Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma près de la vie

 | 
Emmanuel Ethis

Partie I. Premiers souvenirs d’expériences spectatorielles

4. L’invisible secret du vieux château

Texte intégral

1Dans l’excellent ouvrage qu’il a consacré voici quelques années à Walt Disney, intitulé Walt Disney et nous : Plaidoyer pour un mal-aimé, l’essayiste Bertrand Mary a dressé le portrait d’un créateur tourmenté par son art, un passeur de contes, d’arts forains et de nombreuses œuvres littéraires, un connaisseur et un authentique admirateur de la culture populaire européenne. La plupart des sociologues qui ont, pour leur part, tenté d’analyser l’impact de Disney sur ses publics ont oscillé entre une méfiance consommée face à une culture jugée idéologiquement conservatrice et volontairement anesthésiante, et une admiration discrète pour un vernaculaire universel susceptible de déposer dans la tête de tous les enfants du monde des images qui constituent aussi leurs premières références communes. Cependant, on commente très peu une chose passionnante sur le plan sociétal, à savoir le lien intergénérationnel qui se crée entre les spectateurs de l’œuvre disneyenne. Les films, comme les bandes dessinées, les musiques et les parcs sont en effet « recyclés » (au sens le plus positif) en permanence, comme peut le voir par exemple en cette fin de printemps 2014, où, sur nos écrans de cinéma se réinstalle pour quelques jours, « remasterisé », le très fameux Blanche-Neige et les sept nains créé en 1937 !

2C’est un fait, le succès des œuvres de Disney tient à un public qui a vu, lu et écouté au même âge ces films, ces livres et ces chansons qui tendent ainsi un fil sans précédent entre les enfants du monde certes, mais plus largement entre les enfants qui sont en nous, ceux qui nous succèdent et ceux nous ont précédé. Le canard Donald Duck, lui, a fêté ses quatre-vingts ans ! Et nous, sans nous en apercevoir, nous redécouvrons une part de notre mémoire collective toujours toute neuve, empreinte de nostalgie et de souvenirs acidulés. L’occasion nous est ainsi donnée de rouvrir, à la faveur d’une nouvelle édition, des recueils qui réactivent des images que nous avions oubliées et qui nous avaient parfois interpellés ou intrigués avec une force évidente.

3Notre goût du patrimoine et notre volonté de reconnaître jusque dans l’art de la bande dessinée le talent de l’auteur nous permettent de mieux discerner rétrospectivement combien le dessinateur Carl Barks, l’un des principaux « inventeurs » de la dynastie Duck, avait le don exceptionnel de nous conduire vers des intrigues familiales, fantastiques et aventureuses allant jusqu’à éveiller certaines de nos premières émotions et frayeurs fictionnelles.

4En 1948, dans une histoire intitulée Donald Duck et le secret du vieux château, il met ainsi en scène un fantôme qui mériterait l’attention de tous les sémiologues de la bande dessinée, tant sa représentation sans précédent est ingénieuse et, en conséquence, potentiellement génératrice de « peurs » chez le jeune lecteur qui s’y confronte. Jusqu’alors, la bande dessinée avait toujours été embarrassée par la représentation de l’invisible, du fantomatique, et pour cause : elle était — elle est — restée majoritairement un art de la monstration. Or Carl Barks nous laisse entrapercevoir en une seule et magistrale vignette la présence de l’invisible, le fantôme. Un squelette humain en ombre portée, un coffre suspendu dans le vide, un éclairage qui n’a rien à envier à la féline de Tourneur, un château forcément écossais et le profil de notre canard terrorisé : le « tour de force représentationnel » est joué. Et, à la peur, succèdent les questionnements que nous allons partager avec la famille Duck jusqu’à l’issue de l’intrigue, moment où il sera, on s’en doute, nécessaire de remettre in fine un peu de rationalité. Ce petit détour par l’Écosse, par la véritable peur dont sont porteurs les contes et récits européens, est un hommage ouvert de la part de Carl Barks à la culture du Vieux Monde. Oui, avant d’être Picsou, la généalogie de la famille Duck prend corps chez les MacPicsou au fin fond des brumes écossaises. On savait Disney attentif à ces ancrages de récits dans la géographie historique du monde. Car il n’est de représentation chez lui et ses principaux auteurs qui ne soit pas d’abord une « entreprise » ancrée dans l’imaginaire culturel. Barks, comme Disney, le comprenait. Tous deux partageaient cette conviction profonde, et c’est pourquoi le Secret du vieux château, deuxième aventure dessinée de l’Oncle Picsou, symbolise si bien leur conception commune du conte, une aventure qui viendra consolider durablement leur collaboration artistique.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540