Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne

 | 
Danièle Wozny
, 
Barbara Cassin

En français. Les intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne

4. Vers l’avenir

Full text

Musée et patrimoine en Afrique subsaharienne

1Au sens holistique du terme, le patrimoine est défini comme ce que nous avons reçu en héritage. Cet héritage peut être biologique, matériel, naturel et il est, bien évidemment, toujours culturel. À cette acception très large, les Anciens ont toujours associé la notion de tradition qui, elle, est définie comme ce qui mérite d’être transmis. Il découle de cette précision que le patrimoine ne peut pas être transmis dans sa totalité et même qu’il est susceptible de changer de statut, voire d’être laissé à l’abandon et de dépérir, quand il n’est pas simplement détruit.

2Dans tous les cas, le patrimoine est une somme qui témoigne d’une étape de l’histoire d’une communauté ou d’ensembles géographiques plus étendus. Il peut se présenter sous forme de vestiges naturels, culturels ou d’expressions vivantes consacrées sous l’appellation, passablement heureuse, de « patrimoine culturel immatériel ».

3Le patrimoine culturel et naturel africain est parfois en grand danger, y compris les sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Les sites archéologiques, l’héritage colonial et même les architectures funéraires peuvent subir des actes de vandalisme délibérés. Il n’en va pas de même pour le patrimoine culturel immatériel dont les acteurs sont les conservateurs en chef au sein même des communautés.

4Il y a pourtant des évidences qui s’imposent d’elles mêmes. Il y a de fait une analogie troublante entre les cols blancs qui détruisent des sites classés dans les villes africaines et les fous de Dieu qui ont, en 2013, semé la désolation à Gao et à Tombouctou au Mali, en démolissant les mausolées. Le point commun entre ces deux prédateurs du patrimoine africain est leur positionnement dans l’altérité. Ils ne se reconnaissent pas à travers ce patrimoine et estiment, par conséquent, qu’il ne mérite pas d’être transmis. Sous ce rapport, les fous de Dieu et les « capitaines d’industrie » mènent le même – triste – combat : celui de la négation de l’autre. Reconnaître l’importance du fait historique que fut la colonisation n’est pas en faire l’éloge.

5Dans ce contexte, la problématique de la sauvegarde du patrimoine africain n’en est que plus complexe. L’identification et la documentation des lieux de mémoire ainsi que des sites et monuments doit s’inscrire dans une problématique d’aménagement culturel des territoires. L’aménagement des lieux de mémoire est une garantie de la sauvegarde des valeurs qu’ils représentent physiquement. La monumentalisation, autant que faire se peut, des lieux de mémoire devrait aider, avec l’appui des détenteurs des traditions, à documenter et signaler, dans le paysage, tous ces lieux qui ont marqué l’histoire des peuples et où des actes importants ont été posés.

6Chemin faisant, nous contribuerons à assurer l’avenir de certaines traditions et, très certainement à chaque fois, à les préserver au moins de l’oubli. C’est le meilleur moyen de faire connaître ces témoins silencieux qui ont jalonné l’histoire des peuples. Nos actes d’aujourd’hui seront aussi, sans aucun doute, une partie d’un patrimoine en perpétuelle recomposition.

De la question de frontières à la promotion des cultures transfrontalières

7Depuis l’accès des pays qui la composent à la souveraineté internationale, l’Afrique a été traversée par de nombreux conflits frontaliers et guerres interétatiques. Dans bien des cas, le tracé des frontières a été cause de conflits armés, avec des conséquences incalculables sur le développement économique et humain.

8Il serait nécessaire de revisiter ces zones qui représentent des marges au sein des espaces africains, depuis la conférence de Berlin (1884) qui consacre le partage du continent, jusqu’aux indépendances qui ont proclamé l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation (charte de l’Organisation de l’unité africaine).

9Aujourd’hui encore, l’objectif annoncé, qui était d’éviter au continent de nouvelles souffrances, n’est toujours pas atteint. Des peuples que tout unit sont restés séparés par les frontières héritées de la colonisation, des pistes de transhumances ont été rompues et des expressions culturelles jadis florissantes sont murées dans des ghettos dont les limites sont des frontières dites « de souveraineté ».

10La promotion des continuités culturelles et naturelles est aujourd’hui le meilleur moyen de gommer les frontières politiques héritées de la colonisation. Des exemples, qui ignorent et transcendent les frontières, des « biens en série », comme les mégalithes de Sénégambie, le Parc « W », les Routes du fer, etc., doivent être promus pour renforcer les fondements d’une véritable unité du continent.

Les enjeux économiques du patrimoine : le rôle du tourisme

11Les acteurs et responsables nationaux sont conscients des enjeux économiques liés au développement du tourisme « patrimonial » sous toutes ses formes, et du formidable effet de levier d’une reconnaissance par l’Unesco. Le tourisme, s’il peut aider à réduire la pauvreté par la création d’emplois, par la multitude de débouchés économiques qu’il offre aux producteurs locaux de biens et de services, peut aussi être un outil de destruction de patrimoines vulnérables, fragilisés par une urbanisation croissante ou par les effets non anticipés du changement climatique. C’est la raison pour laquelle l’Unesco et les organismes internationaux militent en faveur d’un « tourisme durable » et « équitable » : une grande attention doit être accordée à la préservation des richesses culturelles et environnementales et à l’équité du partage des retombées économiques.

12La très grande richesse des cultures – que révèle l’exercice de traduction et ses difficultés mêmes – est un immense réservoir de ressources à valoriser dans une optique touristique où l’offre serait propre à chaque région ; il est permis de rêver que les habitants décident de ce qu’ils souhaitent partager (ou faire partager) avec des visiteurs et déterminent avec les responsables locaux les instruments de la médiation.

13L’Unesco est aujourd’hui préoccupé par les effets généralement induits par la reconnaissance d’un lieu comme sanctuaire Unesco : protection du site, certes, mais, dans le même mouvement, arrivée de nouvelles menaces pour le site et son environnement naturel et social. La « mise en tourisme » selon des normes internationales, l’ouverture aux capitaux étrangers, la circulation d’acteurs multiples dont les imaginaires touristiques et patrimoniaux ne s’intéressent que très ponctuellement à ce qui fait sens pour les populations locales sont de nouveaux dangers, comme en témoignent, par exemple, l’exploitation touristique des sites d’Angkor, de Luang Prabang ou du mont Saint-Michel.

Aménagement du territoire et promotion du patrimoine

14La problématique de l’articulation entre aménagement du territoire et promotion des patrimoines doit être perçue en termes de synergie, et non de conflit. On oublie en effet, très souvent, que le patrimoine de demain sera, en partie, une synthèse de notre production et de nos choix d’aujourd’hui. De même, si nous admettons avec les Anciens que la tradition, c’est ce qui mérite d’être transmis, notre responsabilité dans la protection de nos patrimoines est entière, car ceux qui nous ont précédé nous ont légué des environnements et des aménagements multiformes qui sont autant de patrimoines en partage.

15Depuis l’aube des temps, l’homme a cherché, pour des raisons vitales, à adapter son environnement à ses besoins. En ce sens, l’aménagement du territoire est une dimension du développement qui ne peut être différée. Il arrive que nos aménagements contemporains entrent en conflit avec les aménagements de ceux qui nous ont précédés, de sorte que, subitement, nous risquons d’effacer des pans entiers de notre histoire.

16Très souvent, on a rétorqué aux défenseurs des patrimoines que, même si l’on comprenait leurs préoccupations, on n’arrêtait pas le développement pour des raisons culturelles ou écologiques. Aujourd’hui encore, il y a de fortes chances pour que la réponse soit la même, tant il est vrai que notre civilisation, toujours plus productiviste, laisse peu de place à l’improvisation.

17Il nous faut donc agir en articulant plusieurs leviers pour arriver à une véritable « inculturation » de la notion de patrimoine.

18Le patrimoine est souvent négativement connoté dès lors qu’il s’agit de la protection de sites naturels ou culturels face à l’imminence d’un aménagement. Il faut inverser cette perception en assumant que la préservation du patrimoine participe de l’aménagement du territoire. Toutes proportions gardées, le combat à mener aujourd’hui en Afrique est comparable à celui conduit, avec succès, par les architectes et qui donna naissance à la charte de Venise préfigurant la convention de l’Unesco de 1972 relative au patrimoine mondial.

  • La prévention dans le domaine du patrimoine est souvent perçue comme une volonté d’empêcher l’économie de tourner rond, alors que son objet est aujourd’hui, très clairement, d’en faire une opportunité. En ce sens, une perception dynamique pourrait être un accompagnement vertueux de l’aménagement du territoire au sens ou celui-ci ne devrait pas sacrifier les valeurs culturelles et naturelles.
  • Le patrimoine est un support pour les aménageurs, car le sauvetage et/ou l’aménagement des sites peut non seulement s’avérer rentable économiquement parlant, mais promouvoir de nouvelles filières.
  • Réformer les législations et les pratiques pour que la prévention soit en amont et en aval de l’aménagement. Une législation appropriée doit être à la fois préventive et réactive. Elle sera préventive en ce sens que les inventaires, là où ils existent, peuvent être considérés comme des instruments de gestion pour la planification des travaux d’aménagement. Elle devra aussi, quel que soit le cas de figure, rester réactive au sens où les découvertes dites « fortuites » puissent être prises en charge.
  • Mener des actions de formation et de sensibilisation, afin de promouvoir une culture de préservation du patrimoine. La rareté des écoles de formations dans le domaine du patrimoine est révélatrice du retard accusé par le continent africain dans ce domaine.

19La finalité de toutes ces actions est de doter le continent africain d’un parc culturel et naturel représentatif de la diversité des expressions culturelles, des paysages naturels et des centres historiques anciens qui seront à la fois des témoins du passé et des espaces de vie, de convivialité et de promotion économique.

20Dans la même perspective, les conventions internationales devraient évoluer, particulièrement celle de 1972 relative au patrimoine culturel et naturel. L’impact négatif de l’exploitation des ressources ou de l’aménagement des territoires est très souvent en conflit avec la préservation des valeurs universelles exceptionnelles pour lesquelles certains sites ont été inscrits. S’inspirant de la philosophie des déclarations de Nara sur l’authenticité en 1994 et de Yamato sur les approches intégrées de la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel en 2004, l’Afrique devrait porter le débat sur les valeurs universelles prospectives. Il s’agit, très concrètement, dans le cadre de la préparation des dossiers de nomination, d’identifier les ressources du terroir proposé et d’envisager une cohabitation vertueuse entre exploitation des ressources et préservation de la valeur universelle exceptionnelle du bien. Cette proposition n’a rien d’utopique car l’Unesco vient de clore un cycle sur les valeurs universelles rétrospectives là où les sites ont été classés sans rédaction d’une valeur universelle exceptionnelle.

***

21On assiste depuis une cinquantaine d’années à une montée en puissance de la question patrimoniale liée, pour une grande part, aux nouvelles dynamiques qui découlent de la mondialisation, dépassent les frontières classiques pour créer de nouveaux espaces. L’ordre territorial sur lequel reposent les grands équilibres internationaux est mis à mal car, à la fois, trop étroit pour faire face aux développements des échanges et trop vaste pour s’adapter aux nouvelles quêtes identitaires. Des espaces se ré-inventent et le patrimoine devient référent, garant, témoin, alibi, otage.

22L’Unesco est aujourd’hui au cœur de la tourmente, car elle doit concilier la définition des politiques patrimoniales dans une arène mondiale avec leur application dans des contextes géographiques et culturels différents. Or, la dichotomie global/local ne saurait résoudre la question. Les catégories patrimoniales qui font référence sont le résultat de compromis et de négociations successives entre des États ou des groupes d’État qui, non seulement, ont des approches différentes de la transmission, de la culture, du développement, mais sont porteurs de projets politiques différents.

23Chaque communauté ethnoculturelle est le produit d’une expérience unique avec une vision particulière du monde. Certaines notions ne sont pas universelles, elles ont des champs sémantiques bien particuliers : ainsi, chaque communauté organise et conçoit son patrimoine différemment de l’autre. D’où la difficulté à trouver des termes à dimensions égales pour des notions telles que : patrimoine, site, musée, paysage culturel, valeur universelle exceptionnelle, intégrité d’un site.

24Dans ce contexte oscillant entre le relatif et l’universel, le local et le global, nous nous sommes appliqués à réfléchir à partir de ce que nous racontent les mots du patrimoine dans les langues parlées par des hommes de chair et d’os. Comment traduire les intraduisibles ? Que nous racontent les résistances à la traduction et l’étude des gains et des pertes liés au processus même de traduction ? Permettent-elles une identification plus fine de ce qui fonde la diversité ? Les langues véhiculaires d’Afrique disent-elles toute la diversité et la richesse des cultures locales ? Ne sont-elles pas condamnées, à l’instar du français à être « plus d’une langue » ? Nous permettent-elles d’identifier plus clairement la nature des problèmes qu’auront à résoudre très vite les organisations internationales garantes de la diversité et de la richesse des cultures ? Pourquoi les législations africaines sur la protection du patrimoine sont-elles souvent en décalage avec les questions soulevées localement ? Comment y remédier ?

25À toutes ces questions s’ajoutent celles de l’utilisation des mots du patrimoine par les politiques. Les mots servent aussi à conforter tous les mythes du pouvoir, de sa légitimité à sa grandeur retrouvée, de la construction d’une société réunie autour d’un passé commun érigé en « monument » pour servir à la crédibilité du présent.

26Le chantier est ouvert.

© Demopolis, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540