entretenir le mythe des origines en tant que clef d’explication cardinale pour comprendre d’où nous venons ou, pire, ce qu’en réalité nous sommes authentiquement. Terrain douteux sur lequel tous les fascismes ont fait fortune, l’illusion biographique dénoncée depuis longtemps par l’anthropologie, l’ethnologie et la sociologie demeure cependant un système d’accroche dont beaucoup de médias ne parviennent pas à se départir pour aguicher leurs audiences. Comme le montre une nouvelle fois l’affaire du porno de Marilyn, comme l’a montré très récemment aussi la lecture de Freud distordue par Michel Onfray et tant d’autres histoires de vie reconstruites a posteriori, il reste encore un long chemin à parcourir pour que l’illusion biographique sorte durablement de nos espaces publics de réflexion sur l’autre et sur le monde. Voici plusieurs années maintenant que nos cursus universitaires ont inscrit cette question au programme de leurs premières années de licence et sans doute serait-il bienvenu de conseiller à certains de nos journalistes, voire à certains de nos essayistes, de reprendre (ou tout simplement prendre) le chemin de nos universités. Ils auraient ainsi peut-être l’occasion de traiter avec nous et en contrôle continu la question de fonds suivante : est-ce Norma Jean Baker ou bien Marilyn Monroe qu’on aperçoit dans le Sept ans de réflexion de Billy Wilder en train de profiter de l’air du métro sous sa robe ?

3Et pour les plus retors d’entre nous, en guise d’épilogue, une question subsidiaire : est-ce Norma Jean Baker ou bien Marilyn Monroe qu’on aperçoit dans la publicité Dior réalisée en 2011 par Jean-Jacques Annaud ?

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540