Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma près de la vie

 | 
Emmanuel Ethis

Partie II. Reconnaissance(s) des lieux de connaissance

8. The Middle, ou l’enfant préféré

Texte intégral

La maturité est un masque. Le groupe des adultes, qui m’a adopté, surveille mes gestes, ma vie entière. Il m’aide à ne pas retourner en deçà de la frontière qui me sépare désormais, et pour toujours, de mon enfance. Je dois, à chaque instant, paraître adulte. Je suis d’abord adulte pour les autres comme les autres le sont pour moi. Dans les rencontres, il me faut cacher ces hésitations, ce tâtonnement qui seraient considérés comme des signes inacceptables d’immaturité. Je suis responsable de ce visage. Et pas seulement devant mes pairs ; mais devant mes enfants, mes élèves, mes employés. Dans le face à face de tous les jours, je dois d’abord ne pas perdre la face — cette face adulte qui joue ses rôles dans le monde. Ce masque est le produit d’un apprentissage.
(Georges Lapassade)

1Janvier 2014. C’est le moment de la diffusion en France de la quatrième saison du sitcom The Middle qui s’est construit en repliant sur la vie quotidienne de la famille Heck tous les tracas et les questions existentielles auxquels sont confrontées les classes moyennes les moins favorisées d’aujourd’hui. Fins de mois difficiles, crédits interminables, contrats d’assurances incompréhensibles, chômage, emplois précaires, voisinage périlleux, cycle ritualisé et infernal de la vie où les respirations sont si difficiles à prendre, intérieur domestique si décourageant à entretenir et bien entendu, enfants pas toujours simples à comprendre et donc à élever. L’action se déroule dans la petite ville moyenne (fictive) d’Orson en Indiana. Frankie, la mère, piètre vendeuse de voitures habitée d’un stoïcisme velléitaire qui la conduit à voir la réalité souvent plus rose qu’elle ne l’est, Mike, le père, manager d’équipe dans une mine, sont eux-mêmes tous deux originaires d’Orson où ils y élèvent leurs enfants : Axl, l’aîné fainéant qui passe ses journées en caleçon et réussit néanmoins via le sport à décrocher une bourse pour entrer à l’université ; Sue, sa sœur, éternelle maladroite optimiste qui rate tout ce qu’elle entreprend pour exister, que ce soit auprès de sa famille ou à l’école ; et enfin Brick, le « petit » dernier rempli de tocs qui passe sa vie dans ses livres, est fan de la saga Planet Nowhere et ne s’intéresse qu’aux adultes cultivés. A priori, ces êtres un peu caricaturaux sur lesquels tous les malheurs de leur petit monde semblent s’abattre demeurent coûte que coûte, à l’image de leur fille puînée (The Middle ?), empreints d’un espoir sans faille dans des jours meilleurs. Car l’espoir renaît dans chaque parcelle de répit que leur offrent aussi bien une note d’Axl un peu moins mauvaise que les autres, le fait que Brick se soit fait enfin un copain de son âge ou encore que Sue ait décroché le poste de mascotte du club de foot… alors qu’aucun autre élève du lycée ne s’était porté candidat pour s’affubler du fameux costume de poule géante.

2Si la quatrième saison du sitcom marque un tournant dans la série, c’est parce que chaque personnage — enfants, parents, famille, voisins — enrichi à satiété de ceux avec qui il a vécu jusqu’alors, va aspirer à évoluer, à changer ; et ce changement, quel que soit l’âge ou l’expérience du personnage, ne va s’opérer qu’à travers la manière dont chacun va se tourner vers de nouveaux référents culturels ou artistiques. Ainsi, Frankie, licenciée de sa concession de voitures, va-t-elle se mettre en quête d’un nouveau métier pour se donner une nouvelle chance ; elle décide, après avoir vu quelques spots à la télé, de suivre une formation, sans trop savoir laquelle. Elle commande le catalogue des études proposé dans la publicité et commence par tirer au hasard le module d’études qui devrait lui convenir. Une fois, deux fois, trois fois… Les pages se rouvrent irrémédiablement sur « vendeuse en concession de voitures ». Elle comprend alors qu’elle ne peut livrer son destin aux vicissitudes de la fatalité et opte pour des études de secrétaire dentaire. Très vite, Frankie va partager les mêmes difficultés qu’Axl à se concentrer sur les livres, à étudier avec toute la rigueur attendue : elle se laisse envahir par le doute. Paradoxalement, le fils aîné va alors se révéler en tant qu’éducateur et lui redonner confiance en elle. Filiation des rôles inversée. Axl saisit là une occasion de montrer à sa mère Frankie qu’il a fait plus et mieux que retenir ce qu’il a appris d’elle : il tourne cette éducation au bénéfice de Frankie elle-même. L’héritier fait le choix de ce qu’il a hérité et de rien d’autre pour préserver, avec force, l’intégrité de celle dont il a hérité, pour sauver ainsi la figure de sa mère ; prouvant avec les armes qu’elle lui a données que celle-ci ne saurait être, contrairement à ce qu’elle déclare dans un excès de désespoir face aux savoirs à conquérir, « une merde ».

3À quelques mois d’entrer à l’université grâce à la bourse qu’il a décrochée, par chance, du fait de ses performances sportives, Axl va devoir redoubler d’efforts : un malheureux concours de circonstances l’immobilise, sa sœur lui a roulé sur le pied alors qu’elle espérait réussir sa première expérience de conduite. Il est obligé de suivre des cours de soutien, ne pouvant plus tout miser sur son corps. C’est à cette occasion qu’il rencontre Cassidy, une lycéenne en charge de ce soutien scolaire, brillante, discrète et amoureuse d’un étudiant de l’université. Axl découvre des mots et une grammaire qui lui étaient inconnus jusqu’à cette rencontre et se surprend à tomber sous le charme de la jeune femme, à qui il va dérober un baiser. Elle va, pour sa part, abandonner sa relation estudiantine à distance pour choisir Axl et ne plus se décoller de sa bouche et de ses baisers, jusqu’à ce que ce dernier lui demande de prendre un peu de recul et d’entamer une vraie conversation, entre deux émois de tendresse. Mais Cassidy reste attachée de la manière la plus exclusive aux lèvres d’Axl… Celui-ci va donc alors solliciter son petit frère érudit, car il sait au fond de lui que son amour ne durera que s’il trouve d’autres voies que celles de son physique pour se rendre intéressant aux yeux de l’élue : « Je savais que ce jour viendrait » lui déclare, fiérot, le jeune Brick ravi de transmettre à son grand frère les subtilités littéraires de L’Attrape-cœurs de Salinger et des Tournesols de Van Gogh. Nouvelle et savoureuse filiation inversée des rôles entre le petit et le grand frère. Dans son ouvrage L’Énigme du don, Maurice Godelier a écrit :

Il ne peut y avoir de société, il ne peut y avoir d’identité qui traverse le temps et serve de socle aux individus comme aux groupes qui composent une société, s’il n’existe des points fixes, des réalités soustraites (provisoirement mais durablement) aux échanges marchands.

4À celles et ceux qui doutent parfois de l’utilité de défendre la place de la culture, dont celle de notre jeunesse — dont nous avons tant à apprendre en termes de filiation inversée — The Middle, saison 4, offre des perspectives inattendues. Le sitcom pointe, de manière inédite et très efficace, ce que signifie, aujourd’hui encore, « faire société » autour non pas de cultures qui seraient tantôt perçues comme trop savantes ou tantôt comme trop populaires, mais avant tout d’une culture commune réinventée par un héritage choisi, une transmission croisée.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540