Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma près de la vie

 | 
Emmanuel Ethis

Partie II. Reconnaissance(s) des lieux de connaissance

10. Enchanter enfin la représentation de nos universités

Texte intégral

Pour tous les boulangers qui mangent le pain qu’ils fabriquent et tous les universitaires qui inscrivent leurs enfants à l’université.

1La mise en fiction de certains faits historiques nous aide souvent à prendre le champ nécessaire pour comprendre rétrospectivement comment, seule, la conjugaison d’événements sociaux, de mutations technologiques, d’aspirations politiques ancrées et non encore réalisées permettent de passer d’une époque à une autre, de construire une nouvelle modernité. Ainsi, la remarquable série Downton Abbey de Julian Fellowes montre-t-elle comment, juste après la Première Guerre mondiale, en Angleterre comme en France et en Allemagne, nous sommes entrés véritablement dans le XXe siècle : avec l’invention du téléphone, avec l’apparition de nouveaux métiers comme la dactylographie ou la sténographie permettant aux femmes de s’affranchir de leur condition domestique et de revendiquer le droit de vote, avec la mise en place d’écoles d’ingénieurs et de lieux de recherche fédérateurs, avec le retour critique exercé par le peuple et la nouvelle bourgeoisie sur les valeurs imposées portées par les représentants de l’ancienne noblesse, avec aussi en contrepoint à l’optimisme technologique les effets collatéraux du naufrage du Titanic réputé pourtant insubmersible, et ceux bien sûr du conflit et de sa machinerie de mort. Le XXe siècle a façonné son « mental » par l’appropriation progressive des conséquences sociales diffuses de ces faits qui s’enchevêtrent à la sortie du traumatisme de la Grande Guerre, elle-même avant tout résultat objectif de la crise générale d’une société encore largement cousue aux mesures du XVIIIe siècle.

2En transposant à aujourd’hui les questions que nous laisse entrevoir la mise en fiction de Downton Abbey, on comprend que les crises financières, idéologiques, politiques et sociales dans lesquelles nous sommes plongés ne nous ont pas encore permis de tourner la page de tout ce qui nous attache encore au « mental » de notre vieux XXe siècle. Et pour cause, nous n’avons pas encore forgé collectivement de projet politique stratégique ; un tel projet s’impose presque de lui-même lorsqu’un pays doit se reconstruire après une guerre, mais peine à se mettre en œuvre lorsqu’une société tient avant tout, élites et moins favorisés confondus, à perpétuer ce qu’elle estime être ses acquis et ses avantages sociaux. Le véritable problème est d’ordre sociologique, car les acquis et les avantages sociaux sont surtout devenus des acquis et des avantages catégoriels. Au reste, rien d’étonnant dans une société où les élites, non sans cynisme, ont dévoyé les valeurs républicaines de l’égalité, de la liberté et de la fraternité pour séparer méticuleusement leur progéniture du reste de la société, conférant à leurs enfants de véritables privilèges de filiation. Et ce à travers, notamment, les modalités de la sélection qui régit de facto l’entrée dans ces lieux de formation qui leur sont majoritairement réservés, quoiqu’hypocritement drapés du voile d’une apparente méritocratie. Illusion méritocratique dont il conviendrait d’analyser finement les ressorts, les effets et les mensonges pour mettre en évidence et dépasser enfin les limites contemporaines de ce système entretenu à grands frais dans ses logiques les plus archaïques.

3En France, cette fin du mois de mai 2014 voit converger des chiffres qui ne sont plus des symptômes mais des preuves avérées de la crise globale que nous traversons : chômage en hausse, augmentation des votes extrêmes, multiplication des foyers d’épidémie de gale, éducation en berne du primaire au lycée, construction du logement étudiant en retard de vingt ans… Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les jeunes vont jusqu’à incorporer l’idée qu’ils évolueront dans un monde où leur situation générale sera, dans les faits, moins avantageuse que celle de la génération qui les a précédées. L’ascenseur social n’est pas en panne, il ne fait en réalité que descendre. Pourtant le fait qui, plus que tout autre, devrait retenir notre attention ces jours-ci pour nous faire comprendre la nécessité de penser sans attendre notre XXIe siècle passera sans nul doute très vite à la trappe de l’actualité, alors même qu’il devrait résonner comme un ultime signal : après avoir déjà commis quelques saccages dans leur école en 2010, des étudiants d’HEC viennent à nouveau de vandaliser leur école. On a affaire ici à un événement qui va bien au-delà d’un simple fait divers. On le sait, selon nombre de classements, HEC arrive en tête des grandes écoles de commerce en France et possède une solide réputation internationale. Alors pourquoi, lors d’une fête, des étudiants triés sur le volet décident-ils de détruire le campus qui est censé les faire réussir et les inscrire durablement dans les clubs les plus élitaires qui soient ? Ne serait-ce pas qu’au fond, la jeunesse promise à un avenir sans nuage refuse d’elle-même, sans trop savoir pourquoi ni comment l’exprimer, cette destinée dans laquelle leurs aînés souhaitent la confiner ? Lorsque « la crème de la crème » pour reprendre le titre éponyme du récent film de Kim Chapiron, la nouvelle génération promise à occuper les meilleurs postes stratégiques doute à ce point d’elle-même, c’est bien le glas de tous les archaïsmes de nos modes de transmission qui résonne.

4Se projeter dans l’avenir suppose d’abord de rêver à un avenir collectif en déposant nos promesses d’avenir dans notre appareil premier de transformation du social : le système d’enseignement supérieur et de recherche. Celui-ci n’a de cesse de se réformer, ou qu’on le réforme, mais sans être réellement parvenu à s’imposer dans nos têtes comme le plus beau lieu de fabrique de futurs. C’est presque un paradoxe. À croire que les réformes successives et pourtant pour partie nécessaires que subissent les universités seraient pensées sans objectif ni projet. Nombreux sont ceux qui sont disposés à le croire, à commencer par certains de nos médias qui, complaisants avec les « grandes écoles », semblent souvent renvoyer d’une année à l’autre les mêmes copier-coller d’une représentation terne, fatiguée, incroyablement triste de nos universités. Lorsqu’on interroge les journalistes eux-mêmes, certains admettent d’ailleurs en coulisse que leur rédaction ne prend pas les sujets positifs, car ceux-ci sont bien moins « vendeurs ». C’est donc là que nous sommes rendus, à ne nous délecter que de représentations dépressives, à considérer que sont moins vendeurs des sujets sur une jeunesse exaltante, sur des découvertes scientifiques qui nous permettent de nous dépasser, sur la fierté de voir nos enfants réussir ensemble ? Si c’est une réalité, elle traduit dans les faits quelque chose d’assez malsain, ce qu’avait d’ailleurs fort bien décrit en son temps le sociologue Siegfried Kracauer lorsqu’il constatait qu’en 1929, dans l’Allemagne en crise, les publics se précipitaient dans les cinémas pour y voir des films plus sombres encore que ce qu’ils vivaient afin de se doper au malheur, s’imaginant ainsi mieux dotés que les êtres fictifs subissant ce dont ils n’étaient encore que spectateurs. Mauvais signe qui a abouti à la structuration d’un des pires régimes politiques que l’humanité ait connu, ce qui devrait, en temps de recrudescence de peste brune, nous faire plus que réfléchir.

5Revenons à nous. En effet, il est urgent d’affirmer collectivement que le devenir de nos universités devrait s’écrire comme une success story permanente et que les réformes qui structurent l’enseignement supérieur et la recherche ont bien pour projet majeur et magistral de rassembler nos étudiants, nos enseignants, nos chercheurs plutôt que de les séparer en institutions trieuses et en querelles stériles de légitimité : il s’agit de rassembler les filières dites d’élite ou d’excellence, celles où l’on forme à l’esprit critique, les formations professionnalisantes, les centres de recherche, etc. Nos réformes doivent continuer à porter ceux qui en sont les acteurs pour imaginer et partager ce beau projet commun de former notre jeunesse enfin réunie le temps de ses études supérieures. Le lieu de formation et de recherche lisible et visible sur le plan international et européen porte bien le nom d’université, et l’université de demain doit être en nature et en finalité celle où l’on formera ensemble des élites ouvertes et généreuses, des professionnels de tous niveaux de formation, des intellectuels et des artistes qui osent penser le monde, des chercheurs inspirés par tous ceux qui les ont entourés au moment de leurs études ; les universités doivent être des lieux de formation tout au long de la vie. C’est là le premier défi qui nous ancrera véritablement dans un XXIe siècle effectif désormais tant attendu.

6Ce défi est le premier que nous devons relever, car toutes les mutations sociales et culturelles se subsument sous cette mise en demeure qui a quelque chose d’ultime. Ne pas relever le gant reviendrait à s’enfermer définitivement dans l’idée qu’aucune voie d’avenir ne saurait être désormais une voie de progrès global. Tenir la gageure, ce sera donner corps par notre engagement à un mouvement d’ensemble dont dépend la reprise de confiance des générations présentes et à venir ; il s’agit de leur ouvrir une destinée plus belle que la nôtre, et inspirée avant tout par une transmission sociétale partagée, fraternelle, égalitaire et généreuse.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540