Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma près de la vie

 | 
Emmanuel Ethis

Partie I. Premiers souvenirs d’expériences spectatorielles

2. Gontran Bonheur, animal veinard et solitaire

Texte intégral

S’entendre avec les autres est d’une importance si vitale que je ne comprends pas pourquoi l’université ne consacre pas de vrais cours à ce domaine. (Groucho Marx)

1Inhumain, trop inhumain. Dans la galerie des personnages Disney, il est en un qui remporte tous les suffrages de l’exaspération auprès de la quasi-totalité des jeunes lecteurs du Journal de Mickey et de Picsou Magazine : en français, il porte le nom de Gontran Bonheur (Gladstone Gander en anglais). Stéréotype du dandy snob et endimanché, Gontran Bonheur n’est pas un canard, c’est un jars, un jars vantard, gandin hautain toujours tiré à quatre épingles, adepte des costumes cintrés et du cheveu rudement cranté. On imagine sans difficulté qu’une eau de Cologne lavandée recouvre le moindre soupçon de transpiration chez cet animal qui ne suinte que vanité et incompréhensible veine. Lorsqu’enfant, on ne s’est pas encore construit sa petite théorie personnelle sur la chance et le bonheur, sur le bien et le mal, sur le destin et la providence, rencontrer au détour d’un récit dessiné un Gontran Bonheur ébranle forcément un peu. À n’en pas douter, il incarne l’une des figures les plus authentiques de l’individu puant, égocentrique et fier de l’être. Gontran Bonheur, c’est un aristocrate servi par un sort d’une injustice écrasante, telle que peuvent nous la renvoyer à la figure ceux qui ne se sont donnés que la peine de naître, ceux-là mêmes qui n’ont pas besoin de réussir quoi que ce soit puisque, précisément, « tout » leur réussit.

2C’est dans l’esprit du dessinateur Carl Barks que Gontran Bonheur est né, en 1948. Et parce qu’il fallait rendre ce personnage un peu acceptable, son créateur lui a inventé un destin, une généalogie propre à expliquer d’où il vient et, du même coup, à excuser un tant soit peu ce qu’il est — sans pour autant parvenir à engendrer une véritable compassion. Fils unique de Daphnée Duck et Gustave Bonheur, Gontran Bonheur a perdu ses parents suite à un pique-nique gratuit où ces derniers se sont gavés… à en mourir ! Gontran s’est retrouvé adopté par Matilda, la sœur de Picsou. C’est donc d’un drame absurde comme on n’en rencontre que chez Ionesco que le vaniteux Monsieur Bonheur est né. Bardé des symboles de la chance, foulant trèfle à quatre feuilles sur trèfle à quatre feuilles, l’individu ne comprend toutefois pas pourquoi il ne peut rafler l’amour dans un monde où tout semble s’ordonnancer pour lui rendre la vie si facile. D’ailleurs, n’ayant expérimenté aucune difficulté à vivre, il ne sait — quand il écrit à Daisy, la belle qu’il convoite — qu’employer des mots qui ressemblent à sa vie : « mon petit sucre d’orge, ma petite tarte tatin, etc. ». Comme le soulignent les neveux de Donald dans un court récit intitulé Les Lettres d’amour : « Sa prose est tellement sucrée qu’elle nous donnerait le diabète. » Pourtant, si elle peut paraître épatante, la chance de Gontran Bonheur se retourne toujours contre lui. On le comprend aisément : puisqu’il n’a aucun mérite à vivre, aucun de ses actes ne peut être inspiré par un quelconque héroïsme. L’envie qu’il pourrait susciter chez ses congénères ou ses lecteurs se transforme indéfectiblement en mépris. Et, la contrepartie de sa chance apparaît alors clairement : Gontran Bonheur, tout veinard qu’il est, reste et restera toute sa vie un jars voué à la plus extrême des solitudes.

3On accepte sans difficulté ce volet moral des histoires de Monsieur Bonheur. Ainsi est rétablie en apparence une certaine justice : mieux, il est démontré que l’ordre du monde est tolérable, puisque nul ne peut tout avoir et même, que ceux qui paraissent avoir le plus éprouvent les plus dures carences. D’évidence, la place de Gontran et l’effet repoussoir qui l’accompagne nous prémâchent, dès l’enfance, cette idéologie de la domination (sans doute perpétuée, autant et plus que par les dominants, par cette morale catholico-sociale diffuse que par défaut l’on appelle parfois « culture ») qui se travestit en « sens commun » pour bien river nos existences au cran du « personne ne peut tout avoir dans la vie et tant mieux ! » Ne pourrions-nous accorder un peu d’estime à Gontran Bonheur qui est, en définitive, la première victime de notre cruauté, ou de notre lâcheté idéologique ? Ne serions-nous meilleurs, au fond, si nous acceptions avec bonheur le bonheur de ceux qui réussissent avec arrogance et sans le moindre effort ? Une autre morale, que Gontran Bonheur ne connaîtra jamais et sans doute nous non plus, à l’abri que nous sommes de cette cloche de verre si bien soufflée par notre quête du mérite et de la reconnaissance. Humains, trop humains…

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540