Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma près de la vie

 | 
Emmanuel Ethis

Partie I. Premiers souvenirs d’expériences spectatorielles

7. Condescendance matinale (sociogramme)

Texte intégral

1Carine ferme sa radio. Elle vient de décider qu’elle n’écoutera plus jamais le journal du matin de France Inter après avoir entendu la sinistre chronique de Patrick Cohen en ce matin du 13 mars 2014 à 7 h 35. Le journaliste qui a déchiré sa carte de presse en guise de solidarité avec la chroniqueuse Pascale Clark voici quelques jours a décidé de cibler la nouvelle selon laquelle la firme Disney préparerait une suite à La Reine des Neiges. C’est vrai, La Reine des Neiges est le plus grand succès au box-office de tous les films Disney. C’est vrai, les textes et les chansons sont déclinés dans toutes les langues. C’est vrai, toutes les voix Disney, partout dans le monde se ressemblent. C’est vrai que le succès d’un tel film ne peut avoir lieu que parce que sa diffusion est planétaire. C’est vrai que les films Disney engendrent lorsqu’ils marchent aussi bien une vente de produits dérivés tout à fait exceptionnelle. Et Patrick Cohen de se lancer dans un réquisitoire contre la mondialisation « à la sauce Disney », une sauce dont il s’emploie à décrier le caractère insipide avec la condescendance dont savent si bien faire preuve les journalistes germanopratins. L’analyse s’arrête là, le chroniqueur fustigeant l’idée qu’on fasse de ce projet de suite de La Reine des Neiges et des quatre points d’action gagnés en bourse par la firme Disney depuis cette annonce… une actualité importante.

2Carine fulmine : « Et où elle est sa tentative de comprendre pourquoi un tel succès : rien, nada ! » Elle pense aux familles qui, comme la sienne, sont allées voir La Reine des Neiges, en ont fait le succès et qui, ce matin, ont dû être blessées par le mépris affiché de Patrick Cohen ; celui-ci, non content d’imposer son jugement à l’emporte-pièce, ridiculise les publics de ce film par la même occasion : autant de papas et de mamans bien embêtés pour expliquer à leurs enfants interrogateurs ce que signifient les sous-entendus arrogants du monsieur de la radio à propos de leur film préféré…

3Et Carine de se remémorer les cours d’anthropologie de la communication qu’elle a suivis à l’université d’Avignon… C’est vrai, comprendre les succès planétaires de Disney, de Michael Jackson, de Titanic, des films d’Hitchcock, de l’art pictural, de l’opéra, de Star Wars, du Hobbit, d’House of Cards ou encore de la diffusion stabilisée de la figure du Père Noël, bref, de tout ce qui fonctionne sur un marché mondial n’a rien d’évident. Car tout ce dont on parle là n’existe que par une diffusion et des marchés économiquement mondialisés. Mais il s’agit bien d’objets culturels, pas de produits commerciaux appauvris qui n’auraient d’autre ambition que de se substituer de manière mercantile aux cultures « locales » pour employer le qualificatif cher à l’anthropologue Cliffort Geertz ; il est bien plus pertinent d’y voir des formes qui se marient aux cultures du monde pour tenter de répondre à des questions, d’y trouver des esthétiques, des valeurs positives qui sont aptes à circuler et à être partagées par tous. Encore faut-il s’interroger sur ce dernier point.

4Ce que Carine, elle, a fait, histoire d’avoir son opinion avant d’emmener sa petite Jeanne voir La Reine des Neiges. La Reine des Neiges est initialement un conte d’Andersen (de 1844), comme bon nombre de récits réinventés par Disney. L’histoire déploie une complexité redoutable pour faire réfléchir à ce que représentent l’amour véritable, l’amour fraternel, les dérives du pouvoir, le poids des responsabilités lorsqu’il s’agit de les exercer avec sagesse… Un tel film permet à toutes les générations et à tous les pays qui s’y frottent de sortir du cinéma en partageant ces questions. Rien en soi d’incongru ou de si nouveau : longtemps, Georges Dumézil a travaillé sur la circulation des mythes indo-européens et leurs transpositions, Lévi-Strauss l’a fait sur les invariants culturels et tout ce qu’ils autorisent de partage potentiel entre les peuples du monde entier.

5La Reine des Neiges est un film d’une subtilité rare qui, de plus, est devenu un succès populaire. Et plutôt que d’entendre des voix qui chanteraient apparemment partout la même chanson à « la sauce Disney », le si cultivé Patrick Cohen devrait mieux tendre son oreille comparatiste : si le son est le même, les mots, eux, n’ont rien à voir. Quel grand écart en effet entre le refrain anglais « Let It Go » et le refrain français « Libérée, délivrée » ! Rien à voir dans la façon même de parler d’un pouvoir que l’on peut exercer sans contrainte lorsqu’on s’éloigne du peuple, mais à qui l’on risque de faire mal si on l’exerce en sa présence, puisque tel est le propos du film. Oui, Carine aimerait appeler le standard de France Inter, pour dire à Patrick Cohen combien c’est plus compliqué qu’il n’y paraît, que les enfants adorent se projeter dans des récits plus tortueux que ce qu’ils laissent à penser au premier abord pour se les approprier et en faire quelque chose à eux de souvent bien plus compliqué encore. Mais Carine se dit que Patrick Cohen n’est malheureusement plus un enfant, trop grand, beaucoup trop grand, vraiment trop grand pour comprendre tout cela à la tête de la première matinale radiophonique de France. C’est dommage, c’est même un peu triste à vrai dire et le vœu le plus cher que formule Carine à cet instant précis est qu’elle puisse partager cela un jour avec le journaliste, en parler simplement. Ce jour-là, elle se jure de l’inviter à faire vibrer à son tour cette jolie ritournelle agaçante autant qu’enivrante, afin qu’il puisse jouir lui aussi de se sentir, à coup sûr, enfin « libéré, délivré »…

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540