Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma près de la vie

 | 
Emmanuel Ethis

Remerciements

Texte intégral

1Le cinéma a inspiré ma vie. J’en ai une conscience aigue depuis l’enfance où, squattant l’écran de télévision familial, je nourrissais une passion sans limite pour Monsieur Cinéma de Pierre Tchernia et la Séquence du spectateur de Claude Mionnet avant que de plonger dans l’univers du Cinéma de minuit de Claude Contamine et Patrice Brion et du Ciné-Club d’Antenne 2 version Claude-Jean Philippe. Les entretiens de François Chalais pour Cinépanorama et Reflets de Cannes sont demeurés des moments inoubliables, tout comme la série du Monde merveilleux de Walt Disney qui ouvrait les portes des plateaux de tournage des grands films de la firme. Je me souviens notamment de l’épisode consacré au tournage de 20 000 lieues sous les mers de Richard Fleisher, le film préféré de mes parents. Ces moments de télévision ont excité mon « désir de salles », mais ont surtout marqué une éducation artistique et culturelle de qualité alors même que j’habitais un village de campagne en Picardie et qu’il fallut attendre d’avoir une quinzaine d’années pour me rendre seul des après-midi entiers aux Trois Artels, le cinéma multisalles de Compiègne dont la programmation était à la fois populaire et exigeante en matière de cinéphilie. Je tiens à remercier mes parents — Guysiane et Bernard Ethis — qui ont encouragé ma pratique notamment en m’abonnant à la Revue du cinéma, à la sensationnelle revue Starfix et en me permettant d’acheter dans les brocantes des environs des collections entières des premiers Cahiers du cinéma.

2Je pense que sans la lecture des entretiens de Jacques Tourneur, de François Truffaut, d’Alfred Hitchcock, d’Agnès Varda, d’Ida Lupino et de Sergueï Eisenstein, je n’aurais sans doute pas affirmé aussi précisément mon goût pour la « production de sens » au cinéma. Le sociologue Jean-Claude Passeron m’a fait soutenir mon DEA à l’EHESS le jour de la mort du sémiologue Christian Metz. Il me confiait l’avoir bien connu et regrettait qu’il n’ait pas fait lecture de mes premiers travaux qui venaient, selon lui, confirmer sociologiquement les hypothèses sémiotiques de ce dernier. François Jost et Luis J. Prieto ont, pour leur part, été des lecteurs déterminants pour cette approche modeste du spectateur que j’ai tentée par l’entremise de l’enquête sociologique. Merci à Jean-Louis Fabiani et Emmanuel Pedler d’avoir cru en moi à ce moment précis. Merci à mes amis Ludovic Mannevy et Pierre-Louis Suet — aujourd’hui disparu — de m’avoir ouvert sur d’autres champs critiques de l’image. Merci à Laurent Delmas et Antoine de Gaudemar de m’avoir permis la première publication de « sociogrammes » dédiés au spectateur de cinéma dans Libération et dans la défunte revue Synopsis.

3Je tiens à remercier Jean-François Camilleri dont la volonté de transmettre l’art cinématographique est habitée par l’enthousiasme joyeux de faire partager un cinéma près de la vie aux publics les plus divers. Merci à Raphael Roth pour sa magnifique implication disneyenne et son énergie scientifiquement rassurante. Merci Marie-Sylvie Poli, à Émilie Pamart, à Frédéric Gimello-Mesplomb, à Virginie Spies, à Georges Linarès, à Julien Gaillard, à Marie-Hélène Poggi, à Guillaume Delorme, à Joel Chapron, à Nathalie Coste-Cerdan, à Guillemette Odicino, à Catherine et Max Von Sydow, à Diane et Jean-Jacques Launier, à Stéphanie Pourquier-Jacquin, à Catherine Démier, à Béatrice Toulon, à Native et Philippe Ellerkamp, à Chantal Suet, à Alexis Loizon, à Ginou Richer, à Marianne Alex, Natalie Petiteau, à Raluca Calin et à Quentin Amalou pour avoir, chacun à sa manière, enrichi réflexions et débats de recherche d’où naissent les idées parfois les plus créatives.

4Merci à Jean-Christophe Tamisier qui m’a encouragé, en confiance, à rassembler ces textes pour en faire un ouvrage.

5Merci à Matthieu Prudhon pour sa fidélité et sa sollicitude de tous les instants.

6Merci à la Fédération nationale des cinémas français (FNCF), à tous les amis exploitants de salles qui font le plus beau métier du monde. Merci à Thierry Frémaux et à Pierre Lescure, et plus généralement au Festival de Cannes ainsi qu’aux précieuses Rencontres cinématographiques du Sud.

7Merci à Jean-Christophe Tamisier qui m’a encouragé, en confiance, à rassembler ces textes pour en faire un ouvrage.

8Je remercie enfin mon cher Damien Malinas sans qui l’imagination sociologique n’aurait jamais été une compagne fidèle. Ma reconnaissance lui est acquise pour toujours et toujours comme on dit au cinéma. Il n’y a aucun doute : les mots du philosophe Emerson « La seule façon d’avoir un ami est d’en être un » ont été écrits pour lui.

9Je remercie les revues et maisons d’édition qui ont accueilli les premières versions, ici remaniées ou traduites, des textes suivants :

  • « Nos vies, privées de Sherlock Holmes » in Études de communication (sous la direction De Frédéric Gimello-Mesplomb), Paris, 2015.
  • Propos introductif de l’ouvrage Le cinéma et de ses publics, Comment le cinéma nous aide à nous comprendre et à comprendre les autres, Éditions universitaires d’Avignon, Collection « Entre-vues », Avignon, 2015.
  • « Hopper 2013/Cannes 2013 : au prisme des écritures numériques », coécrit avec Marie-Sylvie Poli, Culture et Musées n ° 24, La démocratisation culturelle à l’ère numérique, sous la direction de Damien Malinas, Éditions Actes Sud, Paris, décembre 2014.
  • « Le Cinéma de demain », Côté cinéma n ° 227, Paris, oct. 2013.
  • « En français dans le geste », Télérama, hors-série consacré à Louis de Funès (coordonné par Guillemette Odicino), n ° 182, 1 er trimestre 2013.
  • « Les lois de la transgression » in Ethis (E.), Malinas (D.), Les Films de Campus, l’Université au cinéma, Armand Colin, Paris, 2012.
  • « La petite fabrique du sociogramme » in Ethis (E.), La Petite fabrique du spectateur, Éditions universitaires d’Avignon, Avignon, 2012.
  • « Moment of Oblique Attention : Cannes — between fleeting impressions and casual participation » in Cannes, Images en manœuvre, mai 2010.
  • « Lost and Legal » in Médiamorphoses n ° 26, Paris, Ina/Médias, septembre 2010.
  • « Ramener les stars sur terre » in Cinémaction n ° 134, Croyance et sacré au cinéma, avril 2010.
  • « Quand l’inspecteur Derrick s’invite », coécrit avec Damien Malinas in Médiamorphoses n ° 21, Paris, Ina/Médias, juin 2009.
  • « Des ressemblances galvanisées : Du “je suis comme elle” au “elle est comme moi”… », Revue Sociologie de l’Art, OPuS 13, Les parcours de l’interprétation de l’œuvre, 2008/3, Paris, L’Harmattan, 2008.
  • « La relazione alla star : Una modalità del sentimento di esistere » in Scrivere agli idoli sous la direction de Anna Iuso, Trento, ASP-Museo storico in Trento, 2008.
  • « Bernard et sa vidéo à moteur » in Les Cahiers du cinéma, mars 2004.

10Je remercie le photographe Vincent Leroux. La photographie de couverture est issue de l’ouvrage Cannes édité par Images en manœuvres en 2010 et renvoie à l’une des illustrations d’un des chapitres du livre intitulé « Attentions obliques », résultat d’une collaboration socio-photographique entre les photographes du collectif Temps Machine et des sociologues du Centre Norbert Elias autour du Festival de Cannes 2009.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540